Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Jeudi dans l’Humanité : grand entretien avec Bernard Thibault

23 Novembre 2011, 18:47pm

Publié par PCF Villepinte

Médias - le 23 Novembre 2011
 

 

Jeudi 24 novembre dans l’Humanité, le secrétaire général de la CGT appelle les salariés à exercer leurs droits de citoyens et à être aussi les acteurs des mobilisations syndicales. Bernard Thibault y analyse la politique de la droite, la « mise en pièce de la sécurité sociale » comme « la dette qui sert d’alibi pour justifier les régressions ». Sont également évoqués le calendrier des mobilisations syndicales et la complexité à rassembler et à lutter dans cette période de crise.

L’Humanité de jeudi, c’est aussi le tout nouveau supplément polémique de 4 pages Cactus. Avec Robert Peugeot, qui se voit empereur de Chine, le billet des Pinçon-Charlot sur Louis Vuitton et des nouvelles rubriques comme le revers des médias, la foire aux mensonges ou encore des dessins d’actualité de Charb, Jul et Luz.

A lire aussi dans l’Humanité de jeudi :

  • Le décryptage de la guerre sociale que nous promet l’UMP pour 2012
  • Le point sur la situation critique de la Fonderie du Poitou Alu menacée de liquidation
  • Le scandale du manque de soins en prison
  • Le reportage de notre envoyé spécial en Egypte
  • Rencontre avec l’écrivain égyptien Alaa El Aswany
  • Un candidat à la présidentielle aux USA qui veut faire travailler les enfants dès 9 ans
  • Et comme chaque jeudi, "Libres échanges", la page réalisée par nos correspondants

Voir les commentaires

On va leur faire un dessin(Feuilleton marxien)

23 Novembre 2011, 18:42pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

Rassemblement contre l'austérité

22 Novembre 2011, 19:33pm

Publié par PCF Villepinte

Contre les politiques d’austérité.

Un front commun pour l’emploi, les salaires et les droits sociaux. RASSEMBLEMENT/MEETING

sam. 3 décembre à 14h30

Place de la Bourse à Paris - M° Bourse

Avec la participation de responsables du Front de gauche, de syndicalistes et associatifs

 

 

 
 

En France, l’annonce de nouvelles mesures d’austérité, quelques semaines seulement après le précédent plan de 11 milliards d’euros, montrent la détermination de la droite sarkozyste à faire payer la crise aux Françaises et aux Français pour satisfaire les intérêts des marchés financiers.

En Île-de-France, ce sont des milliers d’emplois qui sont menacés.

La précarité se renforce et la souffrance au travail est immense dans le secteur public comme dans le privé.

Nous exigeons le rejet de ces mesures.

Voir les commentaires

Candidats PS-EELV présents face aux sortants communistes : « Une faute politique ! »

22 Novembre 2011, 19:29pm

Publié par PCF Villepinte

Candidats PS-EELV présents face aux sortants communistes : « Une faute politique ! »
Alors que Martine Aubry a déclaré, lors de sa conférence de presse de présentation de l'accord législatif EELV-PS, qu'aucun candidat commun de ces deux formations ne serait présenté contre les sortants communistes, le détail de cet accord indique qu'il n'en serait pas ainsi dans la circonscription où est élu François Asensi en Seine-Saint-Denis.  

Comme l'a déclaré le porte parole des députés communistes à l'Assemblée nationale, Roland Muzeau, le PCF ne saurait accepter d'exception à la règle, ni celle-ci, ni aucune autre concernant tout autre député(e) sortant(e) présent(e) par le Front de gauche.

Ce choix est pour nous inacceptable ! C'est une faute politique car c'est contre la droite qu'il faut gagner des sièges. Or, malgré les leçons des élections cantonales dans lesquelles les électeurs ont rejeté ces pratiques, EELV continue ainsi avec l'appui du PS de chercher a gagner des sièges au détriment du Front de gauche.

Le PCF ne se résignera pas a cette situation. Il fera tout pour permettre le rassemblement autour de la candidature de François Asensi et sa réélection dans un groupe du Front de gauche, renforcé, au sein de la nouvelle majorité politique à laquelle nous travaillons.

 

Voir les commentaires

Élections / Espagne : Pierre Laurent salue le score d'Izquierda Unida

21 Novembre 2011, 19:47pm

Publié par PCF Villepinte

 
Élections / Espagne : Pierre Laurent salue le score d'Izquierda Unida

La victoire de la droite espagnole qui a remporté une majorité absolue historique au Parlement, est une mauvaise nouvelle pour l'Espagne et pour l'Europe.

Mariano Rojoy, leader du Parti populaire et prochain Premier ministre, parle de « faire la guerre à la crise ». En réalité, les classes populaires, les jeunes abandonnés par le PSOE qui obtient son plus mauvais score depuis le retour de la démocratie, vont être les victimes de cette politique. Voilà le résultat quand la gauche n'est plus la gauche. Quand elle mène des politiques de casse sociale et de soumission aux marchés financiers. Quand elle s'aligne sur Merkel et Sarkozy.

Si ces résultats sont évidemment très inquiétants, je tiens à féliciter le Parti communiste d'Espagne, Izquierda Unida et EUIA (Gauche unie et alternative de Catalogne) pour leur très bon score.

Une augmentation de 700 000 voix et de 9 députés par rapport à 2008, c'est une magnifique progression lorsque l'on connaît le poids du bipartisme et la règle électorale injuste qui perdurent en Espagne. Le rôle d' Izquierda Unida auprès des populations et leurs combats sont reconnus. Leur dialogue avec le mouvement des indignés et au côté des luttes pour l'Education dans les dernières semaines, a, je crois, porté ses fruits.

Pour tous les partenaires européens du PGE, pour les européens qui luttent, pour les grecs et les français qui, en 2012, vont eux aussi être confrontés à d'importantes échéances électorales, la progression d'une gauche unie autour de propositions de transformation en Espagne est un formidable espoir.

Face à la droite, je suis convaincu qu'avec ses 11 députés, la Gauche unie jouera un rôle important dans les mois à venir, pour aider les citoyens dans la confrontation avec les marchés financiers, avec ses positions clairement contre l'austérité et pour un modèle de développement alternatif.

le 21 novembre 2011

Voir les commentaires

Assemblée citoyenne du Front de Gauche Sevran, Tremblay,Villepinte

21 Novembre 2011, 19:37pm

Publié par PCF Villepinte

DEBAT PUBLIC SUR LA DETTE, à TREMBLAY en  France

Voir les commentaires

Un nouveau souffle pour l'Humanité

20 Novembre 2011, 19:49pm

Publié par PCF Villepinte

Un nouveau souffle pour l'Humanité

Le jeudi 24 novembre, tous à vos kiosques! L'Humanité fait peau neuve.

Avec chaque jeudi, Cactus, notre supplément polémique. Chroniques, dessins, prises de bec... sans un gramme de pensée unique.

Jusqu'en juin 2012: Portraits de la France populaire: nos enquêtes au plus près des Français.

Et bien d'autres choses. A suivre...

Voir les commentaires

Rendez-nous Berlusconi !

20 Novembre 2011, 19:44pm

Publié par PCF Villepinte

Rendez-nous Berlusconi !

Il a foutu en l’air le droit italien du travail, Berlusconi, et tout le monde a dit Amen ! Il a achevé de mettre par terre l’hôpital public italien, Berlusconi, et il a été réélu ! Il a gavé les riches, pillé les pauvres, moqué la justice, privatisé les services publics, étalé sa pas-bien-jeune-lubricité sous les projecteurs, et il est resté aux manettes. Puis tout à coup, à l’automne 2011, au crépuscule de sa vie politique, alors qu’il voguait peinard vers sa prochaine réélection et que l’opposition italienne avait perdu tout espoir, le Cavaliere a enfin dérapé pour de bon.

A son âge, avec son expérience des palais et sa maîtrise du bunga-bunga, il a eu comme un caprice d’enfant, un envoûtement, une loufoquerie. Il a déclaré, lui qui s’y connaît en entourloupes, que la « monnaie unique », l’Euro, avait appauvri les Italiens ! Il a laissé comprendre que toutes ces mesures d’austérité, il voulait bien faire semblant, mais c’était quand même de la connerie pure en climat de récession et de grogne sociale, et qu’il fallait donc pas trop y compter… Et là, ça n’a pas pardonné. Le patronat et les banques ont sifflé la fin de la recréation.

Ce n’est pas « il Cavaliere » qui a été abattu, c’est « Che Berlusca », comme l’appellent maintenant les copains de Bologne pince-sans-rire. Et oui, Berlusconi a perdu la majorité à la Chambre des députés car les éléments les plus ultra-libéraux de son propre parti (8 députés en pratique) ont obéi au patronat et aux banques qui leur demandaient de lâcher le dangereux bolchévique ! C’est « Berlusconi le gauchiste » qui a été mis en minorité…

Bilan des courses. Papandréou est tombé en Grèce pour avoir proposé un référendum. A la gueule des électeurs, la Grèce est maintenant gouvernée par Papadimos, un ancien de la Banque Goldman Sachs soutenu par une coalition qui va de l’extrême-droite aux socialos. Berlusconi est tombé pour avoir songé, une fois dans sa vie, à l’intérêt du pays en retardant les mesures d’austérité, et l’Italie est maintenant sous les fers d’un autre ancien de Goldman Sachs, Mario Monti. La Banque centrale européenne, elle, est « gouvernée » par Mario Draghi, ancien de Goldman Sachs…

Voyons voir : les banques, Goldman Sachs la première, mettent le feu à la planète en provoquant la crise financière. Les Etats, au lieu de les laisser crever, sauvent les banques et foutent en l’air les finances publiques avec leurs plans d’aide. Les banques reprochent aux Etats leur endettement (qu’elles ont causé), et mettent leurs pions, pour faire leur politique, à la tête des Etats. En somme, on choisit l’incendiaire pour éteindre le feu…

Les masques sont tombés. Ce qu’on appelle la « démocratie », c’est le pouvoir des banques et des patrons au-dessus de la volonté des peuples. Ce qu’on nomme « rigueur » et « austérité », c’est enlever aux pauvres pour alimenter les riches. Ce qu’on désigne par débat public, c’est « cause toujours, c’est le pognon qui commande ». Combien de temps allons-nous laisser ces pyromanes faire joujou avec des lance-flammes ?

 

Glop Lerouge

Secrétaire de Section

 
 

Voir les commentaires

Alberto Garzon « C’est la dictature des marchés »

20 Novembre 2011, 08:02am

Publié par PCF Villepinte

Monde - le 18 Novembre 2011

Espagne

 

 

 

Alberto Garzon est candidat d’Izquierda Unida à Malaga. économiste de vingt-six ans il est l’une des figures du mouvement des Indignés.

Cible des marchés financiers, l’Espagne échappera-t-elle 
à une intervention économique étrangère ?

Alberto Garzon. Techniquement, on peut dire qu’elle est déjà l’objet d’un «sauvetage». La Banque centrale européenne (BCE) est en train d’acheter de la dette et, de ce fait, impose des mesures comme l’introduction de la «règle d’or» pour garantir le remboursement de la dette publique. Cela peut encore empirer si l’on persiste à appliquer la politique d’austérité recommandée par l’UE et contenue dans les programmes du Parti populaire (PP) et du Parti socialiste (PSOE). À l’inverse, nous pensons qu’il faut restructurer le système économique, en nationalisant, par exemple, des banques et les entreprises de service public. Il faut également une réforme fiscale qui impose davantage d’impôts à ceux qui ont le plus de revenus.

Les Espagnols votent 
donc sous pression ?

Alberto Garzon. Oui. Les États ont abandonné leur souveraineté aux marchés qui ont désormais le pouvoir de renverser des gouvernements démocratiques. On leur a permis de développer des opérations spéculatives tout en privatisant les entreprises. Or, un État n’est rien sans entreprises publiques, et sans banque publique. Le paradoxe est que personne ne vote pour les marchés. La situation révèle l’essence d’un système politique occulté, c’est celui d’une dictature des marchés.

Il existe de fortes mobilisations contre l’austérité. Comment expliquez-vous la victoire annoncée de la droite alors qu’elle a fait de la rigueur 
son étendard ?

Alberto Garzon. La société a été dés-idéologisée. Le mouvement des Indignés, les luttes pour la défense de la santé et de l’éducation publiques sont importantes mais pas représentatives de la globalité de la population. Celle-ci a une grille de lecture plus «simpliste» à travers le prisme du bipartisme. Autre facteur, les gens, souvent de gauche, sont désenchantés du vote en soi. Mais il convient de rappeler que lors des municipales de mai, si la droite a gagné 400 000 votes, Izquierda Unida en a gagné 200 000.

Vous êtes une figure des Indignés 
à Malaga. Quel est le devenir de ce mouvement ?

Alberto Garzon. Ce mouvement a mûri : du vote blanc ou nul, il demande aujourd’hui le vote pour un troisième parti, afin d’en finir avec le bipartisme. Les assemblées se sont décentralisées vers les quartiers, là où le mouvement peut tisser des réseaux sociaux. La caractéristique du mouvement du 15 mai est de repolitiser la société, même s’il souffre encore d’un manque de représentants et de ligne stratégique.

Comment appréciez-vous la remontée électorale annoncée d’IU ?

Alberto Garzon. C’est une bonne nouvelle ! Mais n’oublions pas que la loi électorale est viciée. Une variation de 1% peut nous faire passer de 6 à 14 députés, ou l’inverse, en raison du montage des circonscriptions. Les remontées électorales sont un aboutissement de trajectoires de fond. Cela fait longtemps qu’IU tisse des réseaux avec des syndicalistes, des mouvements sociaux. Nous allons vivre des moments très durs, avec des explosions sociales. La tâche d’un parti de gauche est de canaliser tout cela, en pointant les responsables mais également les solutions. Et cela ne peut se faire exclusivement depuis les institutions.

À lire :

--> Défaite annoncée pour le PS espagnol

--> Izquierda Unida en « rebelle » anticrise

--> Les acteurs de l’école publique sont verts de rage

--> Javier Lopez : « Il faut taxer plus les groupes et le patrimoine»

 

 

Entretien réalisé par C. Ce.

Voir les commentaires

Service public SNCF

20 Novembre 2011, 07:52am

Publié par PCF Villepinte

manif-retraites.jpg

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>