Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

solidarite

Solidarité.

26 Décembre 2022, 08:51am

Publié par PCF Villepinte

 Le goût de Noël en partage avec le SPF

Convivialité et générosité étaient au menu du réveillon auquel étaient invitées des familles et des personnes âgées isolées suivies par le Secours populaire français, à Paris. REPORTAGE

L'Humanité Lundi 26 Décembre 2022

Eugénie Barbezat

Mariana fait goûter pour la première fois à sa fillette de 2 ans, Françoise, une soupe au potiron. © Sadak Souici

C’est le coup de feu au Hang’art en ce 24 décembre. Il est 20h30 et une petite centaine de convives ont investi la grande verrière de ce restaurant branché situé au bord du canal de lOurcq, dans le 19 e arrondissement parisien. Le sapin qui clignote à l’entrée et quelques guirlandes donnent à l’endroit un air de fête. En cuisine, c’est l’effervescence et le ballet des assiettes commence.

Le propriétaire du restaurant, Sami Sidi Ali, n'hésite pas à mettre la main à la pâte. © Sadak Souci

Au menu: velouté de potiron ou brandade de cabillaud en entrée, suivi dun pavé de saumon et sa mousse d’épinard ou du poulet fermier accompagné de risotto aux morilles, et, en dessert, banoffe, tiramisu ou bûche. Des assiettes bien garnies de mets confectionnés sur place, avec des produits frais de saison, qui font l’unanimité.

«Jvous jure, cest la meilleure soupe que jai mangée de ma vie», peut-on lire sous les doigts dune adolescente, en train denvoyer un message à ses copines. Karima a aussi sorti son téléphone, et photographie tous les plats. «Je naurai pas loccasion de manger daussi bonnes choses avant longtemps, confie la mère de famille venue avec ses quatre enfants. Alors je veux absolument en garder un souvenir.»

Celui qui régale ce soir, c’est Sami Sid Ali. Depuis une dizaine d’années, le jeune restaurateur algérien, qui travaille avec toute sa famille, invite des bénéficiaires du Secours populaire français (SPF) à réveillonner dans son établissement le soir de Noël. «Un de nos habitués était bénévole au SPF et nous, on avait le désir d’offrir une belle fête à ceux qui n’en ont pas forcément les moyens. Alors on a décidé de s’allier!» confie le jeune homme en jetant un regard complice à sa grand-mère.

Assise à une table à côté des cuisines, mèches flamboyantes teintées de henné dépassant de son foulard kabyle, la matriarche pose un regard bienveillant sur ses enfants et petits-enfants, tous coiffés du bonnet vert du SPF, aux petits soins pour les invités. «Les employées des autres établissements et des voisins sont venus spontanément nous aider», sourit-elle.

Bénévoles et bonnets vert

C’est tout aussi spontanément que Céline, Rémi et Isabelle se sont portés volontaires auprès du SPF pour cette soirée. «Cest la première fois que je côtoie le SPF. Cette année, mes enfants sont avec leur père pour Noël. Moi, j’ai souhaité me rendre utile, alors me voilà!» lance Céline, qui a passé l’après-midi à répartir les jouets à offrir en fonction des âges des enfants inscrits et à installer le tapis de jeu, les crayons de couleur et les albums de coloriage dans l’espace réservé aux petits.

Rémi, cadre commercial, donne régulièrement un coup de main à l’association, mais c’est la première fois qu’il le fait à Noël. «Parce que cest un moment de joie pour les enfants et que je suis content de pouvoir agir concrètement et localement», affirme le cinquantenaire, pour qui «les actes, mêmes modestes valent mieux que les grands discours».

Quant à Isabelle, c’est sa première fois sans l’être, puisqu’elle a couvert maintes fois les réveillons du SPF en tant que journaliste. Cette année, elle a troqué la caméra pour la chasuble de bénévole et le bonnet vert, et s’applique à cocher les noms des invités au fil de leur arrivée. 

«Sil y a des gens qui ne sont pas inscrits, on les laisse entrer quand même, après tout, c’est Noël. En cuisine, ils ont prévu large et pour les jouets on s’arrangera», tempère Thierry Bourgeon, le responsable de la fédération de Paris du SPF, qui coordonne l’opération avec sa femme Dominique. «Cest important de partager un moment de joie et de détente avec des personnes qu’on accompagne tout au long de l’année dans des moments difficiles», assure Thierry, le militant de longue date.

Pascal Seu, le magicien, fait des émules en apprenant ses tours aux minots. © Sadak Souci

À la table des «seniors», Jean Paul, 74 ans, fait connaissance avec Monique, une septuagénaire pleine dentrain qui profite régulièrement des voyages et excursions proposés par le SPF aux personnes isolées. «Je suis toujours partante», assure la Parisienne aux cheveux blancs. C’est d’ailleurs au cours de l’une de ces escapades qu’elle a rencontré Lise, ainsi que Françoise et Tahar, qui partagent sa table.

Jouets et éclats de rire

Vers 22h30, second coup de feu: la distribution des cadeaux! Les enfants ont du mal à contenir leur impatience tandis que les bénévoles sapprochent des tables, chargés de grands sacs, au nom de chacun, contenant jouets et friandises. À louverture du paquet, le visage de Violette sillumine «Du maquillage! C’est un cadeau de grande», s’exclame la fillette de 5 ans.

Nathalie, sa grande sœur s’est vu remettre une boîte de jeux et des livres, tandis que Jean-Pierre, le cadet, a reçu une boîte de Playmobil. La petite Françoise, 2 ans et demi, s’est endormie dans les bras de Mariana, sa maman. Elle découvrira sa nouvelle peluche demain matin… Mopel, le père de cette famille copte, remercie chaleureusement les bénévoles avant que son petit monde ne s’éclipse. Du côté des adultes, pas de jouet mais un ballotin de chocolat pour chacun. «Cest dommage, moi je serais bien rentrée avec un poupon, même de seconde main!» lâche Lise dans un éclat de rire.

Toute la soirée, Thierry Bourgeon, responsable du SPF, fait le tour des tables pour s'assurer que tout se passe bien. © Sadk Souci

C’est entouré de grappes d’enfants que, Pascal Seu, le magicien installé à l’angle de la pièce réservée aux petits, a passé la soirée. L’homme n’a ni baguette ni chapeau et ne fait apparaître aucun lapin, ce qui ne l’empêche pas de captiver les gamins par ses tours de cartes et ses «divinations». Après les avoir épatés, Pascal leur dévoile quelques astuces du close-up. «Je vais pouvoir refaire le tour devant ma famille. Je voudrais continuer à apprendre», jubile Karis, 10 ans.

Justement Pascal dirige une école de magie fondée par le SPF dans le 14e arrondissement parisien, au sein de laquelle il donne « des cours gratuits à des jeunes motivés qui ne peuvent pas se les offrir. On monte des spectacles que l’on va présenter dans des maisons de retraite». Belle démonstration que, à Noël, ce ne sont pas les paillettes qui font la magie, mais la générosité et le partage.

 

Voir les commentaires

Le 5 avril, l’Humanité aux côtés du Secours populaire français... Découvrez le programme

5 Avril 2022, 06:02am

Publié par PCF Villepinte

Fidèle à sa longue tradition de solidarité et aux valeurs pacifistes et humanistes qui l’animent depuis sa création, le journal l’Humanité remettra, mardi 5 avril prochain, au Secours populaire français (SPF) le fruit de la collecte de dons, engagée, le 9 mars, auprès de ses lectrices et lecteurs, afin de contribuer à l’action conduite sur le terrain par le SPF pour venir en aide aux réfugié.es dans les pays proches de l’Ukraine.

La remise de ces dons, d’un montant conséquent, se fera à l’occasion d’une soirée exceptionnelle ouverte au public sur réservation, à laquelle participeront de nombreuses personnalités du monde politique, associatif, culturel et syndical. Découvrez le programme.

L'Humanité Publié le Vendredi 1 Avril 2022

 

 AU PROGRAMME  DE LA SOIREE

TABLE-RONDE « COMPRENDRE LE CONFLIT. FAIRE TAIRE LES ARMES »

Avec :

Anna COLIN LEBEDEV, enseignante-chercheuse, spécialiste des sociétés postsoviétiques,

Francis WURTZ, député européen honoraire,

Vadim KAMENKA, journaliste à l’Humanité envoyé spécial en Ukraine

Iryna DMYTRYCHYN, historienne, traductrice et maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales, spécialiste de l'Ukraine (sous réserve)

DES TÉMOIGNAGES

Une famille ukrainienne réfugiée en France et Marie-Christine VERGIAT, ancienne députée européenne, Vice-Présidente de la Ligue des droits de l’Homme

CULTURE ET SOLIDARITÉ

Laurent GAUDÉ, écrivain, Prix Goncourt 2004,

Olivier RABOURDIN, comédien

Philippe MARTINEZ, secrétaire général de la CGT,

 et un tour de chant de GARANCE

REMISE DES DONS DE L’HUMANITÉ AU SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS

Henriette STEINBERG, secrétaire générale du Secours populaire français, et Fabien GAY, directeur de l’Humanité

Voir les commentaires

SOS Méditerranée

23 Mai 2021, 18:22pm

Publié par PCF Villepinte


Chers amis,

À l’occasion de la remise des prix du Vendée Globe 2020, la navigatrice Isabelle Autissier et le navigateur Roland Jourdain appellent, dans une tribune publiée par Ouest France, les pouvoirs publics et la société civile à prendre leurs responsabilités en déployant des moyens de sauvetage en Méditerranée.

Durant cette célèbre course de voile autour du monde, le bateau du skipper français Kevin Escoffier fait naufrage dans l’Atlantique Sud, au sud-ouest du cap de Bonne Espérance. Après 11 heures à dériver sur son radeau de survie, il est secouru par l’un de ses concurrents Jean Le Cam, qui se déroute pour répondre à son appel de détresse.

Les réactions ne se font pas attendre. Dans le milieu sportif, maritime ou politique, on salue un grand moment de solidarité propre aux gens de mer, un acte d’humanité qui transcende la compétition sportive. On applaudit cette main tendue pourtant refusée à des êtres humains eux aussi en détresse, à des kilomètres de là.

Isabelle Autissier et Roland Jourdain, rejoints par Kevin Escoffier et Jean Le Cam ainsi que plus de 60 autres signataires issus du monde maritime, rappellent dans cette tribune l’inconditionnalité du sauvetage en mer, que l’on soit skipper du Vendée Globe ou personne migrante ou réfugiée.

« L’humanité, embarquée sur le vaisseau Terre, est un seul équipage. Il ne peut y avoir deux poids et deux mesures d’un marin à l’autre. Il n’est pas acceptable que les plus démunis, frappés par la misère et les dérèglements environnementaux payent du prix de leur vie l’espoir d’un avenir ailleurs. La solidarité ne se marchande pas. En Méditerranée, tous s’appellent Kevin. »

a3b15a7f-6cdf-4317-bb5c-c0105304bdcc.png
Parce que vous partagez les valeurs de solidarité que nous défendons, nous vous invitons à relayer cet appel le plus largement possible.

Merci pour votre engagement,


L'équipe de SOS MEDITERRANEE
#MarinsSolidaires

Voir les commentaires

Bonne nouvelle

30 Avril 2021, 06:45am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 28/04/2021 par PCF

Bonne nouvelle en ces temps calamiteux : une étude de l’Institut Ipsos montre que les Français entendent se montrer plus généreux. Alors qu’on pouvait craindre que la pandémie pousse en ce domaine à un repli sur soi, la notion de solidarité reste forte. Depuis 2019 le montant des dons aux organismes humanitaires a progressé et une majorité de Français ayant déjà versé de l’argent à une association en 2020 compte donner le même montant. L’envie d’être plus solidaire est là. En priorité les donateurs souhaitent donner aux organismes d’aide aux plus démunis, à la recherche médicale et au soutien à la jeunesse. « C’est très encourageant », souligne un responsable d’association.

Gérard Streiff

 

Voir les commentaires

Pour que 2019 soit une année riche en solidarité

4 Janvier 2019, 07:43am

Publié par PCF Villepinte

En cette période de nouvel an, d’échanges de vœux, nous voulons vous présenter à vous ami(e)s du Secours populaire français tous nos meilleurs vœux pour vous, votre famille, vos proches. 

 

Dans ce monde si tourmenté, injuste, violent avec les attentats, avec les mauvaises idées du racisme, de l’antisémitisme, de la haine de l’autre et aussi devant cette misère qui gagne du terrain, vous, ami(e)s du Secours populaire français vous « résistez ». 

 

Si nous avons pu agir autant l’an passé, c’est grâce à votre soutien financier et à votre engagement auprès de nos bénévoles, notamment lors des inondations dans l’Aude ou en Indonésie après un terrible séisme. Quotidiennement ce sont des centaines d’actions qui sont menées en France et dans le monde, et cela grâce à vous. Vous faites œuvre utile et vous méritez bien tous nos remerciements pour tout ce que vous faites pour les autres et pour nos petits « enfants copain du Monde » qui grandissent. 

 

L’année 2019, célèbrera les 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant, événement qui résonnera dans toute l’association. Cette année encore, de nombreux projets verront aussi le jour,  notamment pour aider des milliers de familles dans le besoin, aussi bien ici qu’hors de nos frontières. Nous ferons ensemble de cette nouvelle année, une grande année de solidarité, de fraternité. Oui vraiment, du fond du cœur, tous nos bons vœux pour 2019.

       

Julien Lauprêtre 

Président du Secours populaire français,  Grand officier de la Légion d’honneur   

4,5 milliards €

 

C’est le montant des dons aux associations françaises fait par les particuliers en 2017. Les Français restent généreux, y compris  quand ils subissent une baisse de leur niveau de vie. Ils sont conscients de l'importance de leur geste.

 

(Source : Fondation de France).   

 

Voir les commentaires

SOLIDARITE

12 Octobre 2018, 12:31pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

APPEL

12 Mars 2013, 09:11am

Publié par PCF Villepinte

APPEL DU COLLECTIF SANTE

 

«SOLIDARITÉ FRANCE-­GRÈCE POUR LA SANTÉ» AUX CITOYEN-­NE-­S ET AUX ORGANISATIONS FRANÇAISES

 

Les politiques d’austérité néolibérales imposées par la Troïka avec la complicité des gouvernements en place mènent la Grèce au désastre, mettant en danger la santé et la vie de la population.

On assiste ainsi à la recrudescence des dépressions, à la prolifération de pathologies telles que l'hypertension les maladies cardiaques, le cancer, ainsi qu’à la réapparition de maladies pendant longtemps disparues, comme la tuberculose et le paludisme.

Le chômage est aussi cause d’une mortalité accrue. En même temps, de nombreuses catégories de la population, notamment celles qui sont les plus vulnérables: enfants, femmes enceintes, familles monoparentales, malades chroniques, migrants, personnes dépendantes, personnes handicapées… sont en danger, étant privées de soins et de suivi adéquats.

Cette augmentation considérable des besoins se heurte à un système public de santé qui s'effondre et se trouve incapable d’y répondre. La réduction brutale des dépenses publiques de santé et de protection sociale à un moment où la fréquentation des hôpitaux publics ne cesse d’augmenter crée un problème sanitaire  qui frôle la catastrophe humanitaire.

Le nombre des personnes n’ayant plus accès à l’assurance maladie (plus d’un tiers de la population) et de celles qui, tout en bénéficiant d’une couverture sociale, n’ont plus les moyens de payer les tickets modérateurs et les médicaments nécessaires augmente à un rythme alarmant.

Des politiques du même type se développent en France et  dans d’autres pays d’Europe, du Sud en particulier, car les gouvernements poursuivent le démantèlement des services publics. Nous voulons le rétablissement d'un service de santé public, gratuit, universel et de qualité partout en Europe.

Devant une telle situation, l’heure est au rassemblement et à la solidarité en France et en Grèce. En Grèce, des réponses populaires se développent sous forme de pharmacies et dispensaires sociaux autogérés. Mais les besoins qu’ils sont appelés à couvrir dépassent considérablement les moyens dont ils disposent.

 

Nous voulons apporter tout notre soutien à ces réseaux solidaires grecs, et inscrire cette solidarité à l'échelle européenne :

-­en collectant et en envoyant des dons financiers, du matériel médical et pharmaceutique nécessaire aux pharmacies et dispensaires sociaux ;

  en informant sur la crise sanitaire et sociale en Grèce comme sur les politiques qui en sont les causes ;

-- en facilitant les contacts directs entre structures de santé, associations et collectifs français et les dispensaires sociaux autogérés, en vue de jumelages éventuels ;

en créant en France une chaîne européenne de solidarité impliquant les acteurs associatifs, professionnels, politiques, syndicaux.

 

Nous voulons une Grèce sans Mémorandum où toutes et tous aient accès à l’emploi,  à l'éducation, à la santé, à la dignité. Nous  nous inscrirons dans toutes les initiatives porteuses d’une telle ambition et nous saisirons l’occasion de l’AlterSommet qui aura lieu les 8 et 9 juin à Athènes pour organiser un convoi solidaire à destination des dispensaires sociaux grecs.

 

Nous vous invitons aux premiers dons de solidarité à l’occasion d’une réunion publique le samedi 23 mars, à partir de 17h00, au 6 avenue Mathurin Moreau, Paris 19e (Mo Colonel Fabien).

No de compte pour des dons : CCP 27 964 96 A 020

 

Pour toute information concernant le collectif «Solidarité France--Grèce pour la Santé » ainsi que pour le suivi des initiatives, veuillez visiter notre page : http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

 

Pour signer l’appel, veuillez envoyer un courriel à l’adresse suivante en précisant votre appartenance associative, syndicale ou politique :

france.grece.solidarite.sante@gmail.com

Voir les commentaires

PSA Aulnay, «Aidez-nous à tenir! Aidez-nous à nous battre!»

7 Février 2013, 08:50am

Publié par PCF Villepinte

Aprés le conseil municipal de Tremblay en France qui a voté une aide aux familles de 20.000 €, celui de Villepinte vient de voter une aide de 5.000 €

 

Pierre Pytkowicz

 

 

Toute la semaine, l'Humanité est au coeur de l'usine de PSA Aulnay. Alors que la grève se poursuivait ce mercredi dans l’usine PSA d’Aulnay, la direction du constructeur automobile semble toujours plus disposée à la répression qu’à la négociation. Loin d’être intimidés, les grévistes cherchent toujours à élargir le front de la solidarité extérieure.

Mercredi, les vigiles postés à l’entrée du parking ne rigolent plus. « Vous êtes journalistes? Désolé, on a des consignes ». Finie la transparence, la direction de PSA, manifestement agacée de voir la grève s’éterniser et gagner des soutiens, a décidé de serrer la vis et de fermer les grilles. Même son de cloche à l’intérieur des ateliers. « Les chefs essaient de redémarrer la chaîne de temps en temps », rapporte Philippe Julien, secrétaire de la CGT dans l’usine. Une tentative de passage en force qui n’inquiète pas outre mesure les grévistes.

«Ca prouve qu’ils sont emmerdés ! », analyse sobrement le syndicaliste. La vigilance reste pourtant de mise : « La direction continue de mettre la pression sur les non-grévistes, à chaque fois qu’on passe discuter avec eux sur la chaîne, on a tout de suite une vingtaine de mimosas [cadres en gilets jaunes, Ndlr] qui nous suivent avec un huissier », relate Agathe, membre du CHSCT à la CGT.

Sur les coups de 13 heures, une poignée de grévistes retrouvent quelques syndicalistes CGT de l’AP-HP (hôpitaux parisiens) devant la Pitié-Salpêtrière, tracts en main. « PSA ferme une usine, chez nous on ferme des lits. Dans les deux cas, quand on tue l’outil de travail, c’est des gens qu’on tue derrière », explique un cégétiste de l’hôpital, entre deux interpellations au personnel et aux visiteurs qui entrent dans l’immeuble. « Merci de soutenir les ouvriers de PSA en grève depuis trois semaines. Aidez-nous à tenir ! Aidez-nous à nous battre ! », martèle Nabil, gréviste d’Aulnay et jeune syndiqué CGT.

Ils s'habituent à la misère

Sans beaucoup de succès. Regards fuyants, sourires gênés, les stratégies d’évitement des passants se suivent et se ressemblent. « Les gens voient la misère tous les jours à la télé, ils s’habituent », se désole Nabil, qui tente de leur faire comprendre que demain, c’est leur emploi qui sera menacé. « Jusqu’à maintenant, on a surtout fait des collectes aux portes des entreprises, où il y a des ouvriers, des syndiqués… Ici, il y a du personnel mais aussi des patients, des visiteurs, le tout-venant. C’est un peu comme si on faisait la quête dans la rue, c’est plus difficile », relativise Gaëtan, contrôleur au ferrage également à la CGT.

Les dons rentrent quand même petit à petit, euro par euro, dans la caisse de grève. « Il y a une telle augmentation du chômage en France que tôt ou tard, on sera tous concernés. Et dans leur combat, la grève semble nécessaire. Je pense que la direction de PSA les montre comme des casseurs uniquement pour discréditer leur mouvement », explique Elisabeth, infirmière à la Pitié-Salpêtrière, après avoir glissé son obole. « Aulnay, c’est ma ville. Et la précarité, je connais : ça fait deux ans que j’enchaîne les CDD à la fac. C’est mieux d’essayer d’être pacifique mais c’est difficile pour les ouvriers en ce moment. Avec la grève, ils font avec les moyens qu’ils ont », estime pour sa part Aïcha, 25 ans, opératrice logistique. Dominique, retraitée, n’hésite pas à lâcher un billet de dix euros : « Il y aura bientôt plus de gens au chômage que de gens qui travaillent! Et ce gouvernement qui se dit socialiste et qui les ignore : c’est honteux! », assène-t-elle.

A la mi-temps du match

Entre deux rafales de vent glacial, le téléphone de Julien, délégué CGT, sonne. Des collègues non-grévistes du ferrage s’alertent des tentatives de la direction de redémarrer la chaîne.  « Je suis à Paris, je distribue des tracts, prenez-vous en main ! », s’irrite le syndicaliste menacé de licenciement pour avoir soi-disant agressé un huissier il y a deux semaines. C’est que les tensions entre la direction de l’usine et les non-grévistes semblent s’accentuer dans les ateliers, ceux-ci n’ayant pour beaucoup pas l’intention de jouer les briseurs de grève.

« La direction fait connerie sur connerie, elle risque de finir par mettre les non-grévistes vraiment en colère », estime Julien, espérant que cela pousse les indécis à les rejoindre dans le mouvement. La veille encore, PSA a envoyé un courrier aux grévistes jugeant leurs actions illicites et les menaçant de poursuites. Ce qui n’intimide toujours pas les ouvriers, qui se préparent à aller hurler leur colère aux oreilles de François Hollande, en déplacement au Stade de France pour le match France-Allemagne. « Un de ses conseillers a promis de nous recevoir à la mi-temps », rapporte Jean-Pierre Mercier, délégué CGT. En espérant que la deuxième période du match social voit le rapport de domination s’inverser.

  • A lire les précédents reportage au coeur de l'usine:

A la répression de PSA s'oppose la solidarité générale

Les grévistes et la gauche entre doute et réconfort

Des non-grévistes tenaillés par l'angoisse du licenciement

A Aulnay, la force (tranquille) de stravailleurs, c'est la grève!

Loan Nguyen (photo Pierre Pytkowicz)

Voir les commentaires

Aide alimentaire européenne: « l'Europe des égoïsmes ne doit pas triompher »

6 Février 2013, 08:14am

Publié par PCF Villepinte

 
 Aide alimentaire européenne: « l'Europe des égoïsmes ne doit pas triompher »

 

 

Le Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), qui permet de distribuer des repas à notamment quatre millions de Français, est menacé de suppression. Le dossier sera à l'ordre du jour du Conseil européen des 7 et 8 février prochains. Va-t-on laisser faire cette monstruosité ? Ce qui a été possible pour des banques ne serait donc pas possible pour les plus pauvres d'entre nous ? Le maintien du financement de ce programme ne représente que 0,5% de la somme qui a été généreusement offert au monde de la finance pourtant premier responsable de la crise que traverse l'économie mondiale.

Plusieurs gouvernements européens s'opposent à la poursuite de ce programme, parmi lesquels l'Allemagne et le Royaume-Uni. Ils estiment que cette aide doit désormais être prise en charge par la politique sociale de chaque État et non par l'Europe. Supprimer un programme qui ne représente qu'un euro par an par Européen serait un mauvais service rendu à l'idée européenne. L'Europe des égoïsmes ne doit pas triompher !

 

 

 

Voir les commentaires

Le journaliste français Nadir Dendoune, détenu en Irak depuis 13 jours, présenté devant un juge

4 Février 2013, 12:34pm

Publié par PCF Villepinte

 - le 4 Février 2013

 

 

 

Nadir Dendoune, journaliste indépendant, arrêté le 23 janvier à Bagdad, dans l'exercice de son métier sera présenté demain devant un juge, a annoncé le président du Syndicat des journalistes irakiens.

"La police l'a interrogé hier et il sera présenté devant un juge", a dit Mouayyed Al-Lami ajoutant qu'il espérait une libération "cette semaine".  Cette première comparution devait avoir lieu aujourd'hui mais en a été reportée à mardi en raison de l'absence d'interprète. Le consul de France à Bagdad a également pu le rencontrer pour la première fois samedi, selon le ministère des Affaires étrangères. "Il apparaissait en bonne santé et plutôt bien traité", a indiqué samedi une porte-parole du quai d'Orsay. Mouayyed Al-Lami qui a également rendu visite samedi à Nadir Dendoune a précisé que ce dernier avait été examiné par un médecin de l'ambassade de France et qu'il se portait bien.

Nadir Dendoune, 40 ans, a été arrêté le 23 janvier à Bagdad, où il s'est rendu pour des reportages en vue du dixième anniversaire de l'invasion de l'Irak le 20 mars. Il disposait d'un visa de journaliste et d'une lettre de mission du mensuel Le Monde diplomatique, précise son comité de soutien.

Il a été arrêté alors qu'il se rendait vers une usine de traitement d'eau à Bagdad où il avait été bouclier humain en 2003 pour protester contre les frappes alliées.

Vendredi, un rassemblement de soutien s'est tenu à Paris avec un simple mot d'ordre : « Libérez Nadir ». Des organisations professionnelles, des représentants de la gauche, des artistes, des élus et des habitants de la Seine Saint Denis, son département, ont témoigné par leur présence de leur solidarité avec Nadir Dendoune.

  • Lire aussi :

À Bagdad, la détention arbitraire d'un journaliste français se prolonge
Patrick Le Hyaric:
"Libération immédiate pour notre confrère Nadir Dendoune"
Création du Comité de Soutien pour la libération de Nadir Dendoune

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>