Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Ontex: des couches pour Carla contre les licenciements

29 Juillet 2011, 06:18am

Publié par PCF Villepinte

 

Social-Eco - le 28 Juillet 2011

 

 

 

Les salariés d'une usine de fabrication de couches Ontex devant fermer à Arnas (Rhône) ont envoyé mercredi à Carla Bruni-Sarkozy un paquet de 187 couches, soit le nombre d'emplois menacés. "Nous avons envoyé le paquet au Fort de Brégançon" dans le Var, où l'épouse du chef de l'Etat enceinte passe l'été, a précisé Bernard Leblond (CFDT). "Nous avons joint une lettre où nous demandons l'instauration de garde-fous aux licenciements boursiers, contre lesquels Nicolas Sarkozy s'élève régulièrement."

Les représentants du personnel sont en pleine discussion avec la direction du groupe belge Ontex sur le plan social, qui a été annoncé en mai dernier. Depuis, la production tourne au ralenti. Les licenciements pourraient intervenir en septembre. A Arnas vont demeurer environ 25 salariés, des commerciaux. Ontex, qui a en France une autre usine, à Arras, spécialisée dans les produits pour l'incontinence, compte au total 4.100 salariés dans le monde.

Ontex a justifié son plan par "un problème de surcapacité global". L'usine d'Arnas est le principal fournisseur en France de couches de marque distributeur, notamment pour les chaînes de la grande distribution, qui les revendent sous leur propre marque. Or "les grandes marques de couches (Pampers, Huggies, etc., ndlr) nous font une concurrence accrue avec de nombreuses actions promotionnelles", d'après une porte-parole. Selon Bernard Leblond, "la production va être transférée sur d'autres sites Ontex en République tchèque et en Allemagne, où les coûts sont moindres".

 

  • A lire sur Ontex:

187 salariés menacés par un fonds de pension chez Ontex

  • Pour aller plus loin sur les licenciements boursiers, à lire:

Face à la mondialisation, défendre notre code du travail

Voir les commentaires

Urgence sociale: "L'Etat veut réduire le plus coûteux"

29 Juillet 2011, 06:15am

Publié par PCF Villepinte

 

Société - le 27 Juillet 2011

Samu social

Edouard Gardella « La priorité au logement ne doit pas jouer contre l’hébergement d’urgence »

 

L’urgence sociale est victime, selon le sociologue Édouard Gardella, du changement d’orientation de la politique de lutte de l’exclusion dans un contexte de rigueur.

Edouard Gardella est doctorant à l’Institut des sciences du politique de l’ENS de Cachan. Il publie, avec Daniel Cefaï, directeur d’étude à l’EHESS, "L'urgence sociale en action. Ethnographie du Samu social de Paris" à l’automne, aux éditions de la Découverte. (à lire: L'Etat démantèle le Samu social)

 

 «L’urgence sociale, cela n’intéresse plus personne », a déclaré Xavier Emmanuelli au moment de quitter 
le Samu social. A-t-il raison ?

Edouard Gardella. Aujourd’hui, beaucoup d’associations s’occupent de l’urgence sociale. Cependant, certaines d’entre elles ont récemment formulé des critiques très sévères à son égard. Médecins du monde avait, en 2005, distribué des tentes aux plus démunis à Paris pour manifester contre la mauvaise qualité de l’hébergement d’urgence et contre la durée de l’accueil, limité à une seule nuit, ce qui imposait aux sans-abri de changer de centre d’un jour sur l’autre. En 2006, le manque de logements a été fortement rappelé par le mouvement des Enfants de Don Quichotte qui a été suivi par d’autres associations comme Emmaüs ou le Secours catholique. Cela a débouché sur la conférence du consensus organisée par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars) en novembre 2007 pour demander que le logement devienne une priorité de l’action publique en direction des personnes sans-abri, à côté de l’hébergement d’urgence. Sous la pression, le premier ministre a demandé un rapport à Étienne Pinte. Cela a permis la création d’une délégation visant 
à organiser le dialogue entre 
l’État et les grandes associations, 
d’une part, et à rapprocher l’action de l’hébergement de 
celle du logement, d’autre part.

 

 Comment expliquer l’évolution vers 
la politique du « logement d’abord » ?

Edouard Gardella. Ce sont les leçons de l’expérience. Quand Xavier Emmanuelli a fondé le Samu social de Paris, en 1993, son but premier a été de prendre 
des mesures d’urgence pour 
des personnes jusque-là invisibles. Avec les maraudes, il est allé vers des personnes en incapacité 
de faire valoir leurs droits sociaux. Cela a mis un peu de temps à être accepté par les pouvoirs publics locaux. Aujourd’hui, la situation n’est plus la même. Avec une crise du logement de plus en plus aiguë et un marché de l’emploi de l’exclusion est devenu structurel. Les mesures d’urgence sont nécessaires pour les personnes qui arrivent dans la rue mais sont insuffisantes pour réintégrer les personnes dans le logement.

 

 

Justement, le ministre du Logement, Benoist Apparu, a voulu rassurer en indiquant que 4 000 places d’hébergement supprimées 
seraient remplacées 
par 4 000 logements…

Edouard Gardella. Cette équation 
ne tient pas la route si l’on ne précise pas pour quel type de logement et à quel type de public elle s’applique. Les logements sociaux actuellement construits ne sont pas accessibles aux plus démunis. Un accompagnement par des personnes ayant des compétences psychologiques 
et sociales est aussi indispensable pour faire passer des sans-abri d’un hébergement d’urgence, collectif, à un logement 
individuel. Xavier Emmanuelli, lui aussi, voulait développer le logement. Son modèle, c’était l’urgence médicale, qui vise à orienter ensuite vers d’autres structures, spécialisées.

 

Alors, comment développer 
le logement ?

Edouard Gardella. La conférence du consensus avait émis le souhait de consolider le secteur de l’hébergement, de le rendre durable afin que les sans-abri puissent s’y reposer, s’y reconstruire, tout en développant une politique du logement plus diversifiée pour la rendre accessible à un public hétérogène. Benoist Apparu n’a pas choisi cette option en choisissant de diminuer l’hébergement, en attendant que le logement se développe. Ce que l’État gestionnaire a en tête, c’est de réduire le plus coûteux. Certaines associations le mettent en garde 
de ne pas jouer le logement 
contre l’hébergement. Car 
les conséquences sont brutales. La baisse de 25 % du budget des nuitées d’hôtel, coûteuses, mais qui permettent d’ajuster l’offre 
et la demande d’hébergements, 
va envoyer des sans-abri vers 
des structures où ils n’avaient 
plus leur place, comme les hôpitaux. Pis, elle va mettre 
des femmes et des enfants à 
la rue, de plus en plus nombreux depuis dix ans à bénéficier 
du Samu social.

 

  • Sur le même thème, à lire:

L'Etat démantèle le Samu Social

Des familles réfugiées à l'hôpital

Des salariés des deux côtés de la barrière

Olga Trostiansky: "Nous sommes face à une crise humanitaire"

"Trouver de l'aide, c'est bien plus compliqué qu'en hiver", témoignage

Entretien réalisé par 
Pierre Duquesne

Voir les commentaires

Hausse du chômage : un bilan accablant pour le gouvernement

29 Juillet 2011, 06:10am

Publié par PCF Villepinte

Hausse du chômage : un bilan accablant pour le gouvernement 
Le nombre de personnes privées d'emploi continue d'augmenter de façon dramatique. Toutes les catégories de la population sont touchées mais les jeunes femmes de moins de 25 ans, les salariés de 50 ans et plus et les chômeurs de longue durée sont les plus durement frappés. Qu'à cette annonce, la nouvelle directrice du FMI et ancienne ministre de l'Economie, préconise de renforcer « la rigueur » est proprement criminel. Et quand on constate le résultat de son action en France, on est tenté de lui demander de faire preuve de plus de retenue.

Cette détérioration du marché de l'emploi est à mettre au compte de la politique du gouvernement qui a fait de l'austérité à marche forcée pour les Français, son crédo, et des injonctions des agences de notation des marchés financiers, sa feuille de route.

Le bilan du gouvernement est accablant. Il mène l'économie française droit dans le mur.

Pour le PCF, éradiquer le chômage et l'insécurité sociale exige de cesser de verser des aides publiques aux entreprises qui licencient et délocalisent alors que leurs marges bénéficiaires s'accroissent ; cela exige de rompre avec la réduction des dépenses publiques et la casse de l'emploi public et de titulariser les 800 000 précaires de la Fonction publique ; cela exige de réorienter les profits vers les investissements productifs et non la spéculation.

La règle d'or si chère à Nicolas Sarkozy et voulue par le FMI, la BCE et la Commission européenne a pour objectif de graver dans le marbre de notre Constitution la politique ultra-libérale du chef de l'Etat et de son gouvernement alors que c'est le droit au travail et à l'emploi de tous les citoyens qui doivent y être réaffirmés et renforcés.

 

Voir les commentaires

Coup de colère de Jacques Daguenet, conseiller de Paris PCF, après les propos de B. Apparu sur la situation de familles à la rue

28 Juillet 2011, 09:02am

Publié par PCF Villepinte


daguenet.jpg

"Après les prestations de Benoist Apparu dans les médias, sur la situation de familles à la rue, c’est la colère qui me vient.

Laisser penser que c’est pour le bien des personnes et des familles que le gouvernement vient de baisser de 25% les nuitées hôtelières au SAMU SOCIAL au profit d’une offre de logement est scandaleux. Dire les choses ainsi dans la situation que nous connaissons est une honte. Où sont ces logements dans l’immédiat ?

Nous savons tous qu’un logement serait mieux qu’un hôtel. Encore faut-il que les logements existent. En attendant des femmes, des hommes et des familles avec enfants se retrouvent à la rue et dorment à la belle étoile et, au mieux, pour certains, ils se dirigent vers les urgences des hôpitaux.

Déclarer qu’on ne peut pas laisser les familles 18 mois à l’hôtel, Benoist Apparu ne fait qu’enfoncer des portes ouvertes. Je conseille au secrétaire d’Etat de relire le plan régional d’accueil d’hébergement et d’insertion, à la rédaction duquel les services de l’Etat ont participé. Dans ce document, il est écrit qu’il manque 13 000 places en hébergement en Ile de France (chiffres partagés par tous) et que la solidarité interdépartementale doit être mise à contribution.

Prétendre que vous n’arrivez pas à croire que l’on ne peut trouver de solution pour ces familles (faut-il rappeler que ces dernières semaines, c’en sont 111 qui se sont présentées à l’hôpital). C’est purement et simplement honteux. Le secrétaire d’Etat ne peut ignorer la situation.

Comme adjoint au Maire du 11e arrondissement à Paris, chargé de la lutte contre l’exclusion, de la solidarité et du social, je vis quotidiennement ce drame et je ne peux supporter de tels propos. Trop c’est trop.

Jamais la situation n’a été aussi dramatique pour les personnes les plus en difficulté, malgré le dévouement des acteurs associatifs. Aux diminutions des crédits accordés au SAMU SOCIAL, se rajoutent des baisses de subventions pour l’aide alimentaire et pour les associations qui viennent en aide aux personnes à la rue. Derrière ces décisions, il y a des choix politiques. C’est entre autres la remise en cause de l’accueil inconditionnel.

Ce sont les publics, les familles les plus fragiles qui supportent le plus le poids de la crise. Cette situation ne peut perdurer. On ne peut que s’associer aux mobilisations du tissu associatif. L’Etat se grandirait dans l’immédiat en rétablissant les aides financières accordées au SAMU SOCIAL."

Jacques Daguenet, adjoint au maire du 11e arrondissement, chargé de la lutte contre l’exclusion, de la solidarité et du social.

 

Voir les commentaires

Famine: la France brasse de l'air, malheureusement

28 Juillet 2011, 07:15am

Publié par PCF Villepinte

 

Monde - le 27 Juillet 2011

 

 

 

La France ne fait-elle que de la gesticulation diplomatique alors que 350 000 Somaliens sont en prise avec la famine et que 10 millions d'habitants de la Corne de l'Afrique sont touchés? C'est ce que pense Oxfam. L'Organisation non-gouvernementale met en cause ce mercredi "l'activité diplomatique" française, après l'annonce par le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire de la tenue d'une conférence, à Nairobi ce mercredi, de donateurs au bénéfice des pays africains victimes de la sécheresse qui, "fait pschiiitt" et même "n'existe pas".

"Au cours des derniers jours, le gouvernement français, et en particulier le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, a déployé une activité diplomatique intense pour répondre à la crise alimentaire dans la Corne de l'Afrique, constate un communiqué d'Oxfam. Après un déplacement dans l'une des régions les plus touchées par la crise et la convocation d'une réunion extraordinaire de la FAO, la France annonçait depuis plusieurs jours une importante conférence des donateurs aujourd'hui à Nairobi," poursuit-elle. "Problème: cette conférence n'existe pas".

"L'activité diplomatique déployée par la France ces derniers jours n'est-elle qu'un écran de fumée pour cacher la faiblesse de ses engagements financiers?" s'interroge Jean-Cyril Dagorn, d'Oxfam France. Mercredi, le Bureau de coordination des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) réunissait bien les ambassadeurs à Nairobi des pays donateurs, mais simplement pour faire un point régulier et technique de la situation en Somalie.

L'issue de la conférence organisée lundi à Rome par l'Agence de l'ONU pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO) à l'initiative de la présidence française du G20 a frustré les organisations humanitaires. Le chef de la FAO, Jacques Diouf, a certes demandé une "aide internationale massive et urgente" pour la Corne de l'Afrique. Mais les contours de cette aide sont restés flous. Les Nations unies estiment à quelque 12 millions les personnes touchées par l'actuelle sécheresse dans la Corne de l'Afrique, la pire en des décennies selon elles.

 

  • A lire:

350 000 affamés en Somalie, 10 millions d'Africains touchés

"Ne parler que du climat est une hypocrisie totale", entretien avec Jean Ziegler

Vers une catastrophe humanitaire en Somalie

Voir les commentaires

Un député UMP demande le contrôle de groupes de musique « issus de l’immigration»

28 Juillet 2011, 07:11am

Publié par PCF Villepinte

 

Politique - le 27 Juillet 2011

 C’est d’ailleurs une nouvelle charge, de telles réclamations ne sont pas nouvelles dans le camp de la majorité présidentielle qui a vraiment pris le rap en grippe. Le mot « censure » est d’ailleurs employé.

Cette demande est une question écrite au ministre de la Culture déposée ce mardi, signée du député UMP de Haute-Saône Michel Raison. Il y met en cause « certains groupes de musique rap issus de l'immigration ». « Sous couvert de liberté d'expression, ces groupes se livrent à de véritables appels à la haine raciale et religieuse en proférant des paroles obscènes, racistes et misogynes. » En conséquence, il demande des mesures permettant de « censurer ces chansons et mieux contrôler la diffusion de certaines œuvres musicales. »

Le site Numérama rappelle à juste titre que le ministre de la Culture, déjà interpelé à ce sujet par un député de sa majorité il y a quelques mois, avait proposé une réponse assez ambigüe. D’un côté, il concédait que le sujet était important, mais de l’autre, il ne s’estimait pas compétent pour le trancher. Toute sanction prise à l’encontre d’une œuvre doit être le fait d’un juge. Mais il appelait les maisons de disques à faire preuve de responsabilités.
Avec cette question de Michel Raison, la nouveauté est que seuls les « groupes issus de l’immigration » sont ciblés. A croire que le rappeur d’Alençon Orelsan et sa très provocatrice chanson « Sale Pute » ne lui posent pas de problème, mais que Hamé, qui sort de 8 ans de procédures judiciaires pour avoir réclamé la reconnaissance de bavures policières en banlieue, si…

Une chanson de La Rumeur, groupe du rappeur Hamé, à ce propos. Qui ça étonne encore.

PS et Internet : ni impunité, ni atteinte à la liberté d’expression
La Turquie, l’autre pays de la censure du Web
Rappeur amer et touche-à-tout placide

Voir les commentaires

Règle d'or : Les peuples ne doivent pas payer leur crise

28 Juillet 2011, 06:58am

Publié par PCF Villepinte

  ATTAC, CGT-Finances, FASE, Fondation Copernic, GU, Les Alternatifs, Marches européennes, MPEP, NPA, PCF, PCOF, PG, Union syndicale Solidaires. Parti communiste français
 
 
Règle d'or : Les peuples ne doivent pas payer leur crise
L'Union européenne et les gouvernements utilisent les dettes publiques pour imposer aux peuples d’Europe une véritable purge sociale. Alors que les banques et autres opérateurs financiers n’en finissent pas de spéculer sur les dettes publiques, il faudrait que ce soit les populations qui payent une crise dont les marchés financiers sont les premiers responsables et uniques bénéficiaires. C’est pour cela que les gouvernements de l'Union, la Commission et le Parlement européen, avec la participation active de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, veulent imposer une nouvelle gouvernance économique asservie à la finance avec pour objectif de mettre sous surveillance accrue les budgets nationaux, de durcir les sanctions contre les Etats en cas de déficit dit excessif et de réduire les dépenses publiques. Le pacte « euro plus » utilisait déjà la crise de la dette pour imposer l’austérité, la baisse des salaires des pensions et des retraites, la diminution du nombre de fonctionnaires, la flexibilité du travail, le recul de l’âge du départ en retraite, la casse des systèmes de protection sociale, tout en réduisant les pouvoirs des organisations syndicales. Le tout, au seul bénéfice des actionnaires des grandes sociétés et du système financier international ! Une mesure déjà prise, le « semestre européen », vise à soumettre au Conseil et à la Commission, les budgets des Etats avant même qu’ils soient débattus par les parlements nationaux. Pour essayer de verrouiller totalement ce montage, les gouvernements européens veulent intégrer dans la loi fondamentale des Etats l’objectif de l’équilibre budgétaire, ce que Nicolas Sarkozy appelle « la règle d’or ». Stupide économiquement - que se serait-il passé si cette règle avait été appliquée au moment de la crise financière où les Etats ont renfloué les banques -, cette proposition est une agression contre la démocratie, car les politiques économiques seraient ainsi totalement soustraites au débat politique et à la décision citoyenne. Une telle disposition, adoptée par les parlementaires des deux chambres, ne doit pas être intégrée dans la Constitution française comme le veulent le président de la République et l'Union Européenne. Les citoyens et les citoyennes ne doivent pas payer les dettes qui sont le résultat de la soumission des Etats aux marchés financiers. Ces dettes sont illégitimes et les peuples ne doivent pas en faire les frais. Il faut exiger aujourd’hui un moratoire et des audits citoyens sur les dettes publiques. Dans l’immédiat, les organisations signataires appellent les citoyennes et les citoyens, leurs organisations associatives, syndicales et politiques à se mobiliser contre la constitutionnalisation de l’austérité et les parlementaires à voter contre ce texte si Nicolas Sarkozy osait malgré tout convoquer le Parlement en congrès à Versailles. Avec ATTAC, CGT-Finances, FASE, Fondation Copernic, GU, Les Alternatifs, Marches européennes, MPEP, NPA, PCF, PCOF, PG, Union syndicale Solidaires. Parti communiste français
 

Voir les commentaires

Courrier de Pierre Laurent à l'ambassadeur de Norvège

27 Juillet 2011, 16:10pm

Publié par PCF Villepinte

 
  
Monsieur l'Ambassadeur,

Au lendemain de la tragédie qui vient de frapper la nation de Norvège, je tiens au nom des communistes françaCourrier de Pierre Laurent à l'ambassadeur de Norvègeis à vous faire part de notre solidarité la plus sincère. L'odieux crime qui a ôté la vie à 76 femmes et hommes, vendredi dernier, ne laisse de provoquer chagrin et révolte en France. Nos pensées vont aux victimes, à leur famille, au peuple norvégien tout entier et à tous ceux qui, d'où qu'ils viennent, vivent sur votre sol. La haine a armé la main des assassins mais nous savons que cet aveuglement est, lui, totalement étranger à la société norvégienne et à sa culture. Partout où de tels actes sont perpétrés, notre commune humanité est meurtrie. La résurgence de l'extrême droite en Europe dans le contexte de crise générale est matière à inquiétude. Aucun discours de stigmatisation, de rejet et d'exclusion n'est sans conséquence et les différentes formations politiques qui en usent portent la responsabilité de voir la déraison l'emporter.  Nous ressentons tous de notre devoir d'œuvrer à une Europe de solidarité et de coopération entre les peuples et à un monde de paix.

 

Soyez assuré, Monsieur l'Ambassadeur, de l'engagement des communistes français aux côtés des femmes et des hommes de votre pays qui refusent le règne de la terreur.

 

Pierre Laurent,

Secrétaire national du PCF

 

Voir les commentaires

Lacourt et Stravius: deux médailles d'or en une course

27 Juillet 2011, 06:21am

Publié par PCF Villepinte

 

Sports - le 26 Juillet 2011

 

 

 

La natation française, qui n'avait encore jamais connu de champion du monde masculin, vient d'en obtenir deux d'un coup, ce mardi à Shangaï. Camille Lacourt et Jérémy Stravius ont réussi un incroyable coup doublé en devenant tous les deux champions du monde du 100 m dos.

Arrivés dans le même temps en finale (52 secondes et  76/100e), les deux Français ont devancé le Japonais Ryosuke Irie, troisième en 52 secondes et 98/100e. Il s'agit des 6e et 7e médailles d'or en Championnats du monde pour la France. Les cinq médailles précédentes avaient toutes été remportées par des nageuses (Roxana Maracineanu sur 200 m dos en 1998, Solenne Figues sur 200 m nage libre en 2005, Laure Manaudou sur 200 m nage libre (2007) et sur 400 m nage libre en 2005 et 2007).

"Avant de partir pour Shanghai, on se disait qu'on voulait la Marseillaise comme à Budapest (Championnats d'Europe 2010, Ndlr), avec l'autre sur le podium", a déclaré au micro de France télévisions Lacourt, 26 ans, triple champion d'Europe 2010 (100 m/200 m dos et relais 4x100 m 4 nages). "Ce n'était pas facile depuis le début de la compétition. Je n'avais pas le niveau de l'an passé. Mais je suis allé chercher cette médaille avec les tripes", a ajouté le Marseillais, qui était arrivé en Chine en tête des bilans mondiaux de la saison (52.44).

"C'est vraiment bien. On a du respect l'un pour l'autre. Pour l'instant, je pense à mon entraîneur, il a confiance en moi et j'ai confiance en lui", a déclaré Stravius, qui s'entraîne à Amiens avec Michel Chrétien. Stravius, 23 ans, avait été le dauphin de Lacourt sur 100 m dos à l'Euro-2010. Il refait son retard dans les derniers mètres pour venir toucher en même temps que Lacourt, à qui la victoire semblait promise aux trois-quarts de la course.

 

Déjà champion et vice-champions d'Europe 2010

Dans le bassin chinois, Stravius remporte sa deuxième médaille, après l'argent décroché dimanche avec le relais 4x100 m nage libre.

"On est fier d'être français quand on voit de telles performances. On se serre tous les coudes. Mais cela reste ''leur'' victoire", a réagi Alain Bernard, le champion olympique du 100 m nage libre. "Ils ont fait la course parfaite. Deux Français champions du monde, c'est génial", a renchéri Camille Muffat, qui a nagé juste après sa demi-finale du 200 m nage libre, se qualifiant pour la finale de mercredi.

C'est seulement la deuxième fois dans l'histoire des Mondiaux que deux nageurs se partagent la première place du podium. En 2007 à Melbourne (Australie), le Canadien Brent Hayden et l'Italien Filippo Magnini avaient été sacrés co-champions du monde du 100 m nage libre.

 

  • Sur les championnats du monde de natation, à lire:

Muffat, bronze de Chine

La France décroche l'argent sur le 4x100m nage libre

Voir les commentaires

Un candidat du Front National publie une apologie de Breivik

27 Juillet 2011, 06:18am

Publié par PCF Villepinte

 

Politique - le 26 Juillet 2011

 

 

 

Sur son blog, un candidat FN aux cantonales publie un texte présentant le terroriste d’Oslo comme un « visionnaire », le « nouveau Charles Martel ».

Jacques Coutela assure de son côté qu’il n’est pas l’auteur de ces lignes, qu’il les a "trouvées sur Internet et publiées sur le blog pour informer". Ca ne devrait pas changer grand-chose aux yeux de la loi. Le MRAP a aujourd’hui confirmé son intention de porter plainte pour "incitation à la haine raciale".
Et les propos sont violents. Le premier billet sur le blog était titré : "Le premier défenseur de l'Occident. Appelez-le Charles Martel ". Et de poursuivre : "La raison de l'action terroriste du nationaliste norvégien: combattre l'invasion musulmane", "Faisons de ce résistant une icône".

Ce billet a été enlevé par l’auteur du blog après la menace de procès. A sa place, un texte d’explication au ton guère plus apaisé, cette fois-ci bel-et-bien signé de Jacques Coutela. Les fautes d’orthographes dans les citations n’ont pas été corrigées, par souci d’authenticité. " Ce n'est pas une icône, mais simplement un visionnaire face à la montée de l'islamisation de l'Europe, avec la complicité de nos gouvernants et de bruxelle. […] Le seul moyen d'éviter ce genre de chose et surtout de ce qui vas se passer très bientôt, est de remplir les bateaux avec toute les personnes que nous avons acueilli à bras ouvert et qui nous chient dans nos baskets. Refouler ces mécréants qui veullent nous imposer le hallal, les mosquées, la pédophilie, et l'ocupation de nos rues."

Avant de faire référence à la guerre d’Algérie… Le titre même du blog, « la valise ou le cercueil », est directement tiré de slogans utilisés dans les années 50 par le FLN, puis détournés par l’OAS. L’auteur a été candidat FN aux cantonales de mars 2011 à Saint-Florentin dans l’Yonne. Il y a obtenu 18,8 % des suffrages.

Mise à jour : Jacques Coutela vient à nouveau de changer son texte, condamnant plus fermement les actes de terrorisme.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>