Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

crise

Délestages

5 Décembre 2022, 07:47am

Publié par PCF Villepinte

Les écoles victimes d’un refus de priorité

Délestages En cas de coupures sur le réseau électrique cet hiver, les établissements scolaires ne seront pas prioritaires. Le Covid n’a pas servi de leçon: face au risque, un mélange dautoritarisme et damateurisme domine.

L'Humanité Lundi 5 Décembre 2022

Olivier Chartrain

Jean-Pierre AMET

L’école n’est plus prioritaire. C’était pourtant le mantra répété jusqu’à l’absurde par le gouvernement pendant les deux ans où l’épidémie de Covid dominait l’actualité. Mais face aux risques de coupures d’électricité cet hiver, c’est cette fois un refus de priorité que la Macronie oppose aux acteurs du système scolaire.

Non, les écoles et établissements scolaires ne seront pas préservés en cas de délestages: le ministère de l’Éducation nationale l’a confirmé aux organisations syndicales, rencontrées le vendredi 2 décembre.

De quoi rappeler de mauvais souvenirs. «Comme si la crise sanitaire navait pas suffi, revoilà la gestion de lurgence à gérer par les personnels des métiers de l’éducation», a réagi le SE-Unsa, rappelant qu’il avait écrit dès le 18 octobre à Élisabeth Borne pour lui demander de mettre l’école «à labri de la crise énergétique»

Sophie Vénétitay, cosecrétaire générale du Snes-FSU, souligne de son côté que «dès le mois daoût», son syndicat avait interpellé le ministère sur «la nécessité de travailler toutes les hypothèses» en vue de l’hiver. Peine perdue, le ministre a changé mais la méthode demeure: «Comme dhabitude, les annonces ont été faites dans la presse et on nous réunit après», déplore la syndicaliste.

Les établissements en zone rurale seront les plus exposés

Comme tous les acteurs de l’éducation, «nous avions demandé que les établissements scolaires soient prioritaires», rappelle Magalie Icher, présidente de la FCPE, avant de regretter: «Nous navons pas été entendus.» Selon la circulaire envoyée aux préfets le 30 novembre, les coupures pourraient se produire aux heures de pointe, soit entre 8 heures et 13 heures et de 18 à 20 heures.

Elles ne pourraient excéder une durée de deux heures. En seront préservés les établissements et équipements jugés prioritaires… et les usagers qui auront la chance de se trouver sur la même ligne. Ces services prioritaires étant le plus souvent implantés en agglomération, les écoles situées en zone rurale seront les plus exposées aux coupures.

Le gouvernement considère aussi que l’école n’est pas concernée par les coupures après 18 heures. C’est «oublier» les internats, les dispositifs daide aux devoirs, etc. Sagissant des premiers, le ministère a assuré à des syndicats dubitatifs que les internats disposeraient de systèmes sécurisés, leur assurant une autonomie de cinq heures – jugée suffisante.

Pour le reste, il semble que le gouvernement entend largement reporter ses responsabilités sur les collectivités locales. En cas de coupure matinale, les établissements fermeraient «jusqu’à 13 heures», a indiqué Pap Ndiaye. «Une restauration adaptée à lheure du déjeuner» serait toutefois assurée. Des repas froids, sans doute, car il sera impossible de préparer des repas chauds dans une cuisine privée d’appareils électriques.

Mais comment commander et préparer ces repas froids en étant prévenu du délestage la veille à 17 heures? Sans parler des conditions dans lesquelles les agents des collectivités devraient travailler, sans électricité ni chauffage

Il en va de même pour les transports: les collectivités devraient se débrouiller pour organiser, la veille pour le lendemain, des rotations de cars scolaires sur une demi-journée au lieu d’une journée. Comme beaucoup, Sophie Vénétitay n’y croit guère: «Le plus probable, en rural, cest que les élèves ne viendront pas.»

 Ce seraient donc des journées de classe et de cours perdues, car, remarque Magalie Icher, «sans électricité, pas de distanciel possible»… C’est en janvier et février, les mois habituellement les plus froids, que le risque de délestages sera le plus élevé. Or, c’est dès cette période que sont organisés, notamment, les bacs blancs: que faire si un examen est prévu alors que, faute d’électricité, l’établissement doit fermer ou nest plus desservi par les cars scolaires?

Enfin, «comment vont faire les parents?» en cas de fermeture de l’école, s’inquiète Magalie Icher, rappelant que «pendant le Covid, certains ont perdu leur emploi» après avoir dû s’absenter pour garder leurs enfants. «On est en 2022, dans la sixième puissance économique mondiale, conclut Sophie Vénétitay, et on n’est même pas en mesure de garder nos écoles ouvertes.

C’est révélateur de l’état de nos infrastructures… et des choix qui sont faits.» Il serait par exemple stupéfiant de constater que vitrines, parcs d’attractions ou remontées mécaniques continuent à fonctionner au moment où les écoles, elles, devront fermer.

 

Voir les commentaires

Comment Macron nous prépare au nouveau régime capitaliste :

4 Décembre 2022, 08:37am

Publié par PCF Villepinte

 la pénurie

Le gouvernement annonce une nouvelle ère: celle des pénuries à répétition, sur fond de crises internationale et écologique. Mais derrière son discours de «sobriété», le chef de l’État préfère serrer les ceintures plutôt que de changer de logiciel. Aux dépens des classes populaires. ENQUÊTE

L'Humanité Samedi 3 Décembre 2022

Cyprien Caddeo

Photo by Chedly Ben Ibrahim / NurPhoto / AFP

Il y a quarante ans, on ricanait en Occident des étagères vides et des interminables queues devant les magasins soviétiques. Le capitalisme, lui, apparaissait par contraste comme une promesse sans fin de prospérité et de profusion. Fini la récré? La France et lEurope se demandent maintenant si elles auront assez de gaz pour passer lhiver au chaud.

L’été prochain, face à la canicule et aux sécheresses,  cest leau qui viendra à manquer. Cela tombe bien: les pompiers, eux aussi, sont en nombre insuffisant pour lutter contre les incendies estivaux. Dans un registre plus trivial, les commerçants alertent sur de probables «pénuries» sur certains jouets à Noël alors que, il y a quelques mois, on s’est affolé de l’absence prolongée de moutarde dans les rayons de nos centres commerciaux ou de la crise de l’huile de tournesol, et de son impact sur la production des nuggets de McDonald’s.

Tout cela a conduit, fin août, Emmanuel Macron à théoriser « la fin de l’abondance », évoquant une «bascule»: il faut que les Français shabituent, désormais, à manquer ponctuellement de certains biens, ou à voir leurs prix exploser du fait de leur raréfaction, et à adapter leur consommation en conséquence.

La sortie avait fait rire jaune l’opposition: «Mais dans quel pays vit-il, ce président de la République qui revient de son château fort de Brégançon, où il a fait du jet-ski, en famille, dans sa piscine privée?» s’est emporté, par exemple, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel.

Ne pas remettre en cause l’ordre établi

Depuis, tout le gouvernement a néanmoins embrayé pour s’afficher en champion nouvellement converti au credo de la « sobriété ». «Lexécutif vole nos mots pour les vider de leur sens», en soupire l’eurodéputée écologiste Marie Toussaint.

«Macron fait mine de découvrir la lune en faisant siens des débats et des concepts issus de la contestation du capitalisme, et qui sont anciens», complète Mireille Bruyère, membre des économistes atterrées. Il est vrai que l’illumination est tardive. Mais peut-être est-elle sincère? Le discours sur la sobriété a pu faire dire à un journal commeLe Monde que, face aux crises, Emmanuel Macron avait été contraint de «changer de logiciel»

Vraiment? «Cest juste un discours de branle-bas de combat, conjoncturel, parce quon va manquer d’énergie cet hiver», tempère l’économiste spécialiste de la décroissance Timothée Parrique. Ce n’est pas le discours holistique nécessaire sur la relation entre environnement et économie. En réalité, le chef de l’État s’accommoderait tout à fait d’un «capitalisme gestionnaire de pénurie», pourvu, justement, que cela permette de ne pas remettre en cause lordre capitaliste établi.

Injonctions contradictoires

De fait, un tel discours de renoncement n’a rien de nouveau du côté des libéraux. Les classes sont surchargées, les professeurs en sous-nombre et dépassés? Les hôpitaux saturés, en manque de lits? Les petites lignes ferroviaires s’éteignent les unes après les autres? Oui, mais ça coûte trop cher, voyez-vous, répond l’Élysée, et ce depuis des décennies. Et il ny a pas d’«argent magique», rappelez-vous, il faut faire des économies.

Sil faut différencier les pénuries résultant dun épuisement des ressources de celles provoquées par l’abandon de l’État, dans les deux cas, ce sont les mêmes, les précaires, qui trinquent. «Cest à partir de cela quon doit reconstruire nos sociétés: de la question des besoins, rappelle Marie Toussaint. Et pas sur le désengagement de l’État, que ce soit sur les services publics ou sur la transformation de nos modes de production, dont l’exécutif se lave les mains en renvoyant cela à la responsabilité individuelle du consommateur.»

La production est le grand absent du discours sur la sobriété. Cela est même assumé par la première ministre, Élisabeth Borne: «La sobriété énergétique, ce nest pas produire moins et faire le choix de la décroissance. Cest éviter les consommations inutiles et ne pas consommer tous au même moment.» La Macronie n’a pas lâché l’idée d’un capitalisme vert.

 «Macroéconomiquement, cela revient à dire quon va freiner tout en accélérant», raille Timothée Parrique. «La consommation est déterminée par la production, complète Mireille Bruyère. C’est souvent l’industrie qui crée ce besoin, l’offre qui détermine la demande.» Pour elle, cela illustre les injonctions contradictoires du discours macroniste: «Si je suis Élisabeth Borne, on maintiendrait notre logique productive, avec des hypermarchés aux étagères bardées de produits en toute saison, on bombarderait les gens de pub, tout en leur disant de moins consommer? Il y aurait de quoi les rendre fous!»

Notre sobriété, leurs superprofits

Mais pas question pour l’exécutif d’aller contre son propre logiciel. Ni sur la production ni sur ceux qui tirent profit de cette production: les grandes entreprises et les ultrariches. Pourtant, les pénuries ne pénalisent pas tout le monde, tant sen faut, en témoignent les superprofits de Total ou d’Engie, dont Bercy fait mine d’ignorer l’origine: la moindre quantité de ressources disponibles, pour l’un, et la privatisation de l’énergie, pour l’autre.

Quant à la réaction de l’Élysée à la proposition d’interdire les jets privés, symbole des excès polluants des très riches – une idée qualifiée de «démagogue» et de «populiste» , elle renvoie à un réflexe de défense de classe.

S’il y a une autre grande absente de ce discours, c’est bien la question des inégalités sociales. Qui se privera? Qui coupera son chauffage cet hiver parce que la facture sera impossible à assumer? Les plus précaires. La classe aisée aura, elle, les moyens d’absorber le surcoût. Et même de trouver, soyons-en sûrs, de la moutarde et des jouets pour Noël, malgré l’inflation.

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a certes tenté de rectifier le tir, rappelant l’existence de dispositifs «sociaux» comme le chèque énergie (et inventé au passage un néologisme très disruptif pour désigner les pauvres): «On ne demandera jamais à des Français en situation de sobriété subie de faire des économies.» Subir encore, subir toujours, c’est pourtant bien, in fine, l’objet de ce discours.

 

 

Voir les commentaires

Inflation. Hausse des personnes aidées au Secours populaire

1 Décembre 2022, 07:46am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Laminoirs

7 Novembre 2022, 08:48am

Publié par PCF Villepinte

UN FRANÇAIS SUR QUATRE

DÉCLARE ÊTRE

EN «SITUATION PRÉCAIRE».

L'Humanité Lundi 7 Novembre 2022

Jean-Emmanuel Ducoin

Il arrive parfois, hélas, dans la vie de nos sociétés, que les informations les plus essentielles passent à peu près inaperçues, comme ensevelies sous le flot ronflant et tragique d’une actualité sens dessus dessous. Alors que nous traversons toutes les crises cumulées (climatiques, énergétiques, alimentaires, guerrières, sociales, politiques, etc.), une étude réalisée par l’institut Ipsos pour le Secours populaire français, révélée en fin de semaine dernière, nous annonce une catastrophe en cours, là, sous nos yeux, et tend sur la France un miroir cruel: un Français sur quatre (27 %) déclare être en «situation précaire».

Vous avez bien lu. Dans les tréfonds du pays, comme une traînée de poudre en voie d’explosion sociale à la manière d’un incendie incontrôlable, les fins de mois difficiles deviennent impossibles, ni plus ni moins, et fonctionnent massivement comme autant de laminoirs qui ruinent l’existence des familles et obscurcissent toutes perspectives.

Prenons bien la mesure de ce qui se trame au cœur de la sixième puissance mondiale: 75 % des parents renoncent aux loisirs, 42 % se privent de nourriture pour tenter d’ «offrir de bonnes conditions de vie» à leurs enfants quand 33 % affirment ne pas être en mesure d’avoir une alimentation variée, tandis que 34 % renoncent à se soigner malgré des problèmes de santé. Terrifiants aveux…

En 2022, entre 3,5 et 10 millions de personnes se trouvent dans cette situation. Combien en 2023? Et dans les années futures? Derrière les chiffres, linsupportable réalité des inégalités stratosphériques. Car, pendant ce temps-là, les faits sont têtus et rien ne se passera sans des taxations d’exception, dans un premier temps, puis une redistribution et une répartition des richesses, à long terme, sans oublier une refonte globale du système fiscal.

À l’image du contexte mondial grâce auquel les milliardaires ont pullulé depuis la crise de 2008 et pendant la pandémie de Covid19, notons que, en France, les 500 plus grandes fortunes sont passées à elles seules entre 2010 et 2021 de 200 milliards à 1000 milliards, soit de 10 % du PIB national à près de 50 % du PIB, deux fois plus que tout ce que possèdent les 50 % les plus pauvres! La cruauté des statistiques dit souvent linhumanité et lindécence des puissants.

UN FRANÇAIS SUR QUATRE DÉCLARE ÊTRE EN «SITUATION PRÉCAIRE».

Plus d'articles sur les sujets qui vous intéressent : 

 

Voir les commentaires

Récession 

1 Novembre 2022, 07:46am

Publié par PCF Villepinte

: les 3 menaces

Est-ce que la coexistence d’une forte inflation et d’une stagnation des économies (la « stagflation » dans la langue des économistes) est le seul avenir prévisible ? L’économie française a-t-elle la capacité d’échapper tant à l’inflation qu’à la récession qui s’installe ?

L'Humanité, Lundi 31 Octobre 2022

Jean-Christophe le Duigou

Pour nombre d’experts nous nous retrouvons dans une situation similaire à celle des années soixante-dix, la décennie qui a vu éclater la longue phase de crise dont nous ne sommes pas encore sortis. En un mot il s’agirait de retrouver un certain nombre « d’évidences oubliées ».

L’inflation s’expliquerait par un gonflement de la masse monétaire. Quant aux « pénuries » elles ne seraient que le résultat des « lois de l’offre et de la demande ». Les remèdes ? Une bonne dose d’austérité et une politique fortement antisociale excluant out atterrissage en douceur [1].

Des « choix » qui doivent permettre de retrouver rapidement équilibre budgétaire et orthodoxie monétaire. Attention ! le credo libéral est de retour.

Les banques centrales sont déjà à la manœuvre, relevant avec brutalité les taux d’intérêt Créer une récession pour que le chômage augmente et pour que les salaires réels diminuent s’avère un remède de cheval déjà employé lors de crises antérieures. Quand comprendra-t-on que la répétition de plus en plus rapprochée de récessions (2000, 2008, 2018, 2023 ?) résulte des mesures prises pour prétendument les traiter

Les enjeux sont à chaque fois plus substantiels. Ainsi l’inflation qui portait sur les actifs financiers et immobiliers réapparait, mais elle porte à nouveau sur les biens et services courants. Elle affecte aujourd’hui les différentes sources d’énergie, certains composants industriels et les produits agricoles de base et laisse entrevoir, derrière le retour de la hausse des prix, le passage à une nouvelle forme de régulation imposée par la pénurie.

Par ailleurs le changement climatique, perçu jusque-là comme un risque hypothétique se manifeste dorénavant par de graves conséquences concrètes, telles inondations, tornades, sécheresse extrême. Ce qui différencie la situation présente de celle que l’on connaissait antérieurement c’est la temporalité. Avant les problèmes et leurs conséquences étaient pour plus tard. Maintenant les sinistres sont sous nos yeux.et impliquent de rendre opérationnelle une planification écologique.

En troisième lieu les statuts des salariés ont été emportés par la vague libérale et deviennent de moins en moins protecteurs alors qu’ils devraient au contraire être renforcés. Les clauses d’indexation des rémunérations salariales ont généralement disparu ce qui permet aux entreprises de faire supporter aux travailleurs le coût des hausses de prix. L’enjeu est majeur au moment de solder les extravagances de l’économie financiarisée. Le monde n’a déjà pas assez de services publics pour répondre aux besoins d’école, de santé, de transports et on veut les réduire. 

Enfin la mondialisation connait un coup d’arrêt mais en même temps consacre une réorganisation des échanges internationaux du point de vue des grandes nations, mouvement qui fait que les inégalités de situations entre les populations s’accroissent au détriment des plus fragiles. Dans cette bataille pour le contrôle des flux internationaux de capitaux, on ne peut une nouvelle fois accepter que les Etats-Unis imposent leur loi et fassent payer cher à l’Europe et aux pays en développement les couts de la crise.

Il est urgent de mener une lutte déterminée contre les exigences de la finance particulièrement contre trois menaces : l’instabilité des marchés financiers, les inégalités de revenus et la fragilité des systèmes productifs. Les choix de politique économique faits par nos gouvernants et par les entreprises apparaissent de plus en plus clairement à l’origine des difficultés. Les colères sociales qui se multiplient ces dernières semaines, conséquences de ces politiques d’austérité, ne pourront rester sans réponses.

  [1] « Je n’ai connu aucun atterrissage en douceur depuis la fin de la seconde guerre mondiale » La crise de la dette a commencé, Nouriel Roubini, les Echos 13/10/2022

 

Voir les commentaires

La feuille de route était connue

29 Octobre 2022, 06:45am

Publié par PCF Villepinte

Morgue, coups de force

et sens de la raison

 

Cathy Dos Santos L'Humanité 

Vendredi 28 Octobre 2022

 

La feuille de route était connue. Et c’est parce qu’elle ne leur convenait pas que les Françaises et les Français ont fait le choix de priver Emmanuel Macron d’une majorité toute-puissante. Son précédent mandat, marqué du sceau de la destruction des fondements de la République sociale de l’après-guerre, avait déjà laissé un goût de cendres.

Mais l’Élysée, qui ne retient aucune leçon, s’entête et opte pour le passage en force de ses réformes. Moins de trois semaines après la reprise des travaux de l’Assemblée nationale, le gouvernement dégaine à tout-va le fameux couperet qu’est le 49.3. Ce coup de force constitutionnel est parfaitement légal; mais son recours est symptomatique dun pouvoir qui, se sachant minoritaire, cherche à montrer ses muscles.

Les porte-flingues de son exécutif sont chargés des basses besognes au nom de la doxa thatchérienne mensongère: il ny a pas dalternative à la fuite en avant néolibérale. Quimporte si elle fait couler le sang et les larmes et vient conforter une extrême droite qui n’en demandait pas tant.

Le paysage institutionnel ressemble à une vaste tragédie, où des technocrates hors-sol croient pouvoir diriger un pays comme on gérerait une entreprise où le droit n’aurait plus cours. Les débats, et surtout les amendements présentés par l’opposition qui auraient pu contribuer à stopper la saignée de la Sécurité sociale, dont le budget est aujourd’hui amputé de la dette du Covid, ont été balayés d’un revers de manche.

L’exécutif réduit le Parlement à une sorte de ring où se succèdent les matchs à coups de 49.3 et de motions de censure. La gauche a beau expliquer qu’on ne sert pas un pays en gouvernant envers et contre tout, et surtout contre tous, le pouvoir s’obstine. Les salariés, qui payent déjà la facture des aides publiques et des cadeaux fiscaux octroyés aux entreprises sans aucune contrepartie, sont les premiers à souffrir de l’inconséquence de cette politique de la terre brûlée, chère à Élisabeth Borne.

La première ministre se comporte d’ailleurs à la tête du gouvernement en nettoyeuse, comme par le passé, lorsque, à la SNCF et à la RATP, elle s’est chargée de détruire les statuts des travailleurs dans une marche forcée vers la privatisation des transports. Elle a beau déclarer vouloir «un débat constructif et de bonne foi», ses actes trahissent sa parole. À ce jeu-là, encore une fois, le Rassemblement national risque de ramasser les fruits de la désolation sociale.

Le mépris et l’insolence ne peuvent être une réponse aux problèmes nationaux. À mesure que la crise économique s’aggrave, le sentiment d’impuissance d’hier se transforme peu à peu en une colère palpable. Les journées d’action syndicale de la rentrée, les grèves qui essaiment ou encore le mouvement dans les raffineries, qui s’est soldé positivement malgré une hostilité de classe insupportable, sont autant de signaux que le gouvernement devrait prendre au sérieux.

L’impopulaire réforme des retraites est déjà brandie comme l’autre grand chantier de la présidence, alors que gonflent les mobilisations du 27 octobre et du 10 novembre pour réclamer des augmentations salariales afin de pouvoir vivre. Le choix de la rue comme lieu d’expression d’un mal-être généralisé est un désaveu du pouvoir.

Ce gouvernement isolé, pétri de certitudes qui ne correspondent en aucun cas avec les réalités, manœuvre encore sous les ors de la République. La question est de savoir pour combien de temps encore, avant que les horloges ne se détraquent totalement.

 

Voir les commentaires

Partage des superprofits ou réquisition ?

14 Octobre 2022, 11:31am

Publié par PCF Villepinte

Par Eric Bocquet Sénateur PCF  / 12 octobre 2022

Depuis un certain temps, nos compatriotes regardent avec effarement tourner le compteur des pompes à essence et pendant ce temps, les actionnaires regardent grimper les chiffres des dividendes avec ravissement.

Les prix des carburants s’emballent, la spéculation sévit et Total Energie s’enrichit, y compris grâce à l’argent public du bouclier tarifaire. L’entreprise a enregistré plus de 10 milliards de dividendes au 1er semestre de cette année, ce qui valut aux actionnaires le 28 septembre dernier de bénéficier d’un dividende exceptionnel de 2,6 milliards d’euros. Total Energies deviendra demain Total Bénéfices !

Les salariés des groupes pétroliers demandent légitimement leur part de cette réussite et revendiquent une hausse de leurs salaires. Pour Total Energie cela représenterait une somme de 140 millions d’euros, soit 1,4% des profits du 1er semestre !

M. le Ministre, je pense qu’il est temps de faire pression sur la direction des groupes Total Energies et Exxonmobil, leur demander « un geste de bonne volonté », à l’évidence, cela ne suffit pas. D’autant plus que face aux salariés, le gouvernement brandit la menace inacceptable de la réquisition.

Les salariés ne demandent pas une hausse de 52% de leurs revenus, à l’image de celle que le Pdg de Total Energies s’est octroyée. Ils demandent leur part légitime.
En cette rentrée de forte inflation, la question du pouvoir d’achat est devenue la première préoccupation de nos concitoyens. Comment s’en étonner ?
Vous allez déposer deux amendements en loi de finances qui devraient dégager, nous dit-on, 200 millions. C’est très très loin du compte.
Il faut taxer fortement les superprofits pour aider les salariés, les retraités, les entreprises et les collectivités.

M. le Ministre, vous avez déclaré la semaine dernière : « Je préfère le ciblage au saupoudrage ». Sachez que de ce côté de l’hémicycle, nous préférons le partage au bricolage !

 

Voir les commentaires

Droit aux vacances : l’inflation accroît les inégalités

26 Juillet 2022, 09:15am

Publié par PCF Villepinte

 

PUBLIÉ LE 22 JUIL. 2022

Si les professionnels du tourisme se félicitent de la reprise de l’activité depuis quelques mois, le droit aux vacances, qui avait déjà du plomb dans l’aile, est percuté de plein fouet par la hausse des prix. Une situation économique qui renforce les inégalités d’accès aux vacances.

 

En moyenne, environ 4 français·es sur 10 ne partent pas en vacances l’été. Cette année, l’inflation galopante devrait creuser un peu plus cette injustice.

Les loisirs : première variable d'ajustement en temps de crise

Aussi, le critère du coût est un élément déterminant dans le choix du lieu des vacances. Avec la hausse vertigineuse des prix du carburant par rapport à l’an dernier, les dépenses liées aux transports vont exploser dans le budget vacances.

Autre poste de dépenses qui pèse lourd dans le budget, le lieu d’hébergement. La plateforme PAP Vacances constate une hausse globale des prix des locations de 5,5 % en un an pour les appartements et de 7,7 % pour les maisons. Ainsi, sur les 60 % de Français qui partent en vacances, 40 % partent à l'économie chez des amis ou de la famille.

L’accès aux vacances : une France à deux vitesses

Si le secteur du tourisme a été durement frappé avec la crise sanitaire, les réservations estivales sont en hausse cette année. Cette embellie cache des inégalités. Selon un sondage Ifop publié début juillet pour les professionnels du tourisme, 21 % des français interrogés n’avaient pas l’intention de partir. Mais, le pourcentage grimpe à 30 % pour les privés d’emploi ou les ménages ruraux et même à 36 % chez les familles avec trois enfants ou plus.

Cette inégalité sociale progresse depuis des années. Dans les centres de vacances, les ouvriers et les employés sont moins nombreux. Aujourd’hui, l’industrie touristique semble rebondir, mais avec moins de ménages qui partent en vacances.

Pour la CGT, le droit au repos, et d’une manière plus large le droit aux vacances, constitue un droit fondamental. Ce droit a d’ailleurs été reconnu dans la loi de lutte contre les exclusions de 1998. Pour rendre le droit aux vacances accessible à tous, la CGT exige des augmentations de salaires et des pensions.

Elle revendique aussi des moyens financiers supplémentaires pour les CSE (Comité Social et économique) afin d’aider au départ en vacances, même pour les salariés des petites entreprises qui aujourd’hui ne bénéficient pas d’un CSE.

 

Voir les commentaires

Muscler

29 Juin 2022, 06:59am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 29/06/2022 par PCF

Dans le dernier JDD, on apprend que les cotes de popularité du Britannique Boris Johnson, de l’Américain Joe Biden et du président Macron sont, toutes les trois, en chute libre. Comme l’automne s’annonce pareillement compliqué pour eux, comment peuvent-ils rebondir, s’interroge le journal qui sollicite l’avis de divers instituts. « En musclant leurs positions à l’international », répondent ces experts.

On se trompe sans doute, et on l’espère bien, mais si on traduit en bon français, ça fait un peu penser à cette expression jadis à la mode : une bonne petite guerre et ça repart…

Gérard Streiff

Voir les commentaires

Des « efforts »…

29 Juin 2022, 06:53am

Publié par PCF Villepinte

Publié le Mercredi 29 Juin 2022

L'Humanité Jean-Emmanuel Ducoin

Alors que, dans les tréfonds du pays, une colère de moins en moins sourde se propage à la vitesse des fins de mois difficiles, voire impossibles, le gouvernement est aux abois et tente de renouer avec sa stratégie consistant à saupoudrer des mesures afin de montrer qu’il protège les Français. Mardi, nous avons donc appris que les fonctionnaires seraient augmentés de 3,5 %, dès le 1er juillet. Dont acte. Comme on dit dans ces cas-là: il était temps!

Après des années de disette et de gel du point dindice, cette forme de «rattrapage» au minimum ne passera pas ­inaperçue parmi les personnels concernés, certes, mais reste très en deçà de la crise sociale et des besoins d’une nation désormais menacée dans tous ses équilibres fondamentaux…

Nous le savons, la «bataille» du pouvoir dachat devrait alimenter la reprise des travaux parlementaires. Elle sannonce épique. Dautant que lInsee se veut formel: la terrible hausse des prix va se poursuivre à un rythme infernal, jusqu’à 7 % prévus dès septembre! Énergie, alimentation, produits manufacturés, tout y passe. Linstitut affirme par ailleurs que les remèdes envisagés par lexécutif – prime Pepa, fonction publique, prime d’activité, etc. – n’amélioreront le revenu disponible des ménages que de 1 point seulement, ce qui sera bien inférieur à la réalité de la hausse des prix…

Pendant ce temps-là, l’indécence continue de sévir. Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, les trois groupes EDF, Engie et TotalEnergies ont appelé les Français à réduire leur consommation d’énergie. Certains grands patrons ne manquent pas de toupet, singulièrement celui de Total, qui a distribué 16 milliards de dividendes l’année dernière, qui a augmenté son propre salaire de 52 % en 2021, passant ainsi à 5,9 millions d’euros annuels, et qui ose demander à ses concitoyens de baisser le chauffage ou la climatisation dans les Ehpad cet été…

Des «efforts», réclament-ils. On croit rêver. Pour mémoire, souvenons-nous que tous les superlatifs furent de rigueur pour qualifier l’année 2021 des sociétés du CAC 40. Records historiques des chiffres d’affaires, des résultats nets et des marges opérationnelles. Leurs profits ont rebondi de 85 % et dépassé 150 milliards d’euros. Vous avez dit «crise»?

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>