Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

SNCF : contôleur grièvement blessé sur la ligne Lyon-Strasbourg

7 Octobre 2011, 07:53am

Publié par PCF Villepinte

Société - le 6 Octobre 2011

 

Mots clés : SNCF, Agressions,

 

 

Le trafic SNCF était fortement perturbé, jeudi en fin d'après-midi, à la suite de l'agression dont a été victime un employé. Dans la matinée, un train a dû être immobilisé à Clerval (Doubs), à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Besançon, après qu'un contrôleur a été poignardé à huit reprises par un voyageur.

Le contrôleur agressé, Bernard Mortelier, un Strasbourgeois âgé de 54 ans, a été médicalisé sur place avant d’être transporté par hélicoptère vers le Centre hospitalier régional et universitaire de Besançon. Il était, de source hospitalière, dans un état stable en début de soirée. «A cette heure, il est sorti du bloc opératoire. L'ensemble des lésions ont été traitées. Son état est stable», indiquait le CHU en début de soirée.

Son agresseur, un homme âgé de 30 ans, a été maîtrisé par des collègues de la victime, remis aux gendarmes en gare de Clerval (Doubs) et placé en garde à vue. L'homme dormait quand deux contrôleurs du train Corail 4313 ont tenté de vérifier son billet. S'étant réveillé, il est devenu très agressif, insultant d'autres passagers et les contrôleurs. Ces derniers ont quitté le wagon pour prévenir la police ferroviaire. Lorsqu'ils sont revenus, l'homme «s'était entaillé le ou les bras», a relaté la porte-parole de la SNCF. L'un des agents est alors ressorti pour prévenir les secours. Lorsqu'il est revenu, son collègue était blessé. 

L'agresseur pourrait souffrir de problèmes psychiatriques. Selon une source proche de l'enquête, il n'avait pas encore été formellement identifié jeudi soir, mais portait sur lui une carte bancaire au nom d'un homme de 27 ans originaire de Mulhouse, déjà condamné à quatre reprises pour des violences et des outrages.

Le droit de retrait exercé dans plusieurs régions
A la suite de cet incident, les voyageurs font face à de fortes perturbations sur l'ensemble du réseau, hormis l'Ile-de-France, et la SNCF conseille aux usagers de différer leur voyage. «Aucun train de nuit ne circulera dans la nuit de jeudi à vendredi, annonce la SNCF. Les perturbations se poursuivront demain dans la matinée.»

Le ministère de l'Intérieur a activé une cellule de crise et donné des consignes pour que la protection civile, la police et la gendarmerie aident à la prise en charge des passagers.

La SNCF a indiqué plus tôt dans la journée que «les clients et le deuxième contrôleur choqués par l’agression ont été orientés vers une cellule de prise en charge psychologique». Son président Guillaume Pepy a condamné dans un communiqué cet «acte odieux», exprimant «son indignation face à cette grave agression». Il s'est rendu à Besançon dans l'après-midi.

Pour le secrétaire fédéral de la CGT Cheminots Pascal Poupat "Il faut toujours un acte grave pour obtenir des discussions poussées"
"On veut qu'on arrête de déshumaniser les trains et les gares et qu'il y ait le nombre d'employés nécessaire pour assurer la sécurité du personnel et des passagers"  . Si le syndicat ne pointe pas, à priori, de dysfonctionnement particulier sur ce train dans lequel le contrôleur a été agressé, il déplore que ses demandes de revendications sur la sécurité à bord des trains ne soit pas assez entendue par la direction et qu'il faille "toujours un acte grave pour obtenir des discussions poussées."

"Dans certains TER, il n'y a pas de contrôleur et s'il y a le moindre problème le conducteur ne peut rien faire." Il rappelle que les trains dits "sensibles" doivent circuler avec au moins deux contrôleurs à bord.  Il attend des réponses de la direction en matière de sécurité.

La CFDT cheminots évoque une «dérive sociétale», estimant que les agents sont confrontés quotidiennement «à des actes agressifs et d'incivilité».

On ne relève ces dernières années que deux agressions de ce type. En juillet 2004, un contrôleur avait été grièvement blessé par un voyageur sans billet qui lui avait porté un coup de couteau à la nuque à bord d'un TER à Metz. En février 1999, un autre contrôleur avait été blessé à une main par un coup de couteau à Chalon-sur-Saône.

Commenter cet article