Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Paris-Roubaix 2010

9 Avril 2010, 15:31pm

Publié par PCF Villepinte

Paris-Roubaix, le duel attendu Cancellara-Boonen


Le duel entre Fabian Cancellara et Tom Boonen devrait concentrer toutes les attentions dimanche dans Paris-Roubaix, dernière chance pour la Belgique d’éviter un zéro pointé cette année dans les classiques flandriennes.

Déjà sacré sur le vélodrome de Roubaix en 2006, le champion suisse part avec une longueur d’avance sur son rival belge. Il vient de le battre deux fois sur ses terres : au Grand Prix E3 le 27 mars puis dans le Tour des Flandres dimanche dernier.

Tom Boonen, triple vainqueur de l’"Enfer du Nord", aura toutefois une source de motivation supplémentaire : il pourrait égaler le record de son compatriote Roger de Vlaeminck, quatre fois sacré dans la Reine des classiques entre 1972 et 1977.

Une victoire de Boonen permettrait surtout à son équipe, Quick Step, jadis dominatrice sur les routes des Flandres, et à la Belgique de sauver l’honneur avant d’entamer les classiques ardennaises.

"C’est notre dernière chance pour la première partie des classiques. Je serai déçu si on ne gagne pas", a déclaré à Reuters le manager de l’équipe Quick Step, Patrick Lefévère, qui a mené 10 coureurs à la victoire lors des 15 dernières éditions.

Selon Lefévère, Tom Boonen est en "bonne condition" avant une course qu’il a remportée en 2005, 2008 et 2009. La puissance de Fabian Cancellara pourrait cependant faire davantage de dégâts sur les secteurs pavés plats que dans les monts des Flandres, où le Suisse a décroché le Belge pour filer vers la victoire.

Pour tenter d’imiter son compatriote Henri Suter, qui avait signé le doublé Tour des Flandres/Paris-Roubaix en 1923, le coureur de Saxo Bank sera épaulé par l’Australien Stuart O’Grady, vainqueur en 2007, et le Danois Matti Breschel, victorieux de la semi-classique À travers les Flandres fin mars.

Tom Boonen, lui, ne pourra pas compter sur le Français Sylvain Chavanel, jugé hors de forme, et se reposera sur le Belge Stijn Devolder, double vainqueur du Tour des Flandres mais passé à côté de sa course fétiche dimanche dernier.

"Au Grand Prix de l’Escaut (mercredi), j’ai vu Stijn mettre le peloton en file indienne sur une accélération. Peut-être est-il arrivé au top de sa condition physique avec une semaine de décalage", s’interroge Patrick Lefévère.

BONNET ET CHAINEL, ESPOIRS FRANÇAIS

De la Trouée d’Aremberg au Carrefour de l’Arbre, les 52,9 km de secteurs pavés pourraient sourire à un outsider, tels l’Espagnol de Sky Juan-Antonio Flecha ou le Norvégien Thor Hushovd, qui a chuté l’an dernier alors qu’il jouait la gagne face à Boonen.

Dans l’équipe BMC, l’Américain George Hincapie devrait une nouvelle fois tenter de briller entre Compiègne et Roubaix, s’il n’est pas trop affecté par la mise à pied de son coéquipier Alessandro Ballan, qui fait l’objet d’une enquête sur une affaire de dopage en Italie. (voir [ID:nLDE638103]) La formation Garmin-Transitions comptera, elle, sur deux hommes en forme : l’Américain Tyler Farrar, victorieux au sprint du Grand Prix de l’Escaut, et l’Ecossais David Millar, lauréat des Trois Jours de la Panne le 1er avril.

Côté français, en l’absence de Chavanel, les espoirs seront portés par les Bbox-Bouygues Telecom.

Très en vue depuis le début de la saison, Steve Chainel et William Bonnet se sont signalés dans le Tour des Flandres, le premier en animant la course avec les cadors, le second en jouant de sa pointe de vitesse pour terminer à la 10e place.

"On est dans une spirale positive, le groupe est homogène et tout le monde marche bien", note Steve Chainel.

"On vient pour faire une belle course, même si ce sera très dur face aux machines Boonen et Cancellara. L’idée, c’est d’être devant, à l’attaque, et de courir intelligemment."

Avec aussi le jeune Damien Gaudin, qui a remporté Paris-Roubaix en 2007 chez les Espoirs, la formation de Jean-René Bernaudeau semble la mieux à même de faire vibrer le public français, voire, dans une course toujours imprévisible, de briguer la succession de Frédéric Guesdon, dernier vainqueur français en 1997.

L’intéressé sera d’ailleurs au départ, à 38 ans, sous le maillot de la Française des Jeux.

De neuf ans son cadet, Tom Boonen a, lui, l’âge de Roger de Vlaeminck lors de sa quatrième et dernière victoire à Roubaix.

Peut-être un signe pour l’ancien champion du monde, qui en cas de succès rejoindrait au palmarès le Français Octave Lapize (1909-10-11) et l’Italien Francesco Moser (1978-79-80), seuls à avoir dompté les déroutants pavés trois années de suite.

Commenter cet article