Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Enquête. CGT à l'occasion du 49°congrès

4 Décembre 2009, 18:42pm

Publié par Daniel JUNKER

CGT. « On ne naît pas syndicaliste »
La chercheuse Françoise Piolet a étudié pendant trois ans les structures et pratiques au sein de la CGT, en regard des objectifs affichés au précédent congrès.

Françoise Piotet est professeur de sociologie à l’université de Paris-I et auteur de la CGT et la recomposition syndicale (PUF, 2009).

Pourquoi l’objectif d’une syndicalisation massive est-il essentiel pour la CGT  ?

Françoise Piotet. La première raison évoquée régulièrement par Bernard Thibault est que la citoyenneté et l’émancipation des salariés passent par l’adhésion à un syndicat. Deuxièmement, le syndicalisme français a toujours été un syndicalisme de militants plus que d’adhérents. Mais il y a un moment où le nombre de militants ne garantit plus le renouvellement. La transmission de l’expertise n’est plus assurée. Cela touche le syndicalisme dans son ensemble. La troisième raison tient à la transformation du salariat qui est de plus en plus éduqué, travaille dans des établissements de plus en plus petits avec une atomisation des lieux de production. La proposition de la CGT de constituer des bases syndicales interprofessionnelles et des syndicats de site est bonne, mais il y a loin de l’idée à sa réalisation.

Pourquoi la CGT n’y arrive-t-elle pas  ?

Françoise Piotet. Je réponds avec prudence et sur la base de ce que nous avons rencontré dans notre étude et qui n’est pas forcément à généraliser. Il y a l’ostracisme patronal. Mais en plus les militants de la CGT se refusent pour la plupart à faire du prosélytisme. Il y a une sorte de code d’honneur  : le syndicat est au service de tous les salariés, on ne monnaye pas ses services pour faire des adhérents. Par contre, on repère parmi les salariés ceux qui sont capables de s’opposer au patron, de ne pas vivre le rapport de subordination comme une exploitation.

Qui adhère à la CGT  ?

Françoise Piotet. Plus qu’une idéologie, ceux qui adhèrent à la CGT ont une culture en commun, des parcours engagés. L’adhésion est très dépendante de la qualité du militant de l’entreprise. S’il y a un bon militant CGT, les gens adhèrent à la CGT, s’il y a un bon CFDT, les mêmes adhéreront à la CFDT. Enfin dernière raison  : à un moment donné, il y a une injustice qui devient inacceptable et déclenche l’adhésion. On ne naît pas syndicaliste, on le devient. Ce qui semble important, c’est la qualité de la représentation, c’est-à-dire la capacité de défendre les salariés contre les patrons et la capacité d’avoir une vision alternative, des projets.

Comment la CGT peut-elle surmonter les obstacles à la syndicalisation  ?

Françoise Piotet. Ce n’est pas aux chercheurs à dire ce que doivent faire les syndicalistes. Contrairement aux clichés, la CGT n’est pas un instrument, c’est une anarchie plus ou moins organisée. Chacun fait ce qu’il veut. C’est sa force parce que ça donne une très grande proximité et il n’y a pas de scission comme à la CFDT où la ligne descend du haut en bas et est appliquée. Mais c’est une faiblesse quand il s’agit de modifier les structures, par exemple. Problème supplémentaire  : la plupart des structures interprofessionnelles (unions locales et unions départementales) sont dirigées par des syndiqués du public. Or toutes les réformes structurelles et les efforts de syndicalisation engagés par la CGT, ça concerne le privé.

Entretien réalisé par O.M.

Commenter cet article