Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Syndicats: l'austérité ne passera pas par eux

19 Novembre 2011, 08:11am

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 18 Novembre 2011

 

 

 Quinze jours contre les politiques d'austérité du gouvernement, du 1er au 15 décembre, avec, en point d'orgue, une mobilisation interprofessionnelle le 13 décembre: les syndicats entendent "enrayer" la rigueur décrétée par le couple Nicolas Sarkozy - François Fillon.

Ce vendredi soir au siège de la CGT à Montreuil, la CGT, la CFDT, la FSU, Solidaires et Unsa ont lancé un "appel commun" aux salariés pour "interpeller le gouvernement, les élus et les responsables d'entreprises dans la période du 1er au 15 décembre". La démarche est soutenue par FO, qui n'a pourtant pas signé l'appel commun.

Un texte commun synthétisant les critiques, revendications et propositions de l'intersyndicale, va être rédigé d'ici le début de la semaine prochaine et sera ensuite largement diffusé. L'intersyndicale a prévu de se réunir à nouveau le 15 décembre, afin de "tirer le bilan" de la journée du 13 décembre et d'envisager "de nouvelles initiatives en janvier".

  • Les réactions

CGT. "Le syndicalisme a décidé de relever le défi et de montrer qu'il y a d'autres actions possibles, et je pense qu'on n'est pas à l'abri d'autres mesures" d'austérité du gouvernement, a déclaré Nadine Prigent, numéro deux de la centrale, pour qui cet accord traduit "la volonté de s'inscrire dans un processus d'action" pour "réclamer plus de justice sociale".

CFDT. "Il faut se donner du temps pour tenter de toucher le maximum de personnes et pas faire ça sur une seule journée. La journée du 13 sera une journée pour mettre l'accent sur ces initiatives", a précisé Marcel Grignard, secrétaire générale adjoint de la CFDT, espérant dépasser la simple "mobilisation militante" du 11 octobre (qui avait rassemblé entre 145.000 et 270.000 manifestants dans toute la France, loin de la mobilisation de 2010 contre la réforme des retraites).

Solidaires. Pour Catherine Lebrun, "il y a des luttes dans d'autres pays d'Europe" et il s'agit de montrer qu'il "est possible d'enrayer cette politique de rigueur. Il faut absolument montrer aux salariés qu'il n'y a pas de fatalité".

FO. Le syndicat, qui participait pour la première fois depuis deux ans à cette intersyndicale, a indiqué, par la voix de Pascal Pavageau, que les organisations avaient "un diagnostic à peu près commun" mais qu'"il n'y avait pas pour l'heure de convergence" sur les modes d'action. Sur iTélé, Jean-Claude Mailly, le secrétaire général, a estimé: "Si l'on veut vraiment combattre ce plan d'austérité ensemble, il faut construire une journée de grève dans les semaines ou les mois à venir". "Les manifestations, ça n'a pas marché", a-t-il fait valoir mais "s'il y a des rassemblements nous seront présents, s'il y a diffusion d'informations nous diffuserons des tracts".

CFTC. Le syndicat, qui tenait son 51e congrès, fut absente de la réunion.

UNSA. L'intersyndicale n'a pas appelé à la grève car "les salariés n'y sont pas prêts, a expliqué Jean Grosset. Les périodes de difficultés sociales ne sont pas des périodes de mobilisations faciles", a-t-il ajouté. L'objectif du 13 est donc d'organiser "une vraie journée d'explication auprès des salariés".

FSU. "Ce que nous avons décidé ce soir est la première étape qui permettra de construire le mouvement nécessaire contre le rouleau compresseur du gouvernement", a estimé pour sa part Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU.

 

  • A lire:

Austérité: la droite à marche forcée

Plan de rigueur: FO se rapproche de l'intersyndicale

Bernard Thibault appelle à une riposte unitaire contre le plan de rigueur

Plan Fillon: la facture détaillée et expliquée

Commenter cet article