Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Programme / Hollande : réaction de Pierre Laurent

26 Janvier 2012, 17:40pm

Publié par PCF Villepinte

Programme / Hollande : réaction de Pierre Laurent
François Hollande a continué ce matin, en rendant public son programme, de faire entendre la musique de gauche qu'il avait entamée dimanche au Bourget.

Mais cette musique reste marquée par 2 sons de cloche contradictoires. D'un côté, quelques engagements nouveaux et bienvenus comme la suppression de niches fiscales à hauteur de 29 milliards d'euros profitant aux plus riches et aux grandes entreprises. Mais de l'autre, beaucoup de fausses notes, par exemple sur les retraites où l'engagement du retour à 60 ans reste beaucoup trop partiel, ou encore sur les exonérations de cotisations sociales patronales où il retire d'une main, sur les heures supplémentaires, ce qu'il donne de l'autre, avec le contrat de génération.

François Hollande reste prisonnier d'une contradiction : faire à gauche, en prétendant respecter dans le même temps des engagements de réduction des finances publiques pris par la droite à la demande des marchés financiers. Il y a aussi des impasses inquiétantes, en particulier sur le salaire : comment François Hollande peut il penser qu'on pourra attendre 2 ans avant de redistribuer les richesses alors qu'un salarié sur deux gagne moins de 1 500 € ?

Le Front de gauche propose des solutions concrètes pour sortir de ces contradictions. C'est sur ces solutions que nous comptons continuer à rassembler dans l'intérêt de toute la gauche pour garantir que la politique mise en œuvre demain par une majorité nouvelle soit conforme aux attentes du pays.

 

 

Voir les commentaires

Chiffres du chômage : nouveau record en décembre

25 Janvier 2012, 19:10pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 25 Janvier 2012

 

Mots clés : social, chômage, pôle emploi, emplois,

 

 

 

Le chômage a poursuivi sa hausse en décembre en France pour atteindre son plus haut niveau depuis septembre 1999, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail et Pôle Emploi.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (ceux n'ayant exercé aucune activité) a augmenté de 29.700 (+1,0%) le mois dernier en France métropolitaine pour s'établir à 2.874.500. Sur un an, la hausse est de 5,6%.

En ajoutant les personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 0,6%, soit 25.900 personnes de plus, pour atteindre 4.270.700. Sur un an, la hausse est de 5,6%.

Avec les départements d'Outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 4.537.800, un chiffre sensible à trois mois de l'élection présidentielle. La hausse a été particulièrement vigoureuse pour les personnes âgées de plus de 50 ans et, dans une moindre mesure, pour les moins de 25 ans.

En catégorie A, le nombre de demandeurs âgés de moins de 25 ans a ainsi progressé de 1,3% (+2,8% sur un an) contre 0,7% pour les 25-49 ans (+3,2% sur un an) et 2,0% pour les plus de 50 ans (+16,0% sur un an). En catégories A, B et C, ce nombre a augmenté de 0,5% pour les moins de 25 ans (+2,5% sur un an), de 0,4% pour les 25-49 ans (+3,5% sur un an) et de 1,5% pour les 50 ans et plus (+15,5% sur un an). Le nombre des chômeurs de longue durée (inscrits depuis un an ou plus) augmente autant que celui des autres demandeurs d'emploi, soit +0,6% pour les catégories A, B et C (+6,2% sur un an) contre +0,6% (+5,2% sur un an).

En parallèle, le nombre des offres a baissé de 5,5% en métropole. L'Insee a annoncé le 1er décembre que le taux de chômage au sens du Bureau international du Travail (BIT) avait augmenté de 0,2 point au troisième trimestre à 9,3% en métropole (9,7% en incluant les départements d'outre-mer). Dans sa note de conjoncture publiée le 15 décembre, l'institut de la statistique estimait que le taux de chômage pourrait dépasser 10% sur la totalité du territoire d’ici juin 2012

En 2011, les demandeurs d’emplois sans activité sont 152.000 de plus qu’en 2010. Il faut en ajouter 225.200 de plus en comptant ceux qui ont exercé une activité réduite sur l’année.

Voir les commentaires

Marine Le Pen l’enfumeuse, à la peine sur les retraites (Alexis Corbière FdG)

25 Janvier 2012, 18:58pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

 Ce matin sur France Inter, Marine Le Pen a déclaré à propos de l’âge du départ en retraite : « la meilleure option est la retraite à la carte » reprenant par là le discours des plus libéraux de l’UMP et de M. Bayrou. Quelques secondes plus tard, elle a balbutié de façon contradictoire que 60 ans lui semblait « un âge correct ».

Ces hésitations et contradictions illustrent la médiocrité de la méthode du FN.

Elle veut « enfumer » les travailleurs. Elle fait semblant de tenir du discours social mais ne sait pas de quoi ils parlent.

Il y a encore cinq ans, Marine Le Pen alors Directrice de campagne de Jean-Marie Le Pen défendait ardemment la retraite à 65 ans et plus ! Lors des manifestations et grèves de septembre 2011 pour la défense de la retraite à 60 ans, elle a consacré son énergie à insulter les grévistes.

Il est de temps de dégonfler la baudruche Le Pen.

Alexis Corbière

Conseiller de Jean-Luc Mélenchon
Animateur du Front de Gauche
Auteur du livre : "Le Parti de l'étrangère" au Édition Tribord

Voir les commentaires

9 février: JL MELENCHON EN SEINE ST DENIS

25 Janvier 2012, 18:39pm

Publié par PCF Villepinte

Jean-Luc Mélenchon, Président ?

 et

RENDEZ-VOUS AVEC

 

 

JEAN-LUC MELENCHON

DEVANT L’USINE PSA D’AULNAY-SOUS-BOIS,

JEUDI 9 FEVRIER- 13H45

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

RER B : la mobilisation continue avec le Front de Gauche !

25 Janvier 2012, 18:36pm

Publié par PCF Villepinte

Transports

 

Plus de 1000 signatures de la pétition contre la galère des transports, lancée par l’Assemblée citoyenne du Front de gauche de Sevran-Tremblay-Villepinte.

La mobilisation a déjà fait bouger les choses !

Après 2 mois et demi de silence, la SNCF a distribué une lettre d’information aux voyageurs. Comme le réclamait la pétition, la SNCF annonce le transfert de rames du RER A sur la ligne B, pour améliorer le trafic. Cette solution provisoire n’est pas suffisante pour assurer un vrai service public de transport !

Des moyens supplémentaires doivent être accordés pour l’achat de rames neuves, plus fiables, comme sur la ligne A du RER.

L’État, la SNCF et le STIF doivent prendre leurs responsabilités. Les usagers ont le droit à des conditions de transports dignes, pas à un service au rabais !

Avec une assemblée du Front de Gauche qui n’entend rien lâcher, la mobilisation se poursuivra donc autour de 4 exigences :

PDF - 570.7 ko

Le tract du Front de Gauche

 

Lire la suite


Voir les commentaires

Comités d’entreprises

24 Janvier 2012, 23:08pm

Publié par PCF Villepinte

manif 19 oct 2010 019Communiqué commun
CFDT, CFE-CGC, CGT
du 24 janvier 2012

mardi 24 janvier 2012

Nous nous sommes clairement prononcés pour que le principe de transparence financière des CE se traduise par des obligations légales de tenue des comptes, de publication et de certification au-delà d’un seuil de ressources à déterminer. L’objectif de transparence des comptes des CE doit être mis en œuvre de manière intangible pour le droit à l’information des salariés sur ceux-ci.

Le groupe de travail mis en place par le ministre du Travail doit permettre de définir des modalités adaptées à la diversité des situations des CE.

La proposition de loi sur « le financement des comités d’entreprises » adoptée par la commission des affaires sociales prévoit des dispositions qui vont très au-delà des principes de transparence et de publicité et modifient les équilibres de fonctionnement tels que résultant du cadre légal pré existant. Elles remettent en cause l’indépendance du CE vis-à-vis de l’employeur et risquent d’instaurer des contentieux juridiques à l’encontre de l’action des CE.

Ainsi, l’arrêté des comptes devrait rester de la responsabilité du trésorier et/ou du secrétaire, l’approbation des comptes soumis à l’ensemble des élus. L’instauration de règles de mises en concurrence pour la passation de commande, sans discernement quant à l’activité des CE peut conduire à remettre en cause leur caractère d’activités sociales. D’autant que ce genre de préconisation devrait plutôt figurer dans le règlement intérieur du CE qui devrait préciser l’ensemble des modalités en matière de gestion financière.

Les notifications éventuelles de manquement par l’autorité administrative ne doivent pas donner matière à ingérence de l’employeur dans la gestion du CE. La loi ne doit pas réviser de façon limitative la jurisprudence concernant les attributions des CE.

Nous demandons aux parlementaires et au gouvernement de prendre en considération nos demandes dans le débat parlementaire, tout en confirmant notre intention que les travaux du groupe tripartite aboutissent.


Voir les commentaires

Bernard Thibault ne postulera pas pour un cinquième mandat

24 Janvier 2012, 22:59pm

Publié par PCF Villepinte

Social-Eco - le 24 Janvier 2012

 

 

 

 

Après 14 années à la tête de la CGT, Bernard Thibault a annoncé mardi qu'il ne briguerait un nouveau mandat de secrétaire général, en 2013, à l'issue de son mandat actuel, dans un courrier au Comité confédéral national.

"J'ai fait part à la commission exécutive de ma décision de ne pas solliciter ma reconduction à la responsabilité de secrétaire général de notre confédération à l'occasion du 50e congrès", a annoncé Bernard Thibault, à la tête de la CGT depuis 1999, après avoir succédé à Louis Viannet. "Un seul critère m'a guidé pour arriver à la conclusion qu'il était opportun de laisser la place selon la formule consacrée: l'intérêt de la CGT", a-t-il aussi dit. Lors de ce prochain congrès prévu pour mars 2013, Bernard Thibault, 53 ans, aura effectué 14 ans de mandat.

"Lorsque Louis Viannet, la direction confédérale et des organisations de la CGT m’ont sollicité pour cette tâche si particulière, c'était en 1998 en vue du Congrès de Strasbourg qui s'est réuni en février 1999", rappelle le numéro un de la centrale de Montreuil. "Cela fera donc 14 ans lors du 50e Congrès, soit 4 mandats à ce poste, 16 ans au Bureau confédéral et 21 ans à la CE, puisque j’ai été élu au 44e Congrès", égrène-t-il.

Lors du dernier congrès, à Nantes en décembre 2009, le leader de la CGT avait été réélu haut la main pour un quatrième mandat. Toutefois il avait laissé entendre à la fin de ce congrès qu'il pourrait laisser la place à l'issue de ce mandat.

L'an dernier la rumeur, qu'il avait fermement démentie, avait couru qu'il pourrait quitter ses fonctions de secrétaire général avant fin 2011. --> Le courrier de Bernard Thibault au Comité confédéral national

 

  • À lire :

Présidentielles: la CGT vote contre Nicolas Sarkozy
Mélenchon et Thibault prêts à lutter contre le "sommet anti-social"
La CGT lance une campagne pour l’industrie et l’emploi

 

  • À consulter:

Notre dossier CGT

Voir les commentaires

La "contamination idéologique" sur le "monde de la finance" réjouit Jean-Luc Mélenchon

24 Janvier 2012, 22:55pm

Publié par PCF Villepinte

Le candidat du Front de gauche à la présidentielle chez Petroplus, le 8 janvier 2012

Politique - le 24 Janvier 2012

 

 

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, s'est réjoui mardi, lors de son déplacement en Franche-Comté, de la "contamination idéologique" que le Front de gauche"provoque", après le discours de François Hollande au Bourget dimanche où le candidat socialiste a dénoncé le "monde de la finance".

"On va frapper le capitalisme, on va frapper l'argent roi, (on dit ça depuis) des mois et des mois tout seuls", "maintenant il y en a de plus en plus" qui le disent, a déclaré le candidat du Front de gauche à la présidentielle à la presse à l'issue d'une réunion avec une centaine de sympathisants à Mandeure (Doubs), après une visite aux syndicalistes de Peugeot Scooters dont les emplois sont menacés. "Nous nous réjouissons de la contamination idéologique que nous provoquons autour de nous", a-t-il ajouté, même s'il faut "voir ce qu'il y a derrière les mots".

"A 7% (pour le Front de gauche dans les sondages, ndlr) le voilà (François Hollande) rendu en guerre contre la finance, alors vous imaginez à 15 ou 51% ce que ça va être, on va être obligé de la faire!", a souligné le candidat du Front de gauche qui a ironisé sur un Hollande ayant "inventé l'eau chaude" avec sa proposition sur la laïcité. "Plus il y va sur le violon anticapitaliste, plus il valide mon vocabulaire", veut croire l'eurodéputé, assurant que "cela élargit notre espace".

"Ce qu'on dit paraît moins excessif", "quelque chose se dégèle et le Front de gauche franchit les paliers", a-t-il encore dit, tout en relevant que le député de Corrèze n'a pas dit "un mot sur le rassemblement de la gauche".

A ses côtés, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a jugé que le fait que "d'autres disent enfin guerre à la finance, ça ne peut que nous réjouir", mais "maintenant il faut passer aux choses concrètes". "La dynamique qu'on crée a des effets sur tout le paysage politique", a-t-il assuré, soulignant qu'il ne fallait pas un simple "sabre de bois face à des gens qui y vont à la hache!"

Après une rencontre avec des salariés d'Alstom et General Electric à Belfort, Jean-Luc Mélenchon a conseillé à Nicolas Sarkozy, "entré dans une spirale dépressive", d'envisager "sérieusement" la défaite. "Il est entré dans une spirale dépressive et peut-être la droite va penser a lui trouver un successeur, ça s'est déjà produit", a-t-il dit aux médias. "Je trouve raisonnable qu'il envisage la défaite et même je lui conseille de l'envisager sérieusement. Ce qu'on ne sait pas, c'est qui va la lui infliger", a-t-il conclu

Voir les commentaires

Le gouvernement ne croit plus à une "amélioration immédiate sur le front de l'emploi"

23 Janvier 2012, 23:24pm

Publié par PCF Villepinte

Mots clés : travail, nicolas sarkozy, emploi, chômage, pouvoir d'achat, pôle emploi, xavier bertrand,

 

 

Le président du pouvoir d'achat et de l'emploi, version Sarkozy 2007, a vécu. Son ministre du Travail vient de l'enterrer en grande pompe en affirmant ce dimanche matin: "Il n'y aura pas d'amélioration immédiate sur le front de l'emploi dans les mois qui viennent." Xavier Bertrand se fixe une seule feuille de route pour donner le change avant les présidentielles: "Il faut éviter que le chômage explose".

Pour cela, le gouvernement n'a pas grand chose à proposer. lors du Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien-i>Télé Xavier Bertrand parle d'assouplir le recours au chômage partiel. "On avait déjà comme idée de le passer de 20 jours à 8 jours. Si les partenaires sociaux en sont d'accord, nous pourrions proposer de supprimer le principe d'une autorisation administrative du chômage partiel et de faire une simple déclaration, c'est à dire de supprimer tout délai". Le ministre souligne qu'un salarié qui est en activité partielle "reste dans l'entreprise" et "garde son contrat de travail."

Xavier Bertrand s'est aussi retranché derrière les faibles annonces du sommet contre la crise de mercredi dernier. Soit le déblocage de 500 millions d'euros pour financer:

  1. le développement de l'activité partielle
  2. la formation des chômeurs
  3. l'embauche d'un millier de salariés supplémentaires pour le service public de l'emploi. Xavier Bertrand a précisé que le recrutement de 1.000 salariés à contrat à durée déterminée à Pôle emploi débuterait dès le mois de février.

Une broutille par rapport à la multiplication des plans sociaux et des suppressions d'emplois: 438 chez Cofinoga, 265 chez Lejaby rien que pour la fin de semaine.

  • A lire:

Sommet contre la crise: Nicolas Sarkozy promet un tout petit rien pour l'emploi

Le "j'accuse" des ouvrières de Lejaby

Cofinoga: 438 postes supprimés

Voir les commentaires

Quand la "cellule riposte" de l'UMP flingue le candidat... Sarkozy

23 Janvier 2012, 23:13pm

Publié par PCF Villepinte

Jean-François Copé et Brice Hortefeux à la manette à la cellule riposte de l'UMP

 

 

La cellule riposte de l'UMP a encore frappé et s'est encore plantée. Chargée de mettre au point les argumentaires pour contrer les autres candidats à la présidentielle, ce regroupement de caciques et d'étoiles filantes du parti présidentiel, autour de Brice Hortefeux et Jean-François Copé, a distribué les munitions aux tontons flingueurs sarkozystes pour allumer la prestation de dimanche de François Hollande au Bourget. Mais leur feu nourri dessine en creux un portrait peu flatteur de leur candidat de président sortant.

  • Sarkozy, l'ami de la finance

Avec "mon véritable adversaire n'a pas de nom… c'est le monde de la finance" prononcé par François Hollande, la cellule riposte croyait tenir là sa première critique qui fait mouche. Premier porte-flingue à dégainer à ce sujet, François Baroin assénait dès dimanche soir: "C'est aussi idiot que dire je suis contre la pluie, je suis contre le froid ou je suis contre le brouillard."

A entendre le ministre de l'Économie, il est interdit de critiquer les marchés financiers, encore plus de lutter contre eux. Patron de l'UMP, Jean-François Copé va plus loin: "Être l'adversaire de la finance dans un pays ouvert au monde, en 2012, c'est se tromper de registre." Nicolas Sarkozy, lui, ne se trompe sûrement pas de registre. Le probable et futur candidat UMP, champion des marchés? A entendre Copé et Baroin, c'est le cas.

Surtout pas!, tentait de corriger ce lundi matin sur France Inter Henri Guaino. Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a flairé l'argument de campagne vicié en pleine crise économique due à la crise des subprimes et autres produits spéculatifs pourris. Pour ce dernier donc, le "créneau" du contrôle de la finance "est occupé depuis longtemps par Nicolas Sarkozy, avec une énergie sans pareille. Est-ce qu'on a progressé ? Oui. Pas assez ? Certainement ! A qui doit-on les progrès qu'on a faits ? A Nicolas Sarkozy exclusivement. Il se bat avec une énergie féroce sur ces sujets-là". Tout cela est sûrement vrai. Mais ni Baroin ni Copé ont l'air d'être très au courant.

  • Sarkozy, candidat soupe à la grimace

Autre prise glissante saisie par la cellule riposte, les nombreuses promesses électorales de Hollande. "Hier, tout l'après-midi, on a entendu l'annonce qu'on aurait, avec François Hollande, Noël toute l'année. Sur tous les registres de la vie humaine, il nous fait le cadeau de Noël", se gaussait François Copé ce lundi matin, tenant là un bon mot.

Valérie Pécresse enchaîne. "François Hollande, c'est zéro économie et zéro réforme" assure-t-elle. Il est vrai que la ministre des Finances est bien placée pour faire le bilan de l'économie française, avec ses "1.700 milliards de dettes et une croissance flageolante". Mince, ne serait-ce pas là le bilan du quinquennat de son patron Nicolas Sarkozy?

Pécresse s'enfonce encore: "Et tout candidat (...) qui ne viendrait pas avec un plan d'économies et avec un plan de réformes qui nous permettent de dépenser mieux l'argent et d'augmenter la compétitivité de nos entreprises dans la concurrence mondiale, ne dit pas la vérité aux Français." Avec Nicolas Sarkozy, vous aurez donc des plans d'austérité à la pelle et encore plus de cadeaux fiscaux pour les entreprises. Citoyens, serrez-vous la ceinture!

  • Avec Sarkozy, noir c'est vraiment noir

Avec les parlementaires UMP, c'est chaque fois la même chose. Pour se faire bien voir de leur patron, ils dégainent leur petit communiqué assassin dès que l'argumentaire de la cellule riposte tombe. Certains ajoutent à l'art du fayot des traits d'esprit douteux. Dimanche, Christian Vanneste s'est senti poète: "Le pédalo du candidat socialiste a accosté l'île de ses rêves, où les méchants financiers sont terrassés, la vie des jeunes enchantée, les usines multipliées, les logements plus que doublés, et tout cela sans bourse délier. Laissez rêver le candidat, le réveil s'appelle compétitivité ! Sur son île, il l'avait oubliée !"

François Hollande vit donc dans ses rêves, "parce qu'il ne veut déplaire à personne, il a peur de froisser les uns et les autres", parce qu'il "refuse de dire la vérité", pense Xavier Bertrand, ministre du Travail. A contrario, son président est les deux pieds dans la réalité. Celle décrite précédemment, de l'austérité parce qu'on ne peut pas faire autrement face à des marchés qu'il faut bien combler. Pas grand-chose à voir avec le probable slogan de futur candidat de l'UMP qui clame "La France de l'espérance".

Sentant la sinistrose coller au costume de Sarkozy candidat, Bernard Debré s'est ressaisi. Sur RFI, le député a souhaité que Nicolas Sarkozy préconise du "rêve réalisable". Un joli oxymore qui ne veut rien dire. Là encore, il faudra mettre sa cellule de communication au courant.

  • A lire:

Meeting du Bourget: les mots et les engagements de François Hollande

L'UMP embarassée par l'offensive de l'Elysée

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>