Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Madame Le Pen, vous ne comprenez rien au peuple, à la banlieue - Meriem Derkaoui

15 Mars 2019, 10:55am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Vinci utilisera-t-il l'argent public pour acheter les biens du peuple ?

15 Mars 2019, 10:51am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Bilan de mandat des eurodéputés PCF et apparentés en 10 votes clés

13 Mars 2019, 13:34pm

Publié par PCF Villepinte

Le Parlement européen, contrairement à ce que beaucoup cherchent à laisser croire, joue un rôle important et prend des décisions qui impactent notre quotidien ainsi que celui de tou·te·s les habitant·e·s de l’Union européenne. Nos trois euro-député·e·s, Patrick Le Hyaric, Marie-Christine Vergiat et Marie-Pierre Vieu, près de deux mois avant les élections qui renouvelleront cette assemblée, illustrent leur bilan de mandat avec 10 votes clés.

1. Revenir sur l’interdiction des OGM

Du fait du blocage au Conseil sur la question de l’autorisation ou interdiction systématique des OGM, ce texte visait à conférer davantage de liberté aux États membres pour décider s’ils veulent ou non cultiver des OGM sur leur territoire. Ce texte n’autorise pas les pays à invoquer des raisons liées à l’incidence des OGM sur l’environnement pour justifier les interdictions nationales et ne peut pas invoquer le principe de précaution.

2. Les accords de libre-échange avec le Canada et les États-Unis

Nous rejetons tous les accords de libre-échange et notamment ceux avec les États-Unis et le Canada qui mettront à mal les droits de douane, harmoniseront les règles sanitaires, environnementales et feront la part encore plus belle aux multinationales. Nous prônons au contraire une nouvelle politique de coopération et de développement mutuel en lieu et place de la politique commerciale actuelle.

3. Fichier PNR : l’utilisation des données personnelles des passagers 

Ce texte très problématique permet d’étendre le fichage des passagers aériens et pose de nombreux problèmes de respect des droits fondamentaux, contre le fichage généralisé. Il était présenté comme un outil indispensable de la lutte antiterroriste suite aux attentats de 2015.

4. Le 4e paquet ferroviaire : qui sert aujourd’hui de base pour détruire le service public du rail 

Notre groupe GUE-NGL a déposé des motions de rejet sur chacun des 6 textes du paquet ferroviaire portant sur la libéralisation totale d’ici à décembre 2022 du trafic passager. Une opposition forte et une voix unie avec les syndicats qui décrient unanimement cet accord. Nous avons voté contre tous les textes du paquet affirmant ainsi notre position ferme contre la libéralisation du rail, contrairement aux socialistes qui n’ont pas voté la motion de rejet sur l’espace ferroviaire unique.

5. Politique de cohésion de l’Union pour l’après-2020

Il s’agit d’une des victoires sur le fond que nous avons obtenues : avec l’adoption de notre amendement s’opposant aux conditions macroéconomiques c’est-à-dire à conditionner les aides à la mise en place de politique d’austérité. Ce rapport se dit par ailleurs « fermement opposé à tout scénario pour l’UE-27 à l’horizon 2025, tel que contenu dans le Livre blanc sur l’avenir de l’Europe, qui réduirait les efforts de l’Union européenne concernant la politique de cohésion.

6. Les budgets annuels : le cœur des politiques de l’UE

Vote annuel concernant le budget, c’est-à-dire la traduction comptable des grandes orientations politiques européennes. Année après année, nous sommes les seuls à n’avoir jamais soutenu les politiques de l’UE notamment le renforcement du budget de la défense et les cures d’austérité.

7. Rapports annuels sur l’Union bancaire

On touche ici au cœur de la politique monétaire de l’Union européenne, soit une BCE au service de la lutte contre l’inflation et du sauvetage des banques, alors qu’elle devrait être au service des peuples et de l’emploi.

8. Le paquet « frontières intelligentes »: encore plus d’Europe forteresse !

Ce paquet législatif constitue une des pierres angulaires de la construction d’une Europe forteresse, sous prétexte de lutte contre « l’immigration irrégulière » et contre « le terrorisme ». Ce programme, renforce une gestion répressive des migrations au détriment d’un accueil décent et du développement local que celui-ci pourrait générer. Il s’agit ici notamment du fichage massif des citoyens des pays tiers, portant atteinte aux droits fondamentaux notamment celui à la protection des données et à la vie privée. Au moment où l’UE externalise ses frontières et entend construire des centres de rétention dans des pays comme la Libye mis à feu et à sang par les bombardements, nous prônons une Europe de paix, solidaire et humaine.

9. Europe de la défense : vers plus de militarisation et d’intégration à l’OTAN

Cette législature a été marquée par la volonté d’accélérer la mise en œuvre de « l’Europe de la défense » voulu par la majorité au Parlement, y compris les socialistes... Il s’agit d’une plus grande part du budget à la militarisation et plus d’intégration à l’OTAN. Le programme de défense européenne coûtera 500 millions par an pendant 2 ans et 1 milliard par an pour les 7 années suivantes. À l’inverse de cette vision belliciste, nous prônons une Europe de la paix, un désarmement global. Nous voulons rediriger le budget alloué à la défense dans les services publics, la réindustrialisation et le développement économique et social.

10. Le 3e paquet mobilité : dumping social et exploitation sur la route

Ce paquet est celui de la libéralisation du secteur routier européen. Les trois textes principaux touchent à trois aspects fondateurs du travail sur route : le temps de travail et de repos, le détachement des travailleurs de la route et le cabotage. Ces textes proposaient une libéralisation du temps de travail sur 4 semaines mais également l’exclusion totale du transport international du statut de détachement. Grâce à une mobilisation importante des syndicats de routiers et des députés PCF/Front de gauche, nous avons réussi non seulement à refuser les mandats de négociation lors de la plénière, mais également à rejeter les trois textes et à les envoyer en commission Transports pour un réexamen.

 

Voir les commentaires

Justice. Nouveau déboire pour EuropaCity

13 Mars 2019, 10:59am

Publié par PCF Villepinte

Le 8 décembre dernier, le collectif citoyen contre le mégacomplexe manifestait lors de la mobilisation pour le climat à Paris. Pierre Gleizes/Réa

L'Humanité

Marie-Noëlle Bertrand

Le tribunal administratif de Pontoise a annoncé, hier, sa décision d’annuler le plan local d’urbanisme de la ville de Gonesse, nécessaire à la poursuite du mégaprojet controversé.

EuropaCity tremble un peu plus sur ses fondations. Le tribunal administratif de Pontoise a annulé, mardi, le plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Gonesse, qui devait permettre d’artificialiser la vaste zone agricole où doit s’implanter le mégaprojet controversé. Sans être complètement surprenante – fin janvier, le rapporteur public avait rendu un avis allant dans le même sens –, la décision était attendue avec attention, tant par les partisans du projet que par ses opposants. Ces derniers, de fait, viennent de marquer un point important. Il n’est, au reste, pas le premier. Il y a un an presque jour pour jour, le 6 mars 2018, le même tribunal administratif avait annulé l’arrêté du préfet du Val-d’Oise autorisant la création de la zone d’aménagement concerté (ZAC) devant accueillir le mégacomplexe. Les juges avaient alors estimé que «l’étude d’impact mise à disposition du public dans le cadre de l’enquête publique (…) était insuffisante» sur plusieurs points, entre autres environnementaux.

«Les bénéfices escomptés en termes d’emplois ne sont pas établis»

C’est, en substance, la même sentence qui a été rendue hier. Dans un communiqué que s’est procuré l’AFP, le tribunal explique avoir estimé que le conseil municipal, qui avait approuvé le PLU le 25 septembre 2017, avait «commis une erreur manifeste d’appréciation en classant en zone à urbaniser 248 hectares de terres agricoles». «Cette urbanisation concerne des terres particulièrement fertiles, alors que les bénéfices escomptés, notamment en termes de créations d’emplois, invoqués par la commune de Gonesse, ne sont pas établis», poursuit le tribunal, validant là l’un des arguments clés des associations environnementales et des commerçants adversaires du projet. Toujours selon l’AFP, le tribunal administratif considère également que la commune de Gonesse aurait dû présenter une «alternative sérieuse à un projet de nature à affecter considérablement l’environnement local et régional».

Jean-Pierre Blazy, le maire PS de Gonesse, fervent soutien d’EuropaCity, ne s’affiche pas vaincu pour autant. «Nous avons anticipé ces péripéties juridiques sur le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse», indique-t-il dans un communiqué, par lequel il annonce son intention de faire appel de la décision du tribunal, dont il dit contester les moyens retenus. «Nous restons déterminés pour faire aboutir ce projet», conclut-il, au nom de sa commune.

Il n’a pas tort de conserver espoir. L’an dernier, l’État lui-même était venu à la rescousse d’EuropaCity en faisant appel de la décision d’annuler la ZAC. Le 20 décembre 2018, le préfet du Val-d’Oise a par ailleurs signé la déclaration d’utilité publique du projet, après un avis favorable du commissaire enquêteur. Ce même préfet avait, trois mois plus tôt, signé le permis de construire de la gare du métro de la ligne 17, «infrastructure au cœur du projet d’aménagement», rappelle encore Jean-Pierre Blazy.

Les investisseurs pas prêts à renoncer au projet

Rien n’est encore joué, donc, ni d’un côté, ni de l’autre, concernant EuropaCity. Cet espace monumental, rassemblant en un même lieu zone commerciale (sur 230000 m2), culturelle (sur 50000 m2) et de loisirs (sur 150000 m2), n’est pas encore sorti des rails. Pas plus que les 80 hectares de terres agricoles coincées entre les aéroports de Roissy, du Bourget, l’autoroute A1 et la D317 – ce fameux Triangle de Gonesse – ne sont sorties d’affaire.

Tout comme la mairie de Gonesse, qui plaide pour l’activité économique que générerait l’entreprise, le groupe Auchan et le conglomérat chinois Wanda ne sont pas prêts à renoncer à ce projet de 3,1 milliards d’euros, quand bien même celui-ci ne file pas aussi doux qu’attendu. Les promoteurs espéraient pouvoir en ouvrir les portes en 2024, année où Paris accueillera les jeux Olympiques. Le report à 2027 de la construction de la gare du Grand Paris Express desservant la zone les a, quoi qu’il en soit, déjà obligés à revoir leur programme.

Marie-Noëlle Bertrand

 

Voir les commentaires

Une première victoire pour le peuple algérien (Fabien Roussel)

12 Mars 2019, 10:08am

Publié par PCF Villepinte

Publié le 12/03/2019 par PCF

 

Le peuple algérien qui se soulève pacifiquement, dans la dignité et l'unité, vient de remporter une première victoire exceptionnelle.

 

Sous la pression de la rue, A. Bouteflika annonce le retrait de sa candidature, la convocation d'une conférence nationale et le report des élections présidentielles. Les jeunes, les femmes et toute la société algérienne parviennent à déjouer le scénario du chaos, de la peur et des menaces. Ils ont fait voler en éclat l'immobilisme politique et institutionnel. Ils clament leur colère face à la crise économique et sociale, la corruption, le clientélisme et le pillage des richesses au profit d'affairistes liés au pouvoir.


Avec une maturité impressionnante, ils portent des revendications sociales et politiques ambitieuses en exigeant un changement radical, le démentelement du régime et du système et une transition démocratique. Cette expérience et cette capacité d'innovation sera utile face à ceux qui voudraient dévoyer ce processus de transition.

Le PCF exprime sa solidarité totale avec les Algériens et Algériennes qui, en Algérie et en France, se mobilisent pour la justice et le progrès social, la démocratie et la dignité.
C'est une première victoire pour les algérien-ne-s et c'est la preuve qu'un peuple debout, uni et déterminé arrive toujours à se faire entendre.

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député du Nord

 

Voir les commentaires

Leslie, ouvrière, gilet jaune et syndiquée à la CGT

11 Mars 2019, 10:48am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Aucune tolérance !

10 Mars 2019, 09:32am

Publié par PCF Villepinte

https://2.bp.blogspot.com/-Re_a-d8RmQ0/XH6kH3ZbnoI/AAAAAAAAFvE/lpOUshYQLrsEnO9x9Ut1X-s1kNPpeZHpACLcBGAs/s320/eae5f70_21368-18n9b3o.ntl6.jpg https://2.bp.blogspot.com/-Re_a-d8RmQ0/XH6kH3ZbnoI/AAAAAAAAFvE/lpOUshYQLrsEnO9x9Ut1X-s1kNPpeZHpACLcBGAs/s320/eae5f70_21368-18n9b3o.ntl6.jpg

Si être communiste n’est pas donné à tout le monde, ajoutons que cela requiert une haute idée du genre humain et de la place des uns et des autres. 

Nous publions les témoignages de jeunes femmes communistes déclarant avoir subi des violences sexuelles imputées à des «camarades». La phrase en elle-même s’avère assez insupportable qu’il convient, en toute conscience, d’en prendre la mesure. Chaque organisation – quelle qu’elle soit, la preuve – est donc confrontée à ce mal endémique qui ne doit décidément rien aux idées mais tout aux comportements masculins. Une organisation comme le Mouvement jeunes communistes de France (MJCF), qui se bat à ce point pour l’égalité femmes-hommes, ne peut se permettre le moindre écart d’un de ses membres. Depuis longtemps déjà le PCF s’est doté d’un dispositif interne nommé «Stop violences», inédit pour une force politique. Tolérance zéro. Raison pour laquelle la direction du PCF a annoncé, lundi soir, la «suspension» d’un adhérent accusé de viol par une militante du MJCF, lui demandant de «démissionner» de son mandat de conseiller municipal de Blois. Un autre cas est également «en cours d’instruction».

Autant le dire franchement. Si être communiste n’est pas donné à tout le monde, ajoutons que cela requiert une haute idée du genre humain et de la place des uns et des autres. Ce ne sont pas que des mots. Ce sont aussi des actes qui passent par une transformation fondamentale des rapports entre les hommes et les femmes. Depuis quelques années, le profond mouvement de témoignages et de mobilisation contre les violences a libéré la parole. Des jeunes femmes communistes s’en sont emparées, avec courage. Elles racontent cette parole parfois minorée. Le PCF les soutient et réclame à tous ses adhérent(e)s d’utiliser pleinement les dispositifs qu’il a mis en place.

Les femmes ne supportent plus l’indifférence qui entoure trop souvent la réalité de ces violences. L’Humanité, ses lectrices et ses lecteurs sont intimement de ce combat pour lutter contre l’omerta, les peurs, l’autocensure, etc. Des relations de domination et d’exploitation sont encore à l’œuvre dans la société capitaliste et patriarcale. Elles continuent d’entraver le droit à l’égalité et les libertés des femmes. Beaucoup d’hommes se complaisent à confondre amour et pulsion: l’excuse de «moments festifs alcoolisés» ne tient pas! Là où il y a domination, il y a toujours tentative de soumission. Les femmes en sont les premières victimes. Répétons-le: le combat féministe, la conquête d’une égalité pleine et entière des femmes, est l’un des chemins les plus puissants de la nécessaire révolution des rapports sociaux et humains au XXIe siècle. Et nous sommes, déjà, au XXIe siècle! 

[EDITORIAL publié dans l'Humanité du 6 mars 2019.]

Voir les commentaires

Fantôme(s)

10 Mars 2019, 09:28am

Publié par PCF Villepinte

https://2.bp.blogspot.com/-qMUtP2Il7QE/XIEq-Gm-gPI/AAAAAAAAFvQ/vSjHaKjaqn4LWdcalnt3YhcmRw3BDKfvgCLcBGAs/s320/sans-titre-1_2.jpg https://2.bp.blogspot.com/-qMUtP2Il7QE/XIEq-Gm-gPI/AAAAAAAAFvQ/vSjHaKjaqn4LWdcalnt3YhcmRw3BDKfvgCLcBGAs/s320/sans-titre-1_2.jpg

Dans son nouvel essai, l’Europe fantôme (Gallimard), le philosophe et médiologue analyse la débandade intellectuelle comme le délitement politique de cette UE en crise historique.
 
Mal née. Une utopie à l’agonie, l’Europe? Une «idée défunte»? Depuis plus de vingt ans, Régis Debray nous met en garde contre cette construction, sorte de palliatif à l’effondrement des grandes idéologies du XXe
siècle, qui, par sa symbolique même, aurait rompu avec l’agora athénienne au profit de l’économie comme primat de toute pensée active au point de créer un monstre de technocratie. Dans son nouvel essai, l’Europe fantôme (Gallimard), le philosophe et médiologue analyse la débandade intellectuelle comme le délitement politique de cette UE en crise historique.

D’une simple phrase à l’ironie définitive, il nous prévient: «Au Vesiècle, on attendait le Christ, c’est l’Église qui est venue. Au XXe, on attendait Érasme, c’est M. Moscovici qui est arrivé.» Nous pourrions en rigoler de bon cœur ; sauf que Régis Debray ne plaisante pas du tout. À ses yeux, l’affaire est trop grave, trop sérieuse pour se permettre non pas d’y croire encore – à voir – mais simplement d’espérer, ce qui, venant de lui, nous incite à une réflexion à la hauteur de l’événement.

L’auteur se veut formel: l’Union européenne portait dès sa naissance les germes de son échec dans la mesure où le «rêve» des fondateurs se transforma en cauchemar techno-juridique à l’apolitisme avéré. Conséquences: déficit symbolique (comme les choses mal nées) et rejet démocratique (plutôt assumé).

Il écrit: «Délestée de son aura, celle des fins dernières, l’Europe réduite à ses astreintes budgétaires ne fait plus soupirer mais grincer. Les chiffres ont pris les commandes, le Livre des comptes devient le Livre saint, et l’expert-comptable, un haut dignitaire.» Entre atrophies des références historiques et géographie élastique, qui empêche l’appropriation culturelle d’un espace naturel, Régis Debray se demande même «pourquoi tant de pavanes pour une infante défunte, blasphématoires mais parfois convaincantes».

Pour lui, s’«il était difficile de ne pas être européen en 1925 ou 1950 (…), Europe reste un mot faible qui n’implique que faiblement ceux qui l’utilisent, parce qu’elle ne suscite chez ses administrés aucun vibrato affectif, incolore et inodore, parce que trop cérébrale».

Lire la suite »

Publié par Jean-Emmanuel Ducoin

 

Voir les commentaires

Le gouvernement a choisi des indicateurs qui rendent invisibles les inégalités salariales

10 Mars 2019, 09:23am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

<< < 1 2 3