Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Jean-Louis Borloo s’efface devant Nicolas Sarkozy pour la présidentielle

2 Octobre 2011, 20:58pm

Publié par PCF Villepinte

Jean-Louis Borloo Monde - le 2 Octobre 2011 Mots clés : UMP, TF1, primaire, nicolas sarkozy, jean-louis borloo, hervé morin, François Bayrou, france, Europe, Droite, centres,

L’ancien ministre centriste De Nicolas Sarkozy, président du Parti radical et leader de l'Alliance des centres, Jean-Louis Borloo a déclaré dimanche qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle de 2012 en France. "Cette dynamique des centres n'est pas à mon avis suffisante pour porter une candidature, non pas de témoignage […] mais pour être pour être présent au second tour de la présidentielle", a déclaré le président du Parti radical dans le journal de 20 heures sur TF1. Jean-Louis Borloo, a annoncé dimanche sur TF1 qu'il ne serait pas candidat à la présidentielle, expliquant que sa candidature "apporterait plus de confusion". Il a affirmé qu'il voulait s'exprimer devant les Français "sans fioritures et le cœur complètement ouvert". Il a expliqué que depuis son départ du gouvernement en novembre dernier, il s'était mis "à travailler", "à bâtir un projet pour les différentes échéances présidentielle et législatives". "Mon projet est prêt, je m'y suis préparé méthodiquement pendant 9 mois", a poursuivi le président du parti radical, mais, a-t-il expliqué, "la vérité c'est que les centres n'ont jamais été aussi éclatés, en compétition même entre eux. Je veux d'ailleurs bien en prendre ma part de responsabilité". "Nous sommes dans une crise économique et sociale d'une extrême gravité. Dans ces périodes-là, la perte de repères, la peur, le désarroi amènent vers les extrêmes, où que cela soit en France ou en Europe. Et puis, le climat délétère, le climat des affaires, très franchement me paraît accentuer ce risque", a-t-il poursuivi. L'ex numéro deux du gouvernement a fait valoir qu'en "(son) âme et conscience (...) il a considéré que ce serait une candidature qui apporterait probablement plus de la confusion que des solutions". "C'est plus facile d'être candidat, de venir sur les plateaux, d'être au milieu du jeu. Je crois que c'est plus responsable de prendre la position que je prends", a-t-il ajouté en promettant qu'il serait "présent aux prochaines échéances" et "défendrait la création de cet univers centriste pour les échéances à venir ». Jean-Louis Borloo est la première victime de la primaire non annoncée de la droite pour les élections présidentielles. Le suspense sur sa candidature durait depuis plusieurs mois. Ministre sans interruption de 2002 à 2010, il avait quitté le gouvernement à l'automne dernier. Sa formation politique était une composante de l’UMP qui s’en est séparée après sa démission. En fait, l’UMP a coupé les vivres à sa formation, ce qui peut être considéré comme un moyen de pression pour le faire renoncer à se présenter aux élections présidentielles, éventuellement assorti de promesses pour les élections législatives. Cet objectif atteint, François Bayrou et son ancien adjudant- ami Hervé Morin, président du Nouveau Centre, restent dans le viseur de l’Elysée. Hervé Morin sera probablement le prochain à rendre les armes. Nicolas Sarkozy est bien en route pour les élections présientielles. A. S.

 

Voir les commentaires

Karachi Gate : Takieddine dénonce Guéant et menace Sarkozy

1 Octobre 2011, 22:33pm

Publié par PCF Villepinte

 

Ziad Takieddine, l’homme de l’ombre et  des secrets prend la parole dans une interview à Libération ce samedi, et évoque ses liens avec Claude Guéant et Nicolas Sarkozy.

Suite à  sa mise en examen pour son implication présumée dans une affaire de corruption lors de la présidentielle de 1995, Ziad Takieddine affiche clairement ses liens avec Nicolas Sarkozy et Claude Guéant dans une nouvelle interview que publie Libération. Il s’adresse à Claude Guéant :

« J'ai envie de lui dire : “Monsieur Guéant, vous me connaissez plus que d'autres.” »

Il précise même : « Chacune de mes interventions correspondait à une mission officielle. Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République, relayée par Claude Guéant. », il ajoute qu’il « exige des excuses ».

Ziad Takieddine se retrouve au cœur de trois scandales de vente d’armes, au Pakistan (affaire Karachi) et à l’Arabie Saoudite, mais il ne manque pas de souligner le rôle de commanditaire de Nicolas Sarkozy dans la réalisation finale des trois contrats. La justice soupçonne le financement occulte de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Campagne qui n’avait pas abouti et dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

Ainsi cet intermédiaire des grands contrats interpelle directement Nicolas Sarkozy pour lui demander de se «débarrasser d’une équipe qui peut lui nuire» et ajoute : « Je suis allé voir Kadhafi en Libye ou Assad en Syrie uniquement sur autorisation et demande expresse de la part du président de la République. »

Le juge Renaud Van Ruymbeke enquête sur la possibilité que Ziad Takieddine ait organisé le retour en France d'une partie des commissions versées aux intermédiaires pour les hommes politiques de la droite. C’est une boite de Pandore pour la droite qui est ouverte par les lettres anonymes, après l’affaire Clearstream qui menaçait Nicolas Sarkozy avant son investiture puis s’est transformé en un procès contre  Dominique De Villepin son malheureux rival du moment.

A.S.

Voir les commentaires

Après le plateau, la Gauche unie vise le perchoir, et le palais

1 Octobre 2011, 22:30pm

Publié par PCF Villepinte

Politique - le 1 Octobre 2011

 

 

Jean-Pierre Bel, a été élu dès le premier tour de scrutin président du Sénat (par 179 voix) ce samedi après-midi. Il devance Gérard Larcher (134 voix) et Valérie Letard (29 voix), et devient le premier président socialiste de la haute assemblée sous la Ve république, le deuxième personnage de la République.

La gauche unie a réalisé avec succès  la première alternance nationale depuis le départ de Lionel Jospin et se prépare pour les élections présidentielles et législatives de 2012.

Jean-Pierre Bel, sénateur ariégeois de 59 ans, a fait irruption sur le devant de la scène politique avec le basculement inédit à gauche de la deuxième chambre du Parlement, lors du renouvellement sénatorial de dimanche dernier. Président du groupe socialiste du Sénat depuis 2004, il a affronté en tant que candidat unique de la nouvelle majorité PS – PC – PRG - Verts, le président sortant UMP, Gérard Larcher, et l'ancienne secrétaire d'Etat de François Fillon, Valérie Létard, concourant sous la bannière centriste.

Le nouveau sénateur EELV, Jean-Vincent Placé, ainsi que neuf autres sénateurs Europe écologie-Les Verts ont voté pour le candidat socialiste, Jean-Pierre Bel. Jean-Vincent Placé a indiqué avoir reçu des "engagements forts" de Jean-Pierre Bel en matière d'environnement avec notamment la création d'une nouvelle commission permanente du Sénat chargée du développement durable.

L'élection au "plateau", nom de la vaste estrade située au cœur de l'hémicycle du Palais du Luxembourg d'où le numéro un du Sénat préside les séances, a lieu par vote individuel et secret des sénateurs en séance publique.

A 15h00 la séance est ouverte avec l'allocution du doyen, Paul Vergès, 86 ans, président du Parti communiste réunionnais : "Nous voyons se dessiner l'espoir d'un Sénat à l'avant-garde des changements attendus".

Pour les opérations de vote qui ont  débuté vers 15h30, M. Vergès était assisté par le "bureau d'âge" composé des benjamins et largement dominé par la gauche. La plus jeune de ces benjamins est la sénatrice communiste de Loire Cécile Cukierman, âgée de 35 ans, record de jeunesse et de fraicheur pour le Sénat.

Les sénateurs, appelés nominalement, sont allés dans la salle des conférences choisir leur bulletin dans un isoloir puis sont revenus dans l'hémicycle pour voter. Dès l'annonce du résultat du vote par Paul Vergès, les sénateurs de la nouvelle majorité de gauche se sont levés pour applaudir, mais les rangs de la droite ont également applaudi.

Jean-Pierre Bel a ensuite prononcé un discours : "Je ne serai jamais là pour servir un clan et une clientèle (...) Le Sénat doit prendre sa part à la longue marche vers le progrès social et la mutation écologique", a-t-il dit en promettant de lutter contre les discriminations.

Il a, par ailleurs, annoncé la constitution d'un groupe de travail chargé de proposer à bref délai une réforme du Sénat lui-même. "Nous devons changer l'image de notre assemblée, qui doit aller vers plus de transparence et de modestie (...) Elle doit aller vers une révolution démocratique"

Durant la conférence de presse, il s'est déclaré favorable à l'abaissement du seuil de constitution des groupes de 15 à 10 sénateurs, comme le revendiquent les 10 sénateurs EELV. Cela pourrait permettre au RDSE (à majorité PRG) qui compte 16 membres de survivre au départ de ses trois sénateurs de droite dont Jean-Marie Bockel (GM).

La première tâche du nouveau président sera de s'atteler à la nouvelle gouvernance du Sénat, un chantier peu aisé vu l'étroitesse de sa majorité, 179 élus, soit deux de plus que la majorité absolue. Aucun groupe politique ne détenant la majorité à lui seul, le groupe socialiste sera dans l’obligation de prendre en compte les positions des trois autres groupes qui composent la majorité de gauche.

A lire:

Voir les commentaires

Stade de 82000 places à Sevran : un projet funeste et inapproprié

1 Octobre 2011, 13:10pm

Publié par PCF Villepinte

Voir les commentaires

« L’urgence d’un autre partage des richesses »

1 Octobre 2011, 08:20am

Publié par PCF Villepinte


Publié le mercredi 28 septembre 2011
Journée d’action du 11 octobre


 

manif 19 oct 2010 019Au lendemain de l’appel de cinq syndicats à une journée d’action nationale le 11 octobre (lire le communiqué), contre les mesures d’austérité du plan Fillon, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, revient, dans une interview donnée à la Nouvelle Vie Ouvrière, sur les causes réelles des déficits et de la crise et les réponses à faire partager dans la mobilisation (lire l’interview).

 
Une mobilisation pour d’autres choix est une nécessité !

Il faut en finir avec la dictature des marchés financiers et les choix politiques d’austérité qui en découlent donnant encore et toujours plus de gages aux marchés financiers et aux agences de notations.

En Europe, plongée dans la pire des situations avec 23 millions de chômeurs, particulièrement les jeunes, l’unique réponse des dirigeants politiques est l’austérité : pression sur les salaires, réduction des services publics, de la protection sociale, des pensions, durcissement des conditions de travail et de vie.

Face aux plans d’austérité, la règle d’or pour les salariés, c’est la mobilisation :

  • Pologne : euro manifestation le 17 septembre ;
  • Italie : appel à une grève générale le 6 septembre par la
  • CGIL contre la casse du Code du travail ;
  • Espagne : journée de mobilisation à l’appel des Commissions Ouvrières et de l’Union Générale des Travailleurs ;
  • Portugal : journée de mobilisation le 1er octobre.

D’autres mobilisations sont à l’ordre du jour en Roumanie, Hongrie, Slovaquie, Grèce, Belgique et Grande-Bretagne.

En France, le plan Fillon pour réduire le déficit de la France est injuste, inéquitable et inacceptable et pénaliserait une fois de plus les salariés, contrairement aux annonces médiatiques du gouvernement sur la contribution des plus fortunés.

Mesures Fillon Hauts revenus Salariés et Retraités
Hausse de la CSG
(prélevée sur 98 % du salaire et non plus 97 %)
  600 Millions €
Taxe sur complémentaire santé dont mutuelle   1 200 Millions €
Taxe sur tabac, alcool, autres boissons   1 200 Millions €
Contribution exceptionnelle (donc ponctuelle)
sur les hauts revenus
200 Millions €  
Total 200 Millions € 3000 Millions €  

Alors que, d’après les Comptes de la Nation, le pouvoir d’achat des ménages baisse entre 2007 et 2010, les dividendes versés aux actionnaires explosent et les cadeaux faits aux plus riches et aux entreprises continuent.

La CGT pose la nécessité de la mobilisation sous les modalités à décider ensemble (rassemblements, manifestations, grèves) pour des mesures immédiates et s’inscrivant dans un processus d’action porteur d’alternatives aux choix actuels.


Voir aussi :
- "Les 10 exigences de la CGT pour sortir de la crise"
- Nadine Prigent, secrétaire de la CGT, donne la tonalité et l’état d’esprit de la réunion intersyndicale du 1er septembre

Voir les commentaires

Lafarge : le site de Frangey sauvé

1 Octobre 2011, 08:17am

Publié par PCF Villepinte

Vue du siège de Lafarge à Saint-Cloud où des employés étaient en grève de la faim, le 26 septembre 2011

Social-Eco - le 30 Septembre 2011

Mots clés : yonne, lafarge, CGT, CFDT,
 

 

Les salariés ont cessé leur  grève de la faim. La cimenterie de l'Yonne est maintenue en attendant un éventuel repreneur.

« Jamais une tartine de beurre n’avait été aussi bonne », s’est amusé ce matin l’un des douze grévistes de la faim de Lafarge, dont « l’organisme commençait à être mis à rude épreuve » après 10 jours sans rien avaler. Hier, après un comité exceptionnel d’entreprise, la direction est finalement revenue sur sa décision. « La direction s'est engagée en CCE à maintenir une activité sur le site de Frangey pour 35 personnes, le temps de retrouver un repreneur », a confirmé Sylvain Moreno, de la CGT. L'usine emploie 74 personnes. Cinq autres salariés partiront en retraite, et la direction du groupe s'est engagée à reclasser les 34 autres sur d'autres sites, avec de « grosses mesures d'accompagnement », a indiqué par ailleurs un autre responsable syndical, Laurent Carrilero (CFDT). De son côté la direction confirme que « l'arrêt du four de Frangey au 31 mars 2012 » sera suivi  d’une  «  transformation du site en station de broyage qui restera en fonctionnement le temps nécessaire à la mise en œuvre d'une véritable reconversion industrielle du site ».  Le maire de la commune de Frangey, Jean-Claude Galaud, 61 ans, a également mis un terme à la grève de la faim.

Clotilde Mathieu

Voir les commentaires

Lisez gratuitement ce numéro de l’Humanité Dimanche en numérique !

1 Octobre 2011, 08:12am

Publié par PCF Villepinte

Médias - le 30 Septembre 2011

 

Mots clés : L'Humanité numérique, L'Humanité Dimanche,

L'Humanité Dimanche vous offre gratuitement ce numéro en format numérique.

 

 

 Pour chaque abonnement à l'un de nos journaux réalisé sur notre site (version "papier"), l'abonnement à sa version numérique est offert. En attendant, vous pouvez consulter certains numéros  ici.

Pour le lire, cliquez sur la  Une.

Pour lire les autres titres, cliquez ici

Abonnez-vous en ligne à l'un de nos titres en cliquant ici :


Pour le lire, cliquez sur la Une ci-dessous.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8