Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

syndicalisme

Syndicalisation

7 Juin 2012, 21:58pm

Publié par PCF Villepinte

 

La CGT marque un nouveau progrès

manif 19 oct 2010 025mardi 5 juin 2012, par F. Dayan

L’exercice 2010 est clos. Pour la quatrième année la Cgt enregistre une progression du nombre de ses adhérents.
Pour cet exercice 2010, la CGT recense 681 930 syndiqués soit une progression de 1,87 % par rapport à 2009 (70% des fédérations et 72% des unions départementales sont en progression). Cela représente un progrès de 7,2% en 4 ans.
A titre de comparaison, si la CGT prenait un autre mode de calcul, à savoir 8 timbres adhérents elle aurait, avec 7 034 816 cotisations mensuelles, 879 352 adhérents en 2010.

L’exercice 2011 n’est pas clos, et déjà les versements effectués par les syndicats sont supérieurs de date à date et annoncent une nouvelle progression. Il faut savoir que c’est cet exercice clos de 2011 qui servira de référence pour les voix des syndicats au 50ème congrès du 18 au 22 mars 2013 à Toulouse.

Et vous ? Vous êtes syndiqué(e) ?

Comme de nombreux salariés vous vous posez la question d’adhérer à la CGT. Quelles que soient vos motivations, vous exprimez ainsi la volonté de ne pas rester isolé-e, d’être acteur, actrice de votre avenir, de prendre en main vos revendications.
Pour vous syndiquer, vous pouvez remplir et valider notre formulaire en ligne


Voir les commentaires

Déclaration de la Commission exécutive confédérale de la CGT

9 Mai 2012, 21:21pm

Publié par PCF Villepinte

Place au changement par le progrès social

 mercredi 9 mai 2012

Une majorité de citoyens a élu un nouveau Président de la République le dimanche 6 mai 2012.

La participation importante des électrices et électeurs témoigne de leur mobilisation pour intervenir sur les choix à venir.

Le résultat de l’Election présidentielle exprime un « désaveu » pour Nicolas Sarkozy. Sa politique autoritaire et antisociale, son passage en force sur la réforme des retraites et sa façon de gouverner sont maintenant clairement sanctionnés.

La CGT s’en félicite.

L’influence des thèses racistes et xénophobes a été omniprésente tout au long de la campagne. La CGT poursuivra son combat contre la division, les idées d’extrême-droite et les discriminations, pour « le travailler et vivre ensemble ».

L’élection de François Hollande est aussi l’expression d’une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale. Elle s’était déjà exprimée dans les mobilisations sociales en 2009, 2010 et dernièrement lors du 1er mai 2012 contre les discriminations et pour la justice sociale.

Un contexte, a priori plus favorable à la satisfaction des revendications, est créé. Il doit se traduire par des décisions nouvelles, propres à changer le quotidien des salariés, retraités et privés d’emploi, à donner confiance aux jeunes dans leur avenir alors que les exigences patronales et celles des marchés financiers sont toujours aussi présentes.

L’intervention et l’action syndicale doivent être renforcées. Dans l’immédiat, tous les syndicats doivent refuser l’extension de la flexibilité exigée par le MEDEF au travers des accords dits « compétitivité emploi ».

Un véritable changement passe par la création d’emplois, l’augmentation des salaires, la reconnaissance et la revalorisation du travail, de son contenu et de sa finalité, le développement des services publics sur l’ensemble du territoire, un haut niveau de protection sociale et une véritable politique industrielle.

La réponse aux enjeux économiques et sociaux passe par une autre répartition des richesses au service du développement humain durable.

L’avenir de l’Europe ne peut se construire par la mise en concurrence sociale et fiscale entre pays, il faut une Europe solidaire et sociale axée sur la croissance et la coopération et non sur l’austérité généralisée imposée à l’ensemble des salariés.

La CGT continuera à être active pour le progrès social indispensable pour sortir de la crise et entend créer les conditions de l’action syndicale unitaire pour y parvenir.

Dans cette situation nouvelle et ouverte, la CGT appelle les salariés, les retraités, les privés d’emploi à rester mobilisés, à s’organiser, à se syndiquer à la CGT pour poursuivre leur action au travail, dans la vie, dans la cité pour faire aboutir leurs revendications.

Montreuil, le 9 mai 2012

Voir les commentaires

Les syndicats attendent beaucoup de François Hollande

8 Mai 2012, 18:35pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 8 Mai 2012

 

 

 

Suite à l'élection du candidat PS, les syndicats qui dans l'ensemble se réjouissent de la défaite de Nicolas Sarkozy, attendent du nouveau président un vrai dialogue social, constructif et apaisé. Ils attendent également des mesures concrètes, en faveur des salariés.

Les organisations des salariés, autant celles qui ont appelé à battre Nicolas Sarkozy (CGT, FSU, Solidaires) que celles qui se voulaient non partisanes (CFDT,FO), ont mal vécu le quinquennat Sarkozy. La réforme des retraites, la politique d'austérité, le pacte budgétaire européen, les attaques du candidat Sarkozy contre les syndicats, présentés comme des forces d'inertie hostiles aux réformes, les avaient heurtés.
"Les attentes sont fortes, après des années de dégradation" économique et "les remises en cause du rôle des organisations syndicales", relève la numéro un de la FSU, Bernadette Groison. "J'espère que nous aurons un dialogue social normal, c'est-à-dire dans le respect du rôle des interlocuteurs", affirme à l'AFP le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, en écho aux propos de M. Hollande qui s'était présenté comme un "candidat normal". "Des relations normales, cela veut dire qu'on ne soit pas critiqués, traités de corps intermédiaires, stigmatisés", résume-t-il.
La CFDT se réjouit que le président élu ait "annoncé clairement sa volonté de placer le dialogue" avec les syndicats et le patronat "comme une des priorités dans sa méthode de travail". La centrale de François Chérèque appelle François Hollande à organiser une rencontre, avant les législatives des 10 et 17 juin.

La gauche doit être en faveur des salariés

Les sujets sont nombreux: emploi, protection sociale, salaires... Pour pérenniser le rôle des syndicats, François Hollande a prévu d'inscrire dans la Constitution l'obligation de concertation avec les partenaires sociaux avant tout texte de loi relevant de leurs domaines. Les syndicats attendent aussi d'un pouvoir de gauche des mesures immédiates en faveur des salariés: "Des décisions peuvent être prises sans délai", comme "l'augmentation immédiate du Smic et des minima sociaux, la suspension des plans de licenciements", souligne Eric Beynel, porte-parole de l'Union syndicale Solidaires qui entend maintenir "un climat social revendicatif" face au nouveau pouvoir. Les syndicats maintiennent aussi la pression sur l'avenir du traité budgétaire européen qu'ils récusent et que François Hollande veut renégocier.

Pour l'éducation : « une rupture »

"Il faut maintenant une réelle rupture avec les politiques menées ces dernières années et les mesures d'austérité, qui ne sont pas les réponses pour relancer notamment l'emploi et le pouvoir d'achat", écrit dans un communiqué la FSU, première fédération syndicale du monde éducatif. Une "rupture" avec la "politique économique, sociale et éducative (...) mortifère et brutale" de Nicolas Sarkozy, notamment en "combattant les inégalités sociales et territoriales", et un "plan d'urgence" pour la rentrée confirme le Snes-FSU.

L'élection de M. Hollande "ouvre un espoir dans une société fragilisée", a réagi l'Unsa Education, deuxième fédération syndicale, en réclamant comme priorités à mettre en oeuvre "le respect des personnels, la reprise du dialogue et de la marche vers la justice sociale, des mesures d'urgence pour la rentrée prochaine et l'engagement pour une refondation de l’École".

Pour la santé « un espoir »

Plusieurs syndicats de praticiens hospitaliers ont réagi "avec espoir" à la victoire du socialiste François Hollande, souhaitant que son arrivée à l'Elysée marque la "reprise du dialogue social". L'INPH (Intersyndicat national des praticiens hospitaliers) "en espère qu'une nouvelle page du dialogue social va s'ouvrir". "Force est de constater qu'il reste un grand potentiel d'amélioration et un effort pour renouer, pour retisser, pour réparer les partenariats entre les forces vives du pays". Soulignant que "l'hôpital public est le grand oublié", le syndicat se prononce pour une modification "en profondeur" de la loi HPST (Hôpital, patients, santé, territoires) et souhaite "un ministre de la Santé engagé".
Pour l'intersyndicale Avenir hospitalier, cette élection "constitue une fenêtre potentielle positive pour tous les acteurs" de l'hôpital et des services publics. "Nous attendons dans la période proche, dès la nomination d'un ministre de la Santé, la reprise d'un dialogue social qui était en panne depuis 5 ans".

La Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) dit dans un communiqué partager "fondamentalement" les valeurs prônées par François Hollande (fin de la convergence tarifaire public/privé, importance donnée à la cohésion sociale, protection des services publics, égalité de traitement pour le droit à la santé) et "salue avec espoir l'arrivée du nouveau président". "Mais elle attend fermement de lui la traduction en termes concrets de ses engagements".

Voir les commentaires

Mercredi dans l'Humanité : Et voilà le travail !

1 Mai 2012, 18:36pm

Publié par PCF Villepinte

 

Mots clés : l'humanité, travail,

 

 

Dans l'Humanité de mercredi, un numéro spécial 1er mai, pour une journée des travailleurs pas vraiment comme les autres. 750 000 personnes des centaines de milliers de salariés ont manifesté à l'appel de cinq syndicats, alors qu'à quelques rues, le président des riches devenait plus extrême que jamais.

Retrouvez nos comptes-rendus et analyses des cortèges du 1er mai, avec des reportages à Marseille, Besançon, Toulouse, en passant par Elbeuf, Limoges ou Montpellier. Car ce 1er fut une grande journée, à savoir un grand moment de mobilisation sociale.

A lire également : Sarkozy, vent debout contre les salariés. Au nom du « vrai travail » et du « rassemblement du peuple de France », le président candidat a multiplié les provocations contre les syndicats et, au-delà, les luttes ouvrières...

Nous étions aussi au 3ème rassemblement de ce 1er mai, celui du front National, où notre envoyé spécial rapporte les consignes de vote de la candidate et les tergiversations philosophiques des militants : « Pour virer Sarko, je suis même prêt à voter Hollande », confie un quadragénaire dé-

garni. « T’as raison », approuve son voisin, qui se tâte : « Hollande, c’est quand même tout pour l’immigré… ».

Pour finir le tour de ce 1er mai décidément très politique, nous étions aussi , à Nevers où le candidat PS venu rendre hommage à Bérégovoy a tout de même dénoncé les manœuvres de Le Pen et Sarkozy et afÀ rmé que « le 1 er Mai est la fête du travail et du syndicalisme ».

 

  • Aussi dans l'Humanité de mercredi, un retour sous la forme d'un grand reportage dans les quartiers populaires, sur le vote Front de gauche dans les cités, entre Marseille et Gennevilliers.

Voir les commentaires

Place à la justice sociale!

25 Avril 2012, 10:49am

Publié par PCF Villepinte

 

Cliquer pour voir la carte de France des manifestations et rassemblements du 1er mai 2012 

Unis, déterminés, pour un grand 1er mai de conquêtes sociales !

15h00 – Place Denfert-Rochereau vers Bastille

à l’appel des organisations d’Ile de France

CGT- CFDT - FSU - UNSA – Solidaires

 

DEPART EN CAR :

 

13 HEURES MAIRIE DE TREMBLAY

13 HEURES 15 PLACE CRETIER A SEVRAN

 

Situé entre les deux tours de l’élection présidentielle, le premier mai 2012 doit être une temps fort d’expression sociale et revendicative.
Dans cette séquence politique où le président sortant tente de glisser sous le tapis la poussière de son bilan pour briguer un nouveau mandat, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA ont affirmé dans un communiqué commun leur volonté de "faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail, une forte journée de mobilisation, de manifestations et d’expressions revendicatives pour :

- faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;
- exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;
- faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme."
Lire le communiqué complet.

Pour sa part, la CGT entend à l’occasion de cette journée placer au coeur du débat de l’élection présidentielle ses dix exigences revendicatives : lire la déclaration de la commission exécutive de la CGT du 24 avril 2012

Voir les commentaires

Déclaration de la commission exécutive confédéralede la CGT

24 Avril 2012, 14:13pm

Publié par PCF Villepinte

Après le premier tour de l’élection présidentielle

La cgt
Vers un puissant 1er mai pour les revendications, le progrès social et la solidarité internationale

mardi 24 avril 2012

Déclaration de la commission exécutive confédérale

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2012 fait apparaître notamment :
- une participation importante des électrices et électeurs, manifestant ainsi leur volonté d’intervenir sur les choix structurant leur avenir ;
- un premier désaveu pour le Président sortant, Nicolas Sarkozy, qui n’obtient que 27% des voix ;
- une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale.

Le re jet de la politique antisociale et autoritaire que Nicolas Sarkozy a menée durant 5 ans est massif. Après les mobilisations nombreuses et importantes de 2009 et 2010, les salariés, les retraités et les privés d’emploi ont ainsi confirmé leur refus de payer la facture d’une crise économique dont ils ne sont pas responsables.

La CGT réaffirme ses dix exigences :
- revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux ;
- contrôler les aides publiques aux entreprises ;
- contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements ;
- suppression des exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires ;
- stopper les suppressions d’emplois et rétablir la retraite à 60 ans ;
- développer les politiques publiques et les moyens des services publics ;
- réformer la fiscalité en profondeur ;
- créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits ;
- taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux ;
- mettre en place un fond européen de solidarité sociale et de développement économique.

La CGT ne se résout pas au vote pour le Front national de millions d’électeurs, ce qui renforce la place de l’extrême droite dans la vie politique française. Nicolas Sarkozy et sa majorité y auront largement contribué en flattant les thèses de ce parti tout au long du quinquennat. C’est une voie dangereuse pour la cohésion du pays et la recherche de réponses favorables au progrès social.

La CGT continuera son combat contre les idées d’exclusion, du rejet de l’autre, pour le « travailler et vivre ensemble ». Ce combat appelle à la mobilisation de tous les syndicalistes.

Le 6 mai, les salariés sont de nouveau appelés aux urnes. Pour la CGT, au vu du bilan et des projets du Président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux inspirés des exigences patronales.

Battre Nicolas Sarkozy en élisant un nouveau Président de la République est nécessaire. C’est contribuer à créer un contexte plus favorable aux revendications et au progrès social qui nécessiteront toujours des mobilisations syndicales.

C’est réaffirmer la légitimité de l’action syndicale dans un pays démocratique.

C’est ouvrir de nouvelles possibilités pour intervenir dans la vie de l’entreprise et de la cité.

La CGT dénonce la provocation du Président de la République qui vise à détourner et à récupérer le 1er mai par l’annonce d’un rassemblement de ses partisans, à Paris, ce jour-là, sur le thème fallacieux du « vrai travail ». Cette opération n’a d’autre objectif que de diviser les salariés et stigmatiser leurs organisations syndicales.

Dans ce contexte, la CGT appelle l’ensemble des salariés, retraités et privés d’emploi à relever le défi qui est lancé en participant massivement aux manifestations syndicales unitaires du 1er mai :
- pour conforter la place que les réponses aux revendications sociales doivent prendre dans les politiques à venir ;
- pour réaffirmer que la lutte pour le progrès social appelle à la solidarité de l’ensemble des travailleurs, quelles que soient leurs origines, leurs nationalités ou leurs croyances ;
- pour exiger que le progrès social soit placé au cœur des politiques européennes.

Montreuil, le 24 avril 2012

Voir les commentaires

La CGT appelle à voter contre Nicolas Sarkozy

13 Mars 2012, 22:38pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 13 Mars 2012

 

 

 

La CGT prend position dans la campagne présidentielle en appelant à ne pas réélire Nicolas Sarkozy, dont le maintien au pouvoir, estime le syndicat, "ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux".

L'élection présidentielle, les 22 avril et 6 mai prochains, "est un rendez-vous important pour l'expression démocratique" et, "à ce titre, "la CGT ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation", peut-on lire dans une déclaration adoptée mardi à l'unanimité à Montreuil (Seine-Saint-Denis) par la commission exécutive confédérale. "Au vu du bilan et des projets du président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux", souligne la confédération, première organisation syndicale en termes d'audience en France.

"Derrière ses discours sur la "moralisation du capitalisme" ou la "revalorisation du travail", l'essentiel de son action a consisté à favoriser les actionnaires et les plus riches. Ses choix contribuent à faire payer la crise aux salariés qui n'en sont pas responsables", estime le syndicat. Pour la CGT, "l'élection présidentielle doit créer un nouveau contexte plus favorable aux revendications et au progrès social". Le syndicat ajoute que le Front national, qui capte une bonne part du vote ouvrier, "ne peut ouvrir une perspective de sortie de la crise".

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, avait déjà affirmé qu'il voterait contre Nicolas Sarkozy à la présidentielle, tout en soulignant que la centrale ne donnait pas de consigne de vote en faveur d'un candidat.

 

  • À lire :

La CGT ne lâche rien
La CGT place la retraite dans la présidentielle
Présidentielles: la CGT vote contre Nicolas Sarkozy

  • A consulter:

Nos dossiers CGT et Front de gauche

Voir les commentaires

Les Organisations Syndicales de la Seine-Saint-Denis appellent les salariés à ne pas se tromper de colère !

31 Janvier 2012, 08:11am

Publié par PCF Villepinte

 manif 19 oct 2010 01993 CGT  CFDT  FSU  UNSA 93

 

 « La crise économique amplifiée par la crise financière internationale, touche durement les salariés, les retraités, les demandeurs d’emplois, alors qu’ils ne sont en rien responsables. La crise menace l’avenir des jeunes, des plus fragiles, met à mal le vivre ensemble et les solidarités ; elle accroit les inégalités, la précarité, l’insécurité sociale, la pauvreté et l’exclusion.

A rebours des attentes des salariés, sur des mesures en faveur de la justice, de l’égalité et d’une juste répartition des richesses créées par le travail, ce gouvernement n’a eu de cesse d’accentuer les injustices sociales par le biais de multiples cadeaux fiscaux au plus aisés et au grand patronat.

Ce pouvoir, a méprisé le dialogue social, comme le démontre sa surdité face aux exceptionnelles mobilisations sur les retraites, organisé la mise en concurrence des salariés, l’opposition entre français et immigrés et porte ainsi une lourde responsabilité dans affaiblissement du pacte républicain.

Cette attitude a contribué à la montée des intentions de vote pour la candidate du Front National à un niveau préoccupant.

Les organisations syndicales de la Seine Saint Denis, s’inquiètent de cette banalisation du Front National. Malgré l’habile stratégie de communication pour tenter de changer son image, ce parti n’a pas changé le fond de sa politique. Il instrumente le désarroi social, le sentiment d’abandon de façon totalement démagogique et demeure en réalité pleinement inscrit dans une logique de soutien au fort contre le faible et d’exploitation salariale ultime. Ainsi les organisations syndicales de la Seine Saint Denis affirment avec force que le FN n’est pas un parti républicain comme les autres. Son concept de préférence nationale l’éloigne définitivement des valeurs républicaines de Liberté d’Egalité, de Fraternité et de nos valeurs syndicales.

 Le Front National représente un danger pour les salariés, puisqu’il ignore leurs revendications, notamment celles portée massivement par un large mouvement social sur la question des retraites, n’a de cesse d’attaquer la fonction publique et ses agents en prônant l’accentuation des politiques libérales déjà à l’œuvre, et développe un intense anti syndicalisme jamais démentie. Le Front National demeure le relais des intérêts des forces de « l’argent » les plus réactionnaires qui ne manquent aucune occasion pour tenter de précariser et réduire l’emploi et affaiblir les salaires.

Le vivre ensemble, les libertés démocratiques, le développement économique et social ont tout à craindre d’un parti à la doctrine ultra libérale et autoritaire et aux propositions discriminatoires et antisociales.

Les organisations syndicales de la Seine Saint Denis décident de mobiliser leurs adhérents pour contribuer à dévoiler la réalité des thèses et des positions du FN. Elles appellent les salariés du département à ne pas se tromper de colère et à participer massivement aux rendez vous démocratiques qui s’annoncent pour marginaliser le FN et porter leurs exigences en matière de liberté, d’égalité, de démocratie, de progrès social.  » Bobigny, le 26 janvier 2012


 

Voir les commentaires

Comités d’entreprises

24 Janvier 2012, 23:08pm

Publié par PCF Villepinte

manif 19 oct 2010 019Communiqué commun
CFDT, CFE-CGC, CGT
du 24 janvier 2012

mardi 24 janvier 2012

Nous nous sommes clairement prononcés pour que le principe de transparence financière des CE se traduise par des obligations légales de tenue des comptes, de publication et de certification au-delà d’un seuil de ressources à déterminer. L’objectif de transparence des comptes des CE doit être mis en œuvre de manière intangible pour le droit à l’information des salariés sur ceux-ci.

Le groupe de travail mis en place par le ministre du Travail doit permettre de définir des modalités adaptées à la diversité des situations des CE.

La proposition de loi sur « le financement des comités d’entreprises » adoptée par la commission des affaires sociales prévoit des dispositions qui vont très au-delà des principes de transparence et de publicité et modifient les équilibres de fonctionnement tels que résultant du cadre légal pré existant. Elles remettent en cause l’indépendance du CE vis-à-vis de l’employeur et risquent d’instaurer des contentieux juridiques à l’encontre de l’action des CE.

Ainsi, l’arrêté des comptes devrait rester de la responsabilité du trésorier et/ou du secrétaire, l’approbation des comptes soumis à l’ensemble des élus. L’instauration de règles de mises en concurrence pour la passation de commande, sans discernement quant à l’activité des CE peut conduire à remettre en cause leur caractère d’activités sociales. D’autant que ce genre de préconisation devrait plutôt figurer dans le règlement intérieur du CE qui devrait préciser l’ensemble des modalités en matière de gestion financière.

Les notifications éventuelles de manquement par l’autorité administrative ne doivent pas donner matière à ingérence de l’employeur dans la gestion du CE. La loi ne doit pas réviser de façon limitative la jurisprudence concernant les attributions des CE.

Nous demandons aux parlementaires et au gouvernement de prendre en considération nos demandes dans le débat parlementaire, tout en confirmant notre intention que les travaux du groupe tripartite aboutissent.


Voir les commentaires

Bernard Thibault ne postulera pas pour un cinquième mandat

24 Janvier 2012, 22:59pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 24 Janvier 2012

 

 

 

 

Après 14 années à la tête de la CGT, Bernard Thibault a annoncé mardi qu'il ne briguerait un nouveau mandat de secrétaire général, en 2013, à l'issue de son mandat actuel, dans un courrier au Comité confédéral national.

"J'ai fait part à la commission exécutive de ma décision de ne pas solliciter ma reconduction à la responsabilité de secrétaire général de notre confédération à l'occasion du 50e congrès", a annoncé Bernard Thibault, à la tête de la CGT depuis 1999, après avoir succédé à Louis Viannet. "Un seul critère m'a guidé pour arriver à la conclusion qu'il était opportun de laisser la place selon la formule consacrée: l'intérêt de la CGT", a-t-il aussi dit. Lors de ce prochain congrès prévu pour mars 2013, Bernard Thibault, 53 ans, aura effectué 14 ans de mandat.

"Lorsque Louis Viannet, la direction confédérale et des organisations de la CGT m’ont sollicité pour cette tâche si particulière, c'était en 1998 en vue du Congrès de Strasbourg qui s'est réuni en février 1999", rappelle le numéro un de la centrale de Montreuil. "Cela fera donc 14 ans lors du 50e Congrès, soit 4 mandats à ce poste, 16 ans au Bureau confédéral et 21 ans à la CE, puisque j’ai été élu au 44e Congrès", égrène-t-il.

Lors du dernier congrès, à Nantes en décembre 2009, le leader de la CGT avait été réélu haut la main pour un quatrième mandat. Toutefois il avait laissé entendre à la fin de ce congrès qu'il pourrait laisser la place à l'issue de ce mandat.

L'an dernier la rumeur, qu'il avait fermement démentie, avait couru qu'il pourrait quitter ses fonctions de secrétaire général avant fin 2011. --> Le courrier de Bernard Thibault au Comité confédéral national

 

  • À lire :

Présidentielles: la CGT vote contre Nicolas Sarkozy
Mélenchon et Thibault prêts à lutter contre le "sommet anti-social"
La CGT lance une campagne pour l’industrie et l’emploi

 

  • À consulter:

Notre dossier CGT

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>