Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

politique

Le PCF franchit une nouvelle étape vers 2022

14 Mars 2021, 07:54am

Publié par PCF Villepinte

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel @- AFP - CHARLY TRIBALLEAU

L'Humanité secrétaire national du PCF Fabien Roussel @- AFP - CHARL Samedi 13 Mars 2021

Julia Hamlaoui

En vue de sa conférence nationale du mois d’avril, le conseil national du PCF a adopté ce samedi un projet de texte d’orientation pour les élections présidentielle et législatives. La direction de la formation s’est majoritairement prononcée en faveur d’une candidature communiste. Fabien Roussel a confirmé sa disponibilité.

Le PCF prépare activement sa conférence nationale du mois d’avril durant laquelle sa stratégie pour les élections présidentielle et législatives de 2022 sera débattue. Ce samedi, son Conseil national a adopté le texte qui servira de socle à ces échanges. Le document propose une candidature communiste pour la présidentielle et un «pacte dengagements» aux autres forces de gauche en vue des législatives.

Avec un objectif: «contribuer au surgissement du très grand mouvement populaire qui fait défaut au pays depuis tant d’années pour le débarrasser du pouvoir en place, battre la droite et l’extrême droite, créer les conditions du changement tant attendu par des millions d’hommes et de femmes».

«Nous avons une grande ambition pour le pays, nous entendons de toutes nos forces agir en faveur dune politique qui tire jusquau bout les leçons de la pandémie et qui semploie à conjurer la crise dévastatrice qui sannonce dès à présent», résume Christian Piquet, en charge de la commission de rédaction de ce texte.

«Le choix, en 2022, ne saurait se réduire au duo Macron-Le Pen, ni à la nécessité de consentir à des opérations de sommet bâclées, ne permettant pas de répondre aux exigences populaires. Ne nous laissons pas prendre au piège institutionnel qui réduit l’enjeu de la présidentielle à son second tour», invite le texte estimant que «le rôle du PCF est décisif» pour «créer les conditions dune alternative de gauche sappuyant sur le mouvement populaire».

Lançant un «appel» au «monde du travail et de la création, à la jeunesse, à toutes les femmes et à tous les hommes de gauche, à celles et ceux qui sont en colère ou qui attendent des réponses à leurs aspirations», il résume la vocation dune candidature communiste: à savoir «proposer une nouvelle offre politique, enclencher une véritable dynamique de changement à partir de l’élection présidentielle, favoriser ce faisant le rassemblement autour dune perspective de transformation de la société, construire les conditions d’une nouvelle majorité politique de gauche».

Face au piège du présidentialisme, cette candidature irait de pair, propose encore le texte, avec «un pacte dengagements législatifs communs pour une majorité de gauche à lAssemblée nationale» avec «toutes les forces qui sy montreront prêtes, en lien avec le mouvement populaire, et sur la base de mesures remettant en cause les logiques capitalistes». En clair: la candidature communiste, qui sajouterait à celle déjà déclarée de Jean-Luc Mélenchon (FI), à celle à venir d’EELV et à celle plus que probable du PS, ne fermerait pas la porte à un accord pour les élections législatives.

En parallèle, un appel interne à candidature en vue de la présidentielle a été lancé et, pour l’heure, trois prétendants se sont fait connaître: Emmanuel Dang Tran, Grégoire Munk, et Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF.

Ce dernier a également fait part de sa proposition par courrier aux militants communistes. «Je suis prêt. Pas pour une candidature de témoignage. Pas pour faire de la figuration. Mais pour faire le score le plus important qui soit, créer une dynamique. Je suis prêt à m’engager parce que j’ai la conviction que notre pays, la gauche en a besoin, a besoin d’un projet et de propositions révolutionnaires, populaires, à la hauteur de la crise que nous vivons», a-t-il expliqué samedi.

«Je veux pouvoir présenter notre projet aux Français pendant la présidentielle et en même temps, dialoguer avec les autres forces politiques de gauche pour construire avec elles un pacte en vue des législatives car aucune force politique ne sera majoritaire toute seule à l’assemblée nationale», poursuit le député du nord qui estime également que «repousser notre choix au dernier trimestre, cest trop tard pour être en campagne, pour réussir à prendre toute notre place dans le débat, alors même que d’autres candidats seront déjà en campagne depuis des mois».

La décision de la direction du PCF ne va cependant pas sans débat. Tout en saluant un «climat fraternel» après les tensions provoquées par ces questions lors de la dernière présidentielle et du 38 econgrès, «il ny a pas dhomogénéité», a souligné la sénatrice Éliane Assassi qui coordonne avec Christian Picquet la commission en charge de la rédaction du texte d’orientation.

Deux propositions soumises au vote samedi n’ont pas été retenues mais pourraient refaire surface dans les prochaines semaines. La première, défendue notamment par le député André Chassaigne, l’économiste Frédéric Boccara ou la responsable à l’organisation régionale Evelyne Ternant, résout de ne concrétiser la démarche de rassemblement en vue des législatives qu’à l’issue de la présidentielle. La seconde présentée par le président du conseil national, Pierre Laurent, incluait une «clause de revoyure» aux choix opérés, dans l’éventualité où les «conditions politiques le permettent et le nécessitent».

Le document soumis au débat comprend d’ailleurs une «option alternative» sur la stratégie à adopter pour 2022. Celle-ci préconise «le choix dune démarche dalliance et de coalition, dans la clarté dun projet de rupture», dès «le premier tour de l’élection présidentielle, et indissociablement aux élections législatives». «Pour y parvenir, nous nous proposons dinterpeller et de rencontrer forces de gauche et acteurs du mouvement social pour construire une stratégie partagée» autour de «10 mesures majeures» et dune «majorité parlementaire respectueuse de la diversité de la gauche et du mouvement social». 

Puis «sur la base de cette démarche partagée, convenir du nom qui figurera sur le bulletin de vote à la présidentielle». Ses partisans arguent du risque de voir la gauche à nouveau éliminer du second tour et des rassemblements possibles lors dautres scrutins, notamment aux régionales. Minoritaire au sein de la direction communiste, cette option a recueilli 45 voix, contre 68 pour une candidature communiste (et 18 abstentions).

Les deux options s’inscrivent dans un texte qui brosse, outre le contexte politique tel que l’analysent les communistes, une série de «choix de transformations révolutionnaires pour sortir de la crise». Allant d’«un nouvel âge de la Sécurité sociale» à «une révolution du travail et de lemploi, avec en son cœur lidée de sécurité de lemploi et de la formation» en passant par «un nouveau mode de production et de consommation, liant transition écologique, réindustrialisation, nouvelles coopérations internationales», liste, parmi une dizaine de points clés, Christian Picquet.

«Ces objectifs vont de pair avec les moyens permettant de les arracher: la nécessaire prise de pouvoir sur le capital et une refondation de la démocratie, avec de nouveaux pouvoirs pour les citoyens et les salariés, dans la perspective dune VI e République», ajoute-t-il, y voyant «loriginalité de la démarche» communiste pour 2022.

Désormais, ce sont les militants qui ont la main localement. Le texte sera soumis à leur discussion en vue de la conférence nationale des 10 et 11 avril qui doit réunir 1000 délégués, par un système de réunions décentralisées en visio. «Cest loccasion de montrer que la démocratie est bien vivante, quelle peut et doit vivre», espère Fabien Roussel. Cette assemblée se prononcera à son tour mais les militants communistes auront le dernier mot lors d’un vote du 7 au 9 mai.

 

 

Voir les commentaires

Révélation. La fachosphère s'infiltre dans les bibliothèques

23 Février 2021, 08:30am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Mardi 23 Février 2021

Sophie Joubert

ENQUÊTE. La ville du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, annonce l’achat de 4 000 ouvrages référencés par l’association Alexandre et Aristote, créée par une proche d’Éric Zemmour et subventionnée par la mairie. Une intervention inquiétante dans la politique documentaire des médiathèques.

La photo de famille date du 29 janvier dernier : au centre, le maire ex-LR (1) du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, entouré de son directeur de cabinet, Vijay Monany, proche de l’extrême droite, de Sarah Knafo et Alexandre Galien, fondateurs d’Alexandre et Aristote. Devant des bibliothécaires médusés, se déroule à la médiathèque Édouard-Glissant une présentation de l’association à laquelle la mairie vient d’accorder une subvention de 20 000 euros.

Quelques jours plus tard, c’est au tour des enseignants du lycée technique Aristide-Briand de rencontrer les créateurs de ce nouvel outil de promotion de la lecture. L’idée est simple : « Dis-nous qui tu es, nous te dirons quoi lire ! » clame la page d’accueil du site d’Alexandre et Aristote, qui renvoie vers des sites marchands (Fnac, la Procure et Amazon, remplacé par Place des libraires).

Recherche orientée

En quelques clics, l’utilisateur doit répondre à un questionnaire sur ses habitudes de lecture (dans le métro, au café ou à la plage), et sur ses centres d’intérêt. Quatre rubriques sont proposées : « Renforcer ta culture politique », « Réussir ton concours et tes études », « Lire de belles histoires », « Te cultiver tout simplement ». Le tutoiement de rigueur s’adresse clairement aux jeunes, que l’association souhaite « guider dans (leur) parcours intellectuel ».

En poussant un peu plus loin la recherche, on se rend compte que l’algorithme, qui fonctionne avec une base de 8 000 ouvrages, a le cœur très à droite. À la rubrique « Culture de droite », en activant le filtre « Politique », on ne tombe pas sur les mémoires du général de Gaulle ou sur les livres de Raymond Aron mais sur ceux de Jean Raspail, Éric Zemmour, Eugénie Bastié et Henri Guaino.

Plus étonnant, en cliquant sur l’icône « Culture progressiste » (illustrée par un drapeau LGBT), le site nous oriente vers les mêmes ouvrages, auxquels s’ajoutent ceux d’Édouard Philippe et de Philippe Séguin. Le nom de Gustave Le Bon, auteur de la Psychologie des foules (dont s’est inspiré Mussolini), apparaît en bonne place dans plusieurs rubriques.

Aucune concertation avec les professionnels

Contactés par téléphone, Sarah Knafo et Alexandre Galien se défendent de privilégier les ouvrages de droite : « Nous avons établi cette liste à partir de nos bibliothèques respectives, nous avons le sentiment que c’est plutôt paritaire. » S’ils ont refusé de nous communiquer leur bibliographie, ils nous ont en revanche envoyé « quelques exemples » censés correspondre aux goûts supposés d’une journaliste de l’Humanité :   le Manifeste du Parti communiste, Sociologie du genre, une biographie d’Elsa Triolet et Lili Brik…

Voir les commentaires

L'Humanité

8 Février 2021, 08:16am

Publié par PCF Villepinte

 
 
 
Retrouvez ci-dessous une sélection d'articles parus ce jour sur l'Humanite.fr.
A lire, A découvrir.
La rédaction
 
 
Palestine. La justice internationale va enquêter sur les crimes de guerre d’Israël
 
La Cour pénale internationale s’est dite compétente, vendredi, pour instruire les affaires d’exactions commises dans les territoires occupés et pourra cibler la colonisation. La reconnaissance de la Palestine comme État non membre de l’ONU porte ses fruits.
 
Lire la suite
 
« La République s’est lepénisée » : entretien avec le sociologue Ugo Palheta
 
Auteur de « la Possibilité du fascisme », Ugo Palheta estime que, si les « sondages ont pour fonction d’encadrer le débat », le plafond de verre pour le Rassemblement national n’existe pas pour autant. Entretien.
 
Lire la suite
 
Science appliquée à la santé : quelles politiques de recherche pour prévenir d’autres pandémies ?
 
La crise du Covid-19, dont le raté du vaccin en est l’exemple effarant, met en lumière les difficultés du système de recherche français. Que faut-il revoir ?
 
Lire la suite
 
Théâtre. À Mayotte, même les enfants n’ont plus d’espoir
 
Adapté par Alexandre Zeff, Tropique de la violence, roman de Nathacha Appanah, brosse avec rage et passion le portrait d’une jeunesse perdue.

Voir les commentaires

Éradiquer le chômage et s'attaquer à la pauvreté

18 Janvier 2021, 08:01am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

2021, une année à inventer

2 Janvier 2021, 12:09pm

Publié par PCF Villepinte

À l’aube de l’année nouvelle, nous présentons à chacune et chacun nos vœux pour que l’année qui vient puisse être meilleure que celle qui s’achève.

Patrick Le Hyaric  l'Humanité

À part les grands argentiers abonnés à la Bourse, les firmes numériques ou pharmaceutiques qui ont trouvé dans les événements l’occasion d’affermir leur pouvoir, l’immense majorité des citoyens du monde souhaite refermer l’affreux chapitre de cette année 2020. Tout en ayant une pensée émue et solidaire pour celles et ceux d’entre vous qui ont perdu l’un de leurs proches, nous vous adressons nos vœux de bonheur, d’épanouissement individuel et collectif, sans oublier cette santé si précieuse. L’actualité nous a justement rappelé cette phrase d’Héraclite: «La santé de lhomme est le reflet de la santé de la Terre.» Malheureusement, les mois qui viennent s’annoncent encore et toujours pris dans les griffes de cette pandémie qui sape les fondements de ce que l’on est en droit d’attendre de notre commune humanité. Le bonheur, il faudra aller le chercher, le débusquer par un surcroît de fraternité et de solidarité, par les luttes que le contexte exacerbe entre ceux qui vivent de leur travail et ceux qui l’exploitent, comme dans les niches de bien-être que la vie sait parfois nous réserver.

Au-delà, la violence de la lutte des classes menée par les forces du capital appelle à une union populaire de type nouveau contre l’exploitation renforcée du travail, les privations d’emploi, la précarité et la pauvreté galopantes, pour que les artistes et les créateurs puissent enfin sortir du silence auquel les contraint le pouvoir, et pour que la jeunesse, déjà privée des relations sociales et charnelles, cesse d’être la variable d’ajustement d’un «marché de lemploi» atrophié.

Les combats nouveaux doivent intimement mêler régénération démocratique, création d’une garantie sociale du travail et des formations, respect des animaux, des espaces naturels et de la biodiversité et lutte courageuse contre les causes du changement climatique. La considération nouvelle devant être à la santé appelle tout à la fois une transformation des systèmes de santé et une nouvelle approche des manières de produire, de consommer, de travailler, de valoriser et d’élargir les biens communs publics, de respecter la nature. Le travail comme la nature ne doivent plus être considérés comme des «coûts» à compresser dans la meule capitaliste mais comme des apports de richesse essentiels pour le vivant et la vie, lhumain et la nature.

Le capitalisme tournera toujours le dos à ces objectifs. Le moment est donc à lancer un fécond et fraternel débat pour ouvrir le chemin au post-capitalisme, pour un partage des avoirs, des pouvoirs et des savoirs. Ce que nous appelons communisme et que d’autres désignent autrement, tout en partageant son ambition émancipatrice. C’est pour porter avec vous ces décisifs débats et soutenir les grands combats de l’heure pour les libertés, l’antiracisme, la paix, le désarmement et le mouvement féministe mondial que l’Humanité veut se rendre plus utile encore dans l’année qui vient. En ce sens, nous projetons d’ici quelques mois, après vous avoir consultés, d’améliorer encore les contenus et la présentation de l’Humanité, de l’Humanité Dimanche et de notre plateforme humanite.fr

Alors, si 2021 était l’année des surprises, du refus de la fatalité, du sursaut populaire? Malgré tant dincertitudes et devant tant de combats à mener, lunion populaire peut frayer son chemin si la colère se transforme en espoir. Et si, ensemble, on inventait 2021?

 

Voir les commentaires

le centenaire du PCF

19 Décembre 2020, 10:38am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Fabien Roussel : "Le capitalisme a fait tant de mal aux hommes et à la planète"

14 Décembre 2020, 07:53am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

BESOIN DE COMMUNISME

12 Décembre 2020, 08:12am

Publié par PCF Villepinte

Je le veux !

 

 

Avec ce numéro spécial publié à l’occasion du 100e anniversaire du Parti communiste français, l’Humanité a voulu explorer l’idée et la pratique communistes, leur passé, leur présent et leur avenir, en donnant à saisir leurs ressorts, à voir et comprendre les expériences qui s’en réclament, tout en sondant, dans le mouvement réel, leur potentialités futures. Le communisme a de l’avenir. À chacune et chacun de nous de lui donner substance et consistance dans les combats présents et à venir.

Ces pages vous y engagent. Format 20x26 - 124 pages - Dos carré collé

 

Voir les commentaires

Mac Macron, incarnation de l’ultradroitisation.

4 Décembre 2020, 07:55am

Publié par PCF Villepinte

Ordolibéralisme(s)

https://1.bp.blogspot.com/-K7Lh0kl-_qs/X8kIvWSktDI/AAAAAAAAGTg/zoT3koShtmYpvho5JW0bkkcsforyaFLoACLcBGAsYHQ/s320/887288-prodlibe-emmanuel-macron-a-lyon.jpg

Définition.

 «Je demande à tout homme qui pense de me montrer ce qui subsiste de la vie», disait Baudelaire. Même les plus jeunes, ceux qui, en somme, n’ont pas connu d’autres époques, se demandent précisément où s’est enfuie «la vie», et où veut en venir ce qui l’a remplacée. Face au spectacle bestial qui maintient l’intelligence collective à des crocs de boucher, une question se pose donc: le génie français est-il mort, ou se trouve-t-il seulement étouffé par le monstre technocratique qu’est devenu l’État, lui-même confisqué par ces élites froides qui ont affaibli toutes nos souverainetés jusqu’à les dissoudre dans l’acide financier et les poubelles de la Toile?

Tout est toujours affaire de regard, mais ceux à qui il reste des yeux pour voir se passent très bien des états d’âme. Un peu de mémoire. Il y a quelques années, quand l’expression «ordolibéralisme» a resurgi du néant, nous avions recherché ses fondements dans les livres d’histoire pour apprendre ceci: un courant de pensée libéral développé à la Freiburger Schule (école de Friburg), en Allemagne, dès les années 1930, selon lequel la mission économique de l’État est de créer et de maintenir un cadre normatif permettant la concurrence libre et non faussée entre les entreprises. Définition parfaite. Et totalement appropriée à ce que nous vivons.

Techno. 

Ce que nous ne savions pas, en revanche, c’est qu’un nouveau président élu incarnerait la posture au-delà de ce que nous pouvions imaginer, achevant un cycle entamé plus tôt durant lequel la France a cessé d’être gouvernée, pour être administrée par une caste de technocrates arrogants qui regardent le pays comme une entreprise, ruinant l’appareil d’État dans le but d’asseoir leur propre pouvoir. Mac Macron est l’incarnation de cette toute-puissance délirante et hystérique. Résultat? Son ordre injuste a créé un désordre inouï, marqué du sceau de l’agressivité permanente – sans parler de cette condescendance méprisante, entre la posture du roi de France et le mauvais de Gaulle, qui assigne les citoyens au rang de sujets de Sa Majesté. Ce que chacun constate désormais.

Quant au fameux «en-même-temps», le chroniqueur de France Inter Thomas Legrand expliquait joliment cette semaine qu’il s’agissait d’«une méthode, pas un but». Et il ajoutait: «Tout comme En marche est un moyen de locomotion, pas une destination.» Mac Macron en a sûrement pris conscience, un espace politique durable ne s’occupe pas uniquement par un casting gauche-droite (gauche acceptable, droite qui tache), des mots de techno ayant réponse à tout, et quelques actions symboliques qui font hurler de rire les «Républicains» du sérail.

 

Marchepied. 

Le prince-président, inventeur d’un «macronisme» impossible à définir véritablement, est à la croisée des chemins. Tel un général d’armée, il tente de quadriller le terrain, guettant l’ennemi, mais sans jamais regarder l’horizon. Lui qui vantait durant sa campagne présidentielle une «société de la bienveillance», nous sommes entrés, tout au contraire, dans ce qu’il appela un jour la «société de vigilance». Chers citoyens, ayez peur, surtout ayez peur, cultivez vos peurs… Sauf qu’une société de la peur produit le pire.

Le bloc-noteur l’a déjà souligné: n’oublions jamais que la stratégie mortifère de Mac Macron en vue de 2022 consiste à rester en tête-à-tête avec les nationalistes. Il a choisi son assurance-vie, Fifille-la-voilà. Un piège tendu à toute la société pouvant mettre en péril la démocratie, sinon la République elle-même. Une sorte de marchepied au Rassemblement national et aux réactions identitaires. Sa triangulation idéologique – se placer «au-dessus et entre» la droite et la gauche de l’échiquier – se retourne contre lui. Car l’ultradroitisation est à l’œuvre. Au point de donner raison à ceux qui osent répéter que nous sommes saturés par le duo «Marine Macron et Emmanuel Le Pen»… 

 

[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 4 décembre 2020.]

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin

 

Voir les commentaires

Le PCF lance les travaux de son 39° congrès

9 Novembre 2020, 10:47am

Publié par PCF Villepinte

 

Crises multiples, élections de 2022… les sujets majeurs ne manquent pas et le Parti communiste a décidé d’engager sans tarder les débats de son 39e congrès.

Malgré la pandémie, le PCF a commencé ce week-end à s’atteler à son prochain congrès. «Statutairement, il devait déjà se tenir en 2021 et la situation mondiale et nationale, à bien des égards historique, le rend dautant plus indispensable», souligne Christian Picquet. Responsable du pôle «mouvement des idées», il était en charge de présenter, lors du conseil national de la formation, ce samedi, les «quatre grands thèmes de débat» proposés à lordre du jour du futur rendez-vous.

Au menu de ce 39e congrès du PCF, doit ainsi figurer, au rang des questions de fond, «la crise de civilisation à l’échelle internationale totalement révélée par l’épidémie de Covid-19». Celle-ci «sarticule avec une crise de la globalisation capitaliste engendrant un chaos politique et idéologique», dans lequel «le communisme est plus que jamais un horizon d’avenir», détaille Christian Picquet. Lanalyse de «lenchevêtrement en France des crises sanitaire, économique, sociale et politique, face auxquelles aucune réponse progressiste nest ni à la hauteur ni crédible», sera aussi au cœur des échanges du congrès, qui devraient tout autant porter sur le «projet novateur pour la France quoppose le PCF».

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>