Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Le Front de gauche fait fructifier sa dynamique

29 Février 2012, 17:13pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

Pour Olivier Dartigolles et Clémentine Autain, les thèmes du Front de gauche et de son candidat, Jean-Luc Mélenchon, marquent la campagne électorale et font bouger les lignes. Et pour preuve, d'après le sondage TNS Sofrès du 28 février, il serait crédité de 9,5% d'intentions de vote.

«Si la gauche gagne, elle doit prendre un engagement, celui de consulter les Français sur le mécanisme européen de stabilité (MES) et le futur traité Sarkozy/Merkel.» Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF et codirecteur de la campagne du Front de gauche, soulignait ainsi, lors d’une conférence de presse tenue en compagnie de Clémentine Autain, de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), que l’adoption par le Parlement du MES, avec la bienveillante abstention du PS, ne mettait pas fin au débat. «Loin s’en faut», explique Olivier Dartigolles, en faisant le point de la campagne du Front de gauche à huit semaines du premier tour. Pour lui, nombre de thèmes portés par le Front de gauche sont au cœur du débat politique de cette campagne. Ainsi de l’Europe où «2005 rebondit en 2012» car «l’austérité en Europe, c’est l’austérité en France» ; ainsi de notre mot d’ordre lancé en juin 2011 par Jean-Luc Mélenchon, «place au peuple», à l’heure où chacun semble aujourd’hui «redécouvrir son existence» ; ainsi de «nos propositions pour une autre fiscalité ou contre la casse industrielle». Enfin, «nous voulions décrypter le programme du FN pour montrer sa nocivité», explique Olivier Dartigolles : «C’est fait.»

Pour les deux responsables, «la dynamique du front de gauche se confirme de meeting en meeting» même si, souligne Clémentine Autain, «le courant de sympathie est plus fort, pour l’heure, que les intentions de vote». «Mais beaucoup de choses peuvent bouger d’ici à l’élection», souligne-t-elle. À ce titre, le Front de gauche entend amplifier ses initiatives. Ainsi, le 18 mars, de Nation à la Bastille (Paris), une marche est organisée «pour une sixième République et pour donner sa place au peuple, donc exiger un référendum sur l’Europe». «Nous attendons des dizaines de milliers de personnes», affirme Olivier Dartigolles. Suivra une offensive en mars «en direction des quartiers populaires» pour «montrer qu’à gauche une force existe pour non seulement battre Sarkozy mais gagner un vrai changement de politique».

 

  • À lire :  

--> Mélenchon meilleur défenseur des ouvriers devant Hollande (TNS-Sofres)

  • À consulter :

--> notre dossier Front de Gauche


Max Staat

Voir les commentaires

2000 manifestants à Aulnay sous Bois le 18 février 4 vidéos de BELLACIAO

29 Février 2012, 07:58am

Publié par PCF Villepinte

de : Collectif Bellaciao
lundi 20 février 2012 - 00h02
JPEG - 70.9 ko

"On est convaincus que PSA veut fermer l’usine, mais on se battra jusqu’au bout, pour notre boulot, parce qu’on n’a que ça pour vivre !", a expliqué Jean-Pierre Mercier, responsable CGT. A ses côtés, plus de 2.000 manifestants.

Baisse de production, baisse du nombre de salariés sur le site, autant de signaux d’alarme auxquels la direction du constructeur ne donne aucune signification claire.

Manifestation Aulnay-sous-bois 18.02.2012

"PSA ne dit pas clairement les choses", a regretté Marie-George Buffet du PCF. "Je dis aux candidat-président ou au président-candidat - je me fiche de l’ordre - que son ministre de l’Industrie doit maintenant agir auprès de la direction et lui demander réellement ce qu’il compte faire pour le maintien du site à PSA-Aulnay. Parce que pour nous ce serait un tsunami social"

"Les travailleurs ont raison de se mobiliser avant que PSA n’annonce une fermeture", a estimé Nathalie Arthaud, de Lutte ouvrière.

Interviews Aulnay-sous-bois 18.02.2012

"On nous demandait d’être aveugles et sourds, de ne pas faire attention à la baisse de production, à la baisse du nombre de salariés sur le site, on a décidé de ne plus se taire", "PSA concerne 9.000 emplois directs et indirects dans le département. Non seulement c’est un des plus gros employeurs, mais c’est important de maintenir l’emploi industriel dans le département" a dit Claude Bartolone, président socialiste du conseil général de Seine-Saint-Denis.

Le meeting Aulnay-sous-bois 18.02.2012

L’arrêt de la production à Aulnay "serait une catastrophe humaine. Et pour la ville, ce serait une catastrophe financière, plusieurs millions d’euros payés par PSA au titre de la taxe professionnelle manqueraient au budget municipal", a renchéri le maire PS, Gérard Ségura.

Personnalités Aulnay-sous-bois 18.02.2012

De son cote, le président du directoire de PSA, Philippe Varin, a une nouvelle fois insisté... "Cette réduction des capacités est absolument inévitable".



Voir les commentaires

Europe : pas sans nous ! Appel pour un référendum sur le nouveau Traité européen

29 Février 2012, 07:50am

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 28 Février 2012

 

Mots clés : union européenne, europe,

 

 

Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations de l’Union européenne.  Aujourd’hui, la Grèce mais aussi le Portugal, l'Irlande et l'Italie se voient imposer des décisions majeures dans des domaines qui ne sont de la compétence, ni de la commission, ni du conseil européens. Les dirigeants et les technocrates de l'Europe, au service de la finance, enfoncent les populations dans la récession, la régression sociale et la misère, renforçant ainsi les inégalités, les discriminations et la xénophobie.

Le sommet européen a adopté le 9 décembre, le projet du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l’Union), dit traité Merkozy. Il vise à donner une base légale à la régression sociale, à la répression et aux dénis de démocratie, durcissant les règles qui figuraient déjà dans le Traité de Maastricht puis dans celui de Lisbonne, imposant de lourdes sanctions «immédiates» et «automatiques» aux pays contrevenants. Cet accord a vocation à engager l’ensemble des pays de l’Union et l'ensemble des décisions politiques.

Les gouvernants qui entendent limiter aux parlements la ratification d’un tel Traité manifestent leur mépris des exigences démocratiques. Ils se font les complices de la remise en cause du principe démocratique fondamental : la souveraineté du peuple.

Nous refusons de renoncer à nos droits !

Quelle que soit l’issue des échéances électorales d’avril, mai et juin, que le texte reste en l’état ou qu’il soit modifié lors d’une éventuelle renégociation, nous exigeons la tenue d’un référendum pour que le peuple décide si la France doit approuver ou refuser le nouveau Traité.

Nous invitons toutes et tous les citoyen(ne)s à se mobiliser dans leurs quartiers, leurs villes ou leurs villages, leurs lieux de travail, au sein de leurs partis, leurs syndicats ou de leurs associations. Organisons ensemble réunions publiques, manifestations, pétitions, occupations, et autres actions pour un vrai débat et bâtir ensemble l’Europe que nous voulons !

Pour se joindre à cet appel : http://www.referendum-europe.org

  • Premiers signataires :

Adam Etienne (Fase, Basse Normandie)
Adda Rachid (Secrétaire fédéral du MRC, conseiller municipal de Sarcelles)
Ainardi Sylviane (Ex députée européenne, militante associative)
Alcorta Martine (Elue EELV au conseil régional d’Aquitaine)
Alfonsi Gilles (Communiste unitaire, Fase)
Alsemo (Artiste plasticien)
Ariès Paul (Directeur du “Sarkophage” et rédacteur en chef de la revue internationale  “Les Zindigné(e)s”)
Arneguy Janie (Les Alternatifs, Gard)
Asensi François (Député communiste,  Seine-Saint-Denis, Fase)
Autain Clémentine (Fase)
Ayats Guy (Syndicaliste, Aude, Fase)
Bagayoko Bally (Vice président du Conseil général de Seine-Saint-Denis)
Baudet Fred (Aka daïtoha, rappeur, slameur, Bordeaux)
Banal Jean (Retraité, 05)
Bardy Dominique (Parti de Gauche 91, candidate Front de Gauche aux législatives dans la 4ième circonscription de l’Essonne)
Ben Hiba Tarek (Ancien conseiller régional, militant de l’immigration)
Bennaï Farid (Militant associatif pour l’égalité des droits, Fase 91)
Bessière Bruno (Communiste unitaire, Fase, Front de Gauche)
Beynel Eric (Union syndicale Solidaires)
Bidet Jacques (Philosophe)
Bidet-Mordrel Annie (Militante féministe, philosophe)
Bigot Jean (Convergences et Alternatives, Cinéaste)
Boislaroussie Jean-Jacques (Porte-parole des Alternatifs)
Bonnet Olivier (Journaliste blogueur indépendant)
Borra Jean-Claude (Retraité, 05)
Borrits Benoît (Les Alternatifs)
Bouhoun Claude (Urbaniste, militant écologiste pyrénéen)
Bourgoin Jacques (Maire de Genevilliers, Pcf)
Boumediene Alima (Fase)
Boussard Claire (Ingénieur en informatique)
Bozane Odile (Enseignante laïque, Toulon)
Brafman Jean (Ancien conseiller régional, Fase)
Braouezec Patrick (Député de Seine-Saint-Denis, Fase)
Briot Roger (Isère, Communiste unitaire, Fase)
Brody Patrick (Syndicaliste)
Bruet Dany (Responsable associatif, 13)
Brunel Daniel (Maire-adjoint de Torcy (77) )

Bustamante Didier, élu CGT

Calabuig Bernard (Communiste unitaire, Fase)
Carlat Léa (Coordinatrice du magazine Souffle, Tours)
Castex Jean-Pierre ( Retraité)
Castex Roger (Retraité, Hautes Alpes)
Caussarieu Pantxoa (Fase, Gauche Alter 64, Solidaires)
Charitat Jean-Claude ( Retraité, Veynes)
Charlut Rosine (Fase, Aude)
Chemla Patrick (Psychiatre chef de service et psychanalyste, membre du groupe des 39)
Ciaravola Florence (Les Alternatifs 06)
Coadou François (Philosophe)
Cochin Yann (Syndicaliste, Convergences et Alternatives)
Colloghan Mathieu (Artiste peintre)
Cognéras Cyril  (Conseiller municipal à Limoges - Les Alternatifs)
Combes Francis (Poète et éditeur)
Compagnie Jolie Môme
Coupé Annick (Union syndicale Solidaires)
Cours-Salies Pierre (Fase)
Daae Veronika (Les Alternatifs, ACU)
Defaix Bernard (Militant du Service Public)
Della Sudda Bruno (Les Alternatifs 06)
Demarcq  Sandra (Npa)
Derudder Philippe (Président de l’Association Internationale pour le Soutien Aux Economies Sociétales (AISES))
Dioudonnat Julien (Fase)
Drevon Jean-Michel (Militant du Service Public)
Dubarry Véronique (Adjointe au maire de Paris, EELV, en charge des personnes en situation de handicap)
Dubsky Richard (Maire adjoint à la démocratie participative et aux comités de quartiers, Mantes-la-ville)
Duez Alain (concepteur de “L’âge de faire” et du “Plan ESSE”)
Dupuy Jean-Pierre (Artiste dramatique, Caen)
Durand Robert (Retraité)
Duviol Valérie (Reporter citoyen(ne) pour netoyens.info)
Epsztajn Didier (Animateur de blog “Entre les lignes et les mots”)

Etiévant Guillaume, membre du Bureau de la Fondation Copernic
Eyraud Jean-Claude (Fase, Gap, Elu local)
Eyraud-Chaume Laurent (Comédien, responsable de lieu culturel)
Fauche Jean-Luc (Militant associatif et écologite, Avignon)
Fiévet Yann (Professeur de Sciences Economiques et Sociales)
Floris Guillaume (Gauche anticapitaliste)
Fontaine Daniel (Maire d’Aubagne, 13)
Fontaine Jacques (Les Alternatifs, 25)
Fontes Claudie (Militante associative et syndicale,Toulouse)
Fouquer, Jean-Marie (Fase, Syndicaliste, Seine-Maritime)
François, Fanny (Emergence 92)
Fraysse, Jacqueline (Députée des Hauts de Seine, Fase)
Gadrey, Jean (Economiste, Attac)
Gallais Véronique (Socioéconomiste, militante altermondialiste)
Gallepe, Jean-Pierre (Cinéaste, Fase)
Galmiche, Jean-Louis (Union syndicale Solidaires)
Garo, Isabelle (Enseignante, philosophe)
Gatounes, Franck (Cheminot, Candidat suppléant Front de Gauche aux législatives, Hautes Alpes)
Geneste, Daniel (Ancien responsable de la Fédération Cgt des transports)
Genevée Frédéric, (Historien, Pcf)
George Susan (Ecrivain et présidente d'honneur d'Attac)
Girault Sylvain (EELV)
Gispert Roselyne (Cadre de santé en retraite, Fase)
Giry Thomas (Ecologiste, Front de Gauche)
Gondard-Lalanne Cécile (Union syndicale Solidaires)
Gonneau Jean-Luc (Gauche Cactus)
Grador Dominique (Conseil national du Pcf, Conseillère générale de Corrèze)
Greuter Henri (Membre d’Attac et de la Confédération paysanne)
Griveau Jean-Louis ( Bretagne, Les Alternatifs)

Harribey Jean-Marie, économiste atterré

Jacquet Daniel (Artiste peintre)
Jarry Patrick (Maire de Nanterre, 92)
Jean Rémy (Fase, Aix)
Jennar Raoul Marc (Essayiste, 66)
Journard Robert (Chercheur)
Jousse Eric (Co-fondateur du site Netoyens.info)

Khalfa Pierre coprésident de la Fondation Copernic
Kiintz Michèle (Communiste unitaire, Fase)
Klopp Serge, (Chargé de la psychiatrie au Pcf, Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire)
Kowal Claude (Syndicaliste retraité)
Kowal Françoise (Syncaliste retraitée)
Havet Serge (Membre d’AC!)
Hayes Ingrid (Gauche anticapitaliste)
Hérin Huguette (Ancienne conseillère régionale Pcf, militante associative)
Herboux Marie-Claude (Féministe, syndicaliste, Fase)
Hubert Myriam (Parti de Gauche, 34)
Husson Michel (Economiste)
Labroille François (Conseiller régional, Alternative citoyenne, Fase)
Lafontaine Jean-François (Directeur de cabinet du Président du Conseil Régional de Martinique)
Lagache Richard (Editeur)
Langlois Bernard (Journaliste)
Laporte Pierre (Conseiller Général de Seine-St-Denis, Fase)
Latour Patricia (Journaliste, Conseillère municipale d’Aubervilliers)
Lavignotte Stéphane (Pasteur, Mouvement du christianisme social)
Larue Sylvie (Communiste unitaire, Fase)
Lebrun Catherine (Union syndicale Solidaires)
Leclerc Patrice (Conseiller général des Hauts de Seine)
Leclerc Phillipe (Tête de liste ”Front de Gauche en Lorraine”, Gauche Alternative 54, Fase)
Le Hyaric Patrick (Député européen, Pcf)
Lepage Alain G (Militant altermondialiste et des Services Publics)
Leroux Jean-Paul (Retraité)
Lescant Thierry (Union syndicale Solidaires)
Lescure Thi-Trinh (Union syndicale Solidaires)
Letard Valérie (Conseillère communale déléguée à l’économie, l’emploi et la lutte contre l’exclusion, Ramonville St Agne 31)
Letchimy Serge (Député de Martinique)
Levan Anne-Rose (Fase, Conseillère municipale, Montpellier)
Lévy Laurent (Essayiste)
Lhomme Xavier (Militant écologiste, Gironde)
Liot Dominique (Militant syndical et associatif, Toulouse)
Loizemant Franck (Convergences et Alternatives)
Lordon Frédéric
Magnat Benoist (Poète et plasticien, Les Verts indignés, Carpentras)
Mahieux Christian (Union syndicale Solidaires)
Mangenot Marc (Economiste et militant associatif)
Marchand Xavier (Enseignant, syndiqué Cgt, Hérault )
Martelli Roger (Historien)
Martin Jean-Pierre (Psychiatre, militant syndical et associatif)
Martin Myriam ( Porte-parole du Npa)
Martinot Yves (Ac !, Montpellier)

Marty Christiane, membre du Bureau de la Fondation Copernic
Mécary Caroline (coprésidente de la Fondation Copernic)
Mordillat Gérard (Romancier et cinéaste)
Meaufront Marcel (Fase, AlterEkolo)
Mérieux Roland (Les Alternatifs)
Mermé Henri (Les Alternatifs, 75)
Meyer Jean-Pierre (Syndicaliste)
Meyroune François (Maire de Migennes, Pcf)
Migneau Monique (Gauche anticapitaliste)
Minnaert Pierre (Conseil Fédéral EELV)
Mjati Zine-Eddine (Responsable du Maghreb à EELV)
Monsillon Gilles (Alter Ekolo, Fase)
Morder Robi (Juriste du travail, syndicaliste enseignement supérieur)
Muzeau Roland (Député des Hauts-de-Seine, Pcf)
Nay Françoise (Militante de défense de l’hôpital public)
Neuville Richard (Les Alternatifs 07)
Noguères Dominique
Onfray Michel (philosophe)
Ortiz Jean (Syndicaliste universitaire, maître de conférence. Université de Pau)
Pacco André (Journaliste, Fase 89)
Paillard Didier (Maire Pcf, de St Denis)
Pailler Aline (ex députée européenne, journaliste)
Palluault Katie (Informaticienne et militante)
Paris Jean-Jacques ( Conseiller général de Bègles, Pcf, Front de Gauche)

Pelletier Willy (coordinateur de la Fondation Copernic)
Perret Patrice (Union syndicale Solidaires)
Perreau Bezouille Gérard ( Elu et militant associatif, Nanterre 92)
Pierre Guy (Sculpteur)
Poisson Eric (Collectif du 29 mai, Front de Gauche)
Pons-Jacquet Andrée (Animatrice atelier d’écriture)
Poupin Christine (Porte-parole nationale du Npa)
Poutou Philippe (Npa)
Prebois Christian (Syndicaliste, Caen)
Proult David (Adjoint au maire de St Denis, 93)
Rabie Joe (Urbaniste, Fase)
Rabie Sylvie (Réalisatrice multimédia, Fase)
Ramade Roland (Artiste: auteur compositeur interprète, 34130 Mauguio)
Rainaud Martine (Militante Fase 33310 Lormont)
Rémy Mylène (Membre d’EELV)
Rideau Florian (Les Alternatifs 75)
Robert Guy (Syndicaliste, Caen)
Roger Nicole (Retraitée éducation nationale, militante Attac)
Rouffiac Dorothée (Npa)
Rouillon Jacqueline ( Maire de St Ouen (92), Conseillère générale de St Ouen, Fase)
Rousseau Michel (Militant associatif)
Roux Jean-Marie (Fédération des finances Cgt)
Ruiz Jean-Michel (Secrétaire départemental du PCF du Val d’Oise)
Sainati Gilles (Co-animateur de la commission Justice et Liberté du Parti de Gauche)
Sieffert Denis (Journaliste)
Silberstein Patrick (Médecin et éditeur)
Siné Bob (Dessinateur)
Sire-Marin Evelyne (Militante associative)
Snaoui Boualem (Fase, Syndicaliste et militant associatif)
Stambouli Mylène (Militante écolo, Front de Gauche)
Stierlin Philippe (Communistes unitaires, Fase)
Stock Alain (Sociologue)
Supiot Frédéric (Conseil Fédéral EELV , Neurologue)
Thackwell Helen (Femmes Solidaires, Fontenay-sous-bois)
Testart Jacques (Biologiste et écrivain)
Tovar José (Ancien syndicaliste enseignant)
Tricot Catherine (Architecte)
Turbet-Delof Denis (Union syndicale Solidaires)
Vieille Blanchard Elodie (Les Alternatifs 75)
Viguié Francis (Npa34, conseiller municipal, Montpellier)
Warszawski Jean-Marc (Musicologue, 93)
Youlountas Yannis (Ecrivain Franco-Grec)
Zaharia Raymond (Ingénieur en retraite, Militant associatif)
Zarka Pierre (Communiste unitaire, Fase)
Zediri Malika (Militante associative)
Zerkaoui Myriam (Isère, Fase et Militante antifasciste)

Voir les commentaires

L'appel à la mobilisation de la secrétaire générale de la CES

29 Février 2012, 07:46am

Publié par PCF Villepinte

 La Confédération européenne des syndicats (CES) appelle à manifester le 29 février dans les 27 pays de l'Union Européenne contre l' austérité imposée va plonger l’Europe dans la récession. 160 manifestations sont prévues. 

 

Voir les commentaires

Droit de Grève en DANGER !

28 Février 2012, 13:03pm

Publié par PCF Villepinte

 

Résumé de la journée de Rassemblement Unitaire des Organisations Syndicales du Transport Aérien du 22 février 2012 devant l'Assemblée Nationale.

 

La loi visant à restreindre le droit de grève dans le transport aérien a été adoptée par les Députés de la majorité présidentielle à l'Assemblée Nationale le 22 février au soir. Pour la première fois dans l'histoire sociale de France, le droit de grève est attaqué dans le secteur privé par l'adoption de cette loi introduisant un "service garanti". L'intersyndicale du Transport Aérien mettra tout en oeuvre pour faire abroger cette loi scélérate !

Voir les commentaires

Sur le Blog de Jean-Emmanuel DUCOIN

28 Février 2012, 10:20am

Publié par PCF Villepinte

Espérance(s): l'effet Mélenchon... et bien au-delà !

Si la sagesse et la raison critique gagnent (enfin) du terrain dans cette campagne électorale, le Front de Gauche n’y est pas pour rien.

Gauche. Drôle de dépaysement en notre pays lui-même, où le simplisme devient expédient, où tout se transforme en vérité, où la paresse d’esprit – et le minimum d’informations – s’érige en fréquentation publique. Lu cette semaine dans un grand magazine populaire, cette citation de François Mitterrand datant de 1986: «J’affirme que pour la France hospitalière les immigrés sont chez nous chez eux.» La justesse du propos, nous renvoyant vingt-cinq ans en arrière, n’est évidemment pas en cause. Ce qui chagrine le lecteur toujours munis de lunettes double-foyers? Le commentaire qui suit cette noble évocation. Ainsi peut-on lire ces mots: «Quel candidat oserait aujourd’hui prononcer une telle phrase?», demande la journaliste, visiblement peu informée des propositions et des paroles des acteurs du Front de Gauche, par exemple… Et celle-ci d’ajouter: «La gauche rivalise de prudence pour défendre les derniers entrants contre une xénophobie d’Etat de moins en moins refoulée.» Notre irritation atteignit alors des sommets. Car de quelle «gauche» parle-t-on là, sinon de la gauche dite «socialiste» incarnée par son candidat François Hollande, qui, en ce domaine comme en bien d’autres, ne dispose ni du monopole de la gauche et encore moins du passeport des idées aux estampilles «progressistes».
Signe. A plein régime, la machine à câliner qu’est devenue la communication se déchaîne à tous les échelons d’une société sens dessus dessous. D’un côté, les instrumentalisations des peurs du matin au soir, les manoeuvres ordurières des Nicoléon, Guéant, Hortefeux et autres Le Pen, papa et fifille-la-voilà, dont l’axiome dénominateur reste la division des citoyens entre eux pour les maintenir dans un état de dépendance morale et subjective. De l’autre côté, cette satanée «prudence» érigée en camp, celui dit de «gauche», réduit, pour l’instant, à sa fraction hégémonique: le parti socialiste. Cette espèce de fuite du réel révèle la panique des «élites» et sa déconnexion du monde tel qu’il est. D’autant qu’elle ne résiste pas à une double observation.
Primo: les thématiques dominantes dans la tête des individus, même éloignés de leurs corps sociaux environnants (curieuse idée), tournent autour des mêmes préoccupations sociales et économiques, chômage, précarité, travail, santé, logement, éducation, etc. Secundo: dans cette époque de crises et de tempêtes, qui risquent d’emporter l’esprit républicain et une partie de notre idéal de justice et d’égalité, l’attitude qui consiste à refuser de voir l’une des réalités de la campagne électorale actuelle, à savoir la percée du Front de Gauche et de son candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, est un signe d’immaturité politique et d’inconséquence intellectuelle. Faut-il seulement s’en étonner?

Mélenchon. Heureusement, de ci de là, quelques exceptions commencent à percer le mur du silence, histoire d’habiller de velours l’horreur quotidienne qui nous tient lieu de fond sonore médiacratique. Quelques lignes approfondies – toujours bonnes à prendre – dans un océan de survols et de lieux communs. Ainsi dans Marianne, Jacques Julliard a-t-il consacré son éditorial au candidat de notre coeur, comme en écho au bloc-notes, ici-même, la semaine passée. Julliard s’interroge: «A quoi sert Mélenchon?» Sachez-le, nous ne partageons ni son postulat (cataloguer le Front de Gauche à «l’extrême gauche») ni sa conclusion («l’impuissance» supposée de ses idées serait une «défaite de la pensée»). Mais Julliard, avant d’en arriver à cette fin que nous jugerons stupide, loue à bien des égards, et sans le vouloir assurément, les qualités du Front de Gauche. «L’utilité du social-mélenchonisme, écrit-il, c’est de déchirer le voile des fausses évidences capitalistes.» Pour lui, pas de doute, Mélenchon «a le verbe, la gouaille, le culot, la formule, la repartie, les colères, vraies ou simulées, et ce grain de folie qui emballe les meetings». Mais il ajoute aussitôt, car la vérité l’oblige et l’engage: «Je m’arrête là. Il serait trop facile et trop injuste de limiter l’écho que rencontre aujourd’hui Mélenchon à son talent oratoire. S’il déplace aujourd’hui des foules considérables, c’est qu’il dit de la situation actuelle ce qu’elles ont envie d’entendre et que son discours sonne juste. Il exagère? Non, c’est le capitalisme qui exagère: ce sont les banquiers et les spéculateurs qui sont dans le déni de la réalité.»

Politique. A la bonne heure. Même pour Jacques Julliard, la fameuse «angoisse identitaire», doublée du non moins tragique «vertige français» dont on nous rebat les oreilles depuis tant d’années, ne sauraient désormais être analysés – à supposé que ce soit possible et utile – isolément du mal essentiel qui ronge ce début de siècle: l’insécurité sociale… Si la sagesse et la raison critique gagnent enfin du terrain, le Front de Gauche n’y est pas pour rien. Elever les consciences en déclassant les raccourcis lamentables sera encore long… Chers lecteurs, vous en connaissez mieux que personne l’ampleur et l’enjeu. Vos innombrables témoignages et réactions à cette chronique de la semaine dernière, consacrée justement à Mélenchon, témoignent que les idées forces ancrent notre gauche, ferme sur ses principes, dans l’histoire sociale et l’art politique majeur. Celui du sublime. Celui des possibles. Celui du bonheur et des sourires. En deux mots: l’espérance française.

[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 24 février 2012

Voir les commentaires

Le Front de Gauche en campagne contre le MES

28 Février 2012, 10:17am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 27 Février 2012

 

 

 

 

Le Sénat est un des derniers remparts contre l’adoption du Mécanisme Européen de Stabilité et du nouveau Traité constitutionalisant l’austérité. Le Front de Gauche lance un ultime appel aux sénateurs PS, afin qu’ils prennent une vraie position de gauche, ce mardi, lors du vote.

Car à l’Assemblée Nationale la semaine dernière, les députés PS se sont abstenus dans leur majorité. Ce mardi, si les sénateurs PS s’abstiennent alors qu’ils ont la majorité, ce serait comme « laisser les clefs du Sénat à la droite et à Sarkozy », ainsi que l’exprime Eric Coquerel, le conseiller spécial de Jean-Luc Mélenchon. « Avec le Mécanisme Européen de Stabilité et le Traité qu’il a engendré avec Mme Merkel, Nicolas Sarkozy a inventé une machine infernale. Même battu en mai prochain il peut en effet voir sa politique se poursuivre à travers ces deux textes indissolublement liés. Tout y est : austérité, perte de souveraineté des parlements nationaux et européens, règle d’or etc... C’est le Traité de Lisbonne en pire. »

Le Front de Gauche appelle ainsi les sénateurs socialistes à se joindre aux groupes du Front de Gauche et d’Europe-Ecologie pour voter « Non ». Plusieurs élus locaux PCF et du Parti de Gauche s’adressent directement à leurs collègues dans les départements. Comme Philippe Camo, Secrétaire départemental du PCF, qui « appelle solennellement les sénateurs et sénatrices de l’Essonne, notamment ceux se réclamant de la gauche, à s’opposer mardi à la Haute Assemblée, au projet de loi autorisant à ratifier le mécanisme européen de stabilité. » Un texte qui permettrait de mettre « en place un carcan d’austérité, pour faire payer la crise aux peuples, et contraindre les Etats, les collectivités à une saignée des dépenses publiques. »

Si malgré tout, les députés socialistes s’abstiennent, le dernier recours serait de saisir le Conseil constitutionnel. Pour cela, l’accord de soixante parlementaires est nécessaire. Les députés et sénateurs du Parti communiste et du Parti de gauche ont donc adressé, mercredi, un courrier à leurs collègues de gauche pour les inviter à cosigner leur saisine. Ce qui est possible, selon Eric Coquerel : « Si, comme on peut l’espérer les sénateurs EE-LV et MRC acceptent de saisir le Conseil avec leurs collègues du Front de Gauche, il suffira de 25 socialistes pour le rendre possible. »

Et cette saisine du Conseil constitutionnel se justifie : «Pour bénéficier du mécanisme européen de stabilité, explique dans la lettre des parlementaires de gauche, les États devront se mettre sous la tutelle budgétaire de Bruxelles », or «la Constitution de la France établit la souveraineté du peuple et de ses représentants en matière de politique budgétaire». Et de conclure : «La contradiction est donc manifeste. »

Voir les commentaires

Trop c'est trop ! Tous les rassemblements du 29 février

28 Février 2012, 10:12am

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 27 Février 2012

 

 

A la veille du Sommet européen des 1er et 2 mars, placé essentiellement sous le signe de l’austérité et de la discipline budgétaire, la Confédération européenne des syndicats (CES) adresse un message clair aux dirigeants de l’Union : cette austérité imposée va plonger l’UE dans la récession ! Les affiliés de la CES se mobiliseront en force, le 29 février, dans les 27 pays, et au-delà, pour dénoncer et condamner ce type de gouvernance et proposer des alternatives pour l’emploi et la justice sociale.

"Les mesures d'austérité ne sont pas la réponse à la crise, au contraire, elles produitent d'énormes dégâts sociaux". Dans une déclaration commune les syndicats CFDT, CGT, FSU, Solidaires, Unsa indiquent qu'ils se mobiliseront partout en France, "pour que le travail et la justice sociale soient au centre des priorités politiques"

La CGT appelle à "décider de la grève sur les lieux de travail et à participer aux manifestations interprofessionnelles". 

Retrouvez -->ici
tous les lieux de rassemblements en France


 


 

 Téléchargez le tract
de la journée de mobilisation

Voir les commentaires

La droite veut des référendums, mais pas sur l’Europe

27 Février 2012, 15:57pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 27 Février 2012

 

Mots clés : ump, europe, pierre laurent, modem, droite,

 

 

Ce lundi, l’UMP et le Modem étaient d’accord sur un point : faire des référendums, oui, mais surtout pas sur le nouveau traité européen.

Ce lundi matin, Nicolas Sarkozy comme l'eurodéputé MoDem Robert Rochefort, ont annoncé qu’en cas de victoire aux prochaines élections, le président organiserait rapidement des référendums. Le premier promet d’en appeler directement au peuple français en cas de blocage manifeste d’une réforme, le second entend proposer à l’occasion du premier tour des législatives un référendum sur la moralisation de la politique.

Mais quid des vrais sujets ? Du nouveau traité européen imposant l’austérité aux peuples ? Ils en refusent l'idée. Les deux partis de droite ont d’ailleurs la même réponse : ce n’est pas pertinent car trop complexe. "S'agissant d'un traité avec 200 articles ou 250 articles, je ne vois pas la question claire qu'il y aurait" précise Sarkozy. On sent surtout que c’est la perspective d’un « non » clair et net, comme en 2005, qui les terrifie.

  • Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Président du PGE, en appelle lui à une consultation des Français.

« Le Président de la République refuse de consulter les Français par voie référendaire sur le nouveau traité européen qu'il a co-rédigé en tête à tête avec la chancelière allemande Angela Merkel. […]

En déclarant qu'il n'y aurait pas de bonne question à poser aux Français, il se moque du monde. La question est simple et tient en peu de mots : « Approuvez-vous le nouveau traité européen ? ».

Il serait invraisemblable, si Nicolas Sarkozy était battu lors de l'élection présidentielle, qu'il puisse engager la signature de la France sans que le peuple n'ait son mot à dire. La gauche doit prendre un engagement en cas de victoire : celui de consulter les Français sur la question européenne. C'est ce que fera le Front de gauche.»

Pour François Delapierre, directeur de campagne de Jean Luc Mélenchon, "le référendum est entre les mains du PS". Il rappelle que François Hollande a déclaré qu’il ne "serait pas hostile, sur le principe" à un référendum sur le nouveau traité européen. Le Front de Gauche appelle le PS à plus de cohérence : "Il peut imposer à Nicolas Sarkozy un référendum sur les traités européens en discussion. Pour cela, il doit voter contre la ratification du Mécanisme européen de stabilité demain au Sénat où la gauche est majoritaire."

 

Voir les commentaires

"Les salariés doivent utiliser toutes leurs armes"

26 Février 2012, 21:29pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 26 Février 2012

 

 

 

Dans "l'Humanité" de ce lundi 27 février : Entretien EXCLUSIF avec Bernard Thibault.
Alors que les candidats multiplient les visites à l'usine, ce sont bien les luttes et l'avenir industriel qui font irruption dans la campagne.

 A la veille de la mobilisation européenne contre l'austérité, Bernard Thibault  revendique l'intervention syndicale, même en période électorale.

Pour le secrétaire général de la CGT "Etre en retrait, ça serait offrir un boulevard au patronat".

 À lire aussi :

--> Bernard Thibault : "Le pouvoir réforme le droit du travail dans la plus grande discrétion"

--> Les syndicats s’indignent d’un référendum cache-misère sur l’indemnisation des chômeurs

--> Bernard Thibault « Petroplus, M-real : même combat »

--> Avec les Amis Précarité sociale : diagnostic et remèdes

--> Grèves et manifestations 
le 29 février

  • À lire également :

--> Hausse en moyenne de 2,1% de l'impôt sur le revenu en 2012 selon la CGT

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>