Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

ÉGYPTE: Moubarak décrète le couvre-feu (heure par heure)

28 Janvier 2011, 23:18pm

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 28 Janvier 2011

 

Une journée entre espoir et danger

S'inspirant de la "Révolution de jasmin" tunisienne qui a conduit à la fuite du président Ben Ali le 14 janvier dernier, les Egyptiens descendent quotidiennement dans la rue depuis mardi dans le cadre d'une contestation sans précédent contre le régime d’Hosni Moubarak.

21h-Des milliers d'Egyptiens ont bravé vendredi soir le couvre-feu imposé par Hosni Moubarak et, au terme d'une journée de contestation sans précédent, ont acclamé les soldats se déployant dans les rues de la capitale égyptienne.

Au Caire, à Alexandrie et à Suez, épicentre des manifestations ces quatre derniers jours, l'ordre donné par le raïs n'a eu aucun effet sur les manifestants qui se pressaient bien après la tombée de la nuit autour de véhicules blindés de l'armée, les acclamant, chantant l'hymne national et tentant de gagner les soldats à leur cause.

20h- Au moins cinq manifestants ont été tués aujourd'huii au Caire dans les rassemblements contre le régime de Hosni Moubarak, selon des sources médicales.
Les circonstances de leur décès demeuraient inconnues dans l'immédiat.
Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont également fait quelque 870 blessés, selon un précédent bilan communiqué de même source.

19h45-La France appelle à "la retenue" et "au dialogue" en Egypte, a déclaré ce soir la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, faisant part de "sa vive préoccupation" face aux derniers événements.

19h30- Des manifestants ont fait irruption ce soir au siège de la télévision publique égyptienne, dans le centre du Caire, affirme un correspondant de la chaîne de télévision Al Arabia.
Cet incident, qui n'a pu être confirmé dans l'immédiat, s'est produit après l'entrée en vigueur du couvre-feu, décrété par Hosni Moubarak au terme d'une journée de contestation sans précédent depuis son accession au pouvoir, il y a trente ans.
Les programmes de la chaîne n'ont pas été interrompus.

19h-Tous les opérateurs de téléphonie mobile présents en Egypte "ont reçu l'ordre de suspendre leurs services dans certaines zones sélectionnées", a affirmé aujourd'hui dans un communiqué à Londres le géant britannique des télécommunications Vodafone.
"Conformément à la législation égyptienne, les autorités ont le droit de donner un tel ordre et nous devons nous y soumettre", a assuré Vodafone en précisant que l'injonction s'appliquait à "tous les opérateurs de téléphonie mobile en Egypte". "Les autorités égyptiennes doivent clarifier la situation en temps voulu", ajoute ce bref communiqué, sans autres précisions.
De son côté, le chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton a appelé vendredi le gouvernement égyptien à mettre fin au blocage "sans précédent" des communications dans le pays, où se multiplient les manifestations hostiles au pouvoir en place.

18h45- Hosni Moubarak a élargi ce soir le couvre-feu à l'ensemble du pays, rapporte la télévision d'Etat.
Le couvre-feu décrété dans l'après-midi concernait initialement le Caire ainsi que dans les villes d'Alexandrie et de Suez, de 18h à 7h.
Il a été immédiatement enfreint par des manifestants au Caire, qui s'en sont pris au siège du parti au pouvoir, ainsi qu'à la télévision d'Etat et au ministère des Affaires étrangères.

18h30- La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a réclamé que le gouvernement égyptien engage "immédiatement" des "réformes économiques, politiques et sociales". "Nous demandons au gouvernement égyptien de faire tout ce qui est en son pouvoir pour réfréner les forces de l'ordre", a-t-elle déclaré lors d'un point de presse, soulignant que "la violence ne fera pas disparaître les doléances" qui s'expriment dans les protestations contre le régime du président Hosni Moubarak.
La chef de la diplomatie américaine, a aussi appelé le gouvernement égyptien à mettre fin au blocage "sans précédent" des communications dans le pays.

17h30- Après avoir été interdite aux manifestants, la place Tahrir au Caire est à nouveau assiégée par la foule.

16h45 -Des manifestants mettent le feu au siège du Parti national démocrate au pouvoir au Caire. Le bâtiment, qui donne sur le Nil, est en flammes, selon des images retransmises en direct par la télévision.

 

16h35- Un couvre-feu nocturne a été décrété vendredi par le président Hosni Moubarak, en sa qualité de chef des armées, dans les grandes villes d'Égypte - Le Caire, Alexandrie et Suez - après plusieurs jours de violentes manifestations antigouvernementales, rapporte la télévision nationale.

Ce couvre-feu sera en vigueur de 18 heures (17 heures, heure française) à 7 heures (6 heures, heure française) et l'armée a été chargée de prêter assistance si nécessaire aux forces de police. "Étant donné ce qui s'est passé en province, les émeutes, le désordre, les pillages, les destructions, les agressions et les incendies de biens publics et privés, notamment de banques et d'hôtels, le président Hosni Moubarak a décrété un couvre-feu en sa qualité de chef des armées", a précisé la télévision d'État

16h30-L'opposant Mohamed ElBaradei aurait été placé en résidence surveillée selon la châine de télévision qatarie Al Jazira. L'opposant à Hosni Moubarak, rentré jeudi soir en Egypte, avait pris part vendredi matin à la prière qui a lancé la manifestation.

15h-  Les manifestations contre le régime du président égyptien Hosni Moubarak s'étendaient à travers tout le Caire aujourd'hui en début d'après-midi, après la prière hebdomadaire du vendredi, au quatrième jour de la mobilisation.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans de nombreux quartiers du Caire, scandant "le peuple veut la chute du régime", alors que la police semblait totalement débordée et tentait de disperser les foules à l'aide de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

Parties de plusieurs quartiers de la rive est du Nil, où se trouvent la plupart des bâtiments gouvernementaux, les manifestations ont également gagné de nombreux secteurs de la rive occidentale de la capitale où vivent quelque 20 millions de personnes. 

 

13h30-Des milliers de manifestants, qui réclament le départ du président Hosni Moubarak, ont convergé vendredi vers le centre du Caire et se sont rassemblés dans d'autres villes d'Egypte dont Suez, haut lieu des troubles des derniers jours. Et ce, alors qu'une mobilisation de grande ampleur contre le régime en cours est prévue en ce jour des prières à la mosquée. L'ambiance s'annonce électrique et les manifestants nombreux au premier jour du week-end dans le pays.

Les autorités prévoient une mobilisation de grande ampleur. En réponse, elles ont prévu de placer des policiers, mais aussi des "Baltaga". Ces hommes payés à la journée sont réputés pour être équipés de bâton et leur violence.

Déjà, tôt vendredi, la police a fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui leur lançaient des pierres, à Suez. Cette ville a été le théâtre des manifestations les plus violentes cette semaine dans le pays.

Au Caire, des milliers de manifestants ont convergé vendredi vers le centre de ville et se sont rassemblés dans d'autres villes d'Egypte dont Suez, haut lieu des troubles des derniers jours, ont rapporté des journalistes de Reuters et une organisation d'opposition.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes à Mansoura, dans le delta du Nil, dit un opposant. Un rassemblement était signalé en outre à Charkia, autre ville du delta. Des centaines de manifestants descendaient par ailleurs dans les rues de Suez.

Dans le quartier de la grande mosquée d'Al-Azhar, 2.000 personnes se sont rassemblées sous un pont autoroutier qui traverse le quartier alors que les forces de sécurité avaient bloqué les rues environnantes.

 

Les manifestants scandaient "le peuple veut la chute du régime", salués par de nombreux habitants qui regardaient sans manifester.

Ils ont lancé des pierres sur la police qui a répliqué en tirant des balles en caoutchouc.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de balles caoutchoutées pour disperser plusieurs milliers de manifestants antirégime rassemblés après la prière du vendredi dans le centre d'Alexandrie, deuxième ville d'Egypte.

Des accrochages ont éclaté entre manifestants et policiers après que 4.000 à 5.000 personnes se sont rassemblées dans une mosquée proche de la gare routière de Raml.

Aussitôt la prière terminée, les fidèles ont "On ne veut pas de lui", faisant référence au président Hosni Moubarak. La police a tiré des coups de semonce avec des balles caoutchoutées et des gaz lacrymogènes pour disperser la foule qui ripostait par des jets de pierre.

L'opposant égyptien Mohamed ElBaradei a participé vendredi à la prière hebdomadaire avec 2.000 personnes sur une place publique du centre du Caire, avant de nouvelles manifestations contre le régime prévues à travers l'Egypte. Les fidèles ont fait la prière devant une grande mosquée du quartier de Guiza, et scandé "A bas Hosni Moubarak" aussitôt la prière terminée, au milieu d'un lourd dispositif de sécurité.

Commenter cet article