Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

CGT Big Brother au programme du PLF 2020

14 Octobre 2019, 18:46pm

Publié par PCF Villepinte

 

Publié le 14 oct 2019

Temps de lecture : 3 min.

Dans le cadre du Projet de loi de financement (PLF 2020), dans lequel apparaît un déficit de 5,4 milliards d’euros pour 2019 et une prévision de 5,1 milliards d’euros pour 2020, le gouvernement prévoit d’expérimenter pendant trois ans la surveillance des réseaux sociaux et la collectes des données personnelles afin de lutter contre la fraude fiscale.

Glissée dans l'article 57 de la loi de Finances 2020, la disposition inquiète la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). La Cnil a émis un avis réservé le 12 septembre, dans lequel elle considère que « la nature des traitements projetées sont susceptibles de porter atteintes aux droits et libertés des personnes concernées. La mise en œuvre de tels traitements interviendra de facto bien au-delà du périmètre des données susceptibles d’avoir une incidence en matière fiscale et douanière, dans le champ des libertés publiques des citoyens en étant susceptible de porter atteinte à leur liberté d’opinion et d’expression ».

Un logiciel « antifraude »

Ce dispositif se basera sur le logiciel antifraude de Bercy, le CFVR (ciblage de la fraude et valorisation des requêtes). Ce dernier fonctionne grâce à une intelligence artificielle qui mouline différentes bases de données de l'État afin de détecter automatiquement les fraudeurs. La surveillance des réseaux sociaux est déjà une réalité : il arrive déjà aux contrôleurs fiscaux de vérifier les réseaux sociaux pour des contrôles ponctuels. « Surveiller les réseaux sociaux permet de géolocaliser une personne, pour savoir si une personne vit ou non plus de six mois à l’étranger. Ils permettent aussi de vérifier que le train de vie soit conforme aux déclarations fiscales.

Ce genre de vérification n’est pas nouvelle, les outils informatiques et les réseaux sociaux (Instagram, Facebook, etc.) apparaissent comme de nouveaux outils de surveillance », explique Pierre-Yves Chanu, administrateur CGT de l'Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale). « La CGT a toujours dénoncé la fraude fiscale, mais la lutte contre la fraude fiscale ne doit pas se faire aux détriments des droits des citoyens. »

La Cnil s'en mêle

La CNIL a exigé que les résultats des l’expérimentation lui soient transmis par Bercy. Ce bilan devra comporter les conditions de mises en œuvre, la liste des sources internet, le détail des algorithmes, entre autres. Pour calmer les critiques, le ministère a précisé que l’expérimentation vise spécifiquement « les gros fraudeurs ». Une précision mentionnée nulle part dans le PLF et insuffisante pour calmer les inquiétudes. Dans une période où la surveillance généralisée devient la norme et cible toujours les plus fragiles, ce genre de dispositif inquiète.

Des dispositifs à l'étude

Inspirés par la série américaine « Lie to me », les dirigeants de la sScurité sociale ont récemment demandé à un organisme de formation, l’institut 4.10, de lancer un appel d’offres pour une formation à la détection des mensonges. Ce serait 749 999 € HT qui pourraient être débloqués pour former les salariés des CPAM, des CAF et des Carsat par groupe de 8 à 12 personnes sur des sessions de deux ou trois jours.

Pour rappel, en 2017, la fraude aux prestations sociales représentait 587 millions d’euros et concernait 0,3 % des bénéficiaires, tandis que la fraude aux cotisations sociales est estimée entre 5,2 et 6,5 milliards d’euros – soit 11 fois plus.

 

Voir les commentaires

" Le climat doit être la priorité absolue "

14 Octobre 2019, 18:39pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Continuum(s)

13 Octobre 2019, 12:30pm

Publié par PCF Villepinte

 https://1.bp.blogspot.com/-AwdjihQK8Lk/XZ8SS7OqXfI/AAAAAAAAF8Y/dKU6usoukxMp6gNxGYYCYkSbzj_z4aD_ACLcBGAsYHQ/s320/53066133-grunge-carte-de-france-avec-le-drapeau-fran%25C3%25A7ais.jpg

Ce moment qui ne nous grandit pas…

 

Fractures. Dans ce climat pourri de tensions, de haines et de fractures incommensurables qui attisent toutes les pulsions maladives et ignobles les plus enfouies dans les tréfonds de la France rance, nous avons l’étrange impression de traverser un moment qui, décidément, ne nous grandit pas. Comme si l’organisation de la médiocrité préparait le règne de réflexes obscènes, honnissant l’idée même d’intérêt général et de devoir supérieur. Le rythme de l’immonde s’accélère, son débit s’étire… pendant que nos souffles exténués syncopent nos propos.

Tel ne devrait pas être le cas. En plein débat surréaliste et totalement inapproprié sur «l’immigration», voulu et théorisé par Mac Macron en personne, voilà que le terrorisme islamiste s’abat une fois encore sur la nation par la cause d’un homme, converti à l’islam, qui a donc tué quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris, supposément l’un des lieux les mieux protégés de l’appareil d’État. Un acte fanatique de plus – quelle qu’en soit la genèse – et tout s’embrouille. Le pire des scénarios, en somme, qui éloigne quasi mécaniquement de la bulle d’émotion médiatique et politique toute possibilité d’intelligence des circonstances, sans parler de «raison», ce qui, vous en conviendrez, n’est plus trop dans l’air du temps.

Guillaume Goubert résumait bien la situation, cette semaine, dans la Croix: «C’est un moment très difficile pour les musulmans de France. Attaqués de l’extérieur par des polémistes d’extrême droite, ils se trouvent, en quelque sorte, attaqués aussi de l’intérieur.» Séquence mortifère. Les diatribes odieuses de Zemmour (et consorts) lors de la Convention de la droite organisée par Maréchal-là-voilà (qui valent au chroniqueur du Figaro l’ouverture d’une enquête diligentée par le parquet pour «injures publiques» et «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence») se trouvent reléguées au second rang, effacées de la mémoire présente, alors que les continuums de la haine, c’est bien connu, se nourrissent les uns les autres…

Cursus. Deux questions viennent immédiatement à l’esprit. Comment un musulman en vient-il à perpétrer des actes d’une telle barbarie au nom de sa religion? Comment un héritier de notre République, devenu croyant ou non d’ailleurs, peut-il se retourner à ce point contre elle et contrevenir à tout ce que nous sommes de plus sacré? D’où une troisième question: le problème fondamental est-il vraiment l’islam, ou plutôt ce qui alimente ses variantes fondamentalistes contre lesquelles nous devons être impitoyables?

La France de la République, dans le temps long de l’Histoire, porte des valeurs, symbolise une unité et une indivisibilité, mais également un cursus culturel puissant, ouvert et vivant qui tisse son universalité – que le monde nous enviait jadis. Souvent, nos concitoyens se sont dressés dans le refus de la fracturation de la société. Dès lors, toute parole publique devrait être choisie afin de créer les conditions de la résilience et s’adresser à l’intelligence du peuple. Nous en sommes loin.

Ne le cachons pas: sans éthique collective de responsabilité, la société française peut désormais basculer à tout moment. Le bloc-noteur espère se tromper, mais il sent confusément l’extrême fragilité du pacte républicain – du moins ce qu’il en reste, sachant que c’est aussi l’injustice d’une politique qui encourage les tensions jusqu’au risque d’explosion (souhaitons-la «sociale»).

Vous allez voir que, à tous les coups, certains oseront remettre sur la table le cadre de la loi de 1905, alors même que la laïcité n’a pas à se durcir mais à s’affirmer, à s’appliquer sereinement, sagement et parfois fermement, dans le respect mutuel, en stoppant les amalgames, les suspicions et les stéréotypes qui enflamment les antagonismes identitaires et renforcent les adversaires de la République. Petit rappel aux oublieux: c’est l’État qu’il faut rendre égalitaire et laïque, car c’est son existence même qui donne corps à ces mots…

 

[BLOC-NOTES publié dans l'Humanité du 11 octobre 2019.]

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin  

 

Voir les commentaires

Le PCF condamne la criminelle agression turque contre les kurdes de Syrie

13 Octobre 2019, 12:24pm

Publié par PCF Villepinte

 

L'armée turque accompagnée de supplétifs djihadistes vient de lancer une criminelle offensive contre les combattants de la liberté du Kurdistan syrien (Rojava). Les bombardements visent la population civile qui fuit par milliers tandis que les observateurs internationaux relèvent déjà plusieurs dizaines de morts.

R.T. Erdogan entend massacrer les Kurdes, procéder à un nettoyage ethnique, recycler les membres de l'Etat Islamique incarcérés tout en poursuivant sa politique d'expansion territoriale et sa fuite en avant ultra-nationaliste. La Turquie relance la guerre en Syrie, conforte la résurgence des organisations terroristes islamistes et hypothèque toutes les perspectives de paix.

Les Kurdes, artisans de la lutte contre l'Etat Islamique et l'une des principales forces de paix démocratique dans la région, sont seuls, trahis par la coalition, face à la barbarie et l'obscurantisme.

Le PCF condamne cette criminelle agression et appelle les gouvernements de la France ainsi que ceux de l'Union Européenne à sanctionner par tous les moyens la dictature d'Ankara. Le Conseil de Sécurité de l'ONU doit placer les Kurdes sous protection internationale.

Le PCF appelle toutes les forces démocratiques à s'unir et à se rassembler partout où elles le peuvent pour stopper cette invasion et contraindre le tyran R.T. Erdogan à se retirer des territoires illégalement occupés au Kurdistan de Syrie.

 

 

Voir les commentaires

La dernière blague de Bruxelles : la Suisse sortie de la liste des paradis fiscaux par l’UE

11 Octobre 2019, 07:08am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 10/10/2019 par PCF

Décidément, en matière de lutte contre l’évasion fiscale, l’Union européenne ose tout. Déjà absente de la liste noire, la Suisse est ainsi sortie ce jeudi de la « liste grise » par un tour de passe-passe dont Bruxelles a le secret. Le pays du chocolat aurait donné des garanties suffisantes en matière d’échanges d’informations. Prière de circuler, il n’y a plus rien à voir en quelque sorte. Tous les experts et ONG, à commencer par Tax Justice Network, qui classent régulièrement la Suisse sur le podium mondial de la triche fiscal, avec les Etats-Unis et les Îles Caïman, n’ont décidément rien compris.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/10601/attachments/original/1570718124/visuel_suisse.jpg?1570718124

Pourquoi sortir la Suisse à un tel moment, alors que les progrès évoqués concernent essentiellement les relations avec les Etats-Unis, en raison de l’application du FATCA ? Les pratiques des banques suisses, de surcroît, n’ont pas changé en profondeur puisqu’elles continuent de proposer des montages d’optimisation fiscale à l’extrême limite de la légalité, en tous les cas toujours opaques.

Avec une liste noire sur laquelle ne figure aucun des principaux paradis fiscaux, l’Union européenne affiche une inquiétante soumission aux intérêts financiers et géopolitiques. Des pays entrent et sortent ainsi des listes, tels le Panama, les îles vierges britanniques ou encore l’Arabie Saoudite, au gré des tractations diplomatiques et des enjeux économiques, plutôt qu’en vertu de réels progrès sur les pratiques dénoncées.

A l’heure où l’exigence de transparence n’a jamais été aussi forte, il est urgent de mettre en place des procédures claires et lisibles, comme la création d’une commission indépendante composée d’élus, mais aussi d’experts indépendants, pour établir des listes plus proches de la réalité. Il est inacceptable que des ONG classent 60 pays parmi les paradis fiscaux, quand les listes « officielles » des Etats, elles, n’en répertorient que quelques-uns et jamais les principaux. La France peut montrer l’exemple, en adoptant d’autres critères, plus solides, assortis de sanctions et en organisant un débat annuel au parlement, comme je l’ai détaillé en 2018 dans une Proposition de loi à l’Assemblée nationale. 

Fabien Roussel, député et secrétaire national du PCF, membre de la commission des finances

 

Voir les commentaires

EHPAD, soins à domicile : le gouvernement doit répondre aux besoins !

11 Octobre 2019, 07:01am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Entretien avec Ian Brossat, nouveau président de l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains.

9 Octobre 2019, 15:30pm

Publié par PCF Villepinte

 

Publié le 09/10/2019 par PCF

Sur la base de valeurs communes, partagées par des milliers d’élu·e·s communistes ou non, que constituent l’attachement au rôle de la fonction d’élu·e dans notre République, l’engagement de porter l’urgence d’un nouveau développement humain et écologique, de favoriser l’intervention citoyenne et l’affirmation de l’attachement à la commune comme lieu de proximité, de vie démocratique et d’innovations, de porter l’exigence de l’égalité femmes-hommes au cœur des transformations sociétales, cette structure nouvelle entend mettre en œuvre des outils et moyens politiques, techniques, humains et financiers à la hauteur de ses ambitions et des enjeux. Il s’agit de partager réflexions et expériences pour mieux agir, de former, d’innover et de faire entendre une voix d’élu·e·s, singulière et (im)pertinente, utile aux habitant·e·s.

Trois questions à Ian Brossat

Tu as pris la tête de l’Association des élus communistes et républicains. Quel est le rôle de cette association ?

L’ANECR regroupe environ 6 700 élus, dont plus de 600 maires. Elle a un double rôle : aider les élus de la famille communiste à élaborer et défendre des positions communes sur les sujets d’actualité. Et mener un certain nombre de combats pour obtenir des avancées concrètes, comme on l’a vu avec l’exemple des arrêtés anti-glyphosate pris par des municipalités à direction PCF et par le département du Val-de-Marne.

Quel est ton projet à la tête de l’association ?

Il faut renforcer les liens qui existent dans ce réseau formidable de femmes et d’hommes engagés pour leur territoire. En ce qui me concerne, je ferai un déplacement tous les quinze jours à la rencontre de nos élus, et une rencontre annuelle avec l’ensemble des maires communistes de France.

Comment aborder les élections municipales ?

Que l’on soit dans l’opposition ou dans une majorité, les élus communistes et républicains sont à pied d’œuvre tous les jours pour faire de leur commune un bouclier social. Face à l’offensive macroniste, nous devons faire élire partout des femmes et des hommes qui défendront les services publics locaux. Nous avons de beaux combats à mener et à faire essaimer, en matière de santé avec le développement des centres de santé, de logement avec celui du logement social, ou encore de transport avec l’extension de la gratuité qui allie ambition sociale et ambition écologique. Pour renforcer nos positions et gagner en influence, nous souhaitons promouvoir les rassemblements les plus larges possibles sur les contenus les plus ambitieux possibles. La gauche doit se saisir de ces municipales pour montrer qu’elle est utile aux populations.

Entretien recueilli par Laurence Patrice.

 

 

Voir les commentaires

Financement écologique : le double langage du gouvernement

9 Octobre 2019, 15:17pm

Publié par PCF Villepinte

 

Publié le 09/10/2019 par PCF

Scandaleux. Alors qu'il multiplie les beaux discours en matière d'écologie, le gouvernement diminue les crédits dans le budget 2020 et renonce à atteindre les objectifs affichés. Seulement 800 millions d'euros seront ainsi mobilisés en 2020 pour la rénovation des logements au titre du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), contre 900 millions l'an passé et 1,6 milliard en 2017. Impossible dans de telles conditions de prétendre rénover 500 000 « passoires thermiques » par an, une urgence pourtant exprimée de toutes parts.

Non content de diminuer l'enveloppe globale, le gouvernement créé de surcroît une véritable « usine à gaz » en transformant un crédit d'impôt accessible à tous en prime versée sur demande par l'Agence nationale d'amélioration de l'habitat (ANAH) à un public ciblé. Tous ceux qui, un jour, ont eu à monter un dossier auprès de l'ANAH apprécieront ce « choc de simplification ». De cette course d'obstacles, 20% des ménages, qualifiés de « plus aisés » seront en outre exclus. Une catégorie qui démarre dès 48 000 euros par an pour un couple avec deux enfants. Drôle de conception de « l'aisance financière ».

D'autres solutions existent pourtant pour financer au niveau requis la transition écologique. Mais les amendements que nous avons déposés ont tous été rejetés au motif qu'ils représentaient une charge, c'est-à-dire un coût.  Au nom de l'article 40, il est donc interdit de débattre à l'Assemblée nationale des investissements et des moyens à mettre en œuvre pour relever le défi du changement climatique. Tous ceux qui se mobilisent actuellement pour la planète, particulièrement les jeunes, apprécieront.

Fabien Roussel, député et secrétaire national du PCF, membre de la commission des finances

Jean-Paul Dufrègne, député PCF, membre de la commission des finances

 

Voir les commentaires

8 OCTOBRE 2019. JOURNEE DE MOBILISATION DES RETRAITES

7 Octobre 2019, 10:50am

Publié par PCF Villepinte

COMMUNIQUÉ

Les Union syndicales de retraités d'Ile de France : CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et les associations de retraités, UNRPA et LSR appellent tous les retraités d’Île de France à manifester.

Mardi 8 octobre à 14h 30 place du 8 mai 1945, M° Montparnasse, pour nous rendre en cortège à Matignon.

Se loger en région parisienne devient de plus en plus difficile pour les retraités. Trouver un médecin, un spécialiste comme en province est un véritable parcours du combattant. De même que de trouver des professionnels en secteur 1.

Se cultiver est trop coûteux. Si l’Ile de France est riche culturellement, trop de retraités en sont exclus. Cette gratuité qui s’adresse souvent aux jeunes devrait s’adresser à l’ensemble des retraités.

Se déplacer reste à améliorer : en matière de transports si le Conseil Régional a accepté le passe Navigo à 50% l’on sait que de nombreux retraités désirent obtenir le demi-tarif pour les voyages occasionnels.

Nous exigeons :

La suppression de la hausse de la CSG et la fin du gel des pensions pour toutes les retraites et pensions, avec rattrapage des pertes subies au 1er janvier 2020.

La revalorisation de toutes les pensions en fonction de l’évolution des salaires.

  Un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète.

Le maintien et l’amélioration des pensions de réversion. Le coût des EHPADs est bien trop élevé pour une majorité de retraités. Trop souvent, ils se retrouvent placés bien loin de chez eux, de leurs amis, famille. Comme sur le plan national nous réclamons l’embauche immédiate de 40 000 personnes comme le demande le personnel des EHPADs et des soins à domicile.

La prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la Sécurité sociale et l’ouverture d’un droit universel dans le cadre d’un grand service public de l’aide à l’autonomie.

L’objectif d’Emmanuel Macron est de bloquer la part des pensions dans les richesses créées (13,8 % du P.I.B.) alors que le nombre de retraités augmente. La même part à se partager entre plus de monde, c’est la baisse des pensions assurées pour tous !

Ni allocation sociale ni minimum social, la retraite est un droit conquis dans la fonction publique comme dans le privé, à partir de nos salaires. Cette mobilisation, c’est le combat de tous les retraités et futurs retraités du public et du privé pour la défense de leur pouvoir d’achat, le maintien des services publics et notre système de santé et d’action sociale.

 Pour toutes ces raisons, une nouvelle fois les retraités seront mobilisés afin de vivre dignement.

CGT : Jean Pierre FLORET jp.floret@cgt.fr UNIR CFE-CGC : Maud GILOUX maud.giloux@orange.fr UNAR-C.F.T.C : Jacqueline VALLI valli.jacqueline@orange.fr LSR : 'André DESRICHARD a.desrichard@cgt.fr UNRPA Nelly DI GIOVANNI nelly1.di-giovanni@wanadoo.fr FSU : Robert JACQUIN jacquin_robert@yahoo.fr FO : Serge.SEBBAN serge.sebban75@laposte.net 'UNIRS-Solidaires Christian FERREBOEUF ferreboeuf.c@wanadoo.fr FGR-FP : 'Annick CONCINA annickconcina@orange.fr

Voir les commentaires

"Des salades pas du béton" : des centaines d'opposants au projet Europacity à l'arrivée de la marche à Matignon

7 Octobre 2019, 06:47am

Publié par PCF Villepinte

 

D'après FRANCE INFO

Europacity, plus gros investissement privé en France depuis Disneyland Paris, entend s'implanter en 2027 au nord de la capitale. Le projet est dénoncé par des écologistes et habitants.

Ils étaient une centaine au départ de leur marche vendredi et ont terminé à plusieurs centaines près de Matignon, samedi 5 octobre. Les opposants au projet de mégacomplexe Europacity étaient partis à pieds du "triangle de Gonesse" (Val-d'Oise), terres agricoles où doit s'implanter d'ici 2027 ce grand centre de commerces et de loisirs. Ils ont achevé leur marche samedi en fin d'après-midi près des bureaux du Premier ministre.

Une délégation a demandé à être reçue à Matignon, sans succès. "On nous a renvoyé vers la ministre de l'Environnement", Elisabeth Borne, explique aux manifestants, Bernard Loup, chef de file des opposants.

"Des rumeurs d'abandon"

La ministre a mené ces dernières semaines une vaste consultation, en recevant tous les acteurs de ce projet décrié, dont les opposants. "Des rumeurs évoquent un abandon d'Europacity", poursuit Bernard Loup, "mais rien n'a été dit, ne crions pas victoire", ajoute-t-il.

Le projet de 430 000 mètres carrés et 3,1 milliards d'euros est porté par Ceetrus, foncière du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda. Ses opposants dénoncent un "cannibalisme commercial organisé" menaçant les commerces existants et les centres-villes des alentours. "C'est irresponsable de vouloir bétonner les terres les plus fertiles d'Ile-de-France", déjà entourées par l'autoroute A1 et la D317, insistait déjà en août Bernard Loup.

Un projet alternatif proposé

Outre l'abandon d'Europacity, les opposants réclament aussi le report du chantier de la gare de métro qui doit desservir la zone, l'arrêt de l'ensemble des projets d'urbanisation du site et demandent la « préservation des terres agricoles »

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>