Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

sante

Un plan d’urgence pour les hôpitaux publics et les EHPAD

14 Mai 2020, 09:50am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 13/05/2020 par PCF
      https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11876/attachments/original/1589376373/visuel-hopital.jpg?1589376373

300 euros d'augmentation pour tous
100 000 emplois dans les hôpitaux et 100 000 dans les Ehpad


Alors que le gouvernement Macron, ses ministres et experts en tout genre, ont fait preuve de non anticipation, d’incurie et de gestion calamiteuse de la grave crise sanitaire qui percute notre pays et sa population, les personnels soignants, médicaux et non médicaux des hôpitaux, des Ehpad et des soins ambulatoires, ont fait face avec responsabilité, compétences et créativité. Sans protection, sans matériels voire médicaments, elles et ils ont pris les affaires en main, notamment en multipliant les lits de réanimation par deux, alors même que notre système hospitalier, affaibli, déstructuré, manquant de tout depuis de nombreuses années n’était pas le mieux préparé à accueillir des milliers de malades de ce virus inconnu jusqu’alors.

Pendant des mois elles et ils n’ont eu de cesse de manifester, réclamer haut et fort des lits, des emplois, une reconnaissance salariale. Le PCF les a entendu·e·s avec un premier plan d’urgence et un projet de loi déposé par ses parlementaires, en novembre 2019.

Face au silence assourdissant du gouvernement, ils et elles n’ont pas cessé leurs actions jusqu’à la démission de 1 200 responsables médicaux de leurs fonctions administratives.

En novembre 2019, le Premier ministre présente en grande pompe avec A. Buzyn, son « plan urgence hôpital » qui ressemble à une habituelle entreprise de communication : comme nous le demandions au début de l’année, le gouvernement s’engage à verser l’intégralité des sommes mises en réserve, soit 400 millions. Il débloquera 260 millions au début de la crise du Covid-19. Il donne « un coup de pouce » à l’Ondam, soit 300 millions pour 2020. Il concède des primes annuelles selon « l’engagement et l’investissement des personnels », et prévoit de reprendre un tiers de la dette globale des hôpitaux sur trois ans, soit 10 milliards.

Cela ne fait pas le compte ! D’autres choix sont possibles et urgents : l’argent existe !

 L’ARGENT POUR L’HÔPITAL, PAS POUR LE CAPITAL !

Cette exigence, reprise par de plus en plus de voix parmi les personnels et la population, entre en résonance avec l’engagement de Macron, le 13 mars dernier, de mettre en place « un vaste plan d’investissement et de revalorisation des carrières » pour l’hôpital. « En même temps », il commandait une note à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui préconisait de favoriser le secteur privé et la e-santé !!

 Sur le terrain, la mise en œuvre de la loi « ma santé 2022 » se poursuit en pleine crise du Covid-19 : les plans de suppressions de lits et d’emplois, l’opportunité de fermer des services réaffectés provisoirement aux malades du virus, des services d’urgence, de chirurgie, des maternités, des services psychiatriques. Une nouvelle prime de 1 500 euros fait hoqueter de colère les soignants « au front » !

Maintenant et pas le « jour d’après », la démocratie doit s’imposer à tous les niveaux. Les hospitalier·e·s, les élu·e·s dans les villes, les associations, seul·e·s ont fait acte de responsabilité, de prises d’initiatives et de compétences pour faire face au désastre sanitaire. ENSEMBLE, elles et ils sont seul·e·s qualifié·e·s pour faire des propositions à la hauteur des besoins et de l’intérêt général.

Les plans régionaux de santé sont disqualifiés : ils doivent être remis à plat et élaborés démocratiquement, à partir de la réalité d’aujourd’hui, dans toutes les régions et les bassins de vie. Le gouvernement vient de faire adopter une loi de finance rectificative de 110 milliards d’euros, à seul effet de relancer la « machine infernale » de la croissance financière.

Au plan européen, 1 000 milliards sont prévus par la BCE pour soutenir la valeur des titres boursiers.

Les premiers enseignements de la crise sanitaire, avant le déconfinement qui n’a pas d’autre objectif que de remettre tout le monde au travail, nous imposent de créer les conditions du « plus jamais ça ! ».

 Des mesures doivent être prises dès ce déconfinement

A/ Création d’emplois et de formations

• Un plan de création de 100 000 emplois et de titularisation de tou·te·s les contractuel·le·s dans les hôpitaux.

• Un plan de création de 100 000 emplois dès cette année dans les Ehpad pour aller vers un·e salarié·e pour un·e résident·e, soit 300 000 postes à créer en 3 ans.
• Une augmentation de 65 points d'indice pour la fonction publique, pour un équivalent de 300 € net à l'indice moyen. Au-delà et dans le même temps, il est indispensable de réaliser une refonte des grilles indiciaires pour que celles et ceux qui sont sur « la brèche » voient leur rémunération enfin réévaluée en compensation de leur place indispensable dans la société...

• Une augmentation de tous les quotas de formation pour cette rentrée 2020 et un recrutement de 12 000 étudiant·e·s en médecine par an, dès cette année.
• Reconstitution des équipes soignantes, en préservant conditions de travail, de sécurité et de qualité des soins, sur la base d’une collaboration au sein des services et le pouvoir décisionnel des instances représentatives.

B/ Moratoire


• Un moratoire sur toutes les fermetures et restructurations au sein des groupements hospitaliers de territoire (GHT).

• Réinstallation des lits réquisitionnés pour le Covid-19 à leur finalité d’origine et des personnels afférant.
• Maintien des unités de réanimation créées et répartition selon les besoins des territoires.

• Ce moratoire doit permettre une élaboration démocratique de l’évaluation des besoins et des projets médicaux entre organisations syndicales, élu·e·s, et associations citoyennes d’usager·e·s.

C/ Desserrement de la contrainte financière

• Il faut en finir avec les « plans de retour à l’équilibre financier » (PREF), et avec la dette des hôpitaux.
• Reprise de la totalité des 30 milliards de dette hospitalière par la CDC et refinancée auprès de la Banque centrale européenne.

D/ Investissements

La pénurie de masques, de protections, d’appareils respiratoires, voire de seringues révèlent la situation tendue des hôpitaux, aussi bien pour les achats que les investissements courants.

• Reconstitution des réserves hospitalières sous l’autorité des équipes soignantes.

• Par ailleurs, la crise sanitaire a montré l’exigence de reconstituer des filières industrielles pour préserver l’accès en toute autonomie à des biens de santé aussi essentiels que des masques et des appareils respiratoires.
• Evaluation, avec les professionnel·le·s des différentes disciplines médicales, des besoins de production et de contrôle nécessaires au bon fonctionnement de notre système de santé.

E/ Engager la création d’un pôle public du médicament

En lien avec les recherches engagées autour des traitements et du vaccin du Covid-19, il y a urgence à les soustraire à la loi du profit.

Conjointement aux ressources publiques nécessaires (et non pas par des dons des entreprises du CAC 40 !) pour relancer la recherche des CHU, la situation sanitaire d’aujourd’hui et de demain rend indispensable la maîtrise publique et collective de la production et de la distribution des traitements et vaccin utiles à l’éradication du virus. Des choix politiques s’imposent pour engager la création d’un pôle public du médicament au service d’une politique de santé publique.

• Dans l’immédiat, renégociation du prix des médicaments achetés par les pharmacies centrales hospitalières.

Ces premières propositions, imposées par la nouvelle situation sanitaire et pour faire face à l’ensemble des besoins de santé de la population clairement affaiblie, doivent faire l’objet d’un PLFSS 2020 rectificatif et d’un nouveau débat de la loi de finance rectificative portant les besoins de l’économie à 110 milliards d’euros.

Déblocage immédiat de 10 milliards pour les hôpitaux, les Ehpad !

Voir les commentaires

Centres de santé :

14 Janvier 2020, 09:27am

Publié par PCF Villepinte

Les questions de santé et d’accès aux soins sont devenues pour les citoyens le sujet de préoccupation principal aujourd’hui au même rang que le chômage depuis quelques années. C’est lié aux politiques d’austérité néolibérales qui se sont abattues sur le pays et qui ne cessent de réduire les dépenses de santé tandis que les besoins augmentent.

Tous les secteurs de la santé sont touchés : l’hôpital public (réduction du nombre de lits, encombrement des urgences, crise de gouvernance, endettement, manque de personnels, en psychiatrie détricotage de la politique de sectorisation, etc.), la médecine de prévention et de santé publique (quasi disparition de la médecine scolaire, suppression progressive de la médecine du travail, réduction des PMI, diminution de tous les budgets de prévention et de promotion de la santé), insuffisance du financement de l’Assurance maladie, privatisation sournoise, et renoncement aux soins. Les indicateurs concernant l’état de santé de la population montrent une dégradation de celle-ci.

Mais le problème le plus urgent est peut-être maintenant l’insuffisance de professionnels de santé en particulier de médecins. Cette pénurie touche aujourd‘hui tous les territoires : les villes comme les campagnes. Elle participe à la désertification de nombreux territoires. Les gens ne trouvent plus de médecins pour s’occuper d’eux, les rendez-vous sont lointains et les honoraires libres se généralisent et s’envolent. Devant cette pénurie, les patients se retournent vers leurs élus de proximité et la question prend un tour particulier alors que les élections municipales se profilent. En réponse, de nombreux camarades, qu’ils soient candidats non élus ou candidats élus sortants minoritaires ou majoritaires, se sont engagés dans la lutte pour obtenir la création de centres territoriaux de santé de service public. Ils rencontrent des difficultés mais aussi des succès importants dans la mobilisation des gens.

La commission nationale Santé et Protection sociale du PCF a travaillé sur cette question. Elle propose que soit mise en place une politique territoriale de santé et milite pour que soit créé un réseau territorial de centres de santé publics. Déjà en deux ans plus de 48 initiatives ont été prises par les communistes pour la création de tels centres sur tout le territoire et ce sont plus de 71 sections recensées à ce jour qui travaillent sur ces problèmes. Les communistes sont à l’œuvre ; ils organisent la population, créent des associations de lutte, travaillent ces dossiers et rassemblent beaucoup de gens sur ces thèmes populaires. Cela a des conséquences sur les listes de rassemblement qu’ils impulsent pour les prochaines élections municipales.

Le choix de promouvoir des centres de santé répond à une logique : ceux-ci sont ouverts à tous, respectent obligatoirement les tarifs opposables de la Sécurité sociale, pratiquent le tiers payant systématique et proposent une médecine d’équipe. Les professionnels sont salariés, ce qui les éloigne des contraintes et dérives du paiement à l’acte. Ils peuvent porter des programmes de promotion de la santé en fonction d’objectifs locaux adaptés aux populations. Les centres sont un outil de la démocratie sanitaire dans la mesure où les organismes gestionnaires sont dirigés par des représentants des usagers. Ils peuvent se doter, à côté des consultations de médecine générale, de consultations spécialisées orientées vers les besoins sanitaires recensés par les citoyens. Les gouvernements de droite ou socialistes ont proposé ces dernières années des « Maisons de santé » financées par des fonds publics mais restant la propriété des professionnels libéraux. Les professionnels s’organisent alors en fonction de leurs propres besoins. Ce système reste ancré sur le paiement à l’acte et aucun contrôle public n’est possible. Or nous disons : pas de financement public sans contrôle public. Le succès de ces maisons de santé n’est pas au rendez-vous car les jeunes médecins refusent largement cette pratique libérale. Ils ont été formés à la médecine d’équipe à l’hôpital et souhaitent un mode de vie différent : le salariat les attire. Ceci fait que de nombreuses maisons restent des coquilles vides. À l’inverse, le nombre de centres de santé polyvalents a augmenté de 20 % l’année dernière selon les chiffres du ministère.

Dr Michel Limousin, membre de la commission nationale Santé et Protection sociale du PCF

 

 

Voir les commentaires

Réforme des retraites : Le Premier ministre était attendu, il a finalement confirmé le pire

12 Décembre 2019, 08:13am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 11/12/2019 par PCF

Travailler plus longtemps, pensions calculées avec des points et non plus des trimestres, âge pivot à 64 ans avec malus pour un départ avant cet âge… et donc recul de l’âge de départ à la retraite.

Et il ne dit pas un mot sur le blocage des ressources financières à 14% du PIB, confirmant que le cœur de la réforme vise bien à satisfaire des intérêts financiers et le monde des assurances.

La réforme Macron est en fait conçue pour démanteler totalement le système solidaire issu du programme du CNR, pilier de notre système social.

L’universalité est un leurre quand les annonces consistent à opposer les générations entre elles et à sacrifier les nouvelles générations. Si cette réforme était réellement vertueuse, pourquoi le décalage de sa mise en œuvre pour les générations nées après 1975 est-il présenté comme une bonne nouvelle pour celles  nées avant 1975 ?

Aujourd’hui, le pays n’a eu aucune réponse sur sa principale attente : à l’âge de la retraite, quel sera le niveau de ma pension par rapport à mon salaire de fin de carrière ? 

Le pays voit bien que l’objectif de Macron consiste à nous faire travailler toujours plus longtemps pour une pension toujours plus faible. Les rustines proposées, qui additionnent le pas grand chose au trois fois rien, visent à masquer la baisse de 27 % du niveau de pensions qui se profile pour les deux prochaines décennies.

Face au mouvement social et populaire qui s’installe avec force dans le pays et qui s’élargit, une autre réforme des retraites est possible pour répondre aux attentes et aux besoins. Le PCF mettra toutes ses forces dans son élargissement, jusqu’au retrait du projet Macron, et appelle à ce titre la jeunesse, particulièrement visée par les annonces du Premier ministre, à s’engager dans cette bataille.

Voir les commentaires

URGENCES HÔPITAL

25 Novembre 2019, 10:10am

Publié par PCF Villepinte

 

Quand l’hôpital devient le patient, rien ne va plus. La santé de la population est en jeu. Et pourtant, nous continuons à être soignés, mais à quel prix ? Les personnels en paie le prix fort au point de ne plus pouvoir assurer leurs missions.

Dans les services d'urgence, ça déborde de partout ! En chirurgie, médecine, spécialités, on manque de lits, de personnels, de médicaments. Et malgré cela les patients sont accueillis, soignés, opérés avec des techniques de plus en plus pointues et des résultats satisfaisants. Comment cela est-il possible ?

Point de vue de Jean-Luc Gibelin 

Directeur d'hôpital, membre de l'UFR-CGT Santé et Action sociale, administrateur CGT de la CNRACL, Jean-Luc Gibelin précise les éléments nécessaires à un meilleur service public de la santé.

« Oui, l’Hôpital crie de souffrance, la santé et le médico-social sont en crise ! Que faut-il donc ? La reconquête, la modernisation, la diversification, le développement d’un grand service public de santé et du médico-social. Au-delà du slogan, il y a quelques aspects précis.

- Un plan de création d’emplois et de formation de grande ampleur et sur la durée. En effet, il faut engager, au moins sur cinq ans ou mieux sur dix ans, une augmentation significative des formations des professions médicales (médecins généralistes, spécialistes, médecine douces, sages-femmes, médecine du travail) et paramédicales (infirmières, aides-soignantes, kinésithérapeutes, orthophonistes, diététiciennes, psychomotriciennes, préparatrices en pharmacie hospitalière, manipulateurs en électroradiologie, etc. ), mais plus largement des personnels intervenant dans le domaine sanitaire et médico-social. Cela passera aussi par des lieux de stages durant les formations, un renforcement des personnels d’enseignement pour assurer ces formations qualifiantes.

- Un moratoire sur les fermetures de services et d’hôpitaux avec la réouverture d’unités fermées. Des évolutions sont naturelles, les modes d’hospitalisation évoluent, les attentes des usagers, des ayants-droit à la santé se modifient, mais il est indispensable d’avoir des structures. La solution ne peut pas être le « renvoi » à domicile sans prise en charge.

- Une meilleure articulation entre la « ville » et l’hôpital pour faciliter le passage d’une structure à l’autre, d’un mode de prise en soins à un autre. Cela impose aussi d’avoir rapidement des structures publiques de maintien à domicile, d’hospitalisation à domicile, de prise en charge ambulatoire en ville.

- Une réponse digne à la perte d’autonomie tant en institution qu’à domicile avec un vrai service public, des personnels qualifiés en nombre suffisant, etc.

- Une démocratie participative et citoyenne dans et hors des établissements sanitaires et médico-sociaux. Dans le fonctionnement des établissements, les personnels, leurs représentants doivent être clairement et formellement associés aux grandes décisions, aux choix stratégiques, aux suivis budgétaires. En dehors du fonctionnement des établissements, il faut mettre en place des structures de démocratie citoyenne avec trois collèges (celui des ayants-droit à la santé, des usagers, des « patients », celui des professionnels d’exercice public ou privé et celui des élus) pour trois missions à trois niveaux : faire s’exprimer les besoins de santé pour être en permanence en prise avec le réel, être le lieu dans lequel les propositions pour répondre aux besoins seront présentées par les structures sanitaires et médico-sociales, enfin -et ce qui manque le plus dans ce pays- être le lieu de contrôle démocratique de la mise en œuvre des réponses aux besoins exprimés. »


 

Voir les commentaires

Mesures d’urgence pour la santé et les hôpitaux -

18 Octobre 2019, 09:11am

Publié par PCF Villepinte

Mettons fin à la souffrance hospitalière et répondons aux besoins de nos concitoyens

Par Laurence Cohen  et  Le groupe CRCE  /

14 octobre 2019

Le 10 janvier 2018, à l’invitation des parlementaires communistes, plus de cent personnes étaient réunies pour une rencontre autour du thème « Hôpital en danger, politique à refonder ». Des dizaines et des dizaines de témoignages de souffrance terriblement poignants se sont succédé, livrés par un personnel hospitalier, qui à bout de souffle et à bout de bras, fait encore se tenir debout nos hôpitaux et EHPAD publics.

Face à cette détresse, les parlementaires communistes ont décidé de transformer ce temps fort en un « Tour de France des hôpitaux et des EHPAD ». Cette initiative a donné lieu à la visite de 150 établissements aux quatre coins de l’hexagone et dans les territoires d’outre-mer, et permis de rencontrer des milliers de personnes : agentes et agents hospitaliers, chef.fe.s de services, syndicalistes, usagers, membres des directions.

https://senateurscrce.fr/local/cache-vignettes/L398xH562/ppl19-024_une-ea151.png?1571045038

De ces visites et ces échanges, les mêmes constats ressortent : celui de la souffrance et de l’impression de mettre en application une logique de devoir « toujours faire plus avec moins ». Ces rencontres sont venues confirmer que le système de santé dans son ensemble, et plus particulièrement l’hôpital, est en crise et que son personnel a besoin de parler et de se faire entendre.

Épuisés par les politiques d’austérité successives, les personnels hospitaliers évoquent principalement le manque de moyens humains et matériels, ainsi que la perte de sens de leur travail. La grève menée par les services d’urgence depuis mars 2019 est le symbole particulièrement visible de ce mal-être.

À l’heure où cette proposition de loi est déposée, plus de la moitié des services d’urgence de France sont en grève. Et les quelques annonces du gouvernement sont loin de calmer la crise, car elles ne répondent absolument pas à la gravité de la situation.

Voir les commentaires

EHPAD, soins à domicile : le gouvernement doit répondre aux besoins !

11 Octobre 2019, 07:01am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

CGT PROTECTION SOCIALE

4 Octobre 2019, 07:14am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Mobilisation à Rouen suite à l'incendie de Lubrizol

1 Octobre 2019, 12:17pm

Publié par PCF Villepinte

 

CGT 

Publié le 30 sep 2019

Temps de lecture : 2 min.

À l'initiative de la CGT, plusieurs organisations appellent la population à manifester devant le palais de justice de Rouen le mardi 1er octobre à 18 heures.

Pour exiger la transparence totale de la préfecture, des différents services de l’État et des autorités judiciaires sur l’incendie de Lubrizol…  Pour exiger le renforcement de l’indépendance et des moyens des institutions de contrôle pour les installations classées et de l’inspection du travail… Pour que l’entreprise concernée et le gouvernement assument leurs responsabilités, en particulier financières, dans la mise en place d’un suivi médical des populations et des salariés exposés à la suite de cette catastrophe, dans le nettoyage et la dépollution de l’ensemble des zones concernées… Pour s’opposer à tout licenciement, à toute fin de contrat pour les salariés du site, ceux de la sous-traitance ou des entreprises situées à proximité du site.


À l’initiative de la CGT, une manifestation unitaire est organisée à l’appel des organisations CGT – Solidaires – FSU – Attac – France Nature Environnement – Greenpeace Rouen – Youth for climate Rouen – Stop EPR – Alternatiba – ANV COP 21 Rouen – Association Henri Pezerat – Syndicat de la médecine générale – Confédération paysanne – Fédération syndicale étudiante Rouen – Mouvement national lycéen 27 – FCPE 76 – Générations futures – CDLF Rouen – DAL – LDH – Enseigner à vivre – PCF – France insoumise – EELV – NPA… Elle se tiendra devant le palais de justice de Rouen le mardi 1er octobre à 18 heures.

Télécharger le tract

Voir les commentaires

La santé un bien commun. Signer la pétition www.urgencesante.org

8 Juillet 2019, 11:19am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Pétition urgence santé: www.urgencesante.org

7 Juillet 2019, 08:32am

Publié par PCF Villepinte

 

 PCF Juin 2019

Après l'Assemblée nationale, le Sénat a adopté mardi 11 juin le projet de loi relatif à « l’organisation et à la transformation du système de santé » porté par Mme BUZYN.

Les débats ont eu lieu alors que plus de 100 services d’urgence en grève dénonçaient la maltraitance institutionnelle due au manque de moyens humains et matériels pour prendre en charge les usagers dans les conditions minimales de sécurité, et le malaise qui sévit parmi les professionnels de santé qui portent à bout de souffle et à bout de bras l’hôpital public.

Les sénateurs ont retoqué l’allongement du délai de recours légal à l’IVG (de 12 à 14 semaines) qui serait une avancée considérable pour les droits des femmes traversant l’épreuve difficile d’une grossesse non désirée.

Le texte de loi prévoit la création d’hôpitaux de proximité qui ne disposeront ni de service de chirurgie, ni de maternité, ni de service d’urgence.

Le rapport annuel de la Cour de Comptes publié en février dernier recommande « une restructuration des services dont la faible activité, notamment en nuit profonde, ne permet plus d’assurer la permanence des soins dans des conditions financièrement supportables ».

Ce qui signifie clairement la fermeture des services d’urgence de proximité entre minuit et 8h...

Nous sommes aujourd’hui en droit de nous inquiéter sérieusement de l’avenir des urgences de l’hôpital de Saint Céré, qui assure l’accès aux soins H24 pour toute la population du Nord du département.

Les parlementaires communistes ont lancé une pétition en ligne à signer et faire signer sur www.urgencesante.org pour exiger d’urgence l’arrêt des fermetures de lits, de services d’urgences et de maternité.

Lydie LYMER

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>