Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

art et cuture

Aux camarades du IX° Place Clichy

5 Mai 2021, 16:52pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Lettre ouverte des musiques actuelles pour une sortie de crise

25 Avril 2021, 06:35am

Publié par PCF Villepinte

Les Ogres de Barback et la fanfare béninoise Eyo'nlé, en 2014, à la Fête de l'Humanité. © Patrick Gherdoussi/Divergence

L'Humanité Vendredi 23 Avril 2021

Collectif

Nous, artistes, professionnels et professionnelles du secteur des musiques actuelles, interpellons le président de la République française, M. Emmanuel Macron, la ministre de la Culture, Mme Roselyne Bachelot, et la ministre du Travail, Mme Élisabeth Borne.

Le monde de la culture est en crise, le spectacle vivant en grande détresse. Vous le savez. Les métiers de la musique et du chant sont parmi les plus gravement touchés. Vous le savez également. Nous attendons de vous des mesures fortes et urgentes pour soutenir tous les acteurs et actrices culturel(le)s, et en particulier les plus précaires.

Aussi, nous déclarons notre soutien plein et entier au mouvement d’occupation des lieux culturels en France et notamment aux revendications primordiales suivantes:

- la mise en œuvre rapide d’un plan massif de soutien à l’emploi des artistes et technicien(ne)s du spectacle vivant;

- la prolongation de l’«année blanche» (indemnisation chômage) pour les intermittents du spectacle, pour une durée dun an à partir de la reprise totale de l’activité;

- un accès facilité à l’assurance-chômage pour tous les artistes et technicien(ne)s qui devaient ouvrir pour la première fois des droits à l’intermittence («primo-­entrants») ou qui se trouvent en rupture de droits;

- des droits au congé maternité et à l’arrêt maladie indemnisés pour toutes les personnes qui le nécessitent, sans considération du nombre d’heures travaillées;

- la réouverture d’espaces de pratiques culturelles vivantes, en prenant en compte la grande diversité des pratiques existantes, leurs spécificités et leurs contraintes, pas seulement la réalité de quelques grandes salles équipées.

Enfin, nous demandons le retrait pur et simple de la réforme de l’assurance-­chômage, qui va encore davantage contribuer à la paupérisation des personnes les plus précaires, déjà fortement accablées par la crise Covid.

Monsieur le président de la République, mesdames les ministres, entendez la voix des acteurs et actrices culturel(le)s, dont la vie professionnelle est aujourd’hui en grand péril!

Écoutez leurs propositions pour une sortie de crise qui ne laisse personne sur le bord du chemin et qui assure une reprise dynamique, équitable et vivifiante de la vie culturelle française.

Premiers signataires :

Les Ogres de Barback, Magyd Cherfi (Zebda), Juliette, Debout sur le zinc, Tagada Jones, Didier Super, Zoufris Maracas, HK, Lo Barrut, les Wampas, Lionel Suarez, Tété, Danakil, No One Is Innocent, Goulamas K, Govrache, Gnawa Diffusion, Guillaume Lopez, Alexandre Leitao, les Fils de Teuhpu, François Puyalto, Douar Trio, les Fatals Picards, Mass Hysteria, les Croquants, Aldebert, The VBE Toubifri Orchestra, Franck Marty, Sinsemilia, Cab’cabaret, Corentin Coko, la Caravane passe, Dan Gharigian, Massilia Sound System, Agnès Bihl, Gauvain Sers, Valentin Vander, Gari Grèu, Moussu T e lei Jovents, les Hurlements d’Léo, Télégram, le Skeleton Band, Tan2em, les Tit’Nassels, Guilam,cie Haut les mains, Thomas Garnier, les Madeleines, Délinquante, Courtial X Kogane, Mes souliers sont rouges, les Wriggles, la Phaze, Nicolas Bacchus, Patrick Bouffard, Alkabaya, PVC, Eliasse Trio, Kyle, les Mirabelles Kitchen, Florent Ladoucette, Emmanuel Urbanet, Aude Combettes, cie Jolie Môme, Babylon Circus, la Roulette rustre, Sidi Wacho, Léopoldine HH, Laurent Montagne, 5 Marionnettes sur ton théâtre, Agathe ze Bouse, Marion Diaques, Melismell, Christian Olivier (Têtes raides), Tryo, Los Tres Puntos, Sages comme des sauvages, El Comunero, Rage tour, Music’al Sol, Baco Music, Naima Slimani Prod, Sirventès, ZN Prod., Orchestre national de Barbès, Mouss et Hakim (Zebda).

Pour signer l’appel: https://www.change.org/tribunemusiquesactuelles

musique

 

Voir les commentaires

#Occupons. Robin Renucci : « Ce mouvement est une piste d’envol pour s’approprier l’avenir »

10 Avril 2021, 07:33am

Publié par PCF Villepinte

Aux Tréteaux, Robin Renucci et son équipe travaillent sur des dispositifs de représentations en plein air sur les îles de loisirs d’Île-de-France pour l’été prochain. © Nicolas Cleuet

L'Humanité Samedi 10 Avril 2021

Marie-José Sirach

«La mobilisation des théâtres nous concerne tous», rappelle Robin Renucci. Pour le directeur des Tréteaux de France et professeur au Conservatoire, la fermeture des lieux de culture est un «immense gâchis et une erreur impardonnable».

Toujours à pied d’œuvre, cet ardent militant dune scène populaire exigeante invite durgence à placer le public et la jeunesse au cœur des enjeux. 

Depuis le 4 mars, plus de 90 théâtres, centres dramatiques nationaux (CDN), scènes nationales sont occupés par des intermittents du spectacle et de l’emploi.

Voilà plus d’un an que théâtres, cinémas, musées sont fermés, privant de travail des dizaines de milliers d’artistes et techniciens, mais aussi tous ces métiers liés d’une manière ou d’une autre à ce secteur-là, tout aussi précaires que les premiers mais sans aucune protection. Les théâtres fermés sont désormais ouverts à tous ceux-là comme aux élèves des écoles d’art, futurs artistes ou décorateurs ou éclairagistes qui ont massivement rejoint le mouvement.

Depuis le 4 mars, le gouvernement reste sourd à toutes leurs revendications. Une attitude qui provoque incompréhension et colère. Leur mobilisation nous concerne tous. C’est quoi un monde sans ces fenêtres ouvertes sur l’imaginaire, la prise de conscience, la liberté, la parole, la pensée que représentent les théâtres, les musées?

Une année a passé depuis la fermeture des théâtres. Comment vous et l’équipe des Tréteaux de France avez-vous traversé cette période?

ROBIN RENUCCI Notre travail est quotidien et intense. L’ensemble des actions que nous menons, je ne parle pas des représentations avec le public, qui ont été altérées, mais bien de toutes les petites formes, les ateliers dans les collèges, les lycées, en banlieue, dans les villages, nous en avons maintenues.

C’est un travail énorme, mais cela fait partie de notre mission de théâtre public de mener de front les actions artistique et culturelle. Cela représente beaucoup d’investissement et nous l’avons poursuivi avec enthousiasme et détermination.

Icon QuoteCe sont mes élèves qui occupent les théâtres. J’y vois un signe d’espoir. C’est une jeunesse qui démontre sa capacité à se retrouver, s’organiser.

Depuis le 4 mars, plus de 90 théâtres sont occupés. Le président de l’Association des centres dramatiques nationaux (ACDN) que vous êtes soutient ce mouvement. Au-delà des revendications pour la prolongation de l’année blanche (1) et pour l’annulation de la réforme de l’assurance-chômage, de quoi ce mouvement est-il, pourrait-il être le nom?

ROBIN RENUCCI C’est un printemps de la jeunesse. Je suis professeur au Conservatoire, ce sont mes élèves qui occupent les théâtres. J’y vois un signe d’espoir. C’est une jeunesse qui démontre sa capacité à se retrouver, s’organiser. Ce mouvement est une piste d’envol pour s’approprier l’avenir.

 

Voir les commentaires

La coopérative des idées

26 Mars 2021, 07:16am

Publié par PCF Villepinte

 

Voir les commentaires

Audrey Vernon : « Les ouvriers ne se foutent pas de l’écologie »

25 Mars 2021, 07:54am

Publié par PCF Villepinte

Audrey Vernon lance la première salve, ce week-end, avec son spectacle, qu’elle veut entièrement gratuit, avant d’entamer sa tournée des ZAD. Magali Bragard

Habituée de la Fête de l’Humanité, Audrey Vernon a beaucoup joué son spectacle Comment épouser un milliardaire? dans les usines. En février, elle soutenait les salariés de la raffinerie de Grandpuits. Mardi, elle était à Amiens, aux côtés de Gaspard Fontaine, poursuivi pour le décrochage du portrait d’Emmanuel Macron.

Ce week-end, l’humoriste débute un tour de France des zones à défendre (ZAD), pour le lancement des Soulèvements de la Terre à Besançon, en jouant, gratuitement, Billion Dollar Baby, une adresse tragi­-comique à son bébé à naître sur fond de désastres environnementaux.

Quel est le sens de votre tournée des ZAD et de votre présence à Besançon?

Audrey Vernon J’ai beaucoup joué mon spectacle Comment épouser un milliardaire dans les usines. Cela m’avait nourri de connaître et de voir «en vrai» le monde ouvrier, que jabordais à travers le prisme des milliardaires dans mon spectacle. Au début de la pandémie, jai écrit un texte dans lequel jexpliquais ne pas vouloir dune réouverture des théâtres dans les mêmes conditions qu’avant, c’est-à-dire en faisant partie du cycle de la marchandise, en étant la récompense du salarié docile, en étant le divertissement qui est le pendant à notre asservissement.

Je suis ravie que cela ne reprenne pas. En tout cas, pas tout de suite. Vu ce que je dis dans Billion Dollar Baby, la gratuité a énormément de sens. Je parle des peuples premiers, qui sont plutôt des sociétés du don contre don. Ce spectacle sera plus dans le don que dans la vente. Je veux qu’il change le monde, donc je vais dans les lieux de résistance avant qu’il ne soit trop tard. Dans dix ans, je ne veux pas me dire que je n’ai rien fait.

Vous poursuivez dans la droite ligne de vos spectacles dans les usines…

Audrey Vernon Je parlais d’économie de façon théorique. Je voyais la pauvreté et la violence, mais aller dans les usines a rendu les choses plus concrètes, m’a fait connaître les gens, les familles et les lieux. J’entends souvent dire que les ouvriers se foutent de l’écologie. C’est complètement faux. L’écologie est une de leurs préoccupations principales. En récupérant l’usine d’Unilever, les Fralib ont tout de suite voulu arrêter l’aromatisation chimique pour revenir à l’aromatisation naturelle.

Ils ont racheté des champs de tilleuls pour faire du local et de l’écolo. C’est pareil pour la CGT, qui milite pour que Thales arrête de fabriquer des armes. Personne n’en parle. C’est dommage. À Grandpuits, j’ai joué pour des raffineurs qui veulent que Total répare les fuites des pipelines en Seine-et-Marne. L’écologie est au cœur de leurs préoccupations. Dire que les ouvriers ne pensent qu’à leur emploi est un mensonge. On ne leur rend pas assez hommage.

Une artiste peut-elle changer le réel?

Audrey Vernon Les œuvres d’art ont changé notre vision. Par exemple, sur la peine de mort, Dostoïevski ou Victor Hugo ont fait beaucoup plus évoluer les mentalités que les hommes politiques. Marx a écrit le Capital et inventé les notions qui nous font penser aujourd’hui. Notre culture n’est pas celle des chefs d’État, mais une culture de résistance, qui se transmet de génération en génération, sans l’aide de l’école. On nous bassine avec la Seconde Guerre mondiale, sans nous apprendre comment les résistants ont fait. C’est vraiment dommage qu’on ne nous explique pas comment on s’organise concrètement pour s’opposer au totalitarisme. Les artistes transmettent cette culture.

Quel regard portez-vous sur cette campagne des Soulèvements de la Terre?

Audrey Vernon Le texte est très bien écrit, très beau et très clair. Beaucoup d’associations font des choses concrètes. Aujourd’hui, des dizaines de menaces invisibles pèsent sur les générations à venir. Un génocide se prépare. Nous devons nous réveiller. Certains disent que j’exagère, que nous allons trouver des solutions. C’est ce qu’ont dû se dire beaucoup de peuples premiers, aujourd’hui disparus. Les Guaranis au Brésil se font assassiner par le gouvernement de Bolsonaro, des peuples d’Ouganda se font déporter à cause de Total. C’est aussi pour cette raison que je suis allée jouer à Grandpuits.

Que vous inspire l’occupation des théâtres?

Audrey Vernon Je suis pour toutes les récupérations de lieux qui nous appartiennent. J’ai décidé de mettre mon énergie dans les ZAD. Je comprends et je soutiens leur mouvement, mais instinctivement, j’ai du mal à prêcher pour ma paroisse. Cela dit, à Amiens ou à Besançon, ce sont les intermittents en lutte qui me fournissent toute l’infrastructure technique et font en sorte que je puisse jouer.

Qu’allez-vous faire lorsqu’ils vont rouvrir?

Audrey Vernon J’espère que le monde aura tellement changé que mon spectacle ne sera plus d’actualité. Je vais tout faire pour ne plus avoir à le jouer à la réouverture des théâtres. J’attends la libération pour faire des spectacles sur les petits oiseaux et des trucs non politiques. J’espère ne plus avoir à jouer un spectacle qui parle de l’extinction de l’humanité. Ce n’est pas possible de souhaiter la réouverture des théâtres cela.

En quoi les confinements ont-ils nourri votre réflexion?

Audrey Vernon Nous avons vécu tout ce que je souhaitais, c’est-à-dire l’arrêt des avions, du commerce et la décroissance. Pendant quelques jours, nous avons réduit nos émissions de gaz à effet de serre. Mais j’aimerais que cela soit un choix et pas qu’on nous l’impose. Comme le dit très bien le texte des Soulèvements de la Terre, on décide de tout pour nous. J’aimerais bien que nous soyons partie prenante, que nous décidions de quelles technologies nous avons envie.

Dans le spectacle, vous envisagez la possibilité que votre enfant en gestation assiste à la fin du monde…

Audrey Vernon Il faut changer maintenant, le temps nous est compté. Nous sommes dans un film de Bruce Willis. Et si tout le monde se caresse la barbe pendant dix ans, c’est fichu. Billy Wilder disait, à propos du nazisme: les optimistes ont été à Auschwitz et les pessimistes à Hollywood. Il ne faut pas être trop optimiste. Ce qui nous menace est tellement impensable et énorme quon ne peut pas se limaginer. Nous avons créé des monstres tellement menaçants – le nucléaire, les armes, les pesticides, les engrais – qu’ils peuvent détruire la vie sur Terre. Notre cerveau n’est pas fait pour penser cela. Je préfère être une pessimiste qui se trompe plutôt qu’une optimiste qui laisse faire.

 

Voir les commentaires

Quand la bande dessinée enquête sur les racines de la violence économique

22 Mars 2021, 09:36am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité

Michaël Mélinard

«Le Choix du chômage» est un roman graphique mais pas seulement. Le grand reporter Benoît Collombat et le dessinateur Damien Cuvillier passent au scalpel 40 ans de mise au pas idéologique. ENTRETIEN

Grand reporter à France Inter, Benoît Collombat était entré en bande dessinée par la grande porte avec le superbe «Cher pays de notre enfance», coécrit avec Étienne Davodeau. Pour «le Choix du chômage», il sallie au talent du dessinateur Damien Cuvillier qui, dans un registre graphique très large, s’approprie le récit touffu de l’emprise du néolibéralisme sur les grands choix économiques de la France. Le livre rassemble à la fois des acteurs de cette histoire et des sociologues, des économistes, des philosophes ou des militants. Le récit est déconstruit, digressif, complexe et pourtant passionnant, avec près de 300 pages qui fourmillent de multiples références. Rencontre avec Benoît Collombat, scénariste de cette incroyable somme.

Quelle est la genèse de cette enquête?

BENOÎT COLLOMBAT «Le Choix du chômage» est un peu lenfant de ma précédente bande dessinée, «Cher pays de notre enfance», avec Étienne Davodeau. Nous étions partis, sur une enquête consacrée à la violence politique dans les années 1960 et 1970, à la rencontre danciens responsables politiques, magistrats, barbouzes, truands et agents secrets. À ce moment-là, le politique a encore la main sur les grands choix économiques et financiers. Dans «le Choix du chômage», Damien Cuvillier et moi voulions raconter la suite, le grand basculement qui sopère à partir de la fin des années 1970 et au début des années 1980, en enquêtant sur la violence économique. Nous essayons de documenter les coulisses des grands choix économiques, mais aussi, et c’est tout l’objet du livre, la victoire d’une idéologie, le néolibéralisme. C’est, parallèlement, la reddition du pouvoir politique, qui décide de ne plus peser sur les grands choix monétaires et financiers. L’enjeu était de raconter ces quarante dernières années pour comprendre la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui…

 

Voir les commentaires

#OdeonOccupe : « Le gouvernement doit sortir de sa tour d’ivoire » (Pierre Dharréville - PCF)

12 Mars 2021, 09:41am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 11/03/2021 par PCF

« Inutiles et dangereuses ». Voilà comment la ministre de la culture juge les occupations de théâtres. Et si c'était ce que le gouvernement pense au fond de la culture ? Inutile et dangereuse ?

L'occupation de l'Odéon avec lui de plusieurs autres théâtres, pose avec force la question de la culture que le gouvernement ne veut pas voir. Elle manifeste que la réforme de l'assurance chômage ne passe pas. Elle interpelle sur le prolongement des droits des intermittents du spectacle, empêchés de travailler depuis si longtemps, et la prise en compte des situations ignorées comme celle de nombreuses femmes en phase de maternité.
Plutôt que de s'enfermer dans sa tour d'ivoire, le gouvernement doit cesser de tarir les sources de la vie culturelle et d'empêcher la rencontre qu'elle permet. Les émotions, les idées, les interrogations et tant d'autres choses sont ainsi mises sous clef alors que nous en avons besoin pour vivre, pour vivre ensemble, pour vivre libres, pour affronter la crise. Des conditions sanitaires adaptées ont été déterminées. 

Ce mouvement pose des questions incontournables, il ouvre de nouveaux horizons pour la période à venir. Plutôt que d'employer des mots qui blessent, nous appelons le gouvernement à regarder en face les aspirations dont ce mouvement d'occupation de théâtres qui grandit est la manifestation.

 Pierre Dharréville, député des Bouches du Rhône et Responsable de la commission Culture au PCF,

 

Voir les commentaires

Il s'agit de créer la 1ère Ferme Maraîchère biologique du 93 !

8 Mars 2021, 13:24pm

Publié par PCF Villepinte

Située dans le Parc Départemental du Sausset (RER B Villepinte) Il s'agit de créer la 1ère Ferme Maraîchère biologique du 93 !

Située dans le Parc Départemental du Sausset (RER B Villepinte) 

Notre devise  « Bio, Local et Durable pour tous »

 Le Potager du Grand Paname c’est : 

-10 000m2 cultivés en maraîchage biologique diversifié qui proposeront des légumes locaux, frais et de saison aux Franciliens. 

- 5 000m2 aménagés de façon à devenir un lieu de transmission de notre savoir-faire à travers des formations, des ateliers pédagogiques & des visites de la ferme. 

Accompagnez-nous dans cette belle aventure !

Pour cela cliquez sur le lien ci-dessous, créez votre compte & votez pour notre projet.

C’est gratuit, rapide et engagé ! 

 =>    https://budgetparticipatif.smartidf.services/projects/le-budget-participatif-ecologique-2eme-session/collect/depot-des-projets/proposals/creation-dune-ferme-urbaine-maraichere-productive-et-pedagogique

 

Merci pour votre soutien et à bientôt ! 

Floriane & Brice, Vos Maraîchers Urbains.

 

Contact

Le Potager du Grand Paname | Agriculture Urbaine

phone:  0603230924

mobile:  0675556859

email:  contact@lepotagerdugrandpaname.fr

address:  95 avenue du Président Wilson, 93108 Montreuil

 
 

Voir les commentaires

Musique. Karimouche, une sacrée gouaille et des rimes en bataille

7 Mars 2021, 07:55am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Vendredi 5 Mars 2021

Fara C.

Dans son troisième album, l’artiste française fustige racisme, sexisme et autres maux, au son d’un caravansérail musical exaltant où cohabitent chanson française, électro, dubstep et délices orientaux. «Il faudrait rester cool / Alors quon coule, coule», chante cette interprète aux multiples facettes… ENTRETIEN.

L’interprète, auteure, compositrice et actrice française publie un disque puissant, qui concilie science et conscience. Sa gouaille et ses rimes en bataille font de Folies berbères l’album idéal pour reprendre des forces, et repartir au combat en chantant. ­Karimouche a signé les paroles de sept des onze titres avec l’émérite R.Wan (de Java), en outre invité sur un morceau.

Dans Princesses, la Brésilienne Flavia Coelho se joint à elle. Le clip, qui débute avec des slogans ­muraux (comme «Ras le viol») convie nombre d’artistes – Aïssa Maïga, Awa Ly, Zaza Fournier, Carmen Maria Vega… Il distille le message avec autant de vitriol que d’humour.

Réalisé par l’ingénieux Tom Fire, le disque ­présente un caravansérail musical où cohabitent à merveille chanson française, électro, dubstep, afro-trap, délices orientaux et brises soufflées par l’ancestral hautbois ghaïta.

Avez-vous écrit la chanson Apocalypse Now avant la pandémie? Elle entre en totale résonance avec la situation prévalant depuis un an: «Il faudrait rester cool / Alors quon coule, coule»…

KARIMOUCHE Je l’ai écrite avec R.Wan alors que personne ne pouvait imaginer qu’adviendrait une pareille crise sanitaire et économique. Nous y dressions un tableau de l’état de la société qui, depuis, s’est encore dégradé...

 

Voir les commentaires

Colère du monde de la culture : nous avons suivi les manifestants à l'intérieur de l'Odéon

6 Mars 2021, 11:47am

Publié par PCF Villepinte

Vendredi 5 Mars 2021

Dans la foulée de la manifestation parisienne qui a rassemblé des milliers de personnes, jeudi, des manifestants, artistes et techniciens, intermittents du spectacle, du tourisme et de la restauration, ont envahi le Théâtre national de l’Odéon.

Des banderoles ont été déroulées sur la façade de l’édifice parisien. Elles dénoncent un «gouvernement disqualifié», les «chômeurs non indemnisés» et exigent le «retrait des deux lettres de cadrage». "On est en train de crever !"

Voir aussi : Manifestations. La culture exige des solutions d’urgence

Plusieurs milliers de professionnels du monde de la culture ont manifesté ce jeudi 4 mars partout en France, pour de nouveau crier leur ras-le-bol et exiger la réouverture des lieux culturels, un an après les premières mesures de fermeture. Le rassemblement parisien s'est tenu place de la République, à la mi journée avant de s'élancer vers 14h30, en direction de la Madeleine.

Année blanche

Concomitamment, une centaine de manifestants sont entrés dans le théâtre national de l'Odéon, qu'ils comptent "occuper toute la nuit". "Nous ne sortirons pas avant qu'un conseil national des professionnels du spectacle soit convoqué avec Roselyne Bachelot et Jean Castex", a annoncé Karine Huet, secrétaire générale adjointe du SNAM-CGT.

Le gouvernement, qui a fermé fin octobre les théâtres, musées et autres lieux culturels pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, n'a donné aucune date de réouverture, attendant le résultat de plusieurs "concerts-tests".

L'année blanche, annoncée en mai 2020, qui correspond à la prolongation des droits d'indemnisation jusqu'au 31 août 2021 pour les intermittents arrivant en fin de droits entre le 1er mars 2020 et le 31 août 2021. Les professionnels de la culture exigent également sa prolongation jusqu'en août 2022.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>