Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Reconnaître la Résistance à l’esclavage

5 Mai 2010, 04:47am

Publié par PCF Villepinte

10 mai esc.jpgà Villepinte 17 heures,

place Toussaint Louverture,

commération de l'abolition de l'esclavage.

Ces Noirs qui ont fait l’histoire

Par Alain Vidal pour le collectif du 10 mai (1)

Dimanche 9 mai, Ernest Barreau, Henry Duguy, Odette Roux, et François Spirlet (déporté), tous les quatre résistants au colonialisme nazi, ­viendront à Nantes pour participer à la Marche des esclaves et pour lancer un appel solennel à tous les états de la planète. Deux autres résistants, Raymond Aubrac et Walter Bassan (déporté à Dachau), empêchés d’être présents, participeront à l’événement par vidéo interposée sur écran géant. Cet appel s’inscrit dans le cadre de la célébration du 10 mai, journée nationale de la Mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Du XIe au XIXe siècle, des résistants noirs ont lutté contre les déportations et l’esclavage planifiés par le ­colonialisme. Dans l’Europe occupée par les nazis, des résistants, eux aussi, ont organisé des maquis pour lutter contre les déportations et l’esclavage qui sévissaient dans les camps. Ils ont lutté contre des méthodes qualifiées par Aimé Césaire de « procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que les Arabes d’Algérie, les coolies de l’Inde, et les nègres d’Afrique ».

Ces résistants demanderont que « les États inscrivent aux programmes scolaires, l’étude de la résistance noire aux déportations et à l’esclavage planifiés par le colonialisme, au même titre qu’est enseignée la résistance européenne aux déportations et à l’esclavage planifiés par le nazisme ».

Cet événement international s’inscrit dans la dynamique du thème choisi par le Collectif du 10 mai à Nantes  : La Résistance noire à l’esclavage, ces noirs qui ont fait l’histoire.

L’appel des six résistants (2) sera lancé le 9 mai, aux alentours de 19 heures, place de la Petite-Hollande, à Nantes. Le regard que ces « toujours résistants » portent sur le monde, donnera naissance à un film, résultat d’une quinzaine d’heures d’entretiens réalisés avec une équipe du Collectif du 10 mai. Ces résistants se sont battus, comme les nègres marrons, contre une colonisation, la colonisation de l’Europe par les nazis. Conscients que le « Plus jamais ça  ! » lancé en 1945, après la défaite du colonialisme nazi, n’a pas été réellement suivi d’effets, ces résistants considèrent qu’un devoir d’histoire occulté ne peut générer qu’un devoir de mémoire amputé  : « Oublier ou ignorer l’histoire, c’est se condamner à la revivre. »

Les nègres marrons s’organisaient en quilombos ou palenques, des sociétés où les outils, les savoirs et savoir-faire étaient mis en commun. Dans ces espaces de liberté, ces hommes et ces femmes explorèrent les voies de la ­coopération plutôt que celles de la compétition.

(1) Le Collectif du 10 mai présente trois conférences à Nantes, à la Médiathèque Jacques-Demy (Salle Jules-Vallès)  : le 5 mai à 20 h 15 avec Alain Vidal, La résistance noire à l’esclavage, ces noirs qui ont fait l’histoire  ; le 7 mai à 18 heures avec J.-P. Omotundé, G Biyogo, J.-P. Ngassa, Résistances et abolitions  ; le 10 mai à 14 heures avec Alain Anselin, le refus de l’esclavitude. collectif10mai2010@live.com

(2) Cet appel a reçu le soutien de Louis Sala-Molins, professeur émérite de philosophie politique à la Sorbonne et à Toulouse ; Olivier Le Cour Grandmaison, professeur de sciences politiques et de philosophie politique à l’université d’Évry-Val-d’Essonne ; Hector Elisabeth, sociologue, à l’Université des Antilles et de la Guyane ; Elikia M’Bokolo, historien spécialisé sur l’Afrique, a été directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, actuellement professeur à l’Institut des sciences et techniques humaines (ISTH) ; Raphaël Confiant, écrivain ; Miguel Benasayag, ancien résistant guévariste en Argentine, professeur invité à l’Université de Lille III ; Alain Anselin, anthropologue.

un devoir d’histoire occulté ne peut générer qu’un devoir de mémoire amputé

Commenter cet article