Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Philips Dreux victoire Total

22 Février 2010, 17:46pm

Publié par PCF Villepinte

La victoire des salariés de l’entreprise Philips à Dreux

lundi 22 février 2010

phiol.jpg

 Lu sur le Blog d’Andrée Oger, Conseillère générale communiste de Saint André de l’Eure

Non ! Non ! il n’y a pas de faute d’orthographe dans le titre de cet article. Par contre, il y a un parallèle à faire entre la bataille victorieuses des Philips et le conflit qui commence chez Total.

Nous avions, sur ce blog, repris un article de la CGT Philips-EGP pour soutenir la lutte des salariés (salariéEs essentiellement) pour le maintien de l’activité sur le site de Dreux (lire : Un exemple de lutte ouvrière : Philips Dreux ). en "voisine", Andrée OGER a souhaité témoigné de soutien auprès des salariés de cet entreprise en contactant leur syndicat à la veille du procès.

C’est donc avec une certaine fierté que nous avons appris la décision du tribunal de Chartres d’annuler la fermeture du site de Dreux et d’obliger la direction à lever le lock-out qu’elle avait mis en place. Même si cette décision ne présage en rien de l’avenir du site, il s’agit quand même d’une première victoire qui va permettre aux salariés et à leurs syndicats de se mettre en bien meilleure position pour s’opposer à la direction du groupe Philips.

Cette victoire des Philips est à rapprocher de la victoire récente des six salariés de Continental, traînés au Tribunal de Compiègne par l’Etat.

L’exemple de Philips à Dreux, comme le combat des Conti’, des Molex ou d’autres, prouve que les seules batailles perdues sont celles que l’on ne mène pas.

Les salariés de Total l’ont bien compris.

La bataille qui s’ouvre pour sauver la raffinerie des Flandres dépasse désormais le cadre de la simple bataille locale pour devenir emblématique du combat de l’emploi et de l’indépendance nationale contre le règne de la finance et de la spéculation internationale. En posant clairement la question de l’avenir du raffinage français, la CGT met le gouvernement au pied du mur et déstabilise Total.

Car c’est bien d’avenir de cette filière énergétique dont il s’agit. Et, au delà, de l’avenir de filières complètes.

L’argument de la surproduction s’effondre face à la réalité des importations françaises en produits finis, en hausse de 4 % en 2009. Pour la CGT, il est clair que la volonté de Total est de délocaliser la production de carburants afin d’augmenter un peu plus ses bénéfices pourtant déjà exorbitants. Alors que le marché des carburants s’annonce tendu dans la décennie à venir, les menaces pesant sur la filière raffinage française pose de grandes questions sur la sécurité d’approvisionnement pour notre en carburants et produits finis pétroliers lorsque les compagnies pétrolières auront la possibilité de vendre l’intégralité de leurs productions à des prix élevés dans le pays de raffinage du pétrole !

Au delà de la raffinerie des Flandres (400 emplois directs, 400 emplois indirects), c’est donc l’avenir des 6 raffineries Total et des raffineries des autres pétroliers (Exxon Mobil) qui est en jeu. Avec, à la clé, la sous-traitance et toutes les filières dépendant des produits dérivés du pétrole, ce qu’ont appelle la pétrochimie, et qui représente des dizaines de milliers d’emplois en France. L’appel à la grève au sein des raffineries Total et Exxon Mobil illustre cette volonté de la CGT de globaliser le conflit.

La fermeture de la raffinerie des Flandres n’est donc pas qu’un sujet économique, c’est bien une question politique : la question de l’indépendance énergétique et industriel de notre pays.

L’implication aussi rapide du gouvernement, Estrosi en tête, montre bien l’inquiétude de la droite et de Total face au développement d’une lutte sociale éminemment politique. En plus, une grève qui conduirait à une pénurie de carburants à la veille des Régionales aurait un impact pour le moins négatif sur un Sarkozy pour qui "les grèves ne se voient pas".

Décidément, après Conti, la victoire des Philips Dreux et le mouvement de grève dans les raffineries constituent des symbôles forts de confrontations sociales qui mettent clairement en évidence la mauvaise foi du patronat et du gouvernement.

 

 

Commenter cet article