Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

logement

Rapport mal-logement 2011

1 Février 2011, 18:50pm

Publié par PCF Villepinte

 

A nouveau la Fondation Abbé Pierre attire l’attention sur le scandale du mal –logement en France : 3 ,6 millions de personnes, soit 100.000 de plus que l’an dernier, sont confrontées à la précarité en ce domaine.En réalité , comme le souligne également la Fondation Abbé Pierre, ce sont des millions de personnes qui vivent dans des conditions de logement inadmissibles à notre époque et dans un pays tel que le notre, ce que le Conseil de l’Europe avait d’ailleurs dénoncé en juin 2008.Au drame que vivent déjà ces millions de personnes s’ajoute la cruauté des expulsions locatives .Leur nombre ne cesse d’augmenter à la suite de l’envolée des impayés de loyers dus à l’augmentation du chômage et des difficultés à vivre que la crise aggrave lourdement.Cette situation n’a rien d’une fatalité.Elle résulte des choix politiques et économiques du gouvernement de la Droite qui a décidé de sacrifier le logement social ,comme il sacrifie les services publics et la solidarité nationale, au profit des intérêts égoïstes du privé.Le prélèvement et véritable hold up de 340 millions d’euros sur trois ans, sur les organismes HLM, comme la diminution du budget en faveur du logement social passant de 850 millions d’euros en 2008 à 480 millions en 2010, tendance qui va se poursuivre, le montrent suffisamment.Quant à l’intention de faire en sorte que les locataires deviennent propriétaires ce n’est qu’un leurre pour permettre à l’Etat de se désengager encore d’avantage et un piège quand on sait que les copropriétés ont de plus en plus de difficultés à faire face aux charges.Le logement est devenu le premier poste de dépense des ménages, représentant plus de 25% de leurs ressources.Il est donc urgent d’imposer une autre politique du logement.Le PCF propose de réorienter dès maintenant les finances publiques en vue de la construction de logements accessibles à tous au lieu de favoriser le logement privé spéculatif.Il propose également la construction d’un grand service public national, décentralisé, structuré autour d’un pôle public financier,d’une agence nationale foncière et d’une entreprise publique de la construction pour mettre en œuvre une véritable Sécurité Sociale du logement correspondant aux besoins des familles et à leurs moyens de contribution.

Ouvrir un compte

Voir les commentaires

LE SCANDALE EFIDIS

24 Janvier 2011, 13:32pm

Publié par PCF Villepinte

Fontaine-Mallet-effidis-012.jpgLes résidents de la Fontaine Mallet sont traités de façon indigne par le bailleur EFIDIS.  Malgré les multiples interventions de l’association des locataires, des habitants relais, des locataires en colère et de la municipalité, la société EFIDIS fait peu de cas des situations insupportables vécues par les résidents. Depuis de trop nombreux mois, les habitants du quartier subissent le bruit, la poussière ou la boue, la succession anarchique des travaux et les malfaçons. Au niveau des appartements rénovés, la situation est également insupportable. Les nouveaux carrelages jaunissent déjà,  il manque des joints d’étanchéité, les salles de bains ne sont pas conformes au code d’assainissement de Seine ST Denis et autres codes. Des fissures apparaissent dans certains logements, dans d’autres il y a des moisissures ou de l’humidité. Les dallages contenant de l’amiante n’ont pas été remplacés. Les nouveaux pavillons construits ont des défauts d’étanchéité des toitures, les portes d’entrée se déforment.

Des engagements non tenus

Compte tenu des travaux Efidis s’était engagé à faire un geste commercial. En juillet les loyers ont été augmentés. Les coûts de l’eau et de l’eau froide ont été aussi sensiblement augmentés. Alors que les problèmes d’eau chaude et de chauffage perdurent. Et pourtant, le bailleur EFIDIS encaisse allègrement les loyers,  les subventions de l’Etat, de la région, du département et de la municipalité.

Les communistes de La Fontaine Mallet qui soutiennent pleinement les légitimes interventions des locataires en colère, demandent que la société EFIDIS  prenne des mesures immédiates pour pallier les problèmes indiqués et respecte ses engagements de régularisation des charges en faveur des locataires. 

 

 

Voir les commentaires

"Noël des sans-logis" devant le ministère du Logement

27 Décembre 2010, 08:34am

Publié par PCF Villepinte

- le 25 Décembre 2010
 

L'association Droit au logement (Dal) a organisé samedi après-midi à Paris un "Noël des sans-logis" devant le ministère du Logement, où une centaine de personnes manifestaient tandis qu'une délégation rencontrait le secrétaire d'Etat au logement Benoist Apparu.

Plusieurs dizaines de familles mal logées accompagnées d'enfants étaient présentes, mais aussi des personnalités comme Josiane Balasko, Guy Bedos et Albert Jacquard, sur fond de slogans scandés par la foule ("Solidarité avec les mal logés" ou "Mal logés en colère, y en a marre de la galère") et de chants de Noël.

"Nous sommes là pour dire que malheureusement ce n'est pas Noël pour tout le monde, les enfants, les mal logés et les sans-abris", a déclaré Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du Dal. "Au lieu d'aider les riches, il faudrait aider ceux qui souffrent et appliquer la loi Dalo (droit au logement opposable, ndlr) et la loi de réquisition" de logements vides, a-t-il ajouté.

Le Dal a investi dès le début d'après-midi le trottoir faisant face au ministère du Logement, boulevard Saint-Germain, décoré pour l'occasion de banderoles, de maisonnettes jaunes en carton et d'un sapin de Noël, et a distribué aux enfants des cadeaux et des biscuits.

Voir les commentaires

Catherine Peyge, maire de Bobigny:

21 Décembre 2010, 12:02pm

Publié par PCF Villepinte

 Imposer le respect et l’application de la loi SRU

mardi 21 décembre 2010

c-peige.jpg

Catherine Peyge, maire de Bobigny, responsable pour le PCF des questions du logement et de l’Habitat commente les 10 ans de la loi SRU.

 

"Dix ans après la promulgation de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) un constat irréfutable s’impose : cette loi qui devait favoriser la construction de logement sociaux est , dans de trop nombreux cas, contournée et violée avec l’assentiment du pouvoir en place.

La loi SRU oblige à construire 20% de logements sociaux par rapport au nombre de résidences principales.

Or trop de maires,le plus souvent de Droite, préfèrent payer l’amende dérisoire infligée aux communes contrevenantes plutôt que de respecter la loi de la République.

Maires de communes en général aisées, ils refusent la mixité sociale, dont leur commune pourrait portant bénéficier, pour des raisons bien souvent électoralistes.

Force est de constater que, dans ces cas, les préfets pourtant tenus à faire appliquer les loi se gardent d’intervenir.

Si cette situation scandaleuse nous révolte , elle ne nous étonne pas.

La Droite a votée la loi DALO sachant qu’elle ne l’appliquerait pas.

Le sort de la loi SRU, elle aussi trop souvent non appliquée, illustre tragiquement le choix de la Droite et de son gouvernement en matière de logement : privilégier le secteur privé au détriment du logement social , en fonction d’une logique marchande.

De la réduction drastique du budget de l’Etat consacré aux HLM ,aux avantages fiscaux en faveur du logement privé toute la politique de ce gouvernement le montre.

La spéculation immobilière à laquelle nous assistons avec la flambée des prix et des loyers privés en est la conséquence.

Il faut imposer une autre politique.

Rompre avec cette logique marchande du logement et agir en fonction des besoins humains dans ce domaine comme le veut l’ONU qui considère que le logement est un des droits fondamentaux de la personne humaine.

Dans l’immédiat il faut se mobiliser pour imposer le respect par tous de la loi SRU en frappant d’une véritable pénalité conséquente la commune qui la contourne ou la viole et en réclamant l’inéligibilité pour le maire responsable.

La France manque de 900.000 logements sociaux.

Pour faire face aux besoins il serait nécessaire d’augmenter de façon significative le pourcentage de logements sociaux à atteindre et respecter au moins les lois SRU et DALO."

 

 

Logement


Voir les commentaires

LOGEMENT

18 Novembre 2010, 06:36am

Publié par PCF Villepinte

"Carton rouge" de la Fondation Abbé Pierre contre le mal-logement                     mercredi 17 novembre 2010

fr_1_28161431.jpgLe 16 novembre la Fondation Abbé Pierre a lancé sa nouvelle campagne de mobilisation : Carton Rouge au mal-logement !

Selon elle, la France compte 3,5 millions de personnes très mal logées.

L’organisation pousse un "coup de gueule". Objectif : concentrer l’attention des pouvoirs publics sur la crise du logement en France.

Eric Cantonna est le personnage principal de la nouvelle campagne de communication de l’association contre le mal-logement. Son rôle : agent immobilier. "Alors vous le prenez ?", demande-t-il à l’issue de la visite d’un galetas censé être un appartement : le clip se termine par "En France, 3,5 millions de personnes n’ont d’autre choix que d’être mal logées", suivie d’un carton rouge.

"Le problème du logement n’est pas seulement celui des 100.000 sans-abri", assure le délégué général de la fondation Patrick Doutreligne, citant les 3,5 millions de mal logés et les 6,5 millions de personnes "fragilisées" dans leur logement (exiguïté, menaces d’expulsion ...).

Il a demandé "une vraie politique du logement qui intègre tout le monde". Selon lui, il suffirait de construire 500.000 logements par an (au lieu de 300.000 actuellement) pendant cinq ans pour résoudre le problème du logement.

 

Voir les commentaires

Logement social :

1 Octobre 2010, 18:39pm

Publié par PCF Villepinte

un hold-up de 1 Milliard € du gouvernement sur le dos des locataires.

 

Le projet de ponction annuelle de 340 millions € sur les organismes H.L.M.compromet gravement l’avenir du logement social.

Les élus communistes et républicains ont fait part, notamment auprès de l’Assemblée et du Sénat, de leur indignation face à ce projet de l’Etat d’opérer sur les organismes HLM un véritable « hold-up » de 340 millions par an à compter du 2011.

L’Union sociale pour l’habitat, les organismes HLM franciliens et leurs associations professionnelles régionales, l’AORIF partagent cette réaction. Il nous faut donc tous ensemble réagir et obtenir de l’état une véritable politique du logement pour tous et partout.

NON à une nouvelle taxe sur les loyers HLM / OUI au renforcement de la solidarité nationale en faveur du logement social.

Ce projet est une opération de pickpocket dans les poches des locataires HLM. Il est injuste et inefficace de faire supporter aux locataires HLM cet effort financier. Cela va d’autre part affaiblir les capacités des organismes HLM à investir dans les constructions neuves et d’entretenir leur patrimoine.

Les files d’attentes des demandeurs de logements sociaux vont s’allonger et des emplois dans les filières du bâtiment vont être supprimés. Ces mesures, qui tournent le dos à une république solidaire, sont injustes socialement et inefficaces économiquement.

Comment accepter que la politique nationale en faveur du logement social soit financée par la seule contribution des locataires HLM quand la nation toute entière finance le bouclier fiscal (640 millions d’euros réservés aux 19 000 foyers les plus aisés) ou les dispositifs Scellier de défiscalisation pour les multi-propriétaires ?

NON à un surloyer d’exclusion, OUI à la solidarité

Les nouvelles règles de majoration du surloyer vont aggraver la difficulté au maintien de la mixité sociale sur le territoire. Nous nous opposons à la majoration du supplément de loyer solidaire (SLS) qui apparaît, compte tenu des montants en jeu, comme un véritable « avis d’expulsion ». De plus la hausse spectaculaire des prix de l’immobilier rend illusoire le fait que ces nouvelles règles de surloyer facilitent un parcours résidentiel. NON à la vente du logement HLM / OUI à la production nouvelle de logements sociaux La vente des logements sociaux ne sert qu’à cacher le désengagement financier de l’état concernant l’aide à la pierre. L’état doit prendre conscience que le droit au logement pour tous et partout passe par la construction massive.de logements sociaux.

Les élus communistes et républicains demandent :

- au gouvernement de revenir sur le projet de prélever 340 millions d’euros sur les organismes HLM
- de ne pas appliquer le surloyer de solidarité nouvelle formule vidant des organismes d’un grand nombre de locataires soit disant « aisés »
- de ne pas imposer la vente de logements sociaux comme réponse au financement de nouvelles constructions
- de faire appliquer la loi SRU dans toutes les communes
- L’arrêt des expulsions locatives

Enfin que l’état joue pleinement son rôle permettant que chacun puisse prétendre à un logement en finançant la construction d’un million de logements dans notre pays.

Le gouvernement vient d’annoncer son intention de prélever 340 millions d’euros par an, entre 2011 et 2013, sur les organismes HLM. Ce hold-up de 1 milliard d’euros , qui représente 2,5% des loyers collectés, mettrait durablement en cause les actions engagées par les organismes HLM ( construction de nouveaux logements, opérations de rénovation urbaine, réhabilitation et d’entretien du parc existant, etc ).

Les premières victimes en seraient les familles modestes, ainsi que les locataires ou demandeurs d’un logement social. Ce hold-up s’ajoute au nouveau et très grave désengagement que s’apprête à opérer l’État avec la diminution du budget logement de la Nation, de 160 millions d’€ en 2011.

Ces dispositions confirment le rejet, par de nombreux organismes HLM, des Conventions d’Utilité Sociale (CUS) voulues par le gouvernement. Les élus communistes demandent solennellement au Premier Ministre de revenir sur ce projet de désengagement de l’État, en injectant dans le logement social, les moyens financiers nécessaires à ses missions.

Voir les commentaires

Fiscalité : Lagarde donne un coup de main au BTP

5 Août 2010, 06:22am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Le gouvernement va supprimer l'avantage fiscal et mettre en place dès 2011 un "outil unique" pour l'accession à la propriété. Surtout un joli coup de pouce aux promoteurs, quand le nombre de logements construits recule.

Cet "outil unique" prendra la forme d'un "prêt à taux zéro renforcé", qui sera "universel, c'est-à-dire sans condition de ressources, mais il sera réservé aux primo-accédants", explique la ministre. Cette aide sera "accentuée pour les faibles revenus, les zones géographiques d'habitation en forte tension et les achats dans le neuf", détaille la ministre.

Le nouveau dispositif devrait coûter 2,6 milliards d'euros par an, contre 2,8 actuellement. Soit une économie très marginale. Il devrait y avoir plus de bénéficiaires, assure la ministre, qui ne donne pas de chiffres.

Coup de pouce aux promoteurs

La mesure paraît plus un joli coup de pouce donné au bâtiment qu'une aide à se loger, quand sur les douze derniers mois, le nombre de permis de construire délivrés stagne comparé à la période juillet 2008-juin 2009, avec 424 000 autorisations.
De juillet 2009 à juin 2010, la construction neuve, qui représente près de 90 % des logements autorisés, est en effet en recul de 3,2 % par rapport aux douze mois précédents. Le gouvernemrent n'a sans doute pas été insensible aux arguments du BTP. Mais cette baisse cache en réalité deux éléments : si le secteur des logements individuels connaît lui une belle hausse (+ 6,8 %), c'est le nombre de mises en chantier de logements collectifs qui marque un net recul (- 7,8 %). Autant dire que les besoins en logement ne seront pas satisfaits avec ce type de mesure fiscale visant les classses moyennes accédant à la propriété.

 

Ce crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt était l'une des mesures emblématiques du "paquet fiscal" voulu par Nicolas Sarkozy en 2007, avec le "bouclier fiscal" qui lui demeure. Les bénéficiaires actuels continueront de bénéficier du crédit d'impôt, qui dure cinq ans. Le gouvernement souhaite aussi "accélérer les mutations des propriétés immobilières et éviter la rétention des terrains à bâtir".

La ministre évoque deux pistes: rendre croissante dans le temps, et non plus décroissante, la taxe sur les plus-values de cession de maison et rendre "systématique" et non plus optionnelle, la majoration de la taxe foncière pour les terrains à bâtir, "afin d'inciter les propriétaires à construire ou à vendre".

 

Voir les commentaires

SARKOLAND

30 Juillet 2010, 10:52am

Publié par PCF Villepinte

Evacuation de familles sans logement à la Courneuve (vidéo)

 

(

Voir les commentaires

STOP AUX EXPULSIONS LOCATIVES

25 Juillet 2010, 14:40pm

Publié par PCF Villepinte

logement-copie-1Depuis la fin de la trêve hivernale, la pratique barbare des expulsions locatives a repris de plus belle. Ce lundi, des locataires de la cité Pasteur au Blanc Mesnil dont trois enfants ont été expulsés avec le concours des forces de l’ordre. C’est inacceptable ! D’autant plus inacceptable que ces policiers sont mobilisés et rémunérés à la prime pour réaliser ces basses-œuvres en se détournant de leur principale mission : assurer la tranquillité et la sécurité des habitants.

L’intervention d’un élu communiste auprès de la sous-préfecture a permis d’empêcher l’expulsion et la famille a retrouvé son logement. Les communistes se félicitent de cet heureux dénouement mais ils appellent à la vigilance de tous.

En effet, les expulsions locatives sont une hérésie sociale, humaine et économique. Les nuitées d’hôtel ou dans un centre d’hébergement coûtent plus chères qu’un maintien dans le logement. Le placement des enfants encore plus. L’argent devrait plutôt être orienté vers une sécurité sociale du logement, vers la construction de logements sociaux partout et pour tous en France.

Sept maires communistes convoqués au tribunal Des familles n’ayant pu faire face à leurs charges locatives, du fait de la crise, du chômage et de la précarité qu’elles subissent, sont ainsi jetées à la rue sans aucune proposition de relogement et seulement avec deux ou trois jours d’hébergement en hôtel d’urgence. En Seine-Saint-Denis, sept maires communistes dont notre maire, Didier Mignot, refusent ces pratiques sur leur territoire en signant des arrêtés contre les expulsions locatives. Ces arrêtés sont systématiquement cassés par le Préfet qui continue à ordonner les expulsions au nom du seul droit de propriété. Récemment nos maires ont été déférés devant le tribunal.

Parallèlement les maires refusant d’accueillir les 20% de logements sociaux obligatoires par la loi sur leur commune continuent paisiblement à payer des amendes dérisoires. Ce sont eux qu’il faudrait convoquer au tribunal !

Voir les commentaires

LOGEMENT

5 Juillet 2010, 05:35am

Publié par PCF Villepinte

Le Tribunal Administratif de Montreuil suspend les arrêtés anti-expulsions locatives, anti-coupures d’électricité et de gaz pris par 8 maires de Seine St Denis, dont 6 communistes.

 


Dans l’attente du jugement définitif à l’automne, le Tribunal Administratif n’a donc pas entendu les élus, leurs avocats et les nombreux citoyens présents le 8 juin dernier pour faire cesser les expulsions des logements et les coupures d’électricité et de gaz.

Tous réclamaient qu’une nouvelle jurisprudence administrative mette fin à une cynique position de l’Etat : d’une main il promet le respect du droit constitutionnel qu’est le droit à avoir un toit sur la tête, de l’autre il permet l’expulsion des mêmes familles concernées.

Le Tribunal administratif a estimé que « le maire n’a pas compétence pour subordonner l’exécution d’une décision de justice » quant bien même on lui laisse la compétence de traiter les conséquences sociales et financières (visibles) de ces décisions !

C’est donc la loi qu’il faut changer et les communistes considèrent que les maires poursuivis sont tout simplement en avance sur la loi.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>