Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

democratie

NON

7 Avril 2013, 18:47pm

Publié par PCF Villepinte

Conseil Unique, circulaire Unique, pensée unique ! NON ! Bravo aux camarades alsaciens

NONConseil Unique, circulaire Unique, pensée unique !

Voir les commentaires

Après la polémique contre le Parti de gauche...

6 Avril 2013, 18:36pm

Publié par PCF Villepinte

Mots clés : parti de gauche, alexis corbiere, évasion fiscale, jérôme cahuzac,

 

 

 

Par Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche.

"Les aveux de Jérôme Cahuzac résonnent comme un coup de tonnerre. Ils sont le visage repoussant d’une crise de régime qui va s’amplifier. Un grand coup de balai s’impose. Après la mise en examen de l’ancien président Nicolas Sarkozy, ils accélèrent la décomposition d’un régime politique. En dix mois, ce gouvernement est déjà plombé par un énorme scandale judiciaire. Toutefois, ces aveux n’étonneront que les naïfs. Le problème dans cette affaire ne vient pas seulement d’un mensonge d’un homme seul, fût-il déjà inacceptable. Là n’est pas le plus grave. François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne peuvent s’en sortir désormais avec des condamnations faciles et des larmes de crocodile. C’est à cet homme que le président de la République avait confié la lutte contre la fraude fiscale. Quel aveuglement! C’est lui qui fut un de ses plus proches conseillers durant la campagne présidentielle. Quelle honte!

Ce lien entre argent et politique est une signature du mal qui ronge notre société. Ceux qui ont trop longtemps fermé les yeux devant l’évidence sont coupables. C’est la marque d’une arrogance de caste où, entre puissants, on tolère longuement ce que l’on reprocherait immédiatement à un modeste employé ou un chômeur.

Le dégoût que je ressens fait écho aux inacceptables attaques que nous ont lancées quelques bureaucrates solfériniens lors du congrès du Parti de gauche. Des misérables ont considéré que nos indignations, alors dirigées contre le ministre Moscovici sur l’affaire de Chypre, étaient dignes «des années 1930». Quelques minables nous ont même comparés aux ligues fascistes qui prospéraient ces années-là. Ces attaques indignes et blessantes ont déshonoré ceux qui les ont portées. Mais, précisément, je repense aujourd’hui aux années 1930 et au climat détestable qui régnait alors. Qui rappellera que ce sont des scandales judiciaires comme l’affaire Alexandre Stavisky qui accélérèrent la crise qui secoua la France des années 1930 et firent le miel de l’extrême droite ? En ce temps-là aussi, le « beau Sacha », comme on appelait Stavisky, avait berné, disait-on, beaucoup de monde par ses mensonges. Cette affaire fit éclater au grand jour les liens entre les milieux financiers et des politiques peu scrupuleux. Elle ébranla le régime. C’est donc en réaction que des ligues fascistes, mais pas seulement, manifesteront violemment vers l’Assemblée nationale, le 6 février 1934. Aujourd’hui, c’est le « beau Jérôme », pourtant l’objet hier de tant de portraits flatteurs, qui déclenche une crise dont les conséquences seront profondes.

La parole politique des membres du gouvernement est désormais gravement mise en cause dans sa globalité. Toute forme de consentement à l’autorité est en miettes. Tant mieux. Il y a encore quelques mois, Jérôme Cahuzac, sur ordre de François Hollande et Jean-Marc Ayrault, était le zélé maître d’œuvre de la rigueur stupide qui fait actuellement tant de mal à notre pays. C’est maintenant à cette politique qu’il faut s’opposer aussi avec fermeté. C’est le moment opportun. Les justifications de ses décisions injustes sont jetées à terre par les mensonges de l’ex-ministre du Budget sur ses comptes personnels. Si l’exigence citoyenne d’un passage à une VIe République, où le peuple pourrait contrôler ses élus, sortait aussi renforcée de ce scandale, un bien sortirait d’un mal.

Aujourd’hui, ceux qui entretiennent véritablement un climat digne des années 1930 doivent laisser la place. Ouste! qu’ils s’en aillent! Par leur incapacité à affronter ce lien avec milieux financier et politique, ils font le jeu des adversaires de la République. Ceux qui, comme nous, dénoncent ce climat de haute corruption morale doivent être soutenus et non calomniés. La pourriture de la Ve République est à son comble. L’intimidation ne nous fera pas taire. Pourquoi nous reprocher de crier notre indignation face à ces comportements digne d’authentiques « salopards » ? Dans un tel climat, nous brisons les convenances pour nous faire entendre. Vous avez dit « années 1930 » ? Hélas, oui.

  • A lire aussi:

Vérité(s): de quoi Cahuzac est-il le nom?

A Tulles, François Hollande appelle à l'"exigence morale"

Alexis Corbière

Voir les commentaires

De l’air, vite!

4 Avril 2013, 07:30am

Publié par PCF Villepinte

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité. "C’est une régénération de la démocratie qui est à l’ordre du jour. Plus la politique s’éloigne de nos concitoyens, plus ils la repoussent (...). Il est plus qu’urgent de se réapproprier la chose publique et de changer de république.

On n’a sans doute pas fini de ressentir les secousses dévastatrices de l’onde de choc provoquée par l’ignoble attitude de M. Jérôme Cahuzac. Cette affaire survient dans un climat général de putréfaction de la vie publique, où s’entremêlent dans de graves soupçons les noms de MM. Strauss-Kahn, Sarkozy, Tapie, Woerth, Guérini, de Mmes Bettencourt, Lagarde et d’autres encore, l’action politique est minée par un discrédit rampant dont il devient urgent de tirer toutes les conséquences. Le dégoût gagne nos concitoyens. Notre république a besoin d’un grand nettoyage.

Voici qu’un ministre chargé de traquer les délinquants fiscaux était lui-même un hyperfraudeur! Se réclamer des valeurs de la gauche et ouvrir un ou des comptes dans des paradis fiscaux révèle déjà une moralité politique plus que douteuse. Mais accepter d’avoir été nommé par la droite président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, puis par François Hollande ministre du Budget, relève de l’injure faite à la nation. Et qui peut certifier aujourd’hui que les premiers aveux aux juges ne dissimulent rien d’autre d’encore plus grave? D’où lui vient tout cet argent? Au-delà de la morale et de l’honnêteté d’un individu, c’est bien le système de l’argent roi, érigé en table de la loi de la réussite, de la compétitivité ou de la concurrence, qui permet l’évasion fiscale, les paradis fiscaux, les spéculations en tout genre. Le capitalisme corrompt les décideurs pour mieux se mettre à l’abri des foudres des peuples qui n’en peuvent plus de subir l’austérité, le chômage et la pauvreté qui galope en silence. Et des décideurs pour qui, comme M. Cahuzac, 
la lutte des classes n’existe pas, se laissent corrompre.

En ce sens, la politique politicienne qui se développe depuis plusieurs heures sur les écrans de télévision et le chahut parlementaire d’hier sont une offense au monde du travail, des retraités et de la création, dont le quotidien n’est fait que de souffrances sociales. Les mêmes bretteurs au portefeuille bien garni chassent ensemble et en meute les petites retraites, les allocations familiales, augmentent la TVA, sacrifient les services publics et veulent imposer, en ce moment même, une loi étouffée par cette affaire, qui offrirait le choix entre la baisse de son salaire et un emploi précaire. Toutes les élites qui ravalent désormais toute contestation au rang de populisme, mesurent-elles bien ce qu’elles sont en train de produire? La crise économique et sociale se double d’une grave crise de confiance. Et, dès lors que la vie publique est minée par les affaires, doublées de mensonges et de tricheries, auxquels s’ajoutent le non-respect des engagements pris avant les élections, une concentration inouïe des pouvoirs au sommet de l’État, un Parlement croupion, contraint d’obéir aux ordres des institutions européennes, nous nous approchons d’une crise de régime.

Quand les mots prononcés par les responsables politiques perdent toute valeur, seuls les actes politiques forts comptent. À commencer par la confiance qui ne pourrait renaître que de la transparence. François Hollande n’a rien annoncé hier de bien significatif. C’est une régénération de la démocratie qui est à l’ordre du jour. Plus la politique s’éloigne de nos concitoyens, plus ils la repoussent. Dès lors, les puissances d’argent dominent et mènent une politique contre celles et ceux qui n’ont que leur travail ou leur retraite pour vivre. Il est plus qu’urgent de se réapproprier la chose publique et de changer de république.

  • A lire aussi:

Cahuzac: la chute consommée de l'ancien pivot de François Hollande

Cahuzac exclu du PS, Hollande campe sur sa ligne

Par Patrick Le Hyaric

Voir les commentaires

JUSTICE

3 Avril 2013, 16:07pm

Publié par PCF Villepinte

 

Cahuzac/Hollande : « cette fois ci, les bonnes intentions ne suffiront pas » (Pierre Laurent)

Cahuzac/Hollande :

"cette fois ci, les bonnes intentions ne suffiront pas" (Pierre Laurent)

 

Devant le choc de l'affaire Cahuzac, le Président de la République vient de réagir. Il annonce trois réponses : indépendance de la justice, lutte contre les conflits d'intérêts et interdiction de tout mandat public des élus condamnés.

Ces mesures sont indispensables mais insuffisantes. Cette fois ci, les bonnes intentions ne suffiront pas. Nous veillerons à ce qu'une fois pour toutes, les lois adoptées aillent au fond des problèmes posés et disposent des moyens de leur application.

Tout nouveau manquement à l'engagement pris devant les français sera inacceptable. Il faut aller au bout de l'assainissement de la vie publique. Cela n'a que trop duré. Les moyens de la lutte contre l'évasion fiscale et les fraudes doivent être renforcés. Les conflits d'intérêts entre les puissances de l'argent et les pouvoirs politiques doivent être attaqués à la racine.

C'est seulement ainsi que l'on empêchera le « tous pourris » de prospérer et d'empoisonner la vie politique, en salissant l'engagement désintéressé de milliers de militants et d'élus portés par le sens de l'intérêt général.

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

 

Voir les commentaires

Le billet de Maurice Ulrich

31 Mars 2013, 07:02am

Publié par PCF Villepinte

Mots clés : jean-luc mélenchon, alain duhamel, chronique du front de maurice ulrich, le nouvel observateur, laurent joffrin,

 

 

"Années trente",
 
 
C’est, n’en doutons pas, ce dont il est de bon ton de parler ces temps-ci dans les dîners en ville et les petits cercles médiatiques quand on veut faire l’intelligent.

«Sommes-nous dans les années trente ?» s’interroge Laurent Joffrin dans son éditorial du Nouvel Observateur, tandis que le survivant des années soixante-dix, Alain Duhamel, évoque dans sa chronique de Libération « l’aigre parfum des années trente ».

La thèse pour le premier, c’est que la situation serait proche de celle où les démocraties européennes étaient « écrasées entre les deux factions totalitaires, le communisme et le fascisme ». Pour l’autre, qui s’inquiète d’abord de l’audience du FN, « le pire est à gauche », du côté de la stratégie de « la violence verbale de Jean-Luc Mélenchon ».

Voilà donc que l’on nous repasse le vieux plat des extrêmes censés se confondre dans une même haine de la démocratie. Sauf que dans cette gauche où serait « le pire », ce qui est en cause et peut-
être d’abord en cause, 
c’est précisément ce déni de démocratie, 
en France et en Europe, de politiques où la 
finance l’emporte sur 
les peuples. C’est ici 
et maintenant, en 2013.

Maurice Ulrich

Voir les commentaires

GUERRE à la GUERRE

13 Mars 2013, 19:31pm

Publié par PCF Villepinte

Une fresque murale, d'hommage à Manning. Par Abode of Chaos / thierry ehrmann sur Flickr

Monde - le 13 Mars 2013

 

 

Le soldat Manning voulait dénoncer le "porno guerrier" des guerres américaines

 

 

Bradley Manning, le jeune soldat source de Wikileaks, voulait lancer un débat sur les guerres en Irak et en Afghanistan. Il est aujourd’hui en procès, risque la prison à perpétuité. Sa voix nous parvient grâce à une ONG qui a pu l’enregistrer, clandestinement, au cours du procès.

"Nous espérons que cet enregistrement mettra les projecteurs sur l'un des procès les plus secrets de l'histoire récente", écrit la Fondation pour la liberté de la presse (FPF) dans un communiqué. "Nous voulons être sûrs que la voix de celui qui a dénoncé le plus d'informations de sa génération puisse être entendue --littéralement-- par le monde entier".

Bradley Manning risque la réclusion criminelle à perpétuité, devant une cour martiale pour collusion avec l'ennemi, pour avoir remis à Wikileaks des centaines de milliers de documents confidentiels américains, dont la fameuse vidéo d’un hélicoptère Apache abattant des civils. Il a pris la parole à deux reprises devant la justice: le 29 novembre 2012 pour parler de ses conditions de détention, et le 28 février pour expliquer ses motivations. C'est ce dernier témoignage qui a été dévoilé et qui permet au public d'entendre pour la première fois la voix du soldat de 25 ans.
Le soldat y explique avoir transmis ces documents pour "provoquer un débat public" sur le rôle de l’armée américaine et la politique étrangère du pays en Irak et en Afghanistan. Pour lui, les Etats-Unis agissaient mal, et personne n’en savait rien. C’est pourquoi, explique-t-il, il a décidé de plaider coupable sur 10 des 22 charges retenues contre lui.

La vidéo qui déclenche tout

Dans ce montage vidéo, on entend Manning expliquer sa découverte de la vidéo de l’hélicoptère américain, les images en fond. Il s’était habitué à ce qu’il appelle « du porno guerrier ». Mais ce sont les commentaires des militaires qui l’ont émotionnellement retourné. Leur soif de sang, leur détachement, leur fierté d’avoir abattu autant de gens. Et que ces militaires ne montrent aucun remord lorsqu’ils apprennent qu’ils ont tué des enfants. Choqué, il a sauvegardé cette vidéo, avant de la confier à Wikileaks.

Bradley Manning, prix Nobel de la paix ?

Le soldat Manning a été proposé par ses soutiens comme le prochain prix Nobel de la paix. Ce qui serait piquant, deux ans après l’avoir décerné à Barack Obama, celui-là même qui cherche aujourd'hui à condamner à la prison à vie la source de Wikileaks. Et le choix de Bradley Manning se justifie pour la Fondation pour la liberté de la presse. Il a par ses révélations, selon l’ONG, participé fortement au retrait des troupes américaines en Irak. Et de rappeler que sans ces « lanceurs d’alerte », pourchassés comme jamais aux Etats-Unis, on ne saurait rien d'Abou Ghraib ou des programmes d’attaques de drones.

Pi. M.

Voir les commentaires

CAMPAGNE: DROIT DE VOTE DES ETRANGERS.

12 Mars 2013, 23:01pm

Publié par PCF Villepinte

 

CAMPAGNE - Le droit de vote des résidents étrangers, c'est maintenant !

- Le droit de vote des résidents étrangers, c'est maintenant !

 
 

 

Pour être effectif lors des élections municipales de 2014, le droit de vote des étrangers doit être mis à l’ordre du jour de l’assemblée nationale rapidement afin d’engager le processus de révision constitutionnel.

La pétition nationale sera remise au président de la république fin mars. nous avons trois mois devant nous pendant lesquels la mobilisation populaire sera déterminante.

Le collectif national Droit de vote 2014

Le collectif regroupe une centaine d’associations, syndicats et partis politiques. Parmi elles, la plupart des associations antiracistes et de défense des droits, les associations issues de l’immigration, des grands mouvements d’éducation populaire, toutes les grandes confédérations et organisations syndicales, et toutes les formations politiques de gauche à l’exception du parti socialiste.

La pétition

La pétition peut être signée en ligne. Mais l’essentiel sera la campagne de proximité.

Le modèle de pétition est téléchargeable ci-contre

ou www.droitdevote2014.org/La-petition. html

Les collectifs locaux

Au delà des organisations signataires, les animateurs de la vie locale, notamment les jeunes des quartiers populaires, peuvent ensemble lancer la constitution du collectif local. à l’image du déploiement considérable qu’ont permis les collectifs pour la défense de la Poste, les collectifs pour le DDVE 2014 peuvent, outre la campagne de signatures, organiser des débats. Pour solliciter des personnalités, vous pouvez vous adresser au collectif national) secretariat@droitdevote2014.org ou 01 56 55 51 08) ou au réseau Droits et Liberté du PCF liberte@ pcf.fr.

Le site

www.droitdevote2014.org

Afin de mettre en valeur l’étendue territoriale de la campagne une page du site est dédiée aux collectifs locaux. Pensez à indiquer la création de votre collectif à l’adresse : secretariat@droitdevote2014.org. Vous pourrez ainsi solliciter la création d’une liste de diffusion ainsi qu’une adresse de contact.

La lettre aux parlementaires

Si tous les parlementaires de gauche votent pour le droit de vote, il faut gagner une trentaine de parlementaires du centre et de droite pour obtenir la majorité qualifiée des 3/5 au congrès. C’est dire qu’il est indispensable d’assurer toutes les voix de gauche et de gagner les autres. Une lettre type est à votre disposition : www.droitdevote2014.org/ Modele-de-lettre-aux. html.

Si vous avez des réponses favorables, faites passer l’information afin d’avoir une visibilité nationale du rapport de force au congrès.

La communication

Tracts, flyers, pétitions, 2 affiches, lettres type, carte de vœux, argumentaires... sont téléchargeable sur le site de la campagne à la rubrique « matériel de campagne ».

Deux affiches imprimées sont disponibles, en grand nombre, sur commande auprès de Fériel Saadni au service communication de la LDH : secretariat@droitdevote2014.org ou 01 56 55 51 08.

Que faire des signatures papier ?

Pour la collecte des signatures (pétition papier) il faut, sans délai et régulièrement, faire remonter au secrétariat du collectif (secretariat@droitdevote2014.org) le nombre de signatures collectées.

Puis, dans un deuxième temps, envoyer les pétitions papier à l’adresse :

Collectif droit de vote 2014
138 rue Marcadet
75018 Paris

Le nerf de la guerre

Les dons peuvent être envoyés au collectif Droit de vote 2014, 138 rue Marcadet, 75018 Paris. Libeller les chèques à l’ordre : Ligue des droits de l’Homme, en indiquant clairement, au dos du chèque, Collectif droit de vote 2014.

 

 

Voir les commentaires

Médias

8 Mars 2013, 16:41pm

Publié par PCF Villepinte

  le 7 Mars 2013

Libres-échangesMots clés : goodyear, libres-échanges,

 

 Journalistes- syndicalistes : un mépris de classe ?

 

 

 

Par Romain Geoffroy, 22 ans, Strasbourg, jeune correspondant. "Avec moi aujourd’hui, trois stars du syndicalisme de combat", le 5 février dernier, Jean-Pierre Elkabbach reçoit sur Europe 1, trois syndicalistes : Jean-Pierre Mercier (CGT Aulnay PSA), Mickael Wamen (CGT Goodyear Amiens Nord), Edouard Martin (CFDT ArcelorMittal. Décryptage.

 Jean-Pierre Mercier vante l’ampleur de la mobilisation à Aulnay, « grâce à nous ce sont zéro voitures qui sortent depuis trois semaines ». Le « matinalier » d’Europe 1 s’insurge alors : « Et vous en êtes fiers ? » L’expression reflète bien le ton paternaliste que prendra Elkabbach tout au long de l’interview. Il faut dire qu’il est plus habitué aux bancs d’HEC, qu’il fréquente lors de l’université du Medef, qu’aux barricades dans les usines en grève. Dans Les Nouveaux Chiens de Garde, documentaire de Yannick Kergoat et Gilles Balbastre récemment nommé aux César, Michel Naudy (ancien rédacteur en chef chargé de missions à France 3) remarquait : « Les ouvriers sont une réserve d’indiens pour les journalistes. Ils ne viennent pas de ces milieux, ne les connaissent pas. Ils n’en connaissent pas les codes, les conditions de vie, la culture, les traditions. Dès qu’ils rompent avec le consensus mou de la démocratie molle, ils rompent avec la règle du jeu. »

 


Mercier : "Montebourg fait cause commune avec... par Europe1fr

Un traitement médiatique inégal

Comment réagirait un patron traité comme ces syndicalistes ? Philippe Varin (PSA), Henry Dumortier (Goodyear France) et Lakshmi Mittal (ArcelorMittal) bénéficient, comme tous les « grands », de l’aide d’une équipe de communicants. Chaque intervention est préparée, le ton est mesuré. Ils sont d’ailleurs bien plus habitués aux projecteurs que des ouvriers, invités uniquement lors des grandes crises industrielles. En 1996, Pierre Bourdieu s’attaquait au monde médiatique dans Sur la Télévision. Il écrivait alors « Il est évident que tous les locuteurs ne sont pas égaux sur le plateau. Vous avez des professionnels de la parole et du plateau, et en face d’eux des amateurs (…), c’est d’une inégalité extraordinaire. Et pour rétablir un tout petit peu d’égalité, il faudrait que le présentateur soit inégal, c’est-à-dire qu’il assiste les plus démunis relativement. » Il s’étonnait alors de voir à quel point ce n’était pas le cas dans les médias de masse, avec des présentateurs qui non seulement n’aident pas les défavorisés, mais les enfoncent.

19 ans plus tard, la situation n’a pas évolué, les chiens de garde du système occupent les plus hautes sphères médiatiques. Les micros, les caméras, les colonnes des journaux leur sont grands ouverts. Alors que tous les sondages montrent la méfiance de plus en plus croissante du public face aux journalistes, aucune instance de déontologie compétente n’a encore été mise en place.

  • Pour aller plus loin :

Comment Pascale Clark a reçu Mickael Wamen sur France Inter, quelques jours après son passage chez Jean-Pierre Elkabbach.

  • À consulter :

Le site de Libres échanges

Voir les commentaires

ouh! ouh! Méfions-nous!

3 Mars 2013, 08:00am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Malcolm McDowell dans "Orange Mécanique" de stanley Kubrick. Pour le sociologue Laurent Mucchielli, le livre multiplie approximations, exagérations et mensonges.

Politique - le 26 Février 2013

Droite

 

Une mécanique trop bien huilée

 

 

La France orange mécanique, enquête « impartiale » sur la délinquance, est le nouvel évangile de la droite sécuritaire. Et l’auteur, Laurent Obertone, son messie.

C’est une action de promotion très inhabituelle sur le site Internet du Front national qui nous a mis la puce à l’oreille. D’ordinaire, le FN n’y incite pas ses adhérents à lire, mais publie les conférences de presse de sa présidente et les entretiens télévisés des caciques du parti. Cette fois, Marine Le Pen y présente la France orange mécanique, une « enquête » sur « l’ensauvagement d’une nation », la France. « Ce livre, vous devez absolument le lire et le faire lire », expliquait la présidente du Front national, qui depuis ne cesse d’assurer le service après-vente, comme jeudi dernier lors de l’émission de France 2 Des paroles et des actes.

En quelques semaines, la France orange mécanique s’est classée parmi les vingt meilleures ventes d’essais, et parmi les meilleures sur Internet (4e sur Amazon), où un lectorat « décomplexé » a sans doute moins de… complexes à se le procurer. Et si le démarrage en librairie est plus poussif, le bouche-à-oreille d’extrême droite (sites locaux du FN et des Identitaires, Causeur.fr, Atlantico…) a un temps suffi à doper les ventes. « Il faut se battre pour que ce livre devienne une des meilleures ventes », martelait un contributeur de Riposte laïque. Selon l’éditeur Ring, il a fallu faire réimprimer 16 000 exemplaires du livre quarante-huit heures après sa sortie. Depuis, il a été relayé par un conséquent plan médias. Après Marine Le Pen, la droite sécuritaire s’est intéressée à l’ouvrage, lui dressant des louanges : Minute, Valeurs actuelles, le Figaro Magazine, Radio Courtoisie

Rhétorique d’extrême droite

Les médias généralistes (20 Minutes, le Point, les Échos) sont aussi tombés dans le piège. Avec Éric Brunet (sur RMC), Robert Ménard ou Éric Zemmour (sur Paris Première puis sur i-Télé) en poissons-pilotes, ce n’est pas étonnant. « J’ai beaucoup aimé votre livre, je l’attendais depuis longtemps. C’est un livre nécessaire », exultait ainsi Zemmour sur le plateau de Paris Première. Et de reprendre, sourire gourmand aux lèvres, les propos d’Obertone : « Les sociétés multiculturalistes sont plus violentes que les autres. »

La France orange mécanique – le titre évoque l’ultraviolence du film de Stanley Kubrick – décrit, par le biais des enquêtes de victimation, un pays comme au bord de « l’explosion », livré aux bandes, aux violeurs. Des « sous-socialisés », selon lui, « une tribu primitive au sein d’une société développée » que « la désinhibition liée à l’anonymat » pousse à passer à l’acte. Populiste ? « Populaire », répond invariablement l’auteur, qui utilise tout l’éventail de la rhétorique d’extrême droite pour lier cette sous-population violente à l’immigration.

Passons sur le style, férocement inspiré des récits cauchemardesques du Nouveau Détective. Ce « livre choc » est présenté comme un travail scientifique mais qui multiplie approximations, exagérations et mensonges. Alarmé par la multiplication et la sauvagerie des faits divers qu’il traitait, ce « jeune journaliste de vingt-huit ans » aurait « donné sa démission » d’un hebdomadaire de l’est de la France, pour se consacrer à l’écriture de son livre. Ainsi est présenté Laurent Obertone, dans la seule biographie – tronquée ou truquée ? – diffusée aux médias par son éditeur. Invérifiable, car bien qu’il parcoure les médias à visage découvert, il a signé son livre sous pseudonyme (lire ci-dessous). Pas à une demi-vérité près…

L’anonyme n’en était pas à son coup d’essai.  Bien que son patronyme soit imaginaire, Laurent Obertone n’est pas un inconnu de la réacosphère (voire de la fachosphère). Il signe régulièrement des contributions, depuis 2010 au moins, sur le site Internet surlering.fr, dont les liens avec sa maison d’édition apparaissent clairement. Et c’est peu dire que ses diatribes enflammées donnaient le ton de son futur ouvrage. Ainsi s’étonnait-il, en janvier 2012, du classement des personnalités préférées des Français en des termes fleuris : « Les Français ont-ils à ce point une vie de merde pour n’avoir d’autre icône que Yannick Noah ? » Aujourd’hui on se l’arrache sur causeur.fr, Fdesouche. Sur Atlantico, il traite de « bot », soit un logiciel automatique qui se fait passer pour un être humain, une journaliste de Mediapart, dans un long développement de neuf pages qui se termine par la dénonciation des sociologues « bien-pensants » et des médias « complices du système »… Vu ses références, on comprend mieux que Marine Le Pen en ait fait son livre de chevet.

  • Lire aussi :

Laurent Mucchielli, « Un procédé marketing, et pas scientifique »
Unie, la droite teste un infâme brouet

«Il faut continuer d’attaquer les discours tout faits du FN»

Grégory Marin

Voir les commentaires

Corbeil:

1 Mars 2013, 08:23am

Publié par PCF Villepinte

Serge Dassault (à gauche) avec son successeur à la mairie de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter (à droite)

 - le 27 Février 2013

 

 

le Front de gauche dénonce le "climat délétère et dangereux"

 

Les révélations s'accumulent dans la presse sur le présumé système d'achat de votes à Corbeil-Essonnes (Essonne) par le sénateur UMP Serge Dassault et l'actuel maire de la commune Jean-Pierre Bechter, et sur les récents règlements de compte liés à cette affaire.

Bruno Piriou (PCF), principal opposant à la majorité municipale s'est ému du "climat délétère et dangereux" dans la ville et a demandé que soient donnés "tous les moyens" aux policiers et aux juges pour "mener à bien" leurs enquêtes. Dans un communiqué émis dès début janvier, le conseiller municipal et les autres élus Front de gauche de la ville demandaient: "Il est urgent et indispensable que Corbeil-Essonnes sorte de ce contexte de rumeurs, de tensions caractérisés par des incendies criminels répétés de bâtiments publics, de tracts anonymes mettant gravement en cause des élus de la majorité, de conseil municipaux envahis et retrouve la voie de la démocratie, du respect des lois de la République."

3 enquêtes

A Corbeil, les affaires s'monscellent. Les enquêtes judiciaires aussi. Comme le révélait Le Monde fin janvier, trois enquêtes judiciaires ont été ouvertes. À une première enquête, ouverte en 2010 
à propos de mouvements de fonds suspects en pleine période électorale (Serge Dassault était maire 
de Corbeil-Essonnes et candidat à sa propre succession) se seraient ajoutées une autre concernant des menaces téléphoniques reçues par sa famille et une troisième sur des prêts de Serge Dassault à des personnes défavorablement connues de la justice.

Tentatives d'homicide

Ce mercredi matin, Le Parisien publie la confession témoignage de Rachid Toumi, qui affirme dans une vidéo: "Corbeil, c'est devenu un système mafieux. L'argent de Dassault a tout pourri". Victime d'une tentative d'homicide fin janvier alors qu'il circulait à bord d'une voiture, cet homme de 33 ans assure que cette agression, tout comme la fusillade qui a grièvement blessé un autre homme de 32 ans mardi dernier en plein centre-ville (voir après) sont les conséquences de ce système et du non-paiement d'une forte somme d'argent à des jeunes de cité. Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet d'Evry à la suite de ces tentatives d'assassinat.

"A Corbeil, j'ai toujours vu des gens toucher de l'argent pour ça (être payé pour faire voter des gens, ndlr). (...) Aujourd'hui chacun veut sa part. Comme la justice n'a jamais rien fait, pour nous, c'était légal. C'est un travail", explique Rachid Toumi. "Bechter a fait des promesses. Il ne les a pas tenues. Et aujourd'hui, on est en train de s'entretuer", ajoute le trentenaire.

"Tout ça c'est du baratin"

Mis en cause, Jean-Pierre Bechter a affirmé à l'AFP ne pas connaître Rachid Toumi et mis ces déclarations sur le compte "d'une pré-campagne électorale". "Il est manipulé", a indiqué l'élu qui cependant, n'envisage pas dans l'immédiat de porter plainte. "En 2008, il se baladait avec un mégaphone dans une cité pour dire des insanités sur Serge, a rapporté le successeur de Serge Dassault à la mairie. Tout ça, c'est du baratin, c'est du n'importe quoi".

Corrupteur et tireur?

Dans son édition de mercredi, le Canard enchaîné fait le point sur une autre tentative de meurtre à Corbeil-Essonnes et affirme que le tireur, qui "a été identifié par plusieurs témoins. Serge Dassault le connaît depuis prêt de vingt ans. Et pas que de nom, comme le prétend Jean-Pierre Bechter." Selon l'hebdomadaire satirique, cet homme "chargé de ramener la paix dans les quartiers" aurait été la pierre angulaire des achats de voix au profit de Serge Dassault, dénoncés par le Conseil d'Etat en 2009.

En 2009, plusieurs personnes avaient témoigné par écrit au Conseil d'Etat sur des dons d'argent, dont ils accusaient Serge Dassault. Ils s'étaient finalement rétractés. En juin 2009, le Conseil d'Etat avait invalidé la municipale de 2008.

  • A lire aussi:

Corbeil: le système Dassault perdure

Corbeil: le soupçon d'achat de voix par Dassault se précise

S.G.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>