Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Emplois fictifs: "Jacques Chirac a manqué à l'obligation de probité"

15 Décembre 2011, 22:39pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 15 Décembre 2011

 

Mots clés : jacques chirac, paris,
 

Jacques Chirac dans le métro parisien

 

 
 
Jacques Chirac, 79 ans, a été reconnu ce jeudi matin coupable notamment de "détournement de fonds publics" et "abus de confiance"et condamné à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris, remontant au début des années 1990, quand il était maire.
Les principaux attendus du jugement rendu par le tribunal correctionnel de Paris étant suffisamment éloquents, nous les publions ici.

"Les débats ont établi que Jacques Chirac a été l'initiateur et l'auteur principal des délits d'abus de confiance, détournement de fonds publics, ingérence et prise illégale d'interêts."

"Sa culpabilité résulte de pratiques pérennes et reitérées qui lui sont personnellement imputables et dont le développement a été grandement favorisé par une parfaite connaissance des rouages de la municipalité (...) En multipliant les connexions entre son parti et la municipalité parisienne, Jacques Chirac a su créer et entretenir entre la collectivité territoriale et l'organisation politique une confusion telle qu'elle a pu entraîner ses propres amis politiques."

1,4 millions d'euros engagés

"Le gain en résultant, nonobstant les économies des salaires payés par la mairie de Paris, a pu prendre la forme soit d'un renforcement des effectifs du parti politique dont il était le président, soit d'un soutien à la contribution intellectuelle pour l'élaboration du programme politique de ce parti. Par l'ensemble de ces agissements, Jacques Chirac a engagé les fonds de la Ville de Paris pour un montant total d'environ 1,4 million d'euros.

"L'ancienneté des faits, l'absence d'enrichissement personnel de Jacques Chirac, l'indemnisation de la Ville de Paris par l'UMP et Jacques Chirac, ce dernier à hauteur de 500.000 euros, l'âge et l'état de santé actuel de Jacques Chirac, dont la dégradation est avérée, ainsi que les éminentes responsabilités du chef de l'Etat exercées pendant les 12 années ayant suivi immédiatement la période de prévention, sont autant d'éléments qui doivent être pris en considération pour déterminer la sanction qu'il convient d'appliquer à son encontre."

"Au mépris de l'intérêt général des Parisiens"

"Ces éléments ne sauraient occulter le fait que par son action délibérée, en ayant recours au cours des cinq années à 19 emplois totalement ou partiellement fictifs, Jacques Chirac a manqué à l'obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur son confiés, cela au mépris de l'intérêt général des Parisiens. "Le recours à une peine d'emprisonnement avec sursis dont le quantum sera fixé à deux années apparaît tout à la fois adapté à la personnalité du prévenu ainsi qu'à la nature et à la gravité des faits qu'il a commis".

  • A lire:

Affaires: l'étonnante mémoire sélective de Jacques Chirac

Le Parquet absout Chirac

Voir les commentaires

« C dans l'air » du 13 décembre sur le communisme : Pierre Laurent écrit à Yves Calvi

15 Décembre 2011, 18:51pm

Publié par PCF Villepinte

p LaurentlMardi 13 décembre, France 5 diffusait un « C dans l'air » dont le thème était « le communisme 20 ans après ». Yves Calvi recevait à cette occasion, Stéphane Courtois et Alexandre Adler sur le plateau. Suite aux propos scandaleux tenus par certains sur le plateau, vous trouverez ci-dessous le courrier de Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, envoyé ce jour à Yves Calvi.
 

"Depuis maintenant des mois, la discrimination à l’égard du Parti communiste français dans les émissions politiques dont vous avez la charge, et plus globalement dans celles du groupe France Télévisions, est une constante. Toutes nos demandes pour qu’il y soit mis un terme sont - plus ou moins poliment - mais systématiquement écartées.

 

Mais cette fois, trop c’est trop. Le mardi 13 décembre, l’émission « C’est dans l’air » avait pour invité Stéphane Courtois, dont la seule fonction historique reconnue est l’anticommunisme professionnel. C’est votre choix éditorial, je n’ai pas à le contester. Toutefois, au cours de cette émission, cet invité, qui ne m’a jamais rencontré de sa vie, s’est livré à une violente attaque personnelle en déclarant je cite « Pierre Laurent (…) un fils d'apparatchik qui a mis les pieds dans les chaussons de son papa et qui prend la direction du parti, quelque part ça fait presque pitié». 

Cette pitoyable déclaration est restée sans réponse. Insultante et diffamatoire, elle ne mériterait de ma part que le mépris. Elle s’inscrit dans le registre des poncifs anticommunistes dont Monsieur Stéphane Courtois s’est fait une spécialité, en lieu et place de celle d’historien dont il s’affuble à propos du Parti communiste français.

Je ne peux me taire car cette déclaration intervient alors que la discrimination à notre égard est un scandale qui n’a que trop duré. Élu secrétaire national du PCF en juin 2010, je n’ai été invité à aucune émission politique importante dont vous avez la responsabilité, et quasiment aucune sur l’ensemble des  antennes de France Télévisions. Ce boycott est en contradiction avec toutes les règles déontologiques en matière de pluralisme du débat d’idées, et avec toutes les règles du CSA qui invitent à respecter l’ «équité» des temps de parole des formations politiques, singulièrement celles qui  disposent d’une représentation politique parlementaire.

Cette situation devient plus insupportable encore depuis que nous sommes entrés, de fait, dans la campagne présidentielle. Le Front de gauche, dont le Parti communiste français est totalement partie prenante, et son candidat Jean-Luc Mélenchon dont je préside le conseil national de campagne, y jouent un rôle de premier plan. Pourtant, la discrimination perdure. Elle devient même chaque jour plus flagrante au fur et à mesure que des candidats, subitement touchés du jour au lendemain par la grâce sondagière, occupent aussitôt le hit-parade des apparitions médiatiques.

L’argument selon lequel  je ne suis moi-même pas candidat ne résiste pas une seconde à l’examen.

 

Un, notre campagne et notre candidat sont loin de bénéficier de l’égalité de traitement qu’ils méritent. Le respect des règles du CSA nécessite bel et bien  l’augmentation globale du temps de parole du Front de gauche, donc tout à la fois celle de Jean-Luc Mélenchon et celles d’autres représentants nationaux du Front de gauche.    

Deux, le rôle politique et parlementaire joué par le Parti communiste dans cette campagne ne peut échapper qu’à ceux qui cherchent à nier la réalité.

Trois, ceux qui avancent cet argument à mon égard devront m’expliquer pourquoi il ne s’applique ni au secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, ni à la première secrétaire du PS Martine Aubry, ni à la première responsable d’Europe Ecologie Les Verts, Cécile Duflot, sans parler des dizaines de responsables d’autres formations politiques qui sont des invités permanents de vos émissions, sans que jamais un seul responsable communiste ne puisse y trouver place.

Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple récent sur lequel nous vous avons alerté avant l’émission, comment se fait-il qu’aucun parlementaire ou aucun maire de notre parti, très actif sur le droit de vote des étrangers depuis trois décennies, ne trouve place le lundi 12 décembre sur le plateau de « Mots croisés » quand Rama Yade, qui n’a plus aucun rôle politique, et l’improbable Arno Klarsfeld, sur ce sujet auquel il ne s’est jamais intéressé, y figurent en bonne place ?

Et pour n’en prendre qu’un seul autre un peu plus ancien, puisque l’histoire du PCF semble vous intéresser quand il s’agit d’inviter Stéphane Courtois, comment expliquer que le discours que j’ai prononcé devant plus de sept mille personnes le 23 octobre dernier dans la carrière de Châteaubriant aux côtés du secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, en hommage aux 27 résistants fusillés il y a soixante ans par les nazis, ait été totalement ignoré ? La mémoire de Guy Môquet et de ses camarades n’intéresse-t-elle que quand elle est instrumentalisée par un président de la République qui en trahit chaque jour les idéaux ?  

Aussi, je vous demande d'agir pour mettre un terme à cette mise à l’écart du PCF et de moi-même comme secrétaire national de ce parti dans vos émissions. Ainsi, sera défaite cette anomalie anti-démocratique qui, j’en suis sûr, suscite la réprobation de très nombreux journalistes de vos propres rédactions, que je sais attachés aux valeurs du pluralisme.

Si les propos insultants de Stéphane Courtois sur votre antenne ont été, vous l’aurez compris, la goutte d’eau qui fait déborder le vase, vous comprendrez que ma requête, au-delà de ce lamentable incident, est plus large. Elle n’a qu’un seul but : faire droit au respect du pluralisme sans lequel la démocratie n’est qu’une coquille vide."

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF,

Voir les commentaires

INVITATION

15 Décembre 2011, 12:21pm

Publié par PCF Villepinte

reuniondettepublique08112011-12-copie-1

Comment peut-on créer dans notre pays un élan assez puissant et citoyen pour apporter de vraies solutions aux problèmes économiques et sociaux?

 Pour des millions de gens, la question posée c’est : comment je tiens jusqu’à la semaine prochaine ? Parce que ma paye est insuffisante. Parce qu’il n’y a pas de prof pour mon gosse. Parce que je ne peux pas partir à la retraite. Parce qu’il n’y a pas de place en maison de santé...

 

« Ce qu’il faut affronter dans notre pays c’est le partage et faire partager de force les banquiers, les puissants, les importants qui créent un chaos indescriptible. Je propose à toute la gauche de défendre ensemble l’idée de taxer autant le capital que le travail. Maintenant il est temps de passer à l’étape suivante, place au peuple, prenez le pouvoir»

 

Jean-Luc Mélenchon Candidat commun du Front de Gauche

Nous vous invitons à venir débattre de ces questions, vendredi 16 décembre 2011, à partir de 19 heures, autour d’un apéritif convivial, au foyer des Anciens, avenue du Chevalier de la Barre.

Voir les commentaires

Rassemblement contre l'austérité

15 Décembre 2011, 10:59am

Publié par PCF Villepinte

Rassemblement contre l'austéritéhttp://www.pcf.fr/16253

Rassemblement contre l'austérité
Des milliers de manifestants dans la rue contre la super austérité

 

 

Plusieurs milliers de manifestants CGT, FSU, CFDT, Unsa et Solidaires ont quitté la place Saint-Augustin (siège de l'agence Moody's) à Paris en direction du pont de la Concorde où ils devaient rejoindre le rassemblement intersyndical contre l'austérité.

"Non à l'austérité: une seule règle d'or, augmenter les salaires et développer l'emploi", affirmait la banderole en tête du cortège, auquel participait le candidat Front de gauche à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon. Nadine Prigent, secrétaire confédéral CGT, a estimé devant la presse qu'il existait "un climat revendicatif qui peut-être ne se voit pas, mais existe". Sans faire de bilan de la journée d'action organisée dans tout le pays contre le plan d'austérité du gouvernement, elle a assuré qu'"il y avait beaucoup de luttes locales sur les salaires et les suppressions d'emploi". "Que les entreprises aillent bien ou pas, on continue les plans de suppressions d'emplois. La crise est un alibi", a-t-elle dénoncé.

Les principales déclarations des leaders syndicaux

  • Bernard Thibault (CGT): "Lundi 19 décembre, on fait le point sur la situation. Nous allons proposer que le prochain sommet convoqué par le président de la République soit une opportunité pour de nouveau organiser des mobilisations. Trop c'est trop, en France comme dans les autres pays européens. La mobilisation pourrait être plus importante, nous sommes les premiers à le reconnaître, mais je pense que nous sommes aussi dans une séquence où les salariés sont fatigués de protester et de ne pas être entendus. Beaucoup s'en remettent aux bulletins de vote au mois de mai. Ce n'est pas en abandonnant nos droits sociaux qu'on va trouver une solution à la crise."
  • François Chérèque (CFDT): "Notre rôle d'organisation syndicale est d'être présent pour dire au gouvernement qu'il doit trouver d'autres moyens pour gérer les dépenses publiques. Les cinq organisations syndicales ont fait des propositions communes: il faut supprimer les allègements de fiscalité sur les heures supplémentaires, le bouclier fiscal, la niche Coppé. Il faut créer une nouvelle tranche d'impôts, il faut utiliser ces moyens pour soutenir les salariés et développer le chômage partiel et les contrats aidés".
  • Bernadette Groison (FSU): On est là pour dire les plans d'austérité, ça suffit; ce ne peut pas être que les salariés qui paient les efforts à faire face à la crise. Les solutions portent sur la nécessité de trouver de nouvelles recettes: il faut oser parler fiscalité, il faut oser parler de l'impôt".
  • Jean Grosset (Unsa): "L'essentiel était de faire une journée de diffusion d'information auprès de milliers de salariés, d'indiquer notre désaccord et de rester mobilisés". Il a souhaité que l'intersyndicale définisse "des revendications communes" en vue du sommet social sur l'emploi voulu par le président Nicolas Sarkozy

Voir les commentaires

Libération de Salah Hamouri : « une formidable nouvelle »

15 Décembre 2011, 10:54am

Publié par PCF Villepinte

Libération de Salah Hamouri : « une formidable nouvelle »
Je viens d'apprendre que le jeune franco-palestinien Salah Hamouri, privé de liberté par les autorités israéliennes depuis près de 7 ans, devrait être libéré dimanche prochain. C'est une formidable nouvelle.

Je tiens à saluer le courage et l'action permanente des parents, ami-e-s et proches de Salah qui n'ont cessé d'agir pour sa libération ainsi que les organisations et associations qui se sont mobilisées pour cette cause juste.

Après l'entrée de la Palestine à l'UNESCO, l'annonce de la libération de Salah Hamouri est la deuxième très bonne nouvelle de la semaine.

Jugé par un tribunal militaire d’occupation, illégal au regard de l’ONU, et sans qu’aucune preuve ait été apportée quant à sa culpabilité, Salah Hamouri est incarcéré depuis le 13 mars 2005 en Israël.

Je me réjouis que des dispositions politiques et diplomatiques aient enfin été prises auprès des autorités israéliennes pour que Salah retrouve la liberté. Nous espérons cependant que cette libération soit accordée sans conditions permettant au jeune franco-palestinien de reprendre ses études et de vivre où il le souhaite, en France comme à Jérusalem.

Toutefois, pour les 6 000 prisonniers palestiniens encore détenus en Israël, le combat doit continuer pour la liberté.

La France et ses partenaires européens doivent reconnaître immédiatement l'État palestinien et s'engager avec détermination pour obtenir d'Israël la garantie d'une application des résolutions des Nations unies afin d'aboutir à un règlement politique pour une paix juste et durable.

 

 

Voir les commentaires

Témoignages: "L'austérité, c'est déjà du quotidien"

14 Décembre 2011, 19:30pm

Publié par PCF Villepinte

En marge de la manifestation intersyndicale du 13 décembre contre l'austérité, nous avons demandé à un cheminot, un professionnel de santé des hôpitaux de Paris, à une étudiante, un retraité et un ingénieur de EDF de nous décrire les conséquences dans leur vie de tous les jours des politiques de rigueur mises en place par le gouvernement.

Voir les commentaires

L'écrivain et dramaturge Roland Dubillard est décédé

14 Décembre 2011, 19:27pm

Publié par PCF Villepinte

Culture - le 14 Décembre 2011

 

 

 

"On ne se lassera pas de Dubillard" écrivait notre chroniqueur théatral Jean-Pierre Léonardini en 2004 à l'occasion d'un festival au théâtre du Rond-Point qui rendait hommage à Roland Dubillard. L'écrivain, dramaturge et comédien, auteur notamment des Diablogues, est décédé mercredi à l'âge de 88 ans.

Auteur d'une oeuvre empreinte de poésie absurde et d'humour noir, qui a parfois été rapprochée de celle de Beckett et de Ionesco, Roland Dubillard a surtout écrit pour le théâtre, des pièces comme Naïves hirondelles (1961), Le jardin aux betteraves (1969) ou Les diablogues (1975).

Venu au cinéma grâce notamment à Jean-Pierre Mocky, Roland Dubillard est apparu dans plusieurs films du cinéaste (Les compagnons de la marguerite, La grande lessive !, Le témoin). Il a tourné aussi avec Yannick Bellon (Quelque part quelqu'un), Alain Corneau (France, société anonyme), Patrice Leconte (Les vécés étaient fermés de l'intérieur), Andrzej Zulawski (L'amour braque) ou Serge Gainsbourg (Charlotte for ever).

Né le 2 décembre 1923 à Paris, il est aussi l'auteur de recueil de poèmes et de nouvelles. Malade depuis longtemps, Roland Dubillard avait été victime en 1987 d'un accident vasculaire qui l'avait condamné au fauteuil roulant.

"C'est un immense poète comique", a déclaré Jean-Michel Ribes, le directeur du théâtre du Rond-Point pour qui "ses pièces sont une réponse absolue à ces raisonnements qui font qu'on n'est plus que des machines à argent". "C'est quelqu'un dont on va probablement mesurer maintenant l'incroyable génie" et "dont l'univers, je l'espère, va continuer à nous apporter l'oxygène qui nous manque". "Un des grands auteurs de notre théâtre contemporain" pour le comédien André Dussolier.

 

A lire :
La chronique théâtrale de Jean-Pierre Léonardini (2004) : C'est la folie Dubillard

ou encore un extrait d'un entretien avec André Dussolier dans l'Humanité en 2001 :

Le spectacle Monstres sacrés, sacrés monstres est aussi l'un des textes de Roland Dubillard que vous interprétez...

"J'ai rencontré Dubillard très jeune, pour une pièce jouée seulement dix-neuf fois, Bain de vapeur. Une pièce pleine de qualités écrite pour Darry Cowl et d'autres acteurs de tous horizons. J'aimais beaucoup son humour mais, comme j'étais jeune comédien, je ne savais pas trop comment l'interpréter. Je pensais que Dubillard me le dirait - il en était l'auteur et le metteur en scène - eh bien non : il était le plus mal placé pour expliquer pourquoi il écrivait de la sorte. Je me suis débrouillé mais je rêvais de le servir au mieux et, depuis ce jour-là, je me suis dit que jamais je n'arriverai sur un plateau sans savoir jouer un rôle. Je n'ai eu qu'une envie : restituer Dubillard comme je l'imaginais, comme je le rêvais. Ses dialogues, que j'ai arrangés en monologue, sont des choses savoureuses. Certains sont poétiques, d'autres drôles. Dubillard est assez unique dans sa manière de raconter les choses. Il faudrait créer un spectacle juste avec ses textes, tellement il y a de la matière."

Voir les commentaires

Mélenchon – Lafontaine contre Merkel-Sarkozy

14 Décembre 2011, 19:21pm

Publié par PCF Villepinte

 

 

Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et l'Allemand Oskar Lafontaine (Die Linke) se sont rencontrés à Strasbourg ce mercredi pour proposer un autre visage du couple franco-allemand. Contre l’austérité et l'autoritarisme, ils appellent à la fraternité des peuples.

Les deux leaders de gauche d'un côté et de l'autre du Rhin ont montré une belle unité. Il faut dire que Oskar Lafontaine était présent lors de la fondation du Parti de gauche en novembre 2008, et que de son côté Jean-Luc Mélenchon a pour modèle le parti Die Linke. Cette rencontre avait un but fort : "dire qu'il existe en Europe autre chose que la voie de l'austérité Merkel-Sarkozy et autre chose que les ronds de jambes entre (le président du SPD) Sigmar Gabriel et François Hollande" a expliqué le candidat du Front de Gauche.

Pour M. Lafontaine qui défend "une gauche se battant pour l'Etat social", les relents de germanophobie en France "ne sont pas raisonnables" car "les peuples sont partout dans la même situation", "grands perdants" de "la dictature des marchés financiers". Pour l'ex-ministre des Finances allemand, il faut "se battre ensemble contre les nationalismes" et "développer l'Europe". Jean-Luc Mélenchon a de son côté dénoncé les "incitations au nationalisme" par "les slogans" du type "acheter et produire Français" car "la vraie question c'est comment on relocalise la production" notamment par la "planification écologique".

Le Front de gauche et Die Linke vont aussi créer un comité de liaison pour démontrer qu'il y a une alternative à gauche se fondant sur "le partage des richesses, la défense du droit à une retraite décente, la relance des services publics" ou "l'éradication de la précarité". Ils ont à l’occasion produit une déclaration commune, sous forme d’adresse aux salariés européens dans laquelle ils exigent "la convocation de référendum" sur le nouveau traité.

  • Les dirigeants actuels de l’Union Européenne nous mènent au désastre.

"Pendant des années, ils ont donné toujours plus de pouvoir à la finance. Le bilan est catastrophique. L’environnement est sacrifié. Le chômage explose. Les salariés sont pressurés et appauvris. L’économie réelle est prise en otage par les banques.

A présent, au nom de la crise qu’ils ont provoquée, les gouvernements européens veulent continuer et aggraver les politiques d’austérité. Sous la pression d’Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, ils ont décidé d’écrire un nouveau traité qui retirerait aux peuples européens le droit de décider librement de leur budget afin d’imposer partout la rigueur. Aucun d’eux n’a prévu de demander l’avis au peuple sur un texte aussi fondamental. C’est la fuite en avant dans l’Europe austéritaire. Parce que l’Europe ne peut se faire sans ni contre les peuples, nous exigeons la convocation de referendums sur ce traité dans nos pays." Lire la suite de la déclaration commune de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle de 2012, et d'Oskar Lafontaine, membre fondateur du parti Die Linke et ancien député du Bundestag.

Voir les commentaires

Le PCF soutient la grève unitaire dans l'éducation nationale, jeudi 15 décembre

14 Décembre 2011, 19:14pm

Publié par PCF Villepinte

 

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche, affirment leur entière solidarité à l’égard de l’intersyndicale, appelant l’Éducation nationale à la grève jeudi 15 décembre prochain.

L’Éducation nationale a perdu, en 10 ans, plus de 150.000 postes statutaires et les postes aux concours diminuent. C’est autant de millions économisés dans le cadre de la désastreuse RGPP (réduction générale des politiques publiques).

La question de l’école dans notre société est devenue un enjeu politique essentiel. Toutes les réformes et cures d’amaigrissement dont elle fait l’objet depuis une vingtaine d’années la conduise à être moins égalitaire, plus concurrentielle et plus sélective.

Mixité sociale, autonomie des établissements sont autant de grands travaux conduits par un gouvernement qui cherche à accélérer la casse de ce service public avant les élections. Le ministre Luc Chatel avait affirmé, en septembre, son mépris envers l’égalité républicaine de notre système scolaire. En cette fin d’année, par décret, il poursuit en prévoyant de donner plein pouvoir aux chefs d’établissements pour évaluer les enseignants, les personnels d’éducation et d’orientation.

 

Lire la suite


Voir les commentaires

La dette, c'est chouette !

13 Décembre 2011, 07:35am

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>