Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

internationalisme

L’incroyable tournée anti-migration du ministre de l’Intérieur

18 Novembre 2020, 07:41am

Publié par PCF Villepinte

INTERNATIONAL COMMUNISTES 

Publié le 17/11/2020 par PCF

 

Gérald Darmanin a multiplié les amalgames et les arguments fallacieux durant ses rencontres en Algérie, en Tunisie, à Malte sur les enjeux migratoires.https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12467/attachments/original/1605622993/visuel_plan%C3%A8te-migrations.JPG?1605622993

Durant toute cette tournée, le ministre de l’Intérieur a fait le lien entre terrorisme et immigration. Son obsession d’accélérer les expulsions vers les pays d’origine n’a pas fait l’objet de grande communication en Europe. Peut-être parce qu’il a essuyé quelques revers ?

La Ligue tunisienne des droits de l’homme, le Forum tunisien des droits économiques et sociaux ont déploré dans des communiqués « les pressions politiques contre le gouvernement tunisien par des gouvernements européens qui profitent de l’effroi occasionné par des crimes effroyables commis par des terroristes pour se débarrasser des migrants sans papier au mépris du droit et de la justice ». Par cette remarque, la Tunisie a clairement refusé les amalgames terrorisme/immigration du gouvernement français.

Lors de son étape en Italie et à Malte, Gérald Darmanin a voulu se montrer le bon élève du nouveau pacte asile et migration en discussion avec la Commission européenne et qui veut lui aussi durcir considérablement la politique de l’Europe forteresse et accélérer les expulsions dans les pays d’origine.

Quelques jours après son retour, deux nouveaux naufrages au large de la ville de Sorman en Libye annoncés par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Près de cent morts lors de ces naufrages et cinq autres au large des îles espagnoles des Canaries qui apparait comme une nouvelle route de migration, elle aussi extrêmement dangereuse.

À la suite des deux naufrages au large de la Libye, l’OIM a appelé à rétablir le sauvetage en mer et mettre fin à la détention des réfugiés et des migrants en Libye. Cet appel rappelait que depuis le début de l’année 2020, plus de 11 000 personnes ont été renvoyées vers la Libye au risque de les exposer à des violations des droits de l’homme, à la détention, aux abus et au trafic humain. Passeurs et trafiquants profitent du chaos de ce pays méditerranéen, et de cela ni Gérald Darmanin, ni la Commission européenne n’en parlent. Ces silences rendent ces « décideurs » complices des passeurs et des trafiquants.

 

Cette tournée anti-migrants du ministre de l’Intérieur, les nombreux silences suite aux drames humains de la Méditerranée, les amalgames réguliers entre terrorisme et immigration, la communication sur les retours dans les pays d’origine, la communication sur la volonté de réformer le droit d’asile, l’absence de solutions pérennes de mise à l’abri des réfugiés qui vivent dans les rues à proximité de plusieurs grandes villes de France font partie de la campagne idéologique de la droite, de l’extrême droite, du gouvernement pour faire peur, pour faire croire que l’immigration serait « un problème à régler » ou « une anomalie à résoudre » en dehors de toute réalité, de raison qui évite le débat et les propositions politiques.

 

Ainsi, le Parti communiste français veut démonter tous les mensonges et porter l’exigence de légalisation de voies sécurisées de migrations comme une décision politique incontournable qui permettrait d’éviter les drames en Méditerranée, en mer du Nord, d’éviter les réseaux terroristes et de permettre un accueil digne aux personnes à la recherche d’une nouvelle vie et à une possibilité d’aider leur famille. Cette exigence, cette proposition a été souvent citée par les ONG, les associations, les avocats invités au débat du Forum européen sur les questions migratoires.

L’enjeu immédiat – au plus fort d’une bataille idéologique féroce – est de déployer notre argumentaire et nos actions pour empêcher que des pans entiers de notre peuple ne tombent dans le panneau des réactionnaires.

 

Cécile DUMAS, responsable adjointe du secteur international, chargée des enjeux migratoires

Accéder au manifeste Pour une France hospitalière et fraternelle, pour une Europe solidaire

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12467/attachments/original/1605623449/couv_Manifeste.jpg?1605623449

      [LIRE LE MANIFESTE]

 

 

Voir les commentaires

Ethiopie : Pour l'arrêt immédiat des combats. Le pouvoir central doit défendre la paix à tout prix (PCF)

10 Novembre 2020, 08:43am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 09/11/2020 par PCF

Ethiopie : Pour l'arrêt immédiat des combats. Le pouvoir central doit défendre la paix à tout prix (PCF)

Face au risque de sécession du Tigré, région du nord du pays, le pouvoir central éthiopien intervient militairement. Une guerre lancée après des attaques de bases militaires par le Front de libération du peuple du Tigré, qui pourrait être longue, destructrice en vies humaines et en infrastructures. Elle viendrait s'ajouter aux nombreuses tensions internes mettant à l'épreuve l'unité du pays avec sa mosaïque des peuples.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12415/attachments/original/1604921600/visuel_ethipoie.jpg?1604921600

Le premier ministre éthiopien, Abiy Hamed, est face à ses responsabilités. D’autant qu’il est récipiendaire du prix Nobel de la Paix 2019 pour son action dans la sous-région. Cela oblige le pouvoir fédéral à agir en faveur d’un règlement politique du conflit, pour dépasser le piège des rivalités internes et des ingérences extérieures.


Le remplissage du barrage de la Renaissance avive les tensions avec le Soudan et l’Egypte qui redoutent de graves conséquences avec la diminution du débit du Nil Bleu.


En octobre, le président américain Donald Trump avait jeté de l’huile sur le feu en incitant les Egyptiens à la guerre contre l’Ethiopie. Une attitude dangereuse. Seules les négociations pourront permettre de sortir de l’impasse. Le barrage doit fournir de l’électricité à des dizaines de millions d’Ethiopiens et elle sera exportée, y compris au Soudan.


Comme le souligne le Secrétariat général des Nations Unies demandant un cessez-le-feu immédiat, « la stabilité politique de l’Éthiopie est importante pour l'ensemble de la corne de l'Afrique », ajoutant « qu'Addis-Abeba accueille le siège de l'Union africaine ».


L’Éthiopie, 2e pays le plus peuplé d'Afrique, avec un fort taux de croissance, doit gagner en auto-suffisance, en particulier alimentaire, et garantir l'avenir de sa jeunesse de mieux en mieux formée.


Le PCF, ami et solidaire des peuples d’Éthiopie, demande aux forces en présence de cesser les combats sans délai, d'engager un dialogue politique, seul moyen de résoudre durablement la question de l'autonomie des régions et de l'unité du pays.


La France et l'Union européenne doivent user de leur influence en ce sens afin que l’Éthiopie préserve une paix indispensable pour répondre aux immenses défis qui sont devant elle en matière de sécurité humaine.

 

Voir les commentaires

Macron et l’opposition biélorusse: une faillite diplomatique

12 Octobre 2020, 06:43am

Publié par PCF Villepinte

 Publié le 08/10/2020 par PCF

Le voyage d’Emmanuel Macron en Lituanie et en Lettonie du lundi 28 au mercredi 30 septembre enferme la diplomatie française dans une position unilatérale vis-à-vis de la crise politique en Biélorussie et de la Russie.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12283/attachments/original/1602164447/visuel_bi%C3%A9lorussie.jpg?1602164447

La rencontre du président français avec l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa confère à cette dernière une légitimation internationale sans précédent. Associée avec la déclaration faite au Journal du dimanche du 27 septembre, disant que « il est clair que Loukachenko doit partir », cet acte de reconnaissance quasi-officielle est un facteur de tensions supplémentaires qui aggrave la crise. Il met une nouvelle fois la diplomatie française à la remorque de l’atlantisme représenté par l’opposition libérale-nationaliste biélorusse et est un élément supplémentaire dans la montée des tensions avec Moscou.

Il suffit pour s’en convaincre de souligner la présence, dans l’entourage proche de Tikhanovskaïa d’individus tels que Franak Viatchorka, qui a travaillé pour l’agence américaine chargée du contrôle des médias financés par les États-Unis. En outre, cette rencontre a lancé un mouvement similaire de diverses diplomaties européennes de reconnaissance politique, comme la rencontre de Tikhanovskaïa avec Angela Merkel, prévue le mardi 6 octobre, et le rappel d’ambassadeurs de pays membres de l’UE en poste à Minsk, des représentants des Pays baltes à celui de l’Allemagne.

L’opportunité donnée à l’opposante biélorusse de s’exprimer devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale s’inscrit dans la même logique. Tout cela va bien plus loin que les sanctions, déjà scandaleuses, prononcées par le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement du 2 octobre dernier. C’est extrêmement grave!

Ni Macron, ni l’UE n’ont tiré la moindre leçon de Maïdan et, au contraire, répètent le même comportement, à savoir s’inscrire dans une logique de blocs, dans une logique atlantiste et donner l’onction politique à des éléments libéraux et nationalistes, voire ultra-nationalistes, dont le programme est clair. Dans le cas de la Biélorussie, on peut regarder la composition de feu le Conseil de coordination politique de l’opposition, ou encore le programme électoral de la candidate.

Le président français veut saisir la crise biélorusse comme une occasion de réaffirmer son rôle au sein de l’UE, et de redessiner une « stature » internationale, dans le cadre de la préparation de la présidence française de l’UE au premier semestre 2022 et de la campagne présidentielle française. Il le fait de la pire des manières possibles, en annihilant la marge de manœuvre de la diplomatie française et en l’enfermant dans une posture de blocs, pour le plus grand plaisir de l’OTAN et de tous les atlantistes.

Il n’y aura pas de solution à la crise politique biélorusse en jetant de l’huile sur le feu et en jouant la logique de blocs. Appeler au départ de Loukachenko comme un préalable est le meilleur moyen de faire durer et d’aggraver la crise. Imposer des sanctions contre la Biélorussie l’est tout autant. Tout comme l’est la tentation, plus ou moins explicitement affichée, de tirer la Biélorussie dans une position de confrontation avec la Russie.

Bien au contraire, la solution à la crise biélorusse passe par la levée des sanctions de l’UE, la garantie de la non-ingérence extérieure, le respect de la souveraineté du pays et des choix du peuple biélorusse, et celui du principe de la sécurité collective. Emmanuel Macron, en dépit des mots qu’il a pu employer ici ou là, et l’UE mènent une politique qui va à l’encontre de ces principes.

Vincent BOULET
responsable Europe du PCF

 

Voir les commentaires

Halte aux provocations de RT Erdogan contre la souveraineté de la Grèce

28 Juillet 2020, 08:41am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 24/07/2020 par PCF

Halte aux provocations de RT Erdogan contre la souveraineté de la Grèce

La Turquie de R.T. Erdogan vient de franchir une nouvelle étape dans ses provocations bellicistes. Depuis le 21 juillet, 18 navires de guerre stationnent dans les eaux territoriales de la Grèce, notamment autour de l'île de Kastellorizo, afin de protéger l'arrivée d'un sous-marin de recherche d'hydrocarbures devant procéder à des forages.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12088/attachments/original/1595603794/visuel_ErdoganGrece.jpg?1595603794

Ces richesses sous-marines suscitent l'agressivité croissante d'Ankara qui entend s'appuyer sur l'accord illégal signé avec le Gouvernement d'Union Nationale de Tripoli (Libye), dirigé par Fayez Al-Sarraj, pour étendre la superficie de ses eaux territoriales de 30% par rapport à son plateau continental au détriment de Chypre, de l'Egypte et de la Grèce. Cette nouvelle zone économique exclusive turque comprend les îles de Kastellorizo, de Karphatos, de Rhodes ainsi que la Crète. Avec ses visées expansionnistes, R.T. Erdogan, dans un scénario à la "chypriote" veut s'approprier ces îles grecques afin de faire main basse sur les ressources gazières et pétrolières. Il peut s'appuyer sur la décomposition régionale et la multiplication des foyers d'embrasement qu'il nourrit afin d'imposer le fait accompli guerrier. Déjà en juin, la Turquie avait mobilisé plusieurs navires et des avions de combat au-dessus de Chypre et de la Grèce. A cela s'ajoute l'instabilité qu'elle génère dans une Libye déjà meurtrie par des ingérences et la violation de l'embargo sur les armes décrété par l'ONU.

 

Il est plus que temps de mettre un terme à l'assurante agressivité de la dictature de R.T. Erdogan. Dans l'immédiat, le PCF condamne la violation de la souveraineté territoriale de la Grèce, les forages illégaux entrepris autour de Chypre et des îles grecques. Le PCF exige le retrait immédiat des forces turques ainsi que l'établissement de sanctions internationales contre la Turquie qui ne cesse, à l'image d'autres puissances, de bafouer la légalité internationale.

Les peuples de la région ont besoin de la paix aux antipodes des stratégies nationalistes qui aiguisent les tensions. Le PCF exprime sa solidarité totale avec le peuple grec et les forces démocratiques de Turquie. La France et l'Union Européenne qui ont imposé à la Grèce une austérité éternelle ont une responsabilité de premier ordre pour faire respecter le droit international et la souveraineté de ses Etats membres tout en désamorçant les surenchères nationalistes. La Méditerranée orientale ne doit pas à son tour basculer dans la guerre.

 

Voir les commentaires

Le PCF condamne la répression au Mali et appelle à des solutions politiques et démocratiques

17 Juillet 2020, 08:20am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 17/07/2020 par PCF

 

Bamako a été le week-end dernier le lieu de manifestations durement réprimées avec un bilan officiel de 11 décès et 124 blessés. Depuis le 5 juin 2020, l’opposition malienne réunie au sein du mouvement M5 organisait régulièrement des manifestations pacifiques pour dénoncer les tripatouillages des résultats des législatives de mars et avril par la Cour constitutionnelle, dans un climat économique, social et sécuritaire qui ne cesse de se dégrader.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/12073/attachments/original/1594972165/visuel_Mali.jpg?1594972165

La manifestation du vendredi 10 juillet 2020 a dégénéré, pour des raisons qui restent à établir, en des déchaînements qui ont fait l’objet d’une répression avec un lourd bilan. La Forsat, « Force spéciale antiterroriste », est accusée d’avoir tiré sur les manifestants, ce qui engagerait d’autant plus la responsabilité du gouvernement malien dans ce crime.


Dans ces circonstances douloureuses, le PCF présente ses condoléances aux proches des défunts et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Nous condamnons avec vigueur lusage de la répression par lEtat malien et demande avec insistance que soient situées les responsabilités dans cette violence.

Prenant acte de la dissolution de la Cour constitutionnelle, le PCF appelle au dialogue les forces politiques maliennes et à leur sens des responsabilités afin de trouver des issues politiques pacifiques à la crise.


Le PCF en appelle à une implication plus forte de l’Union africaine. Le Mali est dans une impasse, déstabilisé par des entreprises de violences liées au banditisme et aux groupes armés « djihadistes ». Les accords d’Alger sont en échec car ils ont été imposés en dehors du peuple malien. Frappé par des décennies de politiques libérales, d’ajustement structurel et d’une corruption entretenue, le pays est un Etat failli. Depuis 7 ans et l’intervention de l’armée française, aucune des causes du désastre n’a été traitée. Pire encore la situation s’est aggravée. Cela débouche sur une absence de perspective et un désespoir de la population, lesquels, à défaut d’une alternative démocratique et de progrès économique et social, sont des bombes à retardement qui peuvent exploser à tout moment. D’autant que des forces réactionnaires et régressives se positionnent de plus en plus fortement, et que certains à l’intérieur et à l’extérieur du Mali ont toujours dans leur agenda la partition du pays, pour asseoir leur influence et la prédation des richesses.


La crise multiforme que connaît cette région ne peut avoir de solutions que politiques, économiques et sociales ouvrant une perspective de paix durable au peuple malien, désireux de rester maître de son destin.

 

Voir les commentaires

Amis Cubains, merci

25 Mai 2020, 09:07am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Dimanche, 24 Mai, 2020

José Fort

 

En ces jours de pandémie, amis cubains, vous donnez une leçon de courage, d’intelligence, de dignité. Alors que vous subissez une guerre économique et des agressions terroristes sans interruption depuis plus de soixante ans, le blocus contre votre peuple décrété par la première puissance économique et militaire du monde apparaît chaque jour davantage comme participant à une stratégie d’étranglement.

 

 

 

Depuis plus de soixante ans, vous résistez à l’impérialisme nord-américain. Depuis plus de soixante ans, vous surmontez les provocations. Depuis plus de soixante ans, vous témoignez dans les faits  - pas seulement dans les discours - de votre solidarité avec les peuples d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique soumis aux dictatures, aux violences, aux maladies, aux pillages. Depuis plus de soixante ans, vous entendez les donneurs de leçons « révolutionnaires » ou estampillés «  démocratiques ». Contre vents et marées, vous restez debout car, comme vous aimez le répéter, « mieux vaut vivre debout que mourir à genoux ». 

 

En ces jours de pandémie, la plupart des pays d’Amérique latine et des Caraïbes subissent effroyablement le Covid-19. Au désastre sanitaire vient s’ajouter  la misère extrême et la famine. Au Chili comme au Pérou, au Brésil comme en Equateur, au Panama comme en Colombie, l’ampleur du désastre dépasse l’entendement. L’Amérique latine et les Caraïbes sont au bord de la catastrophe sanitaire et sociale.

 

Amis Cubains, vous avez su vous protéger et limiter les effets de la pandémie chez vous grâce à une politique de santé exemplaire. Vous avez  aidé de nombreux pays du monde, grâce à vos médecins et personnels soignants - qui mieux qu’eux aujourd’hui méritent le prix Nobel de la Paix - car vous avez  investi dans la matière grise, particulièrement dans le domaine de la santé.  

Merci, amis cubains, de donner une autre vision de ce que devrait être la planète : un monde plus juste, plus respectueux et plus solidaire.

 

José Fort

 

Voir les commentaires

Turquie : Inacceptables destitutions et arrestations des maires kurdes

19 Mai 2020, 09:21am

Publié par PCF Villepinte

 

Publié le 18/05/2020 par PCF

Recep Tayyep Erdogan n'en finit pas de régler ses comptes avec le nombre croissant de démocrates qui s'opposent à sa politique. Les forces armées spéciales ont ces jours-ci conduit de nouvelles opérations contre les municipalités reconquises de haute lutte, en avril dernier, par le Parti démocratique des peuples (HDP).

Les co-maires de nombreuses villes, dont ceux de Siirt, Kurtulan, Idgir et Baykan, ont été destitués par le ministre de l'Intérieur et remplacés par des administrateurs issus de l'AKP, le parti présidentiel. Au total, 45 maires sur 65 sont aujourd'hui destitués dont 21 incarcérés. A cela, il faut ajouter les parlementaires emprisonnés dont le député Selahattin Demirtas.


Fragilisé par sa défaite retentissante aux municipales dans les grandes villes et une crise économique sans précédent accentuée par la pandémie de Covid-19, R.T. Erdogan n'en poursuit pas moins ses purges et le démantèlement du système municipal kurde. Celui-ci constitue le laboratoire du projet politique kurde au service des habitants. Il impulse des politiques publiques en faveur de la jeunesse, de la culture, de l'environnement, de l'égalité femmes/hommes... véritable alternative à la corruption généralisée, au népotisme et à la prédation capitaliste conduite depuis Ankara par les islamo-conservateurs.


Avec cette violence, R.T. Erdogan tente d'anéantir l'espace politique kurde où la signification des élections est d'emblée entachée de nullité. Un régime qui s'affranchit de la légitimité des urnes bascule inéluctablement dans la dictature.
Le Parti communiste français (PCF) exprime sa totale solidarité avec les maires et les militants du HDP incarcérés. Il est aux côtés des peuples de Turquie qui se tiennent debout face à la dictature. Il appelle le gouvernement de la France et les pays de l'Union européenne, prompts à dénoncer sélectivement des atteintes à la démocratie, à condamner ce nouveau coup de force et à mettre un terme aux complicités avec cette tyrannie.

 

Voir les commentaires

Etats-unis. Bernie Sanders bien placé pour la nomination

24 Février 2020, 10:34am

Publié par PCF Villepinte

Callaghan O’Hare/Reuters

Lundi, 24 Février, 2020

L'Humanité Christophe Deroubaix

Sa victoire éclatante dans le Nevada renforce le sénateur du Vermont dans son statut de grand favori. L’establishment prépare une «convention contestée».

Désormais, il n’y a plus aucune contestation ou ratiocination possibles: après son écrasante victoire dans le Nevada, Bernie Sanders est le favori pour décrocher l’investiture du Parti démocrate afin d’affronter Donald Trump. La victoire, en nombre de voix, dans l’Iowa avait été parasitée par l’immense bug démocratique. Celle dans le New Hampshire se révéla moins éclatante que ne le suggéraient les derniers sondages. Les résultats dans le Nevada sont sans appel: selon des résultats partiels, il aurait obtenu 33,2 % dès le premier tour, devant Joe Biden (17,3 %) et Pete Buttigieg (15,9 %), tandis qu’Elizabeth Warren (13,1 %) n’a enregistré aucun rebond après une performance remarquée (contre le sexisme de Bloomberg) lors du dernier débat. Au second tour, il progresse encore (près de 40 %). Soit un niveau plus élevé que ne le supposaient les dernières enquêtes d’opinion. Sa progression entre les deux tours (il s’agissait d’une primaire sous forme de caucus, comme dans l’Iowa) invalide l’hypothèse selon laquelle il se heurterait à un plafond électoral ne lui permettant pas de rassembler au-delà d’une base certes solide et galvanisée. D’autant que les électeurs se définissant comme modérés l’ont également placé en tête…

L’establishement démocrate s’est rendu à l’évidence : personne ne pourra empêcher Bernie, qui se réclame du socialisme démocratique, d’arriver en position de force lors de la convention de Milwaukee (du 13 au 16 juillet), avec le plus grand nombre de délégués…

 

Voir les commentaires

Succès historique du Sinn Féin en Irlande: Premières conséquences politiques du Brexit

17 Février 2020, 08:22am

Publié par PCF Villepinte

Avec plus de 530 000 voix en vote de première préférence et 24,5% des voix aux élections législatives irlandaises du 8 février, le Sinn Féin s’impose comme le premier parti en voix dans les 26 comtés du sud de l’Irlande. Cela assure au parti républicain 37 sièges au Parlement de Dublin. Si l’on y ajoute les résultats des élections dans les six comtés du Nord de 2017, le Sinn Féin, avec 700 000 voix, est aujourd’hui le premier parti dans toute l’Irlande.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11351/attachments/original/1581501438/visuel_SinnFein.jpg?1581501438

Pour la première fois depuis la partition de l’île en 1921, la domination des deux partis qui s’échangent ou se partagent le pouvoir au Sud, le Fianna Fáil et le Fine Gael, est remise en cause.

Le Sinn Féin a bâti ce succès historique en approfondissant son orientation républicaine et sociale et en l’adaptant aux nouvelles conditions créées par le Brexit. Son manifeste électoral, intitulé «Donner une pause aux travailleurs et aux familles», est fondé sur la fin des politiques d’austérité néo-libérales, avec des propositions concrètes sur le système public de santé (ouverture de 1500 lits et embauches de médecins et d’infirmier.e.s), des aides pour les travailleurs indépendants, des investissements d’un milliard d’euros dans les transports publics, l’opposition au recul de l’âge de départ à la retraite, la fin des arnaques de la part des compagnies d’assurance privées. Le Sinn Féin allie cette exigence sociale, chiffrée, à une ambition politique majoritaire allant jusqu’à se déclarer clairement candidat à exercer le pouvoir. La décomposition du gouvernement sortant, les menaces sur le système de retraites, les ravages de la spéculation immobilière et les scandales provoqués par les abus des assurances ont marqué la campagne électorale.

Si les enquêtes d’opinion concluent au fait que la question du Brexit n’a sans doute pas été déterminante dans le résultat de ces élections législatives, il n’en demeure pas moins qu’elle aura constitué une des toiles de fond de ces élections. Les résultats du Sinn Féin dans les régions frontalières ne sont pas fortuits. Le sort de l’Irlande, comme l’ensemble de la «relation future» entre le Royaume-Uni et l’UE, n’est pas définitivement réglé, loin s’en faut. L’accord trouvé n’est pour le moment que «transitoire». Le résultat du Sinn Féin au Sud, combiné avec la résolution de la crise politique provoquée par les Unionistes au Nord, est incontestablement un appui majeur pour que les intérêts sociaux et démocratiques du peuple irlandais soient respectés dans ce contexte. Le Sinn Féin défend, à raison, l’application intégrale des accords de paix de 1998, dits «Accords du Vendredi saint», l’établissement d’un comité parlementaire sur l’unité de l’Irlande, et la perspective d’un référendum sur l’unité organisé à la fois au Nord et au Sud. Car le Brexit pose effectivement cette question.

Fabien Roussel a réaffirmé au Sinn Féin la profonde solidarité du PCF et lui a exprimé ses félicitations pour le résultat des élections. La solidarité historique du PCF avec la lutte du peuple irlandais et avec le Sinn Féin reste pleine et entière!

Vincent BOULET
Responsable Europe du PCF

Voir les commentaires

Brexit : Les intérêts des peuples britanniques et européens doivent être défendus !

1 Février 2020, 10:17am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 31/01/2020 par PCF

Brexit : Les intérêts des peuples britanniques et européens doivent être défendus !

La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne sera effective ce soir. La phase de transition qui s’ouvre sera désormais décisive.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11301/attachments/original/1580477070/visuel_brexit.jpg?1580477070

L’accord sur la future relation entre l’UE et le Royaume-Uni ne pourra pas faire l’impasse sur des questions majeures. Le Royaume-Uni se prépare à devenir le plus grand paradis fiscal de la planète. Il représente déjà, à lui seul, plus du tiers du risque d’évasion fiscale du monde avec ses territoires dans les îles anglo-normandes, l’île de Man, les îles Caïman, les îles Vierges britanniques, les Bermudes, paradis fiscaux notoires…

Le futur accord avec l’UE doit être conditionné à la lutte effective contre ces paradis fiscaux.

De plus, Boris Johnson et Donald Trump ont réaffirmé leur volonté de conclure au plus vite un accord de libre-échange de grande ampleur, remettant en cause les règles de sécurité alimentaire, et libéralisant totalement le commerce et les prix des médicaments au plus grand plaisir de l’industrie pharmaceutique américaine, et au plus grand péril pour le système de santé britannique. Ce projet d’accord, allié à l’orientation politique générale du gouvernement de Boris Johnson, fait peser de lourdes menaces sur les normes sociales et environnementales qui subsistent encore au Royaume-Uni, déjà mises à mal par de longues années de politique d’austérité néolibérale.

Si le choix du peuple britannique à quitter l’UE doit être respecté, les modalités de mise en œuvre du Brexit ne peuvent pas compromettre les intérêts des peuples d’Europe, du Royaume-Uni, ils ne doivent pas non plus remettre en cause la paix en Irlande. Le PCF réaffirme sa solidarité avec les forces de gauche britanniques et irlandaises qui luttent dans cette direction.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>