Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Nouveaux horaires SNCF  : place aux trains privés

30 Novembre 2011, 13:33pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 29 Novembre 2011

Transports publics

Le 11 décembre, 85 % des horaires de train SNCF seront modifiés pour préparer l’arrivée des concurrents privés. Les suppressions de dessertes provoquent la colère des usagers.

La colère des usagers n’en finit pas de monter contre la mise en place, le 11 décembre, du plan de transports 2012 de la SNCF, qui entraînera la modification de 85 % des horaires de train. La SNCF, Réseau ferré de France (RFF) et les ministères de tutelle (Transports et Écologie) ont pourtant préparé le terrain depuis le printemps, en annonçant un « big bang » des horaires motivé, selon eux, par des mesures d’intérêt général. Officiellement, les modifications seraient dues à l’ouverture de la ligne TGV Rhin-Rhône, à l’extension du cadencement des trains (lire encadré), et enfin à 1 000 chantiers de modernisation des voies. L’usager ne pourrait donc que s’incliner et prendre son mal en patience si ses petites habitudes sont modifiées, faut-il comprendre.

Sauf que, en découvrant la nouvelle grille d’horaires communiquée par la SNCF dès fin septembre, les usagers et élus locaux ont constaté, partout, des suppressions de trains ou de dessertes, des nouveaux horaires incompatibles avec les besoins des usagers, des temps de trajet allongés. Par exemple, Tours perd deux liaisons TGV par jour avec Paris, Amiens perd un Corail, le temps de trajet Bordeaux-Paris augmente de quinze minutes. Sur certaines lignes, les salariés ne peuvent plus utiliser le train pour aller au travail, ou voient leur amplitude quotidienne exploser. « Ces horaires ont été établis de manière technocratique, sans aucune concertation avec les populations », dénonce Willy Colin, porte-parole de l’Association des voyageurs usagers des chemins de fer (Avuc), qui a annoncé hier la création d’une Coordination nationale du train du 11 décembre, regroupant pour l’instant quinze associations d’usagers à travers la France, pour demander le gel des horaires.

Le militant appelle la SNCF, RFF et les pouvoirs publics à « dire clairement la finalité de ce big bang, qui a une face cachée. L’objectif de ces nouveaux horaires, c’est de faire de la place pour les autres compagnies ». La date du 11 décembre n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard : ce jour-là, le premier train de voyageurs privé roulera en France. Il s’agit d’un train de nuit entre Venise et Paris, exploité par Thello, une nouvelle société créée par Veolia Transdev et Trenitalia.

 

Des créneaux pour le privé. Le cadencement des trains consiste à rendre régulières les dessertes de villes (par exemple 7 h 10, 8 h 10 pour telle gare), pour améliorer 
le confort des usagers. Mais il permet surtout de préparer l’arrivée des trains privés. Selon des documents révélés par l’hebdomadaire Politis, RFF justifiait ainsi, début 2011, le cadencement par « la mise en place progressive de la concurrence, qui demande plus de lisibilité et de transparence dans l’allocation de capacité ».

A lire :
Concertation sur le service public ferroviaire
La SNCF passe à l’heure de la concurrence
Trains à "horaires variables", c'est possible à la SNCF !

Fanny Doumayrou

Voir les commentaires

Les Restos du cœur : le baromètre d'une situation sociale désastreuse

30 Novembre 2011, 13:31pm

Publié par PCF Villepinte

Les Restos du cœur : le baromètre d'une situation sociale désastreuse

Les Restos du cœur ouvrent, aujourd'hui, pour la 27ème année consécutive. L'association fondée par Coluche ne désemplit pas, au plus grand désespoir de ses 60.000 bénévoles qui se dépensent sans faillir pour que 900.000 personnes puissent se nourrir chaque année. Le succès non démenti de l'association est hélas un baromètre plutôt fiable de l'état de la société. Ce qu'il indique est désastreux. La situation sociale n'en finit pas de se dégrader : 8,5 millions de français-e-s vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 950 euros par mois. Ils sont en prise aux difficultés les plus extrêmes dans leur droit au logement, au travail, à la santé. Pire, les associations caritatives qui font un travail admirable sont menacées. Il s'en est fallu de peu que l'aide fiscale soit suspendue et les fonds alimentaires européens retirés.

Plus que jamais ce gouvernement qui ne pense qu'à satisfaire les possédants, doit assumer ses responsabilités : avoir laissé toute une partie de la population s'enfoncer dans la misère est un échec de sa politique. Il est temps qu'une page se tourne. Comme le propose le Front de gauche dans son programme « L'humain d'abord », les salaires, les traitements, les indemnisations du chômage et les retraites doivent faire l'objet d'une réévaluation globale et être indexés sur le coût de la vie. Un salaire maximum doit être instauré et les minimas sociaux augmentés au dessus du seuil de pauvreté. La vie de millions de personnes en dépend.

Voir les commentaires

Robert Hue n’aurait-il que le Front de gauche comme ennemi ?

30 Novembre 2011, 13:28pm

Publié par PCF Villepinte

Robert Hue n’aurait-il que le Front de gauche comme ennemi ?
Dans un entretien au Parisien, Robert Hue critique la candidature du Front de gauche à la présidentielle et se range derrière François Hollande. Il se défend aussitôt : "je ne suis ni un supplétif ni un satellite du candidat PS". Comment qualifier cette prise de position ? Navrante, désolante... triste, tout simplement.

Pour justifier sa position, Robert Hue n’en finit pas de travestir celle du Front de gauche en le présentant comme un ennemi de François Hollande. N'est-ce pas au contraire Robert Hue qui n'a qu'un seul ennemi : le Front de gauche ? Ce triste épisode d’un parcours politique qui finit en queue de poisson a tout d’un mauvais remake du radeau de la méduse.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Par Olivier Dartigolles, le 29 novembre 2011

Voir les commentaires

Chiffres du chômage : « Xavier Bertrand, Pythie du chômage »

30 Novembre 2011, 13:23pm

Publié par PCF Villepinte

 Chiffres du chômage : « Xavier Bertrand, Pythie du chômage »

Avec 4,459 millions de chômeurs en octobre, la situation de l'emploi est apocalyptique. Xavier Bertrand, le ministre du Travail, est désormais résigné: « Tant que la situation économique ne s'améliorera pas, je ne vois pas comment les chiffres de l'emploi pourront réellement s'améliorer ».

Oublié, celui qui, début 2011, avait appelé à la « mobilisation générale » pour une « nouvelle bataille » de l'emploi. Transformé en Pythie du chômage, Xavier Bertrand a peu de chance, cette fois, de se tromper, puisque les deux plans d'austérité que son Premier ministre et sa majorité ont adopté en l'espace d'à peine trois mois vont prélever quelque 20 milliards d'euros sur la demande et contracter le marché de l'emploi comme jamais.

Voici le beau résultat de la politique obsessionnelle de réduction de la dette et des déficits recommandée par la Commission européenne, la BCE et le FMI. L'austérité est bien l'ennemie de l'emploi, de l'efficacité économique et sociale.

Voir les commentaires

CAPTAIN PEDALO CONTRE MERCKELTECKEL EN FINALE ???

28 Novembre 2011, 17:59pm

Publié par PCF Villepinte

 Dans le  numéro 106 (novembre), de Réchauffer la Banquise, la gazette pour tropicaliser la gauche:

sur http://www.la-gauche-cactus.fr/SPIP

dimanche 20 novembre 2011 par Loulou

Historique ? Le mot est galvaudé, mais quand même : c’est la première fois qu’une nana, comme ils disent, est en charge de l’édito de la Banquise. Coup de flemme (assumé) de João Silveirinho, notre rédac’ chef ? Prudence de sioux (non assumée) de Jean-Luc Gonneau, notre dirlo de la publication ? Tout ça a dû jouer mais qu’importe, on s’y colle. Et on en profite pour lancer un vibrant appel : le Cactus et la Banquise ne manquent ni d’adhérentes ni de lectrices, parfois pointilleuses, mais les contributrices sont trop rares : donc, chères sœurs, à vos claviers ou vos stylos. Mais trêve de lamentations et venons-en au fait.

Les « penseurs uniques » libéraux ont gagné une première manche, en installant « la dette » au cœur de ce début de campagne présidentielle, avec l’aimable complicité des amis de François Hollande. Nous avons trouvé une métaphore très parlante dans un texte de l’économiste Joël Halpern reproduit par le blogueur associé à Marianne Jean-Paul Brighelli : « Dans la célèbre parabole de la « main invisible » d’Adam Smith, présentant les vertus du marché, le boucher vend de la bonne viande à ses clients et réalise du même coup le bonheur de ces derniers et le sien propre, puisqu’il gagne d’autant mieux sa vie qu’il aura satisfait les autres. Si le marché de la viande fonctionnait comme un marché financier, le boucher vendrait de la viande pourrie que ses clients achèteraient avidement pour la revendre plus cher (et toujours plus pourrie) à d’autres opérateurs eux-mêmes à la recherche d’une plus-value future, et non de quelque consommation. La viande parviendrait-elle finalement à un véritable consommateur, ce dernier n’en serait que promis à l’intoxication. Mais il est probable que le boucher n’aurait même pas vendu de la véritable viande, tout au plus la promesse d’en fournir sur les bovins de l’avenir… ». Et c’est ce système dont il serait impossible de s’échapper ? Les prêcheurs de l’austérité, même déguisée en « équitable » sont en réalité les ambassadeurs de l’impuissance politique. Peut-il en être autrement ? Cela fut, et cela reviendra. Encore faut-il ouvrir les yeux, et éviter l’intoxication sémantique des laudateurs de l’inexorabilité de la suprématie du marché, malgré leur omniprésente médiatique. Récemment, exemple entre cent, un débat dans l’émission « Mots croisés » animée par Yves Calvi à propos de « la dette » : quelques « experts » formidablement « modérés » et deux « politiques », Bruno Lemaire pour l’UMP, Pierre Moscovici pour le PS. D’accord sur l’essentiel, en désaccord sur la façon de traiter l’essentiel. Pas d’écolo, pas de Front de gauche. Pas d’alternative de nature systémique. On reste en « bonne compagnie », dans la ouate et le tiède.

Il a été reproché, au sein de la gauche, à Jean-Luc Mélenchon, de traiter François Hollande de « capitaine de pédalo ». J’avoue que dans un premier temps, je me suis interrogée : lard ou cochon ? Et puis j’ai lu l’entretien du Journal du Dimanche dans lequel la phrase figurait, où Mélenchon argumentait, sérieusement, sur les insuffisances des propositions socialistes, et sur la pertinence des propositions du Front de Gauche. De tout cela, ce n’est pas une surprise, les commentateurs médiatiques n’ont retenu que le « capitaine de pédalo ». Et quelques bonnes âmes de jouer la contrition : quel dommage, il se flingue lui-même, la presse ne parle que du pédalo. Elles oublient, les bonnes âmes, que sans le pédalo, cette presse n’aurait parlé de rien du tout. Elle agit avec le Front de Gauche comme elle avait agi avec les « nonistes » du référendum européen : une indifférence teintée de mépris. Et puis, n’est-ce pas, tant que François Hollande manquera d’audace, il n’est pas forcément malvenu de lui piquer un peu les fesses.

Pendant ce temps, l’hyperprésident français faisait semblant de jouer les pompiers (quoique son passé soit davantage pyromaniaque que soldat du feu) de l’Europe, collant aux basques de Madame Merckel, aboyant avec abondance pour créer l’illusion que toutes les initiatives, d’ailleurs malingres, venaient de lui, donnant des leçons aux « mauvais élèves européens », ce qui est tout de même gonflé de la part d’un type qui n’a même pas la moyenne dans sa discipline. Et toute cette esbroufe pour masquer une réalité moins glorieuse : Sarkozy, dans cette période agitée, est devenu le petit toutou de l’Allemagne, le teckel de Merckel (merci à João Silveirinho, maître ès-allitérations d’avoir trouvé celle-là en émergeant, brièvement, de sa sieste).

Chacune et chacun d’entre nous ont sans doute entendu ce refrain, dans les conversations de bistro ou de machines à café : tout de même, Hollande, ce sera, comme disent les québécois, moins pire que Sarkozy. Oui, d’accord. Mais nous, on voudrait plus. Et on ne voudrait pas qu’au bout de cinq ans, nos concitoyens, déçus, se tourne vers, par exemple Jean-François Copé. Car dans la droite dite (de moins en moins) « républicaine », nous pouvions penser qu’il serait difficile de trouve pire que Nicolas Sarkozy. Eh bien, non, ça existe, et ça s’appelle Copé.


Voir les commentaires

Hommage à Mariam Bokoum

28 Novembre 2011, 17:29pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

"Trop d'étrangers en France", Claude Guéant et Marine Le Pen en phase

28 Novembre 2011, 11:56am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 27 Novembre 2011 Mots clés : sécurité, Immigration Sans-papiers,

 

Trop d'étrangers en France ? Le ministre de l'Intérieur répond "oui" et ne renie pas sa convergence de vue avec la présidente du Front national, Marine Le Pen, "moi aussi je trouve que c'est trop".

"Nous acceptons sur notre sol chaque année 200.000 étrangers en situation régulière. C'est l'équivalent d'une ville comme Rennes, c'est deux fois Perpignan", a dit le ministre lors de l'émission Le Grand rendez-vous Europe 1/I-télé/Le Parisien. "Moi aussi je trouve que c'est trop", a dit Claude Guéant alors qu'on lui rappelait le point de vue de la présidente du Front national, Marine Le Pen, à cet égard. "Pourquoi est-ce trop ? Parce que je souhaite comme le gouvernement, comme le président de la République, que les étrangers qui viennent chez nous soient intégrés, adoptent nos lois, adoptent notre mode de vie", a dit le ministre. Il a rappelé son objectif de "diminuer en un an de 10% cette immigration".

Pas de droit de vote des étrangers aux élections locales

Par ailleurs, il a dit être opposé à des élections de maires étrangers, en citant notamment la Seine-Saint-Denis. Le ministre a critiqué "l'accord du Parti socialiste et des Verts" qui va plus loin que la proposition de loi qui va être discutée au Sénat puisque cet accord prévoit l'éligibilité". "Cela veut dire que nous pourrions avoir des maires étrangers. Très franchement, je n'ai pas envie de voir dans le département de la Seine-Saint-Denis qui a une forte population étrangère, la majorité des maires devenir étrangers", a-t-il dit. Et de rajouter, "il y a des sujets plus importants aujourd'hui que celui-là qui se posent à notre pays".

Croiser les fichiers des étrangers et de la sécu pour "lutter contre les fraudes sociales imputables aux étrangers"

Claude Guéant, a indiqué qu'à partir de janvier 2012 les fichiers des étrangers résidant en France et de la Sécurité sociale seraient croisés, offrant des "moyens plus efficaces" pour lutter contre les fraudes sociales imputables aux étrangers. "Grâce à des dispositions législatives nouvelles qui ont été publiées cette année, nous allons pouvoir, dès le 1er janvier prochain, connecter les fichiers des étrangers résidant en France et les fichiers de Sécurité sociale, de sorte que nous aurons des moyens plus efficaces pour lutter contre ces fraudes spécifiques", a affirmé le ministre de l'Intérieur. 

A titre d'exemple, il a cité le versement des allocations familiales, soumis à une condition de résidence sur le territoire, alors qu'"il y a un certain nombre, que je ne peux pas chiffrer, de ressortissants étrangers qui résident régulièrement sur notre sol et qui touchent des allocations familiales pour des enfants qui ne vivent pas en France". Il a également désigné les ressortissants étrangers qui font "des allers et retours entre la France et leur pays d'origine, passent plus de temps dans leur pays d'origine qu'en France et touchent des allocations logement ou des allocations d'adulte handicapé en France".

Était-ce Marine Le Pen ou Claude Guéant qui était invité sur Europe 1, ce matin ?

 

  • A lire :

Jean-Luc Mélenchon : Sarkozy fait la chasse aux pauvres
L'UMP pour un "FBI" de la lutte contre les fraudes sociales
La crise, moteur du discours du FN
Un front à gauche pour les droits des migrants

Voir les commentaires

Dans votre journal l'Humanité

28 Novembre 2011, 11:53am

Publié par PCF Villepinte

--> Premier volet de notre nouvelle série : Portrait de la France populaire avec un reportage dans les quartiers Nord de Marseille auprès de personnes âgées qui vivent dans la précarité

ou cliquez ici

--> Les comptes-rendus des Fêtes de l'Humanité en Bretagne et Rhônes-Alpes

--> Après Dexia, l'assureur Groupama est presque en faillite

--> Le 33e Congrès du Secours populaire français avec notre correspondant en Lorraine

--> La page thématique du lundi : le travail dans tous ses états avec des travailleurs sociaux au bout du rouleau

--> Les enjeux des élections législatives en Égypte avec le reportage de notre envoyé spécial

--> La révolution des chiffres dans le foot pro et tous les résultats du week-end

--> La rédaction a vu le dernier spectacle du cirque Romanès, La Reine des gitans et des chats

--> Salah Hamouri restera en prison jusqu'au 12 mars 2012. Notre scandale du jour.

--> Notre invitée de la semaine, Mélanie Decourt, coordinatrice des éditions "Talents hauts", nous parle du sexisme dans la littérature jeunesse.

Voir les commentaires

Dans l'Humanité, ce lundi : avenir du nucléaire, les alternatives

28 Novembre 2011, 11:50am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Après la charge de Nicolas Sarkozy à l'encontre de l'accord entre le Parti socialiste et Europe Écologie-Les Verts qui prévoit de réduire la part du nucléaire en France et la polémique qui s'en est suivie, les dix propositions présentées par le PCF pour maintenir une filière nucléaire, sous conditions identifiées.

 

À lire sur le sujet:

--> Reportage dans la Drôme lors de la visite de Pierre Laurent chez les salariés de FBFC à Romans

--> Les dix propositions du PCF pour réussir la transition énergétique

 

Voir les commentaires

Pour l'OCDE, la rigueur s'impose encore plus à la France en récession

28 Novembre 2011, 11:45am

Publié par PCF Villepinte

source: OCDE

Social-Eco - le 28 Novembre 2011

 

 

 

 

L'OCDE est formelle. Si le gouvernement français veut tenir son dogme du retour au déficit public à 4, 5% du produit intérieur brut dès 2012, il doit adopter un nouveau plan de rigueur. Comme pour le duo Sarkozy-Fillon, rien  n'est plus important pour la France que de donner des gages aux marchés financiers afin de conserver son triple A auprès des agences de notation, les Français doivent s'attendre à un nouveau tour de vis budgétaire. Et tant pis si cela aggrave la situation de l'emploi, alors que le ministère du Travail devrait annoncer que le taux de chômage en France a passé le mois dernier la barre des 10%.

Une récession de faible ampleur...

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, le contexte économique pour la France est bien pire que les prévisions sur lesquelles se base la politique d'austérité du gouvernement. Dans son rapport rendu ce lundi matin, l'OCDE a en effet drastiquement révisé en baisse sa prévision de croissance pour la France qui semble entrée dans une "brève" période de récession en cette fin 2011. L'économie tricolore passerait de 2,1% de croissance escomptée à 0, 3%, avant une reprise espérée en 2013 à 1,4%, selon ses prévisions semestrielles. La récession que connaîtrait la France serait "de faible ampleur" et se produirait au quatrième trimestre 2011 et au premier trimestre 2012.

.. qui appelle un remède de cheval:

Ces prévisions - les plus mauvaises annoncées à ce jour par une institution internationale - sont bien en-deçà de celles du gouvernement qui table encore sur 1% de croissance en 2012. "Compte tenu du ralentissement de la croissance économique et de la charge croissante de la dette", atteindre l'objectif d'un retour du déficit public à 4,5% du PIB en 2012 "exigera de nouvelles mesures de consolidation budgétaire", poursuit l'OCDE. L'organisation chiffre cet effort supplémentaire à 0,4% du PIB, soit près de 8 milliards d'euros, qui s'ajouteraient ainsi au montant des deux plans de rigueur de 11 et 7 milliards d'euros annoncés depuis la fin août par le gouvernement. Il en va selon elle de la "crédibilité" des engagements français.

Les fonctionnaires et la protection sociale dans le colimateur

Pour le gouvernement, cette annonce est une aubaine. L'OCDE préconise en effet de porter les efforts sur la réduction des dépenses avec des mesures comme le renforcement de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), qui prévoit déjà le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, la suppression des départements ou la réduction de la durée et de la fréquence des hospitalisations. De quoi donner du grain à moudre aux caciques de l'UMP qui, dans leur programme pour les présidentielles de 2012, veulent justement détricotter méthodiquement la protection sociale et réduire l'intervention de l'Etat.

  • A lire:

Mélenchon: le plan de rigueur de Fillon va "saccager le pays

Plan Fillon: la facture détaillée et expliquée

L'UMP scénarise sa "guerre sociale"

Arrêts maladie: le rétropédalage de François Fillon

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>