Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Enième épisode dans le feuilleton BP

20 Juillet 2010, 11:59am

Publié par PCF Villepinte

 

 

Un drame, des excuses, des espoirs et des déceptions, la marée noire de BP a tout du feuilleton de l’été. Pourtant, beaucoup souhaiteraient que celui-ci prenne fin au plus vite. Jeudi dernier le géant pétrolier annonçait que la fuite de pétrole avait été stoppée. Cette nouvelle information engendrait un certain scepticisme (voir l’article « BP ou la farce pour Bonnes Poires » du 16 juillet). Et cette impassibilité nous a donné raison avec un nouveau rebondissement de l’affaire. En effet, selon les autorités américaines, les ingénieurs de BP auraient repéré une nouvelle fuite la nuit dernière sur le dôme de confinement tout récemment installé.

C’est un nouvel échec pour la compagnie britannique de Tony Hayward qui comptait sur ce nouveau dispositif pour retenir les fuites de pétrole. Le dôme de confinement devait permettre de contenir les échappements d’hydrocarbure dans l’océan jusqu’à la mise en place définitive des deux puits de secours. Ces derniers ne seront opérationnels qu’à partir de la première quinzaine d’août. Hier soir une lettre de Thad Allen, responsable de la marée noire pour l’administration Obama, adressée au directeur général de BP, Bob Dudley, s’inquiétait des « anomalies de nature indéterminée à la tête du puits ». Ces faits s’inscrivent dans une phase de tests qui aurait initialement dû prendre fin samedi. Mais les signes de défaillance ont décidé le gouvernement américain à prolonger jusqu’à mardi la période de tests.

Un porte parole de la compagnie pétrolière à confirmé l’existence d’une fuite dans la journée. Il nie cependant toute relation entre ce nouvel incident et le puits principal. Mais ces déclarations  n’expliquent pas tout. Le temps de réaction de la firme reste étonnant; difficile de comprendre pourquoi les autorités américaines ont communiqué sur ce nouvel incident avant BP. De plus, qu’en est-il des autres « anomalies […] à la tête du puits » ? La compagnie britannique doit maintenant surmonter ce nouveau contretemps. Si elle y parvient, alors elle pourrait décider de maintenir fermé le puits principal jusqu’à l’entrée en activité des fameux puits secondaires. Cependant ingénieurs et spécialistes  craignent que sous l’effet de la pression, le pétrole rejaillisse à nouveau dans l’océan. Rien n’exclut qu’une telle compression ne soit à l’origine de failles, ce qui serait une véritable catastrophe.

Dans un communiqué, BP a aujourd’hui annoncé avoir déjà dépensé environ 3,95 milliards de dollars pour stopper la perte d’hydrocarbure. En vain ? Une chose est sûre, cet été les défenseurs de l’écologie comme les Américains - directement concernés – suivront avec attention la progression de ce qui pourrait devenir le« Petroleumgate » des Etats-Unis.  

Matthieu Windey

Commenter cet article