Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Une gigantesque injustice

17 Juin 2010, 20:27pm

Publié par PCF Villepinte

Editorial par Patrick Apel-Muller

Une gigantesque injustice

D’autres civilisations ont connu des périodes de décadence durant lesquels les progrès humains ont été balayés et où se sont enclenchées des marches arrière vers les temps obscurs. 
Il y a de cela dans la réforme Sarkozy  : une réforme brutale et autoritaire, un recul social sans précédent, 
le contrat social français déchiré, l’intérêt égoïste d’une poignée d’oligarques abonnés au Fouquet’s préféré à l’épanouissement général. « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés », pourrait-on dire des salariés en paraphrasant La Fontaine. L’âge de la retraite repoussé à 62 ans, la durée de cotisations allongée à 41,5 ans, l’âge donnant droit à pension complète repoussé à 67 ans, la pénibilité du travail prise en compte seulement pour ceux qui sont lourdement handicapés, les compensations pour les carrières des femmes abandonnées…

Il suffirait de deux chiffres rapprochés pour discréditer la réforme Sarkozy des retraites  : 
les plus fortunés 
ne cotiseraient que pour 1 % de leurs revenus quand les salaires des fonctionnaires seraient amputés de 3 %. Tout 
est à l’avenant  : les salariés financeront 22 milliards d’euros de leur poche tandis que les revenus financiers, les dividendes et autres stock-options ne contribueront que pour 3,7 milliards. Les dirigeants de l’UMP s’étaient indignés que 
le président soit comparé 
à l’escroc Madoff. 
Ils avaient raison  : le financier volait des riches alors que ce sont les pauvres que dépouille l’hôte de l’Élysée.

La réforme est injuste mais, pire encore, elle sera inefficace. En ponctionnant les revenus des salariés, elle va tarir la consommation intérieure, et donc la croissance et l’emploi. La décrue des cotisants 
va donc être accélérée et les déficits de nouveau creusés. En rivant au travail les générations les plus anciennes, elle va empêcher les jeunes d’accéder à la vie active. Ainsi, pour satisfaire les agences de notation et les marchés financiers, se créent les conditions de nouvelles convulsions économiques, sans doute plus violentes encore que celles que nous traversons.

Les syndicats font preuve d’une rare unanimité dans la condamnation du projet. Pas de lézardes  ! Ils se retrouvent aujourd’hui pour donner toute la force possible à la mobilisation du 24 juin et afin que même les vacances estivales ne soient pas une trêve. Si Éric Woerth espérait compter sur une gauche éparpillée, c’est raté  ; le refus de sa réforme est général. Même le maillon faible, Dominique Strauss-Kahn, a préféré rester coi. Le gouvernement entendait resservir à ses opposants la rengaine du « vous critiquez, mais vous ne proposez rien ». Las, l’Humanité publie aujourd’hui les propositions 
des députés communistes PG et Républicains pour une loi réformant les retraites. Elle prend le contre-pied du caractère au sens propre réactionnaire du projet UMP. 
Ce sont les revenus financiers parasitaires qui sont sollicités, ce sont les créations d’emplois qui sont favorisées et la justice sociale qui y est privilégiée. 
Le débat projet contre projet peut avoir lieu. Tous ceux qui se mobilisent contre cette entreprise de démolition peuvent compter sur l’Humanité face au déluge 
de communication du pouvoir. « Le courage, c’est 
de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe », écrivait Jaurès.

Commenter cet article