Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Marine Le Pen succède à son père à la tête du FN

17 Janvier 2011, 12:09pm

Publié par PCF Villepinte

Tours manif anti FN le 15 janvier 2011
envoyé par PCF37. - L'info video en direct

 

 

Marine Le Pen a officiellement succédé dimanche à Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national qu'il dirigeait et incarnait depuis près de 40 ans, en remportant largement, par 67,65 des voix, la consultation interne organisée par le parti.

A la tribune du XIVème congrès du parti, grand-messe organisée à Tours pour cette succession, Jean-Marie Le Pen, 82 ans, a étreint sa benjamine de 42 ans, après avoir lui-même proclamé les résultats, sous les acclamations des quelque 2.000 militants et cadres du mouvement d'extrême droite.

Le nom du vainqueur, connu depuis vendredi soir, est sans surprise: Marine Le Pen, qui bénéficiait de tout le poids du soutien paternel et de l'appareil du parti, était archi-favorite face à Bruno Gollnisch, 60 ans (32,35% des voix), vieux lieutenant du chef.

Celle qui apparaît désormais comme la candidate naturelle du FN pour la présidentielle de 2012.

Un journaliste dit avoir été tabassé

Un journaliste de France 24 a rapporté ce matin sur I-Télé avoir été agressé par des membres du service d'ordre du Front national (FN), lors d'une réunion à huis-clos du parti d'extrême-droite hier soir.

Mickaël Szames raconte avoir rejoint hier soir vers 23 heures un cocktail des membres du Front national en se présentant comme journaliste. La situation a dégénéré lorsqu'il a photographié avec son téléphone portable Jean-Marie Le Pen et sa fille, Marine Le Pen, en train de danser. ""Sept ou huit personnes du service d'ordre m'ont couru après, molesté, tabassé et ont pris ma carte de presse. J'ai ensuite été violemment jeté dehors", explique le journaliste.

"Certes, la réunion se tenait à huis-clos mais je me suis présenté comme journaliste et on m'a laissé rentrer. Si ça la gênait, Marine Le Pen n'avait qu'à me demander de partir", ajoute Mickaël Szames, qui précise avoir été la cible d'insultes à connotation raciste. Il a affirmé avoir porté plainte contre x dans la nuit, notamment pour "agression".

Le FN de son côté menace de porter plainte contre le journaliste et contre la chaîne I-Télé, qui a relayé l'information. Le directeur de la communication du FN, Alain Vizier, a contesté qu'il y ait eu la moindre violence à l'encontre du journaliste, assurant qu'il avait simplement été "mis dehors" parce qu'il "n'avait pas à se trouver là".


.
Commenter cet article