Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

service public

Le ministre de l'Economie nous accuse de "faire le jeu des populismes" sur la privatisation de ADP

12 Avril 2019, 07:18am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

De nouveaux points d’appui dans la mobilisation contre le CDG Express

8 Avril 2019, 09:02am

Publié par PCF Villepinte

 

Mardi 2 avril à la salle des Fêtes de Sevran, Clémentine Autain, députée, avait invité les habitants à une réunion publique portant sur le CDG Express. A la tribune, des représentants du mouvement contre le CDG Express : Comité d’usagers RER B Nord, SOS Usagers RER B (association du sud), et l’association NON au CDG Express.

 

Pendant plus de 2 heures de débat, les habitants du secteur ont pu s’informer, discuter, découvrir pour certains, affûter les arguments pour d’autres, afin d’amplifier la mobilisation.

 

Clémentine Autain a ouvert la discussion en rappelant que ce train des riches, qui traversera à grande vitesse la Seine-Saint-Denis sans s’arrêter, coûtera entre 24 et 29 euros le ticket et dégradera les conditions de transports de centaines de milliers d’habitants et usagers. Elle a enfin inscrit justement le CDG Express dans le cadre plus vaste des inégalités de territoires que connaît particulièrement la Seine-Saint-Denis, évoquant la longue liste des projets inutiles et démesurés sur le secteur : Europa City avec sa piste de ski, Sevran Terres d’O avec sa vague de surf, en rappelant aussi les combats gagnés, comme celui pour le Parc de la poudrerie.

 

Clémentine Autain a ensuite salué le combat local sur le CDG Express mené par la ville de Mitry-Mory et ses habitants, et a diffusé une vidéo pédagogique produite par la ville de Mitry-Mory afin d’expliquer le projet.

 

Rejoignant ce constat, Marianne Margaté, 1èere adjointe au maire de Mitry-Mory, Conseillère départementale 77 et membre du bureau de l’association NON au CDG Express, a ensuite pris la parole pour faire le point sur la lutte actuelle, sur le plan militant, politique et juridique. Elle a notamment mis en avant la nécessité de multiplier les actions locales, tout autant que le besoin de convergence et d’élargissement au plus grand nombre, citant pour exemple le remarquable travail mené par l’association NON au CDG Express pour produire un appel de 100 signataires élus, syndicaux, associatifs de tous bords politiques adressé au Préfet de Région.

 

L’échange avec la salle a ensuite été riche non seulement sur le plan du développement argumentaire, mais sur le plan des propositions d’action.

 

C’est donc une première étape réussie pour les Sevranais dans la lutte qui s’annonce encore longue contre ce projet socialement, économiquement et écologiquement irresponsable qu’est le CDG Express.

 

L’association Non au CDG Express va bien entendu intégrer les éléments saillants de l’initiative de SEVRAN dans le cadre de sa rencontre avec le Ministre des Transports du 11 avril 2019.

 

Paris, le 5 avril 2019

 

 

Voir les commentaires

Fonction publique : non à la casse du statut et aux 120.000 suppressions de postes !

31 Mars 2019, 06:59am

Publié par PCF Villepinte

Fonction publique : non à la casse du statut et aux 120.000 suppressions de postes !

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10094/attachments/original/1553699521/visuel_fp.jpg?1553699521

Les mesures confirmées ce matin en conseil des ministres vont à l'encontre des revendications exprimées par les organisations syndicales qui les rejettent à l'unanimité et au delà par le mouvement des gilets jaunes et les nombreuses luttes dans le pays.

Alors que nos concitoyen.nes demandent des services publics de proximité et une amélioration de leur pouvoir d'achat, comment le gouvernement ose-t-il prétendre qu'il y a trop d'agents de la fonction publique d’État, de personnels de santé, d'agents territoriaux ? Comment peut-il balayer l'exigence de dégel du point d'indice qui, rappelons-le, conduit année après année à une précarisation grandissante des agents ?


Et plus grave encore, la réforme annoncée vise à vider de ses garanties le statut des fonctionnaires alors qu'il est un outil d'avenir pour du personnel qualifié, dignement rémunéré, à l'abri des intérêts particuliers, des pressions partisanes, des tentatives de corruption et en capacité de répondre aux besoins de tout le pays, à égalité. Trois dispositions en particulier sont inacceptables : le recours massif aux contractuels va aggraver les inégalités d'accès aux emplois publics et mettre à mal les principes de neutralité et d'impartialité des agents ; la fusion des instances du personnel va dégrader la sécurité et les conditions de travail ; la suppression des compétences des CAP en matière de promotion et de mobilité va priver les personnels de recours contre l'arbitraire.


Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas et au-delà c’est ce qui permet de mettre en œuvre une véritable politique publique dans notre pays, d’aménagement du territoire en respectant l’égalité d’accès aux droits des citoyen.nes.


Le parti communiste appelle à la mobilisation contre la casse du statut et les 120.000 suppressions de postes et sera aux côtés des agents en lutte le 1er mai et lors de la grande journée de grève et d'actions du 9 mai prochain. Il y portera ses propositions pour la promotion des services publics comme celle d'un fonds européen pour le développement des services publics, démocratique et financé par la BCE, proposé par Ian Brossat, tête de liste du PCF aux élections européennes.

Voir les commentaires

Vinci utilisera-t-il l'argent public pour acheter les biens du peuple ?

15 Mars 2019, 10:51am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Transport. Fol acharnement de l’État sur le CDG Express

23 Janvier 2019, 07:43am

Publié par PCF Villepinte

Mercredi, 23 Janvier, 2019

L'Humanité Pierre Duquesne

Le projet d’une ligne directe entre Roissy et Paris risque de pénaliser les usagers du quotidien. Rejeté par les élus de tous bords, il est jugé « hautement souhaitable » par le préfet Cadot.

Le Charles-de-Gaulle Express avait du plomb dans l’aile. Ce projet de liaison directe entre l’aéroport de Roissy et la gare de l’Est, dans le centre de Paris, sans aucune desserte, doit être suspendu, avait plaidé le syndicat des transports Île-de-France Mobilités (ex-Stif), le 12 décembre 2018. Les travaux générés par ce projet « pourraient durablement détériorer la vie quotidienne de millions de Français », avait aussi souligné la présidente LR de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, qui y était pourtant favorable au départ. Même prise de position de la maire de Paris, Anne Hidalgo, au lendemain de cette délibération du syndicat francilien.

 La suspension a aussi été réclamée par le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis (Stéphane Troussel, PS), ainsi que par ses homologues de droite du Val-d’Oise et de Seine-et-Marne. Un appel de 100 élus, responsables associatifs et syndicalistes, publié vendredi dernier dans l’Humanité, enjoignait aussi au préfet d’Île-de-France de donner la « priorité aux transports du quotidien », prenant au mot Emmanuel Macron.

Les conditions de transport de 2 millions d’usagers menacées

La création de cette ligne de 32 km, dont 24 km sur des voies déjà empruntées par le Transilien K et le TER Paris-Laon, sur le même faisceau ferroviaire que les RERB et D, aura en effet de lourdes conséquences pour les usagers. Ce chantier serait lancé alors même que de lourds travaux doivent être effectués pour améliorer le trafic sur le RER B après des années de sous-investissement. Il sera en outre très compliqué, matériellement, de mener de front ce chantier et les travaux du Grand Paris Express.

Résultat : un risque de réduction de trafic, de vitesse sur les lignes, voire de suspension de lignes qui ne se limiterait pas aux périodes de moindre trafic (week-ends, été, soirées…), alerte l’association Non au CDG Express. « On est prêts à dégrader les conditions de transport de 2 millions d’usagers pour transporter une population restreinte (environ 17 000 voyageurs, selon les estimations) et aisée, capable de payer un billet estimé entre 24 et 29 euros », dénonce son président Didier Le Reste.

Face à cette mobilisation, le gouvernement a confié au préfet d’Île-de-France, Michel Cadot, une mission pour déterminer les projets prioritaires. Mais ce dernier ne semble pas pour autant décidé à abandonner celui du CDG Express, qu’il a encore défendu bec et ongles dans un entretien accordé lundi au Parisien. « C’est difficile à entendre pour les usagers du quotidien, mais il s’agit d’un argument de compétitivité internationale, explique-t-il. Si Roissy veut rester dans les dix premiers - aéroports mondiaux- et continuer à faire de Paris le moteur du développement du pays, cette liaison est hautement souhaitable. »

 En 2019, le préfet préfère donc défendre la compétitivité que l’intérêt général… On aurait pu lui opposer que la métropole francilienne n’a pas eu besoin de cette nouvelle ligne pour devenir la deuxième région la plus riche d’Europe, en termes de PIB par habitant, devant le Nord-Ouest italien et la région londonienne. Et cela n’a pas non plus empêché cette région d’accueillir 49 millions de visiteurs en 2017… Un record.

Un projet indissociable de la privatisation d’Aéroports de Paris

Alors, pourquoi tant d’acharnement ? Pourquoi l’État s’apprête-t-il, malgré toutes ces oppositions, à gager un prêt de 2,1 milliards d’euros pour financer cette ligne qui sera gérée par un opérateur privé ? Cet entêtement ne peut être « détaché de la volonté du gouvernement de privatiser Aéroports de Paris », dénonce Didier Le Reste. Construire cette ligne coûte que coûte est une manière « d’habiller la mariée » et de vendre à prix fort le deuxième aéroport d’Europe. « À un moment où l’aéroport est en phase de développement, avec un quatrième terminal en projet, cela vise à lui donner les moyens de son accès au centre de Paris », confirme d’ailleurs le préfet Cadot.

Pierre Duquesne

 

Cet article vous est offert par L'Humanité dans le but de vous faire découvrir ses formules d'abonnement. Convaincu(e) ? Abonnez-vous à partir de 1€

 

Voir les commentaires

Fermeture de la maternité de Creil : "Une mise en danger de la vie d'autrui"

16 Janvier 2019, 07:31am

Publié par PCF Villepinte

L'ARS a confirmé la fermeture de la maternité de Creil fin janvier en vue d'un transfert vers le site de Senlis. Malgré l'opposition des personnels concernés, de la population, des élu-es, malgré la démission le 26 décembre dernier du chef des urgences Loic Pen, la décision est tombée : la maternité de niveau 3 va fermer.

 

Cette décision est scandaleuse. La fermeture de cette maternité réalisant plus de 1500 accouchements par an est un cap franchi dans les attaques contre le système public de santé.

Cette décision ne prend pas en compte la spécificité d'un bassin de vie très populaire où près de 40% de la population ne possède pas de véhicule ce qui compromet l'accès aux soins.

Le PCF soutient la décision de certains élu-es de porter plainte pour mise en danger de la vie d'autrui, tel que vient de le faire pas exemple Jean-Pierre Bosino, maire de Montataire.

Le PCF sera de toutes les batailles et de toutes les mobilisations pour sauvegarder la maternité de Creil et ainsi permettre l'accès aux soins des populations.

A l'heure où le Président de la République engage un grand débat avec des questions sur l'avenir des services publics, le gouvernement s'honorerait de mettre en place un moratoire sur les projets de fermeture de services publics et en premier lieu sur celle de la maternité de Creil.

à voir aussi

 

 

 

Voir les commentaires

Ouverture à la concurrence des trains Inter-Cités : un contre-sens historique !

11 Janvier 2019, 07:37am

Publié par PCF Villepinte

Décidément, Macron et le gouvernement Philippe ont l’art du contre-pied, sinon du contresens de l’histoire. Alors que la question des services publics est au cœur du mouvement des Gilets jaunes, que des milliers de cheminots se sont mobilisés contre la réforme de la SNCF, ils ouvrent à la concurrence les lignes Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon.

Les usagers du train n’ont pas besoin de concurrence pour que le service s’améliore et soit de meilleure qualité. Ce qui est nécessaire, c’est que l’État investisse dans les infrastructures, le matériel et les hommes afin de répondre aux besoins de la population. Aujourd’hui, il faut 1h30 de plus pour réaliser Nantes-Bordeaux qu’il y a 10 ans, par manque d’investissement de l’État. Rien qui puisse inciter à laisser sa voiture pour faire ce trajet.

François de Rugy, ministre de l’Écologie, devrait donc, de son côté, plus se soucier des investissements qui sont réalisés dans le ferroviaire que d’assurer de nouveaux profits à des opérateurs privés.

Les lignes Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon ont un vrai rôle d’aménagement du territoire, répondent aux besoins de déplacements quotidiens de salariés et de lycéens, tout comme elles assurent un lien inter-régional (1 million de passagers annuels).

Cette ouverture à la concurrence, à l’instar de l’exemple anglais, va se traduire par une augmentation progressive des tarifs et une dégradation du service, tout en permettant à des promoteurs privés de réaliser des profits. C’est un contresens quand, aujourd’hui, la Grande Bretagne renationalise ses trains à la demande de la population, devant l’inefficacité des opérateurs privés.

Nous refusons cette logique. Ce dont ont besoin nos populations, c’est d’un service public de qualité, qui assure la solidarité territoriale et d’un aménagement harmonieux, en y consacrant les moyens financiers nécessaires.

 

Cécile Cukierman, porte parole du PCF

 

Voir les commentaires

Electricité coupée... en deux ?

14 Novembre 2018, 08:08am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 13 nov. 2018
Temps de lecture : 1 min.
13 novembre dans l'énergie : les raisons de la colère ! Le gouvernement s'acharnerait-il sur l'entreprise EDF au risque de mettre un coup mortel au service public et à l'ensemble du secteur industriel de l'énergie ? C'est ce que semble confirmer les informations émanant de divers médias...

Chacun décrivant un scénario de vente à la découpe de l'opérateur historique imaginé par quelques banques d'affaires et soutenu par les pouvoir public. Un logique rejetée par la fédération CGT des mines et de l'énergie qui y oppose des propositions pour, à l'opposer, répondre aux besoins de la population et de l'activité économique de notre pays... des propositions permettant de redonner du souffle au service public. A l'occasion d'une conférence de presse, Sébastien Menesplier, nous explique les enjeux qui se cachent derrière cette stratégie gouvernementale et les raisons qui conduisent la FNME CGT à appeler les salariés de l'énergie et les usagers à se mobiliser pour faire échec à ce projet.

Voir les commentaires

« Main basse sur l’énergie » 

21 Octobre 2018, 07:08am

Publié par PCF Villepinte

 un film éloquent sur la privatisation du secteur

mercredi 17 octobre 2018

Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence, mais ce projet de démantèlement du service public incarné par EDF remonte en réalité à la fin des années 90, avec la mise en place d’une série de lois libérales.

Hausse exponentielle des factures et accroissement de la précarité énergétique ne sont que la partie visible de l’iceberg et ne doivent pas éluder « le vaste hold-up » qui se déroule sous nos yeux, remplissant les poches d’une infime minorité.

Face aux risques de la marchandisation de l’énergie, il faut réaffirmer la nécessité de revenir à un vrai service public de l’énergie, qui œuvre à l’intérêt général. Ce projet, c’est celui que porte la Fédération nationale CGT des mines et énergies (FNME-CGT, comme le souligne son secrétaire général : « Le droit à l’énergie est tout simplement un droit à la dignité et à la vie. […] C’est en cela qu’il fonde la démarche CGT. »

Ainsi, « Main basse sur l’énergie » se propose de visiter, à travers six épisodes inspirés du feuilleton culte des années 60 « Les Incorruptibles », les années passées où a prospéré une mafia de l’énergie. Ses nouveaux gangsters, ses politiciens plus ou moins véreux et ses résistants : les nouveaux Eliot Ness, garants d’un service public de l’énergie plus que jamais indispensable.

Cliquez ici pour regarder les 6 épisodes du film !
 

Voir les commentaires

EN MARCHE VERS LA MODERNITÉ !

11 Octobre 2018, 18:48pm

Publié par PCF Villepinte

SNCF : les guichets TER seront remplacés par ... des camions ambulants !

En 2020, la fermeture de tous les guichets TER est annoncée par Frank Lacroix, directeur général de SNCF mobilité TER. En lieux et place, un... camion qui sera un bureau de vente ambulant, où 2 à 3 agents seront à bord pour vendre des billets de train !

Mercredi 10 octobre 2018

http://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH444/arton13305-abca7.jpg?1539207887 

En 2020, la fermeture de tous les guichets TER est annoncée par Frank Lacroix, directeur général de SNCF mobilité TER. Il affirme qu’il « ne veut plus voir d’agents derrière leur guichet. Mais, je veux les voir aller à la rencontre des clients. Nous sommes en train de tester ce nouveau dispositif dans les Pays de la Loire. En 2020, il sera déployé partout ».

Ce "nouveau dispositif", c’est ce camion qui sera un bureau de vente ambulant, où 2 à 3 agents seront à bord pour vendre des billets de train entre l’étale de légumes et le vendeur de poulets à la broche. Oui, c’est sur les marchés, les foires, les brocantes qu’on envoi des agents commerciaux aller à la rencontre des "clients". On en est là aujourd’hui c’est clairement la recherche incessante du profit qui est le mot d’ordre plutôt que de faire des missions de services publics.

http://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH436/photo2-4-b8344.jpg?1539207887

A la question de savoir si les gares ne vont pas être déshumanisées, Frank Lacroix s’interroge : « N’est-ce pas déjà le cas quand un agent derrière un guichet vend cinq billets par jour ? Pour faire venir des voyageurs à bord des trains, il faut aller à la rencontre des clients, des entreprises… Il faut introduire une notion de commerce. » Si les usagers ne viennent plus dans les trains et les gares, c’est en réalité parce que l’entreprise a tout fait pour aigrir aussi bien les voyageurs que les agents.

Il n’y a plus aucun respect de l’humain au travail comment veut on faire venir du monde quand on voit que les lignes sont désertées, non entretenues et vidées de ces agents de gare qui apportaient un peu de vie dans des gares isolées et où certaines personnes âgées, des voyageurs perdus, des vagabonds, venaient s’y perdre une heure ou deux à discuter avec des usagers.

Ces travailleurs à qui on va demander de faire des foires pour vendre plus mais leur qualité de vie du fait des déplacements loin de leur domicile ? À l’heure où le carburant est au plus haut et où il faut trouver des alternatives à la voiture, rien de mieux que d’utiliser un camion pour renflouer les caisses. Quelle idée de génie !

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>