Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Programme de stabilité:

17 Avril 2013, 15:29pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

Les économistes de l'OFCE n'y croient pas du tout

 

 

 

 

 

Social-Eco - le 17 Avril 2013

 

 

 

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estime que le programme de stabilité financière présenté mercredi par le gouvernement entretiendra la crise économique et aggravera le chômage dans les prochaines années en France.

Pour cet institut d'analyse et de prévisions économiques, ramener le déficit public à 3% du PIB (produit intérieur brut) en 2014 suppose une consolidation budgétaire qui amputera de 2,6 points de PIB l'activité en France en 2013 et de 2,0 points l'année suivante. Or, le programme de stabilité présenté par le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, prévoit de ramener ce déficit à 3,7% fin 2013, 2,9% en 2014, 2,0% en 2015, 1,2% en 2016 et 0,7% fin 2017, après 4,8% l'an dernier.

A lire: Programme de stabilité: de la rigueur et encore de la rigueur pour Hollande et Ayrault

"En gros, le programme de stabilité, c'est un point par an de restrictions budgétaires jusqu'en 2017", a dit le directeur du département analyse de l'OFCE en marge de la présentation de ses prévisions 2013-2014 pour le monde, la zone euro et la France. "Ce point de restriction budgétaire va avoir un impact important (...) Il n'y aura pas de croissance et donc le chômage ne baissera pas et même il montera", a ajouté Xavier Timbeau. "Ça veut dire qu'on prolonge la situation économique dans laquelle on est jusqu'en 2017."

Le scénario de l'OFCE pour la France

Dans l'hypothèse d'un effort de réduction des déficits publics à 3% en 2014, l'OFCE estime que la France sera en récession de 0,2% en 2013 et que son PIB ne croîtra que de 0,6% l'année suivante. Le gouvernement table sur une croissance de 0,1% cette année et de 1,2% l'an prochain. L'institut évalue à 1,8 point en 2013 et 1,4 point en 2014 l'effet négatif direct de l'ajustement budgétaire correspondant, à quoi s'ajoutent respectivement 0,8 et 0,6 point d'impact négatif des politiques d'austérité des partenaires de la France par le biais de la demande adressée à l'économie française.

Dans ces conditions, le taux de chômage atteindrait 11% de la population active fin 2013 et, au lieu de s'inverser à la fin de l'année comme promis par le président François Hollande, continuerait d'augmenter jusqu'à 11,7% en 2014.

Augmenter les dépenses publiques

Pour l'OFCE, il faudrait, pour inverser la courbe du chômage en 2013, maintenir une impulsion budgétaire neutre, c'est-à-dire stabiliser les prélèvements obligatoires et augmenter les dépenses publiques dans la limite du potentiel de croissance de la France, soit aujourd'hui pas plus de 1,5% par an. "Dans ce cadre on peut espérer avoir une baisse du chômage de l'ordre de un point par an", explique Xavier Timbeau. "Mais la France ne peut pas le faire toute seule."

Pour l'OFCE, seul un changement de cap européen permettrait en effet d'enrayer la hausse du chômage. "Il s'est passé quelque chose de très intéressant aux Pays-Bas où il a été annoncé que le programme d'austérité n'était plus acceptable", estime ainsi Xavier Timbeau. "Je pense que c'est la meilleure nouvelle depuis bien longtemps."

Austérité=déflation salariale

De façon plus générale, l'OFCE juge l'économie mondiale au bord de la déflation. "En 2013, puis en 2014 (...) les pays développés resteront englués dans le cercle vicieux d'une hausse du chômage, d'une récession qui se prolonge et de doutes croissants quant à la soutenabilité des finances publiques", résume l'institut.

A lire: l'austérité sans fin n'est pas la solution pour l'OFCE

"La poursuite de cette stratégie d'austérité budgétaire porte en elle le germe de la déflation salariale dans les pays les plus touchés par le chômage", ajoute l'OFCE, qui voit les pressions déflationnistes s'intensifier dans la zone euro. Xavier Timbeau juge notamment l'Espagne "dans une situation proche de la rupture sociale et politique", avec un chômage qui a dépassé la barre des 25%.

  • A lire aussi:

Programme de stabilité: de la rigueur et encore de la rigueur pour Hollande et Ayrault

L'austérité programmée au moins jusqu'en 2014

  • A voir aussi:

Vidéo l'Humanité.fr: Quelles solutions pour sortir de la crise?

S.G.

Commenter cet article