Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

europe

UNION EUROPÉENNE. LES NATIONALISTES AUTRICHIENS TOUCHÉS EN PLEIN VOL

20 Mai 2019, 06:16am

Publié par PCF Villepinte

L'extrême droite autrichienne dans la tourmente, son chef compromis par une caméra cachée                                        Lundi, 20 Mai, 2019

L'Humanité Bruno Odent

Un retentissant scandale de corruption fait chuter Heinz-Christian Strache, le leader de l’extrême droite, et éclater la coalition gouvernementale pilotée par le Parti populaire du chancelier Sebastian Kurz.

Coup de tonnerre sur le FPÖ, le Parti bien mal nommé de la liberté (extrême droite autrichienne). À huit jours des européennes et alors qu’il enregistrait des sondages favorables autour de 24 % des suffrages, soit 4 points de mieux qu’au scrutin de 2014, Heinz-Christian Strache, son chef de file, est montré dans une vidéo tournée en caméra cachée, en pleines tractations corruptrices. L’impétrant, s’il cherche à se défendre en invoquant «un attentat politique ciblé» et en annonçant qu’il va se pourvoir en justice, a dû démissionner de ses fonctions de numéro deux du gouvernement et de président de son parti. Et le chancelier Sebastian Kurz a annoncé la rupture de la coalition ÖVP/FPÖ, et donc la convocation d’élections anticipées.

Le document a été tourné en 2017, à la veille des élections législatives où le FPÖ réalisa quelque 25 % des suffrages, au préalable donc à son intégration dans un gouvernement avec la droite, option vers laquelle penchait déjà ostensiblement Sebastian Kurz, le jeune leader, aussi ambitieux que pressé, de l’ÖVP (Parti populaire, d’obédience chrétienne-démocrate) avant de devenir chancelier.

Prise de contrôle médiatique

Dans cette vidéo, commentée et diffusée vendredi par deux journaux allemands, Der Spiegel et Die Süddeutsche Zeitung, sans qu’on connaisse les raisons qui ont préludé à une diffusion si décalée, on découvre Strache en train de s’arranger avec une interlocutrice russe dans une villa sur l’île d’Ibiza. Point d’orgue de leur deal: un pseudo-investisseur russe entrerait au capital du quotidien «populaire» Kronen Zeitung, titre le plus lu du pays - et relais fréquent déjà de campagnes anti-migrants - pour faire de lui un média totalement dévoué aux intérêts du FPÖ. Strache y révèle la haute estime qu’il porte à la presse en assurant que la transaction se passera sans problème. Car, dit-il, «les journalistes sont les plus grandes prostituées de la planète».

En échange de cette prise de contrôle médiatique, le chef de l’extrême droite promet à son interlocutrice «tous les contrats publics remportés aujourd’hui par Strabag», un des poids lourds du secteur autrichien du BTP.

Le scandale porte un coup terrible au FPÖ dont Strache avait repris la direction il y a 14 ans en impulsant, lui qui n’a jamais renié son engagement de jeunesse dans des Burschenschaften (confréries étudiantes pangermanistes peuplées de nostalgiques du nazisme), une ligne encore plus radicale et xénophobe que celle de son prédécesseur, feu Jörg Haider. Mais il éclabousse aussi toute la mouvance nationaliste européenne.

Une gêne perceptible au RN

Le FPÖ constitue depuis des années l’un des alliés privilégiés de Marine le Pen, qu’il aida à former un groupe au Parlement européen. La gêne de la dirigeante du RN était d’ailleurs perceptible, samedi à Milan, au rassemblement des droites nationalistes sous l’égide du leader de la Lega, Matteo Salvini. Celle-ci se refusait à tout commentaire et disait vouloir attendre d’«avoir des explications avec le FPÖ».

Le scandale n’épargne pas non plus le chancelier Sebastian Kurz et son choix de propulser l’extrême droite aux affaires. Ce qui là encore n’est pas sans résonance européenne. L’affaire pourrait doucher au moins momentanément les velléités grandissantes d’alliances entre droite et extrême droite qui pouvaient se référer plus ou moins ouvertement au… «modèle» autrichien.

ÖVP et FPÖ avaient en effet mis en musique une orthodoxie nationale-libérale, banalisant la prise de mesures très concrètes alliant un extrémisme de la déréglementation sociale à un extrémisme anti-migrants du pire acabit.

Deux lois autrichiennes offrent un aperçu très concret des transformations engagées par le chancelier et ses ex-complices. La première comble les libéraux en instaurant une semaine de travail de 60 heures, une réforme du Code du travail qui permet de prolonger l’activité des salariés plus longtemps que les 40 heures réglementaires en cas de fortes commandes. Un cadeau à plusieurs centaines de millions d’euros pour le patronat, qui n’est plus contraint de verser d’heures supplémentaires et qui pourra donc bénéficier d’une baisse sensible des salaires annuels.

L’autre loi, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, flatte la sensibilité xénophobe au sein de l’attelage gouvernemental. Elle organise la «préférence nationale» en indexant le montant des allocations familiales sur le niveau de vie du pays d’origine. L’indemnité touchée par un travailleur hongrois est passée ainsi, cette année, de 172 à 93 euros par mois. Et ce citoyen magyar est de loin le moins mal placé sur cette échelle dégressive qui n’accorde plus qu’une poignée d’euros aux immigrés venus d’Afrique. Cette loi est «contraire au droit européen» avait protesté à juste titre la Commission européenne, tout en se gardant de la moindre mesure de rétorsion.

Bruno Odent

Voir les commentaires

Pour l'Europe des gens,contre l'Europe de l'argent

19 Mai 2019, 17:32pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

 

Le 26 mai, faire d’une pierre deux coups !

 

La mise en scène de l’affrontement entre l’extrême droite et le parti présidentiel servie jusqu’à la nausée dans la dernière ligne droite de la campagne électorale, a été rodée de longue date. En novembre 2017, le Président de la République fomentait dans les salons de l’Elysée un nouveau mode de scrutin pour les élections européennes qui promettait la recours à la proportionnelle, censée rendre compte du pluralisme politique dans la composition du futur Parlement européen. Mais le diable se cache dans les détails. Un seuil à 5% a été fixé pour qu’une liste puisse obtenir des députés, automatiquement au nombre de quatre. Ce seuil, le plus haut d’Europe, vise à contourner les effets de l’élection à la proportionnelle en écrasant la diversité politique du pays, ramenée, selon les souhaits du Président, à son duo savamment entretenu avec l’extrême droite. Et une part très importante des suffrages exprimés, noyés parmi les 34 listes déposées, n’auront pas de représentation.

 

L’élection « proportionnelle » tant vantée devient dès lors une machine à fabriquer du consentement puisque les 79 sièges dévolus à la France seront répartis d’abord en faveur des listes dominantes. Ainsi, des enquêtes d’opinion commandées par des journaux annoncent et mettent en scène depuis des semaines un scénario selon lequel les listes de l’extrême droite et de la majorité présidentielle rafleraient à elles seules respectivement 24 et 23 élus, soit, au total, 47 élus et donc… 68% des sièges disponibles avec moins de la moitié des voix !

 

On nous vend la proportionnelle et, par la magie d’un seuil élevé, on se retrouve avec le fait majoritaire écrasant pour éliminer du Parlement européen les forces de l’alternative. Contrairement à ce qui se dit parfois, la fait qu’une liste de gauche soit maintenue sous le seuil des 5% ne profite à aucune autre liste de gauche, mais renforce au contraire les deux listes présentées comme dominantes par les sondages. Et le phénomène est d’autant plus important que l’abstention s’annonce forte et touche davantage les milieux populaires.

 

Les électrices et électeurs ont le moyen de retourner cette imposture démocratique contre ses concepteurs et l’extrême droite à l’affût. Pour ce faire, il leur suffit d’aller voter en déposant dans l’urne le maximum de bulletins de la liste conduite par Ian Brossat. La dynamique dont il profite et le succès que rencontre sa campagne mettent le seuil des 5% à sa portée. Ce vote leur permettrait de faire d’une pierre deux coups : élire quatre députés communistes utiles pour défendre le monde du travail et les classes populaires qui renforceront le bloc de gauche au Parlement européen, tout en sanctionnant le duo installé entre la majorité présidentielle et l’extrême droite en leur ôtant quatre députés. C’est maintenant que cela se décide. Seule la mobilisation peut bousculer le scénario écrit par les commis politiques des puissances d’argent.                                       

Patrick Le Hyaric.

 

 

Voir les commentaires

Ian Brossat : « Nous revendiquons d’être LA liste repère à gauche »

17 Mai 2019, 05:22am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Vendredi, 17 Mai, 2019

Julia Hamlaoui Extraits

À une semaine du scrutin européen, Ian Brossat compte bien concrétiser dans les urnes une dynamique de campagne qui «signe le retour du PCF sur la scène nationale». Dans la dernière ligne droite, la tête de liste communiste appelle à convaincre les abstentionnistes. Entretien.

À

dix jours du scrutin, le gouvernement, malgré les mobilisations sociales, continue de détricoter les droits en s’attaquant, cette fois, à la fonction publique. Comment «mettre un carton rouge à Macron», le 26 mai? Est-il votre principal adversaire dans cette campagne?

Ian Brossat Nous avons deux adversaires dans cette campagne. Les macronistes au pouvoir et leur concurrent favori, l’extrême droite. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se livrent à une mise en scène ridicule où l’un prétend faire barrage à l’autre. Ils réduisent cette élection à ce faux duel entre fachos et libéraux dans le but commun d’évincer la gauche. Ce que nous proposons, c’est de faire émerger une gauche claire et offensive sur le devant de la scène, et pour cela d’utiliser notre bulletin rouge, le bulletin du Parti communiste et de la liste que je conduis.

Vous proposez une «clause de non-régression sociale». Qu’y gagneraient concrètement les européen-nes?

Ian Brossat La clause de non-régression, c’est une assurance-vie contre les réformes libérales imposées par Bruxelles. Les directives de libéralisation nous ont poussés à démanteler nos entreprises publiques, à instaurer la concurrence au détriment des usagers et des salariés. Dans le domaine de l’énergie, ils promettaient que la concurrence ferait baisser les prix, c’est le contraire qui est arrivé. Le prix de l’électricité va augmenter de 6 % la semaine qui suit les élections! Nous assistons au même triste spectacle dans le domaine du ferroviaire, avec le démantèlement de la SNCF et les tarifs des billets de train qui s’envolent déjà. La clause de non-régression est un outil tout simple: les textes européens ne pourront qu’améliorer les droits des salarié.e.s. Les peuples auront un droit de veto automatique face à toute tentative de faire passer de nouvelles régressions, comme la directive Bolkestein et le travail détaché. Et tant pis pour les lobbyistes des multinationales.

Les traités budgétaires européens sont souvent invoqués pour tenter de discréditer toute alternative en Europe. Ce débat est-il pour vous dépassé? Quelle méthode préconisez-vous pour s’affranchir des règles austéritaires?

Ian Brossat Il faut rompre avec la logique des traités. Ils ont fait de l’Union européenne l’inverse de ce qu’elle devait être. Au lieu de la paix, de la croissance et de la justice, on a obtenu la concurrence, la crise et la précarité. On nous a vendu Flipper le dauphin et on se retrouve avec le requin des Dents de la mer… S’affranchir des traités, c’est possible. Dans la réalité, les gouvernements français ou allemand l’ont déjà fait à de nombreuses reprises, quand leurs dirigeants jugeaient que c’était utile… Parallèlement, nous pouvons écrire de nouveaux traités pour faire de l’Union européenne un outil de progrès social avec tous les pays membres qui le souhaitent…

…Pensez-vous d’ores et déjà avoir marqué des points en donnant une nouvelle image de votre parti?

Ian Brossat Le Parti communiste change et, comme le dit Fabien Roussel, il est de retour sur la scène nationale. C’est un acquis de notre campagne, mais c’est surtout un jalon pour la suite. Car la gauche a besoin d’un PCF visible, clair, offensif et rassembleur. La gauche est en crise, il lui faut des repères! Les Français doivent savoir qu’ils ont une force sur laquelle compter pour reconstruire la gauche de demain, dans la clarté et l’unité. J’ajoute un élément: nous traversons une période où beaucoup de gens doutent de la politique. La confusion généralisée y est pour beaucoup. Rendez-vous compte: 20 % des eurodéputés qui se représentent ont changé de parti depuis la dernière élection. Comment voulez-vous que nos concitoyens s’y retrouvent? Au moins, quand on envoie des communistes au Parlement, on envoie des gens constants, cohérents, qui ne changent pas d’avis comme de chemise.

Vous avez déjà appelé la gauche – dont les scores additionnés risquent de ne pas dépasser les 30 % – à «retrouver le chemin du rassemblement» après les européennes. Pourquoi ce qui serait possible demain ne l’est pas aujourd’hui?

Ian Brossat Les élections européennes sont particulières: à un seul tour, à la proportionnelle. Elles poussent à l’émiettement. Il en sera tout autrement pour les élections municipales de 2020. C’est pourquoi je crois fermement à l’émergence d’une volonté bien plus puissante de rassemblement. Je compte y prendre toute ma place, avec mes camarades.

L’abstention s’annonce à nouveau très élevée, en particulier dans l’électorat de gauche, laissant les mains libres au pouvoir macroniste et à l’extrême droite. Quels sont vos arguments pour les convaincre de se rendre aux urnes et d’y glisser un bulletin PCF?

Ian Brossat Mon argument est simple: 100 % des banquiers, des grands patrons, des actionnaires, des financiers iront voter. Les grands supporters de la droite et de l’extrême droite ne se priveront pas de mettre un bulletin dans l’urne! Si le peuple de gauche, si les habitants des campagnes et des quartiers populaires restent chez eux, ils laissent la victoire à ceux qui nous écrasent. Et si certains estiment que les enjeux européens ne valent pas la peine de se déplacer dimanche 26 mai, qu’ils réfléchissent: cette fois-ci, ils ont l’opportunité d’envoyer à Bruxelles la première députée ouvrière depuis trois décennies!

 

Voir les commentaires

Toulouse: meeting de Fabien Roussel et Ian Brossat

15 Mai 2019, 06:34am

Publié par PCF Villepinte

Toulouse: meeting de Fabien Roussel et Ian Brossat

1 200 en meeting avec Fabien Roussel et Ian Brossat, un appel au vote entendu au-delà des communistes

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10259/attachments/original/1557850727/visuel-toulouse1.jpg?1557850727

Pour ceux qui pensaient le PCF à la peine, la réussite du meeting de Toulouse doit faire réfléchir. 1 200 participants dans une des grandes salles historiques pour la gauche, salle où s’était tenu le congrès de réunification de la CGT et dont le parvis porte le nom de Georges Séguy. Samedi, c’est une forte mobilisation pas vue depuis 10 à 15 ans pour les communistes de Haute-Garonne et des départements voisins. L’expression du PCF is back de Fabien Roussel est reprise par la tribune et a suscité l’enthousiasme des participants du meeting venus soutenir Ian Brossat, tête de liste du PCF à l’élection européenne.

Fabien Roussel a ouvert le meeting de Toulouse en rendant hommage aux deux soldats tués en libérant les otages et en appelant chacun et chacune à une pensée pour leurs proches lors de la Marseillaise qui a clôturé le meeting ; mais il a aussi demandé de travailler à un monde paix où soit respectée l’autodétermination des peuples, dont le peuple kurde ou palestinien. Après cet hommage, le secrétaire national du PCF a voulu lancer un message aux abstentionnistes et aux électeurs de gauche. « Regardez le PCF, jugez-nous sur pièces, regardez nos candidats, notre positionnement et notre volonté de donner un avenir à la gauche, et le 26 mai donnez-nous de la force pour les services publics, pour l’emploi, pour de bons salaires et une vie digne. Il faut prendre l’argent là où il est et donner de la force au PCF. Ce sera utile au monde du travail. »

Ian Brossat est lui aussi d’entrée très combattif. Le tête de liste indique à l’assistance qu’il faut créer la surprise le 26 mai en obtenant le plus grand nombre de voix. Lui qui venait d’avoir le jeudi à Montpellier une expression positive sur sa belle campagne de Virginie Rozière, députée européenne PRG, et qui a reçu à Toulouse le soutien de Françoise Castex, députée européenne PS jusqu’en 2014 qui a décidé d’appeler publiquement à voter Ian Brossat. Ces deux prises de position, dans une Occitanie de gauche, confortent l’idée que le vote pour la liste PCF peut être utilisé par de nombreux électeurs pour envoyer un message de clarté et d’espoir à gauche.

 

Voir les commentaires

Pour l'Europe des gens,contre l'Europe de l'argent

14 Mai 2019, 10:58am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Carton rouge, bulletin rouge

10 Mai 2019, 06:48am

Publié par PCF Villepinte

Le Blanc-Mesnil (93)

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10245/attachments/original/1557417407/visuel-blanc_mesnil2.jpg?1557417407

Plus de 250 personnes se sont réunies au Blanc-Mesnil, lundi 29 avril, au meeting de soutien pour la liste « l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent » conduite par Ian Brossat. En présence d’Éliane Assassi et Fabien Gay (sénateurs de Seine-Saint-Denis), Marie-George Buffet (députée), Didier Mignot (conseiller régional) et de nombreux autres élus du département, ce meeting a permis de faire clairement entendre les exigences de changements politiques en France comme en Europe qui s’expriment dans le pays.

Loin de l’idée reçue d’institutions européennes éloignées de nos vies, ce moment a permis de démontrer l’impact concret des choix européens sur notre quotidien. Ainsi, pour reprendre les propos d’une intervenante : « Quand une CAF ferme à Bagnolet, c’est pour respecter la règle des 3 % de déficit maximum imposés par le traité de Maastricht. C’est cette même logique qui étouffe les municipalités et le département, rendant de plus en plus compliquées les politiques sociales permettant l’accès aux vacances, à la santé ou à la culture dont nous avons cruellement besoin. »

Tout ceci démontre la nécessité d’inviter largement à se déplacer aux urnes le 26 mai prochain. Il nous faut faire connaître notre ambition pour l’Europe. Loin d’une Europe qui oppose les peuples entre eux, nous voulons une Europe de coopération entre les peuples. Nous voulons une Europe qui œuvre tant pour la transition écologique que pour la paix. Nous voulons une Europe qui soit le moteur de la solidarité, un vecteur de développement des services publics et donc de réponse aux besoins des populations. Pour cela, le nombre de député·e·s issu·e·s de la liste « l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent » au Parlement européen qui seront élu·e·s va compter.

                       https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10245/attachments/original/1557417408/visuel-blanc_mesnil4.jpg?1557417408

À l’image des députés communistes européens sortants, nous voulons des parlementaires qui s’engagent avec les syndicats, associations et force citoyenne, tant en tant que lanceurs d’alerte que pour travailler avec le plus grand nombre à la construction de propositions alternatives.

Les députés communistes européens ont déjà su démontrer à plusieurs reprises leur efficacité dans la lutte et pour défendre les intérêts de la population. Patrick Le Hyaric, député européen sortant, a fait part, à l’occasion de ce meeting, de ses actions pour maintenir le programme d’aide alimentaire aux plus démunis, ou encore pour la mise en place d’une garantie jeunesse, dispositif d’aide à l’insertion professionnelle pour les jeunes de Seine-Saint-Denis, initialement exclu de ce dispositif.

Grâce à cela, « à Aubervilliers, 55 % des jeunes qui en bénéficient via la Mission locale d’insertion ont un emploi à la sortie ». Pour conclure cette soirée, Ian Brossat a rappelé que les politiques « vendues » par l’Union européenne ou la France « sont les mêmes ». Avec le « bulletin rouge » édité par le PCF pour ces élections, « on doit pouvoir faire coup double pour faire échouer ces politiques au plan européen et au plan national ! » « Carton rouge, bulletin rouge ! »

 

Émilie Lecroq

Membre du CEN

 

Voir les commentaires

Best of de Fabien Roussel au débat "Quelle France pour quelle Europe"

9 Mai 2019, 12:32pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Europe:Portrait de candidat : Emmanuel Trigo (Var)

16 Avril 2019, 06:48am

Publié par PCF Villepinte

Portrait de candidat : Emmanuel Trigo (Var)

Enseignant, syndicaliste et candidat aux européennes sur la liste conduite par Ian Brossat, Emmanuel Trigo fait partie des nombreux enseignants mobilisés contre la loi Blanquer.

En effet, depuis plusieurs semaines, la communauté éducative se mobilise contre le projet de Loi Blanquer qui s’inscrit dans la politique du gouvernement, rétrograde et libérale. Pétitions, audiences, courriers, occupations d’écoles, rassemblements : les actions se poursuivent.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10134/attachments/original/1554883143/visuel-trigo.jpg?1554883143

Refusant de prendre en compte l’expertise de celles et ceux qui « font l’École » chaque jour, ce projet prévoit de recruter des étudiants qui pourraient assurer des missions d’enseignement, tournant le dos à une revendication majeure des personnels : celle de la reconnaissance professionnelle. Enseigner est un métier exigeant qui nécessite une formation de qualité et des moyens adaptés. À l’opposé de ce qui est prévu avec la mise en concurrence des écoles maternelles et des jardins d’enfants par exemple, ou encore la mutualisation de la pénurie pour l’aide aux enfants en situation de handicap.

Par ailleurs, cette loi représenterait un véritable cadeau pour l’enseignement privé puisqu’en rendant obligatoire la scolarisation à 3 ans, alors que 98 % des enfants de cet âge sont déjà scolarisés, elle obligerait les mairies à financer ces écoles.

Le regroupement écoles-collège dans des Établissements publics des savoirs fondamentaux, mettant les directeurs d’école sur la sellette, a largement contribué à mettre le feu aux poudres. Ces fusions bouleverseraient le fonctionnement des écoles et seraient surtout l’occasion de fermer un nombre considérable de postes d’enseignants.

La mise en place d’un Conseil d’évaluation piloté par le ministère lui-même signerait la fin de l’évaluation indépendante de la politique éducative. Même mise au pas pour la formation avec la création des Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’Éducation dont les directeurs seraient directement nommés par le ministre.

Les temps forts des 19 et 30 mars, puis du 4 avril ont montré le mécontentement et les attentes de la communauté éducative. Élever le niveau de qualification et construire l’École de la réussite de tous nécessitent d’investir et de démocratiser le service public d’éducation.

Voir les commentaires

Élections européennes. À gauche, un scénario pas écrit d’avance

15 Avril 2019, 06:37am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Lundi, 15 Avril, 2019

Julia Hamlaoui

Un mois après la candidature de Raphaël Glucksmann ou l’entrée en campagne de Jean-Luc Mélenchon, le paysage n’est pas figé. Avec 3,5 %, Ian Brossat y marque des points.

À gauche, la donne en vue du scrutin européen de mai est plus mouvante que jamais. Une dizaine de jours après le débat des 12 candidats sur France 2, qui a sonné l’entrée médiatique en campagne, le paysage est loin d’être figé. Parmi ceux qui se sont fait remarquer à cette occasion, la tête de liste communiste, Ian Brossat, longtemps donné à 2 % des intentions de vote par l’Ifop, atteint désormais 3,5 % dans la dernière livraison de l’institut, ce vendredi. Un cap de passé, celui fixant le remboursement de la campagne, dont se félicite le secrétaire national du PCF. «On sent, à travers l’affluence dans nos meetings et le frémissement positif dans les sondages, qu’il se passe quelque chose, affirme Fabien Roussel. Les idées que nous mettons en avant depuis dix mois portent leurs fruits. Une dynamique se met en place tout doucement.» S’il devance pour l’heure Génération.s (3 %) – avec qui, malgré des «discussions» jusque ces derniers jours, une alliance a capoté –, la prochaine marche pour le PCF est celle des 5 %, soit le seuil qui permet d’envoyer des députés au Parlement européen. Pour la gravir, la formation compte se faire entendre sur la question sociale, en écho à la «colère populaire» contre la politique Macron.

«En votant pour nous, chaque voix comptera », estime le PCF

Ce week-end, Ian Brossat fustigeait dans une tribune, la proposition de «Smic à 900 €» de la candidate LaREM, défendant une version européenne «à au moins 60 % du salaire moyen», soit en France 1400 euros net. La liste mise aussi, outre des «meetings quasi quotidiens», sur des initiatives qui frappent les esprits. Étape suivante, après la présentation de son programme dans les prochains jours, à la frontière franco-belge, le 4 mai, avec le PTB pour dénoncer l’évasion fiscale. «Les prochaines semaines vont être déterminantes, il nous manque un peu plus d’un point pour aller chercher les 5 %. Il nous faut convaincre les abstentionnistes de gauche. En votant pour nous, chaque voix comptera, pas seulement pour gagner un député mais quatre», rappelle Fabien Roussel.

Le paysage n’en est pas moins morcelé et l’ordre d’arrivée n’est pas donné d’avance. En tête de la gauche, la France insoumise et Europe Écologie-les Verts sont au coude-à-coude. Après l’entrée dans l’arène de Jean-Luc Mélenchon à Caen – le député de Marseille assurant au moins un meeting par semaine depuis –, la FI a repris la première place avec 8,5 % des intentions de vote, selon le même sondage Ifop, devançant d’un point EELV, mais très loin de LaREM ou du RN à plus de 20 %. Pour progresser, les insoumis, dont la tête de liste, Manon Aubry, participait à un nouveau sommet du plan B à Stockholm ce week-end, ont enclenché une nouvelle opération. Après celle des «holovans», les personnalités du mouvement ont investi hier un site dédié et les réseaux sociaux sur le thème «#Sortirdestraités». De son côté, en revanche, Raphaël Glucksmann n’a pas observé le décollage espéré, avec une liste PS-Place publique donnée entre 5 % et 5,5 % depuis le 1er avril. «Je n’ai jamais pensé qu’il y aurait un effet Glucksmann en deux semaines», a tenté de tempérer l’intéressé ce week-end. La moitié des 22 membres fondateurs de PP l’auraient quitté, rapporte l’AFP, les uns dénonçant trop de verticalité, les autres l’alliance avec le PS. Chez ce dernier, l’ambiance n’est pas plus rose, les proches de Stéphane Le Foll dénonçant une «erreur stratégique». Au total, avec LO crédité de 1 %, les six listes de gauche atteignent les 29 % d’intentions de vote.

Julia Hamlaoui

 

 

Voir les commentaires

Smic européen : stop à la régression sociale ! (Ian Brossat)

14 Avril 2019, 07:59am

Publié par PCF Villepinte

Une tribune de Ian Brossat à propos du SMIC européen et des propos tenus par Nathalie Loiseau, publiée samedi 13 avril dans Midi Libre.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10143/attachments/original/1555163960/visuel_smic.jpg?1555163960

 

 

 

 

 

 

Peu de gens le savent, mais Jean-Claude Juncker touche un salaire de 32 000 euros mensuels. En un mois, le président de la commission européenne gagne tout simplement deux fois plus que le salaire moyen annuel d’un travailleur européen ! Quant à un commissaire européen, il émarge à presque 20 000 euros nets par mois. Comment demander à ces gens de comprendre les problèmes de Monsieur et Madame Tout-le-monde ? 

Ces salaires exorbitants ne sont pas qu’un symbole particulièrement révélateur de la déconnexion de l’Union européenne. C’est plus grave que cela. Car les instances européennes passent leur temps à faire la leçon aux gouvernements, et à la France en particulier, sur le niveau des salaires qui seraient trop élevés.

S’agissant du Smic, l’Union européenne s’est ainsi permis de faire quelques "recommandations". On y lit par exemple qu’il faudrait tenir compte de la "conjoncture" au moment de fixer le montant du salaire minimal. Autrement dit, lorsque la croissance est faible, finie la réévaluation du Smic. Le message est clair : pendant que les actionnaires se gavent de dividendes, baissons le pouvoir d’achat des salariés les plus modestes.
Aucun des responsables et fonctionnaires européens qui formulent ces propositions ne se rendent compte de ce que c’est de vivre avec 1 170 euros par mois. 
Pas plus que Nathalie Loiseau, la candidate LREM aux prochaines élections européennes, qui s’est encore illustrée par une proposition dangereuse pour les travailleurs. Que demande-t-elle ? Un Smic européen fixé à 50 % du salaire médian.
En France, cela représenterait un Smic à 900 € par mois, soit le seuil de pauvreté. Ce nivellement par le bas est une folie, et il n’est souhaitable ni en France ni ailleurs en Europe. Et pourtant, une fois de plus, les libéraux souhaitent faire de l’Europe une gigantesque machine à fabriquer de la régression sociale. Il faut sortir de cette logique infernale, et c’est ce combat que porte le PCF. 

Pour permettre à chacune et à chacun de vivre décemment de son travail, je fais la proposition suivante : oui à un SMIC européen, dans chaque pays, correspondant à au moins 60 % du salaire moyen.

En France, le Smic serait ainsi augmenté à 1 400 € nets. Et pour aider les petites et moyennes entreprises qui auraient des difficultés à financer ces hausses de salaires, réorientons vers les TPE et PME les milliards d’euros du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), versés aux grandes entreprises sans aucune contrepartie ni effet sur l’emploi. 

À cette mesure, j’ajoute également une clause de non-régression sociale : un État-membre pourra s’opposer à toute décision de l’Union Européenne qui dégraderait les conditions de vie et de travail.

Le pouvoir d’achat est depuis des mois au cœur des préoccupations et des revendications, partout en France et en Europe. Il est temps d’en faire une priorité politique. Soyons à la hauteur de l’enjeu !


Ian Brossat, tête de liste PCF aux Européennes

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>