Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

10 mai, 23 mai Commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions pour une mémoire partagée

10 Mai 2020, 08:05am

Publié par PCF Villepinte

 

10 mai, 23 mai


Commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions pour une mémoire partagée

"La liberté d’un homme est une parcelle de la liberté universelle." (Victor Schoelcher)

Le 10 mai la France fait "mémoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions". Le 23 mai est une "journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial".
Ces journées commémorent les souffrances et les luttes des esclaves pour leur liberté et leur émancipation.
Ce n’est que le 10 mai 2001 que le Parlement français reconnaît comme crime contre l’humanité "la traite des Noirs et l’esclavage des populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes, perpétrés en Amérique et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe, à partir du XVe siècle", dans une loi votée sous l’impulsion de Christiane Taubira.

Il aura fallu attendre plus de 150 ans après le décret de la Seconde République, pris le 27 avril 1848 sous l’impulsion de Victor Schoelcher !

Trop de Français ignorent ou veulent ignorer que pendant près de quatre siècles, notre pays fut une grande puissance esclavagiste. Des vaisseaux battant pavillon français participèrent à la déportation de millions d’Africains ; le Code Noir promulgué en 1685 par Louis XIV faisait juridiquement de l’esclave un simple "bien meuble". Aujourd’hui notre nation compte en son sein des descendants d’esclaves.
Le MRAP appelle les pouvoirs publics à multiplier les lieux de mémoire et les initiatives pour que les jeunes générations soient instruites de ce passé français et en partagent la mémoire.
Esclavage et racisme sont intimement liés : les différences d’ordre social, physique, religieux ou culturel sont présentées comme signes d’infériorité et servent à justifier la domination et l’exclusion, l’exploitation, la ségrégation.
Le MRAP inscrit les commémorations des 10 et 23 mai dans la dynamique de la lutte contre le racisme et pour la reconnaissance des crimes coloniaux.

Paris le 9 mai 2020

 

Voir les commentaires

Cécile Rol-Tanguy

9 Mai 2020, 11:19am

Publié par PCF Villepinte

 

Cécile Rol-Tanguy

Dès la première heure, elle a résisté au nazisme. Epouse du colonel Henri Rol-Tanguy, Cécile, Grand officier de la légion d‘honneur a été aux premiers rangs de la libération de Paris en août 1944.

Au Palais de l’Elysée, alors que Jacques Chirac venait de l’élever au grade de Grand officier de la légion d’honneur, Cécile Rol-Tanguy déclarait : « Cette distinction, monsieur le Président, je l’accepte au nom de toutes les femmes résistantes oubliées, celles dont on n’a jamais parlé, celles qui n’ont rien eu. »

Cécile Rol-Tanguy, née Marguerite le Bihan à Royan avait fêté au mois d’avril 2019 ses cent ans entourée de sa famille et de ses nombreux amis. Elle est décédée ce jeudi 8 mai 2020 chez elle, à midi, à Monteaux (Loir et Cher), entouré des siens. Comme un symbole.

Une grande dame vient de nous quitter et pas seulement parce qu’elle était l’épouse du célèbre colonel Henri Rol-Tanguy, le métallo-brigadiste parti défendre la République espagnole avant d’entrer en résistance contre les nazis. Elle avait été la proche collaboratrice puis la femme du chef FFI artisan de la libération de Paris en août 1944.

Cécile c’était aussi Cécile, surtout Cécile, une femme de courage, d’intelligence et de lucidité. Fille de François Le Bihan, syndicaliste et communiste français, déporté à Auschwitz, Cécile Rol-Tanguy était une femme d’action. Elle a milité à l’Union des jeunes filles de France, participé activement aux Comités d’aide à l’Espagne républicaine et a rejoint le parti communiste en 1938. Elle a d’abord été la marraine de guerre d’Henri avant de l’épouser en avril 1939.

Dès juillet 1940, elle entre en clandestinité. Elle est agent de liaison et lui arrive de cacher des armes dans le landau de ses enfants. C’est elle qui tape à la machine, sous la dictée de Rol, l’appel à l’insurrection des Parisiens.

Après la mort d’Henri (2002), Cécile Rol-Tanguy a poursuivi le travail de mémoire : en présidant l’association« Les Amis des combattants en Espagne républicaine » (ACER), en participant à des cérémonies, des rencontres et des débats. Elle était une femme d’écoute et d’échanges, jamais d’idées imposées.

Il y a quelques années, l’accompagnant à Vénissieux pour une cérémonie à la mémoire d’Henri, nous avions échangé dans le train sur l’état du monde. Je me souviens de ses mots : « Nos rêvions d’un monde en paix et nous assistons à tant de conflits et de barbaries. Nous rêvions d’une vie meilleure et nous devons supporter tant d’injustices. Au soir de ma vie, j’ai un souhait : que les jeunes générations reprennent le flambeau de la paix, de la liberté, de la résistance en s’opposant à l’intolérance d’où qu’elle vienne et en trouvant des voies nouvelles pour un avenir meilleur. »

José Fort

Photo  : Allaoua Sayad

 

Voir les commentaires

« Utopies » ?

9 Mai 2020, 11:16am

Publié par PCF Villepinte

https://1.bp.blogspot.com/-ANPv1FKfvAw/XrLLbIFwJ4I/AAAAAAAAGGw/vBOSm0-rNqINKRBn8XNobHCVZr3fvs6jgCLcBGAsYHQ/s320/Macron%2Bculture.jpg 

Macron a donc parlé de la culture. Grands mots, petits gestes...  

 

Si la santé n’a pas de prix (puisque la vie est sacrée), le soutien à la culture (sans laquelle la vie sonne creux) n’est pas un coût mais un investissement universel. Ce à quoi Jean Vilar rajoutait: «La culture c’est comme l’eau, le gaz et l’électricité: un service public.» Depuis le début de la pandémie, la politique publique censée défendre ses créateurs avait disparu des radars, confinée on ne sait trop où, laissant à l’abandon le secteur dans son ensemble. Pour tenter de conjurer l’indignation grandissante des artistes, des intermittents et de tous les personnels impliqués dans la vie culturelle, Emmanuel Macron a donc pris la parole, lors d’un show en bras de chemise dont il a le secret mais qui laisse un goût amer. Avouant que «la culture a un rôle à part» – nous aurions dit central –, le président en a appelé au «génie français» et aux «utopies concrètes». Soit. Et après? Quelques annonces d’urgence attendues, dont certaines importantes comme la prolongation jusqu’à août 2021 des droits des intermittents – invités par ailleurs à jouer les animateurs du temps périscolaire (sic). Mais pas de planification à long terme, malgré sa référence explicite à une nécessaire «refondation». Grands mots, petits gestes. L’absence d’introspection et de vision s’avère décidément pathologique. 

 

Face au cataclysme prévisible, face au désarroi, le monde de la culture – gage majeur de démocratie et antidote puissant aux dérives liberticides – s’attendait sans doute à une tout autre ambition. Car la France parle depuis une longue histoire, l’histoire précieuse et accidentée d’un modèle qui nous a parfois permis d’opposer une exception – dite «culturelle» – à la stricte logique commerciale. Mais la promotion progressive et agressive d’une logique de rentabilité, rongeant l’ensemble des politiques publiques, ne s’est pas arrêtée davantage aux portes des salles de spectacle qu’à celles des hôpitaux, des écoles, des exploitations agricoles ou des transports. 

 

«La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert», disait Malraux. Ce merveilleux combat n’est pas un supplément d’âme. C’est une quête vitale, une exigence de première nécessité. Ainsi éprouvons-nous de la peine à écrire ceci: pour la culture comme pour le reste, rien ne garantit que l’après ne sera pas comme avant, mais en pire… 

[EDITORIAL publié dans l'Humanité du 7 mai 2020.]

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin à

Voir les commentaires

75ème anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie :

9 Mai 2020, 11:12am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 08/05/2020 par PCF
Commémorer et se mobiliser contre le déferlement de haine et de xénophobie

La situation sanitaire ne permet pas de donner l'ampleur nécessaire aux commémorations du 75ème anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945.
Pour autant, de nombreux élus marqueront quand même cette journée par leur présence devant les monuments aux morts afin de ne jamais oublier.

De son coté, le PCF, ses élus et militants, souhaitent, en cette journée, rappeler l'horreur de la barbarie nazie et rendre hommage à ses 60 millions de victimes, celles combattantes dans les armées des forces alliées et dans les mouvements de résistance, comme celles que les régimes nazis et fascistes assassinèrent au nom d'une idéologie monstrueuse : juifs, communistes, tziganes, progressistes, homosexuels…
Ce travail de mémoire prend tout son sens alors que la pandémie de Covid-19, comme le souligne le secrétaire général de l'ONU António Guterres, génère "une avalanche de haine et de xénophobie » à travers toute la planète.
Ce déferlement de haine et les tentations autoritaires partout dans le monde appellent à une vaste mobilisation pour faire valoir d'autres rapports entre les peuples et entre les individus, fondés sur la solidarité, l'égalité, la fraternité humaine.
Non, comme l'a, à juste titre,  souligné le Président allemand, « la pandémie n'est pas une guerre mais un test d'humanité ».
C'est bien au nom de cette humanité, celle permettant l'émancipation de toutes et tous, que le PCF et ses militants entendent combattre, en France et dans le monde, toutes les divisions accentuées par la pandémie et par la crise économique que le Covid révèle bien plus qu'elle ne la cause. Il est tout aussi déterminé à contribuer à l'émergence d'un nouveau modèle de société, débarrassé de l'exploitation humaine et des guerres, et guidé par une seule logique : celle de l'humain d'abord.

 

Cécile Rol-Tanguy était la mémoire de celles et ceux qui ont refusé la collaboration et ont combattu l’occupant nazi (Fabien Roussel)

75ème anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie : commémorer et se mobiliser contre le déferlement de haine et de xénophobie

Voir les commentaires

DECLARATION DE L’ARAC POUR LE 8 MAI

8 Mai 2020, 07:12am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 5 mai 2020 par administrateur

DECLARATION 8 MAI 1945 –Télécharger

8 MAI 1945

Il y a 75 ans, la barbarie fasciste, la barbarie nazie était vaincue. Les peuples d’Europe opprimés retrouvent leur liberté, leur souveraineté. Cette victoire marque le début d’un nouvel espoir.

Rendons hommage à ces femmes et ces hommes qui ont souvent payé de leur vie, la lutte contre la barbarie, l’occupant, pour la liberté et la souveraineté de la France.

Rendons hommage à ces combattants de l’ombre, à ceux qui ont résisté, combattu. Rendons hommage à ceux qui ont permis la libération de la France.

Rendons hommage aux soldats soviétiques, américains, anglais, français… qui ont contribué avec courage à cette victoire sur le fascisme.

Mais aujourd’hui, c’est dans un contexte particulièrement difficile d’une pandémie, d’un virus touchant l’Europe et le monde, que nous célébrons cet évènement.

Dans cette situation sanitaire, il faut se rappeler les choix, les décisions, les actes pris au lendemain de la seconde guerre mondiale. Il faut s’en inspirer pour répondre aux besoins des peuples à plus de liberté, de démocratie, pour un monde de paix alors que persiste toujours des risques de guerre, que se renforce l’extrême-droite et le fascisme dans plusieurs pays d’Europe.

Rappelons-nous que c’est la Charte des Nations Unies adoptée en 1945 au motif magnifiquement énoncé dans son préambule : «  Nous peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui par deux fois en lespace dune vie humaine a infligé à lHumanité d’indicibles souffrances… »

En ce 8 mai, mesurons le travail du Conseil National de la Résistance qui, tout en menant le combat clandestin, a conduit des femmes et des hommes, de toutes obédiences politiques, attachés au retour de la souveraineté de la Nation, à élaborer un programme de reconstruction économique et sociale du pays, unique au monde : le programme du C.N.R.

Ces choix économiques et sociaux, nous en profitons encore. Il s’agit de la Sécurité Sociale, de la retraite par partition, des 40 heures, des nationalisations des banques, du statut de la Fonction Publique, de la loi sur les prestations sociales, …

L’ARAC invite toutes les citoyennes et citoyens à s’inspirer de l’esprit de résistance, qui a permis la libération de la France et l’écrasement du fascisme, pour aujourd’hui préserver le programme du CNR mais surtout le réactualiser pour répondre aux attentes et besoins d’aujourd’hui.

L’ARAC appelle à défendre la souveraineté de chaque peuple et le droit international comme nous y invite le Charte des Nations Unies. Notre pays s’en honorerait dans l’action pour la paix et le respect des peuples, et ferait rayonner l’image de la France, pays des droits de l’Homme et du citoyen.

Ne laissons pas brader notre héritage, celui construit au fil des générations, avec des femmes et des hommes courageux et déterminés.

Villejuif, mai 2020

 

 

Voir les commentaires

Rouge ou vert, la différence vient d’une politique gouvernementale de casse de l’hôpital public

8 Mai 2020, 07:02am

Publié par PCF Villepinte

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11860/attachments/original/1588874663/visuel_hatsApp_Image_2020-05-07_at_18.21.45.jpeg?1588874663

   

 

 

 

 

 

 

 

Publié le 07/05/2020 par PCF

Aggravation des inégalités sanitaires, territoriales, sociales, économiques, manque de démocratie et de moyens financiers, reprise de l’activité au seul service des profits, voilà la réalité du plan de déconfinement du gouvernement.

La différence de couleur des régions ne vient pas de « résultats moins bons » comme l’affirme le Premier Ministre qui fait porter de manière inacceptable la responsabilité sur les Français.e.s. Elle vient d’une politique gouvernementale de casse de l’hôpital public, dans le prolongement des politiques menées ces dernières décennies. L’engagement des Français.e.s a lui été total, marqué par la dignité et le civisme, tout au long du confinement.
En effet, si le Pas de Calais, la Seine-saint-Denis ou Mayotte et d’autres sont en tension hospitalière, c’est surtout à cause du manque de lits chronique en réanimation ! La différence est édifiante entre la moyenne nationale qui est de 1 lit de réanimation pour 12 600 habitants et le Pas de Calais qui en compte 1 pour 17 000, la Seine-saint-Denis qui en compte 1 pour 16 500 ou Mayotte, avec 1 lit pour 27 000 habitants. Cette situation est inadmissible dans une République dont une des valeurs fondatrices est l’égalité. Les députés et sénateurs communistes, avec les responsables syndicaux, ont multiplié les alertes et les propositions pour renforcer l’hôpital public.

Pour tous les départements, rouges ou verts, c’est d’une réelle stratégie de déconfinement dont le pays à besoin. Le PCF a rendu public ce jour ses propositions. Fin de l’état d’urgence, fonds de 50 milliards, masques gratuits pour tous et politique de test massive, sélection des activités économiques, réduction du temps de travail, report de l’ouverture des écoles pour accueillir tous les élèves, augmentation des salaires… Des mesures fortes peuvent et doivent être prises pour un déconfinement réussi.
La vie humaine doit être protégée partout, dans toute la France et pour tous nos concitoyen.ne.s. Et la reprise de l'activité ne peut pas se faire comme avant : la transformation de notre mode de développement au service de l’humain et de la planète est plus nécessaire que jamais.

 

Voir les commentaires

Logement:le gouvernement reste au milieu du chemin » (Ian Brossat)

8 Mai 2020, 06:57am

Publié par PCF Villepinte

Le Ministre du logement a annoncé aujourd'hui le prolongement de la trêve hivernale jusqu'au mois de juillet.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11858/attachments/original/1588859405/visuel_expulsion-1000x586.jpg?1588859405

Cette décision est une bonne nouvelle, mais le gouvernement reste au milieu du chemin. Que se passera-t-il à partir du mois d'août ? 
Chaque année, 120.000 familles font l'objet d'une décision d'expulsion de leur logement. Il risque d'y en avoir encore plus avec la crise sociale qui s'annonce. 
C'est la raison pour laquelle le PCF propose que la trêve hivernale soit prolongée jusqu'à la fin du mois d'octobre afin que 2020 soit une année blanche en matière d'expulsions locatives. Par ailleurs, il est indispensable d'aider les familles qui ont vu leur revenu baisser à rester dans leur logement avec un fonds national pour le paiement des loyers, tel qu'il est préconisé par la Fondation Abbé Pierre. 


Ian Brossat, porte-parole du PCF

 

Voir les commentaires

EN DIRECT. Déconfinement, campagne masques pour tous, télétravail, chômage partiel...

7 Mai 2020, 10:09am

Publié par PCF Villepinte

 

L'Humanité Jeudi, 7 Mai, 2020

 Les infos essentielles du jour

[Mise à jour le 7 mai, à 10h20]

¤ Edouard Philippe présentera ce jeudi à 16 heures les détails du début du déconfinement. Vous pourrez retrouver l'essentiel des annonces dans ce "Direct". 

¤ 6 Français sur 10 "ne font pas confiance au gouvernement pour réussir ce déconfinement" selon un sondage Odoxa publié ce mercredi. Les personnes interrogées pensent que le niveau de sécurité ne sera pas satisfaisant dans les écoles (69%) et dans les transports (74%). 

¤ La trêve hivernale des expulsions locatives sera à nouveau prolongée, jusqu'"en juillet".

¤ Stress, habitudes, bonnes résolutions… Voici comment nous vivons le confinement (lire ici le résultat de l'enquête) publiée ce mercredi sur les Français et le confinement) :

- -

¤ Pour le budget masque d'une famille, il faut compter 200 euros par mois, estime Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir. Exigeons leur gratuité ! L'Humanité a lancé une pétition en ce sens.

¤ Culture : ce qu'il faut retenir des annonces effectuées ce mercredi par Emmanuel Macron.

¤ Chômage partiel et retraites : le gouvernement va modifier les règles du chômage partiel pour que les salariés concernés acquièrent « des droits à la retraite de base » de la Sécurité sociale, a annoncé ce mercredi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

¤ Télétravail : un décret visant à faciliter la mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique et la magistrature a été publié ce mercredi. Il est à consulter ici.

¤ La carte de France des départements publiée mercredi soir compte encore 27 départements métropolitains (en Ile-de-France et dans le Nord-Est) toujours classés « rouge ». A partir de ce jeudi, la carte du déconfinement sera déterminante pour les conditions du déconfinement et les départements orange basculeront soit en vert soit en rouge.

¤ Les parents qui gardent leurs enfants à la maison toucheront le chômage partiel en mai, contrairement à ce qui avait été annoncé par le gouvernement, a indiqué ce lundi le ministre du Travail Muriel Pénicaud. Sauf que "seuls les parents qui fourniront à leur employeur une attestation de l’école prouvant qu’elle n’est pas en mesure d’accueillir leur enfant seront éligibles au chômage partiel», explique ici Rodrigo Arenas, coprésident national de la FCPE. 

¤ "Brigades", tests, quatorzaine... Comment la France veut briser les chaînes de contamination : nos explications.

¤ Un malade du Covid en France dès le mois de décembre ? Le professeur Yves Cohen a officialisé hier la découverte d'un patient dépisté a posteriori positif au coronavirus lors de son hospitalisation à Bondy (Seine-Saint-Denis) à la fin du mois de décembre dernier. Notre article sur l'enjeu de cette découverte.

¤ Le gouvernement souhaite proroger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Le texte a été adopté samedi en Conseil des ministres, légèrement amendé au Sénat et doit être examiné à l’Assemblée nationale. Lire ici notre analyse.

¤ 100 km autour de chez vous, voilà ce que ça donne (aucune donnée n'est enregistrée sur ce site). Le 11 mai, il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, mais dans un périmètre restreint. Les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile nécessiteront une attestation et ne seront possibles que pour "un motif impérieux, familial ou professionnel".

¤ Un bulletin journalier, département par département, sur la situation épidémique en France et ses conséquences sanitaires vous est proposé ici par l'Humanité, en partenariat avec le site Covinfo.fr.

___________

 

 

Voir les commentaires

Il y a urgence ! Maladie professionnelle

7 Mai 2020, 10:03am

Publié par PCF Villepinte

L'Humanité Jeudi, 7 Mai, 2020

Christophe Prudhomme est médecin au Samu 93.

Le Ministre de la santé a promis une "reconnaissance automatique" en maladie professionnelle pour tous les soignants infectés par le coronavirus. Alors que les lois sont votées en urgence avec un débat réduit à sa plus simple expression au Parlement, aucun texte concrétisant cette promesse n'a encore été publié. Le dispositif de reconnaissance en maladie professionnelle est très complexe et s'apparente à un véritable parcours du combattant. Il s'agit là d'une situation que nous connaissons bien, motivée par la volonté de limiter drastiquement le nombre de cas pour des raisons financières. En effet, les indemnisations en cas d'incapacité temporaire ou permanente peuvent être élevées, ce qui n'est que justice au regard du préjudice subi. L'exemple concernant les collègues ayant été contaminés par l'amiante est particulièrement parlant. 

Or quelle est la situation aujourd'hui ? Nous constatons de nombreux cas où la première étape qui est celle de la déclaration en accident du travail n'est pas automatique et nécessite une intervention syndicale. De plus, face à un manque de médecins du travail dans les établissements, le suivi de salariés est très aléatoire. 

Voir aussi : Coronavirus et santé au travail : comment le patronat tente de se dédouaner

Par ailleurs, il existe un problème de justice qui pose problème au niveau de l'égalité constitutionnelle. Pourquoi et comment légalement limiter cette reconnaissance aux seuls soignants. Les caissières de supermarché et les autres "premiers de corvée" qui ont assuré les services essentiels pendant le confinement  ne pourraient pas avoir le même droit. Ce serait inacceptable !

Nous exigeons donc que les textes permettant que l'ensemble des salariés qui ont été contaminés pendant cette période bénéficient du dispositif d'accident du travail puis de reconnaissance en maladie professionnelle. Les "héros" ne demandent pas de médailles mais simplement que les conséquences pour leur santé des risques qu'ils ont pris pour la collectivité bénéficient d'une légitime réparation

Retrouvez son précédent billet, Premier bilan, ainsi que l’ensemble de ses chroniques

Le billet du Dr Christophe Prudhomme

 

 

Voir les commentaires

Déconfinement du 11 mai, masques, tests, retour à l'école, chômage partiel... Les infos essentielles du jour

6 Mai 2020, 06:54am

Publié par PCF Villepinte

  

Carte par départements de synthèse des deux indicateurs de suivi de l'épidémie au 5 mai 2020

Mardi, 5 Mai, 2020

EN DIRECT. Déconfinement du 11 mai, masques, tests, retour à l'école, chômage partiel... Les infos essentielles du jour

[Mise à jour le 5 mai, à 21h01]

¤ La carte de France des départements évolue par rapport à la veille avec la région Hauts-de-France qui passe de rouge à orange grâce à une baisse de la tension hospitalière.  

¤ Pour le budget masque d'une famille, il faut compter 200 euros par mois, estime Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir. Exigeons leur gratuité ! L'Humanité a lancé une pétition en ce sens.

¤ Emmanuel Macron doit annoncer ce mercredi des mesures pour la culture. Les attentes et la colère dans le secteur sont fortes.

¤ Plan de déconfinement pour Paris : une trentaine de nouvelles rues piétonnisées, le nombre de places de parkings doublées et 50km de voies réservés au vélo... La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé une série d'aménagements pour l'après 11 mai. Et également un plan pour les écoles.

¤ L'application de traçage des malades StopCovid pourrait être disponible le 2 juin, annonce le secrétaire d'Etat au Numérique Cedric O.

¤ Le Sénat a rejetté lundi lors d'un vote simplement consultatif le plan de déconfinement du gouvernement, avec 89 voix contre, 81 voix pour et 170 abstentions. Les groupes socialiste et communiste ont voté contre. Récit d'une journée d'avertissement pour l'exécutif.

¤ Les parents qui gardent leurs enfants à la maison toucheront le chômage partiel en mai, contrairement à ce qui avait été annoncé par le gouvernement, a indiqué ce lundi le ministre du Travail Muriel Pénicaud. Sauf que "seuls les parents qui fourniront à leur employeur une attestation de l’école prouvant qu’elle n’est pas en mesure d’accueillir leur enfant seront éligibles au chômage partiel», explique ici Rodrigo Arenas, coprésident national de la FCPE. 

¤ La ministre du Travail a aussi jugé lundi "raisonnable de dire" que l'on va avoir un télétravail massif jusqu'à l'été et a appelé patronat et syndicats à négocier rapidement un encadrement de ce mode de travail... s'ils le souhaitent.

¤ Un malade du Covid en France dès le mois de décembre ? Le professeur Yves Cohen a officialisé hier la découverte d'un patient dépisté a posteriori positif au coronavirus lors de son hospitalisation à Bondy (Seine-Saint-Denis) à la fin du mois de décembre dernier. Notre article sur l'enjeu de cette découverte.

¤ Le gouvernement souhaite proroger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Le texte a été adopté samedi en Conseil des ministres, légèrement amendé au Sénat et doit être examiné ce mardi à l’Assemblée nationale. Lire ici notre analyse.

¤ 100 km autour de chez vous, voilà ce que ça donne (aucune donnée n'est enregistrée sur ce site). Le 11 mai, il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, mais dans un périmètre restreint. Les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile nécessiteront une attestation et ne seront possibles que pour "un motif impérieux, familial ou professionnel".

¤ Comment la France veut briser les chaînes de contamination : nos explications.

¤ Le prix des masques chrirurgicaux plafonné. Alors qu'il n'entendait pas le faire au départ, le gouvernement va limiter à 95 centimes le prix des masques dits chirurgicaux qui seront vendus dans les commerces (soit 47,50 euros maximum pour une boîte de 50 masques). C'est 10 fois plus cher que les prix généralement constatés avant la crise... Et il n'y aura pas de plafond pour les masques textile, a annoncé ce vendredi la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher.

¤ Ces masques chirurgicaux seront disponibles dans les grandes surfaces à partir du 4 mai. Ce qui provoque "consternation et dégôut" chez les personels de santé, confrontés durant des semaines à une pénurie d’équipements de protection.

Dans un communiqué commun, pharmaciens et soignants écrivent  "Comment nos patients, notamment les plus fragiles, à qui l’on expliquait jusqu’à hier qu’ils ne pourraient bénéficier d’une protection adaptée,  vont-ils comprendre que ce qui n’existait pas hier tombe à profusion aujourd’hui. 100 millions par ici, 50 millions par là. Qui dit mieux ? C’est la surenchère de l’indécence." Notre article sur le sujet.

¤ Un bulletin journalier, département par département, sur la situation épidémique en France et ses conséquences sanitaires vous est proposé ici par l'Humanité, en partenariat avec le site Covinfo.fr.

_____________________________

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>