Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Fukushima: Tepco va rejeter 11.500 tonnes d'eau radioactive en mer

4 Avril 2011, 21:47pm

Publié par PCF Villepinte

 - le 4 Avril 2011

 

L'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon a annoncé lundi qu'il allait rejeter dans la mer 11.500 tonnes d'eau faiblement radioactive qui s'est accumulée dans les installations accidentées.

  • Tepco va rejeter 11.500 tonnes d'eau radioactive en mer

Des centaines d'ouvriers, de pompiers et de soldats ont déversé pendant des jours et des nuits des dizaines de milliers de tonnes d'eau sur les installations, pour empêcher les barres de combustible d'entrer en fusion et éviter une catastrophe nucléaire beaucoup plus grave que celle de Tchernobyl en 1986. Mais ce "lessivage" a provoqué d'énormes inondations dans les bâtiments et les galeries souterraines, qui sont envahis par des milliers de tonnes d'eau radioactive, ce qui retarde l'avancée des travaux pour remettre en état le réseau électrique.

"De l'eau hautement radioactive s'est accumulée dans les salles des machines, en particulier dans celle du réacteur 2", a dit le porte-parole de Tepco. Les analyses effectuées indiquaient un taux de radioactivité supérieur à 1.000 millisieverts par heure, ce qui empêche toute activité humaine. "Il est nécessaire de la transvaser dans des réservoirs prévus pour le traitement des déchets. Mais ils sont actuellement remplis de 10.000 tonnes d'eau faiblement radioactive. Il faut rejeter cette eau afin de faire de la place", a-t-il expliqué.

  • Deux corps retrouvés par Tepco

Tokyo Electric Power a par ailleurs confirmé la découverte dans un sous-sol de la centrale des cadavres de deux de ses employés portés disparus depuis le 11 mars. Tepco juge que les deux hommes, âgés de 21 et 24 ans, ont probablement été tués par le tsunami.

Les responsables du groupe ont toutefois été pressés de questions par les journalistes pour expliquer pourquoi les corps n'ont pas été trouvés plus tôt et comment les deux employés sont morts, alors que d'autres ont survécu, pendant qu'ils vérifiaient l'état des installations après le séisme. Plusieurs centaines de Japonais ont manifesté à Tokyo devant le siège du premier groupe énergétique d'Asie, dont l'action a perdu 80% de sa valeur depuis le début de la crise.

  • Le combustible toujours en surchauffe

La situation reste précaire sur le site de Fukushima. Les barres de combustible sont toujours en surchauffe et une radioactivité 4.000 fois supérieure à la limite légale a été détectée au large de la centrale. "Nous ne sommes pas sortis de la situation d'urgence, mais elle est à peu près stabilisée. La principale préoccupation des Japonais est de savoir quand la fuite de substances radioactives s'arrêtera", a souligné dimanche Goshi Hosono, collaborateur du Premier ministre Naoto Kan, qui s'est rendu pour la première fois la veille dans la zone dévastée.

  • D'autres moyens pour refroidir les réacteurs

L'Agence de sûreté nucléaire réfléchit en outre à d'autre moyens que l'eau pour refroidir le coeur des réacteurs et éviter une fusion catastrophique. Un système improvisé qui projetterait une fine brume sur les barres de combustible est notamment à l'étude, a ajouté Hidehiko Nishiyama. Des pompes à béton, parmi les plus grandes du monde, ont été envoyées des Etats-Unis, d'Allemagne et de Chine pour vaporiser de l'eau sur les combustibles de Fukushima. Il s'agit de camions dotés d'un immense bras articulé normalement utilisé pour couler du béton sur des chantiers de bâtiments élevés. Les plus grands peuvent atteindre 70 mètres. A Fukushima, le béton est remplacé par de l'eau.

Une plate-forme flottante en acier de 136 mètres de long et 46 mètres de large devrait par ailleurs arriver dans les prochains jours en face de Fukushima Daiichi (N°1). Ses réservoirs d'une capacité de 10.000 tonnes doivent servir à évacuer l'eau radioactive infiltrée dans les installations du site. L'immense plate-forme était auparavant amarrée dans une base de loisirs nautique à Shizuoka (sud-ouest de Tokyo) où elle servait notamment de ponton pour les pêcheurs.

De la résine synthétique est aussi vaporisée depuis peu pour fixer au sol les poussières radioactives qui se sont éparpillées lors des explosions à Fukushima. L'objectif est de limiter leur dispersion dans la région. Déjà 2.000 litres de résine avaient été vaporisés dimanche sur une surface de 500 m2 près du réacteur 4. Les ouvriers prévoient d'en répandre 60.000 litres sur deux semaines.

  • Le Premier ministre nippon sur les lieux

Trois semaines après la catastrophe qui a fait 27.500 morts et disparus, Naoto Kan, dont la gestion de la crise a été mise en cause, s'est rendu samedi à Rikuzentakata, ville de 23.000 habitants dont il ne reste que des ruines baignant dans la boue. Il a ensuite pénétré dans la zone de 20 km autour de la centrale dont les 70.000 habitants ont été évacués et s'est rendu sur un terrain de sports transformé en camp de base pour les militaires, les pompiers et les ingénieurs qui s'efforcent de refroidir les réacteurs. Il faudra des années, voire des décennies, pour nettoyer le site, qui se trouve à 240 km au nord de Tokyo.

Commenter cet article