Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

SNCF communiqué CGT

19 Février 2013, 08:42am

Publié par PCF Villepinte

Comptes annuels 2012 de la SNCF

Montreuil, le 18 février 2013

couv mois-copie-1 

La SNCF dans la spirale de l’austérité !

Le Conseil d’Administration de la SNCF du 18 février 2013 a examiné les comptes annuels 2012 du Groupe SNCF. Dans un contexte économique et social aggravé, se distingue une vraie politique d’austérité que la SNCF veut intensifier en 2013.

Le chiffre d’affaires du groupe SNCF (EPIC +filiales) progresse de 3% par rapport à 2011 à 33,9 milliards d’€ dont 20,1 milliards d’€ réalisés par l’EPIC.

L’EPIC représente 60% des recettes du groupe, alors que le poids des filiales continue de progresser.

Ce sont une nouvelle fois les activités conventionnées avec des entités publiques qui tirent les recettes du Groupe SNCF.

Malgré cela, le chiffre d’affaires du Groupe est en retrait de 1,3% par rapport aux prévisions du budget 2012, la SNCF arrive quand même à dégager une marge opérationnelle supérieure de 202M€ aux prévisions de 2012. Pour y parvenir, les dépenses de personnel ont fait l’objet d’une rigueur à toute épreuve.

La direction annonce ce jour, le versement de 208,8 millions de dividende à l’Etat. Pour préserver ses marges, elle a une nouvelle fois utilisé les cheminots de l’EPIC comme variable d’ajustement avec la suppression de 1044 emplois en 2012, la contraction des déroulements de carrière.

Alors que la direction applique le gel des salaires à la SNCF, avec une augmentation générale de 0,5% en 2012 entraînant une perte de pouvoir d’achat de 0,8% pour les cheminots, elle annonce le versement d’une prime exceptionnelle de 364 € bruts par cheminot, ce qui représente en global un quart du dividende versé à l’Etat.

Cette situation est bien la preuve que l’argent existe pour de véritables augmentations générales de salaires à la SNCF.

Si le versement d’une prime peut paraître alléchant, au regard de la faiblesse des salaires dans l’entreprise, celle-ci ne résout pas les pertes de pouvoir d’achat cumulées ces dernières années par les cheminots et fragilisera le financement de notre système de protection sociale de santé et de retraite.

Renforcée par le vote des cheminots lors de l’élection des représentants des salariés au CA de la SNCF du 5 février 2013, la Fédération CGT des cheminots créera les conditions des mobilisations indispensables pour stopper l’austérité qui entraîne les salariés et le service public ferroviaire vers la spirale du déclin

Commenter cet article