Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

A l'aéroport de Roissy, la mobilisation décolle

21 Octobre 2010, 11:00am

Publié par PCF Villepinte

Hier, près de 4 000 personnes, toutes catégories confondues, ont défilé sur le site de Roissy-Charles-de-Gaulle. Une mobilisation exceptionnelle pour le secteur.  

Le cortège CGT au terminal 2, le 20 octobre 2010

JPG - 26 ko

Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait ! Déterminés à ne rien lâcher, les grévistes étaient entre 3000 et 4000 à défiler, hier matin, pour la première fois depuis le début du mouvement social, sur le site de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Mobilisés contre la réforme des retraites, les salariés ont bloqué le terminal 2 pendant près de deux heures. A l'initiative de la CGT Air France et de la CGT ADP (Aéroports de Paris), les différentes organisations syndicales de la plate-forme aéroportuaire de Roissy se sont jointes au mouvement. « On ne peut plus bloquer les pistes, raconte Daniel, responsable CGT, sinon, on nous retire les badges et on ne peut plus travailler, alors, on bloque les routes »

Des barrages filtrants ont donc été mis en place. Entre costumes-cravates et bleus de travail, responsables du comité d'entreprise, manutentionnaires, personnels naviguant ou au sol, et salariés des sous-traitants d'Air France (nettoyage, catering, sûreté, aviation civile, etc.), ont manifesté côte à côte contre « l'OPA des marchés financiers sur le monde du travail », pour une réforme juste et équitable, pour la prise en compte de la pénibilité au travail. Un dernier point essentiel lorsqu'on sait que les bagagistes soulèvent quotidiennement 2 à 3 tonnes, sans que ne soit reconnue cette pénibilité de leur travail. « Ici, on les appelle les dos-cassés », explique Serge Nybelen, secrétaire général de la CGT Roissy. Contrôleur sûreté, Anissa travaille en horaires décalés : « Je me lève tous les jours à 4 heures du matin, alors à 65 ans, vous imaginez » Elle se félicite de la mobilisation : « A la sûreté, on est 50 % à défiler aujourd'hui, et si nous n'étions pas soumis à la réquisition nous serions 100 %. » Hier, à Roissy, tous appelaient au développement d'actions locales, à la tenue d'assemblées générales et au renforcement des mobilisations nationales. En soutien au mouvement, une cinquantaine de cheminots sont venus hier prêter main-forte, « surtout pour la sécurité, pour que ça ne dégénère pas », explique Gilles, de la CGT cheminots.

Les organisations syndicales de l'aéroport du Bourget, les salariés RATP, ceux de la zone industrielle Paris Nord-II, les agents territoriaux de Bobigny, entre autres, sont également venus grossir les rangs des protestataires. Une journée d'action qui se voulait nationale dans les aéroports : pari gagné. Ceux d'Orly, Nice, Clermont-Ferrand, Nantes et Toulouse se sont mobilisés dès 5 heures du matin, et une nouvelle grève dans les aéroports est évoquée. Preuve s'il en fallait, que le mouvement est loin, bien loin de « s'essouffler ».

 

Marion d'Allard


 

 

Tous droits réservés : L'Humanité

Diff. 55 629 ex. (source OJD 2005)

4496532D80B01502556E15D0570F415762D0339F333162304ECBB87

 

Commenter cet article