Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

La poudre,par Claude Cabanes

20 Février 2013, 11:59am

Publié par PCF Villepinte

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, ressort des tiroirs quelques vieilles lunes fiscales et les livre, rafraîchies, au pouvoir politique, pour qu’il s’en serve

Politique - le 20 Février 2013

 

 

 

On pourrait dire aujourd’hui des éminents dignitaires de la très éminente Cour des comptes, ce que l’on disait autrefois de certains hauts personnages de l’armée française : « Ils n’ont pas inventé la poudre, mais ils s’en servent ! » C’est ce que fait le président de cette ancestrale institution, Didier Migaud : il ressort des tiroirs quelques vieilles lunes fiscales et les livre, rafraîchies, au pouvoir politique, pour qu’il s’en serve.

L’obsession de l’austérité est leur horizon commun : elle leur tient lieu de pensée politique. Nous voilà à des années-lumière des grands discours sur le changement demain matin. Il est vrai que M. Migaud doit sa solennelle fonction à l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy…

On serait bien injuste de ne s’acharner que 
sur lui. La Cour des comptes, l’Élysée et Matignon forment le triangle d’or, solidaire de la ligne générale de paupérisation du peuple français et de la nation. Parfois cependant les circonstances sont bien malheureuses: ainsi 
ce jour où le président de la Cour des comptes a découvert la lune de la réduction des moyens de l’assurance chômage (malheur à Pôle emploi 
où se côtoient le calvaire des chômeurs et le calvaire 
de ceux qui les reçoivent), donc ce jour-là ou presque, 
un homme sans travail s’est immolé par le feu devant 
le bâtiment de la souffrance…

Donc la Cour des comptes et son timonier fournissent à la chaîne à Messieurs Hollande 
et Ayrault du « minerai » (comme on dit aujourd’hui 
dans l’industrie de la viande…), du « minerai d’austérité ». Un jour, elle propose de tirer à vue 
sur les pensions de certains retraités (au risque 
d’ouvrir un abîme politique sous les pas du pouvoir…) ; 
un autre, de réduire la voilure des collectivités territoriales; va-t-elle bientôt mettre sur le tapis, l’impôt sur les remboursements de la Sécurité sociale? À moins que ça ne soit déjà fait, mais cela nous a échappé…

Le dernier « coup », c’est la taxation des allocations familiales. Un vieux spectre blanchi sous 
le harnais, qui hante depuis longtemps les crânes 
de droite ou de gauche, plutôt d’une certaine gauche… Quelle ironie! En 1981, dans la foulée de la victoire 
de François Mitterrand, l’équipe de Pierre Mauroy 
et des ministres communistes, les augmentait de 50%! Les temps ont changé, certes, mais enfin, en est-on arrivé à un tel désastre qu’il faille « punir » les fameuses « allocs » qui datent de 1932, sont servies à près de cinq millions de ménages, et sont l’une des couleurs fortes du paysage social français ? Il paraît qu’il faudrait extraire 2 milliards 600 millions d’euros des dépenses familiales… C’est un certain Monsieur Fragonard qui a été chargé 
de descendre dans la mine… On ne lui souhaite pas bonne chance.

Pas d’argent! C’est le hululement du grand perroquet national, économique, politique, médiatique et idéologique. On nous raconte des histoires. Par exemple : un rapport récent du Conseil des prélèvements obligatoires (le CPO), révèle que l’impôt (8 %) sur les bénéfices des banques commerciales (qui sont énormes) est 6 fois inférieur à ce qu’il est en Allemagne, 4 fois inférieur à ce qu’il est en Grande-Bretagne, 3 fois inférieur à ce qu’il est en Italie… Nous sommes battus seulement par l’Autriche.

  • A lire aussi:

Didier Migaud, méga-comptable de la nation

Allocations familiales, la piste de l'imposition s'éloigne

La cour des comptes cible les maires

Les sages s'en prennent à ces salauds de pauvres

Par Claude Cabanes

Commenter cet article