Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

europe

Un référendum sur l'Europe contre le risque de passage en force

6 Juillet 2012, 11:08am

Publié par PCF Villepinte

sommet européen du 22 juin

 

A lire dans l'Humanité de ce vendredi: le Front de gauche se mobilise pour un référendum sur le pacte budgétaire européen. une nécessité alors que le gouvernement planche sur les moyens dont il dispose pour faire adopter le plus rapidement les conclusions du Conseil européen, règle d'or comprise.

Le Front de gauche a vivement réagi à l’information, révélée hier matin par le journal le Monde, selon laquelle François Hollande et Jean-Marc Ayrault envisageraient de faire voter les députés et les sénateurs dès le mois de juillet sur le traité Sarkozy-Merkel. « Ce passage en force, s’il avait lieu, serait inacceptable et contraire à l’un des engagements majeurs du candidat Hollande qui avait promis sa renégociation. Il est encore temps pour l’exécutif de se ressaisir et de ne pas se laisser imposer la règle d’or budgétaire, faite pour nous asservir aux marchés financiers », a réagi hier Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

"Pratique banale"

François Delapierre a également dénoncé « cette pratique devenue banale, inaugurée par Nicolas Sarkozy avec le traité de Lisbonne en 2007 ». « Si cela se confirmait, avec un vote précipité sans approbation populaire, cette décision donnerait une tonalité très négative à la mandature et renouerait avec le mois des “mauvais coups”, déplore le délégué général du parti de gauche.

"euro-potiches"

Déjà, mercredi, seules les voix du Front de gauche s’étaient élevées sur les bancs de l’Assemblée nationale pour dénoncer « la transformation imminente des membres de l’hémicycle en “euro-potiches” », selon l’expression du député PCF Alain Bocquet. Laurent Fabius a détaillé mercredi devant les parlementaires le pacte sur la stabilité budgétaire et sur la croissance, à la suite du sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin. André Chassaigne, président du groupe Front de gauche, a vivement interpellé le ministre des Affaires étrangères, en exigeant la tenue d’un référendum. Il a par ailleurs clairement fait savoir que « les dix députés du Front de gauche ne voteront pas le traité européen ».

A lire aussi dans l'Humanité de ce vendredi:

  • Hollande ne renégociera pas le pacte budgétaire
  • Le paravent du "Paquet européen", entretien avec Francis Wurtz, député au Parlement européen honoraire
  • Des mesures gouvernementales contradictoires
  • "Fonctionnaires: pas une variables d'ajustement", le point de vue de Jean-Marc Canon, secrétaire général de l'UGFF-CGT

Et aussi sur l'Humanité.fr:

Le vrai visage du pacte sur la croissance et l'emploi

Le paquet cadeau de Hollande

Sébastien Reynaud

Voir les commentaires

Référendum et refondation de l’Europe

6 Juillet 2012, 06:56am

Publié par PCF Villepinte

Entouré de la dramaturgie habituelle, avec ses conciliabules, ses accords dont les populations ignoreront tout, le Conseil européen de la fin de la semaine dernière n’apportera rien de mieux pour les citoyens européens. Pour les marchés financiers, il en va tout autrement. Les places boursières se sont envolées comme par miracle. Ce qui est bon pour la finance ne l’est pas pour les peuples.

Pourtant, une rébellion des pays du Sud, en alliance avec F. Hollande, a créé l’évènement et permis d’obtenir que les fonds européens puissent racheter de la dette des États sans que ceux-ci soient obligatoirement soumis au même dispositif de surveillance que ne l’a été la Grèce jusque là. Et pour la première fois, il est envisagé que la recapitalisation de banques en difficultés puisse se faire par le fonds européens de stabilité. Ce modeste pas en avant reste très éloigné du nécessaire crédit public indispensable pour promouvoir le développement humain sur tout le continent. Il souligne cependant combien des mobilisations populaires dans les États européens pourraient déboucher sur des résultats beaucoup plus conséquents au bénéfice de tous parce que déconnectés de l’emprise des marchés financiers. Ainsi, ce sont ces derniers qui continuent d’influencer le projet d’union bancaire qui placera le système des banques, y compris les banques publiques et mutualistes, sous la coupe de la Banque centrale européenne. Or, celle-ci ne fait rien pour abaisser des taux d’intérêt qui stimulent la spéculation, avec pour conséquence l’aggravation de l’austérité. Mais le plus important de ce Conseil est l’acceptation par  tous les Chefs d’États d’un nouveau traité, bien plus contraignant que celui de Maastricht : « le traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance », appelé aussi « pacte budgétaire ». Le candidat F. Hollande s’était engagé à « renégocier » ce traité, initié par M. Sarkozy et Mme Merkel. Il n’en est rien ! Pas une seule virgule n’a été changée. A tel point que Mme Merkel s’est empressée de le faire voter par le parlement allemand, à peine le Conseil européen terminé.

Ce texte oblige à réduire drastiquement les crédits publics et sociaux et ouvre la voie à une surveillance et un contrôle des budgets des États, de la sécurité sociale et même de ceux des collectivités territoriales. Il oblige à inscrire dans notre droit fondamental, l’obligation de l’équilibre budgétaire par réduction des dépenses et non par augmentation de l’activité productive et  des impôts sur la fortune et le capital. Cela ressemble à une sorte de constitutionnalisation des injustices et des inégalités. Nous avons pu voir de premiers signes de ces orientations avec les lettres de cadrage qu’ont reçues les ministres dans la perspective de la préparation du prochain budget. En fait, dans les mots, on parle de  « croissance » à Bruxelles. Et c’est la dure « austérité » qui est mise en œuvre à Paris.

S’agissant d’un traité qui modifie des règles fixées par celui de Maastricht, adopté par référendum, il serait démocratique que le Président de la République le soumette à la consultation populaire, par la même voie du référendum. Quand les électeurs ont élu François Hollande -et nous y avons contribué- celui-ci refusait « la règle d’or » et s’engageait à la  « renégocier ». L’adopter telle quelle est contraire à cet engagement. Le dernier mot doit donc revenir à nos concitoyens d’autant plus  que l’actuel Président de la République n’est pas à l’origine d’un traité qui a été porté sur les fonds baptismaux par son prédécesseur, M. Sarkozy. Battu, il est naturel de considérer que son traité l’a été aussi! Que le Chef de l’État choisisse la procédure référendaire serait un acte démocratique de première importance. Au delà de nos frontières, il incarnerait l’ambition de la France de voir s’engager un processus de réorientation de la construction européenne, telle que l’espère la grande majorité des peuples du continent européen. On nous rétorque qu’il existe un « pacte de croissance ». A y regarder de près, ce texte n’est qu’une pâle copie de documents antérieurs qui n’ont aucune valeur juridique. Le chiffre de 120 milliards d’euros, brandi depuis des semaines pour la croissance est pour une large part virtuel. Il compile des engagements déjà pris comme l’utilisation des fonds structurels, que les États ne mobilisent pas, parce qu’on leur demande de réduire leurs déficits et les crédits d’investissements. Quant à la taxe sur les transactions financières dont l’application est  sans cesse reportée,  elle exclut un grand nombre de mouvements de capitaux. Et l’augmentation justifiée du capital de la Banque européenne d’investissement sera inopérante dans le contexte de la récession.

Même s’ils existaient réellement, ces 120 milliards doivent être comparés aux 1000 milliards que la Banque centrale européenne a débloqué pour les banques en ce début d’année et aux … 4200 milliards d’euros que les États ont dépensé pour les renflouer.

Mais il y a pire. Ce dont personne ne parle ! Le texte reprend mot pour mot le jargon bruxellois pour accélérer l’ouverture à la concurrence dans des secteurs comme l’énergie ou les transports, la fin de la protection de certaines professions qui seront soumises à la concurrence, l’accélération de la « réforme structurelle du marché du travail », c’est-à-dire encore plus de précarité, de flexibilité, de « mobilité de la main d’œuvre au sein de l’Union européenne ». Et, cerise sur le gâteau, la fin des salaires minimum dans les pays où ils sont garantis!

A ceci s’ajoute l’amplification du libre échangisme commercial avec la négociation d’un accord sur le commerce transatlantique.

Au bout du compte, ce Conseil européen, va  dans le sens des intérêts de la finance, pas de ceux  du monde du travail et de la création, ni de l’avenir de la jeunesse.

Les Français viennent de choisir le changement. Comme nous, ils constatent que des forces considérables se mobilisent dans le pays et en Europe pour en contrecarrer la mise en œuvre. Les puissances d’argent, la droite veulent obtenir ce que le suffrage universel leur a pourtant retiré. Les laisser faire sans réagir reviendrait à sacrifier les chances de réussite d’une politique de progrès. Dans ces conditions, la vigilance et la mobilisation ne doivent pas faiblir pour réclamer sa part d’améliorations dans la vie de tous les jours est un dû et le plus sûr chemin pour sortir de l’austérité et par là-même de la crise. C’est le mandat donné par le peuple au gouvernement et à la majorité de gauche au Parlement. L’austérité de gauche n’est pas plus acceptable que l’austérité de droite. Nous sommes disponibles pour contribuer à créer un rapport de forces favorable à la satisfaction des espoirs placés dans la gauche et l’écologie politique.

C’est cet état d’esprit combatif et constructif qui nous anime quand nous considérons qu’un référendum sur le traité d’austérité budgétaire ouvrirait la voie, en France et en Europe,  à un large débat sur les moyens de sortir de la crise. Il pourrait s’accompagner d’un appel aux peuples européens, lancé par les plus hautes autorités du pays, en faveur d’États généraux de la refondation de l’Europe, pour la libérer de l’austérité qu’impose la dictature de la finance.

Voir les commentaires

« Seules les banques sortent victorieuses du sommet européen » (PGE)

4 Juillet 2012, 06:37am

Publié par PCF Villepinte

Sommet européen :

Les chefs d’État de nos pays reviennent du sommet européen en déclarant bien fort qu’ils ont arraché des victoires pour leurs peuples, des inflexions de la part de la Chancelière Merkel, de Mario Draghi ou de Jean-Claude Junker. Ils auraient, pour la 19ème fois depuis le début de la crise, « sauvé l’Europe ». François Hollande déclare même que l’Europe est « réorientée » dans le bon sens. C’est de la publicité mensongère.

Le projet de pacte budgétaire sort intact de ce qui devait être une « renégociation » et le volet croissance de François Hollande n’a aucune valeur juridique. Qu’elles soient directes ou indirectes, financées par le MES ou non, toutes les soi-disantes « aides financières » seront une nouvelle fois payées par les citoyens européens, via les coupes budgétaires et les attaques aux droits des travailleurs. Toutes les dispositions adoptées au nom de la solidarité avec l’Italie et l’Espagne ne sont que des mesures de socialisation massive des pertes. S’ajoutent la perte de la souveraineté des peuples et le recul de la démocratie parlementaire.

La vérité est la suivante : les négociations dans l’UE libérale se jouent à 27, mais c’est toujours les banques qui gagnent. Nous appelons toutes les femmes et les hommes de gauche, tous les élu-e-s qui sont dans les parlements, à se mobiliser pour empêcher la ratification de ce pacte funeste dans nos pays.

 

 


2 juillet 2012

Seule une refondation de l’UE peut permettre une sortie de crise. Nous le répéterons tant qu’il faudra : l’austérité amène la récession. Il ne peut y avoir de croissance dans ce cadre. Nous proposons une alternative :

- une solution européenne pour les insoutenables dettes publiques existantes, qui prévoie une réduction importante de leur volume,

- changer le rôle et les missions de la BCE pour encourager la création d’emplois et la formation, pas les spéculateurs,

- créer une nouvelle institution : une banque publique européenne, financée par la BCE et la taxation des transactions financières, dont les fonds serviraient exclusivement a favoriser l’investissement public dans les services publics et le développement industriel durable,

- harmoniser par le haut les droits des travailleurs et tous les droits sociaux.

Pierre Laurent, Secrétaire National du PCF, Président du PGE (France), Alexis Tsipras, Président de Syriza, Vi-Président du PGE (Grèce), Paolo Ferrero, Secrétaire national de Rifondazione communista (Italie), Cayo Lara, Porte parole d’Izquierda Unida (Espagne), Jose-Luis Centella, Secrétaire général du PCE (Espagne), Katia Kipping & Bernd Riexinger, Coprésidents de Die-Linke (Allemagne)

Voir les commentaires

Hollande enveloppe le traité austéritaire dans un paquet cadeau et le soumet à ratification

29 Juin 2012, 21:57pm

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 29 Juin 2012

 

 

Bruxelles, envoyé spécial. C’est fait. François Hollande a annoncé ce midi qu’il soumettrait le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) dans l’Union économique et monétaire à la ratification du Parlement français. Lors de la campagne électorale, il avait pourtant promis sa renégociation, avant de ne plus se contenter que d’un volet de croissance, qu’il a pressé ses pairs d’adopter cette dernière semaine. Ce TSCG interdit notamment d’avoir des déficits structurels supérieurs à 0,5%, couronnant ainsi les politiques austéritaires négociées à Bruxelles depuis quatre ans et parfois votées au Parlement européen.

En fait de ratification de traité, c’est un paquet cadeau que soumettra François Hollande à l’Assemblée nationale et au Sénat. Les députés français auront à se prononcer sur un ensemble englobant le TSCG, la supervision bancaire européenne encore en cours de négociation, mais actée ce vendredi, la taxe sur les transactions financières qui devrait voir le jour avant la fin de l’année, et le pacte de croissance. Un tel paquet devrait permettre de faire taire les députés socialistes récalcitrants. « Dans la campagne présidentielle, a justifié l’ancien candidat socialiste, je voulais renégocier le traité pour y mettre ce qui n’y était pas : la croissance et des mesures de stabilité à moyen terme ». En revanche, il n’est pas question, selon François Hollande d’inscrire la règle d’or dans la Constitution. Il privilégie une loi cadre de réduction des déficits.

Qu’est-ce que ce pacte de croissance ? Ce « Pacte pour la croissance et l’emploi » est un programme d’investissements européens pour une valeur de 125 milliards d’euros, soit 1% du PIB européen. 55 milliards de Fonds structurels non utilisés seront réallouées. La Banque européenne d’investissements est dotée de 60 milliards d’euros supplémentaires. En outre, 5 milliards d’euros d’obligations de projets, pour financer des infrastructures seront levées sur les marchés.

Voilà pour l’affichage. Présenté comme devant servir de contrepoids à l’austérité incluse dans le TSCG, elle est en fait son complément. Le premier article du texte rappelle qu’en fait de stratégie de croissance, les « nouveaux outils pour la gouvernance économique doivent être utilisés à plein ». Il s’agit là du semestre européen, des recommandations adressées par la Commission aux pays européens et qu’ils sont tenus d’appliquer, depuis l’adoption par le Parlement européen du paquet de directives 6-pack l’an dernier. La directive 2-pack doit être « adoptée rapidement » disent les conclusions du Conseil. Ce texte permettra notamment à la Commission européenne d’intervenir en plein débat budgétaire dans les Etats membres, lui conférant quasiment le pouvoir de présenter des amendements aux budgets nationaux.

Autre élément marquant du sommet : le pressing des chefs de gouvernements espagnol et italien, Mariano Rajoy et Mario Monti. Le premier a obtenu une recapitalisation des banques espagnoles par les fonds de secours européen, sans que cela ne soit compté dans sa dette publique nationale. Le second est lui, parvenu à arracher la possibilité pour un pays de voir sa dette rachetée sur le marché secondaire par les fonds de secours européens. Si les taux d’intérêts sur la dette italienne, aujourd’hui supérieurs à 6% venaient à diminuer, il n’aurait pas recours à cette nouvelle possibilité. Tout pays ayant recours à ces nouveaux outils devront respecter scrupuleusement les recommandations, en matière budgétaire et de réformes structurelles, que leur adresse chaque année la Commission dans le cadre du semestre européen.

Gaël De Santis

Voir les commentaires

lu sur Dialogue clichois

5 Juin 2012, 22:03pm

Publié par PCF Villepinte

L'Union Européenne pour une nouvelle cure de mesures libérales

 

Voter Front de gauche, c’est aussi voter pour une rupture avec la logique libérale qui prévaut dans la construction européenne. La Commission de Bruxelles, sans doute inquiète par le vent nouveau et progressiste qui peut souffler en Europe, remet sur la table ses vieilles recettes libérales pour conforter les marchés et le capitalisme en Europe et imposer partout des politiques d’austérité.

Dans un rapport rendu mercredi, la Commission européenne incite la France à poursuivre ses efforts de réduction de son déficit public. Derrière les recette prônées par Bruxelles se profile une nouvelle cure de mesures libérales, lesquelles loin de combattre la crise du capitalisme, l’aggraveront.

Arriver à bride abattue à la réduction de la dette publique comme le veut François Hollande , ce serait poursuivre, voire accentuer l’austérité dont notre peuple, pas plus que les Grecs, ne veut. Cela signifierait moins de social, moins de services publics, moins de croissance... Les conclusions de ce rapport débute par un bon coup de pression sur le nouveau président de la République et son gouvernement.

"La consolidation budgétaire reste un des principaux défis de la politique économique de la France. Bien que l’objectif de 4,4% du PIB de cette année paraisse atteignable, l’écart avec le seuil de 3% du PIB reste considérable", avertit la Commission dans son étude sur l’application des recommandations qu’elle avait formulées en juin 2011.

 

Lire la suite


Voir les commentaires

ALERTE: Empêcher le totalitarisme austéritaire dans la zone euro

4 Juin 2012, 22:05pm

Publié par PCF Villepinte

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (gauche) et Jean-Claude Juncker, président de l'euro-groupe (droite), à la baguette de ce futur plan avec Jose Manuel Barroso, président de la Commission de Bruxelles et Herman Van Rompuy, président du Conseil de l’Union

 

Plusieurs journaux allemands ont révélé ces dernières heures qu’un coup de force est en cours de préparation pour le Conseil européen (réunion des chefs d’Etat et de gouvernement) des 28 et 29 juin.

Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité et Vice président du groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique au Parlement européen, alerte sur les conséquences d'un plan mené en catimini.

"Celui-ci est mené par un quatuor de personnalités non élues, dirigeant pourtant les institutions européennes: M. Draghi, président de la Banque centrale européenne, M. Barroso, président de la Commission de Bruxelles, M. Van Rompuy, président du Conseil de l’Union et M. Junker, président de l’euro-groupe. Non content de faire accepter le traité austéritaire initié par M. Sarkozy et Mme Merkel, non content de cacher au grand public deux projets de règlements qui donnent les pleins pouvoirs à la Commission sur les budgets nationaux, voici que ce quatuor propose de faire un grand saut dans le fédéralisme ultralibéral européen.

Ils préparent un plan en quatre axes:

  • la création d’une union bancaire, pour renforcer l’Union monétaire et soutenir les marchés financiers
  • le deuxième axe vise à s’affronter aux syndicats nationaux pour « assouplir les règles sur le marché du travail et à faire tomber toutes les frontières douanières ». C’est la surexploitation et la concurrence débridée au profit des puissances d’argent
  • ce super plan prévoit en troisième lieu la création  d’une « Union budgétaire » au nom de la sacro-sainte discipline budgétaire, entendre austérité renforcée
  • enfin, pour coiffer le tout, les quatre mousquetaires au service des financiers veulent créer « une union politique », c'est-à-dire de donner les pleins pouvoirs aux institutions européennes, c'est-à-dire à eux-mêmes, pour instituer le totalitarisme austéritaire.

Voilà qui renforce encore la nécessité pour les populations de se doter de parlementaires du Front de gauche qui, eux, agissent pour la solidarité en Europe, un changement des missions de la Banque centrale européenne et pour refuser le pacte d’austérité budgétaire et le remplacer par un pacte de développement humain, social et écologique, grâce à une nouvelle répartition des richesses. Il y a danger. La mobilisation est indispensable."

 

  • A lire aussi:

Des Irlandais bien contraints de dire oui à l'austérité

Ce que préconisent les tenants de l'antichangement

Front de gauche contre chantage bruxellois

Tous nos articles consacrés à l'austérité et à la zone euro

Patrick Le Hyaric

Voir les commentaires

Merkel et Hollande ne parlent pas de la même croissance

16 Mai 2012, 06:48am

Publié par PCF Villepinte

Première rencontre entre Angela Merkel et François Hollande à Berlin ce mardi soir

 

Lors de leur première rencontre à Berlin ce mardi soir, Angela Merkel et François Hollande ont affiché leur convergences sur la Grèce ou le besoin de croissance en Europe. Mais aucun des deux n'est d'accord sur les moyens de relancer la croissance dans l'Union.

Officiellement et après leur dîner de prise de contact, le nouveau duo franco-allemand est d'accord sur de trois points principaux:

  1. Responsabilités communes. La chancelière allemande a affirmé que la France et l'Allemagne étaient "conscientes de la responsabilité qu'elles ont" pour l'Europe et que les deux pays avaient "le devoir" de travailler ensemble. Le président français a dit pour sa part vouloir une "relation entre la France et l'Allemagne équilibrée et respectueuse de nos sensibilités politiques".
  2. Grèce. "Nous voulons que la Grèce reste dans la zone euro", a déclaré Angela Merkel lors d'une conférence de presse commune à la chancellerie à Berlin. "Je souhaite comme Mme Merkel que la Grèce reste dans la zone euro", a renchéri M. Hollande, en visite à Berlin quelques heures à peine après son investiture.
  3. Croissance en Grèce et en Europe. Tous deux se sont dits prêts à réfléchir à de nouvelles "mesures de croissance" pour aider le pays, en plein chaos politique et qui se prépare à de nouvelles élections.

Passés ces amabilités, Angela Merkel a eu beau affirmer que la presse évoquait "des divergences plus importantes qu'elles ne le sont réellement" entre elle et François Hollande, elle n'a pu masquer les points de désaccord sur les mesures de croissance à adopter dans l'Union européenne. Fidèle à son programme de candidat, le nouveau président français s'est dit "prêt à tout mettre sur la table lors du conseil européen (du 23 mai, ndlr), y compris les euro-bonds", des obligations communes européennes, jusqu'ici un tabou pour Berlin.

Discussion sur le volet croissance du pacte budgétaire

Il a aussi maintenu qu'il voulait renégocier le pacte budgétaire, censé durcir la discipline budgétaire en Europe, pour y adjoindre un volet croissance. Ouvrant la porte à un compromis avec la chancelière sur ce sujet, il a aussitôt ajouté qu'il se prononcerait définitivement sur une renégociation après avoir discuté avec elle.

La chancelière allemande a elle reconnu qu'en évoquant la croissance, elle comme Hollande s'accordait sur un "concept général" qui pouvait recouvrir différents types de mesures et admettant "des signes de divergences".

  • A lire:

Hollande intrônisé, des dossiers urgents sont sur la table

Jean-Marc Ayrault devient le Premier ministre de François Hollande

Le Front de gauche adresse ses félicitations "exigeantes" à Jean-Marc Ayrault

S.G.

Voir les commentaires

Le mécanisme infernal européen (On leur fait un dessin, épisode 7)

9 Avril 2012, 06:47am

Publié par PCF Villepinte


Ep. 7 - Le mécanisme infernal européen ("En... par CN-PCF

 

En 2012, on leur fait un dessin ? Episode 7 sur l'Europe, l'austérité, les nouveaux traités et le Mécanisme européen de stabilité.

Tous les épisodes : En 2012, on leur fait un dessin

 

Voir les commentaires

L'Histoire de l'Union Européenne en 5 vidéos

3 Mars 2012, 18:43pm

Publié par PCF Villepinte

Mots clés : l'humanité, union européenne, histoire, europe,

 

 


En ce weekend de ratification d'un nouveau traité européen, voici en vidéo un exposé sur l'histoire de l'Union Européenne et de ses institutions, afin de comprendre comment nous en sommes arrivés là. La leçon est proposée par Gaël de Santis, journaliste spécialisé sur l'Europe et actuellement envoyé spcial de l'Humanité à Bruxelles.


Gaël de santis 1/5 par cn-pcf_formation

 

 

Gaël de santis 2/5 par cn-pcf_formation


Gaël de santis 3/5 par cn-pcf_formation

 

 


Gaël de santis 4/5 par cn-pcf_formation

 


Gaël de santis 5/5 par cn-pcf_formation

 

Voir les commentaires

Les sénateurs socialistes laissent ratifier le MES de Sarkozy et Merkel

2 Mars 2012, 23:16pm

Publié par PCF Villepinte

 

Mauvaise journée pour la gauche : F. Hollande est retourné en Angleterre pour rassurer de nouveau la City. Selon lui, il faut se contenter de réguler la finance et non la combattre.

Visiblement F. Hollande n’a toujours pas compris la nature de la crise du capitalisme et propose donc, faute de s’attaquer à la domination de la finance, des cataplasmes sur une jambe de bois en guise de remède.

Au Parlement, ce n’est pas mieux : les parlementaires socialistes sauvent la mise à Sarkozy . En s’abstenant, les socialistes, qui ont pourtant la majorité au Sénat, ont laissé le champ libre à la droite et à Sarkozy qui ont pu ratifier en paix leur Mécanisme Européen de Stabilité.

A quoi sert une majorité de gauche si c’est pour laisser le champ libre à la droite ?

Les communistes et élus Front de gauche ont voté contre.

Seuls Jean-Pierre Chevènement (RDSE) et deux sénateurs socialistes (dont M.N. Lienemann) se sont prononcés contre ce mécanisme inventé par la Merkozy. C’est encore pire qu’à l’Assemblée Nationale, où une quinzaine de députés avaient pris position contre. Les socialistes ont clairement laissé le pouvoir à la droite, qui a pu valider les deux textes, celui autorisant la création du MES et celui qui en précise les détails.

 

Lire la suite


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>