Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur le blog des communistes de Villepinte

Samedi 15 octobre : grand rassemblement international des indignés

15 Octobre 2011, 07:42am

Publié par PCF Villepinte

Société - le 14 Octobre 2011

 

Mots clés : manifestations, Indignés,

 

 

Dans 950 villes de 82 pays, les indignés du monde entiers sont invités ce samedi à descendre dans la rue, à occuper les places, pour réclamer plus de démocratie et mettre fin à la dictature de la finance.

Le mouvement est devenu planétaire. Il grandit aux Etats-Unis, autour d’Occupy Wall Street, et des Indignados espagnols de la première heure, partis pour une longue marche de protestation, arrivent à Bruxelles pour porter leur voix au Parlement Européen.

« Unis d’une seule voix, nous allons faire savoir aux politiciens, et aux élites financières qu’ils servent, que c’est à nous, le peuple, de décider de notre avenir. Nous ne sommes pas des marchandises entre leurs mains, ni entre celles des banquiers, qui ne nous représentent pas. »

Voici les lieux de rassemblements en France  de ce samedi 15 octobre :

  • Aix-en-Provence  

11h00 : rencontre avec les gens du quartier sur le marché du Jas de Bouffan

13h30 : pique-nique partagé au bas du cours Mirabeau

15h00 : dessert et animations aux allées provençales.

17h00 : assemblée citoyenne au bas du cours Mirabeau,

  • Ales : Alès, place du Cratère 14h-17h
  • Angers : 14 h, Place du ralliement
  • Amiens 15h Place Gambetta
  • bayonne, 14h place de la liberté (devant la mairie)
  • Bordeaux : Départ 14h Place Pey-Berland (mairie de Bordeaux) Parcours : rue des Frères Bonie, Cours d’Albret, place Gambetta, Clémenceau, allées de Tourny, Grand théâtre, rue Esprit des lois, miroir d’eau sur les quais, Alsace Lorraine, Pey Berland. Plusieurs interventions, prises de paroles et animations sont prévues tout au long du parcours, ainsi que 5 mn de vacarme ! (Apportez des casseroles, crécelles, tambours, etc.) Prévoyez votre pique-nique.
  • Caen : 18h face à la préfecture
  • Chalon-sur-Saône  A partir de 15 h00 Place de Beaune déambulation festive, assemblée populaire, concerts.
  • Clermont-Ferrand : 15h Place de Jaude
  • Dax : à partir de 9h30 au marché couvert, rue d'Aulan
  • Genève : 13:30 - 21:00 devant le Palais des Nations
  • Grenoble : Place Victor Hugo à 14h
  • Limoges : 14 Heures place de la motte
  • Lyon : 14h, place Bellecour (Apportez tout ce que vous jugerez utile à votre confort et au confort collectif (pique-nique, tentes, instruments de musique, banderoles...)
  • Marseille :

13H00 place Général de Gaulle Pique-nique de partage, puis ateliers, débats et rencontres.

16H00 départ pour le Cours Julien afin d'y tenir l'assemblée populaire marseillaise du 15 octobre

  • Montpellier : sur l’Esplanade  à 14h
  • Nantes : 14h00 place royal (place du peuple)
  • Narbonne : 9h30 déambulation, et à 14h un rassemblement est prévu à Port la Nouvelle
  • Nice 13H30 place Massena Pique-nique de partage, puis ateliers, débats et rencontres
  • Nimes à 15 h devant la maison carrée
  • Orléans : 15h place Louis Roguet (rue de Bourgogne)
  • Paris : Rendez-vous à 14h pour des assemblées populaires locales devant les gares de Lyon, de Châtelet, Austerlitz, du Nord, de Saint-Lazare, et dans d'autres lieux (Belleville...)
    17h à l'Hôtel de Ville pour une AG connectée aux AG de Barcelone, New York, Madrid, Bruxelles etc.
  • Pau : départ de la Place Clemenceau à 11H, jusqu’à la MJC Berlioz, Construction de la tente des indignés
  • Perpignan 11 H place de la Victoire (Castillet)
  • Pezenas Rassemblement à 9h30 sur la place du marché
  • Poitiers Rassemblement à 14h30, Place d'Armes
  • Rennes : 12h au mail François Mitterrand
  • Saint Etienne : la place de l’Hôtel de Ville
  • Strasbourg : place Kléber de 14 à 17h
  • Tarbes : 10h30 derrière le tribunal
  • Tour : 12h,  place de la victoire
  • Toulouse : Place Arnaud Bernard à 14h
  • Valence : 10h: Rassemblement une banque à Valence (sur boulevard, statue qui lit)

Pour en savoir plus : le site évènement du 15 octobre
Lire aussi : Etats-Unis : « Indignés » et syndicats se rassemblent
Occupy Wall Street : les journalistes aussi se prennent des coups !

Voir les commentaires

Programme populaire partagé

14 Octobre 2011, 16:41pm

Publié par PCF Villepinte

  Téléchargez le programme

Programme populaire partagé

 

 

Partager les richesses et abolir l’insécurité sociale

Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers

La planification écologique

Produire autrement

La République pour de vrai

Convoquer l'assemblée constituante de la VIe République

S'affranchir du traité de Lisbonne et construire une autre Europe

La France pour changer le cours de la mondialisation

L’émancipation humaine en tête

     

     

    Voir les commentaires

    Occuper Wall Street

    14 Octobre 2011, 11:39am

    Publié par PCF Villepinte

    Photo de _PaulS_

    13 octobre 2011

     

    Le Monde diplomatique

    La valise diplomatique

    « Ils n'étaient que quelques-uns.

    Ils furent foule soudain.

    Ceci est de tous les temps. »

    Alors que des dizaines de milliers d'Américains manifestent leur exaspération et leur colère, nul ne sait encore si « Occuper Wall Street » constitue un moment de la politique américaine ou la promesse d'un mouvement qui la transformera.

    Le rapprochement avec le Tea Party n'est pas absurde, même si les deux démarches semblent s'opposer : « Occuper Wall Street » met en cause la domination du capital et l'impuissance de l'Etat ; le Tea Party impute la crise économique à l'Etat et aux impôts. Ces deux mouvements antagonistes ont néanmoins en commun une profonde défiance à l'encontre du système politique, de l'establishment. La présidence de M. George W. Bush avait dégoûté une partie de la droite américaine du Parti républicain, jugé trop interventionniste, y compris en matière économique et sociale, et donc trop dépensier, trop étatiste. Là, avec « Occuper Wall Street », l'amertume et la colère suscitées par les tergiversations de M. Barack Obama, son centrisme, ses co mplaisances envers la finance, ont convaincu nombre des ses anciens électeurs que le système politique était non récupérable car contrôlé, quel que soit le parti au pouvoir, par le 1 % d'Américains les plus riches.

    A l'évidence, ce dernier mouvement tire son inspiration des révoltes arabes, des manifestations espagnoles de la Puerta del Sol, des mouvements étudiants chiliens, des rassemblements israéliens contre la vie chère. Dans chacun de ces cas, les protestataires désespèrent de leur système politique, que celui-ci soit dictatorial, autoritaire ou d'apparence démocratique mais soumis au poids de l'argent. Ils n'acceptent pas que la crise économique et sociale épargne de manière ostentatoire les banques et les catégories sociales les plus privilégiées, jugées solidairement responsables de son déclenchement et de son aggravation.

    Aux Etats-Unis, Wall Street sert de symbole d'autant plus tentant qu'il finance « généreusement » les deux principaux partis politiques et qu'il alimente les strates les plus élevées du pouvoir d'Etat. Au demeurant, le coeur de la spéculation américaine bat à New York, ville dont le maire multimilliardaire, M. Michael Bloomberg, a fait fortune grâce à une chaîne d'information financière.

    Et puis, à un moment où le chômage atteint un niveau record depuis vingt ans, comment les manifestants new-yorkais n'auraient-ils pas à l'esprit que les multinationales américaines poursuivent une politique délibérée de délocalisations dans les pays à bas salaires ? Ainsi, selon les statistiques du ministère du commerce américain, alors que ces multinationales auraient créé 4,4 millions d'emplois aux Etats-Unis et 2,7 millions à l'étranger pendant les années 1990, les chiffres de la première décennie de ce siècle indiquent qu'elles ont supprimé 2,9 millions d'emplois aux Etats-Unis, tout en en créant 2,4 millions à l'étranger (...)

    Voir les commentaires

    Chatel invente l’étiquetage des élèves de maternelle

    14 Octobre 2011, 07:20am

    Publié par PCF Villepinte

    Société - le 13 Octobre 2011

    éducation 

    Mots clés : Education,

     

     

    Le ministère de l’Éducation nationale a proposé hier à ses inspecteurs un projet d’évaluation des élèves en fin d’école maternelle afin de repérer les cas « à risque » et à « haut risque ». Tollé chez les enseignants et les parents d’élèves.

    Apparemment, le funeste rapport du député UMP Jacques-Alain Bénisti, qui proposait de repérer les comportements « à risque » dès la crèche, a fait des émules du côté du ministère de l’Éducation nationale. Selon des révélations du site lemonde.fr, la rue de Grenelle travaillerait à la mise en place d’une évaluation très tendancieuse de tous les élèves de grande section de maternelle. Une idée qui a soulevé l’indignation des syndicats enseignants et des parents d’élèves.

    Classés en trois catégories, dès l’âge de cinq ans !

    Ce projet, dévoilé hier aux inspecteurs de l’éducation nationale, se présenterait sous la forme d’un livret, appelé « Aide à l’évaluation des acquis en fin d’école maternelle », et se déroulerait en trois phases. Première : le « repérage ». Entre novembre et décembre, les professeurs seraient chargés de passer au crible le comportement à l’école (« respecte les autres », « contrôle tes émotions »…), le langage, la motricité et la « conscience phonologique » des élèves, âgés, rappelons-le, d’environ cinq ans. À l’issue de ce processus, ils seront classés en trois catégories : « RAS (rien à signaler) », « à risque », ou « à haut risque ». Deuxième phase : les élèves des deux dernières catégories auront droit à des « séances d’entraînement » quotidiennes. Enfin, troisième phase : le bilan. Passé entre mai et juin, il permettrait de faire le point sur les acquis des élèves par des « séries d’épreuves collectives ou en petits groupes – d’une durée d’environ trente minutes par série ».

    Les parents de la FCPE ont failli s’étrangler en découvrant ce projet qui, bien entendu, n’a fait l’objet d’aucune concertation. « Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un dispositif de normalisation des enfants dès cinq ans ! a dénoncé hier la fédération dans un communiqué. Plutôt que de privilégier la pédagogie et des effectifs raisonnables en classe, on colle une étiquette extrêmement anxiogène sur des enfants qui peuvent, un jour donné, être fatigués ou malades, récalcitrants, impressionnés et ne pas réussir les “épreuves” imposées. »

    La FCPE parle de « projet honteux ». Certains tests ressemblent fort à ceux réalisés en CP par les médecins scolaires – de manière confidentielle – pour établir le bilan de santé. Ce que ne nie pas le ministère puisque son protocole prévoit, noir sur blanc, d’« articuler le bilan de santé et l’évaluation des acquis »… Les enseignants pourront ainsi passer de la blouse noire à la blouse blanche !

    Pour le Snuipp-FSU, principal syndicat du premier degré, ce dispositif est « inacceptable ». « En maternelle, il n’existe pas d’élève à risque. Les différences de maturité et de développement ne peuvent pas être regardées sous le seul prisme de la difficulté scolaire et encore moins de celui des troubles du comportement. Les apprentissages se construisent progressivement. La maternelle n’est pas une école de la compétition et du tri. » Pour le Sgen-CFDT, ce projet est « à la fois absurde, contre-productif, et pour tout dire, un peu effrayant. Le ministère enferme tous les petits Français de cinq-six ans dans des catégories dont tous les adultes de bon sens savent qu’elles ne peuvent avoir que des effets ravageurs sur la motivation et la capacité de grandir et d’apprendre ».

    Cette politique d’étiquetage risque de ne pas se limiter aux seuls élèves. « Le taux de réussite » de chacun devrait être diffusé pour lui permettre « de se situer par rapport à une valeur nationale ». Et d’élaborer un palmarès des meilleures maternelles ?

     

    • A lire :

    Graine de délinquant chez les bébés, le retour
    Pierre Delion : « Il y a confusion entre prévention et prédiction... »
    Quand Nicolas Sarkozy s'occupe de prévention
    Psychopathia criminalis versus Sarkozy ?

    Une vieille tentation à droite. Repérer les « déviances » dès le plus jeune âge ? La tentation resurgit régulièrement à droite. Ce fut le cas en 2005 avec 
le rapport controversé de l’Inserm suggérant une détection précoce des « troubles du comportement » dès trois ans pour « prévenir la délinquance ». Une idée défendue ensuite par le député UMP Jacques-Alain Bénisti, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, 
le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre ou encore, en 2010, 
le secrétaire d’État à la Justice Jean-Marie Bockel. Une offensive qui a donné lieu à la création du collectif Pas de zéro de conduite.

    Laurent Mouloud

    Voir les commentaires

    Mumia ne devrait pas être exécuté !

    14 Octobre 2011, 07:17am

    Publié par PCF Villepinte

    Mumia Abu Jamal - collage par Mustapha Boutadjine

    Monde - le 13 Octobre 2011

     

    Mots clés : Mumia Abu-jamal,

     

     

    Victoire pour tous les amis du journaliste condamné à mort il y à vingt-neuf ans. Sauf improbable nouveau jugement il ne pourra plus être attenté à sa vie.

    Mumia Abu Jamal échappe une troisième fois à ses bourreaux ! Est-ce définitif ? Il faut l'espérer et, en tous cas lutter encore plus fort pour qu'enfin justice lui soit rendue.

    Mardi, la Cour suprême des Etats-unis a annoncé qu'elle rejetait le recours du procureur de Philadelphie réclamant l'annulation d'un arrêté rendu par la Cour fédérale d'appel. Ce jugement confirmait sa décision précédente accordant au journaliste noir condamné à mort en 1982 à l'issue d'un procès truqué, la suspension de la condamnation à la peine de mort, dans l'attente d'un éventuel nouveau jugement de condamnation.

    La décision de la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis signifie qu'à moins d'une nouvelle procédure de jugement engagée par le procureur, Mumia ne pourra être exécuté, tout en restant emprisonné jusqu'à ce que mort s'en suive. En effet, la cour fédérale avait considéré que le jugement de sentence avait été entaché d'irrégularités du fait d'interventions malvenues du juge auprès du jury, tout en affirmant paradoxalement que le jugement de culpabilité obtenu du même jury par ce même juge était « correct »! 

    « Cette décision est une grande victoire » ont déclaré les avocates de Mumia (Christina Swarns et Judith Ritter), ajoutant « qu’elle met fin à trente ans de litiges sur l’équité des audiences qui ont conduit à la condamnation à mort ».

    Le collectif unitaire français de soutien à Mumia - regroupant plus d'une centaine d'organisations – constate que « c’est la première fois que la Cour Suprême des Etats-Unis n’accompagne pas l’acharnement judiciaire de l’accusation ». En 2010, la Cour suprême des Etats-Unis avait enjoint la cour fédérale de revenir sur sa décision, mais non la cour fédérale avait confirmé son choix.

    Désormais, indique encore le collectif français, il s'agit d'être « particulièrement vigilants sur la suite de cette affaire qui a connu tant de rebondissements depuis 30 ans. »

    La mobilisation pour sauver définitivement Mumia et plus encore pour sa libération reste donc de mise. C’est le sens du rassemblement chaque mercredi soir à 18 heures devant le Consulat des Etats-Unis à Paris (place de la Concorde).

    Michel Muller

     

    • Pour Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, vice-président du groupe de la Gauche unitaire européenne.

    "C'est une joie immense, un soulagement sans mesure. Mumia vivra !

    En effet, la Cour suprême des États-Unis a refusé hier de donner suite à un recours du procureur de Philadelphie lui demandant de revenir sur sa décision de suspendre la condamnation à mort de Mumia Abu-Jamal.

    Cette décision a pour conséquence de rendre inexécutable l'exécution de Mumia, commuant automatiquement sa peine en prison à vie, sans possibilité de remise de peine. Seul un nouveau procès pourrait aboutir à une nouvelle condamnation, ce que le procureur qui a le pouvoir de le décider a toujours refusé de peur de le voir innocenté une bonne fois pour toutes faute de preuves.

    Mais reste une condamnation qui paraît infondée. Après trente ans passés dans les couloirs de la mort, Mumia doit maintenant être libéré."

     

     

    Lire aussi :

    --> Robert Badinter « Poursuivre le combat 
est d’une urgence extrême »

    Voir les commentaires

    Israël doit libérer Salah Hammouri !

    14 Octobre 2011, 07:13am

    Publié par PCF Villepinte

     Israël doit libérer Salah Hammouri !
    L'accord entre Israël et le Hamas, intervenu sous médiation égyptienne pour la libération du soldat israélien (et franco-israélien) Gilad Shalit permettra à 1027 détenus palestiniens de sortir de prison. On ne connaît cependant pas les noms de ces détenus libérables et il n'est pas confirmé que Marwan Barghouti serait sur la liste. On constate que le cas de Salah Hammouri n'est jamais soulevé dans le cadre de cet échange alors que ce franco-palestinien subit une détention illégitime et scandaleuse. Cette détention témoigne du mépris des autorités israéliennes pour les principes d'un État de droit et les pratiques d'une justice digne de ce nom, puisqu'il s'agit d'une justice d'occupation militaire. L'échange en cours met en exergue la question plus générale de l'exigence d'une libération par les autorités de Tel Aviv des quelque 6000 détenus dont des centaines d'entre eux sont actuellement en grève de la faim pour leurs droits et contre l'isolement total qu'ils subissent. Cette question des prisonniers doit être inscrite comme un des grands enjeux d'un règlement politique du conflit israélo-palestinien sur la base de la fin de l'occupation et de la colonisation, et de l'application des résolutions de l'ONU. Une reconnaissance de l'État de Palestine aux Nations Unies permettrait une relance très positive. La France et ses partenaires européens doivent prendre toutes les initiatives nécessaires pour aller dans ce sens en reconnaissant immédiatement l'État de Palestine.
     
     le 13 octobre 2011

    Voir les commentaires

    Le PCF alerte contre les propos nauséabonds du site " SOS Éducation "

    13 Octobre 2011, 11:52am

    Publié par PCF Villepinte

     

    Le PCF alerte contre les propos nauséabonds du site
     Depuis plusieurs semaines, l'association « SOS Éducation » fait circuler des courriers, des vidéos et des pétitions. Elle exploite la détresse des parents et des enseignants face à la casse du service public d'éducation nationale et à la construction d'une école inégalitaire pour diffuser les idées les plus réactionnaires.

    Alors que l'éducation nationale souffre de l'un des taux d'encadrement les plus faibles d'Europe et que la droite ne cesse de supprimer des postes et de fermer des classes, l'association affirme que l'école a trop de moyens ! Alors que nous avons besoin de favoriser les pratiques pédagogiques démocratisantes pour construire l'école de l'égalité, « SOS Éducation » veut revenir aux pratiques d'autrefois au nom de la discipline et de l'autorité.

     

    Proche des mouvements anti-avortement et de l'extrême droite, « SOS Éducation » est de tous les combats d'extrême droite : elle s'est battue pour expurger les manuels d'histoire de toute référence au communisme, pour empêcher l'information sur l'avortement dans les classes de SVT, contre l'exposition « Zizi sexuel » à la Cité des sciences...

    Le projet de cette association est une école encore plus inégalitaire (avec la fin du collège unique et un concours d'entrée en 6e) et encore moins émancipatrice, où l'éducation se réduit à l'apprentissage de l'obéissance.

     

    Le PCF alerte les parents et les enseignants : derrière un premier discours séducteur sur la souffrance des enseignants au travail et les difficultés de l'école, il y a des propos nauséabonds et une idéologie qui fait peur.

    « SOS Éducation », c'est l'extrême droite ! L'association, soutenue par plusieurs députés UMP, veut pousser le gouvernement à aller encore plus loin dans ses réformes. Ne la laissons pas faire. Rassemblons-nous pour construire ensemble l'école dont l'avenir a besoin: une école émancipatrice assurant la réussite de tous.

     

     

    Voir les commentaires

    La "chasse aux pauvres" est ouverte à Nogent-sur-Marne

    12 Octobre 2011, 21:51pm

    Publié par PCF Villepinte

    Toute personne surprise en train de "glaner" devra payer une amende de 38 euros

    Société - le 12 Octobre 2011

     

     

    Le maire UMP de l'opulente municipalité du Val-de-Marne a interdit la fouille des poubelles dans sa commune au nom de la "santé et la tranquillité publique", déclenchant une polémique avec l'opposition municipale et certaines associations qui l'accusent de mener une "chasse aux pauvres".

    "On voit qu'il y a une forme d'escalade de la part du maire. La seule chose qu'il reste maintenant à faire ce serait d'interdire tout simplement la pauvreté à Nogent", a déclaré le chef de file du groupe PS à la mairie, William Geib, rappelant que le maire n'en était "pas à son coup d'essai".

    Le maire UMP de la ville, Jacques J.P. Martin, tient au standing de sa commune. Un arrêté, entré en vigueur le 1er octobre, prévoit une période probatoire de 3 mois à l'issue de laquelle les contrevenants s'exposent à une interpellation et à une amende de 38 euros. "Depuis plusieurs mois, certaines personnes fouillent les conteneurs et les renversent sur la voie à la recherche d'objets qui pourraient être commercialisés. Il ne s'agit pas de personnes à la recherche de nourriture", a ajouté l'édile, récusant toute "chasse aux pauvres" et assurant que des structures existent dans la commune pour venir en aide aux démunis. L'opposition municipale a dénoncé une mesure "déplorable" et "clientéliste". Certaines associations sont choquées par ce décret qui, selon elles, va toucher les plus pauvres, qui glanent pour se nourrir.

    Outre l'interdiction du «glanage», le nouveau texte municipal interdit également «les crachats, le fait d’uriner ou encore de souiller la voie publique de quelque manière que ce soit». Chaque hiver depuis 2007, Jacques J.P. Martin prend un arrêté interdisant la mendicité à plusieurs endroits de sa commune au moment de l'ouverture dans une commune voisine d'un centre d'hébergement de sans-abri.

    William Geib n’exclut pas d’attaquer le nouvel arrêté devant les juridictions administratives.

    Voir les commentaires

    Le Secours populaire craint un "désastre alimentaire" en Europe

    12 Octobre 2011, 21:48pm

    Publié par PCF Villepinte

    Société - le 12 Octobre 2011

     

     

     

    Le Secours populaire français a redit mercredi sa crainte d'"un désastre alimentaire sans précédent" en Europe, en raison de la disparition programmée en 2013 du Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD).

    Peu avant la "journée mondiale du refus de la misère" prévue le 17 octobre, Julien Lauprêtre, président du Secours populaire français, appelle à "ne pas rajouter de la misère à la misère" et arrêter ce "tsunami alimentaire programmé". "Mais ce 17 octobre 2011 s’annonce avec de très mauvaises décisions", car "si les autorités européennes ne reviennent pas sur leur décision, un désastre alimentaire sans précédent menace des millions de familles qui ne mangent que grâce" au PEAD, s'inquiète Julien Lauprêtre.

    "En Europe, un peu plus de 13 millions de personnes accèdent à ce programme d’une valeur de 480 millions d’euros. En France, le programme est de 72 millions d’euros et aide près de 4 millions de personnes à se nourrir", rappelle le communiqué. "La décision de la Cour européenne de justice, appuyée par l’Allemagne et 5 autres Etats, pénalise 19 Etats, dont le nôtre, avec son objectif visant à diminuer de 75% le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) en 2012, et sa suppression totale, en 2013", déplore M. Lauprêtre.

    "Derrière la froideur de ces chiffres, se cache la détresse d’enfants, de familles, de personnes âgées, de chômeurs, de travailleurs pauvres, de jeunes, etc. (...) Au moment où la valse des milliards est orchestrée, l’argent versé par le PEAD représente seulement 1 euro par habitant d’Europe", souligne le Secours populaire.

    Créé en 1987, le PEAD permet la distribution de denrées aux plus démunis. Sa diminution priverait des millions de personnes d’une aide alimentaire. En France, ce serait 49 millions de repas non distribués par la Banque alimentaire, 21 millions par les Restos 
du cœur et 11 millions pour la Croix-Rouge. En 2010, sur 1,3 millions de personnes soutenues sur le plan alimentaire 
par le SPF, le PEAD représentait 50 % des produits distribués.

    Voir les commentaires

    Jean-Luc Mélenchon s'invite à la primaire socialiste

    12 Octobre 2011, 21:46pm

    Publié par PCF Villepinte

    Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg à la Fête de l'Humanité, le 17 septembre 2011

     

     

    Le candidat du Front de gauche à la présidentielle a été le premier, hier, à répondre à la lettre ouverte écrite par Arnaud Montebourg à destination de François Hollande et Martine Aubry. Dans sa réponse, publiée sur son blog, Jean-Luc Mélenchon donne son avis sur les points développés par le député de Saône-et-Loire.

     

    Cher Arnaud Montebourg,
     
    J’ai lu la lettre que tu as envoyée à tes compétiteurs de la primaire socialiste. Tu as voulu qu’elle soit « ouverte ». Je me sens concerné. En effet, tu t’adresses aux deux socialistes qui pourraient être candidats à l’élection présidentielle. Je le serai pour ma part en toute certitude, au nom du Front de Gauche. Les questions que tu poses concernent toute la gauche et tous nos concitoyens.
     
    J’ai donc souhaité y répondre.
     
    Le nombre de votants aux primaires organisées par le Parti socialiste pour désigner son candidat à l’élection présidentielle montre une volonté d’intervention populaire. Celle-ci marque je crois les temps politiques nouveaux dans lesquels nous sommes entrés. Car désormais le grand nombre sent bien que les dogmes suivis jusqu’à présent par les pouvoirs en place mènent le monde à une impasse. Chacun se sent dès lors invité à se mêler des affaires publiques. Bonne nouvelle !
     
    En t’écrivant, je veux donc contribuer à ce débat démocratique indispensable pour que l’élection présidentielle ne se réduise pas à une compétition de personnes mais permette aux citoyens d’exercer en toute lumière une souveraineté éclairée par le débat argumenté.
     
    Je veux aussi entamer à cette occasion une discussion ouverte à gauche sur les conditions concrètes et précises qui permettront à un gouvernement de mener une politique alternative à celle de la droite, à l’heure où pourtant les gouvernements sociaux-démocrates dans toute l’Europe adoptent des plans d’austérité en tout point contraires à leurs engagements de campagne.
     
    Les trois questions que tu poses me paraissent essentielles. J’y réponds précisément et y ajoute une quatrième qui à mes yeux les conditionne toutes.
     
    1°) Le contrôle politique du système financier
     
    Je défends la mise sous contrôle social des banques afin de soumettre la finance à la loi de l’intérêt général. Le programme du Front de Gauche propose de combattre la spéculation et la financiarisation de notre économie en interdisant les ventes de gré à gré, les ventes à découvert et les produits spéculatifs et en bloquant les échanges de capitaux avec les paradis fiscaux. Nous imposerons également la séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement. Nous interdirons les stock-options, les LBO et les engagements hors bilan et obligerons les entreprises à la transparence financière. Les mouvements internationaux de capitaux à des fins de spéculation et de placement financier seront contrôlés et taxés à nos frontières. Nous interdirons la libre d’action des agences de notation et des hedge funds en Europe. Un pôle public financier sera créé pour contribuer à produire et partager autrement les richesses. Enfin, la Banque Centrale Européenne doit prêter aux Etats pour casser la spéculation et mettre le financement des biens publics à l’abri des appétits des investisseurs privés.
     
    2°) Le protectionnisme européen, social et écologique
     
    Je combats le dogme du libre-échange pour des raisons à la fois écologiques et sociales. Je veux réduire les transports de marchandises inutiles pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Et je récuse la réduction des normes sociales et environnementales par la mise en concurrence des systèmes sociaux et fiscaux nationaux. Je prône une relocalisation écologique maximale de notre production agricole et industrielle. Pour cela, le Front de Gauche défend l’instauration d’un visa social et écologique qui permettra de bloquer les productions délocalisées pour des raisons de dumping social et fiscal. Il propose l’institution de protections et de normes sociales et environnementales communes aux Européens, avec, par exemple des prélèvements nationaux concertés sur les réimportations en Europe de productions délocalisées et une taxe « kilométrique » de manière à réduire les transports de marchandises évitables. Nous instaurerons un droit de reprise des entreprises par leurs salariés en cas de délocalisation ou de fermeture. J’ajoute que le contrôle des mouvements de capitaux que nous instaurerons permettra aussi de taxer lourdement les investissements supports des délocalisations.
     
    3°) la VIe République et la lutte contre la corruption
     
    Le Front de Gauche se prononce sans ambiguïté pour une Sixième République parlementaire. Nous voulons en finir avec ce régime qui dépolitise le débat public et organise le dessaisissement des citoyens. La méthode que le Front de Gauche avance pour rédiger cette nouvelle Constitution est celle qu’ont suivie avec succès les peuples qui ont fait avant nous le choix de la révolution citoyenne, la convocation d’une Assemblée Constituante dès le début du mandat. Mon ambition est donc d’être le dernier président de la Cinquième République.
     
    Quant à la corruption, je la tiens pour un symptôme de la décomposition de notre République. Elle prospère en raison du fonctionnement oligarchique des institutions, qui mêlent étroitement possédants et cercles dirigeants de l’Etat. Elle est la conséquence de l’accumulation de richesse par quelques-uns. Ceux-là jouissent de ce fait d’un pouvoir d’influence indécent contraire à l’égalité des citoyens. Elle se nourrit de la colonisation de l’Etat par les intérêts particuliers, permise par la libéralisation des services publics et la confusion qu’elle entraîne entre public et privé. Elle est encouragée par le fonctionnement des institutions européennes, où les lobbies font la loi. Nous combattrons la corruption sur tous ces fronts : mise au pas de l’oligarchie par la création d’un revenu maximum, instauration d’un régime parlementaire permettant le contrôle effectif de l’exécutif, abrogation des libéralisations de services publics, pôle public du médicament, nouveau traité européen conditionnant tout transfert de souveraineté à un contrôle démocratique de son usage.
     
    Voici donc mes réponses aux trois points que tu évoques. Je serais incomplet si je n’en ajoutais pas un quatrième. Je crois que tu en seras d’accord puisque, comme nous, tu as voté non au traité constitutionnel européen et à sa copie conforme le traité de Lisbonne. Rien ne pourra être fait de ce que j’ai dit précédemment sans remise en cause du traité européen de Lisbonne. Celui-ci interdit en effet toute entrave à la libre circulation des capitaux, promeut le libre-échange généralisé, fait échapper une part croissante de notre législation à la souveraineté populaire et officialise le pouvoir corrupteur des lobbies. C’est pourquoi nous organiserons un referendum pour proposer au peuple français une liste de dispositions sur lesquels la France désobéira sans attendre aux traités européens, prélude à une refondation de l’Union toute entière.
     
    Reçois, cher Arnaud, mes félicitations pour le combat que tu as mené au sein de ces primaires et qui a permis de faire progresser tant d’idées que nous avons en commun.
     
    Jean-Luc Mélenchon
    Candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle

     

    Voir les commentaires

    << < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>