Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

societe

L'ancien résistant Stéphane Hessel est mort

27 Février 2013, 09:51am

Publié par PCF Villepinte

 - le 27 Février 2013

 

 

 

 

Résistant, déporté, diplomate et corédacteur de la Déclaration des droits 
de l’homme Stéphane Hessel est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 95 ans. Nous vous proposons un entretien qu'il avait accordé à l'Humanité, le 31 décembre 2010 à l'occasion de la publication d'Indignez-vous !.

 

Né en 1917 à Berlin, il était arrivé enfant en France et a été naturalisé en 1937. Résistant, déporté, ambassadeur, Stéphane Hessel était notamment connu pour ses prises de position concernant les droits de l’Homme, le droit d’asile, l’accueil des migrants et le Proche-Orient. Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, cet ami personnel de Pierre Mendès-France et Michel Rocard avait fait carrière dans la diplomatie, notamment aux Nations-Unies. Plus récemment, il a été membre du collège des médiateurs pour les sans-papiers en 1996. Son petit ouvrage Indignez-Vous !, défendant l'esprit de résistance, paru en 2010, a connu un retentissement mondial, traduit dans de nombreuse langues et tiré à plusieurs millions d'exemplaires.

Comment recevez-vous le succès de ce livre ? Répondait-il 
à un besoin qui sied 
à la période ?

Stéphane Hessel. J’ai été naturellement surpris et même émerveillé par le succès de ce petit pamphlet. Je l’explique par le fait que nous vivons un moment de relative angoisse, on ne voit pas bien où nous allons. Nous avons la claire conscience que nous sommes au milieu – et non pas à la fin – d’une grave crise de l’économie néolibérale sans régulation, il est donc normal de se poser des questions sur la raison des dysfonctionnements de nos sociétés. Lorsque l’on vit dans des sociétés qui fonctionnent mal, la première chose que nous avons envie de faire, c’est de nous indigner. On se souvient que, dans d’autres périodes de notre histoire, il fallait aussi s’indigner si l’on ne voulait pas subir l’occupation étrangère de la France, ou dans des situations de pénurie passive.

La dette ou l’absence de financement sert souvent d’argument à la remise en cause des conquêtes sociales de la Libération. Comment le Conseil national de la Résistance (CNR) est-il parvenu à construire ces socles dans le contexte d’une Europe ruinée ?

Stéphane Hessel. Il faut tout d’abord se souvenir que le programme du CNR a été élaboré dans la clandestinité par des gens qui n’avaient aucune capacité politique autre que la réflexion et la proposition. Grâce à cette relative liberté de réflexion, ils se sont posé le problème de savoir comment la France, une fois libérée, pourrait donner à notre pays un ensemble de valeurs et de politiques qui correspondraient à ce que les résistants souhaitaient. C’est vraiment la base d’une social-démocratie qui tienne le plus grand compte des libertés fondamentales, de la lutte contre les féodalités économiques excessives, contre une presse menée par un gouvernement de Vichy. Ces valeurs se sont-elles dégradées ? Manifestement. Et c’est la logique de l’indignation. Il n’y a pas de raison que la France de 2010 n’ait pas les moyens nécessaires car elle dispose de ressources considérables, de richesses bien plus grandes que celles de 1945. Malgré cela, les conquêtes sur lesquelles on pouvait compter n’ont pas été réalisées. Cela doit constituer les bases de la réflexion et susciter le sentiment qu’il y a à faire. Il faut d’abord s’indigner mais ne pas s’arrêter là. Il faut se poser une question : comment faire pour que les choses changent ? Nous avons besoin d’une nouvelle direction du pays, celle mise en place depuis 2007 n’est pas satisfaisante mais il faut savoir ce que l’on peut proposer d’autre. Cela vaut pour l’Europe et le monde entier. Et notamment pour les régions les plus frappées par la crise ou par des conflits… On pense naturellement aux Palestiniens, aux Sahraouis, à des peuples qui, contrairement à ce que réclame la charte des Nations unies, ne disposent pas encore d’un État et dont l’autodétermination n’est pas encore réalisée.

Vous appelez à plus de justice et de liberté mais, 
dites-vous, « pas cette liberté incontrôlée du renard dans le poulailler ». Est-ce à dire 
que sans égalité, ni fraternité, la liberté n’est rien ?

Stéphane Hessel. La liberté est à la fois l’une des données les plus fondamentales et les plus précaires. Une liberté n’a de sens que si elle assure une égalité des droits et donc une solidarité. Cela renvoie à notre belle devise qui doit se concevoir comme un tout. La liberté qui régit de plus en plus l’économie financiarisée, mise à la disposition de quelques possédants et non pas rendue compatible avec l’égalité et la fraternité, a déjà causé des dégâts considérables.

Vous évoquez le rôle 
de Sartre dans la formation de votre pensée et cette phrase : « Vous êtes responsables 
en tant qu’individus. » 
Quelle est, alors, 
la place du collectif ?

Stéphane Hessel. Les structures politiques ou économiques, qui régissent actuellement les sociétés humaines, sont en grande difficulté. Elles ne sont pas équipées pour résoudre les nouveaux problèmes qui se posent : la protection de la planète et les écarts croissants de richesses. On ne peut plus s’en remettre aux pouvoirs existants, il faut que les citoyens se mobilisent dans des organisations non gouvernementales dont les manifestations sont de plus en plus internationales, c’est le cas des grands forums sociaux. Voilà la voie à suivre pour que, collectivement, ce soient les citoyens – et non pas les structures en place – qui ouvrent le chemin d’une rénovation nécessaire du fonctionnement de l’économie mondiale.

Vous citez également Hegel, 
le sens de l’histoire et ses chocs successifs. Considérez-vous que la démocratie 
est actuellement sous le coup de régressions ?

Stéphane Hessel. Il faut se dire que la démocratie est un programme qui n’est malheureusement pas encore accompli. La Déclaration universelle des droits de l’homme dit en toutes lettres que ces droits ne peuvent être réalisés que dans le cadre de d’un régime démocratique qui doit résister à toute forme de tyrannie, de totalitarisme ou d’oppression. Il ne faut pas sous-estimer les progrès auxquels nous faisons face notamment en Amérique latine ou en Europe. C’est néanmoins insuffisant car ces démocraties ne se défendent toujours pas suffisamment contre l’emprise du capitalisme financier. C’est là-dessus que doivent porter les efforts des individus.

À propos de la rédaction 
de la Déclaration universelle des droits de l’homme, vous revenez sur l’hypocrisie de certains vainqueurs dans leur adhésion à ces valeurs. Comment cela a-t-il joué dans leur application, selon vous ?

Stéphane Hessel. La notion d’hypocrisie est importante pour voir comment les gouvernements et peut-être aussi les grandes entreprises disent tendre vers les droits et l’égalité, vers un progrès de l’économie qui bénéficierait à tous et notamment aux plus pauvres. En réalité, ils s’arrangent pour garder le pouvoir même si ce pouvoir ne répond pas aux besoins des citoyens. Elles veulent également conserver l’emprise économique même si les résultats ne bénéficient qu’à une petite élite, celle que Susan George (présidente d’honneur d’Attac – NDLR) appelle « la classe de Davos », c’est-à-dire les possédants. Nous vivons encore dans un monde où les possédants ont encore droit à tous les bénéfices et où les possédés ne savent pas suffisamment résister.

Vous concluez sur la nécessité de dépasser la confrontation des idéologies. Face aux oligarchies financières, notamment, ne faut-il pas s’appuyer sur un socle idéologique solide ?

Stéphane Hessel. Nous avons la chance d’avoir l’Organisation des Nations unies, fondée sur une charte qui affirme un certain nombre de libertés et de droits pour tous. Il faut lui donner d’avantage de force. Nous avons besoin d’une gouvernance mondiale, non pas d’un État mondial qui serait une absurdité, mais d’une coopération entre États qui se fonde sur un socle démocratique. En s’appuyant sur ses institutions, en leur donnant l’autorité nécessaire, on pourra enfin mettre un terme aux conflits et remplacer la violence par la non-violence. Face à la violence des affrontements entre États, voire entre cultures, entre religions ou civilisations différentes, entre idéologies qui se combattraient, il faut au contraire s’orienter vers la négociation pensée par des hommes comme Mandela, Martin Luther King, Gandhi ou d’autres. L’une des raisons majeures qui devraient nous amener vers la solidarité et l’interdépendance, c’est le risque que court la planète. Nous vivons une époque où si l’on ne fait pas tous ensemble un effort écologique, dans cinquante ou cent ans, la planète ne sera plus viable pour les sociétés humaines.

Entretien réalisé par Lina Sankari

  • À voir : Stéphane Hessel et le mariage pour tous

  • Lire aussi :

En 2008, à l'occasion des 60 ans de la déclaration des droits de l'homme, Stéphane Hessel répondait à l'Humanité : « La Déclaration universelle des droits de l'homme nous a enthousiasmés »

En 2007, sur l'image hors de nos frontières de la politique d'immigration française : « Une loi contraire aux valeurs traditionnelles de la France »

Les formidables paroles d’insurrection et d’espérance du résistant Stéphane Hessel. Par Charles Silvestre


Voir les commentaires

Schtroumpfs grognons 

22 Février 2013, 08:25am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 21 Février 2013

Cactus

 

Christian Estrosi et les Schtroumpfs grognons

 Cactus. Un projet immobilier ubuesque de la métropole Nice-Côte d’Azur provoque une résistance inattendue des habitants du quartier, et pour le moment méprisée par son président, le député maire UMP de la capitale azuréenne. Retrouvez chaque jeudi, dans l'Humanité, notre supplément satirique.

Construire des immeubles d’habitation sur un jardin public puis, sur le trottoir d’en face, raser des immeubles habités pour laisser place à un jardin public, tel est le projet immobilier insolite lancé à la hauteur du 42, rue Trachel, à Nice, par la métropole Nice-Côte d’Azur, présidée par le député et maire (UMP) Christian Estrosi. Heureuse coïncidence : le propriétaire de l’immeuble qui bordera le nouveau jardin public et qui, lui, ne serait pas démoli, n’est autre que le docteur Daniel Benchimol, 9e adjoint au maire de Nice, délégué à la santé, élu au conseil métropolitain. En vertu de la loi, celui qui devrait être le principal bénéficiaire de l’opération lorsque les travaux seront achevés n’a pas pris part au vote (du 21 septembre 2012) sur le projet tandis que les élus de gauche s’abstenaient. Car pour la conseillère communiste Emmanuelle Gaziello « le nombre de logements sociaux qui seraient construits (une centaine) est dérisoire en regard des besoins (plus de 25 000 demandes de HLM dans les Alpes-Maritimes) ».

Autre curiosité de ce projet qui comprend aussi une crèche municipale : l’ancien ministre de l’Industrie a convaincu, en 2011, son collègue du logement Benoist Apparu de faire entrer l’opération, qui concerne une bonne partie du centre-ville, dans le cadre du plan national de rénovation des quartiers anciens dégradés (PNRQAD). En poussant un peu les bords, c’est-à-dire en ne prenant, dans la rue Trachel, comme seul critère de la « dégradation » que l’état de saleté des… façades. Ce pour récupérer des millions d’euros de l’État et des collectivités. Le plan local d’urbanisme (PLU) a été modifié en ce sens sans que les riverains en aient véritablement été alertés. C’est ainsi qu’Emmanuelle et son compagnon ont acheté au prix fort, en mars 2012, un appartement qui est sous le coup d’une expropriation, si l’on en croit les résultats de l’enquête publique sur le PLU clôturée en… février 2012. « Je vis un cauchemar », dit-elle.

C’est d’ailleurs dans le quotidien "Nice-Matin" que les résidents des immeubles voués à la destruction ont appris – c’était en 2012, le 11 septembre ! – la percutante nouvelle. Ceux du 42 bis étaient les plus effondrés. Ce sont pour la plupart de jeunes couples d’actifs qui ont emprunté à long terme pour acheter leur appartement. Celui de Laurent et Marion est dans un état impeccable : « Nous avons acheté pas pour spéculer mais pour nous loger avec nos quatre enfants. Nous y avons mis toutes nos économies et maintenant Estrosi vient nous gâcher la vie. Nous sommes victimes d’une grave injustice de la part d’un maire qui nous méprise complètement. »

Christian Estrosi a en effet réagi à la création d’une association de défense du jardin public en qualifiant ses militants de « Schtroumpfs grognons ». Ces derniers l’ont pris au mot en allant, tout de bleu vêtus et grimés, interpeller Dominique Sassonne-Estrosi, l’élue (UMP) déléguée au logement à la métropole. Ils ont également lancé une pétition déjà schtroumpfée par deux mille personnes et collé des papillons disant tout leur amour pour le 42 bis. « Nous sommes bien ici, dans ce quartier populaire proche du centre-ville et nous n’avons rien, au contraire, contre la construction de logements sociaux. Nous proposons d’ailleurs qu’on les construise en face de chez nous, sur le parking automobile en plein air qui jouxte le jardin public », affirment-ils. Un grand Schtroumpf architecte, proche de la famille, a déjà esquissé les plans de ce projet alternatif. Et avec leur avocate, Me Céline Orengo, ils vont aussi schtroumpfer à la préfecture et au tribunal. Avec comme premier objectif, d’empêcher le jardin public existant d’être déschtroumpfé.

  • À lire également dans Cactus cette semaine :

La chronique des Pincon-Charlot : promenade parisienne dans la finance internationale
La foire aux mensonges : l'affaire de la grue de Nantes
Bonnet d'âne : Yves Théard, plume karcher du Figaro
Le grain de sel de Ian Brossat : pour quelques euros de plus
Persona non grata : Nonce Paolini, ambassadeur de mauvais goût

Philippe Jérôme

Voir les commentaires

HEUREUSEMENT, IL Y A FINDUS!

17 Février 2013, 09:18am

Publié par PCF Villepinte

Par Clémentine Autain| 12 février 2013
 
 C’est une fièvre de cheval. Consommateurs, ministres britanniques, français ou suédois, Union européenne s’affolent autour d’un gros lot de surgelés. Ou comment tout le potentiel délirant d’un néolibéralisme débridé se révèle autour de lasagnes, hachis parmentier, spaghettis bolognaises et autres plats cuisinés. L’affaire qui défraye la chronique est maintenant connue. Les premiers surgelés frelatés ont été découverts la semaine dernière en Grande-Bretagne dont la tradition a en sainte horreur la boucherie chevaline. Findus mais aussi Auchan, Casino, Carrefour, Monoprix et Picard ont commercialisé du cheval et non du bœuf comme promis aux acheteurs. L’enseigne suédoise, en première ligne, se défend en jurant qu’elle n’en savait rien et que la faute en revient aux sous-traitants. Et c’est là que nous apprenons l’incroyable circuit de tous ces morceaux de viande…

Le ministre de la Consommation Benoît Hamon, s’appuyant sur les premiers résultats de l’enquête de la DGCCRF qu’il a diligentée, résume ainsi l’affaire : « Le fournisseur de l’usine luxembourgeoise est le groupe français Poujol. Celui-ci a acquis la viande surgelée auprès d’un trader chypriote, qui avait sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s’étant fourni auprès d’un abattoir et d’un atelier de découpe situés en Roumanie ». Rien que ça. La réputation de l’industrie agro-alimentaire française en prend pour son grade. Comigel, dont le siège social est à Metz, prépare les plats surgelés sur commande. Spanghero, basée à Castelnaudary dans le Sud-Ouest, fabrique et commercialise les produits à base de viande. Pour l’heure, dans cette supercherie, une myriade d’intermédiaires de l’éleveur au distributeur se renvoie la balle. Selon Benoît Hamon, l’opération « relève avant tout d’une logique financière qui aurait rapporté plus de 300 000 euros ». Une farce qui rappelle les fonds spéculatifs bourrés d’actifs pourris qui ont fait les grandes heures de la crise financière.

La question de la traçabilité est au cœur de la polémique. A la sortie des abattoirs français, 100% des viandes sont inspectées. Mais rien de tel pour les produits transformés. Les effectifs de contrôle sanitaire vétérinaire ont baissé de 12% depuis une dizaine d’années, ce qui ne permet plus d’assurer les contrôles. L’austérité mène invariablement à la fonte de l’intervention publique dont le coût humain ne peut être ignoré. A force de baisser la garde, on ne verra plus arriver les crises sanitaires. Dans les années 1990, la contamination de la viande de bœuf par la maladie de Creutzfeldt-Jacob, transmissible à l’homme, était due à l’alimentation de bovins avec des farines animales. Avec les lasagnes, est-on certain que la viande de cheval vendue à la place du bœuf offre toutes les garanties sanitaires ? Pourquoi tricher avec du cheval ? L’enquête est ouverte. Mais c’est bien le système économique lui-même, dont la recherche du profit est supérieure à la desserte des besoins humains, qui doit être radicalement et durablement contesté.

Voir les commentaires

EGLISE:

13 Février 2013, 22:50pm

Publié par PCF Villepinte

Benoît XVI: le sans-siège du Vatican
Estimant qu’il ne se sentait plus apte, Benoît XVI, 85 ans, a annoncé sa démission. Elle sera effective le 28 février prochain. Joseph Ratzinger restera comme le pape de tous les dogmes ultraconservateurs.
Au Vatican, que ce soit dans les allées bordées d’espèces rares de cactus où le pape ne détestait pas vagabonder dans la fraîcheur d’un Éden reconstitué, ou dans les couloirs plongés dans la pénombre, voire dans les salles rutilantes aux marqueteries multicentenaires, la rumeur courait depuis plusieurs semaines. Fatigué, et redoutant plus que tout «l’ombre» de lui-même au point de s’isoler dans un mutisme jugé «déconcertant» par ses collaborateurs, le pape Benoît XVI, quatre-vingt-cinq ans, montrait des signes de lassitude qui ne trompaient pas. Chaque sortie publique devenait une épreuve physique, le moindre discours un calvaire intellectuel. En 2010, l’évêque de Rome expliquait déjà : «Quand un pape en vient à reconnaître en toute clarté qu’il ne peut plus assumer la charge de son ministère, alors il a le droit et, selon les circonstances, le devoir de se retirer.» Il a tenu parole.

Profitant d’un consistoire pour la canonisation de martyrs d’Otrante, le pape a pris la parole, hier, dans une salle du palais apostolique, déclarant, en latin : «Je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. (…) C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’évêque de Rome.» Un coup de tonnerre… Selon le père Federico Lombardi, chef du bureau de presse, «personne ne lui a suggéré ni ne l’a poussé à cela» et «il n’y aucune maladie en cours qui aurait influé sur cette décision : le pape a senti ses forces diminuer et l’a reconnu avec lucidité en lisant son message de façon très concentrée, sans exprimer extérieurement son émotion».

Concrètement, le pontificat de Benoît XVI, qui lui avait été confié le 19 avril 2005 après la disparition de Jean-Paul II, prendra fin le 28 février prochain à 20 heures. Un conclave sera organisé dans les quinze à vingt jours suivant la démission pour désigner un successeur. Mais quel successeur – le Ghanéen Peter Turkson? L’Italien Angelo Scola? Le Canadien Marc Ouellet? – et surtout pour quel horizon théorique, seule question importante en vérité ? Marquée par une épouvantable crise de gouvernance au printemps dernier, avec l’éviction du «banquier du pape» puis l’arrestation de son majordome, sans parler des scandales de pédophilie planétaires qui empoisonne la curie depuis des années, l’Église est malgré tout restée une institution s’abandonnant à une crispation autour du dogme afin de conserver ce qui peut l’être, rejetant toute avancée, quelle qu’elle soit, l’avortement, la contraception, le préservatif, le mariage des prêtres, l’ordination des femmes, etc.

Joseph Ratzinger, qui occupa sous Jean-Paul II le poste stratégique de préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, fut ultra-actif pour entourer le Vatican d’un parfum d’obscurantisme, lui qui, pourtant, avait participé au concile Vatican II et était considéré dans les années 1960 comme l’un des leaders de l’aile «libérale» de l’Église allemande… Mais depuis,
Ratzinger le Conservateur a été de toutes les batailles pour mettre au pas – il n’y a pas d’autres mots – une génération de prêtres, d’évêques et de penseurs catholiques jugés «trop progressistes». Le prochain conclave, auquel il ne participera pas, sera sans nul doute dans la continuité d’une de ses phrases clés: «La réalité de l’Église concrète, de l’humble peuple de Dieu, est bien différente de la représentation qu’on s’en fait dans certains laboratoires où l’on distille l’utopie (1).»
Quand sonnera l’heure du bilan, le vrai, nous n’oublierons pas ce curieux pied de nez. Ce sera en imposant à l’Église une démission totalement inédite dans son histoire contemporaine (2) que Benoît XVI aura montré un geste d’authentique modernité. Il était temps.

(1) In Entretien sur la foi, Fayard, 1985.
(2) Citons juste l’exemple de Célestin V, qui avait abdiqué, mais sous la contrainte, en 1294.

[ARTICLE publié dans l'Humanité du 12 février 2013.]


Antoine Casanova, historien et directeur de la Pensée:
«Ce pape n’a cessé de défendre des orientations ultraconservatrices.»

-Pouvait-on s’attendre à cette décision de Benoît XVI? Y a-t-il eu un précédent dans l’histoire?
Antoine Casanova. C’est la première fois qu’un pape démissionne depuis la fin du XIIIe siècle. À l’époque, sous le règne de Philippe Le Bel, Célestin V avait pris cette décision. Il s’agissait d’un ermite, très christologique et peu au fait du fonctionnement de la curie romaine. La démission de Benoît XVI est donc un événement symboliquement très fort. Les raisons de cette décision sont multiples. Il y a l’âge et la santé, bien sûr. Ce n’est pas à mésestimer. Au contraire de son prédécesseur Jean-Paul II, Benoît XVI a été élu à un âge relativement avancé. Mais l’autre raison, c’est à mon avis les difficultés extrêmes qu’il a rencontrées dans la mise en œuvre de ses orientations.

-Justement, quel bilan peut-on faire de ce pontificat?
Antoine Casanova. Benoît XVI a défendu des orientations ultraconservatrices à tous points de vue, théologiquement, politiquement et humainement. Il n’y a que sur l’enjeu de la paix que l’on peut lui reconnaître des positions positives, puisqu’il s’est prononcé pour le désarmement atomique complet. Pour le reste, on relèvera notamment sa condamnation de la théologie de la libération. Depuis son élection, il essayait de développer une entente avec les intégristes. Mais, d’une part, les intégristes n’en ont pas voulu. Et, d’autre part, cette orientation a suscité une vive opposition de beaucoup de catholiques, jusqu’au sein du Vatican. Benoît XVI a donc dû mettre en sommeil sa tentative de réconciliation avec les intégristes. Par ailleurs, sur les réponses à la crise capitaliste, y compris dans son encyclique Caritas in Veritate, il n’allait pas au-delà de la notion de charité. Or la question est devenue de plus en plus aiguë. Par exemple, il y a deux ans, les comités Justice et Paix des catholiques d’Europe ont mis clairement en cause le capital financier et exigé qu’il soit mis un terme aux politiques consistant à faire payer les peuples. Les positions du président de Caritas Internationalis vont dans le même sens. Et c’est aussi dans ce cadre qu’il faut replacer les récentes tensions entre le Vatican et les religieuses américaines, très impliquées sur le terrain social.

Quelles sont, désormais, les perspectives ? Peut-on déjà faire une hypothèse sur le profil du prochain pape?
Antoine Casanova. Il y a aujourd’hui un mouvement multiforme, profond et très complexe, dans la chrétienté, y compris en France. Je viens d’évoquer le thème de la justice sociale. Il y a aussi la question 
des rapports homme-femme. N’oublions pas que les catholiques 
de droite dirigent certains États, 
comme Malte, où il n’y a ni IVG 
ni divorce républicain. Beaucoup de catholiques ne se retrouvent pas dans ces orientations rétrogrades. 
Leurs exigences de changement dans le sens de la paix, de la justice et 
de l’égalité vont-elles réussir à gagner encore du terrain ? 
Le cardinal Martini, décédé récemment, estimait qu’on pourrait refaire, sous une nouvelle forme, 
ce qu’avait fait Jean XXIII avec 
le concile Vatican II, dont nous avons fêté en octobre dernier les cinquante ans. S’il y avait aujourd’hui convocation d’un concile, il est 
en effet probable que la volonté de changement des catholiques s’y affirmerait. Mais dans le cadre de 
la curie, instance qui va se réunir pour organiser la succession de Benoît XVI, c’est plus complexe. 
À cette heure, il est difficile de prévoir la suite. Quoi qu’il en soit, 
la démission de Benoît XVI est 
le signe d’une secousse très profonde dans l’Église.

(

Voir les commentaires

L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin :

13 Février 2013, 22:46pm

Publié par PCF Villepinte

 "l’égalité pour tous !"

 

 

Quand la République, dans ce qu’elle a de plus sacré, se rehausse d’elle-même par un acte législatif qui dépasse le cadre ordinaire, l’horloge de l’Histoire tinte toujours différemment. Il était 16 h 58, hier, quand l’Assemblée nationale a voté en première lecture la loi autorisant le mariage des personnes de même sexe. L’émotion, palpable dans l’hémicycle, fut nôtre.

Nous avons alors pensé à toutes les associations, à tous les élus, à tous les citoyen(ne)s qui n’ont jamais renoncé à ce combat au long cours, s’attirant les injures et toutes les formes d’obscurantisme. Sans cette mobilisation, jamais démentie, le gouvernement serait-il allé au bout de cet engagement ? Nous avons aussi pensé à Christiane Taubira, qui aura incarné, assez magistralement, le choix du progressisme contre la réaction, plaçant résolument cette réforme dans le cadre de la longue bataille pour l’égalité des droits et parachevant l’évolution de cette institution qu’est le mariage, jusqu’alors incomplète. Notre pays vient de rappeler qu’aucune différence ne peut plus servir de prétexte à des discriminations d’État…

Cette victoire parlementaire aura été assombrie par la bataille d’arrière-garde menée par l’opposition, qui, adossée à ce qu’il y a de pire dans l’Église catholique, a parfois réactivé un vieux fond d’homophobie, au sens le plus élémentaire de rejet et de haine de l’homosexualité. Soyons-en sûrs : dans un futur plus ou moins éloigné dans le temps, selon le degré d’imprégnation de notre universalisme collectif, quand les idées auront chassé le langage, les historiens se demanderont comment certains Français ont pu, lors d’un débat proposant l’extension d’un droit à tous, se montrer à ce point réactionnaires. En sacralisant un « ordre familial immuable », ces néo-réacs auront, en vérité, défendu ce qu’ils considèrent comme le socle fondamental de la vie sociale. Seulement voilà, la « norme » est instituée par le droit : changer le droit permet donc de desserrer l’étau des contraintes normatives...

Voyons-y un présage. C’est au lendemain de 
la démission de l’ultra-conservateur Benoît XVI que cette loi a été adoptée par la fille aînée de l’Église. Réjouissons-nous ! Car ce progrès démontre avec quelle force la gauche peut se rassembler sur ses promesses dès lors qu’elle est mise sous surveillance citoyenne. L’exemple doit servir, car, en raison même de son incapacité à montrer le même zèle pour réorienter la politique économique, le gouvernement a alimenté la tentation d’opposer les luttes sociales aux luttes sociétales. Ce serait prétendre que les questions de couple, de la famille, de la filiation n’auraient rien à voir avec les questions économiques et sociales. Ce serait même oublier qu’un chômeur ou un précaire peuvent avoir besoin de la couverture sociale de leur partenaire, 
et vouloir protéger juridiquement le statut de leurs enfants. L’émancipation réclame la multiplicité des combats !

Jean-Emmanuel Ducoin

Voir les commentaires

DROIT?

13 Février 2013, 22:42pm

Publié par PCF Villepinte

Un chômeur en fin de droit s'immole devant une agence Pôle emploi à Nantes

 

  le 13 Février 2013

 

Mots clés : chômage, précarité, suicide,

 

 

Nouveau drame de la précarité. Un homme de 43 ans, qui avait menacé hier de s'immoler par le feu, est passé à l'acte devant Pôle Nantes-Est (Loire-Atlantique).

D'après Presse océan, la victime, décédée, est un chômeur en fin de droits et malgré l'intervention rapide des secours, cet homme âgé de 43 ans est mort. Policiers et enquêteurs sont toujours sur place et l'agence reste fermée. D'après un syndicaliste de la CGT Pôle-emploi de Loire Atlantique, cette personne avait téléphoné à l'antenne de Nantes-Est pour annoncer sa volonté de se donner la mort et malgré les interventions de la direction régionale de Pôle emploi et de la police qui ont tenté en vain de rentrer en contact avec lui, l'homme est passé à l'acte.

La direction de Pôle Emploi à Paris a confirmé ce suicide et que l'homme était bien inscrit dans cette agence et en fin de droits.

Victime d'une double-peine

Interrogé par BFMTV, le représentant CGT Pôle Emploi Pays-de-la-Loire, a apporté des précisions sur sa situation. Selon Stéphane Guillou, ce demandeur d'emploi avait repris une activité sans le déclarer à Pôle Emploi, continuant ainsi à percevoir des indemnités. "Les gens, parfois par ignorance, ne déclarent pas une période d'activité professionnelle et bénéficient simultanlément de l'indeminsation chômage", souligne-t-il. Dans ce cas, non seulement le trop perçu doit être remboursé mais la dite période d'activité n'ouvre pas à de nouveaux droits à l'assurance-chômage. Une "double peine" dénoncée par le syndicaliste.

Dans un communiqué, les jeunes communistes de Loire-Atlantique alertent "les pouvoirs publics et le gouvernement sur la situation de l’emploi, du chômage de l’extrême précarité que vivent un nombre toujours plus grand de français, jeunes et moins jeunes". Cet acte de désespoir "doit appeler à une véritable lutte contre le chômage, au développement de l’emploi  et à la mise en place d’une politique au service du citoyen et non des banques !", précisent-ils.

Lire aussi :

Quand le chômage conduit au suicide

Suicide d'un chômeur à Nantes : « Aujourd'hui, le chômage tue » (PCF)

La réaction d'Aymeric Seassau, secrétaire départemental du PCF de Loire Atlantique

Voir les commentaires

Christine Taubira pour le mariage pour tous :

31 Janvier 2013, 17:45pm

Publié par PCF Villepinte

 

« une voix forte pour la gauche et la société toute entière »

 Christine Taubira pour le mariage pour tous : « une voix forte pour la gauche et la société toute entière »

 

Il faut saluer et féliciter la ministre de la Justice pour sa présentation du projet de loi instituant un mariage pour tous. Christiane Taubira a raison de placer cette réforme du mariage dans le cadre de la longue bataille pour l'égalité des droits : « un acte d’égalité » qui va «parachever l’évolution vers l’égalité de cette institution » Un acte qui est aussi « une démarche de fraternité, parce qu’aucune différence ne peut servir de prétexte à des discriminations d’État ».

Lors de cette séance mémorable à plus d'un titre, l'opposition – qui n'a jamais aussi bien mérité le qualificatif de réactionnaire – s'est fait envoyer calmement mais fermement dans ses cordes par la Garde des sceaux : « Nous posons les mots et nous parlons d’égoïsme pour ceux qui s’imaginent qu’une institution de la République pourrait être réservée à une catégorie de citoyens ». Ajoutant même : « Au nom d’un prétendu droit à l’enfant, vous refusez des droits à des enfants que vous choisissez de ne pas voir ».

Ce débat démontre à quel point, et avec quelle force, la gauche sait et peut se rassembler dès lors qu'elle prend pour boussole l'égalité des droits et la fraternité. Ce n'est pas le moindre de ses qualités. Grâce à la mobilisation citoyenne "le mariage pour tous" peut être la première grande avancée. Avec l'intervention de Christine Taubira, voilà un discours porté par une voix forte pour la gauche et la société toute entière qui marquera les mémoires. "Le changement, c'est maintenant"; c'est donc possible....

Olivier Dartigolles porte parole du PCF

 

 

Voir les commentaires

La circulaire Taubira est d’abord une réponse à un vide juridique (Analyse)

31 Janvier 2013, 17:38pm

Publié par PCF Villepinte

Société - le 31 Janvier 2013

 

 

Provocation ou courage ? En publiant vendredi 25 janvier une circulaire facilitant la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants nés de mère porteuse à l’étranger, la ministre de la Justice s’est attiré – une fois de plus, serait-on tenté d’écrire – les foudres de la droite.

Selon l’UMP, le gouvernement avancerait « masqué » sur le sujet et son objectif serait, 
à terme, de « légaliser » la gestation pour autrui (GPA). Une pratique pourtant strictement interdite en France depuis 1991 et une décision de la Cour de cassation, réaffirmée depuis par les lois de bioéthique (1994, 2004). 
« La convention par laquelle une femme s’engage, fût-ce à titre gratuit, à concevoir et à porter un enfant pour l’abandonner à sa naissance contrevient tant au principe d’ordre public de l’indisponibilité du corps humain qu’à celui de l’indisponibilité de l’état des personnes », avait estimé la plus haute juridiction française. Le gouvernement a-t-il manifesté, avec cette circulaire, la volonté de revenir sur cet état de fait ? Certainement pas. « La GPA, dans notre droit, est interdite, ça ne fait pas débat », a rappelé hier, 
à plusieurs reprises, Christiane Taubira. Ce texte est-il 
le « pavé dans la mare » que feint de découvrir la droite, « l’élément nouveau majeur » qui imposerait de « renvoyer le débat » sur le mariage homosexuel, comme l’a réclamé l’UMP Hervé Mariton ? Pas plus. Dès le 16 janvier dernier et les premiers débats en commission des Lois, 
la garde des Sceaux avait annoncé, publiquement, 
qu’elle travaillait à une circulaire sur le sujet… sans avoir, alors, les « honneurs » de la une du Figaro.

Et si ce texte – comme c’est son objet – visait simplement à clarifier la situation de ces enfants nés à l’étranger d’une pratique condamnée en France, et dont celle-ci, par voie de conséquence, niait l’existence jusqu’ici ? 
La chancellerie en a comptabilisé 44 entre 2008 et 2011, dont les parents ont lancé des procédures 
en reconnaissance de nationalité. Les associations parlent, elles, de « plusieurs milliers » d’enfants. Pour 
tous ces « fantômes de la République », pour leurs parents dont certains, comme l’emblématique couple Mennesson, mènent depuis plus de dix ans une éprouvante bataille juridique, cette circulaire constitue assurément un progrès. Qui ne préjuge ni n’annonce un débat à venir sur 
la gestation pour autrui, un délit aujourd’hui passible 
de trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

Les enfants nés de GPA : « un problème à régler ». Une maladresse de Christiane Taubira que 
la publication de cette circulaire ? Pour Alain Vidalies, le ministre des Relations avec le Parlement, c’est tout le contraire. « Forcément 
ce débat (sur la gestation pour autrui — NDLR) va venir dans les quinze jours qui arrivent. Répondre à ces questions pratiques et dire “on a réglé ça parce qu’il fallait le régler’’, ça renforce encore notre détermination sur le fond : on est contre la GPA. » Même analyse du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui « assume » 
le calendrier. « Nous avons un problème humain 
et social à régler, la circulaire tombe au moment où elle tombe. » La droite, elle, n’avait que faire, hier, de ce « problème humain » et préférait y voir une opportunité politique. Ex-rapporteur de la loi de révision bioéthique, l’UMP Jean Léonetti a « dénoncé fermement » ce texte. Ses deux collègues Guillaume Larrivé et Daniel Fasquelle ont, eux, annoncé leur intention de saisir le Conseil d’état, qualifiant la circulaire de « totalement illégale et contraire à l’ordre public ».

  • Lire aussi :

Tribune : La PMA élargit un droit, la GPA crée de nouvelles dominations
Mères porteuses, enfants sans statut ?

Procréation assistée, la gauche divisée

Alexandre Fache

Voir les commentaires

Mariage pour tous: 400.000 manifestants pour l'égalité

27 Janvier 2013, 18:55pm

Publié par PCF Villepinte

@delanoë la tête du cortège

 

 

Suivez ici la manifestation nationale des partisans du mariage homosexuel qui battent à leur tour le pavé parisien dimanche, deux jours avant que le projet de loi soit arrive au Parlement.

  • 19 heures. 400.000 manifestants, selon les organisateurs 

Le défilé a rassemblé 400.000 personnes, a affirmé Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT, à l'origine de la mobilisation avec le collectif Agissons pour l'égalité. Les manifestations organisées samedi dans plusieurs villes de province ont mobilisé 100.000 personnes, a-t-il ajouté.


  • 18 heures 20. 125.000 participants selon la police


  • 18 heures. Jack Lang: "La consécration d'années de lutte"

Jack Lang (PS, président de l'Institut du Monde arabe): "C'est un beau jour parce que c'est le jour de la consécration d'années de lutte pour faire reconnaître ces droits. Surtout qu'au Parti socialiste, à une époque, ce n'était pas si évident, nous n'étions pas très nombreux. (...) François Hollande a eu raison de dissocier PMA (procréation médicalement assistée) et mariage pour tous".

 

  • 18 heures. Paroles dans la manifestation

"C'est incroyable que des gens aient manifesté pour interdire des droits à d'autres personnes!". Sous une nuée de drapeaux, de parapluies et de pancartes arc-en-ciel, les partisans du mariage homosexuel crient leur étonnement. Didier, la quarantaine, semble effaré de "l'augmentation de l'homophobie".

"Il y a six mois, on ne comptait pas manifester, mais là on n'a pas le choix", dit-il. Autour de lui, des manifestants brandissent un immense drapeau de la fédération gay et lesbienne LGBT du pays basque. "Le débat a lieu depuis une éternité", insiste Didier. "Ca faisait partie de la proposition 31 du candidat Hollande, les gens ont voté en connaissance de cause". Des pancartes relaient les mêmes interrogations: "Est-ce qu'on a fait un référendum pour ton mariage ?" "Je veux une femme, pas ta femme", "Je veux vos droits, pas votre avis" ou "l'égalité n'est pas un privilège".

"Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone", s'attristent certains quand d'autres s'inquiètent: "Allez dire à ma mère qu'elle n'aura pas de petits enfants". Certains sont confiants: "Je mets mes doigts partout, alors pourquoi pas dans une bague".

 

  • 17 heures 20. Jean-Luc Mélenchon: "C'est un combat pour l'ouverture d'esprit"

Jean-Luc Mélenchon (co-président du Parti de gauche): "C'est un combat pour l'ouverture d'esprit, pour la capacité à comprendre les autres, pour vouloir une société plus harmonieuse, dans laquelle l'amour a une plus grande place. (...) "Nous sommes des amoureux du débat, de la polémique, de la discussion. (...) On donne une image devant les peuples du monde que la France, c'est aussi ça, c'est une France qui est pour l'égalité, pour l'ouverture aux autres..."

  • 17 heures. Pierre Laurent: "La société française est prête à ce progrès"

Pierre Laurent (PCF): "Certains ont essayé de faire croire qu'il y avait une majorité de Français opposés à cette loi. C'est important de manifester aussi dans la rue pour montrer que la société française est prête dans sa grande majorité à ce progrès et que ceux qui essayent d'attiser les peurs, les divisions ne représentent pas la majorité de l'opinion publique.

 

  • 16 heures 45. Cécile Duflot: "L'égalité des droits, un combat qui ne s'arrête jamais"

Cécile Duflot (EELV, ministre du Logement): "L'égalité des droits, c'est un combat qui ne s'arrête jamais. C'est vrai qu'il y aura un autre débat, un débat sur la famille, les différentes formes de familles au 21e siècle, sur la filiation, sur la PMA, il faudra que ce débat ait lieu".

Eva Joly (EELV, ex-candidate à la présidence de la République): "Je suis ici pour porter ce projet comme je l'ai porté dans mon programme présidentiel. Sur cette question-là, il n'y a pas de dissensions dans la gauche. Nous le portons comme la gauche porte traditionnellement tous les projets de société, le droit de vote des femmes, le droit à l'avortement et, aujourd'hui, le droit au mariage homosexuel. Mettre fin à une discrimination millénaire."

 

  • 16 heures 30. Les croyants pour l'Egalité aux cris de "Vade retro civitas !"


  • 16 heures 25. Paroles de manifestants:

"On est tous égaux, les enfants n'ont pas à subir cette inégalité", estiment Alexis et Stephane, 33 et 37 ans, originaires de banlieue parisienne venus avec leurs deux enfants pour "montrer (leur) détermination à obtenir les mêmes droits pour tous". 

"Il y a six mois, on ne comptait pas venir manifester, mais devant l'augmentation manifeste de l'homophobie, on n'a pas le choix", a expliqué Didier, venu du Pays basque, derrière un immense drapeau arc-en-ciel.

A lire aussiSerge Portelli: "Rappeler que l'amour homo n'est pas inférieur à l'amour hétéro"


  • 16 heures. "Quelques excités signalés en début de cortège"


  • 15 heures 30. Un dérapage de plus pour Christine Boutin

Christine Boutin ne rate aucune outrance à propos du mariage pour tous. Celle qui a rendu hommage à Louis XVI lundi a comparé le mariage gay à un mariage OGM pour vanter le "principe de précaution".

A lire aussi: Christine Boutin, cinquante nuances de gris

 

  • 14 heures 30. Des milliers à la manifestation

Le cortège est parti de la place Denfert-Rochereau à Paris peu après 14 heures, derrière la banderole "Pour l'égalité maintenant, contre les discriminations tout le temps". Parmi les manifestants se trouvaient notamment le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir et l'ancienne ministre UMP de la Santé Roselyne Bachelot. Les manifestants, dont beaucoup de jeunes, brandissaient des drapeaux arc-en-ciel, symbole de la cause homosexuelle. Des militants du PS, du Front de Gauche et du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ainsi que des représentants syndicaux, étaient également présents dans le cortège.

"C'est très important aujourd'hui que s'expriment aussi ceux qui sont en faveur d'une loi d'égalité et qui traduise un sentiment très large, très majoritaire dans la société francaise", a déclaré à l'AFP Harlem Désir. "Nous nous attendons à moins de monde car il est difficile de mobiliser pour une cause, mais il est important d'avoir une majorité au Parlement pour voter ce texte", a réagi Roselyne Bachelot.

 

13 heures 50. Twitter manifeste aussi

A suivre via #mariagepourtous

  • 13 heures 40. "Envoyer un signal fort au gouvernement"

"L'objectif est de montrer que cette réforme est soutenue très largement dans la société afin d'envoyer un signal fort au gouvernement", explique Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT (Lesbiennes, Gay, Bi et Trans), à l'origine de la mobilisation avec le collectif Agissons pour l'égalité. Le défi est de mobiliser davantage que le précédent défilé parisien pro-mariage gay du 16 décembre (150.000) et de riposter aux "anti", qui avaient rassemblé le 13 janvier entre 340.000 personnes (selon la police) et un million (selon les organisateurs).

 

  • 13 heures. Mariage, partenariat civil ou rien du tout: la situation en Europe:

 

  • Midi. le gouvernement se mobilise

Dans une interview au Journal du Dimanche, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, souligne que "le projet de loi donne simplement les mêmes droits et confère les mêmes devoirs aux couples homosexuels: les conditions du mariage sont inchangées". Pour la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, la loi sur le mariage pour tous ne "touche pas à la famille" mais la "renforce", relève-t-elle dans une interview au Parisien Dimanche.

Il n'y a "aucun doute sur l'issue" de ce texte, "une loi sera votée et même à une large majorité", a prédit de son côté le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.Vendredi, en recevant à l'Elysée la porte-voix très médiatisée des opposants, Frigide Barjot, le président Hollande avait réitéré sa détermination de voir le parlement adopter ce projet. Le chef de l'Etat avait écarté une nouvelle fois tout recours au référendum sur ce sujet sociétal, comme le réclament des associations et 200 parlementaires.

 

  • 11 heures 30. La manifestation ne manque pas de soutien

Au côté du collectif Agissons pour l'égalité et de la fédération LGBT, ils ont été très nombreux -Associations et collectifs, syndicats, partis politiques- à avoir appelé à manifester ce dimanche.

A lire: Vague de soutien pour la mariage gay et, côté politique, les partisans du mariage pour tous en force

A voir aussi: Le collectif Diversgens mobilise

 

  • 11 heures."Go France" disent les internautes

Go France lance un appel mondial à soutien, par envoi de vidéo, en faveur des manifestants de ce dimanche qui battent le pavé à Paris en faveur de l'égalité des droits devant le mariage. Un exemple:

 

  • 10 heures. Sondage: 63% des Français favorables au mariage pour tous

 C'est ce qu'indique un sondage Ifop pour le site Atlantico publié samedi. Soixante-trois pour cent des personnes interrogées pensent que les couples homosexuels doivent avoir le droit de se marier, une proportion en hausse de trois points par rapport à une enquête similaire menée début janvier. En revanche, ils sont encore 51% hostiles au droit d'adoption pour ces mêmes couples, 49% (contre 46% auparavant) s'y déclarant favorables.

 

  • Samedi. Lyon et Montpellier en pointe

Des marches ont déjà eu lieu samedi en province. Entre 2.100, selon la préfecture, et 6.000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans les rues de Montpellier. Une banderole proclamant "La République exige l'égalité" ouvrait le cortège, dans lequel fleurissaient les pancartes militantes, sur fond de musique électro pop: "Mieux vaut un mariage gay qu'un mariage triste", "Dieu est amour, alors écoutons-le", "En Espagne depuis 2005", "En quoi détruisons-nous la famille quand on désire en fonder une ?", "Fier de marcher du bon côté de l'Histoire", "Il vaut mieux une paire de mères et qu'un père de merde", ou bien encore "Le mariage changera notre vie, pas la vôtre".

A Lyon, entre 11.000 selon la préfecture et 20.000 selon les organisateurs, ont défilé. "C'est la plus grosse manifestation de région" en soutien au mariage pour tous, s'est félicité David Sauvestre, président de la "lesbian and gay pride" lyonnaise, l'un des organisateurs de la marche. "Il ne faut pas laisser la rue aux homophobes", a-t-il martelé. Dans le cortège, des banderoles proclamaient "Jésus aussi avait deux papas", "On a deux pères et on ne manque pas de repères".

S.G.

Voir les commentaires

Le Front de Gauche appelle à manifester massivement le 27 janvier en faveur du droit au mariage et à l’adoption pour tous

23 Janvier 2013, 12:39pm

Publié par PCF Villepinte

 

Société

Documents à télécharger: 
Le communiqué pour la manifestation du 27 janvier
Documents à télécharger : Le communiqué pour la manifestation du 27 janvier -

 

 

 

Dimanche 13 janvier, une manifestation a été organisée par les mouvements politiques et sociaux opposés au mariage, à l’adoption, à la filiation et à la PMA pour tou-te-s. Depuis plusieurs mois, ces secteurs, enhardis par la frilosité du gouvernement et de la majorité parlementaire, mènent une importante offensive idéologique pour empêcher l’avancée politique et sociale majeure que représente l’adoption d’une telle loi.
Les débats sur la « loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe » offrent en effet l’occasion historique de supprimer les inégalités en droits qui légitiment les discriminations envers les personnes LGBT. C’est l’honneur et la responsabilité de toute la gauche non seulement d’assumer fièrement les valeurs égalitaires et progressistes inhérentes à ce combat mais aussi de mener bataille pour faire avancer toute la société dans cette voie. Telle est en tous les cas la position que nous défendons au Front de gauche. Comme l’affirme notre programme partagé L’Humain d’abord : « Nous adopterons une loi pour l’égalité qui éradiquera toute discrimination. Les droits du PACS seront renforcés. Le droit au mariage et à l’adoption sera reconnu aux couples homosexuels. Les femmes lesbiennes auront accès à la procréation médicalement assistée. » C’est le sens et le contenu de la proposition de loi N°119 déposée notamment par Marie-George Buffet « tendant à lever les discriminations reposant sur le sexe, le genre et l'orientation sexuelle en matière de filiation ».

Nous défendons le droit au mariage pour toutes et tous par conviction raisonnée que la liberté de choix est essentielle à chacune et chacun, et que l’égalité devant la loi, comme norme de la société, est porteuse d’un message sans équivoque qui délégitime les discriminations.

Nous défendons le droit à l’adoption parce que nous pensons que les personnes LGBT ne forment pas de moins bons parents que les autres et qu’ils ont autant d’amour à transmettre à des enfants.

Nous défendons aussi l’intégration du droit à la procréation médicalement assistée pour les femmes lesbiennes car, une fois évacuée la conception qui assigne une valeur inférieure à celles et ceux qui s’écartent d’une soi-disant norme hétérosexuelle, le cœur du débat est la filiation fondée sur l’engagement parental. Les lois de bioéthique ont consacré la valeur de l’engagement du compagnon stérile lors d’une PMA avec don de sperme : le compagnon de la mère a accès aux mêmes facilités pour faire reconnaitre sa filiation qu’un père biologique. Cette vérité selon laquelle ce sont l’amour et l’engagement parental qui fondent la filiation doit nécessairement s’appliquer pour les couples de femmes lesbiens. Dans un couple de femmes, aussi bien la parturiente que celle qui l’accompagne sont mères toutes deux. Par ailleurs, une femme seule recourant à la PMA a un projet parental tout aussi cohérent qu’une personne seule qui adopte.

C’est pourquoi, le Front de Gauche exige du gouvernement qu’il s’engage fermement et publiquement sur ces trois revendications légitimes et demande à la majorité parlementaire de les voter.

Dans le même temps, le Front de Gauche regrette la gestion calamiteuse de ce dossier par le gouvernement et ses continuelles hésitations, retours en arrière qui ont aboutit à affaiblir le soutien populaire largement majoritaire il y a encore quelques mois à cette loi. S’ajoutent à ces revirements le fait que le Gouvernement, en plein débat sur l’égalité des droits, a annoncé son renoncement à lever l’interdiction systématique du don du sang pour tout homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui était un autre engagement de campagne de François Hollande ainsi que de toute la gauche.

Après la manifestation pour l’Egalité du 16 décembre à Paris, le Front de Gauche sera de nouveau présent sur les prochaines mobilisations début 2013, afin de réclamer une grande loi d’égalité et non une loi « à minima »: le 19 janvier sur les mobilisations décentralisées partout en France et le 27 janvier lors de la grande manifestation nationale à Paris (voir ci-dessous).

Documents à télécharger: 
Le communiqué pour la manifestation du 27 janvier
Le communiqué pour la manifestation du 27 janvier

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>