Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Le crédit revolving à la Banque postale va faire plonger les revenus modestes dans la misère

24 Octobre 2012, 06:08am

Publié par PCF Villepinte

 - le 23 Octobre 2012

 

 

Les dangers du prêt renouvelable

 

Par Bernard Dupin, administrateur CGT du groupe La Poste. Si l’histoire se souvient de la création des relais poste par Louis XI en 1477, il n’est pas sûr qu’elle se souvienne du nom des responsables de La Poste qui envisagent la création de prêts relais par ce groupe public d’ici quelques semaines.

Prêts relais, prêts renouvelable, revolving, réserve d’argent… Voilà un crédit à identités multiples, mais qui est toujours synonyme de gros risques car son caractère facile d’accès semble être un facteur de liberté incitant très vite le client à signer.

C’est également le côté « réserve d’argent » qui attire en ces temps de crise, or il est pourtant associé à des taux d’intérêts extrêmement élevés avoisinant les 20%.

Ce crédit qualifié de « révolver » tant il a la fâcheuse habitude de se retourner contre ses utilisateurs qui sont le plus souvent les ménages aux budgets les plus faibles est « un instrument terrible de surendettement », comme le  disait déjà cet été Monsieur Benoît Hamon, Ministre délégué à l’économie sociale et solidaire.

Le risque de se retrouver en situation de surendettement est toujours plus que présent ; Un crédit en entraînant un autre il est facile de perdre pied rapidement.

Les crédits renouvelables sont en effet en cause dans 8 dossiers de surendettement sur 10 et il arrive même que l’on retrouve jusqu’à 4 crédits de ce type dans un seul et même dossier.

Malgré la mise en place de la loi Lagarde entrée en vigueur en 2011 et censée renforcer la clarification du rôle et de l’utilisation du crédit renouvelable auprès des consommateurs et des distributeurs, force est de constater que dans la pratique, 95% des enseignes ne proposent aucune alternative et orientent systématiquement les clients vers du crédit revolving.

Le 17 octobre dernier, lors de son audition devant la Commission des Affaires Economiques de L’Assemblée Nationale, le Directeur de La Banque Postale déclarait que « dès lors que le produit n’est pas interdit, nous souhaitons être présents sur le marché du crédit renouvelable » avec la mise en place d'un fichier positif qui recenserait tous crédits souscrits par une personne et permettrait aux organismes de crédit de vérifier la solvabilité de l'emprunteur,

Au-delà de la complexité à mettre en place un tel système, cette proposition soulève de nombreuses questions en termes de confidentialité des données personnelles.

D’autre part, faire une liste des crédits n'évalue pas la solvabilité de l'emprunteur car d'autres critères sont à prendre en compte, comme les charges incompressibles que sont les loyers, la nourriture, les impôts, etc.

LA BANQUE POSTALE NE DOIT PAS ETRE UNE BANQUE COMME LES AUTRES

En mars 2012, le candidat François Holande indiquait: « Je suis contre le fait d’utiliser le crédit renouvelable ou revolving comme palliatif au crédit. Nous avons pu observer ses effets dévastateurs et pervers sur des ménages déjà fragiles ».

Le 25 novembre 2009, Jean Paul Bailly s’exprimait en ces termes devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale : « Je souligne néanmoins le fait que nous ne proposerons pas de crédit renouvelable afin de ne pas pousser à l’endettement ».

Mais aujourd’hui, foulant aux pieds ses propres déclarations, le PDG de La Poste avec le Directeur de la Banque Postale s’apprêtent à lancer une offre de crédit renouvelable.

Le déploiement de cette offre devrait se faire sur les canaux à distance et dans le réseau des bureaux de poste et sera portée par La Banque Postale Financement, filiale dédiée au crédit à la consommation.

Alors qu’aujourd’hui, une personne sur cinq finit chaque mois à découvert, la Banque Postale s’apprête à faire plonger encore plus celles et ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois dans les difficultés financières.

Il est plus que temps de revenir à des valeurs de service public. La Banque Postale n’est pas là pour faire du chiffre ou du business, mais pour répondre aux besoins de la population.

La Banque Postale doit être partie intégrante d’un pôle financier public afin de développer durablement l’emploi, l’investissement productif, les filières industrielles et les services publics.

Lire aussi :

Le blog de Bernard Dupin

Commenter cet article