Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

crise

Droit aux vacances : l’inflation accroît les inégalités

26 Juillet 2022, 09:15am

Publié par PCF Villepinte

 

PUBLIÉ LE 22 JUIL. 2022

Si les professionnels du tourisme se félicitent de la reprise de l’activité depuis quelques mois, le droit aux vacances, qui avait déjà du plomb dans l’aile, est percuté de plein fouet par la hausse des prix. Une situation économique qui renforce les inégalités d’accès aux vacances.

 

En moyenne, environ 4 français·es sur 10 ne partent pas en vacances l’été. Cette année, l’inflation galopante devrait creuser un peu plus cette injustice.

Les loisirs : première variable d'ajustement en temps de crise

Aussi, le critère du coût est un élément déterminant dans le choix du lieu des vacances. Avec la hausse vertigineuse des prix du carburant par rapport à l’an dernier, les dépenses liées aux transports vont exploser dans le budget vacances.

Autre poste de dépenses qui pèse lourd dans le budget, le lieu d’hébergement. La plateforme PAP Vacances constate une hausse globale des prix des locations de 5,5 % en un an pour les appartements et de 7,7 % pour les maisons. Ainsi, sur les 60 % de Français qui partent en vacances, 40 % partent à l'économie chez des amis ou de la famille.

L’accès aux vacances : une France à deux vitesses

Si le secteur du tourisme a été durement frappé avec la crise sanitaire, les réservations estivales sont en hausse cette année. Cette embellie cache des inégalités. Selon un sondage Ifop publié début juillet pour les professionnels du tourisme, 21 % des français interrogés n’avaient pas l’intention de partir. Mais, le pourcentage grimpe à 30 % pour les privés d’emploi ou les ménages ruraux et même à 36 % chez les familles avec trois enfants ou plus.

Cette inégalité sociale progresse depuis des années. Dans les centres de vacances, les ouvriers et les employés sont moins nombreux. Aujourd’hui, l’industrie touristique semble rebondir, mais avec moins de ménages qui partent en vacances.

Pour la CGT, le droit au repos, et d’une manière plus large le droit aux vacances, constitue un droit fondamental. Ce droit a d’ailleurs été reconnu dans la loi de lutte contre les exclusions de 1998. Pour rendre le droit aux vacances accessible à tous, la CGT exige des augmentations de salaires et des pensions.

Elle revendique aussi des moyens financiers supplémentaires pour les CSE (Comité Social et économique) afin d’aider au départ en vacances, même pour les salariés des petites entreprises qui aujourd’hui ne bénéficient pas d’un CSE.

 

Voir les commentaires

Muscler

29 Juin 2022, 06:59am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 29/06/2022 par PCF

Dans le dernier JDD, on apprend que les cotes de popularité du Britannique Boris Johnson, de l’Américain Joe Biden et du président Macron sont, toutes les trois, en chute libre. Comme l’automne s’annonce pareillement compliqué pour eux, comment peuvent-ils rebondir, s’interroge le journal qui sollicite l’avis de divers instituts. « En musclant leurs positions à l’international », répondent ces experts.

On se trompe sans doute, et on l’espère bien, mais si on traduit en bon français, ça fait un peu penser à cette expression jadis à la mode : une bonne petite guerre et ça repart…

Gérard Streiff

Voir les commentaires

Des « efforts »…

29 Juin 2022, 06:53am

Publié par PCF Villepinte

Publié le Mercredi 29 Juin 2022

L'Humanité Jean-Emmanuel Ducoin

Alors que, dans les tréfonds du pays, une colère de moins en moins sourde se propage à la vitesse des fins de mois difficiles, voire impossibles, le gouvernement est aux abois et tente de renouer avec sa stratégie consistant à saupoudrer des mesures afin de montrer qu’il protège les Français. Mardi, nous avons donc appris que les fonctionnaires seraient augmentés de 3,5 %, dès le 1er juillet. Dont acte. Comme on dit dans ces cas-là: il était temps!

Après des années de disette et de gel du point dindice, cette forme de «rattrapage» au minimum ne passera pas ­inaperçue parmi les personnels concernés, certes, mais reste très en deçà de la crise sociale et des besoins d’une nation désormais menacée dans tous ses équilibres fondamentaux…

Nous le savons, la «bataille» du pouvoir dachat devrait alimenter la reprise des travaux parlementaires. Elle sannonce épique. Dautant que lInsee se veut formel: la terrible hausse des prix va se poursuivre à un rythme infernal, jusqu’à 7 % prévus dès septembre! Énergie, alimentation, produits manufacturés, tout y passe. Linstitut affirme par ailleurs que les remèdes envisagés par lexécutif – prime Pepa, fonction publique, prime d’activité, etc. – n’amélioreront le revenu disponible des ménages que de 1 point seulement, ce qui sera bien inférieur à la réalité de la hausse des prix…

Pendant ce temps-là, l’indécence continue de sévir. Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, les trois groupes EDF, Engie et TotalEnergies ont appelé les Français à réduire leur consommation d’énergie. Certains grands patrons ne manquent pas de toupet, singulièrement celui de Total, qui a distribué 16 milliards de dividendes l’année dernière, qui a augmenté son propre salaire de 52 % en 2021, passant ainsi à 5,9 millions d’euros annuels, et qui ose demander à ses concitoyens de baisser le chauffage ou la climatisation dans les Ehpad cet été…

Des «efforts», réclament-ils. On croit rêver. Pour mémoire, souvenons-nous que tous les superlatifs furent de rigueur pour qualifier l’année 2021 des sociétés du CAC 40. Records historiques des chiffres d’affaires, des résultats nets et des marges opérationnelles. Leurs profits ont rebondi de 85 % et dépassé 150 milliards d’euros. Vous avez dit «crise»?

 

Voir les commentaires

Solution

21 Juin 2022, 09:34am

Publié par PCF Villepinte

Maurice Ulrich L'Humanité

Publié le Mardi 21 Juin 2022

On l’a appris dimanche soir. La France n’est plus gouvernable.

Elle l’était avant, avec grenades lacrymogènes et tirs de LBD pour gouverner les gilets jaunes, gouvernance des retraites contre les salariés et les syndicats, gouvernance des hôpitaux et de l’ensemble du système de santé aboutissant à de nouveaux risques de saturation malgré les mises en garde répétées des personnels…

Sans parler de la gouvernance de l’éducation nationale, de celle des bas salaires, etc. Mais bon, il est vrai que la situation institutionnelle est totalement inédite, la majorité n’en étant pas une. La faute à qui? On voit tout de suite les mains qui se lèvent. À Emmanuel Macron, bien sûr. Cest juste, mais cest le peuple qui a voté et donc voilà la solution à la crise de gouvernance qui risque de durer.

C’est celle que le dramaturge Bertolt Brecht avait proposée aux dirigeants est-allemands après une insurrection populaire, en 1953, laquelle faisait tache dans un pays se réclamant du socialisme. Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre?

 

Voir les commentaires

La guerre en Ukraine a bon dos

22 Mai 2022, 06:59am

Publié par PCF Villepinte

Cathy Dos Santos L'Humanité

Publié le Samedi 21 Mai 2022

La guerre ravage l’Ukraine depuis le 24 février. Le constat est désolant: exil, morts, destruction. Par linvasion de son voisin au mépris du droit international, la Russie a offert aux gouvernements qui s’étaient jusqualors tenus en retrait de la folle course aux armements et de l’Otan un prétexte inespéré pour revoir leur politique. Un mot à propos de l’Otan: Vladimir Poutine refusait de voir grandir linfluence de cet organisme à ses portes avec ladhésion de lUkraine.

Depuis le début du conflit, il en est devenu un des meilleurs alliés puisque la Finlande et la Suède, pays neutres jusqu’alors, ont décidé de rejoindre l’Alliance atlantique, renforçant ainsi sa présence militaire sur 1300 kilomètres de frontières. Autre exemple : l’Allemagne. Dès le 27 février, le chancelier actait «un changement d’époque» pour enterrer la posture antimilitariste allemande. Malgré de vives oppositions, Olaf Scholz a promis de porter les dépenses consacrées à la défense à 2 % du PIB.

L’ancien président des États-Unis Donald Trump a dû jubiler, lui qui, en 2017, exhortait ses partenaires européens de l’Alliance atlantique à porter justement à ce niveau les fonds affectés à leur arsenal militaire. Avec un budget de 56 milliards de dollars annuels, Berlin fait pâle figure à côté de Washington, qui a engagé l’an passé dans les armes la bagatelle de 801 milliards de dollars.

Les États-Unis figurent sur la première marche du podium mondial des dépenses militaires, loin devant l’Europe, l’Asie-Pacifique et la Chine. Les chiffres sont éloquents: les sommes allouées à larmement ont atteint le montant vertigineux de 2113 milliards de dollars en 2021, selon lInstitut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Jamais il n’y avait eu un tel emballement mortifère. La disparition de l’URSS et du bloc de l’Est n’a pas entraîné de désescalade. Bien au contraire. Les investissements dans les technologies et équipements sophistiqués sont chaque jour plus extravagants. Les grandes puissances et les royaumes pétroliers s’enferment dans une logique belliqueuse; ils se projettent dans un monde qui serait menacé, selon eux, par des conflits dune amplitude inédite. Pour y parer, ils ont pour seule réponse la guerre. Au point de préférer investir dans la mort plutôt que dans la santé, l’éducation, la transition écologique.

Cette dangereuse fuite en avant fait les affaires des industriels de l’armement. Depuis le début du conflit en Ukraine, les principaux groupes français, Thales et Dassault, ont vu leurs actions en Bourse s’envoler. Aux États-Unis, l’administration de Joe Biden n’en finit plus de faire des chèques et de livrer des armes à Kiev. Le complexe militaro-industriel, l’un des principaux piliers du capitalisme nord-américain, ne s’est jamais si bien porté.

Après s’être insolemment enrichis ces dernières années en invoquant la prétendue menace chinoise, les Lockheed Martin, Raytheon, General Dynamics et autre Northrop Grumman vont voir leurs commandes gonfler à la faveur du déstockage des armes envoyées à Kiev et du réarmement allemand. Qu’il semble loin ce 17 janvier 1961, lorsque le président Eisenhower mettait en garde ses concitoyens contre «toute influence injustifiée, quelle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel».

Le capital fait feu de tout bois. Devant ce cynisme, il est impératif de revenir à la raison et de redessiner une architecture de relations internationales apaisées, pacifiées. Ce n’est pas faire preuve d’angélisme ni de manichéisme que d’affirmer ces principes. Les forces de frappe, les armes de dissuasion peuvent faire exploser mille fois la planète. Une seule suffirait à anéantir l’humanité.

 

Voir les commentaires

Stratégies

18 Mai 2022, 09:54am

Publié par PCF Villepinte

Stéphane Sahuc L'Humanité

Publié le Mercredi 18 Mai 2022

Des agents en combinaisons blanches intégrales, masqués, pulvérisateur de solution de décontamination en main, arpentent les rues. Des quartiers sont hermétiquement bouclés et ravitaillés uniquement en produits de première nécessité. Et la colère qui grandit. Ces images font le tour du monde. Au total, des millions de Chinois sont strictement confinés depuis des semaines. Cette stratégie «zéro Covid» impulsée par le pouvoir chinois depuis l’apparition du virus a porté ses fruits dans un premier temps. Mais la vague Omicron, plus contagieuse et contre laquelle le vaccin chinois est moins efficace, fragilise sa légitimité. Certes, l’université Fudan de Shanghai explique que, sans cela, la Chine pourrait compter, en six mois, 112 millions de cas et 1,55 million de morts. Mais d’autres épidémiologistes réfutent ce scénario. La faiblesse de la couverture vaccinale chez les plus de 60 ans, à peine 60 %, est ainsi pointée du doigt comme un échec de la politique voulue directement par Xi Jinping.

Si l’impact sanitaire est contesté, l’effet économique de la stratégie «zéro Covid» est, lui, bien mesurable. Au point que la promesse du «rêve chinois» sur laquelle repose le contrat social depuis laccession aux responsabilités de Xi Jinping commence à être mise en cause. Car derrière la critique de la stratégie sanitaire pointe la critique politique, et donc la critique de Xi Jinping lui-même. Les luttes d’influence au sein du Parti communiste chinois (PCC) crispent un peu plus la situation à quelques mois du 20e congrès du parti, qui doit déboucher sur une réorganisation «constitutionnelle» de la direction centrale du PCC.

Pour Xi Jinping, l’autoritarisme sanitaire permet aussi d’affermir son pouvoir, même si l’enjeu reste de rétablir le pays sur la trajectoire de l’augmentation constante du niveau de vie. Si sa stratégie fonctionne, il se présentera devant le congrès avec une économie certes convalescente, mais un bilan sanitaire bien meilleur que celui des États-Unis, qui ont franchi la barre du million de morts, contre officiellement quelques milliers en Chine.

 

Voir les commentaires

INFLATION

17 Mai 2022, 06:59am

Publié par PCF Villepinte

CGT PUBLIÉ LE 16 MAI 2022

Alors que l’inflation s’installe en France (+4, 8 % en un an selon l’Insee), les profits n’ont jamais été aussi importants pour les entreprises du CAC 40, preuve que l’inflation est un puissant révélateur du conflit entre le capital et le travail.

Les prix augmentent, les marges des entreprises explosent mais les salaires et les investissements ne suivent pas, et la perte du pouvoir d’achat s’accentue.

En l’absence de redistribution, c’est le travail qui paie le prix de l’inflation. 

L’inflation – une hausse générale et durable du niveau des prix – est manifeste sur bon nombre de produits au cours des 12 derniers mois : combustibles liquides + 84 % ; gaz naturel + 41,3 %, services d’aides à domicile + 16 %, poissons frais +15,6 %, transports des passagers en train + 13,8 %, pâtes + 10,8 %.

Mesurée grâce à l’Indice des prix à la consommation (IPC) établi sur un panier de plusieurs centaines de produits, elle sert de référence à l’indexation du SMIC, du point d’indice, des pensions de retraite.

Mais l’IPC n’est pas un indice du coût de la vie :  l’inflation n’a pas le même impact en fonction des revenus, et ses conséquences sont plus dramatiques pour les petits budgets que pour les hauts salaires. Lorsque l’inflation augmente, la perte du pouvoir d’achat est plus importante en bas de l’échelle des salaires.

« Aujourd’hui, le décalage entre le taux de l’inflation annoncé et le ressenti se creuse » constate Mathieu Cocq, économiste CGT. 

Création d’un indice du coût de la vie

C’est pourquoi la CGT se bat pour la création d’un indice du coût de la vie, qui en prenant en compte d’autres indicateurs (logement, tabac, qualité des produits…), donnerait un meilleur reflet de la réalité des travailleurs, et constituerait la nouvelle référence pour l’indexation.

L’inflation est liée en grande partie au coût de l’énergie : la guerre en Ukraine qui limite les importations de gaz russe, les pays producteurs de pétrole qui n'augmentent pas la production.

Mais les chaines d’approvisionnement au ralenti, les tensions géopolitiques qui limitent l’approvisionnement en matières premières ou en produits, se répercutent aussi sur toutes les chaines de valeur et concourent à son augmentation.

Pour lutter contre l’inflation, la CGT revendique : 

la hausse du SMIC à 2 000 euros brut, 

 la revalorisation de salaires au-dessus de l’inflation,

 le retour à l’échelle mobile des salaires, avec répercussion immédiate de l’inflation dans l’ensemble des branches,

 le blocage du prix de l’énergie et des biens de première nécessité, 

 la réindustrialisation du pays, la création de Pôles publics (énergie, transport, médicaments), pour rester maitres des réponses à apporter à tous nos besoins. 

 

Voir les commentaires

CHRONIQUE Indispensable conférence paneuropéenne de sécurité

2 Avril 2022, 07:40am

Publié par PCF Villepinte

 Francis Wurtz L'Humanité

Publié le Samedi 2 Avril 2022

Francis Wurtz

 

Tout laisse à penser que nous sommes à un moment-charnière de la guerre que mène l’armée russe contre l’Ukraine. Certains observateurs craignent le basculement dans un conflit encore plus ravageur, nous rapprochant toujours plus d’un engrenage incontrôlable. D’autres veulent croire, malgré tout, à de possibles chances de compromis entre agresseurs et agressés.

N’est-ce pas le moment ou jamais – par exemple pour la présidence française du Conseil européen – de tenter une médiation en lançant une grande initiative diplomatique ?

Celle-ci pourrait consister à proposer officiellement –parallèlement à l’établissement d’un cessez-le-feu en Ukraine – au président ukrainien et au président russe, puis, en cas d’acceptation de leur part, à tous les États du continent, quelque soit leur orientation politique, de se réunir ensemble dans le cadre d’une conférence paneuropéenne de sécurité ayant pour mission de mettre à plat tous les différends à l’origine des tensions et des confrontations, et, depuis peu, même d’une guerre, en vue d’aboutir à un règlement global mutuellement acceptable. Les négociations dureraient tout le temps nécessaire, mais tant qu’on discute, les armes se taisent. En cas d’accord, un traité pourrait être signé sous l’égide de l’ONU. 

Rappelons, une fois de plus, à ce propos, un fait majeur, malheureusement trop peu connu : le 6 juin 2008, le président russe d’alors, Dmitri Medvedev, proposa, depuis Berlin, la signature d’un tel traité paneuropéen « juridiquement contraignant  ».

Ce pacte – pouvait-on alors lire dans « le Monde » (17-7-2008), citant M. Medvedev – « pourrait parvenir à une résolution générale des questions de sécurité et de contrôle d’armements en Europe (…) L’atlantisme a vécu, nous devons (donc) parler d’unité au sein de tout l’espace euro-atlantique, de Vancouver à Vladivostok ». Et le quotidien de préciser : 

« Nicolas Sarkozy a déclaré que si Moscou propose “un arc de sécurité de Vancouver à Vladivostok, ça mérite d’être étudié”, mais… reconnut la journaliste, « aucun dirigeant occidental n’a formellement donné suite aux idées de M. Medvedev ». 

L’explication de cette désinvolture, on la trouva dans cette autre citation de M. Medvedev rapportée, elle, par la chaîne France 24 (27-9-2008) : « Le président russe a averti qu’un élargissement de l’Otan vers l’Est “saperait” les relations de Moscou avec les autres pays européens, de manière radicale » et « pour longtemps ». Stopper l’extension de l’Otan était, en effet, le prix à payer pour cet « arc de sécurité ». Or, pour nombre de dirigeants occidentaux, il n’était pas question de « donner à la Russie un droit de veto sur les décisions de l’Otan ». 

Évidemment, rien de tout cela ne peut tenir lieu, quatorze ans plus tard, d’une quelconque excuse à Poutine, unique responsable de son agression armée contre l’Ukraine !

L’évocation de cette occasion manquée en 2008 vise, en revanche, à tirer les leçons du passé pour prendre les bonnes décisions aujourd’hui : je reste convaincu qu’une initiative, même tardive, en faveur d’une conférence paneuropéenne de sécurité servirait la cause la plus précieuse : la paix. 

 

Voir les commentaires

Zéro ?

22 Mars 2022, 08:19am

Publié par PCF Villepinte

LE BILLET DE MAURICE ULRICH Publié le Mardi 22 Mars 2022

On a eu le sentiment, lundi matin, d’entendre un léger tremblement dans la voix de Léa Salamé sur France Inter, qui recevait Fabien Roussel. Alors que les Échos titraient sur les profits record du CAC 40, avec 160 milliards d’euros cumulés, le candidat communiste venait de proposer le blocage, à 100 %, du versement des dividendes pour les groupes concernés. 

«100 % des dividendes, dit alors Léa Salamé, ça veut dire zéro pour les actionnaires?» Nombre d’auditeurs durent alors penser aux malheureux injustement spoliés par une mesure radicale et qui semblait inédite. Léa Salamé aurait pu se souvenir que la Banque centrale européenne, qui n’est pas dirigée par Fabien Roussel, a pour un temps imposé aux banques européennes le gel du versement des dividendes en période de crise sanitaire.

Que ces mêmes banques ont renoué depuis avec des rendements pour leurs actionnaires de l’ordre de 6 %… Ou bien indiquer aux auditeurs que l’OCDE, face au Covid et à la guerre, appelle à taxer les superprofits des géants de l’énergie. Zéro!

 

 

Voir les commentaires

Le CAC 40 n’oublie jamais de profiter d’une bonne crise

22 Mars 2022, 08:09am

Publié par PCF Villepinte

L’année fiscale se clôt et les entreprises ont publié leurs résultats record, annonçant des distributions de dividendes tout aussi exceptionnelles en 2022.

L'Humanité Publié le Lundi 21 Mars 2022 Pierric Marissal

@ une «Les Echos» 21 mars 2022

Il n’y a pas de quoi se réjouir. Le journal les Échos a compilé, lundi, les 38 résultats cumulés disponibles des multinationales du CAC 40. Les bénéfices enregistrés en 2021 atteignent un montant record de 160 milliards d’euros, qualifié d’«historique» ou encore d’«exceptionnel» par le quotidien financier. Des qualificatifs élogieux que ne partage pas Maxime Combes. «Le précédent record de profits comparable était en 2007, juste avant l’éclatement de la crise financière. Ce n’est pas vraiment de bon augure», insiste l’économiste de l’Observatoire des multinationales.

 Nombreuses aides publiques touchées par ces multinationales

Dans l’ensemble, ces grands groupes font valoir le rattrapage de l’activité de 2020, ralentie par la pandémie, pour expliquer leurs résultats indécents. Dans les faits, ces multinationales n’ont pas souffert du Covid, à quelques exceptions près, comme Renault, qui était mal en point avant, ou Airbus.

 «Au contraire, ces entreprises sont restées fidèles à leurs principes: ne jamais oublier de profiter dune bonne crise en sabrant dans leurs coûts et dans leurs effectifs», assure Maxime Combes. Ainsi les seules entreprises du CAC 40 se sont saisies du prétexte du Covid pour supprimer 60000 emplois dans le monde, dont près de 30000 en France.

La sous-traitance a aussi été saignée: toutes les fonderies françaises des constructeurs automobiles sont par exemple menacées. «Le gouvernement affirme que les profits de 2021 sont les emplois de 2022. Ce nest pas vrai! Les suppressions demploi de 2020 sont les profits de 2021 et seront les dividendes de 2022», corrige l’économiste, qui n’oublie pas non plus de regretter les nombreuses aides publiques massivement touchées par ces multinationales, alors qu’elles n’en avaient pas besoin.

 « Avec la guerre en Ukraine, les cours s’envolent »

Cette logique dure encore aujourd’hui. Air Liquide – 2,6 milliards de bénéfices – touche 200 millions d’euros de subvention pour installer une usine près de Rouen. Total – 14,2 milliards de profits – reçoit une aide publique pour une «gigafactory» de batteries Sans oublier le crédit impôt recherche dont profitent proportionnellement plus les sociétés du CAC 40, ni les rachats de titres de dettes de ces entreprises par la Banque centrale européenne. «Et ce nest pas fini, car, avec la guerre en Ukraine, les énergéticiens voient les cours senvoler, leurs profits aussi», renchérit Maxime Combes.

 « La question d’une taxation exceptionnelle de ces bénéfices »

Pour 2021, Vivendi, détenu par Vincent Bolloré, affiche les plus gros profits, avec 24,7 milliards d’euros: des revenus exceptionnels liés à la vente dUniversal. Derrière, TotalEnergies, habitué des premières places qui lui aussi bat son record de 2007, devance Stellantis, ArcelorMittal et LVMH, entre 13 et 14 milliards de bénéfices chacun. La BNP et Axa s’approchent des 10 milliards. Sanofi fait un peu pâle figure avec «seulement» 6,2 milliards, loin des 12,3 accumulés en 2020 au cœur de l’épidémie.

«En ces temps de calamités, il faut poser la question dune taxation exceptionnelle de ces bénéfices, conclut Maxime Combes. La pandémie n’est pas finie. L’hôpital est au plus mal. On n’a toujours pas de purificateur d’air dans les écoles. Il y a une guerre et des réfugiés qu’il faut accueillir. Sans parler d’une transition énergétique à mener à bien… Et ces entreprises se permettent de cumuler 160 milliards de bénéfices en contribuant si peu à l’effort collectif. »

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>