Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

election

L’espoir au présent

23 Mai 2022, 11:19am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 19/05/2022 par PCF

Déclaration des responsables du PCF en charge du « programme partagé » de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale et du porte-parole du PCF

Les 12 et 19 juin prochains, un vent d’espoir peut se lever sur la France.

 

Emmanuel Macron n’a remporté la présidentielle qu’à la faveur de la volonté majoritaire du pays de barrer la route à l’extrême droite.

En se rassemblant pour les législatives, la gauche rend aujourd’hui possible la mise en échec du président de la République et de son programme de casse sociale, la défaite de très nombreux députés de droite et d’extrême droite. La conquête d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale devient possible pour relayer les attentes du mouvement populaire. 

Avec les propositions de « La France des Jours heureux », le PCF et son candidat Fabien Roussel ont travaille avec l’ensemble des forces de gauche au programme partagé que nous défendrons ensemble. Ils ont particulièrement insisté sur la nécessité de se doter de moyens financiers et de pouvoirs à la hauteur des objectifs sociaux et écologiques avancés. D’où la place du travail et de l’emploi au cœur des politiques publiques à déployer, en sécurisant l’emploi et la formation…

D’où l’engagement pour la retraite à 60 ans, en intégrant les périodes d’études et de non travail dans le calcul des années de cotisation nécessaires pour une pension à taux plein. D’où l’exigence d’une République sociale, laïque, universaliste et démocratique, qui se déploie partout avec des services publics pour toutes et tous… D’où l’importance accordée à la réappropriation publique et sociale de grandes entreprises concernées telles EDF et Engie, comme au besoin d’un pôle public financier avec la nationalisation de banques privées pour conduire une politique réellement transformatrice…

D’où l’accent mis sur un nouveau mode de développement, solidaire et écologique, qui suppose un mix énergétique nucléaire/renouvelable, la réindustrialisation de la France et la nationalisation de grands groupes stratégiques, ainsi que de nouveaux pouvoirs d’intervention des citoyens et des salariés sur l’économie… D’où enfin la demande que la France use de son siège au Conseil de sécurité pour faire naître des coopérations solidaires entre les peuples et prévaloir le droit international et la paix, en Europe autant qu’en Palestine ou au Sahara occidental, et dans la levée du blocus de Cuba…

 Certains de ces points figurent parmi nos objectifs communs, d’autres resteront à débattre entre les groupes de gauche au sein de la prochaine Assemblée. Le plus important est que nos compatriotes puissent voir leurs vies changer dès l’été, et qu’avec les mobilisations populaires la colère se transforme en une force puissante de changement.

 

Ian BROSSAT - Léon DEFFONTAINES - Marie-Jeanne GOBERT - Christian PICQUET - Évelyne TERNANT - Vincent Boulet

 

 

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

22 Mai 2022, 07:15am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Voir les commentaires

Une campagne de propositions et d’échanges

19 Mai 2022, 06:51am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 18/05/2022 par PCF

Bouches-du-Rhône, 13e circonscription

Affluence impressionnante lors de la réunion constitutive du comité de soutien de Pierre Dharréville et Magali Giorgetti, à Martigues. Hanane Touach, présidente d’un club sportif, prend la parole pour les droits des femmes. Alain Audier évoque les enjeux industriels et ceux de la santé au travail. Mathieu Frantz veut croire en une jeunesse qui aspire encore à un futur où justice sociale et écologie seront mises sur le devant de la scène…


Plus de mille personnes ont, depuis, rejoint le comité de soutien et les initiatives se multiplient, tandis que les candidats se démultiplient. Le porte-à-porte a déjà commencé dans les quartiers populaires, les rencontres se poursuivent sur les marchés provençaux, et dans chaque ville de la circonscription s’organise un « Rendez-vous pour vivre bien ». C’est leur slogan : « Ensemble, vivre bien ». Cela peut paraître ordinaire, banal, expliquent les candidats, mais si ça l’était, ça se saurait… Vivre bien, ce sont les salaires en pensions, la sécurité sociale, les services publics… L’hôpital est au cœur des attentions, tout autant que l’école. Les mobilisations émergent un peu partout contre les fermetures de classes et le manque de remplaçants après une période de pandémie éprouvante.


Le bilan de député, un document de 34 pages retraçant son action locale et nationale, est diffusé par les militantes et les militants. « Ce bilan, c’est un peu le vôtre, répète Pierre Dharréville. Les victoires, nous les avons obtenues ensemble. » Le Centre AFPA d’Istres était menacé de fermeture, il est en train de reprendre vie. Une dynamique est enclenchée autour de la réhabilitation de l’étang de Berre. Le congé de proche aidant est désormais indemnisé. L’hôpital va connaître de nouveaux investissements… À Port-Saint-Louis du Rhône, lors du premier rendez-vous, les sujets fusent : le rail, l’enseignement supérieur, la pauvreté. Il en est de même à Port-de-Bouc quelques jours plus tard : l’énergie, l’enseignement professionnel…


C’est une campagne de propositions et d’échanges, où il s’agit de faire grandir l’espoir d’un changement. Pour cela, il faut une nouvelle majorité, que peut permettre l’alliance constituée au sein de la nouvelle union populaire écologiste et sociale. Sur les murs, c’est un rassemblement populaire qui s’affiche : les candidats sont entourés d’une foule d’habitantes et d’habitants. Une deuxième affiche montre Pierre Dharréville et Magali Giorgetti en plein échange avec ce sous-titre : « À vos côtés ». Les militantes et les militants rapportent les témoignages qu’ils recueillent sur ces élus appréciés pour leur engagement sans relâche et leur proximité. Les échanges se poursuivent avec les associations. Nombre de syndicats disent combien le travail avec leur député a été précieux.


Les prochains rendez-vous se préparent dans chaque ville avec le comité de soutien, avant le grand meeting final au théâtre de verdure de Martigues, le 9 juin prochain.

 

 

Voir les commentaires

Une nouvelle séquence politique

27 Avril 2022, 11:41am

Publié par PCF Villepinte

Emmanuel Macron ne bénéficie d’aucun blanc-seing.

Du jamais-vu. Au lendemain de son élection, Emmanuel Macron cherche les moindres traces d’une adhésion populaire véritable. Il ne les trouvera pas. Non seulement il a perdu 2 millions de suffrages exprimés par rapport à 2017 – Marine Le Pen en récolte plus de 2,5 millions supplémentaires –, mais les enquêtes d’opinion indiquent de manière implacable qu’une large majorité des Français souhaitent une cohabitation lors de son second quinquennat.

En résumé, 63% des personnes interrogées espèrent que le chef de l’État réélu «ne dispose pas d’une majorité» à l’issue des légis­latives, sachant que 44% aimeraient le voir cohabiter avec Jean-Luc Mélenchon comme premier ministre. Enfin, 57% de nos concitoyens plaident pour que les partis de gauche (FI, PCF, EELV et PS) présentent des candidats communs. L’union des forces de progrès reste dans les têtes, telle une aspiration sinon une exigence…

Nous entrons dans une nouvelle séquence politique. Elle peut, de toute évidence, ne pas ressembler à celle de 2017 et fracasser l’absurdité du désespoir. Le gagnant ne bénéficie d’aucun blanc-seing, d’autant que sa propre campagne électorale, brève et assez évanescente, n’a pas servi de purge cathartique des monumentales colères qui traversent le pays. Sombre victoire en vérité.

Emmanuel Macron se voit élu dans un océan d’abstention, avec, en sus, 3 millions de votes blancs et nuls, et au moins la moitié des personnes ayant voté pour lui ont glissé son nom dans l’urne pour barrer la route à l’extrême droite et non par soutien à son projet libéral. Le voilà très affaibli, dans un contexte de possible explosion sociale. Pouvoir d’achat en berne, colère dans les hôpitaux et dans le monde éducatif, réforme des retraites pouvant être décidée par 49-3 (dixit Bruno Le Maire), urgence climatique, etc.: le président ne possède aucun état de grâce pour le début de son nouveau mandat. Parlons plutôt de défiance.

Rien n’est impossible désormais pour répondre aux attentes populaires, enclencher une vraie dynamique d’espoir, et s’adresser aux 11 millions d’électeurs de gauche du premier tour et aux 12 millions d’abstentionnistes. L’objectif: élire une majorité au Parlement et battre le bloc raciste de l’extrême droite, comme le bloc libéral de la droite représenté par Macron. 

[EDITORIAL publié dans l'Humanité du 26 avril 2022.]

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin à

 

Voir les commentaires

Le piège du référendum anti-Macron

16 Avril 2022, 08:35am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

La gauche progresse et peut gagner les élections législatives. Donnons cet espoir !

15 Avril 2022, 12:53pm

Publié par PCF Villepinte

Publié le 15/04/2022 par PCF

PRÉSIDENTIELLE 2022 / CONFÉRENCE DE PRESSE DE FABIEN ROUSSEL

 

Je voudrais tout d’abord remercier le travail des journalistes qui ont tout fait pour faire vivre cette présidentielle malgré une actualité forte, l’absence du débat, l’entrée tardive et très faible du candidat Macron alors que le ressentiment à son égard est fort.

 J’espère que vous avez vécu une campagne heureuse avec nous. En tout cas, c’est le cas pour moi.

Je savais que cette campagne demandait beaucoup au candidat, aux équipes, avec des coups durs, des surprises, de la fatigue.

 Nous n’avons pas été déçus pour cela. Cette campagne a été aussi marquée par beaucoup de belles rencontres, de moments forts, heureux et je garderai donc aussi tous les sourires rencontrés.

Le résultat final, à l’issue de cette belle campagne est donc décevant, malgré tous les points marqués.

Ce qui est dur, c’est le résultat très élevé de l’extrême droite qui progresse encore malgré une abstention plus forte.

 Depuis sa 1ère campagne, en 2012, elle progresse de 1,6 millions de voix avec une abstention supplémentaire.

Il faut tout faire pour la battre, en utilisant le bulletin Macron et non pas en s’abstenant.

C’est de plus en plus difficile de le faire car Macron porte une grande responsabilité dans cette situation, à cause de sa politique qui a tellement appauvri les français, affaibli notre pays, nos services publics.

 Ce qui est dur, c’est aussi l’ampleur du vote prétendument utile. Il a fonctionné de manière exceptionnelle, spectaculaire.

Beaucoup qui aurait voulu voter davantage pour les idées dont ils sont les plus proches, ont voté pour qualifier celui qui, à gauche, à droite, à l’extrême droite, avaient le plus de chances d’être qualifié au second tour. Il y a un dégagisme puissant qui s’exprime au 1er tour de cette élection présidentielle.

 Cela est dû au mode de scrutin présidentiel, le seul qui qualifie au 2nd tour seulement les 2 premiers arrivés en tête.

Cela tue le débat, et le vote pour ses idées.

Notre Vème République est à bout de souffle.

 Je n’en veux absolument pas à ceux qui, au final, ont changé leur bulletin de vote « Fabien Roussel » en bulletin de vote « Jean-Luc Mélenchon ». Ils ont sincèrement voté pour éviter d’abord le duel Macron/LePen.

 Cela donne encore plus de valeur, plus d’importance à ce que nous avons réussi à rassembler, à faire vivre :

Rassembler 802 000 voix et faire 2,28 % relève presque de l’exploit quand on a été absent pendant 15 ans et face au dégagisme.

Je félicite et salue encore une fois nos électeurs et tous les soutiens. On est parti de si loin.

 Nous avons participé au débat, apporté du neuf, des propositions utiles au pays : faire passer le travail avant les dividendes, obtenir l’augmentation des salaires, des retraites et du pouvoir d’achat, rebâtir une République sociale, laïque et universaliste, forte contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme, agir pour la souveraineté énergétique, industrielle, alimentaire de notre pays, faire grandir une voix indépendante de la France pour la paix et la coopération en Europe et dans le monde, voilà notre boussole.

 C’est un point d’appui, une force, un capital politique qui compte tout de suite et qui comptera pour la suite.

C’est une force qui doit compter pour les élections législatives à venir.

Si cette présidentielle est un piège, il est possible, pour la Gauche, pour le monde du travail, pour la jeunesse, d’en sortir avec ces élections.

Il faut aujourd’hui donner cet espoir et dire que c’est à portée de main.

 Avec 32 %, +4,3 %, la gauche progresse. Elle pourrait l’emporter dans 150 circonscriptions contre 60 aujourd’hui avec des députés sortants.

 Il faut donner cet espoir que la Gauche pourrait gagner les élections législatives et mettre en place une tout autre politique pour les français.

 Bien sur, Jean-Luc Mélenchon, que j’ai félicité pour son résultat (22 %), est celui qui peut envoyer ce signal et permettre de faire gagner beaucoup, beaucoup de députés de gauche. Je lui redis aujourd’hui l’entière disponibilité du PCF et de moi-même pour trouver cet accord.

 Je fais cette proposition à Jean-Luc Mélenchon : voyons-nous, discutons comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant.

Je suis disponible pour discuter de toute proposition qu’il mettrait sur la table. Soyons ambitieux !

Identifions, ensemble, toutes les circonscriptions où la Gauche est en capacité de l’emporter.

Je lui fais la proposition d’additionner nos voix, nos programmes, nos idées, tout en respectant nos différences.

Soutenons les sortants et faisons élire le plus de députés communistes, insoumis, et adressons-nous, dans le même esprit, aux autres forces de gauche.

 J’espère que nous trouverons les voies de cette discussion.

 

Voir les commentaires

Un vote tourné vers l’avenir

31 Mars 2022, 07:02am

Publié par PCF Villepinte

La dynamique de la campagne de Fabien Roussel se retrouve aussi dans le nombre et la qualité des appels à voter. En nous limitant ici aux initiatives nationales (il existe en effet une série d’appels locaux, par ville, département, région), on remarque l’importance d’appels venus du monde du travail.

Aymeric Seassau, responsable national aux entreprises, rappelait que depuis 2018 et le lancement de son tour de France des entreprises, Fabien Roussel avait visité près de 150 entreprises. Aujourd’hui, ce sont déjà des milliers de      qui se sont      dans les appels à voter de leur profession.

Ainsi ont été publiés un appel de salariés de l’industrie, un appel de    , un appel denseignant·e·s et personnels de l’Éducation nationale, un appel des personnels de la santé, un appel de      de l’énergie, un appel dagent·e·s territoriaux·iales, un appel des salariés de la RATP.

(Voir notamment Les appels à voter des cheminot·e·s ( ), des enseignant·e·s ( ), des agents et personnels de la santé ( ), de La Poste, de l’énergie ( ) et de la fonction publique territoriale ( ).)

Plus récemment, la presse a fait état d’un texte collectif de députées et députés des groupes parlementaires et apparentés qui se conclut ainsi : « Une dynamique s’est créée au cours des dernières semaines, elle ne demande qu’à s’amplifier encore. C’est pourquoi, nous, anciennes députées et anciens députés, nous engageons dans cette campagne et apportons tout notre soutien à la candidature de Fabien Roussel à l’élection présidentielle pour construire la France des Jours heureux ».

On retiendra encore l’appel de deux anciens ministres, Anicet Le Pors et Charles Fiterman, affirmant : « Le vote utile, c’est pour nous Fabien Roussel. (…) Il est tourné vers l’avenir, Fabien Roussel, c’est donc bien le vote le plus utile pour porter les espoirs de la France qui travaille et qui crée. »

Enfin, à l’initiative de Roger Martin, une vingtaine d’auteurs·trices de roman noir, BD et poésie, ont signé un texte déclarant notamment : « Nous sommes écrivaines et écrivains, scénaristes, artistes. (…) Nous disons qu’il y a péril. Péril pour la démocratie, pour la fraternité, pour les exclus, les petites gens, et les couches moyennes, péril pour la France.

Nous affirmons qu’il faut faire preuve d’audace, de cohérence, de volonté, répondre aux urgences climatiques et environnementales, et d’abord en sauvegardant un grand service public de l’Énergie, reconstruire le système de Santé et l’Éducation, si éprouvés, redonner ses lettres de noblesse à la Culture si malmenée. Et surtout, centrer toute cette politique sur les femmes et les hommes qui produisent les richesses et qui sont au cœur du progrès.

C’est pourquoi, nous appelons les citoyennes, les citoyens, à monter à l’assaut du ciel, pour que demain surgisse l’horizon des Jours heureux. Nous appelons à voter pour Fabien Roussel. » 

 

Voir les commentaires

Plaies sociales

30 Mars 2022, 06:46am

Publié par PCF Villepinte

Jean-Emmanuel Ducoin L'Humanité

 Publié le Mercredi 30 Mars 2022

À moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle – période pendant laquelle habituellement les tendances se solidifient –, bornons-nous à prendre l’empreinte du paysage au plus près d’une certaine «réalité», juste de quoi retourner dans le «cercle de la raison».

Si la campagne a démarré tardivement en raison de la crise sanitaire puis de la guerre en Ukraine, ce que la médiacratie dominante nous avait promis depuis six mois a depuis été essoré par les faits, comme si la dure vérité de la vie des Français avait repris le dessus. Non, le scrutin ne se jouera pas autour de l’identité et de l’immigration, ni à partir d’une vision d’exclusion adossée aux maudites thématiques nauséeuses d’une France rance et xénophobe, fantasmée et repliée sur elle-même.

Pouvoir d’achat, retraites, RSA, pauvreté, avenir industriel, énergie… En quelques semaines, comme cela était pourtant prévisible, tout a changé de paradigme. Loin des idioties et des immondices qui ont tourné en boucle, les grandes questions sociales sont bel et bien restées, dans le tréfonds des consciences populaires, les priorités des citoyens. Des priorités absolues.

Autant le dire, l’entrée par la petite porte d’Emmanuel Macron dans l’arène électorale n’a pas bousculé ce scénario, bien au contraire. La brutalité de ses réformes envisagées pour un nouveau quinquennat a confirmé cette clarification économique et sociale: à droite toute, régression à tous les étages!

Dans cette nouvelle séquence dune extrême brièveté dici au 10 avril, mais fondamentale, le débat se dispute désormais sur une tout autre orientation: celle des plaies sociales béantes qui menacent de disloquer celles et ceux qui promettent encore plus de sang et de larmes à un peuple déjà atomisé par la souffrance.

Un moment potentiellement dangereux pour l’hôte de l’Élysée. «La marche triomphale qui sesquissait il y a quinze jours semble plus chaotique», écrit dans sa dernière livraison la Fondation Jean-Jaurès à propos du président-candidat, avant d’ajouter: «Ce nest pas encore un doute. Tout juste une ombre. Mais déjà lombre dun doute.» Et ce doute ne concerne pas qu’Emmanuel Macron…

 

Voir les commentaires

Le temps de la justice sociale et du partage est venu.

13 Janvier 2022, 13:00pm

Publié par PCF Villepinte

Publié le 12/01/2022 par PCF

Lettre aux Français

Le temps de la justice sociale et du partage est venu.

C’est le sens de ma candidature à la présidence de la République.

 

Je ne suis pas venu vous dire que la vie est dure. Vous le savez. L’épidémie de Covid-19, la vie chère, les bas salaires, les petites pensions pèsent lourdement sur nos vies.

Et la jeunesse se cherche un avenir nouveau, respectant le vivant, préservant le climat, débarrassé de toutes formes d’exploitation et de domination.

Je vis à Saint-Amand-les-Eaux, je suis député du Nord, je connais cette réalité. Elle est mon quotidien.

Dans toute la France, dans nos villes comme dans nos villages, en métropole comme en Outre-Mer, partout les injustices croissent et la République recule parce que la finance, les trafics, la corruption, eux gagnent du terrain.

Ne laissons plus faire !

Il y a tant de richesses, d’énergie, de solidarité, de fraternité, d’hommes et de femmes qui s’engagent, de manière honnête et désintéressée, qui veulent être utiles et défendre l’intérêt général !

Il y en a tant aussi qui aspirent simplement à vivre dignement de leur travail et à être respectés.

C’est ce que je veux porter, moi aussi, pour la France, pour nous toutes et tous : redonner tout son sens au travail, aux services publics, à la santé, à l’éducation, à la culture, à la recherche, en mobilisant toutes les forces du pays autour d’un projet collectif, pour servir l’être humain et la planète et non plus pour enrichir une infime minorité de privilégiés.

C’est le sens du programme que nous vous proposons. Retrouvons la maîtrise de nos richesses, de nos moyens de production. Faisons tomber le mur de l’argent !

Ne laissons plus la finance occuper éternellement l’Élysée et le Parlement ! Allons-y !

Construisons ensemble cette République sociale, laïque, écologiste, féministe, démocratique que nous sommes si nombreux à vouloir bâtir.

Permettons à la France de retrouver son indépendance, de faire entendre sa voix dans le monde pour faire gagner la paix, la prospérité et l’amitié entre les peuples, en Europe et dans le monde.

Écrivons ensemble une nouvelle page de l’histoire de la République française en faisant vivre à nouveau une gauche sincère, honnête et à l’origine de tant de conquêtes sociales.

Relevons le défi des Jours heureux !

 

Fabien Roussel, candidat à l'élection présidentielle

 

Télécharger la Lettre aux Français

 

Voir les commentaires

Certains reprochaient aux corses de faire voter les maures!

11 Décembre 2021, 13:07pm

Publié par PCF Villepinte

Des électeurs étrangers derrière la victoire de Valérie Pécresse

Pour se qualifier au second tour du congrès LR, Valérie Pécresse avait devancé Michel Barnier, troisième, de 1 209 voix seulement. Plusieurs centaines de ses électeurs ont été amenés par un rabatteur de la communauté franco-asiatique, qui a aussi mobilisé des étrangers. La candidate de droite s’oppose pourtant au droit de vote des étrangers.

Médiapart Antton Rouget

La candidate Valérie Pécresse a pu compter sur le soutien d’électeurs étrangers pour remporter le scrutin interne organisé lors du congrès des Républicains (LR), du 1er au 4 décembre, selon des informations de Mediapart. Ces électeurs, rameutés par un élu francilien de la communauté franco-asiatique, ont pu adhérer au parti dans la dernière ligne droite de la campagne interne, les statuts de LR n’interdisant pas aux étrangers de participer au vote.

Leur proportion reste à ce jour inconnue, le parti de droite ne nous ayant pas communiqué le nombre de nouveaux adhérents de nationalité étrangère, mais leur impact sur le résultat d’un scrutin serré est forcément non négligeable. Au premier tour, Valérie Pécresse, arrivée deuxième derrière le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, avait devancé son concurrent Michel Barnier de 1 209 voix seulement, avant de triompher au second tour.

Au sein de LR, l’énergie déployée par l’équipe de Valérie Pécresse dans la « bataille des cartes » n’avait échappé à personne. « Tout le monde a essayé de faire adhérer ses réseaux, mais elle a été la meilleure à ce jeu-là », confiait-on récemment dans l’entourage d’un de ses concurrents. Les fédérations d’Île-de-France ont ainsi vu leurs effectifs doubler, jusqu’à représenter 26 % du corps électoral national.

En revanche, l’afflux de ressortissants étrangers parmi les votants surprend les élus ou cadres LR que nous avons interrogés, certains découvrant même, à l’occasion de notre questionnement, cette simple possibilité. En 2016, la primaire de droite était réservée aux Français inscrits sur les listes électorales. Cette année, le passage d’une primaire à un congrès – et la limitation du corps électoral aux adhérents LR – a ouvert, comme une brèche que le parti n’avait pas anticipée, la possibilité de faire voter des étrangers.

Après une campagne d’adhésion, les communautés françaises d’origine asiatique ont apporté plus de 600 adhérents à LR pour voter Valérie Pécresse

Ton-Tona Khul, soutien de la présidente de région

Une cocasserie politique, au sein d’une formation qui a toujours milité pour réserver le droit de vote aux citoyens français à toutes les élections (locales comme nationales). En 2012, Valérie Pécresse elle-même s’était fermement positionnée contre l’ouverture du droit de vote aux étrangers, alors réclamée par des élus socialistes. À l’époque députée d’opposition, elle avait dénoncé les « arrière-pensées » électorales de ceux qui voulaient élargir le droit de vote. « Dans le contexte actuel, ça ne fera que diviser la communauté », pointait-elle, revendiquant « la citoyenneté à part entière » autour de « la fierté d’être français ». 

Depuis 2015, la présidente de la région Île-de-France n’a de cesse de dénoncer le « clientélisme » auquel elle a mis fin en reprenant le conseil régional à la gauche. Une thématique qui lui est chère : le 8 novembre dernier, lors d’un débat entre candidats LR sur LCI, elle reprochait à Emmanuel Macron d’avoir créé le « clientélisme présidentiel ».

Sollicitée sur les conditions d’adhésion de sympathisants franciliens, son équipe de campagne a tenu à rappeler que « chaque nouvelle adhésion aux LR a été validée par le siège des Républicains dans le cadre d’un congrès dont la sincérité du scrutin était contrôlée par une instance présidée par le sénateur Philippe Bas »« Toute personne qui se prévaut d’avoir suscité un certain nombre d’adhésions aux Républicains n’engage qu’elle-même », a aussi indiqué le service presse de la candidate.

Également questionnés, Les Républicains confirment que, depuis leur création, « l’adhésion au mouvement n’est liée à aucune condition de nationalité », sans fournir de précision sur le nombre de ressortissants étrangers ayant rejoint leur rang juste avant le congrès.

Les nouveaux adhérents ont notamment été amenés par Ton-Tona Khul, adjoint à la mairie de Villepinte (Seine-Saint-Denis), engagé aux côtés de Valérie Pécresse depuis plusieurs années. Le 13 novembre, cet élu local, investi aux prochaines législatives, s’était félicité de l’opération dans un message posté sur les réseaux sociaux. « Après une campagne d’adhésion, les communautés françaises d’origine asiatique ont apporté plus de 600 adhérents à LR pour voter Valérie Pécresse », annonçait-il alors.  Le message était accompagné d’une photographie avec Valérie Pécresse et Patrick Karam, incontournable vice-président de la région Île-de-France, chargé de la vie associative et du sport.

Sollicité par Mediapart, l’élu de Villepinte confirme avoir participé à la campagne d’adhésion en activant ses réseaux associatifs. « Je m’occupe depuis très longtemps de la communauté des Français d’origine asiatique, je fais le travail en tant que militant auprès de la communauté », explique ce chef d’entreprise d’origine cambodgienne. « Je suis aussi responsable de l’opposition cambodgienne [en exil]. J’ai appelé à adhérer et à voter Valérie par idéologie commune, parce qu’elle défend la démocratie, etc. Côté cambodgien, c’est une facilité pour moi, les gens me font confiance, et on partage les conceptions et idéaux de Valérie », ajoute-t-il.

Pour trouver de nouveaux adhérents, Ton-Tona Khul a aussi pu compter sur un « apport qui est fait par la communauté chinoise, laotienne, vietnamienne, etc. », selon ses explications. Avec un groupe de personnes qui n’ont pas la nationalité française. « La proportion de non-Français vient plutôt des Chinois, ils ne sont pas très très nombreux parmi les 600 », relativise l’élu.  

Comment Ton-Tona Khul pouvait-il être certain, dès la publication de son message le 13 novembre, que ces 600 personnes voteraient bien pour Valérie Pécresse et pas un de ses quatre concurrents ? « On donne des consignes de vote, on explique, etc. Vous savez, les autres candidats font la même chose, chacun essaye de faire adhérer au maximum ses sympathisants », répond l’élu de Villepinte, tout en rappelant que « chacun vote individuellement ».

Ce n’est pas la première fois que l’adjoint de Villepinte active ses réseaux en faveur de Valérie Pécresse. Comme Mediapart l’avait raconté, l’élu d’origine cambodgienne, qui participe à l’organisation du nouvel an lunaire à la région Île-de-France, était au cœur de l’organisation du meeting Potemkine de l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, à Brive, en août 2019. S’y étaient retrouvés des contingents entiers de faux militants rameutés depuis Paris et issus d’associations communautaires, pour certaines subventionnées par la région.

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>