Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Présidentielle: les résultats en détail dimanche dès 20 heures sur l'Humanité.fr

6 Mai 2012, 06:33am

Publié par PCF Villepinte

 - le 4 Mai 2012

 

carte interactive

 

 

 

Dès 20 heures dimanche, découvrez sur notre carte interactive les résultats du second tour de l'élection présidentielle: le taux d'abstention et les résultats nationaux, mais aussi par régions, départements et villes.

Comparez les scores des candidats socialiste et UMP de ce second tour avec ceux des précédentes élections de 2002 et 2007. Analysez tous les résultats exprimés en pourcentage ou en nombre de voix et découvrez le taux de participation au nombre près de votants.

Exemple: les résultats du premier tour de 2012 dans le Puy-de-Dôme et à Clermont-Ferrand

A découvrir aussi sur l'Humanité.fr

  • Vivez en temps réel le deuxième tour, de l'ouverture des bureaux de vote dès 8 heures, dimanche matin, à la publication des résultats à 20 heures et jusqu'aux dernières réactions de la nuit
  • A partir de 19 heures, notre direct à la soirée électorale du Front de gauche avec les réactions de Jean-Luc Mélenchon et des leaders du Front de gauche
  • Dès 20 heures, notre analyse des résultats et des perspectives pour les législatives
  • Les reportages instantanés de nos envoyés spéciaux au Parti socialiste

Tous nos articles consacrés à la Présidentielle 2012 et au Front de gauche sur l'Humanité.fr

Voir les commentaires

Direct: aux urnes citoyens!

6 Mai 2012, 06:29am

Publié par PCF Villepinte

 

Suivez le deuxième tour en direct sur l'Humanité.fr, de l'ouverture des bureaux de vote à 8 heures, jusqu'aux résultats de 20 heures et aux dernières réactions de dimanche soir. Et sur notre carte interactive, tous les résultats nationaux, par régions, départements et villes.

8 heures 20. Dans la matinée, François Hollande votera dans son fief de Tulle, en Corrèze, où il a passé sa journée de samedi. Nicolas Sarkozy accomplira son devoir électoral dans un lycée du XVIe arrondissement de Paris.


8 heures 10. La participation était en forte hausse en Polynésie française à 17 heures locales par rapport au premier tour à la même heure, avec plus de 50% de mobilisation, contre 44,96%.

 

8 heures. Ouverture des bureaux de vote en métropole

 

7 heures. Les deux camps préparaient la logistique de leur fête de victoire à Paris: des ouvriers s'affairaient aussi bien à la Bastille qu'à la Concorde.

 

Samedi. Les électeurs des territoires d'outre-mer et les Français vivant sur le continent américain ont sonné les trois coups du second tour de la présidentielle ce samedi midi.

Après l'ouverture du scrutin à Saint-Pierre et Miquelon, les électeurs de Guyane, Martinique, Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin se sont à leur tour rendus aux urnes, bientôt rejoints par ceux de la Polynésie française dont les bureaux ont ouvert sous un grand soleil à 8 heures locales (20H00 à Paris).

Forte participation attendue dans les DOM

Dans les DOM, où l'abstention est traditionnellement importante aux élections nationales, le second tour connaissait toutefois un regain de participation. En Guadeloupe, la participation attendue devrait être plus importante que le 21 avril (52%), elle atteignait plus de 21% à la mi-journée malgré les averses tropicales intenses qui ont émaillé la matinée. En Martinique, elle s'élevait à 19,47% contre 18,2% il y a 15 jours.

En Guyane, on enregistrait à la mi-journée un taux de participation de 22,11% contre 19,02% en 2007.

Les Amériques aux urnes

Dans les bureaux de vote d'Amérique du Sud, où les Français du Brésil, d'Uruguay et d'Argentine ont commencé à voter. Les Français du Canada et des Etats-Unis ont aussi commencé à faire leur devoir de citoyens. Au même moment, le vote a commencé dans les grandes villes de la côte est des Etats-Unis comme à New York qui compte 23.000 inscrits. Les bureaux de vote devaient ouvrir trois heures plus tard sur la côte pacifique, pour fermer partout à 20h00 locales.

Quand le scrutin débutera en métropole dimanche à 08H00, les 1,7 million d'électeurs inscrits de tous les départements et collectivités d'outre-mer auront déjà commencé, si ce n'est déjà fini, de voter. De même que pour les Français de l'étranger.

Hollande à Tulle, Sarkozy à Neuilly

En Corrèze, François Hollande a arpenté avec sa compagne Valérie Trierweiler les deux marchés de Tulle, comme il en a l'habitude chaque fois qu'il se rend dans son fief électoral. Nicolas Sarkozy, lui, a passé l'essentiel de sa journée en famille: "service minimum public et maximum privé", avait-il dit. Il s'est toutefois rendu en fin de journée à son QG pour remercier son équipe de campagne.

  • A lire:

Présidentielle: quand Sarkozy ment pour cacher son bilan

Présidentielle: les neuf raisons de voter François Hollande

Voir les commentaires

Dans L'Humanité Dimanche: les raisons de voter Hollande dimanche

4 Mai 2012, 08:32am

Publié par PCF Villepinte

Une de l'HD du 3 au 9 mai 2012

 

 

Voter pour François Hollande, c'est le nécessaire premier acte pour déjouer le complot des marchés financiers et de leurs laquais, pour éviter la catastrophe sociale. Le second acte sera de permettre l'intervention du peuple sur la scène et dans le même temps l'élection d'une majorité de gauche en juin avec de nombreux députés du Front de gauche pour rendre les exigences populaires incontournables.

A lire dans l'HD de cette semaine:

  • Acte I, le 6 mai, voter Hollande, puis permettre au Front de gauche de desserrer l'étau et ouvrir une nouvelle perspective à gauche
  • François Hollande peut-il perdre "l'imperdable"?
  • Reportage: du Doubs à la Seine-et-Marne, ouvriers: ce qui va compter pour eux après le 6 mai
  • Le vrai visage des marchés: Un expert du Crédit agricole lâche le morceau, "les marchés vont cogner"
  • Ceux qui veulent battre Sarko, déjouer le complot des marchés et imposer des changements
  • A la gare d'Austerlitz, les cheminots veulent dégager Sarkozy
  • A Saint-Germain-de-Calberte, "on vit ensemble, on vote ensemble" et le Front de gauche fait 35,7%...

A lire aussi

Dimanche prochain, l'enjeu est d'ouvrir une brèche

l'édito de Patrick Le Hyaric

Dimanche prochain, l'occasion est donnée de clore cette période du sarkozysme ultralibéral populiste qui restera comme une des plus noires qu'ait connues la République. Il ne faut pas la manquer. Il faut au contraire s'en saisir pour ouvrir une nouvelle page de notre histoire en utilisant sans ambiguïté le bulletin de vote F. Hollande. Lire la suite...

Suivez la campagne présidentielle sur l'Humanité.fr

Voir les commentaires

Bayrou : « le choix d’un homme de droite attaché aux valeurs républicaines » (Pierre Laurent)

4 Mai 2012, 08:23am

Publié par PCF Villepinte

Bayrou : « le choix d’un homme de droite attaché aux valeurs républicaines » (Pierre Laurent)

François Bayrou vient d’annoncer son refus de cautionner par son vote le 6 mai, la dérive extrémiste de Nicolas Sarkozy. C’est le choix d’un homme de droite attaché aux valeurs républicaines pour lequel cette dérive est devenue insupportable.

Dans le même temps, en annonçant son vote personnel en faveur de François Hollande, il a indiqué qu’il s’opposera à toute tentative de s’écarter de la règle d’or et des politiques d’austérité imposés à toute l’Europe.

Il appelle à l’union nationale autour de cet objectif. Cela signifie qu’après la défaite de Nicolas Sarkozy, pour laquelle nous agissons de toutes nos forces, s’amplifierait le débat sur le sens qu’il faut donner à la politique d’une nouvelle majorité. Le vote pour le front de gauche aux élections législatives deviendra alors la meilleure garantie pour ancrer cette majorité de gauche.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Voir les commentaires

Débat : « Sarkozy menteur et insultant » (Pierre Laurent)

4 Mai 2012, 08:19am

Publié par PCF Villepinte

Débat : « Sarkozy menteur et insultant » (Pierre Laurent)
Le débat de Mardi soir entre les 2 candidats à l’élection présidentielle a montré a quel point il était urgent de débarrasser la France de la présidence de Nicolas Sarkozy.
Le candidat de l’UMP a été dans les cordes de bout en bout. Incapable de présenter la moindre proposition nouvelle, vantant son bilan en tous points catastrophique, ignorant les urgences des français, mentant à tous propos, il s’est aussi montré indigne sur le vote des étrangers, insultant à nouveaux les français et les étrangers de confession musulmane.
 
Nicolas Sarkozy a révélé une fois de plus la gravité de son projet.
Ce débat est un appel à se mobiliser massivement pour lui infliger la défaite la plus cuisante possible dimanche prochain, en votant François Hollande.
 

Voir les commentaires

1er Mai : 750 000 manifestants contre l'austérité et Sarkozy

1 Mai 2012, 18:41pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 1 Mai 2012

 

 

 

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé ce mardi en Province, plus de 200 000 à Paris, pour dire non à l'austérité imposée par l'Union européenne. Il faut aussi constater qu'à cinq jours des présidentielles, le rejet de Nicolas Sarkozy est également extrêmement présent. Voici les principales déclarations syndicales et politiques.

Près de 290 cortèges sont annoncés par la CGT, dont l'un dans l'après-midi à Paris. Le syndicat annonce 750.000 manifestants dans toute la France, une mobilisation 7 fois supérieure à l'an passé. L'intersyndicale (CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa), a promis qu'il n'y aura pas de message politique sur les banderoles des défilés du 1er-Mai mais la CGT, à la différence des autres organisations, a appelé à "battre Nicolas Sarkozy". A Paris, les délégations du Parti socialiste et du Front de gauche devraient rester en queue du défilé. Derrière une longue banderole sur laquelle on pouvait lire "Pour la solidarité internationale et le progrès social", ont notamment pris place côte à côte, Bernard Thibault (CGT), François Chérèque (CFDT), Annick Coupé (Solidaires) Bernadette Groison (FSU) et Luc Berille (Unsa). Avant le départ du cortège, Annick Coupé, déléguée générale de Solidaires, a admis que pour son syndicat "il n'y a(vait) pas de séparation stricte entre politique et social". Comme la CGT, Solidaire a plusieurs fois appelé à battre Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle.

  • Les déclarations syndicales importantes

A Denfert - derrière le carré de tête, des salariés de l'usine PSA d'Aulnay, menacée de fermeture, sont venus manifester. "Sarko et Hollande vont débattre demain et nous on na toujours rien sur notre avenir. Nous sommes les vrais travailleurs, les vrais ouvriers", confie à l'AFP Rodolphe Feger, délégué syndical CGT.

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, ; "Le 1er-Mai appartient aux travailleurs et à personne d'autre". "Le discours de Nicolas Sarkozy sur le travail est devenu insupportable". "Chaque fois qu'il y a eu dans l'Histoire une mainmise du politique sur cette fête (du 1er-Mai-), c'était dans un contexte de dérive antidémocratique". Pendant la manifestation, il a demandé d'«arrêter de se chamailler sur des provocations, nous devons parler du chômage, de l'emploi des jeunes". Mais, prévient-il, "ceux qui attaquent les syndicats, comme Nicolas Sarkozy, se trompent, ce sont des millions de personnes qui votent pour nous. Pour eux, c'est une humiliation".

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a confirmé qu'il appelait à voter pour battre Sarkozy. "La CGT a appelé à battre le président de la République actuel". "Je m'étonne que certains s'étonnent qu'un syndicat de salariés puisse avoir une opinion à propos des enjeux d'une élection présidentielle."

La CGT exige un smic à 1700 euros par mois et attend de François Hollande, qui a promis une grande réunion avec les partenaires sociaux s'il est élu le 6 mai prochain avant de se prononcer, qu'il aille dans ce sens très rapidement. Bernard Thibault estime que les plans d'austérité mis en place dans l'Union européenne mènent cette dernière à la catastrophe et plaide pour l'Europe sociale.

  • Les politiques

     

    "Après cinq ans de mépris et de monarchie du fric, le temps est venu du respect des travailleurs, de leurs revendications et leurs droits", lance Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, sur le stand du Front de Gauche installé à Port-Royal. "Il n'y a pas une revendication sociale qui s'est arrachée autrement que par les luttes, ce sont des usurpateurs", a ajouté Jean-Luc Mélenchon, "et aujourd'hui ils reçoivent la leçon qu'ils doivent recevoir, celle de notre mobilisation".

    Pour Eva Joly, sur le stand d'EELV près du jardin du Luxembourg à Paris, "distinguer les +vrais+ travailleurs des autres et taper sur les corps intermédiaires, c'est anti-démocratique. Les Français sont très nombreux dans la rue, et c'est une façon de dire +nous ne voulons pas d'un président qui divise les Français et est aussi clairement anti-immigrés+!"

    François Hollande : "Je veux rendre hommage, moi, à tous les syndicalistes de France, à celles et ceux qui humblement, modestement, défendent les travailleurs, ont le plus beau des mandats - souvent éviter aux plus faibles le licenciement, donner de la dignité à ces travailleuses, ces travailleurs". "Oui, la fête du Travail, c'est la fête du syndicalisme et je ne peux pas accepter qu'ici, en France, il puisse y avoir une bataille le 1er mai contre le syndicalisme. Cette fête ne doit pas être dévoyée".

    Marine Lepen : "Je n'accorderai ni confiance ni mandat à ces deux candidats (...) Dimanche, je voterai blanc". Au cours du discours de la patrone du FN, la foule s'est mise à crier : "communistes assassins".

     

Voir les commentaires

Mercredi dans l'Humanité : Et voilà le travail !

1 Mai 2012, 18:36pm

Publié par PCF Villepinte

 

Mots clés : l'humanité, travail,

 

 

Dans l'Humanité de mercredi, un numéro spécial 1er mai, pour une journée des travailleurs pas vraiment comme les autres. 750 000 personnes des centaines de milliers de salariés ont manifesté à l'appel de cinq syndicats, alors qu'à quelques rues, le président des riches devenait plus extrême que jamais.

Retrouvez nos comptes-rendus et analyses des cortèges du 1er mai, avec des reportages à Marseille, Besançon, Toulouse, en passant par Elbeuf, Limoges ou Montpellier. Car ce 1er fut une grande journée, à savoir un grand moment de mobilisation sociale.

A lire également : Sarkozy, vent debout contre les salariés. Au nom du « vrai travail » et du « rassemblement du peuple de France », le président candidat a multiplié les provocations contre les syndicats et, au-delà, les luttes ouvrières...

Nous étions aussi au 3ème rassemblement de ce 1er mai, celui du front National, où notre envoyé spécial rapporte les consignes de vote de la candidate et les tergiversations philosophiques des militants : « Pour virer Sarko, je suis même prêt à voter Hollande », confie un quadragénaire dé-

garni. « T’as raison », approuve son voisin, qui se tâte : « Hollande, c’est quand même tout pour l’immigré… ».

Pour finir le tour de ce 1er mai décidément très politique, nous étions aussi , à Nevers où le candidat PS venu rendre hommage à Bérégovoy a tout de même dénoncé les manœuvres de Le Pen et Sarkozy et afÀ rmé que « le 1 er Mai est la fête du travail et du syndicalisme ».

 

  • Aussi dans l'Humanité de mercredi, un retour sous la forme d'un grand reportage dans les quartiers populaires, sur le vote Front de gauche dans les cités, entre Marseille et Gennevilliers.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9