Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Nicolas Sarkozy se met les magistrats à dos

5 Février 2011, 07:11am

Publié par PCF Villepinte

Société - le 4 Février 2011

 

 

 

L'USM, principal syndicat de magistrats, appellent à une semaine de grève nationale des audiences et à une journée d'action nationale après les accusations de faute dans l'affaire Laëtitia proférées par Nicolas Sarkozy. grogne aussi dans la police.

La situation s'envenime entre Nicolas Sarkozy, le gouvernement et les magistrats. L'Union syndicale des magistrats (USM), principal syndicat de magistrats français, a appelé ce vendredi midi à une grève nationale des audiences jusqu'à jeudi prochain pour protester contre les propos de chef de l'Etat et de son ministre de l'Intérieur les accusant de faute dans l'affaire Laëtitia et annonçant des sanctions. Avec en point d'orgue une manifestation nationale jeudi à Nantes et des rassemblements dans tout le pays.

Le mouvement semble faire boule de neige. Chaque juridictions de France est en train de se déterminer sur le suivi du mot d'ordre au cours d'assemblées générales. Vendredi midi, plusieurs juridictions avait déjà décidé d'entrer dans le mouvement, en signe de solidarité avec celui de Nantes, pointé du doigt par le président français: la Cour de cassation, à Lille, Créteil, Grenoble, Caen, Nancy, Pointe-à-Pitre et dans plusieurs villes de Bretagne.

"Toute tentative de déstabilisation, sur fond de menaces, venant du plus haut de l'Etat ne peut que nuire à la sérénité de la justice et plus largement aux institutions républicaines. Il appartient désormais au garde des Sceaux de réagir", assure  le communiqué de l'USM. Chez les magistrats, "le mot ras-le-bol est faible, il y a un sentiment d'injustice et de révolte", a également déclaré Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature.

Parallèlement à la magistrature, la grogne atteint aussi la police. Selon Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie (second syndicat des officiers de police), "les officiers de police à Nantes ont mal ressenti le fait d'être accusés d'avoir mal fait leur travail."

Face à cette fronde, les ministres et les députés majorité présidentielle bétonnent déjà autour de Nicolas Sarkozy. A l'image de du secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, qui explique: "Le Président de la République a dit tout haut ce que pensent nos compatriotes… Mais certains demeurent désespérément sourds aux attentes de notre société…: un syndicat de magistrats outrancièrement politisé (l'USM, ndlr).

 

Repères

La Justice française, parent pauvre européen

Le système judiciaire français a été classé en 2010 par le Conseil de l'Europe au 37e rang continental pour le pourcentage du produit intérieur brut (PIB) par habitant consacré à la justice. Le budget pour 2011 pour la justice est de 7,1 milliards d'euros, soit environ 2,5% du budget de l'Etat.

 

A lire dans L'Humanité des débats de ce samedi.

"S'il y a sanction, ce doit être pour le ministre de la Justice". Entretien avec Jacky Coulon juge en colère. Comme ses collègues de Nantes, ce juge d'instruction, syndiqué à l'Union syndicale des magistrats (USM), raconte pourquoi lui et ses collègues ont décidé de suspendre toutes les audiences jusqu'à jeudi prochain. "Nous exigeons qu’il soit reconnu publiquement qu’aucune faute n’a été commise par les fonctionnaires, les gendarmes, les magistrats ou l’administration pénitentiaire en relation avec le crime de Pornic. Ensuite, nous demandons des moyens pour que tous les suivis en matière d’application des peines puissent être exécutés sans qu’il y ait de choix à opérer par les juges. On met en cause leur responsabilité pour une défaillance qui est celle de l’Etat".

Commenter cet article