Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

CALI L'âge d'or

28 Mars 2015, 19:10pm

Publié par PCF Villepinte

Le chanteur revient avec l’Âge d’or. Un disque solaire, teinté d’énergie et de mélancolie, dans lequel il rappelle qu’il n’y a rien de plus précieux que l’existence.

Voir les commentaires

Sur le Blog de J-E DUCOIN

28 Mars 2015, 18:51pm

Publié par PCF Villepinte

Vérité(s): deux enseignements après le premier tour

 
Lors des élections départementales, le Front de gauche se structure durablement. Le Front nationaliste s’étend.
 



Détournement d'une affiche publicitaire
réalisé par des militants du Val-de-Marne.

Faits. Ainsi donc, à la faveur du premier tour des élections départementales, les commentateurs ont définitivement entériné l’apparition dans le paysage d’un «tripartisme imposé par les électeurs». Vous avez compris: l’UMP-UDI, le PS et le Front nationaliste se partageraient ad vitam aeternam l’essentiel des bulletins de vote de nos concitoyens. Outre que rien n’est jamais figé dans la vie, en politique comme en toutes choses, le phénomène médiatique qui consiste à éliminer systématiquement des radars le Front de gauche, particulièrement dans ce scrutin-là, devient sinon grotesque du moins scandaleux. Les lecteurs de l’Humanité, eux au moins, connaissent la réalité des chiffres, qu’il convient de rappeler brièvement pour la bonne compréhension de tous. En 2008, le PCF recueillait 8,8% dans la même élection. En 2011, le Front de gauche pointait à 8,9% des suffrages exprimés et 9,4% sur les cantons où il était présent. Parlons maintenant de 2015: les binômes où figure au moins une composante du Front de gauche recueillent 9,4% des suffrages exprimés, chiffre qui grimpe à 11,9% sur les seuls cantons où il présentait des candidats (1 540 au total).

 

Voir les commentaires

"Il n'y a pas d'austérité en France"

21 Mars 2015, 07:58am

Publié par PCF Villepinte

"Il n'y a pas d'austérité en France"

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, se démarque des autres centrales syndicales CGT et FO en affirmant dans Les Echos de lundi qu'"il n'y a pas d'austérité en France".

La CFDT ne s'est pas associée à l'appel à la grève contre l'austérité lancé par les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires pour la journée du 9 avril.

"Les mots ont un sens. Il y a de la rigueur, des gens en bavent mais il n'y a pas d'austérité en France. Nous avons obtenu une hausse des minima sociaux, les salaires n'ont pas baissé...", affirme Laurent Berger.

"La France n'est pas l'Espagne, le Portugal ou la Grèce. Le problème de la France, c'est le poids des inégalités", ajoute le numéro un de la CFDT.

A une semaine du premier tour des départementales, M. Berger assure que "pour contrer la montée du FN, nous devons dire haut et fort que nous n'avons pas la même vision du progrès social, mais aussi faire attention à ne pas nourrir la désespérance sociale en affirmant que tout va mal partout".

Voir les commentaires

A Bruxelles, le Front National vote contre l’égalité homme-femme et le droit à l’avortement.

21 Mars 2015, 07:47am

Publié par PCF Villepinte

A Bruxelles, le Front National vote contre l’égalité homme-femme et le droit à l’avortement.

                                                                                             Mardi 10 mars 2015

                                       

Le Parlement a adopté un rapport pour l’égalité homme-femme. Ce rapport dresse un constat des efforts encore nécessaires pour améliorer la situation des femmes en Europe.

 Ce rapport soutient toutes les politiques qui pourraient favoriser cette égalité: le déblocage de la directive sur le congé maternité, la création d’un congé paternité pour partager la tâche avec son conjoint, et toutes les politiques notamment éducatives qui élargissent le spectre de carrières disponibles aux femmes, l’accès des femmes dans les conseils d’administration.

 Il s’inquiète aussi de la situation économique faite aux femmes qui occupent souvent des postes précaires, et sont les premières victimes, avec les jeunes, des crises économiques.

 C’est aussi un rapport qui défend systématiquement le droit aux moyens de contraception et l’avortement, pourtant fréquemment remis en cause par des gouvernements ultra-conservateurs, ce fut malheureusement le cas en Espagne, et encore interdit dans certains pays européens.

 J’ai bien évidemment soutenu ce rapport contrairement aux 205 députés qui sont opposées, notamment tous les élus du Front National.

 Le rapport a obtenu une large majorité des voix avec 441 voix et 52 abstentions.

Voir les commentaires

Commémoration du 19 Mars 1962

20 Mars 2015, 09:12am

Publié par PCF Villepinte

Article du Parisien du 20 mars 2015

Article du Parisien du 20 mars 2015

Message de Jean-Marc Todeschini,

Secrétaire d’État auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire

Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc(19 mars 2015)

 

En cette journée nationale, le pays rend un hommage solennel à toutes les victimes, combattantes et civiles, de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie.

Cette période de notre histoire a donné lieu à tant de souffrances et d'incompréhensions. Ces douleurs qui sont encore vives pour ceux qui les ont vécues se sont imprimées dans notre mémoire collective. Et aujourd'hui c'est autour de ces souvenirs partagés que les Français se rassemblent avec émotion.

Personne n'a oublié les combattants de ces conflits: appelés et rappelés du contingent, militaires de carrière, membres des forces supplétives ou assimilés, forces de l’ordre, originaires de métropole et d'Afrique du Nord. Tous ont servi courageusement la France durant une guerre qui a trop longtemps tu son nom. La France se recueille aujourd'hui avec humilité en souvenir de ceux qui se sont sacrifiés pour elle.

Personne n'a oublié non plus les victimes civiles, de toutes origines et de toutes confessions, qui ont payé de leur vie ces déchirements dramatiques. Nous pensons à leurs familles qui s'engagent pour préserver leur souvenir.

Personne n'a oublié enfin tous ceux et toutes celles qui ont dû quitter la terre qui les avait vus naître pour en rejoindre une autre que, pour la plupart, ils n'avaient jamais foulée. Personne n'a oublié qu'ils n'y furent pas toujours accueillis comme les fils et filles de France qu'ils étaient.

Aujourd'hui, ce sont toutes ces mémoires qu'il faut rassembler, pour honorer dans un même hommage tous ceux qui sont tombés ou qui ont souffert. Le souvenir de ces femmes et de ces hommes nous oblige. A tous, la Nation adresse sa reconnaissance et sa solidarité qu'elle ne cessera jamais de leur témoigner.

Il faut faire entrer leur souvenir dans notre mémoire nationale, au nom de la vérité, du respect et de la tolérance, parce que ce n'est que de la vérité que surgit l'espérance, parce qu'il n'y a que la vérité qui nous protégera des discours extrémistes, parce que nous devons la vérité aux plus jeunes qui n'ont pas connu cette époque.

Voilà pourquoi il faut inscrire la mémoire des victimes de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc dans nos paysages, nos villes et nos villages comme dans les âmes et les cœurs des Français.

Voilà pourquoi il faut que nous soyons capables de parler de cette histoire et d'en faire un instrument d'éveil des consciences citoyennes, contre toutes les haines et toutes les violences.

Le défi est grand mais cette journée de commémoration est une belle promesse d'avenir. Elle rappelle aussi que de part et d'autre de la Méditerranée, cette histoire a tracé entre la France et l'Algérie un destin commun qu'elles partagent aujourd'hui en luttant côte à côte contre la menace terroriste. Puisse cette journée maintenir vivant le souvenir des victimes et nous inviter à construire ensemble une mémoire partagée, qui a toujours été le fondement de l'amitié entre les peuples.

Voir les commentaires

Madame Valleton, maire de Villepinte refuse de célébrer le 19 mars, date de fin de la guerre d'Algérie

19 Mars 2015, 08:52am

Publié par PCF Villepinte

Henri ALLEG

Henri ALLEG

Nous sommes scandalisés par la décision de la maire de Villepinte de ne pas célébrer le 19 mars, fin symbolique du conflit en Algérie et d’une sale guerre pour toute une génération d’appelés français du contingent et leur famille. 
 
Cette date du 19 mars marque la fin des souffrances des deux peuples des deux côtés de la Méditerranée et la fin du système colonial qui a opprimé les Algériens. Cette date doit nous rassembler, et non nous diviser ! 
 
Le 19 mars est une célébration officielle, fixée par la loi et votée par le Parlement français. En refusant de l’organiser, Martine Valleton se met hors la loi et bafoue la République. 
 
POUR CÉLÉBRER L’AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES ALGÉRIEN ET FRANÇAIS, VENEZ NOMBREUX 
JEUDI 19 A 17H30 AU CIMETIÈRE DE VILLEPINTE

Voir les commentaires

Éducation : exigeons le meilleur pour nos enfants.

17 Mars 2015, 08:11am

Publié par PCF Villepinte

Éducation : exigeons le meilleur pour nos enfants.

Éducation : exigeons le meilleur pour nos enfants.

Tous les parents et tous les enseignants veulent que leurs enfants, leurs élèves réussissent. L’Etat a le devoir de leur en donner les moyens.

En dépit des promesses de François Hollande, nous constatons que l’Ecole n’a pas échappé aux politiques d’austérité qui renforcent les inégalités.

Après les années Sarkozy qui ont provoqué une véritable saignée dans tout le système éducatif (80 000 postes d’enseignants supprimés, perte de 2 heures d’école par semaine, arrêt de la formation des enseignants), le gouvernement Hollande s’est refusé à engager une politique éducative ambitieuse pour tous les enfants. Il a mis en place une réforme des « rythmes scolaires » qui entérine la réduction du temps d’apprentissage pour imposer « du temps éducatif » payé au moindre coût, et accroissant les inégalités territoriales.

Les inégalités sont de plus en plus criantes et insupportables : peut-on accepter que l’Etat continue à investir deux fois plus pour un élève parisien que pour un élève de Seine-Saint-Denis ?

La situation des écoles dans notre département est de plus en plus difficile : insuffisance de postes pour absorber la hausse démographique, absence d’ enseignants de RASED pour aider les enfants en difficulté , manque de remplaçants, baisse dramatique de la scolarisation des moins de 3 ans en maternelle, effectifs chargés dans les classes, recrutement d’enseignants fragilisés par un statut de contractuels…Et les mesures de rentrée n’annoncent rien de bon !

Donner à l’école les moyens humains et matériels d’assurer la réussite de tous les élèves doit être conçu comme un investissement d’avenir, et non comme une dépense supplémentaire. C’est parce que nous exigeons un droit à l’Education pour nos enfants en Seine Saint Denis qu’un véritable plan d’urgence doit être élaboré dès la rentrée prochaine.

Clémentine Autain Sébastien Bastaraud

 

 

Voir les commentaires

FRANCOIS ASENSI S’OPPOSE AUX SUPPRESSIONS DE POSTES DANS LES HÔPITAUX

11 Mars 2015, 16:51pm

Publié par PCF Villepinte

FRANCOIS ASENSI S’OPPOSE AUX SUPPRESSIONS DE POSTES DANS LES HÔPITAUX

mercredi 11 mars 2015

QUESTION AU GOUVERNEMENT de François Asensi, député.

« Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Mes chers collègues,

Le journal Libération a confirmé hier l’ampleur du plan d’austérité que le Gouvernement veut infliger à nos hôpitaux.

Une coupe budgétaire de 3 milliards d’euros est envisagée. 22 000 suppressions de postes seraient en jeu, avec 860 millions d’euros d’économies par an sur la masse salariale.

Rien n’échappe à cette logique aveugle de l’austérité, pas même le plus précieux : la santé.

Les hôpitaux ont déjà consenti d’énormes efforts ces dernières années. En Seine-Saint-Denis, à l’hôpital Robert Ballanger comme dans beaucoup d’autres hôpitaux qui font office de bouclier social, nous sommes au bord de l’asphyxie !

Les urgences sont dans le rouge et les renseignements généraux évoquent le risque d’« implosion sociale ».

Car l’urgence dans les villes populaires, ce sont aussi les inégalités de santé et la désertification médicale. Dans ces territoires, l’hôpital public est la pierre angulaire de l’accès aux soins et le visage de notre République.

Pour les députés Front de gauche, les hôpitaux ne peuvent être gérés comme une simple entreprise.

Une nouvelle saignée conduirait à baisser la qualité des soins. Elle aggraverait la souffrance des agents hospitaliers, qui font un travail admirable et dont nous saluons le dévouement.

Madame la ministre, est-ce que vous démentez devant la représentation nationale les chiffres parus ?

Vous engagez-vous à ce qu’il n’y ait ni suppression de postes ni baisse des moyens dans les hôpitaux publics ? »

 

Voir les commentaires

Le CCE de la SNCF rend un avis NEGATIF

11 Mars 2015, 12:17pm

Publié par PCF Villepinte

Le CCE de la SNCF rend un avis NEGATIF

Au mois de juin 2014, la Fédération CGT des Cheminots appelait les cheminots (avec SUD-Rail) à la grève reconductible contre le contenu de la réforme proposé par le gouvernement.

Si la CGT a toujours été favorable à une réforme pour gommer les dysfonctionnements du système ferroviaire exacerbés par la création de Réseau Ferré de France en 1997, elle a, en revanche, toujours dénoncé celle du gouvernement et issue de la plume de la direction SNCF. 

Depuis 8 mois, la Fédération CGT des Cheminots demande l’ouverture de négociations en s’appuyant sur son projet complet « la voie du service public SNCF ».

La direction de la SNCF refuse toujours d’ouvrir des négociations sérieuses que ce soit sur la structuration du Groupe Public Ferroviaire, sur l’organisation de la production. Pire, elle use du passage en force dans la mise en œuvre de la réforme appuyée en cela par certaines organisations syndicales qui se font les défenseures de la direction, chacune n’hésitant pas à rédiger des expressions pour justifier les conséquences déjà palpables de cette réforme non financée.

C’est dans ce contexte que s’est tenue la séance du CCE le 10 mars 2015.

Avec une présentation de 1h45 par le cabinet DEGEST de l’étude du CCE sur la mise en œuvre de la réforme ferroviaire et après les déclarations des organisations syndicales, on aurait pu s’attendre à ce que la direction nous présente un autre scénario.

Il n’en a rien été !

Alors que cette dernière se contentait de nous dire qu’il fallait « laisser toutes ses chances à ce qu’elle considère être une bonne loi », la Fédération CGT des cheminots est revenue sur les déclarations de Guillaume Pépy dans la presse qui affirmait, en réaction aux conclusions de cette étude : « 9 000 suppressions d’emplois  ce n’est pas mes chiffres ».

Pourtant, force est de constater que face à l’équation financière insupportable, imposée par la réforme du ferroviaire, qui grave dans le marbre un plan d’économies de 1,5 Mds € à réaliser sur les trois EPIC, la direction n’a présenté aucun autre plan que celui du cabinet d’experts pour parvenir à cette cure d’austérité !

Pour la Fédération CGT des Cheminots, il est clair que les conclusions de l’étude, tirées des plans stratégiques « Excellence 2020 » et « Réseau 2020 » pointent très précisément les risques que comporte cette mise en œuvre de la réforme : « diminution de l’offre ferroviaire pour les TET, les TER hors zone dense, le FRET, 10 000 suppressions d’emploi sur « SNCF Mobilités » à l’horizon 2020, recours massif à la sous-traitance pour « SNCF Réseau », suppressions de 7500 à 15000 kilomètres de voies… ».

Si la direction, dans une position dogmatique, émet des doutes sur ces chiffres, pourtant issus de ses propres données économiques, elle n’a aucun argument pour les contester!

      Au moment de rendre leurs avis, et bien qu’aucun élément nouveau ne soit avancé par la direction, l’UNSA et la CFDT demandaient une suspension de séance. Très rapidement, cette suspension donnait lieu à un échange à trois : UNSA, CFDT, Direction. 

Au final l’UNSA et la CFDT annonçaient leur abstention sur cette consultation. Il semble donc que celles-ci soient moins enthousiastes sur ce dossier qu’elles ne l’étaient en juin dernier…

Le CCE rend donc un avis négatif sur ce dossier avec 13 voix CONTRE (CGT, SUD-Rail) et 6 abstentions (UNSA, CFDT).

La mise en œuvre de cette réforme qui porte le sceau de l’austérité, de la casse du service public et de l’emploi, ne pourra se faire contre les cheminots !

Par conséquent, la CGT appelle les cheminots à participer aux initiatives qui se tiendront dans le cadre des CER de consultation, fin mars, dans chaque région. 

La mobilisation doit également se poursuivre dès le 9 avril prochain dans le cadre d’une journée d’action nationale et interprofessionnelle à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires, contre l’austérité, pour la défense de l’emploi, des services publics, de la protection sociale, des salaires et de l’égalité.

 

Voir les commentaires

RER B OUI! CDG express NON! Point de presse le 12 mars 2015 à 09h30

10 Mars 2015, 17:47pm

Publié par PCF Villepinte

RER B OUI! CDG express NON! Point de presse le 12 mars 2015 à 09h30

Mesdames, Messieurs,

Le projet de liaison rapide Paris-Aéroports Charles de Gaulle, est à nouveau sur le devant de la scène.

L’Etat, Aéroport de Paris et Réseau Ferré de France ont relancé le «CDG Express» estimé entre 1,7 et 1,9 milliard d’euros. Et il pourrait être imposé par ordonnance via la loi «MACRON ».

Si nous partageons la nécessité d’améliorer la desserte publique de l’aéroport, cela ne doit pas se faire au détriment des usagers du quotidien RER B, au détriment du service public –accessible à tous- et au détriment de la reconquête du Fret SNCF.

NOS ORGANISATIONS DEMANDENT UN SERVICE PUBLIC

FERROVIAIRE DE QUALITE ACCESSIBLE A TOUS ET DISENT NON A «CDG EXPRESS».

Ensemble, usagers, salariés, population, exigeons que l’amélioration de la desserte vers l’aéroport se fasse dans le cadre du service public, sous maîtrise et contrôle publics, accessible à tous à la tarification publique STIF.

Pour en finir avec la galère sur le RER B, nos organisations formulent des propositions reprises dans une pétition :

http://www.petitions24.net/petition_cdg_express#form

Le jeudi 12 mars, en matinée, les organisations organisent la distribution d’un tract dans plus d’une dizaine de gares de la ligne B du RER, pour sensibiliser les usagers, les salariés, la population et agir en convergence avec eux !

Afin d’échanger avec vous, nous vous sollicitons dans le cadre d’un point presse que nous organisons –à l’issue des distributions de tracts- Avec la présence de responsables de nos différentes organisations :

Le JEUDI 12 MARS 2015  à 09H30

Cafeteria du Restaurant d’Entreprise de Paris-Nord 112 rue de Maubeuge 75010 Paris 1er étage gauche.

Comptant sur votre présence, 

Recevez l’expression de nos sincères salutations

Voir les commentaires

1 2 > >>