Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

« Se battre »

24 Avril 2011, 16:03pm

Publié par PCF Villepinte

« Se battre »

 

 

23 septembre manif 009Lorsqu’on est retraité et que l’on voit tripler sa quittance par l’application d’un surloyer sur son logement social, que faire ? « Se battre », a répondu cet homme de Saint-Ouen, en région parisienne. Son cas est exemplaire des effets de la politique gouvernementale en général, ceux de la loi Boutin en particulier. Il éclaire la portée du projet de société à l’œuvre dans la région capitale, sous couvert de « Grand Paris », voulu par le chef de l’État. L’ex-maire de Neuilly, ville qui, on le sait, brille par son audace en la matière, vantait avant son élection « la France de propriétaires ». Sa mesure-phare en était la mise en vente des logements sociaux, soit donc l’exclusion de ce parc de leurs locataires les plus pauvres pour racheter leur logement et assumer ensuite tous 
les frais afférents à son entretien ! Trois ans plus tard, 
le roi de la division et sa princesse de la droite dite « sociale » alourdissent la matraque du surloyer pour 
les nantis qui y demeurent en nombre. Il est bien connu que lorsqu’on en a les moyens, on préfère abuser du privilège exorbitant de vivre en HLM dans un quartier populaire, plutôt que résider dans la ville chère au cœur du président…

À y regarder de plus près, que ce soit en matière de logement, d’emploi industriel ou de salaires, 
la maxime du locataire de l’Élysée se résume encore 
et toujours à : laissez donc agir les forces du marché. 
Il faut « libérer la construction immobilière », déclare-t-il. 
Ne nous embarrassons plus avec la responsabilité publique : « Les pouvoirs publics doivent en revanche accompagner des mouvements et encourager des dynamiques qui sont largement spontanées. » Voilà une constante, si ce n’est une obsession, chez celui qui, voilà deux ans, en pleine crise 
de la « bulle » immobilière, lançait aux élus de Seine-et-Marne : « Vous voulez 
des bureaux ? Vous voulez 
des logements sociaux ? Vous voulez des logements ? C’est votre problème et ce n’est pas 
à l’État, ce n’est pas 
à l’administration de vous surajouter des problèmes. » Pourquoi se gêner : enrichissez-vous ou aidez les autres à le faire. 
Et pendant ce temps, des centaines de milliers de mètres carrés de bureaux construits sur ces bases restent vides, tandis que des millions de Français subissent le mal-logement, voire l’absence de tout logement décent 
ou abordable. Et ne parlons pas des jeunes sans travail, lorsqu’un secrétaire d’État au Logement envisage 
qu’il serait tolérable pour un étudiant de louer le mètre carré d’une chambre de bonne à 40 euros par mois, lorsque le niveau moyen des loyers est, à Paris, de 23 euros, 
et que ces taudis sont proposés à 60 euros par 
les propriétaires. Seraient-ils disposés, tous ces adeptes 
du bouclier fiscal, à ne vivre, ne serait-ce qu’un mois, dans les mêmes conditions que les victimes de leur politique ?

Il n’est pas seul, ce retraité. Il existe, fort heureusement, dans ce pays des élus qui ont 
une haute ambition. On les retrouve du côté 
de ces maires de Seine-Saint-Denis ou du Val-de-Marne, 
ou d’ailleurs, singulièrement communistes et rejoints 
par d’autres élus du Front de gauche, qui s’opposent aux expulsions locatives comme ils mènent la fronde contre les surloyers, dans des villes, majoritairement de gauche, où ce sont eux qui supportent l’essentiel de l’effort 
en matière de logements sociaux. Sénatrice, comme Odette Terrade, ou député, comme Pierre Gosnat, 
ils déposent des projets de loi porteurs d’une tout autre ambition de justice sociale et de société en matière de droit au logement pour tous. Voilà aussi des combats qui donnent une tout autre résonance à la chose publique et politique que le « tous pourris » et son lot de résignation et de division. Hâtons-nous de les rendre populaires...

Michel Guilloux

Voir les commentaires

Yémen : le parti au pouvoir accepte le départ de Saleh

24 Avril 2011, 15:59pm

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 24 Avril 2011

 

Le Congrès populaire général (CPG), le parti du président du Yémen Ali Abdallah Saleh, a accepté, samedi 23 avril, le plan de sortie de crise présenté par les monarchies du Golfe. Celui-ci prévoit un départ d'ici quelques semaines du président Saleh, au pouvoir depuis trente-deux ans.

L'opposition parlementaire, le Front commun, avait accepté, un peu plus tôt dans la journée de samedi, ce plan du Conseil de coopération du Golfe (CCG), à l'exception d'un point prévoyant la formation d'un gouvernement d'union nationale avec la participation de M. Saleh. Vendredi, M. Saleh, dont le mandat court jusqu'en 2013, avait affirmé qu'il accueillait favorablement ce plan, mais répété qu'il ne cèderait le pouvoir que dans le cadre d'un processus ordonné et constitutionnel.

Pour sortir de la crise, le CCG a proposé la formation d'un gouvernement d'union nationale, puis un transfert des prérogatives par le chef de l'Etat au vice-président et un arrêt des manifestations. Le président devrait ensuite présenter sa démission dans les 30 jours, et une élection présidentielle aurait lieu 60 jours plus tard. Le plan prévoit un transfert du pouvoir en trois mois. Les six Etats membres du CCG, alliance régionale militaire et politique, proposent au président Saleh de remettre les rênes du pays à son vice-président un mois après la signature d'un accord.Un responsable de l'opposition est censé prendre la tête d'un gouvernement intérimaire chargé de préparer une élection présidentielle deux mois plus tard.

Le projet accorde l'immunité à Saleh, à sa famille et à ses conseillers, qui ne pourraient pas faire l'objet de poursuites judiciaires comme le réclament leurs adversaires. Cette question posait problème jusqu'ici. Mais la coalition des partis d'opposition qui réclame le départ de Saleh semble s'y être pliée.

Mohammed Kahtan, porte-parole de l'opposition, a déclaré à la chaîne Al Jazira que la confiance nécessaire faisait défaut pour la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. Mais il a clairement fait comprendre que l'opposition n'y voyait pas un obstacle majeur à la mise en oeuvre du plan. "Le vice-président prendra la relève pendant une certaine période, ensuite nous verrons ce qui se passe", a-t-il dit.

La Maison Blanche a aussitôt salué le plan proposé et pressé toutes les parties de mettre en oeuvre "rapidement" la transition politique. "Nous applaudissons les annonces par le gouvernement yéménite et l'opposition qu'ils acceptent l'initiative du CCG pour sortir de la crise politique pacifiquement et de manière ordonnée", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche  Jay Carney dans un communiqué.

Les Etats-Unis, qui ont été impliqués en même temps que des pays européens dans les tractations en vue d'un règlement de la crise, avait pressé M. Saleh, leur allié dans la lutte antiterroriste, d'entamer "immédiatement" la transition politique.

Des manifestations inspirées des soulèvements qui ont renversé les dirigeants de la Tunisie et de l'Egypte se poursuivent presque chaque jour depuis plus de deux mois au Yémen, mobilisant des dizaines de milliers de personnes qui dénoncent une pauvreté endémique et la corruption ambiante. Des dizaines de contestataires ont été tués depuis le début des troubles.

 

Voir les commentaires

Maroc : Le Mouvement du 20 février défie de nouveau le roi

24 Avril 2011, 15:57pm

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 22 Avril 2011

Maroc

 

 

Les acteurs de la révolte marocaine appellent à des manifestations dans tout le pays. Ils revendiquent une assemblée constituante, la dissolution du Parlement et de la commission de révision constitutionnelle installée par le monarque.

Dimanche, pour la troisième fois en deux mois, de nouvelles manifestations en faveur de changements politiques «profonds» auront lieu dans plusieurs villes du Maroc à l’appel du Mouvement du 20 février. Échaudé par la tournure prise par les débats sur la révision constitutionnelle depuis le discours du roi Mohammed VI du 9 mars, les jeunes de ce mouvement soutenus par l’AMDH (droits de l’homme), Attac-Maroc, de nombreuses associations et des personnalités de la société civile, des partis de la gauche radicale – PSU et Nahdj Addimocrati (Voie démocratique) – estiment que la Constitution actuelle n’est pas réformable et revendiquent une assemblée constituante. Ils exigent également la dissolution du Parlement, de la commission de révision constitutionnelle installée par le monarque et la démission du gouvernement.

Cet appel à de nouvelles manifestations intervient dans un contexte où la commission consultative, présidée par le socialiste Abdelatif Menouni, doit présenter au souverain un projet de révision constitutionnelle d’ici au mois de juin. Elle a déjà rencontré une trentaine de formations politiques, dont l’USFP (socialiste), le PPS (postcommuniste), l’Istiqlal (islamo-nationaliste), PJD (islamiste) et le PAM (Parti de l’administration, créé par des proches du souverain).

 La parole est libérée

Les propositions de ces partis ne visent rien de moins qu’à des aménagements à la marge. Aucune de ces formations ne s’est prononcée pour une monarchie parlementaire, ni pour une limitation des pouvoirs du monarque, ni pour la suppression de l’article 19, qui consacre la sacralité de la monarchie. « Alors qu’ils avaient tout pour oser, les partis politiques ont proposé des réformes timides, superficielles », écrit l’hebdomadaire TelQuel. Seuls deux partis – le PSU et la Voie démocratique – ainsi que l’AMDH, Attac-Maroc, ont décliné l’invitation de cette commission pour faire part de leurs propositions !

En attendant, que ce soit dans la rue, sur les sites Internet, la révision constitutionnelle est l’objet de vifs débats. La parole s’étant libérée, la personne du monarque n’est plus un sujet tabou : ils sont de plus en plus nombreux, ces marocains souhaitant que le roi règne et ne gouverne pas. En première ligne, les jeunes du Mouvement du 20 février. En plus de la Toile, des universités, ils animent des discussions quasi quotidiennes dans les quartiers populaires de Casablanca, organisent des marches de protestation pour dénoncer « la presse makhzénienne » ou les pressions exercées contre des journalistes des médias publics, voire des sit-in comme celui organisé le 8 avril à Rabat, à l’occasion de l’ouverture de la session de printemps du Parlement, pour appeler à sa dissolution et à la démission du gouvernement.

Et dans ce contexte, tous les coups sont permis, comme cette tentative de diviser le Mouvement du 20 février en adressant une invitation à 45 de ses membres à venir participer aux travaux de la commission de révision constitutionnelle, ou ces accusations récurrentes lancées en direct par leurs adversaires sur les plateaux de télévision, que le mouvement serait manipulé par les islamistes d’Al Adl ou Al Ihssane (Justice et bienfaisance) ou par… le Polisario ! Mais, signe que les temps ont changé, ce mouvement dit du 9 mars, créé au lendemain du discours de Mohammed VI pour contrer le mouvement du 20 février, a échoué à organiser le 10 avril une manifestation pour « l’amour du roi ». La manifestation a finalement été interdite sur instruction, dit-on, du palais ! Par crainte qu’elle ne mobilise pas ? Sans doute.

Hassane Zerrouky

Voir les commentaires

Pénibilité, retraite

23 Avril 2011, 21:41pm

Publié par PCF Villepinte

Le 28 avril, tous dans l’action

Ile de France: Rassemblement à l'appel de CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires, devant le siège du patronat, de 12H à 14H.

RDV Place Ecole militaire, avenue Bosquet M° Ecole Militaire 

 

 

)

Télécharger l’argumentaire de 4 pages pour le 28 avril

 

 

PDF - 3.3 Mo Pour vivre et travailler autrement ;
 Pour réparer et prévenir la pénibilité ;
 Pour une retraite en bonne santé.
Les organisations syndicales, dont la CGT, appellent les salariés du privé comme du public à faire du 28 avril, journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail commémorant les victimes des accidents du travail et des maladies professionnelles, une grande journée unitaire de mobilisation pour la prévention et la reconnaissance de la pénibilité par un départ anticipé.

 

Pour une vie meilleure au travail et en retraite, il faut changer le travail

Voir les commentaires

Edition spéciale: les syndicalistes font L'Humanité

22 Avril 2011, 21:41pm

Publié par PCF Villepinte

Médias - le 22 Avril 2011

 

 

 

 

Edition exceptionnelle de L’Humanité du vendredi 29 avril. Une quinzaine de syndicalistes de tous bords, qui ont fait ou font l'actualité en défendant au quotidien les droits des salariés, prendront les commandes du journal pour décrypter l’actualité.

Ce numéro exceptionnel peut être commander en nombre chez les marchands de journaux jusqu’au jeudi 28 avril à 12h.

Valérie Pringuet (CGT) de PImkie à Tourcoing, Sylvette Uzan-Chômat (FSU) de Pôle Emploi en région parisienne, Christophe Galéa (CGT) de la Poste à Marseille, Vincent Drezet (Solidaires) des Impôts en région parisienne, un cadre d’IBM (CFDT) et Charles Foulard (CGT) de l’industrie pétrolière, Bernard Salengro (CGC), médecin du travail, Olivier Leberquier (CGT) de Fralib et un responsable du syndicat d’Eiffage (CFTC ) du Nord, donneront leurs points de vue sur les nouvelles du jour, de même que des délégués du secteur hospitalier, de Renault, Carrefour, Sanofi, de l’éducation nationale, des magistrats et des sans-papiers.

Cette édition spéciale datée du vendredi 29 avril et restant à la vente, le samedi 30 avril et le dimanche 1er Mai est un évènement rédactionnel original mené dans le cadre des multiples initiatives réalisées dans la préparation des Assises de l’Humanité et ayant pour but de montrer l’utilité de l’Humanité, de renforcer le lien entre le journal et ses lecteurs, avec les militants qui en ont l’usage dans l’exercice de leurs mandats et de leurs actions. Ces militants syndicaux, acteurs des luttes sociales du moment, hommes et femmes, du secteur public et privé, de région parisienne et de province, appartenant à différents syndicats, participeront toute la journée du jeudi 28 avril, à l’élaboration et à la rédaction du journal édité le lendemain.
Le parti pris est d’inviter des militants des entreprises en lutte ces dernières semaines et non pas des dirigeants nationaux de fédérations ou de confédérations. Ils
participeront ainsi à la conférence de rédaction puis rédigerons les articles de leur choix dans des espaces «  Carte blanche », pouvant rédiger un point de vue sur un sujet
particulier ou réagir et commenter un sujet par ailleurs traité. Et ce dans toutes les rubriques du journal.

Voir les commentaires

Conseil Municipal

22 Avril 2011, 13:31pm

Publié par PCF Villepinte

photo250x140 blason Villepinte


Le prochain conseil municipal  aura mardi 26 avril à 20H30, salle J.Baker aux Espaces V.

Après la campagne des élections cantonales, il est important de participer à ce conseil et de se rassembler autour de Nelly Roland et des élus de son groupe.

 

23 septembre manif 012-copie-1

Voir les commentaires

Muguet rouge

22 Avril 2011, 13:24pm

Publié par PCF Villepinte

 

 bouquet_75.jpg  

 

1er mai 2011 le muguet des luttes

 

Pour donner les moyens aux militants du PCF de combattre les mensonges du patronat et du pouvoir sarkozyste, le silence des médias sur toutes les initiatives du PCF s’attaquant aux logiques capitalistes : Achetez  votre muguet auprès des militants communistes qui  vous attendront aux points de vente suivants: Place de la Mairie, Hôpital Ballanger, Avenue  de la gare, toute la matinée du dimanche 1er mai.

 

 

 

Voir les commentaires

Les Assises de l’Humanité : c’est parti !

22 Avril 2011, 06:39am

Publié par PCF Villepinte

Les Assises pour le développement de l’Humanité prennent leur envol. Nous vous invitons à en être des participantes et des participants, des actrices et des acteurs. Les universités populaires sont lancées.

 

Un colloque s’est tenu sur la nécessité des aides publiques à la presse avec la plupart des responsables des grands quotidiens nationaux, les syndicats de la presse, des parlementaires de tous les groupes politiques représentés à l’Assemblée nationale et au Sénat. Des rencontres de travail de diffuseurs, de lectrices et de lecteurs, sur les thèmes des moyens de faire vivre nos journaux, de l’amélioration de leur contenu, du développement de notre plateforme internet, du sens de la Fête de l’Humanité, se tiennent ou sont en cours de préparation dans plusieurs villes. Les Amis de l’Humanité ou la Société des lecteurs organisent avec leurs adhérents plusieurs rencontres à travers le pays. Une soirée de rencontre avec des spécialistes de la communication publicitaire et des annonceurs se prépare. Deux rencontres avec les associations et les responsables de stands de la Fête de l’Humanité se tiendront dans les semaines à venir pour réfléchir aux nouveaux moyens à mettre en œuvre pour préserver et développer cet exceptionnel rassemblement citoyen, culturel, politique que constitue la Fête de l’Humanité, mais aussi à son rôle pour soutenir financièrement le journal. La Société des personnels va se réunir pour débattre d’un projet de charte éditoriale et du projet d’entreprise pour les années à venir.

Ainsi, comme nous l’annoncions dés le 3 février, un processus de débats, de rencontres, d’élaboration d’un projet pour le groupe Humanité constituant les 3èmes Assises de notre journal est en cours. D’autres initiatives sont encore à inventer dans les villes et les entreprises. Nous voulons faire porter collectivement un débat sur un enjeu fondamental, décisif pour le débat démocratique, pour la citoyenneté, pour la gauche.

Dans la guerre idéologique actuelle, dans le brouillage organisé des idées et des repères, dans les tentatives de massacre des valeurs fondatrices de notre République et de la gauche elle-même, nous poserons en grand la question d’une utilité nouvelle pour l’Humanité et l’Humanité-Dimanche comme outils de reconstruction des valeurs d’un nouveau progressisme français, européen et mondial. Celle du contenu, de la qualité, de l’efficacité de nos journaux et de notre plateforme numérique pour aider à un rassemblement solidaire et majoritaire des citoyennes et des citoyens qui défrichent la voie inédite d’un vrai changement progressiste, pour une transformation sociale et écologique de nos sociétés et du monde. Quelle nouvelle utilité à notre Fête de l’Humanité encore plus propriété de celles et de ceux qui y viennent, et au-delà de celles et de ceux hommes et femmes de gauche, écologistes, progressistes, syndicalistes, féministes, antiracistes, altermondialistes, bref, tout humaniste, qui souhaitent se retrouver chaque année dans un grand rassemblement de débats, d’élaboration, de création culturelle, pour construire un autre avenir ? Quel projet rédactionnel et économique pour un groupe comme l’Humanité dans le cadre d’une crise mondialisée de la presse écrite ? Quel nouveau rôle de l’Humanité dans le débat public ?

Toutes ces initiatives diversifiées, dont nous souhaitons qu’elles bénéficient de l’opinion du maximum de lectrices et de lecteurs, mais aussi de celles et de ceux qui pourraient le devenir vont converger vers une grande journée de travail commune le 14 mai prochain au Palais des Congrès de Paris.

Avant cela, nous nous retrouverons dans une belle soirée fraternelle de soutien à l’Humanité le 2 mai prochain au Cabaret Sauvage avec une multitude d’artistes dont : Didier Lockwood, Danakil, Melissmell, Serge Teysoot-Gay, Joëlle Léandre, Les Yeux d’la tête, Agnès Bihl, Quilapayun, Disiz la Peste aka Disiz Peter Punk, HK, Psycho Bop Trio, The Serge Gainsbourg expérience, Sylvain Kassap, Samira Brahmia, etc. Par avance je remercie chacune et chacun d’entre eux de venir ainsi gracieusement animer cette belle soirée de solidarité.

D’ici le 14 mai, il nous reste quelques semaines pour élaborer ensemble ce projet indispensable dont notre pays a besoin pour donner de la force, de l’efficacité à l’Humanité et à l’Humanité-Dimanche. Le faire est une condition pour que les idées du changement prennent le dessus sur celles du renoncement.

(Article paru dans l‘Humanité daté du 8 avril 2011)


Informations et commande de bons de soutien pour le concert du 2 mai,  cliquez ici

Renseignements et inscription à la journée du 14 mai, cliquez ici

.

Voir les commentaires

Les choix de Victor Hache en direct du Printemps de Bourges

21 Avril 2011, 16:34pm

Publié par PCF Villepinte

Culture - le 21 Avril 2011
 

 

Les coups de cœur de notre chroniqueur. Chaque semaine, l'essentiel de l'actualité de la chanson pop-rock.

Une voix incroyable, celle d’Asaf Avidan au 22 Ouest

Loin du Phénix  qui  a fait le plein grâce à ses concerts à l’ambiance familiale où se sont produits  la chanteuse ZAZ, Ben l’Oncle Soul et Cali, il fallait être au  22 Ouest, mercredi soir. C’est ici, qu’Asaf Avidan a créé l’événement avec un concert mêlant rock, folk et blues. Coupe à l’iroquois, chemise blanche, le chanteur israélien a  subjugué son public grâce à sa voix incroyable.

Une voix féminine et rock  à la Janis Joplin que l’on avait remarqué dans l’album récemment  sorti « Poor boy, Lucky man » enregistré avec  le groupe The Mojos , à ses côtés sur scène.  Au début, on craignait une interprétation en force. Au contraire, Asaf Avidan n’en fait pas trop et  module sa voix, totalement habité par son univers,  s’accompagnant à la guitare électrique ou au piano.  Un show entre glam et rock hérité des années 1970, qu’Asaf fait vivre avec énergie et grâce.En Israël, Asaf Avidan et The Mojos sont extrêmement populaires et partout dans les festivals internationaux, les critiques sont élogieuses. A Bourges, ils ont donné un concert de toute beauté. Assurément, l’une des plus belles découvertes  du Printemps.

 

 

Le rock animal et sexy  d’ Oh, La, La ! au 22 Est

L’histoire d’Oh La La ! est  née de la collaboration entre Natasha Le Jeune, la chanteuse et le bassiste Benjamin Lebeau, musicien de The Shoes qu’elle a rencontré il y a trois ans. Exit donc  l’expérience rock au sein d’AS Dragon dont elle fut le leader durant quelques années,  là voilà désormais  aux commandes de son nouveau groupe Oh La La ! et son registre électro. Une pop-rock à danser où la sexy  Natasha  chante essentiellement en français  des chansons chic et choc  à l’image de « Un poing, c’est tout », dont le texte est signé Philippe Katerine.  Jean coupé façon short, débardeur, frange au carré, la chanteuse fascine par sa présence  animale sur scène. Elle joue du synthé, danse,  chauffe  son public à blanc, en véritable rock star comme on l’a vu mercredi  au 22 Est.  Un univers ovni à l’énergie brute que l’on retrouve dans l’album éponyme  qui vient  de sorti r chez Pias.

 

La pop-rock efficace de Vismets au 22 Ouest

Originaire de Bruxelles,  le groupe Vismets cartonne en Belgique.  Il  débarque en France alors que vient de sortir son album « Gürü Voodoo » porté par le titre « Wasted Party ». Sa présence au 22 Ouest nous a permis de vérifier que Vismets es t d’abord et avant tout un groupe de scène. Cela  assure, joue vite et efficacement une pop-rock dansante aux guitares tendues et  aux chansons interprétées en anglais. Un registre qui prend tout son sens en live comme on le verra le 26 mai au Nouveau Casino, à Paris, aux Francofolies de la Rochelles, le 15 juillet encore le  23 juillet à Spa. A suivre donc.

 

Voir les commentaires

Les hirondelles de Guéant ne font pas le printemps de la sécurité

21 Avril 2011, 16:24pm

Publié par PCF Villepinte

Claude Guéant vient d’annoncer la création de « patrouilleurs » chargés d’assurer la visibilité de la police. Il s’agit d’un retour par la petite porte de la police de proximité. Pour Nicolas Sarkozy et son équipe, il s’agit d’un formidable aveu d’échec après tant d’années passées à saccager la police de proximité créée par la gauche.

Pour autant, le retour de ces « hirondelles » ne fait pas le printemps de la sécurité. L’annonce de Claude Guéant reste particulièrement floue. Tout indique que ces nouvelles unités se feront par le biais d’un redéploiement des forces de police existantes qui souffrent déjà cruellement de sous-effectif.

La France a besoin d’une politique ambitieuse en matière de sécurité. Cela passe d’abord par un grand service public de la sécurité. Cette politique nécessite d’en finir avec la RGPP destructrice d’emplois de fonctionnaires de police ou de gendarmes. Dans le même temps, une politique de sécurité efficace devra s’appuyer sur une lutte sans merci contre l’argent sale et les trafics qui prennent leurs racines dans les beaux quartiers et pourrissent la vie des habitants des quartiers populaires.

 

Ian Brossat, responsable aux questions de sécurité à la direction nationale du PCF

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>