Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Rassemblement devant le ministère.

10 Février 2010, 22:27pm

Publié par PCF Villepinte

À Vitry, les enseignants tiennent bon face au ministre
vitry
Après une nouvelle journée d’exercice du droit de retrait, les professeurs du lycée Aldolphe-Chérioux dénoncent une manipulation des chiffres par Luc Chatel. Et appellent à un rassemblement devant le ministère.

Le bras de fer continue entre les enseignants du lycée Chérioux et Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale. Alors que les professeurs réclament l’embauche de onze assistants d’éducation, le ministre a répondu par l’octroi de six médiateurs et deux assistants d’éducation. Il a opéré hier soir un étonnant calcul  : « On n’arrivera jamais à mettre un surveillant derrière chaque élève, a-t-il déclaré sur France 5. Les professeurs demandaient 22 personnels. Aujourd’hui, il y en a 19. Nous en proposons huit supplémentaires. Nous passons à 28, sans compter l’équipe mobile de sécurité. » « Manipulation des chiffres », pour les enseignants, qui expliquent que « derrière cette étrange comptabilité se cache une logique politicienne à l’encontre de la logique citoyenne dans laquelle s’inscrivent les personnels du lycée ».

Ces derniers réclament des postes d’assistants d’éducation et non de médiation. Pour Jérémie Buttin, professeur d’arts plastiques, « ce n’est pas une question de quantité mais de compétences, de statuts spécifiques et de stabilité des équipes ». En effet, les médiateurs de réussite scolaire sont recrutés sur la base de contrats aidés, pour une période de six mois renouvelables, vingt heures par semaine, payés un demi-smic. À l’inverse, les assistants d’éducation sont engagés avec un contrat de droit public, à temps complet, pour une durée maximale de trois ans.

Hier, l’entretien avec la directrice des ressources humaines du rectorat n’a guère convaincu la délégation d’enseignants. La proposition d’un « protocole » avec la mise en place d’un groupe de parole à partir du 15 février a été perçue comme un « gadget » par les 
enseignants. Hier après-midi, réunis en assemblée générale, les soixante-quinze enseignants ont revoté à l’unanimité la reconduite du droit de retrait. Ils manifestent aujourd’hui avec les élèves devant le ministère de l’Éducation nationale à 11 heures.

Ixchel Delaporte

Commenter cet article