Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

l'humanite

Au fil des allées de ce « lieu idéal »

12 Septembre 2022, 07:51am

Publié par PCF Villepinte

Sans frontières Les averses n’ont pas douché l’enthousiasme des visiteurs. Jeunes plongés dans le grand bain de la fraternité, militants de la liberté au Village du monde... la Fête reste un irremplaçable carrefour des rencontres.

L'Humanité Rosa Moussaoui Lahcene ABIB

Publié le Lundi 12 Septembre 2022

D’averses en arcs-en-ciel, le soleil a bien fini par percer, dimanche: la cité de toile émergeait du brouillard et, au fil des vastes allées, la boue laissait place à la terre battue. Mais dans l’alchimie de la Fête, la météorologie compte peu: lumière ou grisaille, il y avait la même joie de se retrouver, de débattre ou de danser, le même plaisir à être ensemble et à donner de la voix, la même quiétude, et cette inestimable et rare attention des uns aux autres.

Sur la Base 217, dans ses nouveaux quartiers de l’Essonne, loin de La Courneuve, la plus grande fête politique d’Europe s’est faite plus champêtre: son public a suivi; les plus jeunes, les novices découvrent avec plaisir une façon d’être ensemble, un carrefour de rencontres auquel ils ne sattendaient pas.

Victor, 21 ans, projectionniste à Paris, vient pour la première fois; il se dit «agréablement surpris». «Ce qui me plaît beaucoup, cest l’éclectisme. Si on vient juste assister à des concerts, écouter des musiciens, on peut trouver son bonheur, mais si on est plus intéressé par la politique, entre les stands et les grands débats, on a lembarras du choix, sourit-il.  C’est le lieu idéal pour faire la fête, débattre, échanger. Les gens sont extrêmement sympathiques, toutes les générations sont représentées, je ne m’attendais pas à ça.»

Cette  génération-là ne goûte guère de la politique telle que trop souvent elle se pratique, les petites phrases, les disputes stériles ou les éclats de voix inutiles. Tout au long de la Fête, d’un espace à l’autre, les débats ont fait salle comble, tous empreints de la soif d’apprendre et de confronter des idées, de faire front commun dans le combat social et de dégager des alternatives émancipatrices dans le respect de la singularité de chacun, de chaque courant politique.

L’exigence d’unité est bien la marque de fabrique de ce peuple de gauche bigarré, combatif, debout: elle irriguait de bout en bout ce rendez-vous; elle porte cet élan politique qui se cherche, après les échéances électorales du printemps marquées par la reconduction sans gloire dun pouvoir décidé à démanteler tous les droits collectifs et l’envolée d’une extrême droite mue par des idées de haine, de régression, de division.

«Agis dans ton lieu, pense avec le monde »

Ce peuple-là se joue des frontières… Dans cette fête pleinement redéployée, après la pandémie de Covid et l’édition 2021 au format réduit, un visage était partout placardé, dans l’absence: celui de lavocat franco-palestinien Salah Hamouri, défenseur des droits humains, arbitrairement détenu depuis cinq mois dans les geôles israéliennes.

Dans les travées du Village du monde qu’il arpente d’habitude chaque année, ils étaient nombreux à donner de la voix pour exiger sa libération, pour faire valoir les droits du peuple palestinien opprimé par un système d’apartheid: affiches, pétitions, déambulation. Là encore, le stand de lassociation France-Kurdistan dédiait trois jours de concert à la jeune chanteuse kurde Nûdem Durak, injustement condamnée à dix-neuf années de prison par le régime de Receip Tayyip Erdogan.

Sous les drapeaux de la République du Rif, Saïd Kaddouri a échappé de peu au même sort: opposant à la monarchie marocaine, figure de la contestation sociale à Nador, il est aujourdhui en France, dans lattente du traitement de sa demande dasile. «Je suis plus utile ici que derrière les barreaux, même si les miens me manquent, souffle-t-il.  Cette fête est une incroyable occasion de faire connaître nos luttes, les visages et les histoires de nos camarades emprisonnés pour avoir demandé pour tous une vie digne.»

Dans l’espace débats du Village du monde, une tribune féminine règle son compte au président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro, à la veille d’un scrutin crucial. Une militante du Mouvement des sans-terre énumère tous les reculs sociaux qu’il a entérinés: «Violence, famille, patrie, voilà son slogan !» accuse sa camarade du Parti des travailleurs en évoquant sa responsabilité dans la libération de la parole raciste, dans la recrudescence des violence policières et des violences faites aux femmes et, dans sa voix, c’est tout le fracas de la vague féministe déferlant sur l’Amérique latine, du Mexique à l’Argentine, que l’on entend.

Dans cette fête en rhizome riche d’une effervescente intelligence collective, on repense à ces mots d’Édouard Glissant: «Agis dans ton lieu, pense avec le monde.» Une partition politique, quand elle est affaire d’émancipation, se joue des frontières et se nourrit des combats d’ailleurs et d’antan.

La Scène Angela Davis résonnait, ce 11 septembre, du Canto general, cette cantate du musicien grec Mikis Theodorakis, décédé l’an dernier, éponyme du recueil du poète chilien Pablo Neruda dont elle emprunte les vers, créée en 1974 à La Courneuve. Comme un appel à ne jamais mettre le genou à terre, même dans les batailles un temps perdues. Et à emprunter, toujours, le chemin de l’union.

 

Voir les commentaires

UNE FÊTE DE L’HUMANITE, EN GRAND !

8 Septembre 2022, 06:40am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 07/09/2022 par PCF

Après plusieurs décennies passées en Seine-Saint-Denis, cet évènement musical, politique majeur pose ses valises sur l’ancienne base aérienne 2017, au Plessis Pâté dans l’Essonne les 9, 10 et 11 septembre.

Une nouvelle ère s’ouvre.

Le temps de la rentrée est venu, et elle s’annonce chargée.

Les militants et élus communistes sont fières et heureux de vous y accueillir, de contribuer à la réussite collective de cet évènement hors norme.

Le temps de se retrouver après une année électorale très riche, le renforcement des parlementaires de gauche qui ont bataillé pour défendre non concitoyens, avec la NUPES, mais aussi la richesse des 4 groupes parlementaires dont le groupe communiste. Plusieurs rencontres débats sont programmés notamment dans l’espace Essonne dont celui du samedi 10 septembre à 14h « quelle suite de la NUPES en Essonne ? ». D’ores et déjà, plus de 140 responsables politiques, maires, députés, élus régionaux et départementaux, des élus locaux de gauche et écologistes ont annoncé leurs présences.

La Fête de l’Humanité sera grande à l’image de ce que nous entendons autour de nous, l’accélération de la diffusion du bon de soutien qui va être largement dépassée par rapport à 2019.

Une belle occasion pour aller à la rencontre durant ces 3 jours de milliers d’essonniens pour leurs proposer de s’organiser, de prendre part aux débats, aux mobilisations qui se préparent, d’adhérer au parti communiste.

Très belle Fête à toutes et tous !

Amadou Démé

secrétaire départemental de l’Essonne

 

Voir les commentaires

L’Agora de l’Humanité, cœur débattant de la Fête

6 Septembre 2022, 06:26am

Publié par PCF Villepinte

Créateurs, syndicalistes, députés, intellectuels, responsables politiques et militants associatifs se croiseront trois jours durant dans un espace où se conjuguent vie politique, luttes sociales, sciences et culture.

L'Humanité Naïm Sakhi

Publié le Mardi 6 Septembre 2022

Située au centre de la Fête de l’Humanité, sur l’esplanade Jean Jaurès, l’Agora sera le véritable poumon du nouveau site de la Base 217. Lieu incontournable, l’espace de débats et de rencontres de la rédaction du journal abrite les moments forts du week-end, au diapason de la rentrée sociale et politique. Entre les face-à-face, les universités populaires et les entretiens avec de grandes personnalités, les visiteurs pourront faire le plein d’idées dans un lieu où se conjuguent la culture, les sciences, le sport, la vie politique et les luttes sociales. C’est le meilleur « maire au monde», Philippe Rio, édile communiste de Grigny, dans le département, lEssonne, où se déroule désormais la Fête, nouveau chroniqueur dans nos colonnes, qui ouvrira le bal, vendredi, d’un week-end très politique.

Deux soirées combatives et festives

Pour la première fois, toutes les organisations de gauche y tiendront un stand et viendront débattre à l’Agora. De la stratégie de conquête du pouvoir de la nouvelle coalition, en passant par les défis climatiques, les services publics, la guerre en Ukraine, les crises énergétiques, alimentaires, le féminisme, l’augmentation des salaires, la laïcité ou la lutte contre l’extrême droite… les responsables politiques croiseront leurs analyses avec celles des militants syndicaux et associatifs, des intellectuels et chercheurs.

L’Agora saura aussi vous accueillir pour des moments plus festifs, avec deux soirées de concert. Vendredi soir, après l’enregistrement du podcast la Poudre, Les Femmes s’en mêlent envahiront la scène pour nous chanter l’égalité. Samedi, après l’intervention de la climatologue Valérie Masson-Delmotte, ce sera au tour de la jeunesse qui s’engage pour la planète, en partenariat avec Alternatiba, de porter haut, en musique, les batailles pour relever le défi climatique et de justice sociale.

UN DUEL AU SOMMET ENTRE PHILIPPE MARTINEZ ET LE MINISTRE ROLAND LESCURE

Autre moment attendu, le face-à-face événement de cette rentrée sociale, samedi, à 15 heures: un duel au sommet entre le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, et le ministre de l’Industrie, Roland Lescure.

.

 

Voir les commentaires

2022, année de solidarité et de luttes

31 Décembre 2021, 10:59am

Publié par PCF Villepinte

Éditorial. 

L’Humanité Vendredi 31 Décembre 2021

Fabien Gay

À l’aube d’une nouvelle année, avec toutes les équipes de l’Humanité, nous présentons à chacune et chacun d’entre vous nos meilleurs vœux. L’an dernier à la même époque, nous espérions toutes et tous que ce maudit virus n’allait être qu’un mauvais souvenir. Il n’en fut rien, et nos vies en sont encore durement affectées. Nos pensées solidaires et fraternelles entourent celles et ceux qui ont été touchés, comme les familles qui ont perdu un proche, en France comme partout dans le monde.

L’urgence est de donner les moyens aux travailleurs et travailleuses de première ligne, dont le personnel hospitalier, d’affronter cette nouvelle vague en rouvrant les milliers de lits fermés pendant ce quinquennat et en lançant un grand plan de recrutement et de formation pour soigner l’hôpital public dans les prochaines années.

Si la majorité des peuples paie un lourd tribut à cette crise aux effets multidimensionnels, sanitaire bien sûr, mais également social et économique, ce n’est pas le cas des grandes entreprises du numérique ou pharmaceutiques ni celui de leurs actionnaires, qui amassent des profits gigantesques. Alors que près de la moitié de la planète est très mal vaccinée ou n’a pas accès aux vaccins, il est urgent de lever les brevets sur ces vaccins pour en faire un bien commun de l’Humanité et aider à la production sur tous les continents.

L’année qui s’ouvre est décisive pour le monde du travail, la jeunesse et nos aînés. Alors que le débat politique et citoyen devrait porter sur des enjeux d’avenir, des solutions concrètes pour résoudre la crise climatique, la construction d’un nouveau projet démocratique dans une république qui s’essouffle, d’une autre répartition des richesses en augmentant les salaires et les pensions de retraite pour vivre dignement de son travail, les forces de droite et d’extrême droite verrouillent le débat dans une féroce bataille idéologique autour des thématiques les plus rances. En plus d’instiller le poison du racisme dans la société et donc de diviser, cette stratégie leur permet d’avancer masqués sur le reste: en finir avec le modèle social français, la Sécurité sociale, nous faire travailler au-delà de lespérance de vie en bonne santé.

À cela nous ne devons pas, nous ne pouvons pas nous résigner. Nous porterons et soutiendrons tous les combats de solidarité, de fraternité, de liberté, d’antiracisme, de féminisme, d’écologie, de justice sociale, de paix et de désarmement. Pour toutes ces raisons, l’Humanité se renouvelle au mois de janvier.

  • Tout d’abord, le 20 janvier, vous découvrirez l’Humanité Magazine, qui succédera à l’Humanité Dimanche.
  • Le 24 janvier, ce sera au tour de la nouvelle version de l’Humanité quotidienne.
  • Enfin, le 26 janvier, vous pourrez vous rendre sur votre nouvelle plateforme numérique.

De nouvelles formes au plus près des luttes que nous menons et des enjeux auxquels nous devons faire face.

Voir les commentaires

Les dessinateurs avec l'Humanité #besoindHumanite

22 Décembre 2021, 12:46pm

Publié par PCF Villepinte

Mercredi 22 Décembre 2021

Les 20 et 24 janvier prochains, de nouvelles formules de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche, plus incisives, vont renforcer l’utilité et l’audience de nos journaux. Notre plateforme internet sera elle aussi profondément rénovée pour assurer à l’Humanité une présence plus forte dans l’espace numérique. Votre journal entre ainsi dans une nouvelle étape de sa longue existence. Mais non sans obstacles. Avec le hashtag #besoindHumanite, nous voulons relever ces défis en mobilisant notre plus grand atout : la communauté de ses lectrices et lecteurs, de ses amis et soutiens. En cette période, des illustrateurs offrent aux lecteurs une série de dessins. Retrouvez-les ici chaque jour, et dès demain en dernière page de l'Humanité.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Fabien Gay : "Nous avons besoin d’Humanité"

30 Novembre 2021, 08:53am

Publié par PCF Villepinte

 

Nous avons besoin d’Humanité. Parce que la période que traverse notre pays est lourde de dangers. Des scrutins électoraux décisifs s’annoncent. Et la crise sociale, économique, sanitaire, environnementale fait planer de nombreuses menaces sur la tête des classes populaires. Dans ce paysage inquiétant, les droites aiguisent leurs couteaux. Elles se recomposent et trouvent leur centre de gravité dans un discours ultraréactionnaire.

Dans le même temps, le capital redouble d’offensives pour mettre à bas les conquêtes sociales. L’Humanité se doit d’être au rendez-vous. Elle doit jouer son rôle historique pour empêcher que la France ne sombre dans la haine et la division. Pour que notre pays résiste à la lame de fond ultralibérale, et soit le fer de lance des combats émancipateurs, pour la justice et l’égalité.

Pour y parvenir, nous sommes à l’offensive.

Les 20 et 24 janvier prochains, de nouvelles formules de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche, plus incisives, vont renforcer l’utilité et l’audience de nos journaux. Nous avons besoin d'Humanité. Notre plateforme internet sera elle aussi profondément rénovée pour assurer à l’Humanité une présence plus forte dans l’espace numérique. Nous travaillons enfin à repenser la Fête de l’Humanité, heureuse d’atterrir au cœur de l’Essonne, pour élargir encore l’audience de cet événement à nul autre pareil et indispensable aux forces de progrès.

L’Humanité entre ainsi dans une nouvelle étape de sa longue existence. Mais non sans obstacles. Notre situation reste fragile et des difficultés redoutables se profilent, dont le renchérissement des prix du papier, la hausse des coûts d’impression, de transport et de mise en kiosque, et les dangers qui pèsent sur la distribution postale. Sur chacun de ces sujets qui menacent l’existence d’une presse pluraliste et indépendante, nous mènerons les actions nécessaires.

Notre groupe dispose d’importants atouts pour relever ces défis

A commencer par sa totale indépendance à l’égard de puissances capitalistes qui nous protège et nous renforce dans le débat public. Mais pour sauvegarder cette indépendance, l’Humanité a besoin de mobiliser son plus grand atout : la communauté de ses lectrices et lecteurs, de ses amis et soutiens.

C’est tout le sens de l’appel à souscription que nous lançons aujourd’hui. Car faire vivre et développer l’Humanité est un enjeu d’intérêt général qui concerne toutes celles et tous ceux qui refusent d’être pris en tenaille entre les forces capitalistes et la gangrène nationaliste. Comme toujours au cours de son histoire, c’est par la mobilisation de toutes les énergies, de toutes les volontés que l’Humanité se dressera pour affronter les défis qui s’amoncellent. Votre soutien sera aussi le gage des liens puissants et singuliers qui unissent l’Humanité, ses lectrices, lecteurs et amis.

Pour affronter l’avenir, plus que jamais, nous avons besoin de toutes les énergies, de toutes les volontés. Pour réussir notre ambition, nous avons besoin de nouveaux moyens financiers. Une nouvelle fois, amis, lectrices et lecteurs, nous lançons avec vous une grande souscription populaire. Nous avons besoin d’Humanité. Ensemble, donnons-nous la force pour la développer !

Dimanche 28 Novembre 2021

Je fais un don en ligne

Je veux envoyer un chèque

 

JE FAIS UN DON

À lire : pourquoi votre soutien est important

 

Voir les commentaires

« “L’Humanité” est plus qu’utile en ces temps troublés »

24 Novembre 2021, 09:09am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité mercredi 24 novembre 2021

Après l’appel de Fabien Gay, directeur de «lHumanité», à aider nos journaux à se développer en soutenant financièrement nos projets, de nombreux lecteurs et personnalités s’engagent.

«Depuis 1904, “l’Humanité” et sa rédaction sont à la recherche de la vérité, rien que la vérité. C’était un des engagements de Jean Jaurès lorsqu’il fonda le quotidien socialiste. Cette vérité, Jaurès l’a magnifiée dans son éditorial en juin 1908, le jour où le corps d’Émile Zola fit son entrée au Panthéon, six ans après sa mort suspecte. L’écrivain et l’ardent de défenseur de Dreyfus avait publié, dans “l’Aurore” en 1898, sa déclaration-fleuve, “J’accuse”. Une lettre ouverte au président de la République Félix Faure, à laquelle ne cesse de faire référence le directeur “l’Humanité”.

Une autre époque? Un autre temps? Probablement. Mais, cent treize ans plus tard, lHumanité” garde une place particulière dans le paysage de la presse française.

Le quotidien tabloïd est un des seuls titres de la presse écrite aujourd’hui à donner la parole aux petites gens, aux précaires, aux oubliés, aux victimes des politiques libérales, aux acteurs issus du monde ouvrier, aux luttes sociales et aux mouvements alternatifs.

Il y a quelques jours encore, “l’Huma” faisait sa une sur le combat décisif de Julian Assange pour la liberté d’informer, au travers d’une interview de son père, John Shipton.

Quel journal oserait demander la libération immédiate de l’ancien rédacteur en chef de WikiLeaks, qui croupit dans une prison londonienne depuis deux ans et demi, alors qu’aucune charge n’est retenue contre lui?

Peu de titres en France ont condamné cette injustice en s’appuyant sur une question de principe de notre société contemporaine, celle de la liberté d’expression et celle du droit de connaître du public, notions inscrites au frontispice de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies du 10 décembre 1948.

“L’Huma” est plus qu’utile en ces temps troublés où le débat politique ne trouve ses fondements qu’au travers de petites phrases bavées par des polémistes en mal d’inspiration.

Éclairer le citoyen, dont l’un des premiers droits est d’être bien informé, défendre le pluralisme de la pensée, oui “l’Humanité” permet de faire entendre ces autres voix qui relèvent le débat trop souvent confisqué par le robinet d’eau tiède informationnel qui coule dans la majeure partie des rédactions aujourd’hui.

Soutenir “l’Humanité”, c’est promouvoir le journalisme de qualité.»

(1) Première organisation mondiale de la profession, la FIJ représente plus de 600000 journalistes membres de 190 syndicats nationaux dans 150 pays.

 

Voir les commentaires

L’Humanité écrit une nouvelle page de son histoire

1 Octobre 2021, 05:45am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Jeudi 30 Septembre 2021

Caroline Constant

Patrick Le Hyaric a annoncé son départ de la direction du groupe l’Humanité. Le conseil de surveillance a validé, mercredi, la nomination de son successeur, Fabien Gay. Le sénateur de la Seine-Saint-Denis devient le huitième directeur du titre, depuis sa création par Jean Jaurès en 1904.

L’un arrive, l’autre est sur le départ. Mercredi, le conseil de surveillance a validé la nomination de Fabien Gay au poste de directeur du groupe l’Humanité. Après vingt années à la tête du journal, Patrick Le Hyaric a décidé de quitter ses fonctions. L’occasion de revenir sur le parcours de ces deux hommes, le premier fils d’ouvriers, l’autre fils d’agriculteurs. Des trajectoires venues du monde du travail, dans la grande tradition de l’Humanité.

Les deux dirigeants se connaissent bien. Fabien Gay a été, durant dix mois, le collaborateur de Patrick Le Hyaric, à la tête du journal, en 2014. «C’était une expérience intense, confie le jeune sénateur communiste au téléphone. J’ai découvert, semaine après semaine, mois après mois, quelqu’un de très humain. Et une heure avec lui, c’est comme si tu avais lu un livre. J’ai beaucoup appris à ses côtés. C’est quelqu’un de dur au travail, d’exigeant, avec une rigueur intellectuelle hors du commun.» Le désormais ex-directeur de l’Humanité, de son côté, avait en tête le portrait-robot de son successeur: «Il convient d’élire un camarade qui connaisse bien l’Humanité et son fonctionnement, qui soit capable d’animer des équipes avec des personnalités fortes et diverses, qui soit capable de prendre des décisions parfois difficiles, et qui puisse maintenir des liens avec les institutions étatiques et le monde économique.» Toutes qualités qu’il a pu déceler chez Fabien Gay, dont il a proposé le nom.

Directeur de la Fête durant trois ans

Et Fabien Gay se dit «très heureux» de revenir à l’Humanité. Lui qui fut directeur sur trois éditions de la Fête, de 2015 à 2017, avant d’être élu sénateur, confie avoir «adoré» cette expérience, le travail, le sentiment d’urgence, et les équipes aussi. «La Fête, c’est ce qui rassemble toute la maison, estime-t-il, philosophe. Quand j’ai été élu sénateur de la Seine-Saint-Denis, en 2017, la seule chose qui m’a embarrassé, c’est de quitter le journal.» Il y revient «avec émotion, car cest une très grosse responsabilité, en même temps quun très grand honneur dy travailler». Et a hâte de se mettre au travail, dans «cette belle maison quest l’Humanité».

L’histoire est d’autant plus belle que Fabien Gay vient d’un milieu très modeste. Celui qui devient, à 37 ans, le plus jeune directeur de l’Humanité de tous les temps, est le fils d’une ouvrière et d’un tourneur-fraiseur devenu permanent de la CGT. Il a grandi dans un quartier populaire de Bordeaux, le Bacalan. Et il est le premier de sa famille à décrocher le baccalauréat, avant de se découvrir une passion pour l’étude à l’université de Bordeaux-III, où il décroche un master d’histoire contemporaine, de géographie, d’histoire des idées. «La fac, ça a été pour moi une révélation», avoue-t-il, de son accent chantant du Sud-Ouest. Parallèlement, il est très engagé dans son club de rugby, tour à tour joueur, entraîneur bénévole, éducateur. «Mon premier engagement militant, il est sportif», commente-t-il. Dans le club, se retrouvaient tous les gamins du coin, fils d’ouvriers, d’avocats ou d’architectes. «Cest un vrai lieu de socialisation, de vie, que je continue toujours à chercher dans le PCF comme dans mon rôle d’élu», affirme le jeune homme.

Côté engagement, il entre en politique avec la bataille contre le traité constitutionnel européen, puis les révoltes urbaines de 2005. Il prend assez vite des responsabilités au PCF, puis à la Jeunesse communiste (JC). Tout en poursuivant et finançant ses études, il travaille dans des champs de maïs, est tour à tour vendangeur, barman, serveur, et même, pendant neuf ans, animateur dans un village de vacances. Une expérience de la précarité qu’il n’oublie pas. C’est à cette époque qu’il collabore pour la première fois à l’Humanité, en participant au programme «Libres-échanges» qui ouvrait nos colonnes à de jeunes gens, avec un papier rageur sur Sarkozy et limmigration. Fabien Gay a suivi son épouse en région parisienne, au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), où il est devenu permanent de la JC, avant d’entrer à l’Humanité, puis de devenir sénateur en septembre 2017. Thibaut Weiss, l’actuel directeur de la Fête de l’Humanité, a un souvenir ému de celui qu’il considère comme un «grand frère»: «Fabien a une vision. Il ne se contente jamais de rester strictement dans le rôle qu’on lui assigne. Il essaie d’aller le plus loin possible et d’emmener les gens avec lui, parce qu’il est généreux dans le travail, avec ses équipes.» Dans un moment où la Fête de l’Humanité doit être «réinventée», il considère que c’est «un atout» d’avoir comme directeur du journal quelqu’un qui en connaît les rouages.

Une page se tourne pour l’Humanité. Patrick Le Hyaric, en vingt années, a fait face à de véritables tornades. Il est arrivé en 2000, à 43 ans, dans un climat délétère, où le journal avait perdu des milliers d’abonnés. «Avec courage et abnégation, il a tenu le journal à bout de bras pendant deux décennies sans jamais se plaindre», dit de lui le PDG du groupe de la Dépêche du Midi, Jean-Michel Baylet, ancien président de l’Alliance de la presse d’information générale. «Ce qui ma marqué chez lui, cest quil est un véritable humaniste. En vrai radical-socialiste, japprécie beaucoup. Je lai toujours vu ouvert, jamais dans lexcès, ni dans l’intransigeance, à essayer de comprendre. Ça n’empêche pas les divergences. C’est un honnête homme dans tous les sens du terme», loue-t-il.

Protéger l’indépendance du journal

Et Patrick Le Hyaric a eu fort à faire. Il a été obligé, en guise de ticket de bienvenue, de procéder à un premier plan social qui l’a beaucoup affecté. Le dirigeant communiste, qui était directeur du journal la Terre, collaborateur d’André Lajoinie, a relevé les manches, convoqué les financements, placé inlassablement le personnel politique face à ses responsabilités. Il a dû affronter une véritable révolution dans les pratiques de lecture, d’abord avec l’arrivée des journaux gratuits, puis avec l’explosion d’Internet qui a totalement chamboulé tout le modèle économique des journaux. Son credo, durant toutes ces années: «Renouer avec les enseignements de Jaurès, et protéger l’Humanité pour la mettre au service de ceux qui en ont besoin», assure-t-on dans son entourage.

La dernière de ces tempêtes, en 2018, a failli signer la fin de l’aventure de l’Humanité, et il lui a fallu batailler pour inventer un nouveau modèle. Au final, d’une maison lestée par l’amertume et les ennuis financiers, en 2001, il laisse aujourd’hui une économie saine, un groupe de presse bien plus stable, composé de l’Humanité, de l’Humanité Dimanche, d’une plateforme Internet, mais aussi de la Terre et de Travailler au futur, avec des collectifs de travail soudés. «Ce qui caractérise Patrick, cest son sens absolu des responsabilités, commente un proche.  Il pèse ses choix, et les assume, même quand ce n’est pas facile. Ça ne veut pas dire qu’il ait raison sur tout, mais c’est l’inverse de la bravade et de la gloriole, il y a même un côté très pudique chez lui.»

Les directeurs de la rédaction qui se sont succédé depuis 2000 saluent aussi l’immense dévouement du directeur sortant. Pour Pierre Laurent, en poste de 2000 à 2010, «le bilan sur les années 1998-2021 est extraordinaire». Patrick Apel-Muller, qui a pris sa suite jusqu’en décembre 2019, estime pour sa part que Patrick Le Hyaric «a su protéger lindépendance du journal, alors que des difficultés financières attiraient des prédateurs de tout poil. Au fil dun dialogue parfois animé avec la rédaction, il a tracé le sillon dun quotidien ouvert, communiste et à la confluence des débats de la gauche, exigeant intellectuellement et accessible à tous. Une denrée rare dans le paysage médiatique aujourd’hui». Sébastien Crépel, actuel codirecteur de la rédaction aux côtés de Maud Vergnol, assure que «Patrick a toujours joué le rôle de paratonnerre pour l’Humanité et ses équipes. En toute circonstance, il a pris la défense des journalistes et de ce qu’ils écrivent, même quand, en son for intérieur, il lui est arrivé de ne pas être d’accord sur tout. Quand on prenait des risques, c’est lui qui affrontait le danger. Et pourtant, il n’a jamais demandé à quiconque de se censurer, il est très attaché à la liberté de chaque journaliste. En échange, il attend que nous soyons solidaires les uns des autres. Pour lui, rassembler, à l’intérieur comme autour de l’Humanité , faire la chaîne pour être plus forts, c’est une préoccupation constante depuis vingt ans».

Un nouveau chapitre du journal de Jaurès s’ouvre. Patrick Le Hyaric, qui continuera à s’occuper du développement de la Terre et de Travailler au futur, rappelle que « lHumanité est un trésor que nous lègue le mouvement ouvrier et communiste. Il est le seul journal de cette nature dans le monde capitaliste, un journal d’inspiration, de combat et de création communiste. C’est un caillou dérangeant pour le talon de fer du capital, observé, jalousé, et qui, à n’en pas douter, continuera à faire l’objet de manœuvres pour l’ôter au courant communiste et progressis te». Fabien Gay assure: «Nous continuerons à faire de l’Humanité un journal ouvert sur la société, avec des informations qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, qui fait vivre ses valeurs, montre l’actualité sous un autre angle, la décrypte et la rend accessible au plus grand nombre. Et ce, avec tous les défis qui attendent ses équipes.»

Dans tous les cas, comme l’a déclaré Patrick Le Hyaric, «lHumanité est un combat quotidien, qu’il faudra continuer à mener tous ensemble».

 

 

Voir les commentaires

L'Humanité

28 Avril 2021, 12:23pm

Publié par PCF Villepinte

 
 
 
 
Retrouvez ci-dessous une sélection d'articles parus ce jour sur l'Humanite.fr.
A lire, A découvrir.
La rédaction
 
 
Pandémie. Covid pour le monde entier, pactole pour les marchés
 
Les vaccins peuvent attendre, mais pas les dividendes. Selon notre estimation, les multinationales pharmaceutiques ont dilapidé plus de 70 milliards d’euros pour leurs actionnaires depuis le début de la crise.
 
Lire la suite
 
États-unis. Joe Biden veut introduire un impôt sur les plus fortunés
 
Le président va présenter au Congrès une taxation des plus-values financières réalisées par les super-riches pour financer un plan pour la famille, chapitre de son vaste projet d’investissement dans les infrastructures.
 
Lire la suite
 
Football. PSG-Manchester City, un match qui se joue sur deux terrains
 
Propriétés du Qatar et des Émirats arabes unis, les deux clubs s’affrontent en demi-finale de Ligue des champions, ce mercredi, au Parc des Princes. Un choc sportif et géopolitique entre les deux rivaux du Golfe.
 
Lire la suite
 
Mohamed Bangoura, poète prodige menacé d’expulsion
 
À 19 ans, Falmarès, c’est son nom de plume, a déjà publié deux recueils. Installé en Bretagne, il vient d’être sélectionné pour faire partie du jury du festival Étonnants Voyageurs... et compte parmi les milliers de réfugiés menacés de devoir quitter la France par décision administrative.
 
Lire la suite
 
 
Relations lecteurs - Ventes
Tel : 01 55 84 40 30
 
 
Cet e-mail a été envoyé à d.junker93420@gmail.com
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur humanite.fr
 
 

Voir les commentaires

L'Humanité

27 Avril 2021, 15:21pm

Publié par PCF Villepinte

 
 
 
Retrouvez ci-dessous une sélection d'articles parus ce jour sur l'Humanite.fr.
A lire, A découvrir.
La rédaction
 
 
De LaREM à LR : pour l’électorat de droite, mieux vaut Le Pen que la gauche
 
Les injonctions répétées aux électeurs de gauche sur fond de chantage électoral pour éviter une victoire du Rassemblement national masquent mal la réalité : la convergence idéologique de la droite avec son extrême, de LaREM à LR, de Xavier Bertrand à Valérie Pécresse. La bourgeoisie semble avoir choisi son camp. 
 
Lire la suite
 
Allemagne. Pour comprendre l'affaire Wirecard, le scandale financier qui ébranle le gouvernement
 
La révélation des fraudes de l’ex-géant allemand des transactions en ligne met en lumière la complicité de la CDU et du SPD, qui ont poussé à sa financiarisation. Angela Merkel et son ministre des Finances, Olaf Scholz, ont été auditionnés, la semaine dernière, par la commission d'enquête du Bundestag. Décryptage de cette affaire aux allures de thriller.
 
Lire la suite
 
Quand Pascal Boniface scrute l’intelligence artificielle
 
Dans son dernier ouvrage, le géopolitologue Pascal Boniface lance un plaidoyer en faveur du dialogue multilatéral à partir de l’enjeu numérique.
 
Lire la suite
 
Entretien avec Raymond Depardon : « Je suis préoccupé par le sort des photographes »
 
Le photographe et cinéaste s’inquiète pour les artistes et photojournalistes indépendants qui, déjà très précaires, sont frappés de plein fouet par la crise sanitaire. Il réclame des cimaises pour un art trop peu exposé.
 
Lire la suite

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>