Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Spécial Marche du 18 mars dans L'Humanité, ce lundi

18 Mars 2012, 22:14pm

Publié par PCF Villepinte

Une de l'Humanité de ce lundi 19 mars

 

Dans l'Humanité de ce lundi, retrouvez huit pages sur la marche pour la Vie République du Front de gauche, dimanche, entre Nation et Bastille. 120.000 personnes ont pris d'assaut la place parisienne. Du jamais-vu dans une campagne présidentielle. Un pari réussi pour Jean-Luc Mélenchon.

A lire:

  • Reportage: insurrection citoyenne du peuple de gauche à la Bastille
  • Jean-Luc Mélenchon: "Il faut tourner la page de cet ancien régime". Devant cette foule innombrable, le candidat du Front de gauche en a appelé à l'insurrection citoyenne pour que "vienne le temps des cerises"
  • "C'est très simple, le mot d'ordre c'est: Place aux jeunes!". Dans le cortège de la jeunesse, hier, on parlait de chômage et de précarité, d'agit-prop et de législation Les travailleurs au coeur du cortège
  • Fralib, Petroplus, M'Real, Sodimedical et des délégations d'enseignants, de personnels des hôpitaux publics, de La Poste, des salariés en lutte de tous les secteurs ont défilé pour cette prise de la Bastille symbolique, afin de faire entendre leurs revendications à travers le porte-voix du Front de gauche
  • La chronique politique: quand les appels au vote utile ne suffisent plus à contenir la vague
  • Avec les Provençaux du train arc-en-ciel Toulon-Aix-Paris. Choses vues et entendues dans l'un des 8 TGV qui ont convergé hier vers Paris, où avaient pris place à bord des centaines de manifestants notants à la capitale pour marcher sur la Bastille
  • "On milite en ayant le sourire, on est vivants! Il y a une vraie gauche". Agnès Bihl, HK et les saltimbanques, Ridan, Alee, La Chanson du dimanche, Didier Porte... Les artistes ont fait la fête à la Bastille
  • Entre la Nation et la Bastille, un grand détour par la République. Pour les responsables et élus du Front de gauche, la marche préfigurait la Vie République solidaire, sociale et écologique qu'ils appellent de leurs voeux
  • Les chantiers pour la Vie République ouverts à Gentilly. Dimanche matin, de très nombreux élus et personnalités du monde syndical, associatif, judiciaire, ont planché sur les contours d'une nouvelle République

 

A lire aussi: La marche franchie, l'édito de Patrick Apel-Muller

Quelque chose nous dépasse dans cette foule immense arpentant le pavé de Paris, brandissant des drapeaux rouges, enlacée et rieuse, émerveillée de son nombre, de cette mosaïque de colères et d’espérances.

Se retrouvent celui qui n’y croyait plus et celui qui y croyait encore ; ceux qui ont connu de grandes vagues populaires et ces jeunes qui rêvent de déferlantes citoyennes. Jean-Luc Mélenchon lui-même pensait-il possible pareil succès quand le rendez-vous a été décidé? Je ne le crois pas. Ces dernières semaines, tout s’accélère. « Place au peuple ! » proclamait le Front de gauche. Eh bien, ce peuple commence à prendre le pouvoir.

Le Front de gauche, un mouvement populaire

Il suffisait de dévisager les dizaines de milliers de personnes réunies hier pour voir qu’il ne s’agissait ni de badauds ni de spectateurs, mais de militants, chevronnés pour certains, en germe pour d’autres qui se saisissent encore timides des drapeaux ou des kits de campagne qui leur sont proposés. Le Front de gauche n’est plus la seule addition de ses partis fondateurs. Il n’est plus un noyau entouré d’un halo de sympathie. Il est devenu un mouvement populaire. 

Quelque chose nous dépasse et pourtant il faudra bien que tous se montrent à la hauteur de cette marche franchie et des pas qu’elle appelle. Le mois qui vient peut démultiplier les contacts, réveiller les énergies de ceux qui n’allaient plus voter, gagner par capillarité les quartiers populaires, les usines, les cercles familiaux et amicaux, irriguer le pays de cette «insurrection citoyenne» qui veut une République nouvelle de la justice et de l’égalité où le « je » fasse bon ménage avec le « nous ».

Sincère dans sa volonté de changement

Les sondages qui grimpent en faveur de Jean-Luc Mélenchon n’ont pas atteint leur sommet. Chaque point gagné pousse Nicolas Sarkozy vers la reconversion professionnelle qu’il a annoncée, déjoue l’opération qui entendait livrer les couches populaires à Marine Le Pen et exige de François Hollande qu’il entende les revendications populaires, dès aujourd’hui et pour demain. Quant à François Bayrou, il sent sur sa nuque le souffle du Front de gauche. Un sondage livre la clé de cette dynamique: les deux tiers des Français jugent que Jean-Luc Mélenchon est sincère dans sa volonté de changer vraiment les choses. Et changer vraiment, c’est l’aspiration générale.

Ce sont eux qui sont dépassés

Quelque chose nous dépasse et pourtant ce sont eux qui sont dépassés. Pas seulement quand, esseulés au bord du chemin, Jean-Vincent Placé et Cécile Duflot croient déceler là « de la nostalgie » ou quand, effrayé de voir une gauche combative reprendre la parole, l’UMP y voit du « passéisme ». Quant à Le Pen père, il éructe contre «le cache-sexe du Parti communiste» avec le raffinement qu’on lui connaît. Jaurès jugeait dans un temps de péril qu’il «n’y a qu’un réveil d’idéalisme qui puisse ramener dans la politique française, si désordonnée, si stérile et si mesquine à cette heure, la sécurité et la grandeur ». Peut-être est-ce ce qui aujourd’hui prend place.

 

--> A lire sur Humanite.fr

Revivez la reprise de la Bastille

Mélenchon: "Nous allons faire de cette élection une insurrection civique"

Toute la campagne du Front de gauche sur Humanite.fr

Commenter cet article