Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Sécu 2013 : réforme de l’IVG et 4 milliards de recettes en plus

2 Octobre 2012, 07:15am

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 1 Octobre 2012

 

 

Le gouvernement vient de présenter son premier budget de la Sécurité sociale. De nouvelles recettes devraient rapporter 4 milliards d’euros par an, avec notamment une hausse de taxes sur le tabac et les bières, qui permettront de réduire le déficit annuel. Côté dépenses, l’IVG sera enfin remboursé à 100 %.

"C'est un budget de justice", a déclaré la ministre de la Santé Marisol Touraine en présentant le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) à la presse. Le déficit de 2012 était déjà moins élevé que prévu, celui envisagé pour 2013 devrait être encore un peu mieux maitrisé. Le déficit du régime général (salariés du privé) devrait ainsi être contenu à 11,4 milliards d'euros en 2013, contre 13,3 milliards en 2012. La branche maladie reste la plus déficitaire à 5,1 milliards d'euros (5,5 milliards en 2012), selon le PLFSS qui prévoit 2,4 milliards d'économies sur les dépenses de santé en 2013.

4 milliards de recettes supplémentaires

Les nouvelles recettes sont constituées avant tout de nouvelles taxes. La fiscalité sur les bières va être relevée, ce qui rapportera 480 millions d'euros à la Sécurité sociale, et "correspondra à une hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière", a précisé le gouvernement.
Les taxes sur le tabac reversées au budget de la Sécu vont à nouveau augmenter au 1er juillet 2013, passant de 64,25% du prix du paquet à 64,7%, ce qui devrait rapporter 250 millions d’euros en année pleine. De même, les cotisations d'assurance maladie des travailleurs indépendants seront relevées.
Quelques économies sont prévues et porteront notamment sur "des baisses tarifaires" sur des médicaments ou sur "certaines spécialités médicales et la biologie".

Côté dépenses, l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) sera désormais remboursée à 100% et son tarif sera "revalorisé" pour le rendre plus attractif aux praticiens qui sont bien trop nombreux à refuser de le pratiquer. L’ensemble est chiffré à un peu plus de 31 millions d’euros. C’était une promesse de campagne du candidat Hollande.

Financer la réforme de la dépendance

Le gouvernement prévoit également de financer sa réforme de la dépendance des personnes âgées en mettant à contribution les retraités imposables. Leurs pensions seront soumises à un prélèvement de 0,15% en 2013 puis de 0,3% en 2014.  Ce qui rapportera 350 millions d'euros la première année servira à redresser les comptes de la Sécu, puis rapportera 700 millions en 2014, qui seront utilisés pour financer la réforme de la dépendance. Les salaires, eux, sont déjà taxés à 0,3% dans ce but.

Voir les commentaires

Un traité européen long à traîner pour le gouvernement

2 Octobre 2012, 07:08am

Publié par PCF Villepinte

Jean-Marc Ayrault devant les députés

 

 

L’examen au Parlement du traité dès ce mardi matin, puis sa déclinaison en loi organique, ne signe pas la fin d’une mobilisation qui prend date jusqu’en 2013, 
avec des rendez-vous européens.

Des journées agitées, le premier ministre en a encore de belles devant lui, alors que Jean-Marc Ayrault ouvre demain à l’Assemblée nationale une longue et délicate séquence parlementaire consacrée à la ratification et la mise en œuvre du traité budgétaire européen. Car aucune des soixante organisations qui appelaient hier à la manifestation parisienne n’a l’intention de s’en tenir à un quelconque baroud.

Des députés contre, mais pour

Au Parlement déjà, les députés du Front de gauche et la majorité des écologistes, ainsi que l’aile gauche du PS, ne laisseront pas passer les débats sur le traité lui-même et sa déclinaison à travers une loi organique. De l’autre côté de l’échiquier politique, le Front national et des souverainistes, comme l’ancien candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan, joueront leur partition. Matignon devrait en revanche bénéficier de la bienveillance de l’UMP et du centre, comme de la grande majorité des parlementaires socialistes qui approuvent ce pacte signé en mars dernier par Nicolas Sarkozy et que François Hollande avait promis de renégocier.

Le premier ministre a finalement décidé de ne pas demander aux députés un vote sur sa déclaration de mardi, estimant qu’« il n’y a pas d’autre vote à avoir » que ceux sur le traité et sur la loi organique. Le débat sur la ratification du TSCG commencera mardi soir ou mercredi, avec un vote prévu le 9 octobre. La discussion sur la loi organique est prévue le 8 et le vote le 10 octobre. Les écologistes et certains socialistes envisagent de voter contre le premier texte, mais, au prix d’une contorsion certaine, en faveur du second – la loi organique qui crée la structure chargée de contrôler le respect de la règle d’or – au prétexte qu’il est simplement « technique ». Mais pas moins austéritaire.

Forte opposition au Sénat

Les deux projets partiront ensuite devant le Sénat, qui examinera le traité à partir du 10 octobre, et la loi organique les 29 et 30. Comme le PS n’y a pas la majorité sans les communistes et les écologistes, les voix de la droite et du centre seront cette fois indispensables. À l’échelle européenne, la mise en œuvre du traité sera l’objet de batailles au Parlement européen sur fond de contestations fortes en Grèce ou en Espagne, tandis que la Commission suggère déjà un autre traité.

Les forces sociales se feront entendre au-delà des hémicycles. Pour une raison simple, écrit la CGT : « Ce traité préconise des mesures ayant un impact sur la fixation et l’indexation des salaires, les processus de négociation collective, les régimes de retraite, les services de santé et les prestations sociales. » « Ce n’est pas parce que nous avons contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy que nous allons nous taire », a prévenu Aurélie Trouvé, la coprésidente d’Attac France. Le 8 octobre se tiendra un meeting européen des forces de gauche à l’espace Reuilly, après un week-end de mobilisation les 6 et 7. Attac évoque aussi une assemblée européenne des mouvements sociaux en novembre à Florence, et un sommet altermondialiste en Grèce au premier semestre 2013.

  • A lire aussi:

Barrage contre l'austérité, l'édito de Patrick Apel-Muller

80.000 manifestants à Paris... et vous

Tous nos articles consacrés à la mobilisation du 30 septembre

Lionel Venturini

Voir les commentaires

Meeting PSA du 29 septembre à Aulnay

2 Octobre 2012, 07:00am

Publié par PCF Villepinte

Les centaines de salariés et citoyens réunis ont envoyé un message clair à l’attention des actionnaires des grands groupes mais également à celle du Gouvernement et de sa majorité socialiste :

"Nous refusons la casse de nos outils de production et nous n’acceptons pas que le gouvernement, sa majorité parlementaire et les élus locaux qui le soutiennent renoncent à agir concrètement pour sauvegarder et développer nos usines et nos emplois".

Voir les commentaires

Pierre Laurent : Il faut rompre avec les politiques d'austérité

1 Octobre 2012, 14:55pm

Publié par PCF Villepinte


Pierre Laurent : Il faut rompre avec les... par CN-PCF
 
Après la manifestation contre le TSCG, Pierre Laurent s'explique. 

Voir les commentaires

Décès d'Eric Hosbawm : « la perte d'un grand esprit, d'une pensée monde »

1 Octobre 2012, 14:45pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

Décès d'Eric Hosbawm : « la perte d'un grand esprit, d'une pensée monde »
J’apprends avec tristesse le décès d’Eric Hobsbawm. Sa vie épousa le siècle. Elle fut celle d’un intellectuel engagé et libre. Né dans une famille juive d’Egypte qui immigra en Autriche puis en Allemagne où il fut confronté dès son plus jeune âge à l’antisémitisme nazi, il rejoignit en 1933 le Royaume-Uni. C’est là qu’il entreprit ses études d’histoire et adhéra en 1936 au Parti communiste. Ses champs d’étude furent multiples mais toujours à l’intersection de son engagement et de la réflexion sur le devenir du monde: le capitalisme, le nationalisme, les groupes marginaux… S’il quitta le parti communiste, il ne renonça jamais à son idéal et chercha à renouveler le marxisme. Dans les années 1990 alors que triomphaient les thèses sur la fin de l’histoire et la victoire définitive du capitalisme, son livre « l’Age des extrêmes » qu’il eut bien du mal à faire traduire en France fit événement car il permettait à nouveau de penser « le court XXe siècle » en dehors du prêt à penser des thèses sur le totalitarisme. Toute sa vie, toute son œuvre montraient le contraire de cette supposée identité entre communisme et nazisme. Les progressistes perdent un des leurs, tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du XXe siècle perdent un grand esprit, une pensée-monde.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

 

 

Voir les commentaires

Arcelor Mittal : "L'État ne doit pas se coucher devant l'exterminateur de la sidérurgie française"

1 Octobre 2012, 14:39pm

Publié par PCF Villepinte

 

Arcelor Mittal :

 

La direction d'Arcelor Mittal vient d'annoncer, lors de son CCE, la fermeture définitive des Hauts Fourneaux de Florange. Ce sont donc plus de 600 emplois qui vont être supprimés, et 1000 s'il se confirme la fermeture du secteur packaging-boissons. L'actionnaire principal Mittal montre son vrai visage : celui de l'exterminateur de la sidérurgie française.
Qui est surpris par le machiavélisme et la brutalité d'un groupe financier qui a déjà fermé de nombreux sites sidérurgiques en France et en Europe, saccageant des territoires industriels et jetant à la rue des milliers d'ouvriers, de techniciens et d'ingénieurs ? Qui peut croire aux discours de Mittal pour qui la forte baisse de la demande d'acier dans notre pays expliquerait la fermeture de Florange alors qu'il vient de distribuer 1,2 milliards d'euros à ses actionnaires ?
Les organisations syndicales, après un bras de fer d'un an et demi et malgré la viabilité du site, sont écœurés et révoltés par la décision d'un groupe qui impose une nouvelle casse sociale à un territoire qui compte 140 000 chômeurs et qui impose à la France son diktat, après avoir touché des millions de fonds publics.

Ni le Président de la République, ni le gouvernement ne peut accepter que la France se couche devant Mittal. L'État a l'obligation, dans ce contexte, d'intervenir dans le conseil d'administration d'ArcelorMittal avec la puissance publique pour refuser le démantèlement d'un fleuron de la sidérurgie française et exiger immédiatement le remboursement des millions de fonds publics versés à Mittal.
Après les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy, la gauche ne doit pas abandonner Florange. Le PCF continue de soutenir les salariés dans leur lutte pour la sauvegarde de leurs emplois.

 

 

Voir les commentaires

Rendez-vous le 8 octobre pour un grand meeting européen

1 Octobre 2012, 07:22am

Publié par PCF Villepinte

Photo S.G l'Humanité.fr

 

 

Les 80.000 manifestants contre le nouveau Traité budgétaire européen ont un nouveau rendez-vous. Le 8 octobre, Paris accueillera un grand meeting européen des forces de gauche pour lutter contre les politiques d'austérité dans l'Union.

"Le mouvement social ne va pas se taire pendant cinq ans. C'est la première étape de la lutte pour une Europe écologique et sociale", a souligné dès avant le départ des cortèges, ce dimanche, Aurélie Trouvé, coprésidente d'Attac France. Après le meeting du 8 octobre, à l'espace Rueilly, une assemblée européenne des mouvements sociaux se tiendra ensuite en novembre à Florence, puis un sommet altermondialiste en Grèce au "premier semestre 2013", a-t-elle précisé. Une "première étape" d'une "bataille unitaire" qui doit être menée à l'échelle européenne, ont expliqué les associations, syndicats et forces politiques qui ont appelé à la mobilisation.

"Une voix face au Medef"

Pour Francis Parny, élu PCF d'Ile-de-France, "il y a besoin de construire, face à la grosse voix du Medef, une voix populaire en Europe et en France". "C'est pour cela que la mobilisation est générale. C'est la première grande manifestation contre la politique d'austérité et pour une autre Europe."

Pour Annick Coupé, du syndicat Solidaires, la mobilisation doit permettre de "créer un rapport de force pour les semaines à venir", alors que des discussions sur le financement des retraites, de la Sécurité sociale et du coût du travail vont être prochainement à l'ordre du jour. "Ce n'est pas parce que nous avons contribué à la défaite de Nicolas Sarkozy que nous allons nous taire", a-t-elle lancé.

  • A voir:

vidéo l'Humanité.fr: "On a l'impression que le monde appartient aux riches"

  • A lire aussi:

Traité européen: des milliers à Paris contre l'austérité

S.G.

Voir les commentaires

80.000 manifestants à Paris... et vous

1 Octobre 2012, 07:10am

Publié par PCF Villepinte

Mots clés : Règle d’or, pierre laurent, austérité, front de gauche, jean-luc mélenchon, pacte budgétaire européen, traité budgétaire européen, mobilisation du 30 septembre,

 

 

Retour multimédia sur la mobilisation de ce dimanche contre l'austérité et pour un référendum sur le traité européen de stabilité.

 
manif--sept-2012.jpg

 

Stéphane Guérard

Voir les commentaires

« Le fonds de banlieues cofinancé par le Qatar est une aberration ! »

1 Octobre 2012, 07:04am

Publié par PCF Villepinte

 

 

« Le fonds de banlieues cofinancé par le Qatar est une aberration ! »
 
La validation par le gouvernement et le ministre Arnaud Montebourg du principe d’un « fonds banlieues » de 100 millions d’euros cofinancé par le Qatar est une aberration. Et ce ne sont pas les dernières annonces - participation à parité avec l’émirat du Golfe de l'État français et d’investisseurs privés, extension des bénéficiaires du fonds aux « territoires déshérités » au sens large - qui rendent une virginité philosophique, éthique et laïque au projet.

Car ne nous faisons pas d’illusion sur la générosité du mécène qatari qui n’est en réalité qu’une offensive économique et idéologique. Le problème n’est évidemment pas la provenance étrangère de l’argent mais la nature et les intentions du régime « donateur ». Le Qatar est un contre-modèle de démocratie, dirigé par une dynastie qui méprise les droits des femmes et la liberté d'expression.

Il est évident que l’émirat intervient sur une base communautariste et qu’il ne s’intéresse pas aux quartiers populaires par philanthropie mais parce qu'ils concentrent des populations héritières de l'immigration nord-africaine. Et par raccourci de culture musulmane.

En ce sens, la démarche du gouvernement français est contestable d'un point de vue laïque et éthique. Il est par ailleurs illusoire voire insultant de penser qu’une tirelire de 100 millions d’euros peut endiguer le chômage et la précarité dans nos quartiers. Ces populations abandonnées depuis des décennies par les pouvoirs publics n’ont pas besoin d’aumône mais d’un État et de collectivités locales qui refusent l’austérité en se dotant d‘outils efficaces comme une réforme fiscale pour retrouver les capacités financières et politiques d’agir.

Voir les commentaires

<< < 10 11