Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

justice

Libération de Salah Hamouri:

27 Novembre 2011, 07:51am

Publié par PCF Villepinte

 Courrier de Michelle Demessine, sénatrice du Nord, au Président de la République pour que Salah Hamouri soit libéré ce lundi 28 novembre comme l'avait prévu son jugement initial.

 

salah-copie-1Monsieur le Président de la République

Je souhaite attirer votre attention sur la situation de notre compatriote, Salah Hamouri, incarcéré en Israël depuis le 13 mars 2005 et dont la date de libération a été fixée par son jugement initial à ce lundi 28 novembre 2011.

Or, le parlement israélien a adopté une loi qui, d’une part, aggrave les conditions de détention des prisonniers et, d’autre part, modifie de manière rétroactive les peines de prison prononcées par les tribunaux militaires : celles-ci ne seront plus accomplies selon les années administratives mais en années civiles. Ainsi, les détenus devront effectuer 20 jours supplémentaires d’incarcération par année de prison.

Il y a près de 7 ans, Salah Hamouri, s’est retrouvé derrière les barreaux d’une prison israélienne sans que l’ombre d’une preuve n’ait été retenue contre lui pour démontrer qu’il aurait tenté d’intenter à la vie du rabbin Yossef Avadia.

Cette justice qui l’a condamné est l’œuvre d’un tribunal militaire israélien qui est illégal au regard du droit international en raison de sa présence sur les territoires palestiniens.

Elle a fait de lui un prisonnier politique et, maintenant, il est condamné à purger 140 jours de prison supplémentaires ce qui va à l’encontre du principe de la non rétractivité qui prévaut dans toutes les grandes démocraties du monde. Il n’est donc pas acceptable que Salah Hamouri reste incarcéré plus longuement !

Après la nouvelle réjouissante de la libération de notre compatriote Gilad Shalit, la France s’honorerait, Monsieur le Président de la République, à faire preuve  de la même implication pour obtenir la libération de Salah Hamouri que ses proches et sa famille attendent depuis trop longtemps.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma très haute considération

Michelle DEMESSINE, Sénatrice du Nord

Voir les commentaires

Mumia ne devrait pas être exécuté !

14 Octobre 2011, 07:17am

Publié par PCF Villepinte

Mumia Abu Jamal - collage par Mustapha Boutadjine

Monde - le 13 Octobre 2011

 

Mots clés : Mumia Abu-jamal,

 

 

Victoire pour tous les amis du journaliste condamné à mort il y à vingt-neuf ans. Sauf improbable nouveau jugement il ne pourra plus être attenté à sa vie.

Mumia Abu Jamal échappe une troisième fois à ses bourreaux ! Est-ce définitif ? Il faut l'espérer et, en tous cas lutter encore plus fort pour qu'enfin justice lui soit rendue.

Mardi, la Cour suprême des Etats-unis a annoncé qu'elle rejetait le recours du procureur de Philadelphie réclamant l'annulation d'un arrêté rendu par la Cour fédérale d'appel. Ce jugement confirmait sa décision précédente accordant au journaliste noir condamné à mort en 1982 à l'issue d'un procès truqué, la suspension de la condamnation à la peine de mort, dans l'attente d'un éventuel nouveau jugement de condamnation.

La décision de la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis signifie qu'à moins d'une nouvelle procédure de jugement engagée par le procureur, Mumia ne pourra être exécuté, tout en restant emprisonné jusqu'à ce que mort s'en suive. En effet, la cour fédérale avait considéré que le jugement de sentence avait été entaché d'irrégularités du fait d'interventions malvenues du juge auprès du jury, tout en affirmant paradoxalement que le jugement de culpabilité obtenu du même jury par ce même juge était « correct »! 

« Cette décision est une grande victoire » ont déclaré les avocates de Mumia (Christina Swarns et Judith Ritter), ajoutant « qu’elle met fin à trente ans de litiges sur l’équité des audiences qui ont conduit à la condamnation à mort ».

Le collectif unitaire français de soutien à Mumia - regroupant plus d'une centaine d'organisations – constate que « c’est la première fois que la Cour Suprême des Etats-Unis n’accompagne pas l’acharnement judiciaire de l’accusation ». En 2010, la Cour suprême des Etats-Unis avait enjoint la cour fédérale de revenir sur sa décision, mais non la cour fédérale avait confirmé son choix.

Désormais, indique encore le collectif français, il s'agit d'être « particulièrement vigilants sur la suite de cette affaire qui a connu tant de rebondissements depuis 30 ans. »

La mobilisation pour sauver définitivement Mumia et plus encore pour sa libération reste donc de mise. C’est le sens du rassemblement chaque mercredi soir à 18 heures devant le Consulat des Etats-Unis à Paris (place de la Concorde).

Michel Muller

 

  • Pour Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, vice-président du groupe de la Gauche unitaire européenne.

"C'est une joie immense, un soulagement sans mesure. Mumia vivra !

En effet, la Cour suprême des États-Unis a refusé hier de donner suite à un recours du procureur de Philadelphie lui demandant de revenir sur sa décision de suspendre la condamnation à mort de Mumia Abu-Jamal.

Cette décision a pour conséquence de rendre inexécutable l'exécution de Mumia, commuant automatiquement sa peine en prison à vie, sans possibilité de remise de peine. Seul un nouveau procès pourrait aboutir à une nouvelle condamnation, ce que le procureur qui a le pouvoir de le décider a toujours refusé de peur de le voir innocenté une bonne fois pour toutes faute de preuves.

Mais reste une condamnation qui paraît infondée. Après trente ans passés dans les couloirs de la mort, Mumia doit maintenant être libéré."

 

 

Lire aussi :

--> Robert Badinter « Poursuivre le combat 
est d’une urgence extrême »

Voir les commentaires

« Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

6 Octobre 2011, 06:50am

Publié par PCF Villepinte

 « Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar » (PCF)

Valérie Pécresse la porte parole du gouvernement et accessoirement ministre du Budget propose de doubler la taxe soda qui devrait ainsi rapporter 240 millions d'euro au prochain budget 2012.

Plutôt que de doubler la taxe soda, doublons la taxe caviar ! Le doublement de l'ISF comparé au montant de 2010 (estimation de janvier 2011)  permettrait à l'État de gagner près de 9 milliards d'euros avec l'insigne avantage de cibler les grandes fortunes, quand la taxe sur les sodas  touche toutes les catégories quel que soit leur niveau de revenus. Qu'on se le dise, l'estomac d'un riche ne lui permet pas de consommer plus qu'un pauvre!

L'urgence est, comme le réclame le Front de gauche, de cesser le bricolage fiscal qui n'a pour but que d'exonérer ceux qui peuvent et doivent payer ! Le Front de gauche dans son programme l'humain d'abord ! propose de rétablir une fiscalité qui redonne toute sa place à un impôt sur le revenu réellement progressif.

 

Voir les commentaires

Karachi Gate : Takieddine dénonce Guéant et menace Sarkozy

1 Octobre 2011, 22:33pm

Publié par PCF Villepinte

 

Ziad Takieddine, l’homme de l’ombre et  des secrets prend la parole dans une interview à Libération ce samedi, et évoque ses liens avec Claude Guéant et Nicolas Sarkozy.

Suite à  sa mise en examen pour son implication présumée dans une affaire de corruption lors de la présidentielle de 1995, Ziad Takieddine affiche clairement ses liens avec Nicolas Sarkozy et Claude Guéant dans une nouvelle interview que publie Libération. Il s’adresse à Claude Guéant :

« J'ai envie de lui dire : “Monsieur Guéant, vous me connaissez plus que d'autres.” »

Il précise même : « Chacune de mes interventions correspondait à une mission officielle. Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République, relayée par Claude Guéant. », il ajoute qu’il « exige des excuses ».

Ziad Takieddine se retrouve au cœur de trois scandales de vente d’armes, au Pakistan (affaire Karachi) et à l’Arabie Saoudite, mais il ne manque pas de souligner le rôle de commanditaire de Nicolas Sarkozy dans la réalisation finale des trois contrats. La justice soupçonne le financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Campagne qui n’avait pas abouti et dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

Ainsi cet intermédiaire des grands contrats interpelle directement Nicolas Sarkozy pour lui demander de se «débarrasser d’une équipe qui peut lui nuire» et ajoute : « Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République. »

Le juge Renaud Van Ruymbeke enquête sur la possibilité que Ziad Takieddine ait organisé le retour en France d'une partie des commissions versées aux intermédiaires pour les hommes politiques de la droite. C’est une boite de Pandore pour la droite qui est ouverte par les lettres anonymes, après l’affaire Clearstream qui menaçait Nicolas Sarkozy avant son investiture puis s’est transformé en un procès contre  Dominique De Villepin son malheureux rival du moment.

A.S.

Voir les commentaires

L'ex-comptable des Bettencourt (re)balance tout

29 Septembre 2011, 08:15am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 28 Septembre 2011

 

 

 

Dans un entretien exclusif accordé au journal Libération, Claire Thibout, l'ex-comptable des Bettencourt confirme la distribution d'enveloppes de billets à des personnalités politiques. Elle revient également sur les pressions qu'elle a subi depuis qu'elle a accepté de témoigner dans l'affaire Bettencourt.

 Après avoir été entendue le 14 septembre dernier par le juge Jean-Michel Gentil à Bordeaux, Claire Thibout s'est confiée à Libération. Comptable du couple Bettencourt de 1995 à 2008, Claire Thibout confie avoir eu l'habitude de retirer des sommes en espèces pouvant atteindre 100 000 voire 150 000 euros. André Bettencourt recevait "les visites fréquentes de personnalités de droite dans l'hôtel particulier de Neuilly: Pierre Messmer, François Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres…"   

Elle dit avoir également vu Nicolas Sarkozy et son épouse Cécilia. Si elle ne va pas jusqu'à dire qu'ils étaient venus récupérer des enveloppes, Claire Thibout accable en revanche Eric Woerth. "Je n'ai jamais assisté à une remise d'espèces, sauf à celle de 50 000 euros que madame Bettencourt a remise à monsieur de Maistre suite à la demande qu'il m'avait faite pour Eric Woerth." L'ex-ministre du budget était en 2007 le trésorier de l'UMP et de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

"Tout s'est passé en janvier 2007, Patrice de Maistre [alors gestionnaire de la fortune Lilianne Bettencourt] m'a demandé 150 000 euros […] il m'a dit que cet argent était destiné à Eric Woerth". Claire Thibout refuse d'accéder à la demande avant de finalement remettre 50 000 euros à Mme Bettencourt pour qu'elle les donne à M. de Maistre: "Il voulait que l'enveloppe transite par elle pour ne pas avoir à signer de reçu". Devant la comptable, il aurait alors expliqué "brièvement" à la milliardaire que l'argent était pour M. Woerth, mais "Madame n'allait pas bien, elle n'a donc pas compris".

En juillet 2010, dans une interview donnée à Médiapart, Claire Thibout évoque les remises d'argent aux politiques. "Témoin, j'ai été traitée comme une accusée, j'ai eu l'impression de devenir l'ennemi public numéro un", raconte-t-elle. Elle dit avoir tiré de la manière dont on l'interrogeait l'impression que "des gens très hauts placés étaient à la manœuvre".

Minée par l'affaire, Mme Thibout explique qu'elle ne trouve plus d'employeur souhaitant l'embaucher. "Mon mari, informaticien, avait fait des copies des enregistrements effectués par le maître d'hôtel […] la police lui a confisqué son matériel et ne lui a jamais restitué", gérant d'une société, il n'aurai pas pu bénéficier des allocations chômage. "Mes enfants aussi sont eux aussi très perturbés [..] notre vie est dévastée".

Samba Doucouré

Voir les commentaires

Karachi : Hélène Gaubert confirme son témoignage accablant

24 Septembre 2011, 20:59pm

Publié par PCF Villepinte

Thierry Gaubert

Politique - le 24 Septembre 2011

 

Mots clés : Karachi,

 

 

La femme de Thierry Gaubert confirme dans deux interviews que son mari ramenait des sacoches d'argents de l'étranger pour les remettre, notamment à Nicolas Bazire. Dans un même temps, l'étau se resserre autour de Brice Hortefeux.

« Il me disait régulièrement : "Je vais en Suisse chercher de l'argent" » rapporte-t-elle au Monde. Hélène Gaubert explique ainsi les allers-retours en Suisse de son mari, avec Takieddine ou seul. Selon elle, Thierry Gaubert remettait notamment cet argent liquide à Nicolas Bazire, alors directeur du cabinet et de la campagne présidentielle du Premier ministre Edouard Balladur. Elle raconte également que depuis sa déposition, elle a subit pressions et menaces, principalement de la part de son mari. Rappelons que Caubert comme Bazire ont été mis en examen cette semaine.

Thierry Gaubert a en effet eu rapidement connaissance du contenu de l'interrogatoire de sa femme avec la police. C'est Brice Hortefeux qui lui aurait transmit le contenu de la déposition, violant ainsi le secret de l'instruction. Une enquête préliminaire confiée au directeur central de la police judiciaire s'est ouverte à ce sujet. Brice Hortefeux est justement dans le collimateur du juge van Ruymbeke pour son rôle éventuel dans l'arrivée de 15 millions de francs en grosses coupures sur les comptes de campagne de Balladur en 1995. Le juge s’intéresse plus précisément à ses nombreux voyages en Arabie Saoudite, dans le cadre de la vente par la France de frégates pour près de 20 milliards de francs. Hortefeux était alors le chef de cabinet du ministre des Finances, Nicolas Sarkozy. Alain Juppé, ministre des Affaires Étrangères de l'époque, avait jugé ces déplacements « suspects ».

L'opposition commence à s'insurger. Le PCF s'exclame : "La République n'est pas un cloaque ! Plus que jamais, dans cette affaire dramatique et malsaine, justice doit être faite pour déterminer les responsables et punir leurs actes." Le Parti socialiste demande lui directement au chef de l'Etat de s'expliquer.

Voir les commentaires

Affaire Karachi : Copé et Hortefeux éclaboussés

23 Septembre 2011, 21:59pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 23 Septembre 2011

 

Mots clés : Karachi,

 

 

Révélations, documents, mais aussi ex-femmes vengeresses qui balancent… Il y a comme un vent de panique à l’UMP, d’autant qu’après Sarkozy, c’est aujourd’hui deux nouveaux hauts pontes du parti qui sont cités dans l’affaire Karachi.

On s’en doutait un peu depuis que Mediapart avait publié toute une série de photos de vacances présentant Copé, Hortefeux et Takieddine comme cul et chemise à la plage et en visite de sites archéologiques au Liban. On les y voit bras dessus, bras dessous, et ce malgré le fort aspect « auvergnat » de Ziad Takieddine. Mais bon, « quand il y en a un, ça va » disait Hortefeux. Si Mediapart protège très justement ses sources, on peut supputer que ces photos très privées proviennent de l’ex-femme de Takieddine, avec lequel il vit un divorce compliqué. Coïncidence, Thierry Gaubert, proche collaborateur et ami de Sarkozy (voir Nicolas Sarkozy a chaud à son immunité) est lui aussi dénoncé par son ex-femme dans la même affaire : la princesse Hélène de Yougoslavie rapporte à la police que son ex-mari était allé en Suisse avec ledit Takieddine chercher des "valises volumineuses" d’argent liquide.
Brice Hortefeux a eu visiblement accès au procès verbal de la princesse et en a informé le principal intéressé, ce qui constitue une violation du secret de l’instruction. Le Monde a pu mettre la main sur quelques extraits de cette conversation qui a eu lieu le 14 septembre : "Elle balance beaucoup apparemment Hélène", "Je te raconterai, lui rapporte-t-il gêné d’en  parler au téléphone, mais ils ont énormément de chose ". Thierry Gaubert a reconnu lors de sa garde à vue en milieu de semaine, avoir ouvert à l'étranger des comptes bancaires destinés à accueillir des fonds non déclarés, confiés par Takieddine.

Quant à Jean-François Copé, il apparait sur les livres de comptes du même Takieddine. Selon Mediapart, il aurait bénéficié de « largesses » en nature de la part du milliardaire libanais. Et alors qu’il était ministre du Budget, il aurait servi Takieddine dans plusieurs litiges fiscaux.

Voir les commentaires

Villepin relaxé, mais les affaires s’entassent à droite

15 Septembre 2011, 06:20am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 14 Septembre 2011

 

 

 

Si Villepin est sorti blanchi, dans l’affaire Clearstram, de la Cour d’appel ce mercredi matin, la source « d’affaires » qui frappe la droite et salie la politique est loin d’être tarie. Takkiedine, Bettencourt, Bourgi… Demandez le programme du jour !

Dominique de Villepin parade au sortir du tribunal. Il a salué "l'indépendance" des juges malgré ce qu'il voit comme des "pressions". Il était soupçonné d'avoir été soit l'instigateur, soit le complice passif d'une manipulation menée avec de fausses listes de comptes bancaires, dont certains au nom de Nicolas Sarkozy, de la société financière Clearstream. Faute de preuve, la relaxe a été prononcée.

Une affaire de perdue, 10 de retrouvées

La droite est plongée dans une masse d’affaires qui ne redore pas le blason de la politique. Robert Bourgi dénonce de son côté les mallettes pleins de liquides que cinq chef d’Etats africains auraient versées pour financer la campagne de Chirac en 2002, à hauteur de 10 millions d’euros. Voir : De Chirac à Sarkozy, la Françafrique explose à la face de la droite

En parallèle, l’affaire Bettencourt se poursuit. A Bordeaux ce mercredi, l’ex-comptable de la milliardaire est entendue par Jean-Michel Gentil, l’un des juges chargé de l’instruction. Claire Thibout maintient catégoriquement ses accusations contre le gestionnaire de fortune Patrice de Maistre et l'ex-ministre Eric Woerth, à propos d'un versement en espèces de 150.000 euros pour la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Isabelle Prévost-Desprez, la présidente de la chambre correctionnelle de Nanterre qui avait rapporté que deux témoins avaient vu l’actuel Président de la République recevoir en main propre des espèces, devrait être entendue très bientôt également. Voir à ce sujet : La convocation de la juge Prévost-Desprez reportée
Autre poids lourd dans les affaires qui entachent la droite, le libanais Ziad Takkiedine. Il est au cœur des négociations de la vente de frégates à l’Arabie Saoudite en 1994, contrat qui a généré 1 milliard d’euros de commission occultes. On le retrouve dans la vente d’armes au Pakistan (affaire Karachi) avec possibles rétrocommissions à la clé qui auraient été reversées dans les comptes  campagne du candidat Balladur. Et c’est dans le cadre de l’affaire Karachi  que Takkiedine devrait être interrogé ce mercredi par le juge d’instruction Renaud Van Ryumbeke.
Plus récemment, en 2006, c’est ce même Takkiedine qui aurait présenté Amesys à Kadhafi, pour vendre le système de surveillance des télécommunications (téléphone et Internet) qui a permis au pouvoir de contrôler, censurer et repérer les dissidents libyens.
A ce sujet, lire l’affaire Karachi et le sarkozysme et Ces entreprises qui aident les dictatures à contrôler leur population

Voir les commentaires

De Chirac à Sarkozy, la Françafrique explose à la face de la droite

13 Septembre 2011, 06:16am

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 12 Septembre 2011

 

 

 

Depuis dimanche, la boule puante de la Françafrique est dégoupillée. Les affirmations se multiplient sur les liens de corruption très avancés qu'auraient cultivés les deux derniers hôtes de l'Elysée, Jacques Chirac comme Nicolas Sarkozy, avec des chefs d'Etat africains, en vue du financement occulte de leurs campagnes électorales. Les portes de l'écurie d'Augias se sont entrouvertes, entre règlements de compte et coups tordus, à huit mois des Présidentielles.

 

Voyage à Libreville

Dernier délateur en date, Jean-François Probst, ancien collaborateur de Jacques Chirac, affirme lundi dans un entretien au Parisien à propos des accusations de financement occulte africain sous la présidence Chirac que "rien ne s'est arrêté avec Sarkozy", accusant ce dernier d'avoir reçu "1 milliard de francs CFA" d'Omar Bongo.
"Bourgi s'est dépensé sans compter pour Sarkozy auprès de nombreux chefs d'Etats africains lors de la présidentielle de 2007" et ce dernier "a filé à Libreville dès juillet 2007 et refait un deal avec Omar Bongo (président gabonais ndlr), qui lui aurait donné -dit-on- 1 milliard de francs CFA", déclare cet ancien collaborateur de Jacques Chirac au RPR et à la mairie de Paris, ainsi qu'ancien secrétaire général du groupe RPR au Sénat auprès de Charles Pasqua de 1983 à 1992. Toujours selon Probst, l'arrêt des envois de valise de billets proclamés par Nicolas Sarkozy à son arrivée à l'Elysée en 2007 "n'est pas crédible, c'est même le plus gros mensonge de sa vie".

 

Vente d'objets

De son côté, Robert Bourgi a poursuivi ce lundi sa tournée très médiatique pour mettre en cause Jacques Chirac et Dominique de Villepin. L'avocat franco-libanais explique avoir pris en charge le "côté obscur de la Françafrique" après la mort en 1997 de son "maître" Jacques Foccart, père fondateur, sous de Gaulle, de ce système de relations troubles maintenues entre Paris et ses anciennes colonies africaines.

Se qualifiant de "repenti", l'avocat de 66 ans a évalué à "20 millions de dollars" les sommes qu'il a personnellement remises au président Chirac et à celui qui fut son secrétaire général à l'Elysée. Outre les billets, sa besace était pleine de cadeaux, raconte-t-il, notamment pour le grand amateur d'épopée napoléonienne qu'est M. de Villepin. "Bustes de l'empereur, pièces rares qui concernent l'empereur... Il y a deux ans, il me semble que Dominique de Villepin a fait procéder à une vente."

 

Sans trace

Robert Bourgi, qui a soi-disant vu "trop de choses ignobles" et veut désormais "une France propre", exonère totalement Nicolas Sarkozy de ce genre de pratique. Dans son cas comme pour Jean-François Probst, les accusations fusent. Mais "dans ce domaine-là, il n'y a aucune trace", acquiesce Bourgi.

 

  • A lire:

Affaires: l'étonnante mémoire sélective de Jacques Chirac

Un avocat accuse Villepin et Chirac de pratiques occultes

Voir les commentaires

Dominique Strauss-Kahn, silencieux, de retour en France

4 Septembre 2011, 22:42pm

Publié par PCF Villepinte

Société - le 4 Septembre 2011

Mots clés : Dominique Strauss-kahn, Affaire DSK,

 

 

Dominique Strauss-Kahn et sa femme Anne Sinclair sont rentrés ce dimanche matin à Paris sans faire la moindre déclaration, quatre mois après la spectaculaire arrestation à New York de l'ex-patron du FMI dans une affaire d'agression sexuelle pour laquelle il a été blanchi au pénal.

Une heure après avoir débarqué à Roissy d'un vol Air France en provenance de New York, le couple Strauss-Kahn/Sinclair est arrivé à bord d'une Peugeot noire à leur domicile parisien de la place des Vosges, au milieu d'une cohue de photographes et cameramen. DSK, en costume sombre, Anne Sinclair vêtue d'une veste noire, d'un jean et d'un T-shirt blanc, ont attendu quelques minutes dans la cour intérieure de leur immeuble, visiblement détendus, souriants et saluant la presse. Comme à Roissy, ils n'ont pas dit un mot.

Ils sont ensuite montés tranquillement dans leur appartement, suivis par trois hommes chargés de valises. Une conseillère de DSK a précisé aux dizaines de journalistes qu'il ne sortirait pas ce dimanche de chez lui.

DSK rentre en France après quatre mois d'un incroyable feuilleton politico-judiciaire aux Etats-Unis et en France. Le 23 août, la justice new-yorkaise a renoncé à toute poursuite pénale contre lui dans une affaire d'agression sexuelle. (à lire: Clémentine Autain, "il y aura un avant et un après l'affaire Strauss-Kahn) Une plainte au civil a été déposée au tribunal de New-York. Demeure aussi en France l'enquête sur l'affaire Tristane Banon.

  • Sur l'affaire Diallo-DSK, à lire:

Affaire Strauss-Kahn, le juge abandonne les poursuites

L'avocat de Nafissatou Diallo dénonce le mauvais traitement de l'affaire

 Les grandes étapes de l'affaire Dominique Strauss-Kah

  • Sur l'affaire Banon-DSK, à lire:

Affaire Banon: Hollande voit une opération contre lui

Affaire Strauss-Kahn-Banon: les auditions s'enchaînent

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>